Sur les apparitions du Christ

« Tous me connaîtront, des plus petits jusqu'aux plus grands. » (Jr 31.34)
Règles du forum
Initiation à la religion chrétienne, sous forme de questions & réponses, pour les chrétiens et les non-chrétiens. Cet espace n'est pas un lieu de débat mais d'exposé de la religion chrétienne ; les messages de ce forum sont modérés a priori et les réponses hétérodoxes ne seront pas publiées.
Invité
Barbarus
Barbarus

Sur les apparitions du Christ

Message non lupar Invité » dim. 14 nov. 2010, 19:22

Bonjour

On connait les très nombreuses apparitions de la Vierge Marie, mais il n'est pratiquement jamais question d'apparitions de Jésus (sauf arnaques récentes et fausses apparitions) : sait-on pourquoi ?

Y a-t-il une raison bien précise pour que le Christ n'apparaisse pas à des petits voyants innocents comme le fait la Vierge ou à des saintes personnes (religieux ou autres) ?

Merci pour vos réponses.

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8198
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: Apparitions du Christ

Message non lupar Raistlin » lun. 15 nov. 2010, 11:42

Bonjour,

Non, nous ne savons pas pourquoi le Christ apparaît moins que la sainte Vierge. Dieu se réserve quelques petits secrets...

Cela étant, nous pouvons tenter des explications, tout en gardant conscience qu'il s'agit là d'un pur exercice spéculatif. Pour ma part, je me dis que la sainte Vierge prépare simplement les coeurs au Christ : tout comme elle a donné Jésus au monde, elle se manifeste pour nous aider à l'accueillir dans nos vies. Hé puis, n'oublions pas que le Christ se rend présent à chaque Eucharistie. C'est donc tous les jours, par toute la Terre, que le Christ peut être vu et touché.

Bien à vous,
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Invité
Barbarus
Barbarus

Re: Apparitions du Christ

Message non lupar Invité » lun. 15 nov. 2010, 13:40

Merci pour votre réponse

Vous dites :
"Non, nous ne savons pas pourquoi le Christ apparaît moins que la sainte Vierge"

Pouvez-vous me citer des cas d'apparitions du Christ réelles et authentiques ?

Quand je cherche sur Google je ne trouve que des trucs "louches" du genre Dozulé et Kérizinen (non reconnues, voire même condamnées par l'Eglise), apparition récente à Bordeaux, ou image dans des biscuits ...

Merci d'avance

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 10011
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: Apparitions du Christ

Message non lupar Fée Violine » lun. 15 nov. 2010, 15:15

Un certain nombre de saints ont eu des apparitions du Christ, mais en privé, ce ne sont pas des lieux de pèlerinage. Ste Angèle de Foligno, par exemple, mais beaucoup d'autres aussi il me semble.

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8198
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: Apparitions du Christ

Message non lupar Raistlin » lun. 15 nov. 2010, 16:30

Pouvez-vous me citer des cas d'apparitions du Christ réelles et authentiques ?
Les plus connues (à mon avis) sont celles faites à sainte Marguerite-Marie Alacoque.

Jésus y a notamment eu cette phrase magnifique ! "Voici le coeur qui a tant aimé les hommes qu’il n’a rien épargné jusqu’à s’épuiser et se consommer pour leur témoigner son amour. Et pour reconnaissance je ne reçois de la plupart que des ingratitudes."

Sauf erreur de ma part, c'est de ces apparitions privées qu'est née la dévotion au Sacré-Coeur.
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12922
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: Apparitions du Christ

Message non lupar etienne lorant » lun. 15 nov. 2010, 17:48

Le Christ m'est apparu sur la croix le 3ème dimanche du mois d'août 1985. Sa tête - de plâtre, une seconde avant - s'était redressée et Il me regardait sans rien dire, mais son silence avait était chargé de tant de pitié "inflexible" que je me suis crié: "Non, non, je n'accepte pas que tu meures simplement parce que je suis malheureux ! Aucun amour ne peut aller jusque là !" Et cependant... si.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 10011
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: Apparitions du Christ

Message non lupar Fée Violine » lun. 15 nov. 2010, 18:00

Il y a aussi sainte Faustine, au 20ème siècle.

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12922
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: Apparitions du Christ

Message non lupar etienne lorant » lun. 15 nov. 2010, 19:09

Merci pour votre réponse

Vous dites :
"Non, nous ne savons pas pourquoi le Christ apparaît moins que la sainte Vierge"

Pouvez-vous me citer des cas d'apparitions du Christ réelles et authentiques ?

Quand je cherche sur Google je ne trouve que des trucs "louches" du genre Dozulé et Kérizinen (non reconnues, voire même condamnées par l'Eglise), apparition récente à Bordeaux, ou image dans des biscuits ...

Merci d'avance
Oui, la mienne, un dimanche d'août 1985 - ce qui ne m' a pas rajeuni !

Voir dans Témoignages, attendez je vous le trouve:

voici:

Cet après-midi est lourd et de nouveau long et pénible à traverser. Ce que me recommande mon petit "ABC" de la vie intérieure, c'est de supporter calmement mon ennui et d'offrir au Seigneur ce que je ressens. J'avais résolu d'écrire ici mon expérience de conversion, en août 1985, mais suis-je capable d'aller au bout ? Essayons !

C'était un dimanche d'août. A 29 ans, j'avais ouvert ma boutique depuis deux ans, après avoir tenté de trouver ma voie au sein de services commerciaux (exportation) de diverses entreprises. Les affaires démarraient bien, mais je n'étais pas heureux. Il y a toujours plus à chercher. Les relations sentimentales de courtes durées, j'en avais assez. Le lundi de cette semaine-là, j'avais déclaré à la femme dont j'étais amoureux et qui s'éloignait: "Maintenant, tout çà m'est bien égal: je ferme la boutique, je rentre chez moi et, quitte à ne rien faire de toute ma vie, je n'arrêterai pas de chercher avant de savoir quelle est la cause de la condition malheureuse de l'homme."

Et aussitôt dit, aussitôt fait. Je suis rentré chez moi sans me rendre compte que j'avais emporté avec moi un petit opuscule, rédigé par un Jésuite, qui s'intitulait "Satan l'Adversaire". J'avais songé reprendre mes notes de philosophie, mais puisque ce petit livret m'était tombé sous la main, c'est par lui que j'ai commencé. A cette époque, il ne restait de mon baptême que la conviction de l'existence de Dieu, mais un Dieu que je réduisais ainsi: "Il y a plus de six milliards d'hommes sur la terre, comment croire que Dieu puisse s'intéresser à chacun ?" A mes propres yeux, j'étais assez lucide pour constater ma parfaite insignifiance et l'impact pratiquement nul de toute mon existence, dans le passé, le présent et l'avenir. Oui, j'avais beaucoup été attiré par "Le journal d'un curé de campagne", de Bernanos, mais n'était-ce pas chez moi un reste de sentimentalisme ?

J'ai feuilleté ce petit ouvrage et j'y avais relevé tout de même la prodigieuse astuce du serpent dans son dialogue avec Eve. Au lieu d'accuser Dieu directement, le démon contourne la conscience d'Eve, et lui pose une simple question « Alors, Dieu vous a dit : ‘Vous ne mangerez le fruit d’aucun arbre du jardin ?" Et Eve, pour avoir voulu corriger la question posée (car en fait, le fruit d'un seul arbre est interdit), se laissera entraîner par la virulence de l'accusation qui suit: " « Pas du tout ! Vous ne mourrez pas ! Mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s'ouvriront, et vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal. »

Lorsque j'ai achevé ma lecture, plusieurs heures avaient passé. Quelque chose m'avait saisi, mais je ne parvenais pas à établir le lien avec d'autres lectures. Les jours ont passé. Le samedi précédant ma conversion, je me souviens qu'il y avait une fête foraine, que je m'étais laissé emporter dans la foule et plus la foule me pressait, plus je me sentais isolé: j'étais un être unique mais totalement impuissant à se rendre heureux lui-même ni rendre heureux qui que ce soit. Ce constat était si pénible ! Un instant, j'ai levé les yeux au ciel, mais quoi: dans la Bible, le ciel n'est que le symbole d'un ailleurs, pourquoi regarder le ciel, quand nous avons les pieds sur le sol ? J'ai traîné mon malaise jusque dans la nuit.

Pour dormir, plutôt que de regagner mon deux-pièces, j'avais demandé refuge pour une nuit dans mon ancienne chambre d'étudiant, dans la maison familiale. Il n'y avait plus que le lit, une table et une chaise... et le crucifix que l'on m'avait offert pour ma communion solennelle, un très lointain souvenir. A mon réveil, pourtant, lorsque j'ai ouvert les yeux, quelque chose m'a paru bizarre: la position du corps de plâtre n'était plus la même. La tête ne devait-elle pas reposer sur une des épaules, dans l'abandon de la mort ?

A ce moment-là, la "connaissance" de ce que j'étais en train de vivre me fut donnée. Ce n'était plus du plâtre, c'était un homme, un homme juste et parfaitement innocent qui me regardait avec une telle intensité d'amour... qu'il m'eût été difficile de ne pas m'écrier: "Non, je ne peux supporter cela ! Je ne veux pas ! Il n'est pas possible que l'amour aille jusque-là !"... Car le Christ était en train de mourir NON PAS parce que j'avais péché, mais parce qu'Il ne supportait pas de me voir entraîné dans le malheur PAR le péché...
Il m'apparût instantanément qu'un mensonge énorme avait frappé et marqué la raison humaine depuis le commencement de l'humanité. Le diable, dénoncé dans l'ouvrage cité, était tout autre chose qu'un sophiste ! Ici, mon récit devient flou. Il s'est passé longtemps, mais en réalité quelques minutes à peine. Je dois sauter quelques lignes d'écriture, car je ne sais pas quels mots employer... La vision du Christ en croix s'est estompée, j'avais pleuré beaucoup, une partie de moi avait adhéré tout à fait au Christ souffrant, le refusant d'abord, l'acceptant ensuite, mais sa mort était une perte épouvantable.

Un instant plus tard, on eût dit que chaque centimètre carré des murs de ma chambre avaient été recouverts d'un tapis sonore d'où j'entendis comme un chœur céleste proclamer : "Il y a plus de joie dans les Cieux pour un seul qui se repent, que pour cent justes qui n'ont pas besoin de repentir !". Et comme j'achevais d'entendre cette déclaration, aussitôt une joie extraordinaire m'a envahi. J'ai compris par la suite que j'avais vécu aussi la Résurrection. Cette joie m'a apporté, tout en même temps, la révélation des choses cachées (jusque-là) dans les Évangiles (que je n'avais pu percer avec ma raison), et une force qui m'a fait nommer cette joie: "onde d'énergie pure", mais par la suite, j'ai simplement dit: la Joie, avec la majuscule, pour la différencier de toute autre joie.

Évidemment, j'ai demandé de mourir tout de suite. Jamais ma lucidité ne m'a manqué dans l'événement que je rapporte: je savais très bien qu'après ce qui m'était advenu, je continuerais d'être libre de dire oui ou de dire non - que cet événement avait tout changé en moi, mais qu'il serait difficile de témoigner. Mais à la demande de mourir, j'ai perçu comme un fin sourire: avant de mourir, il faudrait tout de même tenter de témoigner un peu... Et c'est ainsi que, dans l'après-midi, j'ai commencé à rechercher un prêtre qui saurait m'entendre, car j'avais cru tout de même que si des hommes se font prêtre, c'était forcément qu'ils avaient vécu la même chose que moi - ou quelque chose de similaire. C'était le début d'un long chemin, qui n'est pas encore fini. J'avoue que je ne suis plus aussi disposé à mourir qu'autrefois, mais j'ajoute qu'un témoignage comme celui-ci est difficile à rédiger ... surtout parce que l'on revit ce que l'on a traversé.

Et ce qui est dit est dit.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Invité
Barbarus
Barbarus

Re: Apparitions du Christ

Message non lupar Invité » lun. 15 nov. 2010, 19:16

Merci Etienne pour ce témoignage qui permet d'éclairer sous un jour nouveau vos nombreuses autres interventions.

Bien à vous.

Avatar de l’utilisateur
Laurent L.
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1612
Inscription : lun. 25 mai 2009, 13:18

Re: Apparitions du Christ

Message non lupar Laurent L. » lun. 15 nov. 2010, 20:56

Sauf erreur de ma part, c'est de ces apparitions privées qu'est née la dévotion au Sacré-Coeur.
Plus de précisions dans cette encyclique de Pie XII :

IV. - LA NAISSANCE ET LE DÉVELOPPEMENT DU CULTE DU SACRÉ-COEUR.

Ce Culte est le culte de l’amour divin et humain du Verbe incarné, comme l’enseigne le Docteur Angélique, l’amour de la Sainte -Trinité est le principe de la Rédemption humaine, puisqu’il débordait sur la volonté humaine de Jésus-Christ et son Coeur adorable, et que c’est ce même amour qui l’a conduit à répandre son Sang pour nous délivrer de la captivité du péché.



Ce culte n’a jamais été complètement étranger à la piété des fidèles.

47. Le culte par lequel nous honorons l’amour de Dieu et de Jésus-Christ envers le genre humain, à travers le signe auguste du Coeur transpercé du Rédempteur crucifié, n’a jamais été complètement étranger à la piété des fidèles.

50. Si, par le Coeur transpercé du Sauveur, les hommes sont toujours plus ardemment portés à honorer son amour infini qui embrasse le genre humain, les paroles du prophète Zacharie, appliquées par saint Jean l’Evangéliste à Jésus crucifié : " Ils regarderont Celui qu’ils ont transpercé " s’adressent aux chrétiens de tous les temps.



De sainte Marguerite-Marie à Pie IX.

Nous citons par exemple, parmi ceux qui ont affermi ce culte du Coeur très sacré de Jésus, l’ont fait progressivement se développer et ont, ainsi, bien mérité de lui : saint Bonaventure, saint Albert le Grand, sainte Gertrude, sainte Catherine de Sienne, le bienheureux Henri Suso, saint Pierre Canisius, saint François de Sales. Saint ]ean Eudes fut l’auteur du premier office liturgique célébré en l’honneur du Coeur très sacré de Jésus, dont la fête solennelle,avec l’approbation de nombreux évêques de France, fut célébrée pour la première fois le 20 octobre 1672. Il faut assurément faire une place spéciale à sainte Marguerite-Marie Alacoque, qui, avec le bienheureux Claude de la Colombière, son directeur spirituel, réussit, par son zèle remarquable, à ce que soit établit ce culte.

52. Il suffit d’évoquer cette époque où se développait le culte du Coeur très sacré de Jésus pour comprendre parfaitement que son admirable progression tenait à ce qu’il convenait parfaitement à la nature de la religion chrétienne, qui est une religion d’amour.

Ce qui a été révélé à sainte Marguerite-Marie n’a rien apporté de nouveau à la doctrine catholique. Son importance vient de ce que le Christ Notre-Seigneur, en montrant son Coeur trés sacré, a voulu retenir d’une façon extraordinaire et singulière les esprits des hommes pour qu’ils contemplent et honorent le mystère de l’amour miséricordieux de Dieu à l’égard du genre humain. Le Christ, en des paroles expresses et réitérées, a montré son Coeur comme le symbole qui attirerait les hommes à la connaissance de son amour ; en même temps, il en a fait comme le signe et le gage de sa miséricorde et de sa grâce pour les besoins de l’Eglise de notre temps.

53. Le fait que le Siège apostolique ait approuvé cette liturgie solennelle avant les écrits de sainte Marguerite-Marie montre manifestement que ce culte découle des principes mêmes de la doctrine chrétienne. La Sacrée Congrégation des Rites, par un décret du 25 janvier 1765, approuvé par Notre Prédécesseur Clément XIII, le 6 février de la même année, a autorisé les évêques de Pologne et l’ Archiconfrérie romaine, dite du Coeur très sacré de Jésus, à célébrer la fête liturgique.

54. Cette première approbation, qui fut suivie, presque un siècle plus tard, du décret de la Sacrée Congrégation des rites, du 23 août I856, par lequel, a ordonné que la fête du Coeur très sacré de Jésus fût étendue à l’Église entière et fût célébrée par elle comme il convient. Comme nous le lisons dans la liturgie de cette fête : " Le culte du Coeur trés sacré de Jésus, comme un fleuve débordant, renversant tous les obstacles, se répand dans le monde entier. "
Bien à vous,
Laurent.

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8659
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Apparitions du Christ

Message non lupar PaxetBonum » mar. 16 nov. 2010, 10:20

Les apparitions du Christ ne sont pas si rares, mais certainement plus privées. Par exemple le saint Padre Pio a relaté de fréquentes apparitions de Jésus à son égard.
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

DavidB
Persona
Persona
Messages : 1927
Inscription : dim. 16 sept. 2007, 21:44

Re: Apparitions du Christ

Message non lupar DavidB » mar. 16 nov. 2010, 20:01

Sainte Thérèse d'Avila en a eu.

N'est-ce pas Thérèse de Lisieux qui l'a entendu dire : "J'ai soif!" ?

Mère Térèsa, bien qu'elle ne voulait pas qu'on en parle... je crois aussi que les apparitions du christ paraissent moins nombreuses, parce qu'elles sont beaucoup plus privées.
Comme un petit enfant, moi aussi, je veux me laisser prendre dans les bras de Dieu, mon Père en Jésus-Christ, me laisser asseoir sur ses épaules, et voir enfin, devant moi, au loin, s'élargir mes horizons.

Invité
Barbarus
Barbarus

Re: Apparitions du Christ

Message non lupar Invité » lun. 22 nov. 2010, 15:01

Merci à tous pour vos réponses.

Sait-on si le Christ, lors de ses apparitions, avait toujours le même visage, et si ce visage était identique à celui du Suaire (Linceul) de Turin ?

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8198
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: Apparitions du Christ

Message non lupar Raistlin » lun. 22 nov. 2010, 16:09

Sait-on si le Christ, lors de ses apparitions, avait toujours le même visage, et si ce visage était identique à celui du Suaire (Linceul) de Turin ?
C'est dur à dire. Mais vous savez, dans les évangiles, les disciples ne reconnaissent pas le Christ ressuscité ce qui laisse à penser qu'il peut changer son apparence.

D'ailleurs, la Vierge Marie, dans ses apparitions, n'a pas toujours le même aspect.
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Vincichristi
Censor
Censor
Messages : 126
Inscription : mar. 15 juin 2010, 16:17

Apparitions christiques

Message non lupar Vincichristi » sam. 12 juil. 2014, 14:17

Une ou plusieurs apparitions de Jésus à Paul?

Bonjour,
Je vous soumets deux passages :
1/ Le CEC 659 :C'est de manière tout à fait exceptionnelle et unique qu' Il ( Jésus ) se montra à Paul comme à l' " avorton " en une dernière apparition qui le constitue apôtre .

2/ Actes 26 ,16 : Mais lève-toi, et tiens-toi sur tes pieds; car je te suis apparu pour t’établir ministre et témoin des choses que tu as vues et de celles pour lesquelles je t’apparaîtrai.

C'est surprenant : d'après actes 26,16 Jésus est apparu à Paul sur le chemin de Damas pour que celui-ci devienne apôtre puis Jésus dit que Paul sera aussi témoin de choses lors d'apparition ultérieure. Jésus emploie un verbe au futur, ce qui veut dire qu'il y a l'apparition de Damas et une autre ou plusieurs autres apparitions dans le futur pour d'autres choses à dire à Paul.

Or, il me semble que l'Écriture chrétienne ne parle pas d'autres apparitions de Jésus à Paul. À la rigueur, la notation de Paul qui parle d'un homme élevé dans les cieux avec ou sans son corps pourrait être comprise comme un nouveau contact de Paul avec Jésus.

On peut essayer de réfléchir de la façon suivante : Jésus parle bien en Actes 26,16 d'autres apparitions à Paul mais que l'Écriture n'en parle pas pour des raisons à déterminer. C'est une solution plausible mais curieuse car pourquoi cacher ces possibles autres apparitions à Paul.
On ne peut pas remettre en cause la parole de Jésus si celui-ci dit effectivement dans ce passage des Actes qu'il apparaîtra à Paul à d'autres moments pour d'autres choses. Ou bien alors Jésus ment quand il dit cela ou bien sa parole est inconséquente ou bien il a changé d'avis. Mais les trois " ou bien " dont je parle donnent une image de Jésus peu divine.

Or le CEC 659 dit bien qu'il n' y a eu qu'une apparition et dernière apparition de Jésus à Paul.

Avez-vous des avis sur la question que je soulève : une apparition ou plusieurs apparitions à Paul ; l'éventuel hiatus entre le CEC et l'Écriture.

J'aurais voulu ouvrir un autre fil sur la formation de Paul à l'évangile, sur le comment Paul a pu recevoir un enseignement authentique de la part des disciples de Jésus qui l'ont connu pendant trois ans. Paul n'a pas beaucoup côtoyé les disciples, il n'a pas reçu un long enseignement de leur part.

Je formule une hypothèse : Paul n'aurait-il pas reçu de la part du Christ un enseignement qui aurait complété l'enseignement donné des disciples, au travers d'apparitions non mentionnées dans le nouveau testament mais suggérées par Actes 16,16 ?


Revenir vers « Le Christianisme "pour les nuls" ! »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 8 invités