Faire le choix de l'éthique ou du pragmatisme : manger bio ?

« Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu'il sache discerner le bien du mal » (1R 3.9)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions morales et éthiques. Certaines discussions de ce forum peuvent heurter la sensibilité des jeunes lecteurs.
Peccator
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2234
Inscription : mar. 10 sept. 2013, 21:38
Localisation : Près de Paris

Re: Faire le choix de l'éthique ou du pragmatisme : manger b

Message non lu par Peccator » sam. 11 janv. 2014, 23:52

Kerniou a écrit :C'est affolant, je suis c'accord avec vous.
Pas de panique : si nous sommes d'accord, c'est qu'il doit y avoir malentendu :p :-D :-D

Plus sérieusement, ce pourrait etre 25% de la matière sèche, ce qui est deja enorme en soi.

Avez vous une référence pour cette étude ?
Non pas ce que je veux, mais ce que Tu veux. Mc 14, 36

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 4459
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Faire le choix de l'éthique ou du pragmatisme : manger b

Message non lu par Kerniou » dim. 12 janv. 2014, 15:22

Hélas, non. Je n'ai pas les références de cette étude.
Comme je l'ai dit, ces infos nous ont été transmises lors d'un entretien. Je ne sais ni comment ni dans quel contexte le médecin en a eu connaissance.
Peut-être pouvez-vous trouver un site qui rend compte des travaux des Prs Sultan et Belpomme sur les incidences de l'environnement sur le cancer. A priori, je ne pense pas que l'on puisse trouver des infos plus précises sur la composition du vin dans la mesure où, à ce que j'ai compris, ce n'était pas l'objet de l'étude. Mais on ne sait jamais, vous pourriez les trouver ailleurs.
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Avatar de l’utilisateur
Toto
Barbarus
Barbarus

Re: Faire le choix de l'éthique ou du pragmatisme : manger b

Message non lu par Toto » dim. 12 janv. 2014, 21:49

Si je relis rapidement les messages, je m'aperçois que, comme la plupart des discussions sur ce sujet :
-on n'a généralement aucune référence d'étude
-on mélange absolument tout et n'importe quoi : le titre du fil est sur le "manger bio", et on passe ensuite aux vignobles près des routes, à l'intérêt de ne pas manger de viande, à l'intérêt d'acheter local...Toutes choses fort intéressantes mais dont la salade montre très clairement le flou du discours et le mauvais maniement des concepts. Quand pour défendre le bio on est obligé d'invoquer le respect des petits producteurs, ce sont deux choses qui n'ont absolument rien à voir, tout comme la nourriture locale. Vous pouvez avoir du riz bio produit en Chine dans un camp de travail forcé, ce n'est pas incompatible.
Ah, et sinon, sur le fait que les produits bio sont bon pour la santé ; je rappelle que la vague de décès de 2011 (43 morts et plus de 3000 personnes contaminées) était due à des graines germées bio.

Peccator
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2234
Inscription : mar. 10 sept. 2013, 21:38
Localisation : Près de Paris

Re: Faire le choix de l'éthique ou du pragmatisme : manger b

Message non lu par Peccator » lun. 13 janv. 2014, 1:47

Toto a écrit :Si je relis rapidement les messages, je m'aperçois que, comme la plupart des discussions sur ce sujet :
-on n'a généralement aucune référence d'étude
C'est une des grandes difficultés dans le "monde du bio" : c'est littéralement envahi de croyances, de pseudo-sciences, de "médecines parallèles" du genre naturopathie, étiopathie et j'en passe (on voit même des trucs qui me semblent bien imprégnés d'astrologie), avec une bonne dose d'influence "new age" plus ou moins masquée. Quand on est chrétien et avec une solide éducation scientifique, c'est très pénible.

Mais bon, c'est parce que Newton était astrologue qu'il a creusé la question des lois gouvernant la marche des planètes, et a formulé la loi de la gravitation...

Mais il n'y a pas besoin d'études médicales poussées pour comprendre que manger des pesticides, c'est pas génial.

Ni de fouiller les revues scientifiques pour comprendre que le principe de l'agriculture biologique est éminemment plus respectueux de l'environnement que l'agriculture intensive reposant exclusivement sur engrais, pesticides et maintenant OGM.

D'ailleurs, le fait que Kerniou ne possède pas les références des études en question ne signifie pas que ces études n'existent pas.
-on mélange absolument tout et n'importe quoi : le titre du fil est sur le "manger bio", et on passe ensuite aux vignobles près des routes, à l'intérêt de ne pas manger de viande, à l'intérêt d'acheter local...
Oui, parce que quand on décide de consommer bio, ça s'intègre généralement dans une démarche plus globale, où entrent bien d'autres considérations que le seul label bio.
Toutes choses fort intéressantes mais dont la salade montre très clairement le flou du discours et le mauvais maniement des concepts.
C'est vrai.
Mais parce que les avocats du bio n'ont pas forcément les idées parfaitement claires, est-ce qu'il faut en conclure pour autant que ce qu'ils disent n'a aucun intérêt, voire que ce serait n'importe quoi ?

Il suffit de regarder par soi-même la manière d'agir des semenciers, Monsanto en tête, pour comprendre qu'il y a un problème fondamental dans le fonctionnement de l'agriculture industrielle.
Ah, et sinon, sur le fait que les produits bio sont bon pour la santé ; je rappelle que la vague de décès de 2011 (43 morts et plus de 3000 personnes contaminées) était due à des graines germées bio.
Supposer que le bio est forcément bon pour la santé, c'est une ânerie. Mais supposer que le non-bio est forcément meilleur, ce serait tout autant une ânerie. Je pense que vous êtes en mesure de réfléchir un peu plus loin que cela.
Non pas ce que je veux, mais ce que Tu veux. Mc 14, 36

salésienne05
Senator
Senator
Messages : 681
Inscription : lun. 06 juin 2011, 19:51
Localisation : Alpes-Maritimes/Hautes-Alpes

Re: Faire le choix de l'éthique ou du pragmatisme : manger b

Message non lu par salésienne05 » lun. 13 janv. 2014, 11:38

Toto, si vous lisez bien nos messages, vous lirez aussi donc que manger bio, choisir le bio, c'est intégrer une démarche plus globale, à savoir celle d'un certain bon sens.Ce n'est pas un problème d'études sur une chose ou l'autre : c'est du simple bon sens. Si vous avez bien lu nos messages, vous vous apercevrez que les personnes commencent à s'interroger sur le bio, pour des raisons de santé, d'écologie (non, ce n'est pas un mot grossier : nos derniers papes en ont parlé) et d'éthique. Quand la démarche commence à être initiée, d'autres paramètres entrent en jeu. Personnellement, il ne me viendrait pas à l'idée de manger du riz bio qui vienne de l'autre bout du monde alors que nous produisons du riz en Camargues et en Italie, avec de petits producteurs qui n'engraissent pas les intermédiaires.
Trois de mes beaux-frères sont agriculteurs et éleveurs. Ils se sont mis au bio pour des raisons financières d'abord. Mais après trois années de bio, ils ont vu leur propre santé s'améliorer, la qualité de leurs produits aussi, et une liberté totale comparée à leur dépendance d'avant aux produits phyto sanitaires.

Ce n'est pas une démarche "bobo" ou idéologique que de vivre en chrétien sur notre planète. Il n'y a pas que le péché de chair ou de dogme : en consommant de telle ou telle manière nous péchons aussi. Si consommer nous conduit à saccager notre planète, à détruire l'auto subsistance des paysans du Tiers-Monde (comme vous l'a expliquée Kerniou), à nous gaver alors que Jésus nous incite à être sobres, à rendre pauvre notre paysannerie européenne, à rendre malade les paysans qui utilisent les pesticides, à tuer les abeilles, etc, alors nous péchons car nous avons la capacité de consommer autrement.

Et si vous nous avez bien lus, manger bio (pas forcément labellisé : on peut manger bio en mangeant les produits de son potager ou du potager du voisin), cela conduit à un autre mode de vie plus sobre souvent, et cette démarche s'inscrit dans une démarche spirituelle plus profonde (détachement des biens matériels, de la nourriture, de la gloutonnerie, intégration du jeûne et se plus de prière).

Penser bio nous a menés, mon mari et moi, à lâcher nos tablettes, nos portables, et à nous contenter d'un "minimum". Comme nous gagnons correctement notre vie, tout ce que nous y avons gagné financièrement, nous le donnons à des oeuvres, pour ne pas thésauriser. Bref, le bio pour le bio, si on ne change pas globalement, ça a une incidence marginale. Par contre, si, à partir du bio, c'est une réflexion globale qui s'engage, alors là, cela peut devenir une véritable démarche spirituelle chrétienne, avec un vrai bénéfice spirituel à la clef.

Fraternellement.

Cécile

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 4459
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Faire le choix de l'éthique ou du pragmatisme : manger b

Message non lu par Kerniou » lun. 13 janv. 2014, 20:24

Tout à fait d'accord avec vous Cécile.
Je dirais à Toto qui ne veut pas se soumettre au "diktat" du bio qu'il accepte sans problème les pratiques de l'industrie agro-alimentaire et des super marchés.
Il y a eu, en Allemagne où le cahier des charges est moins strict qu'en France, des problèmes : c'est vrai. Mais combien d'épidémies de salmonellose ?

Que l'on passe du bio aux petits producteurs est logique puisque les producteurs bio sortent du réseau de l'agro-alimentaire, justement. Ils vont écouler leur production localement parce que c'est plus pratique et moins coûteux. Les légumes bio sont sarclés à la main.
Quant au vin, le traitement habituel de la vigne avec les produits chimiques nécessitent un certain nombre de passage de produits chimiques avec un tracteur qui va tasser la terre, l'appauvrir et l'empêcher de vivre en supprimant les insectes, les vers de terre et autres bactéries qui s'y développent et qui l'aèrent et la nourrissent. Les engrais, les fongicides et les insecticides sont présents dans les raisins et vont rester dans le vin. A ces produits s'ajoutent les polluants des voitures qui se déposent sur la terre et sur la vigne. Je ne vois, là, rien d'incohérent.
Je vous rappelle que j'ai cité les travaux du Pr Belpomme de l'hôpital Georges Pompidou à Paris et le Pr Sultan de Montpellier, (du CHU, je suppose).

Les modes de production agricole ont changé, en France, à la fin des années 60 et aux USA, après la guerre. Les études du Pr Michaël Lerner de Yale correspondent aux statistiques françaises : depuis 1975 les cancers ont augmenté de 60% et touchent des gens de plus en plus jeunes. En France, le nombre de cancers chez les enfants a doublé en 10 ans.
EN 2004, les causes environnementales sont reconnues par l'OMS comme actives dans le déclenchement des cancers et dans leur développement. L'OMS observe que se sont les cancers chez les enfants et les adolescents qui augmentent le plus.
Le National Cancer Institute des USA déclare:
... "Il est largement reconnu en biologie et en médecins que la présence de nombreuses substances toxiques dans l'environnement jouent un rôle dans la "carcinogenèse"- l'apparition des premières cellules cancéreuses dans l'organisme - puis leur transformation en une tumeur agressive".
Les experts du NCI des USA soulignent que" la carcinogenèse n'est pas seulement un processus déclencheur de la maladie mais qu'elle continue après la déclaration de la maladie
Il est donc essentiel de se protéger des toxines qui encouragent la croissance des tumeurs que l'on soit en pleine santé ou déjà touché par la maladie" ...
Malgré les résultats convergents de différentes recherches entreprises en Europe, au Japon et aux USA quant à la dangerosité pour l'homme des produits chimiques dans la chaîne alimentaire, rien n'a été imposé à l'industrie chimique.
En France, de telles études ne sont pas financées.

Dans son livre "Anticancer", David Servan-Schreiber recommande la lecture de "Pesticides: Révélations sur un scandale français" de Fabrice Nicolino et François Veillerette.
Je recommanderais, vivement, la lecture des travaux de Pierre Rabhi qui font référence à sa longue expérience.
"Les pollutions invisibles" de Frédéric Denhez"
"Les sillons de la colère" d'André Pochon, un agriculteur qui explique commen t on a imposé l'agriculture industrielle à partir de années 70.
Sont à voir, aussi, les films d'Isabelle Delforge visibles en VOD sur intenet.
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 4459
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Faire le choix de l'éthique ou du pragmatisme : manger b

Message non lu par Kerniou » mar. 14 janv. 2014, 11:23

Les toxines sont présentes prioritairement dans la viande et les produits laitiers industriels et les résidus de pesticides dans les céréales et la salade, par exemple, pour citer que cela.
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Penelops
Ædilis
Ædilis
Messages : 12
Inscription : lun. 04 nov. 2013, 11:53

Re: Faire le choix de l'éthique ou du pragmatisme : manger b

Message non lu par Penelops » sam. 18 janv. 2014, 19:53

Merci à tous pour vos réactions.

J'ai regardé le documentaire "Nos enfants nous accuseront" et j'ai apprécié.

Sinon, je voulais revenir sur un point du post de Toto :
Toto a écrit :Ah, et sinon, sur le fait que les produits bio sont bon pour la santé ; je rappelle que la vague de décès de 2011 (43 morts et plus de 3000 personnes contaminées) était due à des graines germées bio.
Les décès étaient liés à des graine germées, certes. Ce n'était, semble-t-il, pas leur caractère "bio" qui a induit l'apparition de la bactérie mais leur conditionnement de développement.
Appréciées parce qu'elles étaient censées être bonnes pour la santé, elles sont cultivées dans la chaleur et l'humidité ce qui en ferait un vecteur de bactéries.
http://sante.lefigaro.fr/actualite/2011 ... rie-tueuse

Notez par ailleurs qu'il est malhonnête de la part du journaliste de dire "elles étaient censées être bonnes pour la santé" car c'est le cas. Si un lot de carottes était la cause de plusieurs morts, cela n'enlèverait rien au fait que la vitamine A que ce légume contient est excellente à la santé.

Avatar de l’utilisateur
Invité
Barbarus
Barbarus

Re: Faire le choix de l'éthique ou du pragmatisme : manger b

Message non lu par Invité » sam. 18 janv. 2014, 20:35

Ah, et sinon, sur le fait que les produits bio sont bon pour la santé ; je rappelle que la vague de décès de 2011 (43 morts et plus de 3000 personnes contaminées) était due à des graines germées bio.
Et que seraient de toute façon 43 décès face aux milliers (millions) de cancers développés à cause des divers produits chimiques dans la nourriture non-bio ?

Avatar de l’utilisateur
astre
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1127
Inscription : lun. 24 juin 2013, 19:47
Localisation : Bretagne

Re: Faire le choix de l'éthique ou du pragmatisme : manger b

Message non lu par astre » dim. 25 mai 2014, 6:59

L'alimentation bio est-elle vraiment meilleure pour notre santé ?

http://www.20minutes.fr/magazine/secret ... bio-45058/
L'amitié nous fait partager de grands moments de bonheur, mais aussi d'immenses peines. L'important est de partager, de s'écouter, de se soutenir.
Abbé Pierre

Avatar de l’utilisateur
solomon
Censor
Censor
Messages : 51
Inscription : ven. 16 mai 2014, 12:28

Re: Faire le choix de l'éthique ou du pragmatisme : manger b

Message non lu par solomon » dim. 25 mai 2014, 9:20

Quitte à mettre un certain prix, je préfère certains produit équitables plutôt que bio. Il est vrai que le prix monte vite. Mais honnêtement je préfère une famille nombreuse que des produits bios...

Après, je ne sais pas où vous vivez et ce que vous voulez faire mais pour vivre bien, certain déménage dans des pays où le coût de la vie est moindre.

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 4459
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Faire le choix de l'éthique ou du pragmatisme : manger b

Message non lu par Kerniou » dim. 25 mai 2014, 19:05

Souvent, les produits équitables sont bio.
En France les études sont menées par les fabricants de produits chimiques, l'état ne les finance pas. Donc les firmes, comme Monsanto qui fabriquent les produits chimiques font des tests. lls font des cultures en laboratoire pendant trois mois et ne constatent aucun désordre cellulaire : donc le produit est sans danger.
SAUF que les désordres cellulaires n'apparaissent pas avant 19 à 22 mois de culture, selon les produits ...
Un cancer se déclenche au bout de 10 à 15 ans ... Le laps de temps est long et les chercheurs employés par les chimiquiers ne font pas le rapprochement.
Souvenons-nous de l'explosion de produits chimiques à Bopal et de ses conséquences. Ces produits chimiques étaient des pesticides destinés à l'agriculture, ce qu'on ne nous a pas dit sur le moment ! ...
L'expérience avec les souris, tant décriée a été invalidée non sur le fond mais sur la forme. Les mêmes expériences ont été faites aux USA et ont donné les mêmes résultats.
A Washington, Cynthia Curl a mené une étude sur 42 enfants de 2 à 5 ans certains nourris en bio et pas les autres. L'analyse des urines des enfants ont prouvé que l'urine des enfants consommant des aliments bio contenaient moins de pesticides et se situaient en deçà du minima fixé par l'Agence gouvernementale de protection environnementale. pour les autres, la charge toxique dépassait de 4 fois les limites officielles tolérées. Quand on a changé l'alimentation des enfants les résultats se sont intervertis. La nourriture bio marque une différence quant au niveau d'intoxication de l'organisme.
Combien de temps a-t-il fallu pour convaincre des dangers du tabac ? ...Et de l'amiante dont la dangerosité avait été établie lors de sa mise en utilisation ? Combien sont morts ?

Je recommande la lecture - du livre de David Servan-Scheiber: Anticancer.
-des travaux de Pierre Rabhi sur l'agro-écologie.

Je ne souhaite à personne d'entendre dire, un jour, par un cancérologue que le cancer mortel de son enfant est une conséquence des pesticides.

Pourquoi la Mutualité Sociale Agricole ne veut-elle plus publier, comme elle le faisait avant, les statistiques sur la cause de la mort des agriculteurs ?
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Avatar de l’utilisateur
cath1250
Censor
Censor
Messages : 166
Inscription : mar. 15 févr. 2011, 9:47
Localisation : belgique

Re: Faire le choix de l'éthique ou du pragmatisme : manger b

Message non lu par cath1250 » jeu. 29 mai 2014, 14:50

les aliments bio sont plus sains, de par leur absence de pesticides. Mais manger bio, si l'on se dirige vers les plats préparés, les aliments avec index glycémique élevés et si on mange en surabondance, effectivement, ce ne sera pas un gage de meilleure santé.

c'est comme celui qui se lance dans le végétarisme sans s'informer et qui se contente de supprimer la viande. .... les frites (à l'huile végétale), les chips, les biscuits, etc... c'est végétarien... donc, on peut manger mal et avoir des soucis de santé en étant végétarien...

perso, je choisis le bio quand il est accessible (prix) et qu'il n'est pas complètement flétri (y a des magasins où on vous vendrait bien des légumes pourris). Sinon, je prends du non bio... savez vous que cuire vos légumes dans un cuiseur vapeur (vapeur douce de préférence) fait tomber les pesticides et autres produits indésirables dans l'eau du bac (jeter donc surtout toujours cette eau)? voilà une manière de rendre vos légumes un peu bio. les nettoyer aussi avec du bicarbonate de soude est bien aussi....
Quand je parlerais les langues des hommes et celles des anges, si je n'ai pas l'amour je ne suis qu'une pièce de bronze qui résonne, qu'une cymbale qui retentit...
...L'amour est patient ; l'amour est plein de bonté. L'amour n'est point envieux ; il n'est pas présomptueux, il ne s'enfle pas d'orgueil. Il ne fait rien de malhonnête ; il ne cherche pas son intérêt ; il ne s'aigrit pas ; il ne soupçonne point le mal. Il ne se réjouit pas de l'injustice, mais il met sa joie dans la vérité. Il excuse tout, il croit tout, il espère tout, il supporte tout....

Avatar de l’utilisateur
Silica
Quæstor
Quæstor
Messages : 244
Inscription : jeu. 13 févr. 2014, 22:24

Re: Faire le choix de l'éthique ou du pragmatisme : manger b

Message non lu par Silica » jeu. 29 mai 2014, 15:38

cath1250 a écrit : savez vous que cuire vos légumes dans un cuiseur vapeur (vapeur douce de préférence) fait tomber les pesticides et autres produits indésirables dans l'eau du bac (jeter donc surtout toujours cette eau)?
Attention cependant aux cuits-vapeur en plastique ! Des produits toxiques (type bisphénol) peuvent aussi se glisser dans les aliments pendant la cuisson.
Le plus simple/sain c'est le cuit-vapeur en inox type casserole percée qu'on rajoute au dessus d'une autre casserole : on peut faire cuire les pâtes et les légumes en même temps et en plus ça prend moins de place !

Image

Peccator
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2234
Inscription : mar. 10 sept. 2013, 21:38
Localisation : Près de Paris

Re: Faire le choix de l'éthique ou du pragmatisme : manger b

Message non lu par Peccator » jeu. 29 mai 2014, 16:29

Silica a écrit :
cath1250 a écrit : savez vous que cuire vos légumes dans un cuiseur vapeur (vapeur douce de préférence) fait tomber les pesticides et autres produits indésirables dans l'eau du bac (jeter donc surtout toujours cette eau)?
Attention cependant aux cuits-vapeur en plastique ! Des produits toxiques (type bisphénol) peuvent aussi se glisser dans les aliments pendant la cuisson.
Le plus simple/sain c'est le cuit-vapeur en inox type casserole percée qu'on rajoute au dessus d'une autre casserole : on peut faire cuire les pâtes et les légumes en même temps et en plus ça prend moins de place
... et au passage, on récupère dans les pâtes ce qu'on aurait ôté des légumes... Malin ! ;)
Non pas ce que je veux, mais ce que Tu veux. Mc 14, 36

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité