La situation en Crimée

« Par moi les rois règnent, et les souverains décrètent la justice ! » (Pr 8.15)
pajaro
Quæstor
Quæstor
Messages : 291
Inscription : dim. 20 sept. 2009, 19:33
Localisation : Dioecesis Massiliensis

Re: Guerre en Crimée ?

Message non lu par pajaro » jeu. 10 avr. 2014, 14:50

Mon avis personnel est que la Crimée ne pouvait tenir encore bien longtemps dans le giron ukrainien. Une majorité de russophones, c'est quand même important, sans parler de la proximité géographique avec la Russie. Puis on voit comme on nous bassine à la télévision avec ce référendum "illégal" fait par la Russie. Il doit bien y avoir anguille sous roche pour que tous les médias s'unissent afin de dénoncer la situation. Les pays de l'Est, c'est le grand laboratoire des U.S.A. Plein de révolutions manipulés par l'étranger, tout le monde le sait, c'est un secret de polichinelle. Même la grande firme de fast-food Mc Donald a fait fermer ses établissements en Crimée. Maintenant le gouvernement ukrainien va passer aux mains des néo-nazis de Pravy Sektor et de Svoboda, mais cela n'inquiète pas grand monde chez BFM TV.
A quien Dios quiere hacer muy santo, lo hace muy devoto de la Virgen María.
San Luis de Monfort

poche
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2397
Inscription : lun. 11 mars 2013, 9:28

Re: Guerre en Crimée ?

Message non lu par poche » ven. 11 avr. 2014, 12:03

Catholiques vivant en Crimée ont été coupés de leurs coreligionnaires en Ukraine depuis la Russie a saisi la province, un évêque servant en Crimée a rapporté à l'Aide à l'Église en Détresse (AED).

Mgr Jacek Pyl, un auxiliaire du diocèse Odessa-Simferopol, a déclaré ACN: «Nous ne communiquons que par téléphone ou par courriel; même les programmes d'aide sont conservés à la frontière ".
Bien que il ya seulement environ 2000 catholiques dans la Crimée, l'Église catholique, il a cherché à fournir une assistance aux familles nécessiteuses, en particulier lors de la crise politique. Mgr Pyl a dit qu'il ne savait pas combien de catholiques ont quitté depuis la prise de contrôle russe.

Avec Crimée maintenant sous le contrôle de Moscou, de nombreux prêtres catholiques qui y purgent des permis de résidence du gouvernement ukrainien peuvent être tenus de quitter. En outre, les négociations avec les responsables ukrainiens pour la restauration des biens paroissiaux catholiques confisqués à l'époque de Staline ont été abandonnés.

http://www.catholicculture.org/news/hea ... ryid=21075

Avatar de l’utilisateur
Unsimplehomme
Quæstor
Quæstor
Messages : 266
Inscription : dim. 25 juil. 2010, 17:41

Re: Guerre en Crimée ?

Message non lu par Unsimplehomme » lun. 14 avr. 2014, 19:47

C'est quoi cette nouvelle mode chez les Catholiques de soutenir les communistes?

Ceux qui brandissent des drapeaux communistes sont ni plus ni moins que des terroristes. Leurs votations valent pas un clou. Comme vient de le démontrer poche , les catholiques sont les victimes de ces extrémistes.
-Heureux êtes-vous quand on vous insultera, qu'on vous persécutera, et qu'on dira faussement contre vous toute sorte d'infamie à cause de moi.
-Soyez dans la joie et l'allégresse, car votre récompense sera grande dans les cieux : c'est bien ainsi qu'on a persécuté les prophètes, vos devanciers.
(Mt 5:11et12)

Mystagogue
Civis
Civis
Messages : 2
Inscription : mar. 15 avr. 2014, 15:10

Re: Guerre en Crimée ?

Message non lu par Mystagogue » mar. 15 avr. 2014, 15:26

L'opinion manipulée par les médias occidentaux s'émeut. Mais l'on assiste à une volonté de populations d'intégrer un véritable Etat, porteur de valeurs et de vision. Vu la dérive de l'Ukraine, l'incertitude des subsides avec le ralliement à l'Union européenne et la faiblesse d'une classe politique digne de redresser le pays, les populations rattachées veulent évidemment rejoindre la stabilité, la protection, une économie-continent.

Il y a en plus le respect formel des conditions dites démocratiques avec un vote en Crimée, comme on l'a connu pour Mayotte, pour Nice ou le Comtat Venaissin, et bientôt pour l'Ecosse, mais pas pour l'Alaska ou HawaÏ...

On voit bien le même mécanisme se mettre en route à chaque nouvelle crise de ce type depuis maintenant vingt ans : accusations de meurtres, déstabilisation interne par des groupuscules manipulées par les agences occidentales, manipulation de l'opinion occidentale. Après la Lybie, après la Syrie qui n'a pas permis au leadership américain en déclin (tout simplement par ce que les Etats-Unis d'Amérique ont résolu leur seul problème qui est énergétique avec le gaz de schiste et n'ont donc plus besoin de mener des guerres coûteuses et dangereuses pour s'approvisionner en pétrole, d'où le désengagement de plus en plus clair que l'on va voir de cet Etat qui a fait tant de mal à l'équilibre du monde), c'est la Russie qui est ciblée, l'Etat qui tient tête aux Occidentaux, l'Etat dangereux à déstabiliser donc.

Le meilleur indice de ce grand jeu en route, c'est la présence de M. LEVY (Bernard de son vrai prénom) qui éructe à nouveau contre la Russie. Il a toujours soutenu les causes contraires à la vérité et aux intérêts fondamentaux de notre Pays.

Faisons une vraie alliance avec la Russie, c'est ce qui fait peur aux Etats-Unis d'Amérique, cela a été toute la stratégie de l'OTAN (toujours en vie alors que l'Alliance aurait dû disparaître) de couper l'Europe en deux, de séparer l'Occident, de nous empêcher de parler aux Russes et de créer ce formidable continent réuni qui serait une puissance d'Etats inégalée.
« Nous avons besoin de la grâce divine, d’une sage perspicacité et d’yeux bien ouverts, afin de n’être pas victimes de notre ignorance, en mangeant de l’ivraie pour du blé.»

Saint Cyrille de Jérusalem, Catéchèses, 4.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10273
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Guerre en Crimée ?

Message non lu par Cinci » sam. 19 avr. 2014, 15:30

Dans Le Monde Diplomatique :


Les bons, la brute et la Crimée
L'obsession antirusse


par Olivier Zajec

«Avec l'annexion de la Crimée au territoire russe, entérinée le 18 mars par M. Vladimir Poutine, et les sanctions décrétées à l'encontre du Kremlin, la crise ukrainienne a pris les dimensions d'une crise géopolitique. Comprendre ce conflit implique d'intégrer des points de vue concurrents de tous les acteurs. Mais, dans les chancelleries occidentales, les proclamations morales supplantent souvent l'analyse.

Ces dernières semaines, le traitement médiatique des événements en Ukraine en a apporté la confirmation : pour une partie de la diplomatie occidentale, les crises ne trahissent plus une assymétrie entre les intérêts et les perceptions des acteurs doués de raison, mais constituent autant d'affrontements ultimes entre le Bien et le Mal où se joue le sens de l'histoire.

La Russie se prête à merveille à cette scénarisation, qui a le mérite de la simplicité. Pour nombre de commentateurs, cet État «barbare» gouverné par les Cosaques a la semblance d'un ailleurs semi-mongol tenu par les épigones du KGB, qui ourdissent de sombres complots au service des tsars névrotiques barbotant dans les eaux glacées du calcul égoïste. Reclus, coupés de leur époque, ces autocrates déplacent lentement des pions sur de grands échiquiers d'ivoire au lieu de lire The Economist. De temps en temps, ils coulent un sous-marin nucléaire pour le plaisir de polluer la mer de Barents, en attendant de susciter un référendum illégal dans leur «étranger proche» afin de reconstituer l'URSS.

Si on rassemble les lieux communs parus sur ce thème dans la presse occidentale - pas seulement depuis le début de la crise ukrainienne, mais depuis quinze ans -, ce chromo folklorique est à peu près ce que le lecteur ordinnaire retiendra de la politique de l'actuelle fédération de Russie. Cette perception globalement négative dégénérant en caricature relève d'une tradition bien ancrée.

Elle s'appuie tantôt sur des analyses qui soulignent la compulsion totalitaire et «mensongère» de la culture russe, tantôt sur la continuité supposée entre Joseph Staline et M. Vladimir Poutine - un thème prisé des éditorialistes français et des thinks thanks néoconservateurs américains. Elle trouve son origine dans des récits de voyageurs européens de la Renaissance, qui opéraient déjà un rapprochement entre les Russes barbares et les farouches Scythes de l'Antiquité.

Les événements de Maïdan à Kiev offrent un exemple des inconvénients analytiques qu'induit cette démonologie.

[...]

Contrairement à ce qui a pu être écrit, la rupture des équilibres internes de cette nation fragile n'a pas eu lieu le 27 février 2014, date de la prise de contrôle du Parlement et du gouvernemnt de Crimée par des hommes armés - un coup de théâtre qui serait la réplique de M. Poutine à la fuite du président ukrainien Viktor Ianoukovitch le 22 février. En réalité, le basculement s'est opéré entre ces deux événements, précisément le 23 février, avec la décision absurde des nouveaux dirigeants de l'Ukraine d'abolir le statut du russe comme seconde langue officielle dans les régions de l'Est.

[...]

Fantasmes bipolaires et roman d'espionnage

C'est ce jour-là que Maïdan a perdu la Crimée, dont personne n'a oublié qu'elle avait été offerte par Nikita Kroutchev à l'Ukraine en 1954 [...] D'où la remarque de M. Mikhaïl Gorbatchev le 17 mars 2014, après le plébiscite par la population criméenne d'un rattachement à la Russie : «Si, à l'époque, la Crimée a été unie à l'Ukraine selon les lois soviétiques, sans demander son avis au peuple, aujourd'hui ce peuple a décidé de corriger cette erreur. Il faut saluer cela, et non annoncer des sanctions». Ces propos ont fait l'effet d'une douche froide à Bruxelles, où se préparaient, en coordination avec Washington, une série de mesures de rétorsion contre Moscou [...]

Peut-être serait-il temps de bannir la locution «guerre froide» des articles consacrés à la Russie. Historiquement inopérant, ce racourci sert surtout à justifier l'expression pavlovienne de fantasmes bipolaires recuits. M. John McCain, ancien candidat républicain à la Maison Blanche et expert international reconnu de l'Arizona, en a donné un exemple notable en fustigeant M. Poutine, «impérialiste russe et apparatchik du KGB», enhardi par la faiblesse de M. Obama. Lequel, sans doute, trop occupé par l'assurance-maladie de ses concitoyens, ne réalise pas que «l'agression en Crimée insuffle de l'audace à d'autres agresseurs d'Al-Qaïda et aux théocrates iraniens». Que faire ? «Nous devons nous réarmer moralement et intellectuellement, répond l'ancien colistier de Mme Sarah Palin, pour empêcher que les ténèbres de M. Poutine ne s'abattent davantage sur l'humanité». Discours qui, pour dénoncer des théocrates, n'en abuse pas moins du registre théologique.

[...]

Deux poids, deux mesures

[...] Pour M. François Hollande, le référendum du 16 mars relève d'une «pseudo-consultation , car elle n'est pas conforme au droit interne ukrainien et au droit international» (déclaration du 17 mars).

Le 17 février 2008, neuf ans après une opération militaire décidée sans l'aval de l'ONU, le Parlement kosovar albanais votait l'indépendance de la province autonome serbe du Kosovo, contre la volonté de Belgrade, avec le soutien de la France et des États-Unis. La Russie mais aussi l'Espagne refusèrent, et refusent toujours de reconnaître cette entorse au droit international. Tout comme ... l'Ukraine. [...]»

Source : Le Monde diplomatique, avril 2014, pp.1-4

poche
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2397
Inscription : lun. 11 mars 2013, 9:28

Re: Guerre en Crimée ?

Message non lu par poche » jeu. 15 mai 2014, 7:33

Le chef de l'Eglise grecque-catholique ukrainienne a déclaré dans une interview avec Rapport mondial catholique que «nous n'avons pas appelé les gens à protester " contre le régime de Viktor Ianoukovitch , le président pro-russe dont le départ en Février précédé l'invasion russe de la Crimée .

" Beaucoup se demandaient si le peuple ukrainien ont pu souffrir paisiblement ensemble pour un avenir européen pour leur pays sur la base de valeurs telles que la primauté du droit , le rejet de la corruption , l'horreur de la violence et de l'intolérance du comportement autoritaire ", a déclaré l'Archevêque majeur Sviatoslav Chevtchouk.

" Nous n'avons pas appelé les gens à protester ", at-il ajouté . «Nous n'étions pas de ceux qui encouragerait une telle manifestation . Pourtant, nous avons suivi notre peuple , car nous avons constaté que ces personnes se trouvaient à l' Maidan pour ces valeurs , que nous faisions la promotion . Si les gens prennent position pour la dignité humaine , la primauté du droit , le rejet de la violence et de la corruption - nous en tant qu'Eglise avons le devoir de reconnaître la puissance morale de ces revendications "

http://www.catholicculture.org/news/hea ... ryid=21385


Il semble que les Russes se préparent une autre persécution des catholiques de rite oriental quand ils prennent l'Ukraine

Avatar de l’utilisateur
Zarus
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 547
Inscription : ven. 23 août 2013, 13:19

Re: Guerre en Crimée ?

Message non lu par Zarus » ven. 16 mai 2014, 19:02

Mystagogue a écrit :L'opinion manipulée par les médias occidentaux s'émeut. Mais l'on assiste à une volonté de populations d'intégrer un véritable Etat, porteur de valeurs et de vision. Vu la dérive de l'Ukraine, l'incertitude des subsides avec le ralliement à l'Union européenne et la faiblesse d'une classe politique digne de redresser le pays, les populations rattachées veulent évidemment rejoindre la stabilité, la protection, une économie-continent.

Il y a en plus le respect formel des conditions dites démocratiques avec un vote en Crimée, comme on l'a connu pour Mayotte, pour Nice ou le Comtat Venaissin, et bientôt pour l'Ecosse, mais pas pour l'Alaska ou HawaÏ...

On voit bien le même mécanisme se mettre en route à chaque nouvelle crise de ce type depuis maintenant vingt ans : accusations de meurtres, déstabilisation interne par des groupuscules manipulées par les agences occidentales, manipulation de l'opinion occidentale. Après la Lybie, après la Syrie qui n'a pas permis au leadership américain en déclin (tout simplement par ce que les Etats-Unis d'Amérique ont résolu leur seul problème qui est énergétique avec le gaz de schiste et n'ont donc plus besoin de mener des guerres coûteuses et dangereuses pour s'approvisionner en pétrole, d'où le désengagement de plus en plus clair que l'on va voir de cet Etat qui a fait tant de mal à l'équilibre du monde), c'est la Russie qui est ciblée, l'Etat qui tient tête aux Occidentaux, l'Etat dangereux à déstabiliser donc.

Le meilleur indice de ce grand jeu en route, c'est la présence de M. LEVY (Bernard de son vrai prénom) qui éructe à nouveau contre la Russie. Il a toujours soutenu les causes contraires à la vérité et aux intérêts fondamentaux de notre Pays.

Faisons une vraie alliance avec la Russie, c'est ce qui fait peur aux Etats-Unis d'Amérique, cela a été toute la stratégie de l'OTAN (toujours en vie alors que l'Alliance aurait dû disparaître) de couper l'Europe en deux, de séparer l'Occident, de nous empêcher de parler aux Russes et de créer ce formidable continent réuni qui serait une puissance d'Etats inégalée.

Une simple interrogation venant d'un non-croyant : je comprends que l'on puisse être pour une Europe plus forte, un rapprochement avec la Russie (pourquoi pas ? même si elle à ses problèmes), se méfier des USA (et il y a de quoi) en quoi cela prouverait quoi que ce soit ? prouvez-vous que Jésus et Dieu existe ? n'est-ce pas une forme de violence identique à celle qu'utilisent ceux qui vous considérez pourtant comme des mensonges ? comment peut-on être sûr d'avoir raison si on utilise les même méthodes que ceux qui ont tord et que notre victoire et notre défaite ne prouverait rien en soit ? est-ce vraiment une question de lutte ? de pays se battant pour des idéologies avec un peuple qui n'y comprend rien ?

Est-ce que vous êtes sur que la Russie traite les non-chrétiens mieux que les chrétiens le sont en Europe ? je n'ai pas trop l'impression avec tout ces discours officiels disant que la civilisation russe doit tout au christianisme; a la critique morale occidentale; à l'assimilation entre athée et communiste,ect...
Pas que nos pays laïcs soient parfaits, mais je n'ai jamais rien vu de comparable :

Encore que les États prennent des décisions parfois en désaccord avec l'avis de l’Église mais il n'y a guère que vous pour croire que ne pas être "christianophobe" ou exclure les chrétiens de la politique consiste à tout vous accorder (même alors que vous êtes minoritaires et arguez les "racines chrétiennes" de l'Europe qui est un argument purement hégémonique) alors même que vous n'avez pas de sens du compromis pourtant à la base du principe démocratique.

Je trouve étrange chez certains chrétiens cette idée de se plaindre d'une propagande antichrétienne ici, du manque de liberté religieuse,ect...mais de promouvoir un système qui serait pire dans ces domaines sauf qu'il serait à votre avantage.
C'est un peu hypocrite; surtout que cela me semble bien idéologique (on ne peut guére parler de compassion envers les victimes puisque ceux qui disent ce genre de choses font deux discours même qu'il y a des victimes; si ils ne préocupent de non-chrétiens opressés ils ne peuvent pas éprouver de l'empathie même pour des chrétiens: il ne font qu'être frustré dans la réalisation de leur idéal politique et social.)

Par exemple: j'éprouve beaucoup de peines pour les chrétiens tués en pays musulmans; mais aussi pour des tas d'autres victimes pourtant aux idées contradictoires; tout simplement de l'empathie qui dépasse l'idéologie.
Dernière modification par Zarus le ven. 16 mai 2014, 21:09, modifié 2 fois.
"With my eternal life, I will see the world through to its end. Until everyone who won't like me is gone."
— Porky Minch

"Can you face your fears ?"
— Hanako

I speak from the noise
Souls and shapes, forever twisted
the lost voices of the damned
lure the bringer of despair

Avatar de l’utilisateur
Héraclius
Consul
Consul
Messages : 3415
Inscription : lun. 30 sept. 2013, 19:48
Conviction : Catholique

Re: Guerre en Crimée ?

Message non lu par Héraclius » ven. 16 mai 2014, 20:17

Zarus n'a pas tort.

J'ajouterais que ce n'est pas parce que les médias occidentaux sont totalement partiaux qu'il faut faire le même cheminement à l'envers en encensant Poutine qui, s'il est peut-être positif vis à vis des chrétiens, reste le chef d'un régime autoritaire peu tolérant.

Sans parler de la promiscuité de l'Eglise et de l'Etat très orthodoxe, certes, mais peu compatible avec le catholicisme.

Héraclius -
''Christus Iesus, cum in forma Dei esset, non rapínam arbitrátus est esse se æquálem Deo, sed semetípsum exinanívit formam servi accípiens, in similitúdinem hóminum factus ; et hábitu invéntus ut homo, humiliávit semetípsum factus oboediens usque ad mortem, mortem autem crucis. Propter quod et Deus illum exaltávit et donávit illi nomen, quod est super omne nomen, ut in nómine Iesu omne genu flectátur cæléstium et terréstrium et infernórum.'' (Epître de Saint Paul aux Philippiens, 2, 7-10)

Avatar de l’utilisateur
Unsimplehomme
Quæstor
Quæstor
Messages : 266
Inscription : dim. 25 juil. 2010, 17:41

Re: Guerre en Crimée ?

Message non lu par Unsimplehomme » ven. 16 mai 2014, 23:37

Je voudrais demander aux Chrétiens d'arrêter de soutenir Poutine et les terroriste prorusses qui démembres l'Ukraine.

1) Poutine autorise l'avortement. La Russie est l'un des pays du monde qui commet les pires massacres d'enfants par avortements.
2) Poutine travaillait au KGB organisation qui a martyrisé l'Eglise.
3) Les terroristes prorusses sont ouvertement racistes envers les catholiques.
4) Ils brandissent des drapeaux communistes (idéologie matérialiste et athée condamnée par l'Eglise), et à l'effigie de staline et lénine, deux des pires bourreaux sataniques antichrétiens du siècle passé.
5) L'ennemi de mes ennemis n'est pas forcément mon ami.
6) Ce genre de guerres territoriales ont pour but de faire oublier les autres problèmes qui minent un pays.
7) Les terroristes prorusses massacrent des innocents et quand l'armée ukrainienne fait sont travail ils nous sortent l'éternelle excuse "des militaires qui tirent sur des civils"...
8) Poutine a gracié les p***Y Riot.
-Heureux êtes-vous quand on vous insultera, qu'on vous persécutera, et qu'on dira faussement contre vous toute sorte d'infamie à cause de moi.
-Soyez dans la joie et l'allégresse, car votre récompense sera grande dans les cieux : c'est bien ainsi qu'on a persécuté les prophètes, vos devanciers.
(Mt 5:11et12)

Avatar de l’utilisateur
polomnic
Quæstor
Quæstor
Messages : 268
Inscription : jeu. 29 avr. 2004, 18:59

Re: Guerre en Crimée ?

Message non lu par polomnic » mar. 20 mai 2014, 17:27

On ne peut pas analyser correctement la situation ukrainienne sans prendre en compte le contexte géopolitique mondial.
Rappelons que cette crise est partie de la volonté de l'Europe, totalement inféodée aux intérêts américains(traité transatlantique), d'essayer de détacher économiquement l'Ukraine de la Russie. Stratégie du containment théorisée par Brzezinski dans son ouvrage "le Grand Echiquier", qui consiste à isoler la Russie pour maintenir l'hégémonie atlantiste à travers le monde.
Or les rapports économiques de l'Ukraine avec son voisin sont vitaux pour la Russie.

Bref, quand vous vous attaquez aux intérêts vitaux d'un pays, il ne faut pas vous étonner si celui-ci réagit de manière musclée.
Après qu'on aime ou pas Poutine, cela ne change strictement rien aux intérêts géostratégiques russes. Dans cette affaire, l'agresseur c'est bien le camp atlantiste, au travers des négociations économiques entre l'Ukraine et l'UE, dont le contenu stipulait qu'un accords supposait de choisir entre l'Europe et la Russie.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités