Confession : n'ayez pas peur !

« Quant à vous, menez une vie digne de l’Évangile du Christ. » (Ph 1.27)
Règles du forum
Forum d'échange entre chrétiens sur la façon de vivre l'Évangile au quotidien, dans chacun des domaines de l'existence
Peccator
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2234
Inscription : mar. 10 sept. 2013, 21:38
Localisation : Près de Paris

Re: La Confession

Message non lupar Peccator » lun. 30 sept. 2013, 0:11

Etes-vous sérieux là ? Evidemment que les prêtres et le pape parlent de la confession !

Abordez-vous la question des sacrements avec vos amis ? Parce que bon, la confession, c'est important, mais vous parlent-ils du baptême ? du sacrement des malades ? de la confirmation ? Dans ma vie de pratiquant, je ne passe pas mon temps à parler des sacrements à tous mes amis...

Mais vous avez fait votre confirmation : votre prêtre vous a forcément parlé de la confession, puisque vous-même dites vous être confessé une fois. Ce n'est quand même pas la faute du prêtre si vous avez oublié ! Ou si comme moi à l'époque, vous n'écoutiez que d'une oreille, bien persuadé que tout ça n'était pas très important...



c'est bien compliqué tout ça, le sacrifice de jésus pardonne les péchés, mais pas tous et il faut être expert ou initié pour les connaître. C'est bien ça ? :/
Non, ce n'est pas ça. Relisez ce qui a déjà été écrit, personne n'a dit ça. Où donc avez vous lu que certains péchés ne seraient pas pardonnés ?
Je me cite moi-même (une valeur sûre, n'est-ce pas :-D ) :
Au moment où le prêtre dit "je te pardonne tous tes péchés", tous les péchés sont pardonnés.



Quand vous dites à votre époux/épouse ou à un ami quelque chose qui le blesse, et que vous vous rendez-compte de la blessure que vous avez provoquée, vous considérez que la personne étant magnanime, il n'y a pas besoin d'aller la voir ? Personnellement, je préfère aller me réconcilier avec elle, d'une part ça me soulage plus efficacement de ma culpabilité, mais surtout parce que cela lui montre que j'accorde de l'importance à notre relation, que je fais un geste pour la réparer, mais aussi que je respecte sa liberté, je ne présume pas d'elle.


Le sacrement de réconciliation, ce n'est pas "bouh ! tu es pécheur, si tu ne passes pas par la case confessionnal, tu vas aller droit en enfer". C'est "mon Dieu, je m'efforce de t'aimer du mieux que je peux, mais je vois bien que je n'y arrive pas toujours. Alors s'il te plait, répare ce que j'ai abîmé et que je ne peux pas réparer, et prête moi des forces pour que je sois un peu moins fragile".


Tenez, je vous recopie un petit texte que j'ai trouvé sur le site de ma paroisse, et qui me parait très juste :
Deux enfants parlent de la confession: Le premier dit: « quand je vais me confesser, je viens demander pardon à Dieu de lui avoir cassé un carreau chez lui ». L'autre écoute et donne son avis: « Non, ce n'est pas cela !: quand je vais me confesser, je viens demander à Dieu de réparer le carreau que je me suis cassé chez moi ».
Non pas ce que je veux, mais ce que Tu veux. Mc 14, 36

seba15
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 475
Inscription : sam. 23 févr. 2013, 21:05

Re: La Confession

Message non lupar seba15 » lun. 30 sept. 2013, 8:21

C'est quoi que vous appelez alors péché mortel ?

Peccator
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2234
Inscription : mar. 10 sept. 2013, 21:38
Localisation : Près de Paris

Re: La Confession

Message non lupar Peccator » lun. 30 sept. 2013, 11:04

Sur de tels sujets, je préfère commencer par regarder ce que dit l'Eglise.
CEC 1855 :
Le péché mortel détruit la charité dans le coeur de l'homme par une infraction grave à la Loi de Dieu ; il détourne l'homme de Dieu, qui est sa fin ultime et sa béatitude en Lui préférant un bien inférieur.
Le péché véniel laisse subsister la charité, même s'il l'offense et la blesse.
Paraphrase personnelle :
On voit donc que le péché mortel coupe la relation d'amour (la charité) de l'homme à Dieu. L'homme tourne le dos à Dieu, veut exister sans lui, met sa priorité sur des choses de ce monde.
Le péché véniel endommage cette relation d'amour, mais sans la rompre totalement. L'homme n'oublie pas que Dieu est au centre, et se tourne encore vers Lui.
Non pas ce que je veux, mais ce que Tu veux. Mc 14, 36

Peccator
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2234
Inscription : mar. 10 sept. 2013, 21:38
Localisation : Près de Paris

Re: La Confession

Message non lupar Peccator » lun. 30 sept. 2013, 11:55

Ca va tomber comme un cheveu sur la soupe au milieu de la conversation, mais je pense utile de recopier ici une présentation du sacrement de réconciliation que je viens d'écrire sur un autre fil.
http://www.cite-catholique.org/viewtopi ... 2&start=15


Le sacrement de réconciliation (couramment appelé la confession) te permet de réparer les blessures existantes dans ta relation d'amour avec Dieu. C'est comme quand on aime quelqu'un, on se rend compte que de temps en temps, nos paroles ou nos actes abiment notre relation d'amour. Ils peuvent blesser l'autre, mais on s'en sent blessé aussi.
Le sacrement de réconciliation n'a pas pour but de soigner les blessures que l'on aurait faites à Dieu. Au contraire, il s'agit de venir demander à Dieu de guérir nos propres blessures.

Comme tous les sacrements, il demande une petite préparation pour le vivre en en retirant le plus de fruit possible. Il ne s'agit pas tant de venir réciter la liste de nos péchés que de venir se placer devant Dieu et lui demander de réparer ce que nous avons abîmé. C'est un don merveilleux, dont il faut user autant que possible.


Il ne s'agit pas tant de venir réciter la liste de nos péchés...

Vous avez sans doute raison, Peccator, mais ça me laisse songeur quand je pense à l'instruction religieuse que j'ai reçue autrefois, où l'on insistait lourdement sur la nécessité de l'inventaire complet de nos péchés...

Oui, je sais bien... Moi aussi, c'est ce que j'ai appris enfant... et cette manière de présenter les choses m'a durablement éloigné de la confession... Et on lit toujours ça aujourd'hui dans certaines présentation du sacrement de réconciliation.

C'est terrible dans la pastorale des "recommançants", les gens qui se sont éloignés de Dieu puis un jour retrouvé la foi et veulent rentrer à la maison. C'est terrible, parce que ça met des barrières très dures à passer. J'ignore comment on présente les choses en catéchuménat, mais j'espère que c'est plus attentif aux difficultés de l'homme à se tourner vers Dieu. Et je pense que le Pape est très conscient de ça, quand il dit qu'il faut d'abord témoigner de la miséricorde avant de commencer à parler des dogmes.


Je parle d'expérience, c'est très difficile à vivre quand on est le fils prodigue qui est parti loin de la maison de son père, et qui un jour comprend qu'il a besoin et envie d'y revenir... On lit l'évangile, on le médite, on est touché par la parabole du fils prodigue, on s'attend à voir le père courrir vers soi... et là, paf, une barrière à passer.


J'ai donc été heureux de rencontrer des prêtres qui m'ont permis une approche plus progressive du sacrement :

- L'essentiel, ce qui est vraiment fondamental, c'est déjà de se reconnaître pécheur, de prendre conscience qu'on a erré loin de Dieu, qu'on lui a tourné le dos, et qu'on a besoin de Lui pour réparer ce lien qu'on a rompu.

- Se reconnaître pécheur, c'est apprendre à voir à quelle occasion, en quelles circonstances on s'est détourné de Dieu, on Lui a retiré notre préférence. Et le bon moyen de faire cet état des lieux, c'est de dire concrètement quels sont les péchés que l'on a commis.

- On réalise très vite que demander pardon de ses péchés, mais garder certains péchés pour soi, ne pas en parler, ce n'est pas très cohérent. On voit bien que, même alors qu'ils ont été pardonnés, les péchés dont on n'a pas parlé continuent d'être douloureux dans son coeur. Donc on s'efforce de parler de tous ceux dont on a conscience.

- Et puis, quand on commence à se confesser régulièrement, on est agacé de voir qu'à peine sorti du confessional, on prend conscience d'un truc qu'on n'a pas dit, qu'on a oublié, qui vient d'être pardonné pourtant, mais dont on aurait bien aimé pouvoir parler. C'est alors qu'on découvre la pratique de l'examen de conscience : ce n'est plus une démarche passive où on attend de découvrir un jour que tiens, là, je suis pécheur, mais de relire sa vie pour discerner quand et comment on arrive à pécher. Et évidemment, on parle en confession de ce qu'on trouve.

On voit bien que faire un inventaire de ses péchés, c'est une démarche qu'il faut apprendre à faire. Et pour la faire, nous avons besoin de la grâce de Dieu, parce que c'est justement l'amour de Dieu qui est la lumière qui révèle nos zones d'ombres.


Mais il ne faut pas se leurrer non plus : il faut bien être conscient que l'inventaire dont on parle, c'est celui des péchés dont on a pris conscience. Faire réellement l'inventaire exhaustif de tous ses péchés ? C'est impossible : si l'homme connaissait réellement toutes les fois où il pèche, il ne le supporterait pas !




Pour illustrer cette approche progressive du sacrement, je veux bien témoigner de comment ça s'est passé pour moi. Peut-être que cela aidera certains à revenir au sacrement de pénitence.

Très peu de temps après ma conversion, mon retour à Dieu, j'ai compris que ce retour signifiait réparer ce lien d'amour en Lui et moi que j'avais coupé. Je me suis dit qu'il allait falloir nous réconcilier, et cela m'a fait comprendre que le bon moyen pour cela, c'était justement le sacrement de réconciliation. Je suppose que l'Esprit murmurait déjà dans mon coeur, parce que bon, la confession ce n'était vraiment pas une démarche évidente pour moi, mais là d'un coup je l'ai vue, cette évidence.

A ma première confession, j'ai clairement dit au prêtre qu'il y avait des choses que je n'étais pas encore capable de dire. Que je savais qu'il faudrait que j'en parle un jour, mais que pour cela, il faudrait d'abord que je renforce ma foi. J'étais comme un enfant qui a fugué et fait des bêtises et puis finalement rentre à la maison : avant de pouvoir tout raconter, il a besoin d'un peu de temps pour laisser grandir la confiance.

Le prêtre m'a répondu, très justement, que la confession n'est pas une négociation, qu'on ne pardonne pas certains péchés mais pas les autres : le prêtre dit bel et bien "je te pardonne tous tes péchés". Mais moi, je ne voulais pas négocier : je reconnaissais simplement que je n'étais pas encore capable de parler de certaines choses, trop difficiles pour moi.
Alors j'ai demandé à Dieu de guérir en moi cette peur qui m'empêchait de Lui parler de certains de mes actes. Et le prêtre a bien voulu me donner l'absolution, pour tous mes péchés, y compris ceux dont je ne pouvais pas parler. Rien que de vous raconter ça ce matin, de revivre cette expérience de l'incroyable miséricorde de Dieu, ça me fait encore pleurer...

A partir de ma confession suivante (15 jours plus tard), il m'a été facile de parler de ce dont je ne pouvais pas parler avant. Non pour demander le pardon, puisque ces péchés m'avaient déjà été remis, mais parce que j'avais besoin alors de vivre le fait de pouvoir en parler. Et en fait, je n'ai pas eu grand chose à dire, quelques mots ont suffit. Mais ça m'a permis de clore le "dossier".
Non pas ce que je veux, mais ce que Tu veux. Mc 14, 36

seba15
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 475
Inscription : sam. 23 févr. 2013, 21:05

Re: La Confession

Message non lupar seba15 » lun. 30 sept. 2013, 20:39

Je pense qu'il faudrait quand même revoir les priorité.
Je trouve dommage que les enterrement soit rarement fait par des prêtres alors qu'ils feraient des confession. Je pense pas que ça soit un choix judicieux. D'ailleurs pourquoi ne plus assurer les scépultures alors qu'on a quand même les prêtre pour les mariages et baptèmes.
Il y a tant de mort que ça ?

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 10080
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: La Confession

Message non lupar Fée Violine » lun. 30 sept. 2013, 21:43

En effet, les enterrements sont nombreux dans les paroisses. Mais surtout, le prêtre n'est pas indispensable pour célébrer des funérailles, car ce n'est pas un sacrement.
Les laïcs peuvent remplacer des prêtres dans beaucoup de tâches, mais seul le prêtre peut confesser et célébrer l'eucharistie.

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8731
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: La Confession

Message non lupar PaxetBonum » mar. 01 oct. 2013, 7:59

J'ai pas lu les différents textes de l'église mais pourquoi si la confession est si importante, les curé ou le pape n'en parle pas ?

Mais tous les papes en parlent !
Par exemple : http://www.famillechretienne.fr/croire/ ... 69534.html
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8731
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: La Confession

Message non lupar PaxetBonum » mar. 01 oct. 2013, 8:02

Je pense qu'il faudrait quand même revoir les priorité.
Je trouve dommage que les enterrement soit rarement fait par des prêtres alors qu'ils feraient des confession. Je pense pas que ça soit un choix judicieux. D'ailleurs pourquoi ne plus assurer les scépultures alors qu'on a quand même les prêtre pour les mariages et baptèmes.
Il y a tant de mort que ça ?
Je vous rejoins pour les enterrements c'est triste sans messe de requiem.
Mais l'enterrement n'est pas un sacrement, il est bien plus important que le prêtre soit au chevet des malades pour donner l'extrême onction. Il en va de même pour la confession.
Sans ces sacrements nous risquons tous de finir en enfer, sans prêtre à l'enterrement ce n'est pas le cas.
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Peccator
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2234
Inscription : mar. 10 sept. 2013, 21:38
Localisation : Près de Paris

Re: La Confession

Message non lupar Peccator » mar. 01 oct. 2013, 12:21

Je voudrais juste rappeler qu'il ne faut pas non plus faire de nos prêtres des "machines à sacrements". Ils ont beaucoup d'autres choses à faire. Certes, il n'y a que pour les sacrements que les prêtres sont techniquement indispensables. Mais si on les "enferme" dans ce rôle, à ne plus faire que ça toute la journée, on va se priver de beaucoup.
Non pas ce que je veux, mais ce que Tu veux. Mc 14, 36

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8731
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: La Confession

Message non lupar PaxetBonum » mar. 01 oct. 2013, 17:32

Je voudrais juste rappeler qu'il ne faut pas non plus faire de nos prêtres des "machines à sacrements".
N'est-ce pas là leur rôle premier ?
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Peccator
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2234
Inscription : mar. 10 sept. 2013, 21:38
Localisation : Près de Paris

Re: La Confession

Message non lupar Peccator » mer. 02 oct. 2013, 1:44

Non, ce n'est pas leur rôle premier. En tout cas, ce n'est pas ma conception du prêtre.

Sa tâche première est d'être le berger des brebis qui lui sont confiées. Les sacrements ne sont qu'une des dimensions que couvre cette responsabilité.

Et même si on ne partage pas ce point de vue théorique, en pratique le curé de paroisse a énormément de responsabilités qui lui sont propres, et qu'il est tenu d'assumer. On pourrait discuter d'une évolution de la fonction de curé de paroisse, mais en attendant il faut bien vivre avec l'organisation et la réglementation actuelle.
Non pas ce que je veux, mais ce que Tu veux. Mc 14, 36

poche
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2286
Inscription : lun. 11 mars 2013, 9:28

Re: La Confession

Message non lupar poche » mer. 02 oct. 2013, 8:40

Mais alors que fait-on quand le prêtre est trop occupé pour entendre votre confession? Si la ligne est si longue qu'il n'arrive pas à vous?

nad
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 1140
Inscription : ven. 24 sept. 2010, 23:09

Re: La Confession

Message non lupar nad » mer. 02 oct. 2013, 8:59

Bonjour Poche
Mais alors que fait-on quand le prêtre est trop occupé pour entendre votre confession? Si la ligne est si longue qu'il n'arrive pas à vous?
Il faut mettre toute sa confiance en Dieu, et en sa Miséricorde. Cela implique de communier avec un vrai repentir et avec la ferme intention de se confesser voire même de prendre rendez-vous pour une confession, d'aller communier même si la confession aura lieu après, ne pas oublier au cours du sacrement quand il aura lieu de rendre grâce à Dieu pour la confiance qu'Il met dans notre cœur et avouer la communion en état de péché.
Si le péché est d'une gravité extrême demander à Notre Seigneur la grâce de vivre la communion spirituellement, cela signifie ne pas s'approcher de la Sainte Table pour recevoir La Communion en attendant d'avoir reçu le sacrement du pardon.

Mais dans tous les cas, le sacrement du pardon ne doit JAMAIS être le prétexte à une rupture de lien plus grand encore avec Notre Seigneur.

Que votre ami prenne rdv et se laisse guider par l'Esprit Saint pour savoir s'il doit ou pas communier. Un autre cas de figure, qu'il expose en une ligne par téléphone ou mail personnel à son confesseur ou père spirituel sa faute en demandant s'il est autorisé à communier en attendant la confession.
Mais dans tous les cas la confession avant ou après avec ou sans rendez-vous devra avoir lieu.

En udp
nad
"Reste avec nous, car le soir vient et déjà le jour baisse". Et Il resta avec eux. Luc 24, 29
« La parole de Dieu est première dans la mission, non seulement elle est antérieure au sacrement, mais il nous faut croire qu'elle est antérieure à l'annonce proprement dite faite par le disciple qui lui-même est d'ordre sacramentel. » p Christian de Chergé

Peccator
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2234
Inscription : mar. 10 sept. 2013, 21:38
Localisation : Près de Paris

Re: La Confession

Message non lupar Peccator » mer. 02 oct. 2013, 9:51

Mais alors que fait-on quand le prêtre est trop occupé pour entendre votre confession? Si la ligne est si longue qu'il n'arrive pas à vous?
Est-ce une situation courante ? Ou est-ce ce qui arrive quand on est en période d'avent ou de carême, quand d'un coup tout le monde se rappelle qu'il faut aller se confesser ?

Je suis toujours étonné quand on me parle de telles situations. Je ne nie pas qu'elles existent, mais je ne les vois jamais. Du coup, j'ai un peu de mal à dire...
D'ordinaire, c'est plutôt les prêtres qui doivent courir après les fidèles pour les inviter à se confesser, tellement plus personne ne vient... C'est d'ailleurs bien pour ça que dans beaucoup de paroisses, il n'y a plus de permanence de confession, juste une permanence d'accueil pendant laquelle on peut aussi demander à se confesser...


Sur le plan concret, je pense que Nad a donné une très bonne réponse.
Non pas ce que je veux, mais ce que Tu veux. Mc 14, 36

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8731
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: La Confession

Message non lupar PaxetBonum » jeu. 03 oct. 2013, 8:26

Je suis toujours étonné quand on me parle de telles situations. Je ne nie pas qu'elles existent, mais je ne les vois jamais. Du coup, j'ai un peu de mal à dire...
Tout dépend où vous habitez. En campagne malheureusement les confessions sont souvent proposées uniquement à Pâques ou l'Avent…
D'ordinaire, c'est plutôt les prêtres qui doivent courir après les fidèles pour les inviter à se confesser, tellement plus personne ne vient... C'est d'ailleurs bien pour ça que dans beaucoup de paroisses, il n'y a plus de permanence de confession, juste une permanence d'accueil pendant laquelle on peut aussi demander à se confesser...
Très juste
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise


Revenir vers « Vie chrétienne »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités