Un nouveau design est en préparation pour le forum. Vous pouvez le tester en avant première en le sélectionnant dans vos préférences utilisateurs :

Profils > Préférences du forum > Mon style du forum > selection "citecatho".


N'hésitez pas à faire un retour ici




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 21 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message: Écrivains catholiques du XXème siècle
UNREAD_POSTPublié: Sam 27 Oct 2012, 15:31 
Pater civitatis
Pater civitatis
Inscrit le: Mar 08 Avr 2008, 16:53
Messages: 10120
Isabelle47 a écrit:
Le XX ème siècle, côté littérature: C. Péguy, Paul Claudel, Bernanos :coeur:


On peut encore ajouter : André Frossard, Jacques Raïssa Maritain, Julien Green, Graham Greene et "La puissance et la gloire ?"), François Mauriac, le rugissant Léon Bloy, Teilhard de Chardin, la philosophe convertie Simone Weil - qui rencontra le Christ à Solesmes. J'en oublie, mais j'en donne encore un qui écrit indifféremment en français et en italien; certains de ses héros ont des angoisses et des états d'âme extraordinaires comme chez Bernanos: c'est Carlo Coccioli. Il a écrit "Le Ciel et la Terre"et je viens de découvrir qu'il y aune suite intitulée "Le Caillou blanc" que je vais commander rapidement:
Spoiler: afficher
http://www.carlococcioli.com/fr/do.php?open=opere&id_opera=12
-
Coccioli met en scène des héros qui ont la "consistance" et le sens de l'absolu, comme ceux de Bernanos,

Résumé du premier titre cité:

"Ardito Piccardi, jeune prêtre, emploie toute sa force à lutter contre le Malin qu'il découvre partout et surtout en lui-même. Le Malin est habile à leurrer les âmes généreuses par l'attrait même de la pénitence, des macérations, de l'apostolat intellectuel et à les induire en tentation par l'orgueil. Don Ardito est curé d'une petite paroisse de montagne. Ses sermons poignants, sa sévérité lors des confessions, le font haïr de tous les nantis, alors que les pauvres bûcherons de la montagne sentent qu'il y a en ce jeune prêtre une flamme étrange. Assez vite, il est considéré par eux comme un saint, bien qu'il ait horreur de cette sorte de culte dont il est l'objet. Cependant il lui est donné un jour de guérir miraculeusement un enfant, mais il doit payer en quelque sorte une effroyable rançon. Un jeune homme, qui s'est confié à lui, se tue, acculé au suicide par la sévérité de Don Ardito à son égard. Il aurait dû sauver cet homme du désespoir.
D'autres expériences, d'autres échecs finiront par mener le jeune prêtre vers la lumière, cette lumière chrétienne qui est amour et dont le fanatisme est la négation.
Lorsqu'il écrivit ce roman, salué par toute la critique comme un chef-d'œuvre, Carlo Coccioli n'avait que trente et un ans. Depuis, son ouvre s'est enrichie de pages puisées à des sources d'inspiration bien différente.
Il reste que nombre de lecteurs conserveront une place privilégiée à ce livre incomparable."

_________________
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )


 
 Hors-ligne Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Dieu et Victor Hugo
UNREAD_POSTPublié: Sam 27 Oct 2012, 16:48 
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Avatar de l’utilisateur
Inscrit le: Jeu 28 Avr 2011, 14:37
Messages: 1388
Bonjour,
merci bien de me faire découvrir que ces auteurs étaient catholiques. De plus grâce à vous, j'ai appris que Simone "Weil" était une tout autre personne que Simone "Veil".
Bien à vous.

_________________
Avertissement: j'ai sur ce forum peut-être exprimé des avis contraires à la position de l'Église, et /ou de sa sainte Tradition, et/ou à l'avis qui se doit d'être celui d'un vrai chrétien catholique: ne me prenez donc en RÉFÉRENCE POUR RIEN. Ne soyez pas victimes de scandale. Que mon exemple soit rejeté et en aucun cas suivi. Si vous trouvez un endroit où une de mes interventions serait au moins douteuse, si ce n'est pire, faites-en moi part, notamment par mp. Je m'excuse profondément.


 
 Hors-ligne Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Dieu et Victor Hugo
UNREAD_POSTPublié: Sam 27 Oct 2012, 17:09 
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Inscrit le: Mer 22 Juin 2011, 22:49
Messages: 1964
Je vous remercie de m'avoir permis de découvrir Carlo Coccioli que je ne connaissais pas du tout.
Vous semblez être un grand lecteur :)
Quant aux autres écrivains que vous citez, je suis entièrement d'accord avec vous, ce sont de grands et passionnants auteurs catholiques.

_________________
"Aussi, croyez-moi, vous pratiquerez beaucoup mieux la vertu en considérant les perfections divines, qu'en tenant le regard fixé sur votre propre limon"
(Thérèse d'Avila)


 
 Hors-ligne Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Fil des écrivains catholiques du XXième siècle
UNREAD_POSTPublié: Sam 27 Oct 2012, 18:54 
Pater civitatis
Pater civitatis
Inscrit le: Mar 08 Avr 2008, 16:53
Messages: 10120
Nul ne contestera que le premier auteur à citer est Georges Bernanos ?

Plutôt que de citer un extrait, je poste un extrait visuel - du Dialogue des Carmélites.

[youtube] ??? [/youtube]

Il se passe vraiment quelque chose que je n'osais pas imaginer... sur You Tube, il y a six mois encore, j'ai pu suivre des extraits de Dialogue des Carmélites (film en Noir et Blanc) et aujourd'hui, je ne retrouve même pas un extrait conséquent de "Journal d'un curé de campagne", mais simplement ceci - qui ressemble à un grand pied de nez aux catholiques... je suis vraiment désolé de cette découverte....




... si vous trouvez un (autre) extrait du Journal d'un curé de campagne, merci de le poster ici ! Et moi je promets, ce soir, que les livres des romanciers catholiques francophones vont fleurir dans ma boutique comme les primevères au printemps !

..

_________________
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )


 
 Hors-ligne Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Fil des écrivains catholiques du XXième siècle
UNREAD_POSTPublié: Sam 27 Oct 2012, 21:18 
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Avatar de l’utilisateur
Inscrit le: Jeu 28 Avr 2011, 14:37
Messages: 1388
Bonsoir,
vous êtes libraire? Tiens donc, c'est une très bonne idée que vous avez là. Qui sait, si vous conseillez du Chateaubriand ou du Bernanos, si cela se trouve, cela en touchera l'un ou l'autre...
Bonne chance et bien à vous.

_________________
Avertissement: j'ai sur ce forum peut-être exprimé des avis contraires à la position de l'Église, et /ou de sa sainte Tradition, et/ou à l'avis qui se doit d'être celui d'un vrai chrétien catholique: ne me prenez donc en RÉFÉRENCE POUR RIEN. Ne soyez pas victimes de scandale. Que mon exemple soit rejeté et en aucun cas suivi. Si vous trouvez un endroit où une de mes interventions serait au moins douteuse, si ce n'est pire, faites-en moi part, notamment par mp. Je m'excuse profondément.


 
 Hors-ligne Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Fil des écrivains catholiques du XXième siècle
UNREAD_POSTPublié: Sam 27 Oct 2012, 22:26 
Censor
Censor
Avatar de l’utilisateur
Inscrit le: Lun 22 Oct 2012, 21:54
Messages: 84
Il est possible de visionner l'intégralité du film ici:

JOURNAL D'UN CURÉ DE CAMPAGNE

_________________
« Nous serons pauvres et nous souffrirons la misère aussi longtemps qu’il le faut, comme une ville assiégée qui n’entend pas capituler, mais nous montrerons que nous sommes quelque chose. »
Vincent Van Gogh.


 
 Hors-ligne Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Fil des écrivains catholiques du XXième siècle
UNREAD_POSTPublié: Sam 27 Oct 2012, 23:53 
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Avatar de l’utilisateur
Inscrit le: Jeu 28 Avr 2011, 14:37
Messages: 1388
Vincent a écrit:
Il est possible de visionner l'intégralité du film ici:

JOURNAL D'UN CURÉ DE CAMPAGNE

Merci beaucoup, ce film m'a depuis un certain temps intéressé mais il ne passe jamais à la télévision...
Bien à vous.

_________________
Avertissement: j'ai sur ce forum peut-être exprimé des avis contraires à la position de l'Église, et /ou de sa sainte Tradition, et/ou à l'avis qui se doit d'être celui d'un vrai chrétien catholique: ne me prenez donc en RÉFÉRENCE POUR RIEN. Ne soyez pas victimes de scandale. Que mon exemple soit rejeté et en aucun cas suivi. Si vous trouvez un endroit où une de mes interventions serait au moins douteuse, si ce n'est pire, faites-en moi part, notamment par mp. Je m'excuse profondément.


 
 Hors-ligne Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Fil des écrivains catholiques du XXième siècle
UNREAD_POSTPublié: Dim 28 Oct 2012, 12:02 
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Inscrit le: Mer 22 Juin 2011, 22:49
Messages: 1964
Bonjour, c'est vraiment une excellente idée de commencer ce fil sur les écrivains catholiques par Bernanos.
Cet auteur a une vision intense et tragique de la chute et de la rédemption, du péché et du pardon.
Sous le soleil de Satan, qui a été son premier ouvrage publié grâce (ou avec l'aide de Maritain) est une oeuvre flamboyante.
Maurice Pialat en a tiré un film d'une grande force, avec Depardieu dans le rôle de l'abbé Donissan.

_________________
"Aussi, croyez-moi, vous pratiquerez beaucoup mieux la vertu en considérant les perfections divines, qu'en tenant le regard fixé sur votre propre limon"
(Thérèse d'Avila)


 
 Hors-ligne Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Fil des écrivains catholiques du XXième siècle
UNREAD_POSTPublié: Lun 29 Oct 2012, 14:38 
Pater civitatis
Pater civitatis
Inscrit le: Mar 08 Avr 2008, 16:53
Messages: 10120
"Le Ciel et la Terre", de Carlo Coccioli
Extrait de la page couverture de l’édition Plon 1966

Ardito Piccardi, jeune prêtre, emploie toute sa force à lutter contre le Malin qu'il découvre partout et surtout en lui-même. Le Malin est habile à leurrer les âmes généreuses par l'attrait même de la pénitence, des macérations, de l'apostolat intellectuel et à les induire en tentation par l'orgueil. Don Ardito est curé d'une petite paroisse de montagne. Ses sermons poignants, sa sévérité lors des confessions, le font haïr de tous les nantis, alors que les pauvres bûcherons de la montagne sentent qu'il y a en ce jeune prêtre une flamme étrange. Assez vite, il est considéré par eux comme un saint, bien qu'il ait horreur de cette sorte de culte dont il est l'objet. Cependant il lui est donné un jour de guérir miraculeusement un enfant, mais il doit payer en quelque sorte une effroyable rançon. Un jeune homme, qui s'est confié à lui, se tue, acculé au suicide par la sévérité de Don Ardito à son égard. Il aurait dû sauver cet homme du désespoir.
D'autres expériences, d'autres échecs finiront par mener le jeune prêtre vers la lumière, cette lumière chrétienne qui est amour et dont le fanatisme est la négation.

Lorsqu'il écrivit ce roman, salué par toute la critique comme un chef-d'œuvre, Carlo Coccioli n'avait que trente et un ans. Depuis, son ouvre s'est enrichie de pages puisées à des sources d'inspiration bien différente.
Il reste que nombre de lecteurs conserveront une place privilégiée à ce livre incomparable.

(Je me souviens que j'avais eu difficile d'entrer dans ce livre, tant le personnage principal (le prêtre) semblait encore plus difficile à cerner que l'Abbé Donissan dans "Sous le soleil de Satan"...

Spoiler: afficher
http://www.carlococcioli.com/fr/do.php?open=opere&id_opera=5

_________________
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )


 
 Hors-ligne Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Fil des écrivains catholiques du XXième siècle
UNREAD_POSTPublié: Lun 29 Oct 2012, 19:08 
Pater civitatis
Pater civitatis
Inscrit le: Mar 08 Avr 2008, 16:53
Messages: 10120
Bernanos a voulu s'engager du côté franquiste durant la guerre d'Espagne, tandis que Simone Weil, pas encore convertie, s'engageait du côté des républicains... Mais tous deux renoncèrent en découvrant les horreurs de la guerre civile. Bernanos écrivit "Les grands cimetières sous la lune", un livre pamphlet, qui lui valut de recevoir la lettre qui suit, car Simone Weil y avait reconnu sa propre expérience.

Monsieur,
Quelque ridicule qu'il y ait à écrire à un écrivain, qui est toujours, par la nature de son métier, inondé de lettres, je ne puis m'empêcher de le faire après avoir lu "Les Grands Cimetières sous la lune". Non que ce soit la première fois qu'un livre de vous me touche, le "Journal d'un curé de campagne" est à mes yeux le plus beau, du moins de ceux que j'ai lus, et véritablement un grand livre. Mais si j'ai pu aimer d'autres de vos livres, je n'avais aucune raison de vous importuner en vous l'écrivant. Pour le dernier, c'est autre chose ; j'ai eu une expérience qui répond à la vôtre, quoique bien plus brève, moins profonde, située ailleurs et éprouvée, en apparence - en apparence seulement -, dans un tout autre esprit.

Je ne suis pas catholique, bien que, - ce que je vais dire doit sans doute sembler présomptueux à tout catholique, de la part d'un non-catholique, mais je ne puis m'exprimer autrement - bien que rien de catholique, rien de chrétien ne m'ait jamais paru étranger. Je me suis dit parfois que si seulement on affichait aux portes des églises que l'entrée est interdite à quiconque jouit d'un revenu supérieur à telle ou telle somme, peu élevée, je me convertirais aussitôt. Depuis l'enfance, mes sympathies se sont tournées vers les groupements qui se réclamaient des couches méprisées de la hiérarchie sociale, jusqu'à ce que j'aie pris conscience que ces groupements sont de nature à décourager toutes les sympathies. Le dernier qui m'ait inspiré quelque confiance, c'était la CNT espagnole. J'avais un peu voyagé en Espagne - assez peu - avant la guerre civile, mais assez pour ressentir l'amour qu'il est difficile de ne pas éprouver envers ce peuple ; j'avais vu dans le mouvement anarchiste l'expression naturelle de ses grandeurs et de ses tares, de ses aspirations les plus et les moins légitimes. La CNT, la FAI étaient un mélange étonnant, où on admettait n'importe qui, et où, par suite, se coudoyaient l'immoralité, le cynisme, le fanatisme, la cruauté, mais aussi l'amour, l'esprit de fraternité, et surtout la revendication de l'honneur si belle chez les hommes humiliés ; il me semblait que ceux qui venaient là animés par un idéal l'emportaient sur ceux que poussait le goût de la violence et du désordre. En juillet 1936, j'étais à Paris. Je n'aime pas la guerre ; mais ce qui m'a toujours fait le plus horreur dans la guerre, c'est la situation de ceux qui se trouvent à l'arrière. Quand j'ai compris que, malgré mes efforts, je ne pouvais m'empêcher de participer moralement à cette guerre, c'est à dire de souhaiter tous les jours, toutes les heures, la victoire des uns, la défaite des autres, je me suis dit que Paris était pour moi l'arrière, et j'ai pris le train pour Barcelone dans l'intention de m'engager. C'était au début d'août 1936.

Un accident m'a fait abréger par force mon séjour en Espagne. J'ai été quelques jours à Barcelone ; puis en pleine campagne aragonaise, au bord de l'Ebre, à une quinzaine de kilomètres de Saragosse, à l'endroit même où récemment les troupes de Yagüe ont passé l'Ebre ; puis dans le palace de Sitgès transformé en hôpital ; puis de nouveau à Barcelone ; en tout à peu près deux mois. J'ai quitté l'Espagne malgré moi et avec l'intention d'y retourner : par la suite, c'est volontairement que je n'en ai rien fait. Je ne sentais plus aucune nécessité intérieure de participer à une guerre qui n'était plus, comme elle m'avait paru être au début, une guerre de paysans affamés contre les propriétaires terriens et un clergé complice des propriétaires, mais une guerre entre la Russie, l'Allemagne et l'Italie.

J'ai reconnu cette odeur de guerre civile, de sang et de terreur que dégage votre livre ; je l'avais respirée. Je n'ai rien vu ni entendu, je dois le dire, qui atteigne tout à fait l'ignominie de certaines des histoires que vous racontez, ces meurtres de vieux paysans, ces "ballilas" faisant courir des vieillards à coups de matraques. Ce que j'ai entendu suffisait pourtant. J'ai failli assister à l'exécution d'un prêtre ; pendant les minutes d'attente, je me demandais si j'allais regarder simplement, ou me faire fusiller moi-même en essayant d'intervenir ; je ne sais pas encore ce que j'aurais fait si un hasard heureux n'avait empêcher l'exécution.

Combien d'histoires se pressent sous ma plume... Mais ce serait trop long ; à quoi bon? Une seule suffira. J'étais à Sitgès quand sont revenus, vainqueurs, les miliciens de l'expédition de Majorque. Ils avaient été décimés. Sur quarante jeunes garçons partis de Sitgès, neuf étaient morts. On ne le sut qu'au retour des trentes et un autres. La nuit même qui suivit, on fit neuf expéditions punitives, on tua neuf fascistes ou soi-disant tels, dans cette petite ville où, en juillet, il ne s'était rien passé. Parmi ces neuf, un boulanger d'une trentaine d'années, dont le crime était, m'a-t-on dit, d'avoir appartenu à la milice des "somaten" ; son vieux père, dont il était le seul enfant et le seul soutien, devint fou. Une autre encore : en Aragon, un petit groupe international de vingt-deux miliciens de tous pays prit, après un léger engagement, un jeune garçon de quinze ans, qui combattait comme phalangiste. Aussitôt pris, tout tremblant d'avoir vu tuer ses camarades à ses côtés, il dit qu'on l'avait enrôlé de force. On le fouilla, on trouva sur lui une médaille de la Vierge et une carte de phalangiste ; on l'envoya à Durruti, chef de la colonne, qui, après lui avoir exposé pendant une heure les beautés de l'idéal anarchiste, lui donna le choix entre mourir et s'enrôler immédiatement dans les rangs de ceux qui l'avaient fait prisonnier, contre ses camarades de la veille. Durruti donna à l'enfant vingt-quatre heures de réflexion ; au bout de vingt-quatre heures, l'enfant dit non et fut fusillé. Durruti était pourtant à certains égards un homme admirable. La mort de ce petit héros n'a jamais cessé de me peser sur la conscience, bien que je ne l'aie apprise qu'après coup. Ceci encore : dans un village que rouges et blancs avaient pris, perdu, repris, reperdu je ne sais combien de fois, les miliciens rouges, l'ayant repris définitivement, trouvèrent dans les caves une poignée d'êtres hagards, terrifiés et affamés, parmi lesquels trois ou quatre jeunes hommes. Ils raisonnèrent ainsi : si ces jeunes hommes, au lieu d'aller avec nous la dernière fois que nous nous sommes retirés, sont restés et ont attendu les fascistes, c'est qu'ils sont fascistes. Ils les fusillèrent donc immédiatement, puis donnèrent à manger aux autres et se crurent très humains. Une dernière histoire, celle-ci de l'arrière : deux anarchistes me racontèrent une fois comment, avec des camarades, ils avaient pris deux prêtres ; on tua l'un sur place, en présence de l'autre, d'un coup de revolver, puis, on dit à l'autre qu'il pouvait s'en aller. Quand il fut à vingt pas, on l'abattit. Celui qui me racontait l'histoire était très étonné de ne pas me voir rire.

A Barcelone, on tuait en moyenne, sous forme d'expéditions punitives, une cinquantaine d'hommes par nuit. C'était proportionnellement beaucoup moins qu'à Majorque, puisque Barcelone est une ville de près d'un million d'habitants ; d'ailleurs il s'y était déroulé pendant trois jours une bataille de rues meurtrière. Mais les chiffres ne sont peut-être pas l'essentiel en pareille matière. L'essentiel, c'est l'attitude à l'égard du meurtre. Je n'ai jamais vu, ni parmi les Espagnols, ni même parmi les Français venus soit pour se battre, soit pour se promener - ces derniers le plus souvent des intellectuels ternes et inoffensifs - je n'ai jamais vu personne exprimer même dans l'intimité de la répulsion, du dégoût ou seulement de la désapprobation à l'égard du sang inutilement versé. Vous parlez de la peur. Oui, la peur a eu une part dans ces tueries ; mais là où j'étais, je ne lui ai pas vu la part que vous lui attribuez. Des hommes apparemment courageux - il en est un au moins dont j'ai de mes yeux constaté le courage - au milieu d'un repas plein de camaraderie, racontaient avec un bon sourire fraternel combien ils avaient tué de prêtres ou de "fascistes" - terme très large. J'ai eu le sentiment, pour moi, que lorsque les autorités temporelles et spirituelles ont mis une catégorie d'êtres humains en dehors de ceux dont la vie a un prix, il n'est rien de plus naturel à l'homme que de tuer. Quand on sait qu'il est possible de tuer sans risquer ni châtiment ni blâme, on tue ; ou du moins on entoure de sourires encourageants ceux qui tuent. Si par hasard on éprouve d'abord un peu de dégoût, on le tait et bientôt on l'étouffe de peur de paraître manquer de virilité. Il y a là un entraînement, une ivresse à laquelle il est impossible de résister sans une force d'âme qu'il me faut bien croire exceptionnelle, puisque je ne l'ai rencontré nulle part. J'ai rencontré en revanche des Français paisibles, que jusque-là je ne méprisais pas, qui n'auraient pas eu l'idée d'aller eux-même tuer, mais qui baignaient dans cette atmosphère imprégnée de sang avec un visible plaisir. Pour ceux-là je ne pourrai jamais avoir à l'avenir aucune estime.

Une telle atmosphère efface aussitôt le but même de la lutte. Car on ne peut formuler le but qu'en le ramenant au bien public, au bien des hommes - et les hommes sont de nulle valeur. Dans un pays où les pauvres sont, en très grande majorité, des paysans, le mieux-être des paysans doit être un but essentiel pour tout groupement d'extrême gauche ; et cette guerre fut peut-être avant tout, au début, une guerre pour et contre le partage des terres. Eh bien, ces misérables et magnifiques paysans d'Aragon, restés si fiers sous les humiliations, n'étaient même pas pour les miliciens un objet de curiosité. Sans insolences, sans injures, sans brutalité - du moins je n'ai rien vu de tel, et je sais que vol et viol, dans les colonnes anarchistes, étaient passibles de la peine de mort - un abîme séparait les hommes armés de la population désarmée, un abîme tout à fait semblable à celui qui sépare les pauvres et les riches. Cela se sentait à l'attitude toujours un peu humble, soumise, craintive des uns, à l'aisance, la désinvolture, la condescendance des autres.

On part en volontaire, avec des idées de sacrifice, et on tombe dans une guerre qui ressemble à une guerre de mercenaires, avec beaucoup de cruautés en plus et le sens des égards dus à l'ennemi en moins. Je pourrais prolonger indéfiniment de telles réflexions, mais il faut se limiter. Depuis que j'ai été en Espagne, que j'entends, que je lis toutes sortes de considérations sur l'Espagne, je ne puis citer personne, hors vous seul, qui, à ma connaissance, ait baigné dans l'atmosphère de la guerre espagnole et y ait résisté. Vous êtes royaliste, disciple de Drumont - que m'importe? Vous m'êtes plus proche, sans comparaison, que mes camarades des milices d'Aragon - ces camarades que, pourtant, j'aimais.

Ce que vous dites du nationalisme, de la guerre, de la politique extérieure française après la guerre m'est également allé au coeur. J'avais dix ans lors du traité de Versailles. Jusque-là j'avais été patriote avec toute l'exaltation des enfants en période de guerre. La volonté d'humilier l'ennemi vaincu, qui déborda partout à ce moment (et dans les années qui suivirent) d'une manière si répugnante, me guérit une fois pour toutes de ce patriotisme naïf. Les humiliations infligées par mon pays me sont plus douloureuses que celles qu'il peut subir. Je crains de vous avoir importuné par une lettre aussi longue. Il ne me reste qu'à vous exprimer ma vive admiration.

S. Weil.

Mlle Simone Weil,
3, rue Auguste-Comte, Paris (VIème).
P.s. : C'est machinalement que je vous ai mis mon adresse. Car, d'abord, je pense que vous devez avoir mieux à faire que de répondre aux lettres. Et puis je vais passer un ou deux mois en Italie, où une lettre de vous ne me suivrait peut-être pas sans être arrêtée au passage.


Le post-scriptum en lui-même est très intéressant, car Simone Weil, au cours de ce séjour en Italie ressentit pour la première fois la présence du Seigneur, dans la chapelle d'Assise : "« A Assise seule dans la chapelle sainte Marie des Anges, quelque chose de plus fort que moi m’a obligée, pour la première fois de ma vie, à me mettre à genoux ». (Entre la position assise et la position debout, L’agenouillement manifeste la reconnaissance de notre péché, le regret d’avoir peiné Celui qui nous aime tant ; il exprime aussi l’adoration lorsque Saint Paul dit en Ph 2,10 : « qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre »)


Spoiler: afficher
http://www.paperblog.fr/813789/lettre-de-simone-weil-a-bernanos-1938/

_________________
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )


 
 Hors-ligne Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Fil des écrivains catholiques du XXième siècle
UNREAD_POSTPublié: Mar 30 Oct 2012, 18:44 
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Inscrit le: Mer 22 Juin 2011, 22:49
Messages: 1964
J'ai découvert les livres de Michel-Marie Zanotti-Sorkine, prêtre à Marseille, par [i]"Au diable la tiédeur" [/i]suivi de [i]"Petit traité de l'essentiel"[/i] (Robert Laffont).

La quatrième de couverture nous présente l'auteur :
"A Marseille, en plein quartier cosmopolite, le Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine a ressuscité une paroisse promise à la mort, faute de fidèles. La renaissance est spectaculaire: la foule se presse, les conversions et les retours à la foi sont nombreux..."

Et le livre:
"Ce livre, hymne à l'ardeur, s'adressent à ceux qui éprouvent le besoin de repenser leur action à la lumière d'une expérience sacerdotale présentée ici sous forme d'aphorismes percutants".

Mais l'ouvrage s'adresse à nous tous, notamment le "petit traité de l'essentiel" qui suit.
C'est direct, d'une franchise nette voire brutale mais bienfaisante au milieu de nos tendances à la tiédeur et à la déprime.

"Ce qui manque aujourd'hui à l'âme de la vie, c'est le sang qui ne devrait faire qu'un tour quand on touche à l'intégrité du plus faible qui n'en finit plus de l'être, faute de combattants. La mollesse, aujourd'hui déculpabilisée par l'artifice des calculateurs, des indifférents, des protecteurs d'acquis, race perverse et silencieuse, adoratrice de son lopin, dicte la régression"

N'est-ce pas très actuel, très impliqué et donc "très catholique"?

_________________
"Aussi, croyez-moi, vous pratiquerez beaucoup mieux la vertu en considérant les perfections divines, qu'en tenant le regard fixé sur votre propre limon"
(Thérèse d'Avila)


 
 Hors-ligne Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Fil des écrivains catholiques du XXième siècle
UNREAD_POSTPublié: Mar 30 Oct 2012, 21:24 
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Avatar de l’utilisateur
Inscrit le: Jeu 18 Fév 2010, 18:17
Messages: 3944
etienne lorant a écrit:


Je crois que nul ne contestera que le premier auteur à citer est Georges Bernanos ?

Plutôt que de citer un extrait, je poste un extrait visuel - du Dialogue des Carmélites.

[youtube] ??? [/youtube]

Il se passe vraiment quelque chose que je n'osais pas imaginer... sur You Tube, il y a six mois encore, j'ai pu suivre des extraits de Dialogue des Carmélites (film en Noir et Blanc) et aujourd'hui, je ne retrouve même pas un extrait conséquent de "Journal d'un curé de campagne", mais simplement ceci - qui ressemble à un grand pied de nez aux catholiques... je suis vraiment désolé de cette découverte...


Rassurez-vous, cher Etienne, il existe encore des extraits du "Dialogue des Carmélites" mais sur Dailymotion:








_________________
Nous ne sommes pas des vivants promis à la mort mais des mortels promis à la Vie Eternelle.


 
 En ligne Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Fil des écrivains catholiques du XXième siècle
UNREAD_POSTPublié: Mar 30 Oct 2012, 23:30 
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Avatar de l’utilisateur
Inscrit le: Jeu 28 Avr 2011, 14:37
Messages: 1388
Bonjour,
dites-donc, tous ces livres, il faudrait les faire lire aux séminaristes.
Bien à vous.

_________________
Avertissement: j'ai sur ce forum peut-être exprimé des avis contraires à la position de l'Église, et /ou de sa sainte Tradition, et/ou à l'avis qui se doit d'être celui d'un vrai chrétien catholique: ne me prenez donc en RÉFÉRENCE POUR RIEN. Ne soyez pas victimes de scandale. Que mon exemple soit rejeté et en aucun cas suivi. Si vous trouvez un endroit où une de mes interventions serait au moins douteuse, si ce n'est pire, faites-en moi part, notamment par mp. Je m'excuse profondément.


 
 Hors-ligne Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Fil des écrivains catholiques du XXième siècle
UNREAD_POSTPublié: Mer 31 Oct 2012, 15:24 
Pater civitatis
Pater civitatis
Inscrit le: Mar 08 Avr 2008, 16:53
Messages: 10120
Simone Weil est très intéressante à lire dans la démarche qu'elle fit : d'abord marxiste, puis frappée par le concept de malheur, elle se mit à rechercher la vérité sur l'homme et finit par rencontrer le Christ. Comme elle le dit dans un recueil de pensées: "Le Christ préfère qu'on le nomme la Vérité, parce qu'Il est la Vérité et qu'on ne saurait trop s'éloigner de la vérité sans lui tomber dans les bras".

Mais l'auteur emploie des expressions surprenantes, en sorte qu'à la première lecture, on est assez dérouté ! Par exemple, la société en tant qu'organisation est nommée par elle "le gros animal"... (un mot employé jadis par Platon)... Bref, pour celles et ceux qui désirent découvrir Simone Weil, je conseille cet ouvrage:


Image


La philosophe Simone Weil (1909-1943), qui était soucieuse du sort des êtres humiliés, mettait un point d'honneur à parler de leur cause en connaissance de cause (on a retenu d'elle le fait d'avoir quitté son poste de professeur pour aller travailler à la chaîne, en usine, de 1934 à 1935). Son extrême attention à l'autre et son profond désir de vérité firent de sa vie non seulement une grande aventure humaine, mais aussi un authentique itinéraire spirituel. Comme l'explique l'auteur dans la partie biographique de l'ouvrage: « La portée de cette expérience d'usine fut plus que politique. Car ce que Simone Weil retient de ces jours passés au milieu des machines qui imposent au corps et à l'esprit une cadence inhumaine, c'est [...] l'impression mortelle de ne compter pour rien, d'être broyé par un mécanisme aveugle, sans attention ni égards pour l'humanité de chaque homme. Or, selon elle, ce mécanisme qui réduit volontiers l'homme à l'état de chose [...] est à l'oeuvre partout, bien au-delà du monde de l'usine ». C'est ce qu'elle appelle le malheur.

La suite à découvrir sous ce lien:
Spoiler: afficher
http://www.spiritualite2000.com/page-2188.php

_________________
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )


 
 Hors-ligne Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Fil des écrivains catholiques du XXième siècle
UNREAD_POSTPublié: Lun 05 Nov 2012, 15:43 
Pater civitatis
Pater civitatis
Inscrit le: Mar 08 Avr 2008, 16:53
Messages: 10120
Je viens d'ajouter ce livre dans les rayonnages:

Image

Alfred Stanke est bien connu, d'une part, à cause du témoignage de Marc Toledano. Je compte le relire, car il m'offre "l'autre face" de ce que j'avais trouvé dans le journal d'Etty Hillesum. Gardien dans une prison de la Gestapo, Alfred a gardé l'idéal franciscain dans un lieu où tout semblait impossible. Et nous, ne vivons-nous pas dans un monde où l'amour de Dieu semble devenir inexistant ou impossible ?

Le parallèle avec Etty Hillesum tient la route, car ils ont fait la même chose: ils ont manifesté la miséricorde divine en des lieux où cela paraissait tout à fait "impossible" (je n'oublie pas un autre franciscain, le père Kolbe, bien sûr). Mais un livre à la fois...

Un bel extrait du film sur Gloria.tv

gloria.tv/?media=93584

Lu sur Alfred Stanke:

Que sait-on de sa vie ?

Alfred Stanke, de son vrai nom Aloïs-Joseph Stanke, est né le 25 octobre 1904 près de Dantzig. Son père, Léonhard Staniozewski, qui avait fait germaniser son nom pour pouvoir travailler aux chemins de fer prussiens, meurt en 1913.
L’éducation du jeune Aloïs-Joseph est confiée aux Frères Franciscains. Attiré par cette famille spirituelle, il entre à 16 ans dans un institut de frères tertiaires réguliers, les « Frères hospitaliers de la Sainte-Croix ». C’est là qu’il prend le nom d’Alfred.
Il exerça les fonctions de cuisinier au Vatican et, de retour en Allemagne, il passa son diplôme d’infirmier. En 1936 il subit la violence de la police secrète d’Etat du Reich, la Gestapo réquisitionnant les biens des religieux, et fut jeté en prison. Cette expérience le marqua profondément et l’amena à rejeter l’idéologie au pouvoir. Infirmier dans l’armée allemande, Alfred fut affecté près de Melun jusqu’en décembre 1942, avant d’être muté à la prison du Bordiot, à Bourges, en tant que garde-infirmier. Il profite, peut-être, de ce qu’on se méfie moins de lui que d’un aumônier quand il se déplace, mais c’est un véritable génie qu’il va déployer de 1942 à 1944 pour apporter de l’aide aux prisonniers et faciliter leurs échanges avec l’extérieur. M et Mme Boiché, M et Mme Daout, les frères Tolédano, M Coulon et bien d’autres nous ont apporté leurs témoignages. C’est, la plupart du temps, chez M et Mme Desgeorges qu’il remettait le courrier que lui confiaient les prisonniers, et qu’il se chargeait de leur remettre d’autres messages. Face au totalitarisme, il incarne le « juste ». Sa charité s’adresse à tout homme, quelles que soient sa nationalité, sa religion et ses convictions, car il ne lui vient pas à l’idée de trahir les siens. C’est là que l’action de cet homme au comportement si exemplaire nous amène à nous interroger. En effet, secourir et soigner un ennemi est compatible avec l’état et la vocation d’un franciscain, mais proposer une évasion à un prisonnier ou le préparer à ses interrogatoires, c’est franchir le seuil de la trahison… Alfred aimait son pays mais détestait le nazisme. Il a placé son amour du prochain au-dessus des considérations nationales. Sans doute a-t-il bénéficié d’une conspiration du silence de la part d’autres gardiens, heureux de laisser faire un peu de bien., car la générosité d’un homme est parfois contagieuse même si l’histoire n’en retient pas tous les effets.
Ce n’est pas seulement à Bourges que Frère Alfred aura l’occasion de montrer son courage et son habileté. En avril 1944 il est muté à Dijon où il aidera des résistants bourguignons. A la Libération il fut fait prisonnier près de Vesoul, par les Américains, et il fut conduit aux Etats-Unis, dans un camp de l’Arizona. La Résistance et le Comité de Libération du Cher s’adressèrent aux autorités américaines pour obtenir sa mise en liberté, ce qui fut accordé en octobre 1945. Alfred rejoignit un temps sa communauté et demanda à être rattaché à la Province franciscaine de Strasbourg en 1967. Mais ses amis berrichons ne furent pas ingrats et l’accueillirent souvent.
Une leçon d'humanité

Au-delà de l’action d’un homme, et de ce qui relève de l’histoire locale, le Franciscain de Bourges donne à tous une leçon d’humanité. Il offre le témoignage d’un homme qui montre qu’il n’est pas vain, même lorsqu’on est isolé, de lutter contre l’injustice et d’œuvrer pour la paix. La protestation individuelle, même quand elle semble échouer, défend l’honneur d’un peuple et atteste qu’il est possible de ne pas subir la loi du plus fort. Mieux encore : elle dénonce le caractère illusoire de cette force, elle prépare l’avenir et permet la réconciliation des peuples à travers la construction d’un projet commun.
Les liens entre Frère Alfred et ses amis du Berry, de la Nièvre et d’ailleurs, ne se sont pas interrompus à la mort du Franciscain. Tous les ans, ses amis se réunissent pour lui rendre hommage devant la prison, au cimetière, et au cours d’une messe en sa mémoire. En 2003, une association a été créée pour entretenir le souvenir de son action, auprès des générations qui ne l’ont pas connu. Les municipalités de Bourges et de Saint-Doulchard sont associées à cette commémoration.

Spoiler: afficher
www.berrypedia.org/doku.php?id=alpha:s:stanke_alfred

_________________
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )


 
 Hors-ligne Profil  
Répondre en citant  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 21 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivant




Mû par phpBB :: Traduction réalisée par Maël Soucaze