A propos du pacte de migration...

« Voici maintenant que ce monde est jugé ! » (Jn 12.31)
Règles du forum
Forum de discussions entre personnes de bonne volonté autour des questions d'actualité.
Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 4048
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: A propos du pacte de migration...

Message non lupar Kerniou » dim. 23 déc. 2018, 11:24

Les USA et le Canada, à part les "natives", les indiens, ne sont-ils pas, très majoritairement, peuplés de migrants et : ou de leurs descendants ?
Mr trump: combien de générations au cimetière aux USA ?
Il est un canton dans le massif du Jura qui ne considère comme les siens que les habitants qui peuvent se prévaloir de 5 générations au cimetière … A ce rythme - là, Mr Trump n'est pas américain ! ... comme une très large majorité des habitants des USA ...
Joseph, Marie et Jésus n'ont-ils pas été des migrants puis des émigrés lors de la fuite en Egypte ?
Posons-nous la question suivante:
Si Jésus, aujourd'hui, revenait sur terre, que nous conseillerait-il ?
je re- précise que :
les migrations peuvent représenter un problème mais aussi un atout; c'est pourquoi on n'est pas obligé de dire OUI ou NON par principe. On peut dire oui, observer et moduler le flot en fonction de la situation du moment … On peut, alors, ralentir … pas nécessairement refouler ...
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

la Samaritaine
Barbarus
Barbarus

Re: Non au pacte de migration...

Message non lupar la Samaritaine » dim. 23 déc. 2018, 14:14

Voici aussi ce que dit Mgr Denis Jachiet
Évêque auxiliaire du diocèse de Paris
Membre de la Commission épiscopale pour la Mission universelle de l’Église au titre de la pastorale des migrants

"Le Pacte recense dix principes guides et 23 propositions pour aider les pays à faire face aux migrations, en facilitant l’information, l’intégration des migrants et l’échange d’expertises. Il encadre la protection des migrants dans les situations de vulnérabilité. Le droit souverain des États à déterminer leur politique nationale en matière d’immigration y est toujours réaffirmé. Même si elle n’est pas contraignante pour les État signataires, cette déclaration représente un progrès important pour la coopération entre les Etats sur les différents défis posés par le phénomène de la migration en fournissant un cadre.
Comme nous rappelle souvent le pape François, seule une collaboration qui dépasse les étroites perspectives locales et nationales, pourra être incisive et efficace. "
Foxy.
Bon, les choses sont assez simples et claires, le pacte vise à aider les Etats à coopérer ensemble pour affronter les migrations (qui ne vont faire qu'augmenter) et dans la mesure du possible, à protéger les personnes. Il est en plus non contraignant. Que dire de plus ? Il faut bien affronter le réel et l'affronter ensemble. C'est une initiative nécessaire.


En Christ,

Avatar de l’utilisateur
Violaine
Ædilis
Ædilis
Messages : 37
Inscription : jeu. 22 nov. 2018, 18:16
Conviction : Catholique Romaine
Localisation : Normandie

Re: A propos du pacte de migration...

Message non lupar Violaine » dim. 23 déc. 2018, 17:31

Si Jésus, aujourd'hui, revenait sur terre, que nous conseillerait-il ?
je re- précise que :
les migrations peuvent représenter un problème mais aussi un atout; c'est pourquoi on n'est pas obligé de dire OUI ou NON par principe. On peut dire oui, observer et moduler le flot en fonction de la situation du moment … On peut, alors, ralentir … pas nécessairement refouler ...
Excellente suggestion car refouler d' office n'est pas évangélique !
Viens, Seigneur, montre-nous ton visage,
et nous serons sauvés. (Ps 79, 4.2)

Gaudens
Censor
Censor
Messages : 121
Inscription : mer. 25 avr. 2018, 19:50
Conviction : chrétien catholique

Re: A propos du pacte de migration...

Message non lupar Gaudens » dim. 23 déc. 2018, 19:42

Beaucoup de confusions,me semble-t-il dans pas mal de contributions ci-dessus entre les plans spirituel et géopolitique.Or toute "politique tirée de l'Ecriture Sainte" pour parler comme Bossuet me parait à déconseiller.Que Jésus ait momentanément migré en Egypte, par exemple, n'a pas grand chose à voir avec notre problématique occidentale actuelle devant la question des migrations.Je ne reviens pas sur ce qu'a écrit Cenci avec raison.Je rappelerai simplement deux choses:
1)que ce "pacte de Marrakech contient en gros 40 à 50 fois le terme "nous nous engageons" qui pèserait lourd demain si des candidats déboutés à l'immigration allaient se plaindre devant des juridictions telle la douteuse CEDH qui ne manqueraient pas de condamner l'Etat réticent....Et l'article 17 crée une quasi police de la pensée en enjoignant aux faiseurs d'opinion ,journalistes en particulier,de disposer favorablement les opinions publiques face aux migrations.Par ailleurs fait que le Saint-Siège reconnaisse (c'est la moindre des choses) aux gouvernements la possibilité de choisir leur politique migratoire n'est qu'un faible contrepoint à ces dangers.Mais le gouvernement de la Cité du Vatican a bien le droit de choisir sa propre politique migratoire.
2) les migrations massives extra-européennes ne seraient pas si graves si nos démographies étaient florissantes justement;or elles ne le sont pas du tout et le danger d'une submersion,d'un remplacement d'une population,d'une culture,d'une religion,par une autre n'est pas un fantasme de '"extrême droite" dans ces conditions.Puis-je rappeler le propos ,un peu cynique mais réaliste d'une certaine façon, du pape François dans ses entretiens avec le sociologue Dominique Wolton (un livre assez discutable à bien des égards, d'ailleurs ):"si les Européens veulent rester entre eux et bien qu'ils fassent des enfants !".Notre attitude devant la vie est donc l'autre face du problème et pour le coup les candidats à l'immigration n'y sont pour rien .

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8684
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: A propos du pacte de migration...

Message non lupar Cinci » lun. 24 déc. 2018, 3:03

Kerniou :

Les USA et le Canada, à part les "natives", les indiens, ne sont-ils pas, très majoritairement, peuplés de migrants et : ou de leurs descendants ?
(Eh bien, vous serez bon(ne) pour une petite capsule historique)

La réponse c'est non.


Les colons français qui sont venus créer un nouveau pays, en Amérique du Nord, à partir de zéro au XVIIe siècle, participaient d'un phénomène qui n'avait rien à voir avec ce dont on parle aujourd'hui.

Des Français de l'époque devenant "canadiens" n'essayaient pas de pénétrer à l'intérieur d'un État national étranger pour commencer. Il s'agissait d'engagés volontaires. On ne parle pas de gens qui s'invitent sur le territoire d'un autre peuple formant un nation constituée avec ses lois et pour exiger des hôtes qu'ils s'adaptent, eux, à leurs us et coutumes. Non, les Français faisaient plutôt leurs affaires d'un bord, les indiens de l'autre.

C'est tout comme avec le phénomène des invasions barbares (cet aspect d'un peuple conquérant en marche et qui cherche à se tailler un royaume de remplacement) au Moyen Age, et quand ledit phénomène n'avait rien à voir non plus avec le phénomène "migrant" de notre actualité. Même le peuplement original de l'Amérique par les "indiens" n'avait rien à voir avec la mécanique de nos migrants d'aujourd'hui.

Ce n'est pas parce que des gens peuvent se déplacer sur la planète qu'il faudrait s'écrier "aux migrants" partout. Faut conserver des distinctions sous peine de ne jamais rien comprendre.

En résumé

Je ne suis pas un migrants et les ancêtres du Canada français n'en étaient pas non plus. Ils n'en étaient pas, eux, parce qu'ils ont construit littéralement le pays. Ce qui veut dire créer de la terre, ôter les pierres du terrain, défricher, faire reculer la forêt, construire des chemins, bâtir des tas de facilités pour rendre la pays habitable, etc. On parlait d'une entreprise nationale et religieuse à la fois. La Nouvelle-France était une entreprise royale.

L'idée réductrice selon laquelle "tout le monde serait un migrant" ou un descendant de migrant procède du discours de propagande ressortant du multiculturalisme. Et c'est justement cela le problème avec nos Macron ou nos Trudeau de ce monde et aussi avec celui découlant d'une bonne partie de l'opinion publique en France gagnée depuis des lustres à l'anti-nationalisme, à la détestation de bien des choses.

Mais ce qui a à voir ...

Si un phénomène peut ressembler à celui de nos migrants d'aujourd'hui dans l'histoire du Canada : ce serait plutôt de l'histoire de l'immigration des Irlandais vers les années 1830. Avec ça l'on se retrouve en pays de connaissance, c'est à dire dans une logique de financiers anglais et de maîtres "atlantistes" déjà aux commandes d'un immense empire. On parlera de capitalistes (libéraux) responsables de la misère des Irlandais en Irlande, et opérateurs ensuite d'une urgente nécessité de transborder des masses d'Irlandais dans la vallée du Saint-Laurent (porte d'entrée de l'Amérique britannique).

La stratégie anglaise consistait à dépeupler une partie de l'Irlande afin de mieux assurer la main-mise sur ce pays déjà conquis d'une part; de l'autre, avec les Irlandais déplacés, l'on espère parvenir à mettre en minorité les Canadiens chez eux, les angliciser, les dénationalisés. Et beaucoup d'Irlandais sont morts en mer parce que les navires affrétés par les armateurs anglais étaient aussi des coques de noix pourries. Le gouvernement britannique de l'époque n'aura jamais demandé l'avis des Canadiens, savoir s'ils pouvaient être intéressés à recevoir chez eux des immigrants anglophones et à une époque, en plus, où une sévère crise économique touchait le Canada (que les Canadiens étaient de plus en plus à l'étroit sur leurs terres et cela à cause des politiques impériales britanniques aussi, celles interdisant l'ouverture de nouvelles terres pour le peuplement en taillant sur le domaine de la Couronne).

Le phénomène de l'immigration irlandaise au Canada aurait pu ressembler au XIXe siècle au phénomène de nos migrants dans Europe du XXIe siècle, et la chose a provoqué certainement des troubles anciennement. Il en est résulté les fameuses rébellions de 1838-1839 au Canada, puis ensuite la destruction du Parlement canadien incendié par des militants anglais de l'empire britannique, etc. La question des migrants irlandais de l'époque intervenait pour attiser le feu sur le plan politique intérieur, de la même façon qu'elle pourrait bien intervenir dans l'Allemagne de Merkel ou la France de Macron.


Revenir vers « L'actualité décryptée »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit