Chrétiens, qui soutiendrez-vous en 2012 ?

« Par moi les rois règnent, et les souverains décrètent la justice ! » (Pr 8.15)

Pour qui voteriez-vous en 2012?

Nicolas Sarkozy
2
15%
Marine Le Pen
6
46%
François Hollande
2
15%
François Bayrou
2
15%
Jean-Luc Mélenchon
1
8%
Eva Joly
0
Aucun vote
Nathalie Arthaud
0
Aucun vote
Nicolas Dupont-Aignan
0
Aucun vote
Philippe Poutou
0
Aucun vote
Dominique de Villepin
0
Aucun vote
Corinne Lepage
0
Aucun vote
 
Nombre total de votes : 13

Pati
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 568
Inscription : jeu. 10 déc. 2009, 21:30

Re: Chrétiens, qui soutiendrez-vous en 2012 ?

Message non lu par Pati » lun. 20 juin 2011, 23:05

moi j'ai pas voté..
je le dis simplement, puisque vous appelez les chrétiens...

Avatar de l’utilisateur
Pneumatis
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1950
Inscription : jeu. 19 févr. 2009, 17:22
Localisation : Châteaubriant
Contact :

Re: Chrétiens, qui soutiendrez-vous en 2012 ?

Message non lu par Pneumatis » mar. 21 juin 2011, 10:34

Griffon a écrit :Cher Pneumatis,

Combien j'apprécie d'habitude vos posts !
Mais, là, désolé, je ne peux pas vous suivre.

Vous posez comme fin la croissance économique.
Mais en quoi est-ce une fin ?
La croissance économique est un moyen.
Un moyen essentiel pour satisfaire la justice sociale.

Et pour ma part, je vais caricaturer (?) un peu ce que j'entends dans certains raisonnements pour bien faire comprendre :
1) Pour assurer un travail rémunérateur à tous, il vaut mieux attirer les capitaux.
2) Pour attirer les capitaux, il faut accepter que certains déjà riches s'enrichissent plus.
3) Alors, ça pas question !
on préfère vivre avec plus de chômeur, moins d'argent,...
mais là non ! on ne peut pas accepter que des riches gagnent plus.
4) Attendez...
Il s'agit d'accepter d'enrichir un peu plus les riches pour que beaucoup plus de moyens reviennent à ceux qui en ont vraiment besoin.

5) Et voilà votre argument qui tue !
La croissance ne serait pas une fin acceptable.
A la base de cet argument (objectivement faux, comme expliqué plus haut), il y a une erreur et un péché.
Le péché, c'est l'envie et la jalousie, lesquels sont particulièrement bien partagés.
L'erreur, c'est de croire qu'on parviendra à la justice grâce à un type de gouvernement particulier.

En vérité, il est scandaleux qu'il y ait des gens dans le besoin dans un pays comme la France ou la Belgique.
En vérité, les prélèvements sociaux sont déjà énormes, et ne servent pas en priorité les plus pauvres, mais bien les plus habiles à préserver ou augmenter leurs droits.
En vérité aussi, la justice sociale devient un slogan creux.

Pour ma part, ceci n'a rien à voir avec le devoir des plus riches, qui ont effectivement des obligations morales.
Le gouvernement doit faire le mieux pour tout le monde, surtout les plus faibles.
Je reste sur ma fin. Quel que soit le parti, d'ailleurs.

Cordialement,

Griffon.
Bonjour,

Pour répondre en même temps à Brindille, voilà une chose importante à considérer :
Compendium de la Doctrine Sociale de l'Eglise a écrit :177 La tradition chrétienne n'a jamais reconnu le droit à la propriété privée comme absolu ni intouchable: « Au contraire, elle l'a toujours entendu dans le contexte plus vaste du droit commun de tous à utiliser les biens de la création entière: le droit à la propriété privée est subordonné à celui de l'usage commun, à la destination universelle des biens ».372 Le principe de la destination universelle des biens affirme à la fois la seigneurie pleine et entière de Dieu sur toute réalité et l'exigence que les biens de la création demeurent finalisés et destinés au développement de tout l'homme et de l'humanité tout entière.373 Ce principe ne s'oppose pas au droit de propriété,374 mais indique la nécessité de le réglementer. En effet, la propriété privée, quelles que soient les formes concrètes des régimes et des normes juridiques relatives à celle-ci, n'est par essence qu'un instrument pour le respect du principe de la destination universelle des biens et, par conséquent, en dernier ressort, non pas une fin mais un moyen.375

178 L'enseignement social de l'Église exhorte à reconnaître la fonction sociale de toute forme de possession privée,376 avec une référence claire aux exigences incontournables du bien commun.377 L'homme « ne doit jamais tenir les choses qu'il possède légitimement comme n'appartenant qu'à lui, mais les regarder aussi comme communes: en ce sens qu'elles puissent profiter non seulement à lui, mais aussi aux autres ».378 La destination universelle des biens comporte, pour leur usage, des obligations de la part de leurs propriétaires légitimes. L'individu ne peut pas agir sans tenir compte des effets de l'usage de ses ressources, mais il doit agir de façon à poursuivre aussi, au-delà de son avantage personnel et familial, le bien commun. Il s'ensuit un devoir de la part des propriétaires de ne pas laisser improductifs les biens possédés, mais de les destiner à l'activité productive, notamment en les confiant à ceux qui ont le désir et les capacités de les faire fructifier.
Griffon, je ne faisais pas de la croissance économique une fin, au contraire : je constate que c'est devenu une fin en soi pour beaucoup. Ou disons un "moyen" suffisamment idéalisé qu'on ne le remette plus en cause. Ce que vous dites sur la nécessité de la croissance économique, et ce que dit Brindille est valable dans un pays sous-développé. Dans un pays comme le notre, en dette massive mais loin d'être sous-développé, la croissance économique comme moyen au service du bien commun est un leurre. C'est un leurre parce que le système de l'argent-dette sur lequel est fondé notre économie ne peut que faire croitre la dette à la mesure de la croissance économique. Qui croit aujourd'hui qu'augmenter la productivité et les échanges peut conduire à une diminution de la dette vit en plein rêve. Tout ce que sait faire notre économie pour croitre aujourd'hui, c'est créer de la dette : c'est le fondement même du système. Quand vous empruntez de l'argent, ou quand l'état emprunte de l'argent, le système bancaire ne partage pas, pour le bien commun, une propriété privée, mais il créé une dette correspondant à l'anticipation de votre capacité de remboursement à venir. Or pour produire, il faut investir. Et quand bien même la production nationale permettrait à terme un remboursement de la dette avec un certain "bénéfice", ce serait alors nécessairement pour accroitre la dette d'un autre pays. Le système est ainsi fait que la masse des biens produits, puis consommés, correspond non à des flux économiques de valeurs fondées sur la propriété privée ou publique, mais sur de la dette. Ca ne peut faire que s'accroitre. Bref, je vous laisse regarder d'un peu plus prêt ce que vous pouvez trouver sur l'argent-dette, je ne suis pas un spécialiste en économie.

En réalité, la seule raison qui fait que nous nous accrochons à ce système stupide, le trou pour la tête de l'autruche, repose sur les études de corrélation entre croissance économique et baisse du chômage. Or ces études statistiques sont tout à fait discutables, parce que pour le moins conjoncturelles.

Le monde a un grand besoin de révolution économique, dans laquelle nous cesserons de créer de la dette, et nous réapprendrons à "recycler" nos biens, nos flux économiques. Nous avons besoin d'apprendre la sobriété, ainsi que ne cesse de le répéter Benoit XVI. Et il a aussi eu une vision assez prophétique, je crois, des possibilités de cette sortie de l'argent dette en nous exhortant à remettre du don dans l'économie. A bien réfléchir à ce casse-tête insoluble, cela semble en effet être la seule voie possible. Mais tout reste à penser, et il va falloir un paquet de bonnes volontés, d'économistes et de politiques inspirés, pour réussir ce miracle de l'abandon de l'argent-dette.

En bref, continuer à asséner comme un dogme que la croissance économique est la seule solution n'est pas ma tasse de thé, comme vous l'aurez compris. Quand en plus, on pose comme condition de cette croissance la légitimation de propriétés privées creusant toujours plus les écarts entre riches et pauvres, laissant toujours plus de personnes dans la misère, au prétexte que l'état n'a pas à se mêler de la moralité de ceux qui possèdent, et qu'il faut juste s'assurer qu'ils aient leur activité économique chez nous, en priant le dieu de l'auto-régulation des marchés, on n'est pas très loin de justifier et légitimer un tas de pratiques immorales, et l'utilisation d'argent sale pour satisfaire cette aspiration à la croissance économique.

Enfin quoi, vous n'allez pas me dire que vous ne voyez pas quelles sacrifices à l'éthique on est prêt à faire au nom de cette sacro-sainte compétitivité économique : la satisfaction des ambitions de la recherche pharmaceutique aux dépends de la vie humaine au prétexte que cela permettrait de maintenir la France compétitive dans ce domaine, en est pourtant un exemple flagrant. Pour moi il n'y a pas de grande différence entre ça, et légitimer des richesses faramineuses quand des gens ne peuvent pas manger ou se loger au prétexte que cela permet de s'assurer que ces fortunes s'activent sur le marché français.

Le problème, à vouloir compenser le fait d'une économie mondialisée par des effets d'incitation de tendances de marché (comme favoriser une activité ou une présence sur le marché français) montre qu'on est complètement à côté du problème. Il y a un problème d'éthique dans cette économie, et je ne vois pas ce qui aura été vraiment solutionné le jour où grâce à un paquet de grosses fortunes on aura réussi à re-favoriser suffisamment le marché français, mais qu'en contre-partie d'autres pays se casseront complètement la gueule. Le tout sur fond d'une augmentation permanente de la dette globale, problème qu'on met sous le tapis. Nous avons inventé la pire machine économique qui soit : une dette qui croit à mesure que la productivité croit. L'argent-dette c'est cette équation toute simple : plus de production = plus de dette. Mais c'est à considérer au niveau mondial, bien évidemment. On peut toujours tenter de fermer les yeux là-dessus et essayer de sauver sa population nationale, ou on peut essayer de faire quelque chose qui fécondera aussi l'économie mondiale et la fera sortir de ce cercle infernal.

Le principe qu'il devient urgent de considérer et favoriser aujourd'hui c'est ce principe évangélique de la destination universelle des biens. Voilà, Griffon, sur quel principe je m'appuie pour ce qui est de la justice sociale, et non sur la jalousie ou sur l'envie.
Site : http://www.pneumatis.net/
Auteur : Notre Père, cet inconnu, éd. Grégoriennes, 2013

Avatar de l’utilisateur
Monte-Cristo
Censor
Censor
Messages : 179
Inscription : dim. 01 mai 2011, 12:38
Localisation : Elsass - Lothringen

Re: Chrétiens, qui soutiendrez-vous en 2012 ?

Message non lu par Monte-Cristo » mar. 21 juin 2011, 11:27

Le problème, en France, c'est qu'avec nos traditions de revendications sociales, révolution française, lutte des classes etc etc, certaines catégories de la population active paralysent complètement le pays : je parle en effet des cheminots, des dockers, des NMPP, qui sous des prétextes fallacieux profitent égoïstement de leur monopole.

Un des autres problèmes, mais qui est commun à d'autres pays, ce sont les revenus des politiques, qui cumulent un nombre impressionnant de mandats. Rien que l'assemblée nationale et le sénat nous coutent par an environ 50 000 000 d'euros, sans compter les retraites des anciens députés et sénateurs. Alors bon, s'ils touchaient ce salaire mais sans avoir d'autres privilèges, passe encore, mais je suis sûr que ces messieurs/dames profitent grassement de leur statut.

Sans compter qu'un peu de vrai libéralisme ne nous ferait pas de mal : adieu la fausse concurrence entre les hypermarchés et les opérateurs téléphoniques, adieu, certaines niches de fonctionnaires inutiles, adieu les impôts écrasants pour les petits commerçants.

Ah oui, aussi, si les très très riches pouvaient payer un petit peu aussi au lieu d'acheter des oeuvres d'art et "d'investir" dans les DOM-TOM, et si on appliquait enfin la préférence nationale pour que les familles françaises qui payent des impôts depuis des siècles puissent jouir UN PEU des avantages sociaux, comme avoir un HLM pas trop mauvais ou une chambre en cité U pour leurs enfants étudiants, au lieu d'avantager une cohorte d'étudiants chinois ou africains qui ne font que passer, ça ne ferait pas de mal !

Appelez moi Poujade :siffle:

Harfang
Persona
Persona
Messages : 1427
Inscription : mar. 09 sept. 2008, 23:45

Re: Chrétiens, qui soutiendrez-vous en 2012 ?

Message non lu par Harfang » mar. 21 juin 2011, 15:11

Quelle illusion de penser que des élections peuvent changer quelque chose... :roule: Tous pourris et puis c'est tout. De Marine Lepen au franc-maçon Jean-Luc Mélanchon, aucun n'œuvre pour le règne du Christ-Roi. Prions Dieu de nous donner une autorité politique soumise à ses commandements.
« O Crux Ave Spes Unica ! »
http://vidi-aquam.blogspot.com/

Avatar de l’utilisateur
Petit Matthieu
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1544
Inscription : lun. 02 févr. 2009, 20:23
Conviction : catholique
Localisation : Paris

Re: Chrétiens, qui soutiendrez-vous en 2012 ?

Message non lu par Petit Matthieu » mar. 21 juin 2011, 15:19

salésienne05 a écrit :Notre foyer paye des impôts, et nous sommes très heureux de le faire. S'il fallait en payer plus, nous le ferions volontiers.
Je suis heureuse de vivre dans un pays où mon mari, dixième enfant d'une famille très pauvre de 11 enfants (et sans but "catholique") a pu devenir ingénieur grâce à l'école publique gratuite, aux cités U, aux bourses, à l'université presque gratuite, à la sécurité sociale qui lui a permis de le soigner gratuitement. Je suis heureuse que ma meilleure amie, fille d'ouvrier et noire (et pas catholique non plus), ait pu obtenir un Doctorat de droit grâce aux mêmes avantages sociaux et aux fonctionnaires qui se sont occupés de sa famille indigente, tant sur le plan psychologique que financier. Je suis heureuse de savoir que les divers impôts (y compris l'ISF) qu'ont payés mes grands-parents (avec joie alors qu'ils ont tous travaillé très dur) ont rendu justice à la plupart de mes amis qui n'ont pas eu la chance de naître dans mon milieu. Je suis heureuse de vivre dans un pays où l'impôt a permis à mon fils leucémique d'être soigné durant près de trois ans sans que nous déboursions un seul centime (il était déjà assez difficile de gérer émotionnellement la maladie, alors qu'il avait en plus fallu se préoccuper de l'argent). Je suis heureuse de payer des impôts, et je paierai volontiers plus pour tous les enfants malades et tous les malades des hôpitaux, y compris les étrangers... on ne fait pas semblant d'être malade généralement. Je suis heureuse de payer des impôt car mon fils autiste bénéficie lui-aussi de soins pris en charge à 100%. Je suis heureuse de payer des impôts car je ne pourrais pas être un minimum autonome financièrement sans les aides à la petite enfance (congé parental, allocations familiales)... Je suis heureuse de payer des impôts car la santé de ma mère, aveugle, est prise en charge.
Tout ce que je sais, c'est que si nous gagnons bien notre vie (et encore, nous sommes à peine considérés comme classe moyenne avec nos 4000 € par mois et nos trois enfants -mais il n'y a qu'un seul salaire à la maison), ce n'est pas un mérite de notre part, ou très peu : on a reçu de Dieu les capacités intellectuelles, psychologiques et physiques de le faire. Je n'ai aucun mérite à être née en France, aucun mérite à être française, aucun mérite d'être née dans une famille qui m'a entourée et choyée, aucun mérite à avoir eu un petit héritage. Avec tous ces dons, je ne peux qu'être humble, et tout ce que j'ai en trop, doit de fait aller à ceux qui ont moins, peu importe s'ils sont méritants ou pas : je ne le suis pas moi-même...

Dans la règle bénédictine (j'ai été regardante chez les cisterciennes), il est dit que le fort doit travailler plus pour le faible, et qu'il doit donner plus... Le Christ nous invite à la sobriété, au don de nous-mêmes.

Alors, non, je ne peux pas voter pour Mr Sarkozy. Je voterai pour celui ou celle qui défendra les plus petits, même ceux qui ne le méritent pas. Je ne voterai donc pas Marine Le Pen non plus car pour moi, le catholicisme n'a pas de frontières, et qu'elle défend des idées qui vont à l'encontre de l'humanisme chrétien.

Enfin, je pense qu'au Paradis, on trouvera tous ces programmes politiques bien ridicules :roule:

Cécile
:clap: :clap: :clap:
Merci Cécile, ça fait un bien fou !
"Ce n’est que pour ton amour, pour ton amour seul, que les pauvres te pardonneront le pain que tu leur donnes."
Phrase finale de saint Vincent de Paul dans le film "Monsieur Vincent".

Avatar de l’utilisateur
Griffon
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3171
Inscription : sam. 26 déc. 2009, 20:24

Re: Chrétiens, qui soutiendrez-vous en 2012 ?

Message non lu par Griffon » mar. 21 juin 2011, 20:13

Pneumatis a écrit :Le principe qu'il devient urgent de considérer et favoriser aujourd'hui c'est ce principe évangélique de la destination universelle des biens. Voilà, Griffon, sur quel principe je m'appuie pour ce qui est de la justice sociale, et non sur la jalousie ou sur l'envie.
Cher Pneumatis,

Avant tout, je voudrais vous remercier pour votre réponse.

Il y aurait beaucoup à dire...
Mais bon !

Commençons donc par cette dernière phrase qui démontre l'énorme décalage entre vos aspirations et la réalité.

Mais d'abord et avant tout : moi aussi, cher Pneumatis, je suis pour le principe évangélique de la destination universelle des biens. J'espère que vous n'en doutez pas, parce qu'à la manière de vous exprimer, je pourrais le croire.

Il y a 2 manières d'y arriver.

1) voler aux riches pour distribuer aux pauvres

2) élever le niveau moral de la population pour que cela devienne inconvenant de ne pas participer à cette redistribution

La première est injuste. Elle conduit à la pauvreté généralisée.
Ce qui empêche d'aller jusqu'au bout du raisonnement.
Toutefois, en laissant croire que c'est possible, on met dans les esprits envie, jalousie,...
Dont je crois volontiers que vous êtes exempts, mais pas les masses.... sûrement pas !

La seconde est possible.
Aux USA, il est mal vu de ne pas participer à cette redistribution.
Je ne défends pas le modèle américain, mais, cet aspect des choses est beaucoup plus "sain" qu'en Europe. Il est carrément mal vu de ne pas aider.

C'est le choix entre ces 2 manières qui détermine la politique.
Et non pas le principe évangélique que vous mettez en avant, comme je pouvais y être opposé.

Cordialement,

Griffon.
Jésus, j'ai confiance en Toi,
Jésus, je m'abandonne à Toi.
Mon bonheur est de vivre,
O Jésus, pour Te suivre.

Avatar de l’utilisateur
Pneumatis
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1950
Inscription : jeu. 19 févr. 2009, 17:22
Localisation : Châteaubriant
Contact :

Re: Chrétiens, qui soutiendrez-vous en 2012 ?

Message non lu par Pneumatis » mar. 21 juin 2011, 20:58

Bonsoir Griffon,
Griffon a écrit :1) voler aux riches pour distribuer aux pauvres
En réponse à cela, je vous invite à lire ceci, et peut-être remettre en question votre conception du "voler aux riches".
Paul VI, dans son encyclique Populorum Progressio a écrit : 23. [...]"Ce n'est pas de ton bien, affirme ainsi saint Ambroise, que tu fais largesse au pauvre, tu lui rends ce qui lui appartient. Car ce qui est donné en commun pour l'usage de tous, voilà ce que tu t'arroges. La terre est donnée à tout le monde, et pas seulement aux riches (22)." C'est dire que la propriété privée ne constitue pour personne un droit inconditionnel et absolu. Nul n'est fondé à réserver à son usage exclusif ce qui passe son besoin, quand les autres manquent du nécessaire. En un mot, "le droit de propriété ne doit jamais s'exercer au détriment de l'utilité commune, selon la doctrine traditionnelle chez les Pères de l'Église et les grands théologiens". S'il arrive qu'un confit surgisse "entre droits privés acquis et exigences communautaires primordiales", il appartient aux pouvoirs publics "de s'attacher à le résoudre, avec l'active participation des personnes et des groupes sociaux (23)."

L'usage des revenus

24. Le bien commun exige donc parfois l'expropriation si, du fait de leur étendue, de leur exploitation faible ou nulle, de la misère qui en résulte pour les populations, du dommage considérable porté aux intérêts du pays, certains domaines font obstacle à la prospérité collective. En l'affirmant avec netteté (24), le Concile a rappelé aussi non moins clairement que le revenu disponible n'est pas abandonné au libre caprice des hommes et que les spéculations égoïstes doivent être bannies.
Site : http://www.pneumatis.net/
Auteur : Notre Père, cet inconnu, éd. Grégoriennes, 2013

aroll
Quæstor
Quæstor
Messages : 261
Inscription : lun. 16 nov. 2009, 13:09

Re: Chrétiens, qui soutiendrez-vous en 2012 ?

Message non lu par aroll » mer. 22 juin 2011, 9:51

Griffon a écrit :
Pneumatis a écrit :Le principe qu'il devient urgent de considérer et favoriser aujourd'hui c'est ce principe évangélique de la destination universelle des biens. Voilà, Griffon, sur quel principe je m'appuie pour ce qui est de la justice sociale, et non sur la jalousie ou sur l'envie.
Cher Pneumatis,

Avant tout, je voudrais vous remercier pour votre réponse.

Il y aurait beaucoup à dire...
Mais bon !

Commençons donc par cette dernière phrase qui démontre l'énorme décalage entre vos aspirations et la réalité.
Aie! J'ai si souvent remarqué que c'est par ce genre de phrase que l'on se préparait à "flinguer" le message du Christ (presque toujours sur les même sujets: pauvreté, immigration), tout en se disant parfaitement chrétien!

Griffon a écrit : Mais d'abord et avant tout : moi aussi, cher Pneumatis, je suis pour le principe évangélique de la destination universelle des biens. J'espère que vous n'en doutez pas, parce qu'à la manière de vous exprimer, je pourrais le croire.

Il y a 2 manières d'y arriver.

1) voler aux riches pour distribuer aux pauvres

2) élever le niveau moral de la population pour que cela devienne inconvenant de ne pas participer à cette redistribution

La première est injuste. Elle conduit à la pauvreté généralisée.
Ce qui empêche d'aller jusqu'au bout du raisonnement.
Toutefois, en laissant croire que c'est possible, on met dans les esprits envie, jalousie,...
Dont je crois volontiers que vous êtes exempts, mais pas les masses.... sûrement pas !
On peut "prendre" aux riches sans voler, ça s'appelle l'impôt sur le revenu.
Il est de plus en plus diminué par les libéraux au profit d'impôts effroyablement injustes (TVA et taxes diverses qui représentent aujourd'hui bien plus que l'impôt sur le revenu), et pourtant il est LA réponse.
Je rajoute qu'un impôt sur le revenu très largement supérieur à 50% n'est ni un vol ni une injustice, je n'ai pas le temps de développer, mais c'est là que se situe LE problème de notre société: être parvenu à faire admettre comme logique qu'un impôt de plus de 50% serait injuste, quand ce n'est pas le concept d'impôt sur le revenu lui même qui est combattu.

Griffon a écrit : La seconde est possible.
Pas avec le libéralisme simple et "normal".

Griffon a écrit : Aux USA, il est mal vu de ne pas participer à cette redistribution.
Je ne défends pas le modèle américain, mais, cet aspect des choses est beaucoup plus "sain" qu'en Europe. Il est carrément mal vu de ne pas aider.
C'est une légende! C'est vrai qu'il est bien vu de faire "quelque chose" pour DES pauvres (donc pas pour LES pauvres, et la nuance est importante) mais il n'y a aucun problème à ne rien faire.
C'est d'ailleurs la base même du libéralisme: pas de contraintes sur ce genre de chose (entre autres), même psychologiques.

Amicalement, Alain

Avatar de l’utilisateur
ti-coz
Quæstor
Quæstor
Messages : 203
Inscription : jeu. 10 févr. 2011, 11:56
Localisation : île de France

Re: Chrétiens, qui soutiendrez-vous en 2012 ?

Message non lu par ti-coz » mer. 22 juin 2011, 13:32

Il n' y a qu'en France que la "lutte des classes" a une telle ampleur ou même existe ! Les "salops de pauvres" contre les riches ! Il y a en permanence une jalousie et une envie qui colle à la peau du peuple.

Dans aucun autre pays il n'y a cette haine contre les riches. Est-ce un reste de la culture judéo-chrétienne qui donne la primauté aux pauvres et leur ouvre, en premier, les portes du ciel ?

aroll
Quæstor
Quæstor
Messages : 261
Inscription : lun. 16 nov. 2009, 13:09

Re: Chrétiens, qui soutiendrez-vous en 2012 ?

Message non lu par aroll » mer. 22 juin 2011, 15:50

ti-coz a écrit :Il n' y a qu'en France que la "lutte des classes" a une telle ampleur ou même existe ! Les "salops de pauvres" contre les riches ! Il y a en permanence une jalousie et une envie qui colle à la peau du peuple.

Dans aucun autre pays il n'y a cette haine contre les riches. Est-ce un reste de la culture judéo-chrétienne qui donne la primauté aux pauvres et leur ouvre, en premier, les portes du ciel ?
Non, c'est faux; ce qui est vrai, c'est qu'il n'y a qu'en France que l'on croit toujours être différent des autres, en bien comme en mal.
Alors les français croient être les seuls à avoir des problèmes de classes, comme ils croient être les seuls à avoir une bonne sécu....

Ils devraient d'abord s'intéresser UN PEU aux autres, et ils verraient que leurs problèmes et leurs points forts sont d'une banalité absolue.

De plus, il n'y a pas de jalousie ou de haine des riches dans les pays latins (donc pas seulement la France), il y a plutôt un manque évident d'humanisme dans beaucoup d'autres pays et singulièrement dans le monde anglo-saxon (ça se voit très clairement dans bien d'autres domaines que celui des inégalités sociales...)

Amicalement, Alain

Avatar de l’utilisateur
Nanimo
Prætor
Prætor
Messages : 2556
Inscription : sam. 15 avr. 2006, 16:21
Conviction : Catholique
Localisation : CANADA
Contact :

Re: Chrétiens, qui soutiendrez-vous en 2012 ?

Message non lu par Nanimo » mer. 22 juin 2011, 16:23

Je ne sais pas encore pour qui je voterai, mais il m'est déjà arrivé de faire de l'humour corézien. C'était à l'occasion des avant-dernières présidentielles.
Lest we boast
[couleur de la modératrice]

Alleluia
Quæstor
Quæstor
Messages : 314
Inscription : lun. 22 nov. 2010, 18:36

Re: Chrétiens, qui soutiendrez-vous en 2012 ?

Message non lu par Alleluia » sam. 25 juin 2011, 9:40

Je suis juste horrifiée par les résultats de ce sondage... :/

Avatar de l’utilisateur
Brindille
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 444
Inscription : mer. 27 avr. 2011, 11:32
Localisation : Yvelines

Re: Chrétiens, qui soutiendrez-vous en 2012 ?

Message non lu par Brindille » sam. 25 juin 2011, 10:46

Ah ! une autre voix pour notre président!! merci ;)

Que pensez-vous du programme de Christine Boutin
qui a annoncé sa candidature? Je ne la connais pas :oops:

Ce que j'ai cru comprendre...
Attachée à Sarkozy, alors qu'on lui faisait remarquer que son programme s'apparente à celui des socialistes ( ce qui ne m'étonne pas... Gche/Dte ayant les même valeurs de solidarité) elle a expliqué la grande différence:
De l'UMP, elle met l'homme au centre de ses responsabilités de citoyen,
alors que le PS place l'Etat au centre de ses responsabilité vis à vis du citoyen...
Fraternellement.

"Cependant, que ce ne soit pas ma volonté, mais la tienne qui se fasse !" Luc XXII, 42

Avatar de l’utilisateur
Nanimo
Prætor
Prætor
Messages : 2556
Inscription : sam. 15 avr. 2006, 16:21
Conviction : Catholique
Localisation : CANADA
Contact :

Re: Chrétiens, qui soutiendrez-vous en 2012 ?

Message non lu par Nanimo » dim. 26 juin 2011, 0:29

Alleluia a écrit :Je suis juste horrifiée par les résultats de ce sondage... :/
Bonjour Alleluia,
Je vois ce que vous voulez dire : le vote est plutôt droite de la droite, mais que cela ne vous décourage pas. Nous avons déjà discuté (sur ce fil et ailleurs) de la difficulté de voter pour un catholique, que ce soit à droite ou à gauche.
Lest we boast
[couleur de la modératrice]

Pati
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 568
Inscription : jeu. 10 déc. 2009, 21:30

Re: Chrétiens, qui soutiendrez-vous en 2012 ?

Message non lu par Pati » dim. 26 juin 2011, 2:37

Raymondine a écrit : de la difficulté de voter pour un catholique, que ce soit à droite ou à gauche.
Et pour un juif, je ne vous raconte pas !!!! à gauche toute, c'est l'horreur, et à droite toute, c'est l'horreur.. donc..............
de toutes les façons, ils sont tous anti-moi.. donc sais pas.. peut être que j'irai pêcher le jour des élections... on verra bien..

Verrouillé

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 6 invités