Les gilets jaunes

« Voici maintenant que ce monde est jugé ! » (Jn 12.31)
Règles du forum
Forum de discussions entre personnes de bonne volonté autour des questions d'actualité.
Wazabi
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 568
Inscription : lun. 29 sept. 2014, 12:12

Re: Les gilets jaunes

Message non lupar Wazabi » dim. 27 janv. 2019, 18:39

L'élection de Macron est non representative et était entachée d'irregularités comme on en a jamais vu.

https://blogs.mediapart.fr/patoudel/blo ... accumulent

Le soft power n'est certes pas aussi violent que les dictatures à l'ancienne, mais la finalité est la même.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8591
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Les gilets jaunes

Message non lupar Cinci » lun. 28 janv. 2019, 4:49

Fée Violine,

Merci pour la production de cette lettre d'un militant des gilets jaunes. C'est fort intéressant.


Il n'y a pas que Michel Onfray pour parler des jacobins. La mentalité jacobine est en effet celle qui domine la France depuis des siècles et qui nous amène une centralisation de plus en plus oppressante. Dieu sait pourquoi cette mentalité règne en France et pas dans les autres pays d'Europe ou d'ailleurs.
C'est peut-être une trace résiduelle de l'importance que les grandes écoles à Paris auront pu jouer dans la chrétienté médiévale. La Sorbonne et son désir d'atteindre à l'universel ... Allez savoir ! Pourquoi les tout premiers embryons de partis politiques en France, dès le début de l'époque révolutionnaire auront-ils été des clubs s'affublant d'étiquettes religieuses chrétiennes ? Le club des jacobins, le club des cordeliers, le club des Feuillants, etc. Les prédicateurs de la bonne parole révolutionnaire pouvaient diffuser leurs sermons à partir des chaires d'églises ou de chapelles réaffectées à un nouvel usage.

Il faut dire aussi que depuis l'ère des Lumières ce sont les intellectuels français dont le rayonnement aura été le plus important en Europe.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8591
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Les gilets jaunes

Message non lupar Cinci » lun. 28 janv. 2019, 4:54

[Ici je glisse un petit exposé de l'écrivain russe Léon Tolstoï, et qui permettrait à tous de saisir (je l'espère !) la raison d'être du titre de l'ouvrage du coupe Pinçon-Charlot, La Violence des riches.]

Voici :

Qu'est-ce qu'une loi ?

"Qu'est-ce qu'une loi ? et qu'est-ce qui donne à quelques hommes le pouvoir de faire des lois ?

Il existe une science plus ancienne, plus mensongère, plus confuse encore que l'économie politique, et dont les adeptes ont, dans le cours des siècles, écrit des millions de livres (en contradiction le plus souvent les uns avec les autres) pour répondre à ce deux questions. Mais comme le but de cette science, de même que celui de l'économie politique n'est pas d'exposer ce qui est et ce qui devait être, mais de prouver que ce qui devrait être , on trouve dans cet amas beaucoup de dissertations sur le droit, considéré en lui-même ou dans ses nombreuses manifestations, sur l'idée de l'État, sur une foule d'autres sujets aussi obscurs pour les maîtres qui en dissertent que pour les élèves qui essayent de comprendre, mais on y rencontre nulle part une définition claire de la loi.

Les savants nous disent que la loi est l'expression de la volonté du peuple. Mais partout et toujours les hommes qui désirent sincèrement l'exécution de la loi sont moins nombreux que ceux qui la violent, ou voudraient la violer et ne la violent pas par crainte seulement des peines encourues par les délinquants. Il est donc évident que la loi ne peut jamais être considéré comme l'expression de la volonté du peuple.

Il existe par exemple des lois qui interdisent de détériorer les poteaux télégraphiques, et de porter certains objets au-delà de certaines limites, qui prescrivent de rendre les honneurs à certains personnages, qui obligent tous les hommes à servir dans les armées et de siéger dans les jurys de cours d'assises, qui défendent de porter atteinte à la propriété d'autrui, de mettre en circulation de fausses monnaies.

Toutes ces lois, beaucoup d'autres encore, portent sur des sujets variés et peuvent avoir des motifs très divers. Mais aucune d'elles n'exprime la volonté populaire. Elles ont toutes un trait commun : elles donnent à tous ceux qui les ont faites, pour tous les cas où on l;es aura transgressées, le droit d'envoyer des hommes armés qui se saisiront du délinquant, l'enfermeront et quelquefois même le tueront.

Si quelqu'un refuse de payer l'impôt, c'est à dire de sacrifier une part des produits de son travail, des hommes armés viendront, qui lui prendront de force ce qu'il ne veut pas donner, et, s'il s'oppose quelque résistance, ils se saisiront de lui, l'enfermeront et le tueront peut-être. Il en sera de même pour quiconque voudra jouir d'une terre sur laquelle la loi ne lui reconnaît aucun droit de propriété. Il en sera de même aussi pour quiconque aura voulu faire usage d'objets de consommation ou d'instruments de travail qui ne sont pas légalement considérés comme siens. Les hommes armés viendront, ils lui enlèveront ce qu'.il aura pris , et, s'il tente de les empêcher, ils se saisiront de lui [...] Le même sort attend quiconque n'aura pas rendu à certaines personnes les marques d'honneur que prescrit la loi, à quiconque aura refusé le service militaire [...]

De l'Angleterre et de l'Amérique au Japon et à la Turquie, beaucoup de nations ont reçu des constitutions imaginées pour faire croire aux hommes que leur volonté propre décide des lois de leur pays. Mais tout le monde sait que dans tous les États, qu'ils soient gouvernés par un despote ou qu'ils se prétendent libres comme l'Angleterre, l'Amérique et la France, la loi n'émane pas de la volonté nationale, mais du bon plaisir des hommes au pouvoir et que, partout et toujours, elle est ce qu'elle doit être pour servir les intérêts des gouvernants, quel que soit leur nombre.

De même partout et toujours, on emploie pour faire exécuter la loi les moyens dont les hommes sont accoutumé de se servir pour imposer leur volonté : les coups, l'emprisonnement et le meurtre. Il ne peut pas en être autrement car les lois sont des règles dont il faut assurer l'application et, pour obliger des hommes à se conformer à certaines règles, c'est à dire à faire ce que veulent d'autres hommes, il n'y eut jamais d'autres moyens que les coups, la prison ou la mort. Du moment qu'il y a des lois, il faut qu'il y ait aussi une force pour les faire exécuter. Or, la seule force qui puisse contraindre des hommes à observer des règles, à faire ce que d'autres ont voulu, est la violence, non pas cette simple violence que les hommes emploient les uns contre les autres dans une minute de passion, mais la violence organisée, consciente, celle, précisément, dont s'arment les gouvernements pour assurer l'application de leurs décrets, c'est à dire pour imposer leurs volontés.

Ainsi, ne cherchons plus l'explication des lois dans l'idée d'État, la commune volonté du peuple ou d'autres abstractions aussi vagues. Elle est dans le fait que quelques hommes peuvent, en usant de la violence organisée, soumettre à leurs désirs tout le reste de l'humanité.

Et la seule définition précise, indiscutable, intelligible pour tous que l'on puisse donner des lois est la suivante : les lois sont des règles établies par des hommes qui s'appuient sur la violence organisée, règles qui doivent être observées sous peine de coups, de prison et même de mort.

Cette définition contient la réponse à la deuxième question : qu'est-ce qui donne à quelques hommes de pouvoir faire des lois ? Ce qui donne le pouvoir de faire des lois est aussi ce qui permet d'en assumer l'exécution : la violence organisée."

Source : Léon Tolstoï (le comte), L'esclavage moderne, Paris, Éditions de la Revue Blanche, 1901,[Vierzon, 2012] p. 75

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8591
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Les gilets jaunes

Message non lupar Cinci » lun. 28 janv. 2019, 5:03

"... Or, la seule force qui puisse contraindre des hommes à observer des règles, à faire ce que d'autres ont voulu, est la violence, non pas cette simple violence que les hommes emploient les uns contre les autres dans une minute de passion, mais la violence organisée, consciente, celle, précisément, dont s'arment les gouvernements pour assurer l'application de leurs décrets, c'est à dire pour imposer leurs volontés."

- Tolstoï, suppra

LaurentVan
Censor
Censor
Messages : 149
Inscription : jeu. 09 mai 2013, 5:04
Conviction : Ecclesia Catholica Romana

Re: Les gilets jaunes

Message non lupar LaurentVan » lun. 28 janv. 2019, 5:42

Bonjour Cinci et Paxetbaum,

Cher Cinci,

Nous sommes tous deux conscients que nous vivons dans un monde marchand et qu’avoir des ressources matérielles aide à réaliser ses projets. Ma réaction est dû à la rhétorique idiote oppresseur/oppressé (riche/pauvre) portée par les idéologies socialistes. En nous imaginant vivre dans un monde religieux, les idéologues socialistes s’attaqueraient, très probablement, à ceux qui auraient une grande foi.

Vous l’aurez compris, la question ne porte pas sur la lutte entre celui qui a des ressources et celui qui n’en a pas, mais sur l’opportunité pour chacun d’avoir accès à des ressources ou, si celle-ci n’existe pas, à en créer par le travail. Ce pourquoi je pointé du doigt le fait que les Gilets Jaunes venaient essentiellement de provinces/régions qui ne profitaient que très peu des retombés de la globalisation et qui en plus voyaient leurs ressources disparaitre.

En aparté, dans l’objectif d’améliorer notre amitié et la qualité de nos discussions, il est juste de vous indiquer cette habitude que vous avez prise de mettre des mots dans ma bouche. Il est en effet ennuyeux d’être forcé de réagir sur des choses que l’on n’a pas dites, ni même pensées. (A ce titre je vous engage à regarder la vidéo « So, you are saying that...» entre le professeur Jordan B. Peterson et la journaliste Cathy Newman https://www.youtube.com/watch?v=Xg2psply4no)

Cher Paxetbaum,

Messagepar PaxetBonum » jeu. 24 janv. 2019, 22:37
Encore et toujours ces maudites idéologies socialistes ! pourrait-on un jour arrêter ces escroqueries à l’intelligence humaine ? pauvre/riche, noir/blanc, femme/homme, fils /père, ..., c’est toujours la même rengaine stupide qui amène à détester son prochain.

Les Gilets Jaunes sont une majorité de Français qui en ont assez de continuer à payer pour un système qui leur sucre toutes leurs années d’effort et de travail et fait d’eux des esclaves...

Ils veulent être une force qui pèse dans les décisions politiques de la France et aspirent à ce que leurs doléances soient prises en compte par des élites qui les représentent plutôt que d’être méprisé par elles et invectivés par leurs chiens de garde.
Cher LaurentVan,
Comme Cinci je ne vous suis pas ici. Etre pour plus d'équité n'implique pas d'être socialiste et même au contraire. On connaît les ravages du socialisme sous toutes ses formes dans le monde et son histoire.

Ce qui est comique c'est qu'après avoir critiqué des oppositions par dualité vous en proposez d'autres : français/système - français/"élites" Les dualités sont des schémas dans lesquels vous avez raison de refuser d'être enfermé surtout par les temps qui courent. Mais ils sont parfois véhicules d'une réalité.

Personnellement j'ai beaucoup apprécié la justesse du texte exposé par Cinci : la violence la plus acerbe n'est pas moins chez les lanceurs de pavés que dans les décisions des meutes de wall street.
Merci,
Laissez-moi reformuler autrement, en espérant que cette fois-ci vous comprendrez ma prise de position:
Le commencement du livre du professeur Pinçon est une accroche marketing. Il y a utilisation d’un prédicat les “riches“ (qui est faux ! voir plus bas pourquoi) dans l’objectif d’atteindre une clientèle socialiste violente qui cherche soit des munitions pour pouvoir lancer des attaques contre l’ennemi désigné par leurs idéologies, soit de les conforter dans leurs positions idéologiques. Le fait d’utiliser un faux prédicat conduit invariablement à la tromperie/escroquerie quel que soit la qualité de la conclusion.

NB : Loin de moi l’idée d’attaquer le professeur Pinçon en sa qualité de professeur en sociologie, il y a certainement des choses intéressantes dans son bouquin. Cependant il est idéologiquement à gauche et c’est un élément du système qui a très probablement connaissance des opportunités ou limites que le système propose ou impose à ceux qui vivent de celui-ci.

Pourquoi est-ce un faux prédicat ?
Le référentiel : nous sommes toujours plus riches que le plus pauvre et plus pauvres que le plus riche.
L’essence du prédicat : Nous sommes tous riches de quelque chose : Amour, Paix, Argent, Famille, etc.
La nature du prédicat : Est-ce le talent ? le statut ? la chance ? la force ? la beauté ?...

Ainsi nous sommes tous riches et pauvres de quelque chose et cela dans l’objectif divin d’encourager la charité entre nous.

Evitons donc cette rhétorique qui consisterais à dire que les Gilets Jaunes sont "les pauvres" qui se battent contre "les riches", car cela est faux dans l’absolu et c’est prendre le risque de tomber dans le piège des idéologies qui tirent leur raison d’être des divisions entre les Hommes.

Bien à vous,
« Nous ne sommes pas des êtres humains ayant une expérience spirituelle. Nous sommes des êtres spirituels ayant une expérience humaine. »

Pierre Teilhard de Chardin (1881-1955)

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 10303
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: Les gilets jaunes

Message non lupar Fée Violine » lun. 28 janv. 2019, 11:34


C'est peut-être une trace résiduelle de l'importance que les grandes écoles à Paris auront pu jouer dans la chrétienté médiévale. La Sorbonne et son désir d'atteindre à l'universel ... Allez savoir ! Pourquoi les tout premiers embryons de partis politiques en France, dès le début de l'époque révolutionnaire auront-ils été des clubs s'affublant d'étiquettes religieuses chrétiennes ? Le club des jacobins, le club des cordeliers, le club des Feuillants, etc. Les prédicateurs de la bonne parole révolutionnaire pouvaient diffuser leurs sermons à partir des chaires d'églises ou de chapelles réaffectées à un nouvel usage.

Il faut dire aussi que depuis l'ère des Lumières ce sont les intellectuels français dont le rayonnement aura été le plus important en Europe.
Bonjour Cinci,

ce qui est important ici, ce n'est pas l'origine religieuse du nom "jacobin". Je ne parlais pas de ça, mais de la tendance à la centralisation du pouvoir, qui existe en France depuis de nombreux siècles, les rois ont peu à peu agrandi leur domaine (qui au début ne comportait que l'Île-de-France) et leur pouvoir, en annexant différentes régions et en affaiblissant les pouvoirs concurrents (Louis XIV -> la noblesse par exemple).
Cette tendance est restée à la Révolution. Les Girondins étaient plus ou moins partisans d'un certain fédéralisme, mais les Montagnards ne toléraient aucun blasphème contre "la République une et indivisible" et ont guillotiné tous ceux qui ne pensaient pas comme eux.
C'est au nom de la même idée qu'ils ont décidé que le français était la seule langue officielle de la France et on voit les ravages que ça a pu faire dans les campagnes encore au XXe siècle, les gens ont été dépossédés de leur culture, de leurs racines, de leur estime personnelle.
Et ça continue, tous les journaux sont à Paris, toutes les décisions sont prises à Paris. Il y a 25 ans, le gouvernement, voulant flatter le peuple, a décidé de tenir une réunion interministériel dans un patelin paumé de la France profonde, et c'est ainsi qu'ils sont venus chez nous à Mende, la plus petite préfecture de France ! Croyez-vous que ça ait changé quelque chose ?
Et ce que dénonce ce texte que je citais plus haut (dont l'auteur n'est pas seulement un GJ mais surtout un militant de gauche, un lanceur d'alerte, depuis des années), c'est cette centralisation à outrance, avec ses nombreuses conséquences néfastes pour la population.

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8842
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Les gilets jaunes

Message non lupar PaxetBonum » lun. 28 janv. 2019, 12:19

Critiquer le gouvernement est normal en démocratie.
Sous une dictature, on n'a pas le droit de critiquer ni la politique ni les dirigeants ! Sous une dictature, il ne peut exister d'opposition, c'est interdit !
Avez-vous entendu, Paxetbonum, sous les dictatures de Hitler, de Mussolini, de Staline, de Franco, des allemands, des russes, des italiens ou des espagnols critiquer leur gouvernement ?
Bojour Kerniou,

Les dictatures ont bien évolué depuis ce temps.
Nombre de dictatures actuelles laissent parole à des opposant, il suffit de les juguler et de garder un moyen de pression sous le coude…

Pour citer Huxley qui définie cela très bien : « La dictature parfaite serait une dictature qui aurait les apparences de la démocratie, une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient pas à s’évader, un système d’esclavage où, grâce à la consommation et au divertissement, les esclaves auraient l’amour de leur servitude. »
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Gaudens
Censor
Censor
Messages : 69
Inscription : mer. 25 avr. 2018, 19:50
Conviction : chrétien catholique

Re: Les gilets jaunes

Message non lupar Gaudens » lun. 28 janv. 2019, 12:38

Bon,on est loin d'une discussion à partir des prémisses chréteiennes mais je ne résiste pas à dire tout le mal que je pense de la loi NOTRE,dont les seuils de regroupements de communes dans les intercommunalités n'est pas le seul défaut.Elle enregistre(et la "représentation nationale"! a suivi comme un seul homme) les redécoupages de régions historiques effecrués par un seul homme(F.Hollande) sur un coin de bureau un soir à l'Elysées après de nombreux concilabules avec des barons socialistes ( et non socilistes) .Arbitrairement ,d'un trait de plume,la Champagne,la Lorraine et l'Alsace disparaissaient.Le super monstre appelé "Nouvelle Aquitaine" regroupait des régions n'ayant rien à voir entre elles,aux plan culturel,social et économique.Tout cela dans une quasi indifférence du monde public,politiciens et média(et une certaine passivité populaire,il faut le dire).Imagine-t-on le Premier ministre du Canada regroupant autoritairement Alberta et Saskatchewan,sans aucune concertation démocratique ni demande populaire préalable voire unissant Québec et Ontario pour avoir de "plus grandes régions"? Le jacobinisme ,c'est aussi cela.

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 4009
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Les gilets jaunes

Message non lupar Kerniou » lun. 28 janv. 2019, 12:54

Libre à chacun de se croire en dictature ou en démocratie !
Libre, par exemple, à la Chine et à Hugo Chavez de se proclamer démocrates, personne n 'est dupe !
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8842
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Les gilets jaunes

Message non lupar PaxetBonum » lun. 28 janv. 2019, 15:26

Libre, par exemple, à la Chine et à Hugo Chavez de se proclamer démocrates, personne n 'est dupe !
Ou a M Macron à se dire démocrate en reconnaissant un président autoproclamé au Venezuela…
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8591
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Les gilets jaunes

Message non lupar Cinci » lun. 28 janv. 2019, 15:32

Bonjour,
Fée Violine écrit :

ce qui est important ici, ce n'est pas l'origine religieuse du nom "jacobin". Je ne parlais pas de ça, mais de la tendance à la centralisation du pouvoir, qui existe en France depuis de nombreux siècles, les rois ont peu à peu agrandi leur domaine (qui au début ne comportait que l'Île-de-France) et leur pouvoir, en annexant différentes régions et en affaiblissant les pouvoirs concurrents (Louis XIV -> la noblesse par exemple).
Cette tendance est restée à la Révolution. Les Girondins étaient plus ou moins partisans d'un certain fédéralisme, mais les Montagnards ne toléraient aucun blasphème contre "la République une et indivisible" et ont guillotiné tous ceux qui ne pensaient pas comme eux.
C'est au nom de la même idée qu'ils ont décidé que le français était la seule langue officielle de la France et on voit les ravages que ça a pu faire dans les campagnes encore au XXe siècle, les gens ont été dépossédés de leur culture, de leurs racines, de leur estime personnelle
Je sais que c'est ce que vous pensez. Et je comprends. Je ne conteste pas l'idée.

Mais ...

Mais vous vous demandiez comment il se faisait qu'une telle soif centralisatrice (ou "universalisante" à partir du centre) pouvait exister en France plus qu'ailleurs.

Et alors j'émettais l'hypothèse que le passé long de la France ( = "Fille aînée de l'Église", religion, Thomas d'Aquin à la Sorbonne, culture de clercs savants, nécessité d'éliminer l'erreur, souci de clarté, rationalisme, volonté d'atteindre à une grande culture universelle que le cardinal de Richelieu n'aurait pas désavouer, ni non plus les membres de l'Académie ni un François Malherbe du XVIIe siècle. Volonté que tous parlent la même langue savante par surcroît.

L'idée du club politique révolutionnaire affublé d'un sobriquet allusif au passé religieux de la France pouvait n'être qu'un indice de ce que je dis. Les Jacobins de l'an I de la République française se comportent "comme" des frères prêcheurs du couvent de la rue Saint-Jacques. Ils ont mission de répandre la bonne parole. Au-delà du changement de contenu ou du changement de vérité (philosophie des Lumières plutôt qu'Évangiles), certaines "bonnes" habitudes persistent.

Peut-être que les Français sont collectivement accoutumés à ce que le centre de direction "royal" à Paris soit à la fois comme ce centre qui commande, qui concentre le succ de la culture, la richesse intellectuelle, le chic, le bon goût, la parole qui vaut.

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8842
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Les gilets jaunes

Message non lupar PaxetBonum » lun. 28 janv. 2019, 16:15

Peut-être que les Français sont collectivement accoutumés à ce que le centre de direction "royal" à Paris soit à la fois comme ce centre qui commande, qui concentre le succ de la culture, la richesse intellectuelle, le chic, le bon goût, la parole qui vaut.
Il y avait aussi une saine raison de cette centralisation sous nos bons rois : le roi avait soucis de son peuple et n'hésitait pas à le défendre contre le pouvoir local des seigneurs. Il y avait des intendants qui rapportaient au roi les abus des seigneurs.
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8591
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Les gilets jaunes

Message non lupar Cinci » lun. 28 janv. 2019, 16:21

Gaudens :

Bon,on est loin d'une discussion à partir des prémisses chrétiennes
Vous trouvez ? Pas moi.

Il me semble que tout ce qui touche les hommes de près intéresse aussi la religion et vice-versa. Comment voulez-vous qu'une situation politico-économique servant à creuser le fossé entre riches et pauvres, démultipliant le nombre de pauvres chez nous, avec tous les risques de durcissement que l'opération comporte, ne soit pas en même temps un objet de considération lié aux prémisses de la pensée chrétienne ?

Le libéralisme sans frein nous renverrait à la gloutonnerie qui est un des péchés capitaux.

Or je trouve que notre Église est excellente surtout pour gourmander la gloutonnerie du peuple ou "des moins riches qui refuseraient de se serrer davantage la ceinture pour accueillir les miséreux d'Afrique plus pauvres qu'eux". A Rome on est bon surtout pour s'associer à cette violence organisée des riches et pour stigmatiser le bon peuple. On l'est pas mal moins pour faire ressortir ou dénoncer la gloutonnerie de nos têtes dirigeantes, chefs de file du libéralisme ainsi que leurs amis puissants. Il est plus difficile de s'attaquer aux chantres de la culture en place, lesquels auront pour eux et l'argent et l'honorabilité et la loi (traités, etc.)

Gaudens
Censor
Censor
Messages : 69
Inscription : mer. 25 avr. 2018, 19:50
Conviction : chrétien catholique

Re: Les gilets jaunes

Message non lupar Gaudens » mar. 29 janv. 2019, 12:26

Cinci ,je partage assez,voire beaucoup, votre deuxième paragraphe mais les sujets politiques ont la particularité de se trouver au confluent de toute une série de motivations ,dont les religieuses ne sont qu'une faible partie.Et comme les opinions politiques sont extrêmemnt variés,sur ce site comme ailleurs, on peut toujours craindre que les "autres motivations" de toute sorte n'interfèrent gravement dans des changes à thème religieux et ne les polluent en en aigrissant le climat. J'aurais un peu tendance à me réclamer d'un principe de laicité à l'envers, histoire d'être un peu provocateur:la politique est ici une affaire privée qui ne devrait pas interférer dans les sujets religieux de ce site public !
Pour ce qui concerne les Jacobins et autres Feuillants,personne n'a dit tout simplement que les clubs révolutionnaires s'étaient emparés des vastes locaux des couvents parisiens,vidés de leurs occupants par l'abolition des ordres et voeux religieux,avant que leurs anciens occupants ne soient réduits à l'exil ou condamnés à la guillotine ...

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8591
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Les gilets jaunes

Message non lupar Cinci » mar. 29 janv. 2019, 16:24

Mais je vois mal comment des considérations politiques ne devraient pas interférer dans les sujets religieux pour les fidèles lorsque ni le Pape ni les évêques n'iront se censurer eux-mêmes dans le domaine.

Nos religieux sont des hommes d'une époque et s'insérant dans une société civile précise avec ses enjeux, ses rapports de force et de domination de ceux-ci ou ceux-là. Les religieux sont bien forcés de devoir se prononcer un moment donné et de choisir leur propre camp politique. En Pologne, Jean Paul II était du camp des alliés du traité de l'Atlantique nord contre le camp communiste. Politique vous avez dit ? Oui. En France, les évêques sont comme les acolytes du Sarko-Hollando-Macronisme, des compagnons de route du système de Lazard, Rothschild et cie. En Russie, les popes sont des acolytes de Poutine.

Avec le pape et les évêques de France versus Macron, je veux dire qu'on y est loin de la distance qui pouvait exister entre Mgr Romero ou un Don Helder Camara et la junte au pouvoir. Et je ne dis pas cela pour réduire à rien les évêques français ou le pape François, pour les enfermer dans un rôle de salauds.

C'est juste qu'il faut quand même dire ce qui est : les gilets jaunes sont des citoyens qui sont en grande partie des victimes du système que les évêques français soutiennent, applaudissent; un système qu'ils vont recommander chaleureusement d'appuyer en votant pour lui religieusement à chaque tour de scrutin.

Un problème de distance ...

Notre pape ne fait pas "que" soutenir tacitement la démocratie d'une manière générale comme il prend fait et cause pour le système européiste des aristocrates de Bruxelles, de même qu'il se permet d'appuyer fortement le programme "immigrationisme ultra" de la banque Lazard et affidés. Je veux dire que même l'Église (dans la personne de ses chefs) nous fait vivre des contradictions, des petits "malaises" que seule une sorte d'analyse politique nous permet de bien voir.

Je ne pense pas que porter des oeillères, faire "abstraction de", faire comme si la politique n'existait pas, se contenter de prier la Sainte Vierge et s'échanger de bonnes paroles bien pieuses serait une solution vraiment digne pour les êtres humains que nous sommes. Il me semble plus juste de reconnaître l'ennemi [...] et quitte à devoir transcender spirituellement la chose pour des raisons supérieures, mais non pas en devant se renier soi-même, refusant de tenir pour faux ce que l'on peut tenir à bon droit pour faux chez nos dirigeants qu'ils soient civils ou religieux.


Revenir vers « L'actualité décryptée »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit