L'affaire du lycée de Mantes la Jolie (78)

« Voici maintenant que ce monde est jugé ! » (Jn 12.31)
Règles du forum
Forum de discussions entre personnes de bonne volonté autour des questions d'actualité.
Bassmeg
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 419
Inscription : mer. 12 sept. 2018, 22:53
Conviction : Catholique new wave

Re: L'affaire du lycée de Mantes la Jolie (78)

Message non lupar Bassmeg » mar. 11 déc. 2018, 22:23

Mes parents n' étaient évidemment pas pour le fait que je manifeste, certes, mais bon... Ils savaient très bien qu' il ne pouvait pas me l' interdire, étant donné que 99 pour cent des élèves de mon lycée manifestaient aussi.
si, ils avaient le droit et même le devoir de vous l'interdire et vous, mineure, auriez dû obéir à vos parents.
Le droit de grève, çà s' appelle.
je n'engage que moi car je ne connais pas la loi, mais ça m'étonnerait que ce "droit de grève" soit pour les mineurs. En tout cas, les parents sont responsables des dégâts qu'ils font.
J' aime beaucoup la police, mais je sais qu' elle n' est pas parfaite
permettez d'en douter quand on vous lit :-[
Bonsoir Foxy,

Mes parents et moi ne considérions pas qu' ils avaient le devoir de m' interdire de manifester. Ni même le droit, en fait. Ils m' ont fait savoir qu' ils étaient contre, mais ils étaient pragmatiques. Comment auraient ils pu m' en empécher, concrètement? S' ils avaient voulu le faire, ils auraient du m' emmener au lycée en voiture, puis rester comme des vigiles filtrants les sorties jusqu' à la fin de la journée, deux semaines durant... Ce n' est pas faisable, nous le savons tous. Au final, tous nos parents nous ont laissé faire, on a été gazé et matraqué, et à la fin, le gouvernement a reculé. Si j' étais mère d' un lycéen en décembre 2018, je l' écouterais pour savoir pourquoi il manifeste. Je ne lui interdirais pas de participer à un mouvement en lui disant qu' il ne sait pas pourquoi il manifeste. Après, chacun fait comme il veut.

Pour le droit de grève, vous faites bien de demander si il s' applique aux mineurs. La réponse est oui, étant donné que les mineurs peuvent travailler en France à partir de 14 ans, je crois. Et plus précisément, en ce qui concerne les lycéens, c' est aussi le droit de réunion qui s' applique (reconnu par les droits de l' homme).

Pour la police, vous pouvez doutez. Mais çà ne changera rien aux faits. Comme tout le monde, j' ai vu les attentats. Comme tout le monde , j' ai vu l' assassinat du couple chez eux. Comme tout le monde, je sais qu' ils font un métier ingrat, mal payé et qu' ils sont entre le marteau et l' enclume. Et comme tout le monde, je compte sur eux pour assurer ma sécurité, ce qu' ils font en règle générale plutôt bien. Ils m' ont sauvé la mise plus d' une fois. Voici une anecdote personnelle: j' étais une fois en voiture avec un ami hongrois. Sa voiture n' était pas tout à fait dans les clous en France. Nous nous faisons controler, mon ami est en règle sur les papiers, mais le policier insiste sur les deux petits soucis.

Mon ami parle un tout petit peu français, mais pas beaucoup, je prends donc les choses en main. ET J AI BIEN FAIT. J' explique donc calmement au policier que nous allons rectifier les choses dès le lendemain. Tout c' est bien passé. Mais ce que ne sait pas le policier, c' est que pendant que je parlais, mon ami me demandait en hongrois combien il devait payer de bakshish EN METTANT SA MAIN VERS SON PORTE-FEUILLE... Moi, je lui ai juste ouvert des yeux grands comme des assiettes en lui disant de se taire de manière grossière. Il s' est tu. La police nous à laissé repartir et c' est tout. S' il avait sorti un billet de 50 sous le nez du policier, on aurait été bon pour le pire. Notre police est bonne. Le mouvement gilets jaunes n' est pas du tout un mouvement anti police. Et moi non plus. Sans police, ce serait le chaos le plus complet, comme à Toronto, pendant la grève.

On ne veut pas çà, on veut juste pas que des gens fassent croire que faire agenouiller 142 lycéens pesant 55 kilos tout mouillés dans la boue d' une arrière cour sordide par un groupe de malabars armés qui en profite pour se moquer d' eux sur le net, ce serait les sécuriser. La logique, c' est le fameux pas d' amalgame. Certains policiers aiment forcer des jeunes à se mettre à genoux devant eux, dans la boue, en plein mois de décembre. C' est un fait. Certains autres aiment gazer, ou matraquer, bon... Mais je sais qu' ils ne sont pas tous comme çà.

Sans vouloir vous faire le coup de "J' ai un ami...", et bien j' ai effectivement un ami. Pas policier. Ni CRS. Garde Mobile. Et il attend samedi avec impatience, parce qu' il n' a pas encore eu l' occasion de prendre sa part et si tout continue, il devrait pouvoir monter à Paris samedi. Il s' en réjouit publiquement. Pour autant, il reste mon ami, mais çà donne quand même une idée du climat. Quand la police reste à sa place de police, je l' aime. Je n' ai aucun souci avec çà. Quand elle sort de son role de police et produit d' elle même des images destinées à faire le buzz et rappelant singulièrement des situations d' autres lieux et d' autres temps, je désapprouve franchement.

Gazer, matraquer le peuple, passe encore, même si c' est triste à dire. Mais faire mettre à genoux des lycéens, mains sur la tête et face contre le mur en leur interdisant de broncher, puis dire "C' est çà une classe sage", c' est un signal très fort envoyé au monde, non? Je n' aimerais pas être lycéenne dans ces conditions et j' aimerais encore moins être collégienne. La police a un service Communication, je crois. Soit ceci a été fait délibérément, et alors des questions se posent, Soit le service Communication est hors du coup (comme tendrait à le montrer la réaction du Ministre de l' intérieur). Dans les deux cas, c' est problèmatique.

Et demain quoi, Foxy? On va faire mettre les gilets jaunes des ronds points à genoux dans la boue "pour leur sécurité" les uns après les autres pour leur montrer ce qu' est un peuple sage? S' en prendre à des crevettes de 50 kilos, c' est facile. Les humilier, c' est facile. Mais que se serait il passé si les 142 lycéens n' avaient pas obéi? Si un seul d' entre eux avait relevé la tète? Foxy, la cravache et la menace , je crois que pour un temps, c' est terminé. Ils ont fait çà, très bien. Mais c' était juste utiliser des méthodes d' un autre siècle dans une situation qui change chaque jour. C' est dépassé.

Envoyer des blindés, des chiens, des lances grenades sur un peuple qui a facebook, youtube et wikipedia, le faire se mettre à genoux dans la boue pour faire le buzz, c' est définitivement fini comme plan.

Trinité
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2196
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Re: L'affaire du lycée de Mantes la Jolie (78)

Message non lupar Trinité » mar. 11 déc. 2018, 23:00

Ouais!
Je serais bref!
Tout cela ne nécessitait pas la mise à genoux et les bras dans le dos des étudiants!

Avatar de l’utilisateur
apatride
Censor
Censor
Messages : 153
Inscription : lun. 06 juin 2016, 1:24

Re: L'affaire du lycée de Mantes la Jolie (78)

Message non lupar apatride » mer. 12 déc. 2018, 0:40

C'est le principe fondateur du péché d'Adam, non?
Non.

Chère Bassmeg, nous sommes peut-être hors-sujet (encore que...) mais comme il y a là un tacle théologique de votre part, je me permets une réponse.

Il y a quantité de façons bien plus intéressantes de considérer le principe fondateur du péché d'Adam.

Ainsi par exemple :

Dieu pose un interdit pour que Adam (l'humanité) ne mange pas tout, respecte une limite, et ait ainsi l'espace nécessaire à se constituer en tant que personnes libres et souveraines face à Dieu. Je ferai une analogie avec l'interdit non prononcé de l'inceste, qui est fondamentalement une régression fusionnelle et menace l'humanité d'indifférenciation.

Le serpent propose à l'humanité de "devenir comme" Dieu, fusionner avec Lui. Mais par ce procédé, il y a annihilation du TU de Dieu, qui est aussi la condition pour que le JE de l'homme puisse se constituer.

(Inspiration Marie Balmary, "La Divine Origine")

zelie
Senator
Senator
Messages : 622
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45
Localisation : Québec

Re: L'affaire du lycée de Mantes la Jolie (78)

Message non lupar zelie » mer. 12 déc. 2018, 10:05

Tout cela ne nécessitait pas la mise à genoux et les bras dans le dos des étudiants!
Non, juste la mise à genoux. Les bras sur la tête ou dans le dos, c'était nécessaire, pour ne pas que les mains finissent dans les poches à fouiller pour trouver un projectile ou un truc du genre. Assis au lieu d'être à genoux, et sans commentaires de Ducon ça aurait tout changé. Certains auraient trouvé ça un peu rude, d'autres non, mais on aurait pas retenu l'humiliation. La police aurait pu expliquer que pour protéger les lycéens eux-mêmes de leur propre intention et trier les 13 auteurs des 156 lycéens, elle avait été obligée, un court temps, d'en arriver là.

Ceci dit, vu que Bassmeg, mieux informée que moi, note qu'il y avait de la boue par terre, c'est peut être aussi pour cela que les policiers ne les ont pas fait asseoir. Et comme ils ne pouvaient pas non plus les laisser debout pour empêcher un mouvement de foule, ils ont choisi un entre-deux, qui a viré à l'entre-deux malheureux parce qu'un policier a filmé et commenté comme un idiot.

Sinon je suis aussi de l'avis général : la manière telle qu'on la perçois, la vidéo et le commentaire en prime, tout ça c'est hors des droits de la police. Et quand je pense à ces lycéens, je pense aussi à ceux ailleurs en France qui se sont faits virer de leur lycée en plein cours à toute vitesse et se sont retrouvés dehors, aux mains des casseurs, et se sont tout pris par la figure, la bêtise des casseurs, et l'intimidation des CRS. C'est ce qui s'est passé pour un de mes enfants, qui à force de subir des trucs de ce genre a peur d'aller à son lycée. Et je pense donc qu'à Mantes, c'est peut-être ce qu'on vécu certains lycéens de la vidéo. Si c'est le cas, ce n'est pas normal, ni admissible.

Que la police ait été débordée, OK, tout ce que vous voulez. Mais si, en France, suite à ce genre d'incident, il n'y a pas une enquête et une remise en question derrière sur la position de l'Etat et la conduite à tenir de la police en pareil cas, on prend un gros risque d'aller vers d'autres abus, bien plus généralisés. Il n'y a rien à faire, l'esprit de cette vidéo, bien plus que le "à genoux" à lui tout seul, est une bavure.
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 3963
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: L'affaire du lycée de Mantes la Jolie (78)

Message non lupar Kerniou » mer. 12 déc. 2018, 11:22

A Bassmeg:
Mais il y a des délinquants parmi les lycéens !
Ce qui ne veut pas dire que tous les lycéens soient des délinquants ...
il n'est pas facile de savoir qui a fait quoi ... ni qui est quoi ...
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Avatar de l’utilisateur
Sam D.
Censor
Censor
Messages : 99
Inscription : mer. 04 juil. 2018, 13:11
Conviction : Catholique romain

Re: L'affaire du lycée de Mantes la Jolie (78)

Message non lupar Sam D. » mer. 12 déc. 2018, 12:32

Comme moyen de maîtrise et de contrôle physique, je ne vois guère de façon plus douce, moins contraignante ou invasive de procéder.

Ce n'est pas comme si l'instant d'après, ils avaient reçu une balle dans la nuque, parfois il faut tenir son imagination en bride.

Ma compassion va bien plutôt à cette jeune fille qui a perdu un œil à cause d'un projectile.
"Ne crains pas, crois seulement"
"Je veux la miséricorde, non le sacrifice"

Trinité
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2196
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Re: L'affaire du lycée de Mantes la Jolie (78)

Message non lupar Trinité » mer. 12 déc. 2018, 14:12

Tout cela ne nécessitait pas la mise à genoux et les bras dans le dos des étudiants!
Non, juste la mise à genoux. Les bras sur la tête ou dans le dos, c'était nécessaire, pour ne pas que les mains finissent dans les poches à fouiller pour trouver un projectile ou un truc du genre. Assis au lieu d'être à genoux, et sans commentaires de Ducon ça aurait tout changé. Certains auraient trouvé ça un peu rude, d'autres non, mais on aurait pas retenu l'humiliation. La police aurait pu expliquer que pour protéger les lycéens eux-mêmes de leur propre intention et trier les 13 auteurs des 156 lycéens, elle avait été obligée, un court temps, d'en arriver là.

Ceci dit, vu que Bassmeg, mieux informée que moi, note qu'il y avait de la boue par terre, c'est peut être aussi pour cela que les policiers ne les ont pas fait asseoir. Et comme ils ne pouvaient pas non plus les laisser debout pour empêcher un mouvement de foule, ils ont choisi un entre-deux, qui a viré à l'entre-deux malheureux parce qu'un policier a filmé et commenté comme un idiot.

Sinon je suis aussi de l'avis général : la manière telle qu'on la perçois, la vidéo et le commentaire en prime, tout ça c'est hors des droits de la police. Et quand je pense à ces lycéens, je pense aussi à ceux ailleurs en France qui se sont faits virer de leur lycée en plein cours à toute vitesse et se sont retrouvés dehors, aux mains des casseurs, et se sont tout pris par la figure, la bêtise des casseurs, et l'intimidation des CRS. C'est ce qui s'est passé pour un de mes enfants, qui à force de subir des trucs de ce genre a peur d'aller à son lycée. Et je pense donc qu'à Mantes, c'est peut-être ce qu'on vécu certains lycéens de la vidéo. Si c'est le cas, ce n'est pas normal, ni admissible.

Que la police ait été débordée, OK, tout ce que vous voulez. Mais si, en France, suite à ce genre d'incident, il n'y a pas une enquête et une remise en question derrière sur la position de l'Etat et la conduite à tenir de la police en pareil cas, on prend un gros risque d'aller vers d'autres abus, bien plus généralisés. Il n'y a rien à faire, l'esprit de cette vidéo, bien plus que le "à genoux" à lui tout seul, est une bavure.
Tout à fait de votre avis! :)

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 4715
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: L'affaire du lycée de Mantes la Jolie (78)

Message non lupar gerardh » mer. 12 déc. 2018, 18:45

__________

Bonjour,

On a certainement été au minimum maladroits en les mettant à genoux les mains sur la tête. Mais il n'y a eu aucun blessé.

On pourrait maintenant passer à autre chose.


____________

[exactement, je verrouille. La modération]


Revenir vers « L'actualité décryptée »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit