Les gilets jaunes

« Voici maintenant que ce monde est jugé ! » (Jn 12.31)
Règles du forum
Forum de discussions entre personnes de bonne volonté autour des questions d'actualité.
Trinité
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2628
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Re: Les gilets jaunes

Message non lu par Trinité » lun. 04 févr. 2019, 15:09

Pathos a écrit :
lun. 04 févr. 2019, 14:33
Trinité a écrit : e les casseurs extrémistes de droite ne valent pas beaucoup mieux que ceux là!
Sauf que vous fantasmez : les casseurs d'extrêmes droites sont très marginaux parfois même fictifs (cf Carpentras).
Sur France info!

Nombre de ces militants sont d'extrême droite. Plusieurs groupuscules, comme Action française et Bastion social, avaient en effet appelé leurs membres à participer à la manifestation. "Les premiers heurts, peu avant 9 heures du matin, sont imputables à des groupes d'ultradroite", abonde Le Parisien. Parmi ces militants, Libération a noté la présence d'Yvan Benedetti, l'ancien président du groupe antisémite L'Œuvre française. Le quotidien francilien relève également que le Groupe union défense (GUD) laissé "de nombreux graffitis" lors de la manifestation – notamment une inscription "Justice pour Esteban", en référence à Esteban Morillo, le skinhead condamné pour la mort de Clément Méric.

Les quelque 100 premières personnes qui ont été interpellées, samedi matin en haut des Champs-Elysées, "étaient des militants d'extrême droite, fichés déjà par les services de renseignement", affirme également Gérald Grizbec, journaliste à France 2.


Maintenant en effet, on peut toujours dire que c'est de la fausse information!

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9496
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Les gilets jaunes

Message non lu par Cinci » lun. 04 févr. 2019, 15:20

Badiou : "... aujourd'hui quand on parle de réformes il faut partir en courant. Ça veut dire qu'on va réformer le cadre du travail [...] Si vous regardez les deux principales épisodes dans lesquels les principales réformes sociétales ont été réalisées soit le Front populaire et la LIbération mais elles étaient portées par une grande affirmation. Et, quand ceci est retombé, alors il se passe ce qui se passe maintenant, c'est à dire que, ces principales conquêtes, la puissance dominante veut les défaire. Parce que ce qui est en train de se passer, ce qui nous est proposé c'est de défaire, détricoter l'ensemble des réformes sociales issues de la séquence 1945-1950.

- Vous dites que le principale projet d'Emmanuel Macron c'est d'abolir le statut de la fonction publique ?

Je pense que c'est ça. C'est sa cible la plus cachée car c'est celle qui fera le plus de vacarme quand elle sera connue. Dans l'entourage de Macron, on trouve des gens qui disent que ce qu'il faut c'est supprimer l'idée même d'un travail publique, d'une fonction publique. Qu'il faut ramener tout le monde à la précarité du salariat. [1 : 26 : 50]

Avatar de l’utilisateur
prodigal
Amicus Civitatis
Amicus Civitatis
Messages : 1492
Inscription : mar. 09 juil. 2013, 10:32

Re: Les gilets jaunes

Message non lu par prodigal » lun. 04 févr. 2019, 15:46

Malheureusement ce pronostic, qui pourrait sembler complotiste, colle à ce point à la réalité qu'on ne peut que donner raison à Alain Badiou. :furieux:
Par contre, la comparaison faite par Onfray entre Mélanchon et Macron sur le dos de Mitterrand, ce n'est pas très sérieux.
Paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9181
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Les gilets jaunes

Message non lu par PaxetBonum » lun. 04 févr. 2019, 17:01

Trinité a écrit :
lun. 04 févr. 2019, 15:09
Les quelque 100 premières personnes qui ont été interpellées, samedi matin en haut des Champs-Elysées, "étaient des militants d'extrême droite, fichés déjà par les services de renseignement", affirme également Gérald Grizbec, journaliste à France 2.


Maintenant en effet, on peut toujours dire que c'est de la fausse information!
Il reste une information à obtenir : le motif de leur interpellation.
Ces militants sont souvent non cagoulés à l'opposé des 'antifas' et effectivement suivi par les services de renseignements, des commissions… puisque le seul ennemi c'est le nazi…

Je rappelle aussi le niveau des journalistes qui pour les uns traitaient d'ultra droite des personnes qui défilaient avec le drapeau Picard (la fleur de lys est obligatoirement facho…) et pour les autres montraient des images prouvant les dégradations de l'extrême droite où l'on voyait un A dans un cercle (Anarchie…) et l'acronyme ACAB (All Cops Are Bastard)… (bref que des tags bien d'ultra droite…)
Bref, les journalistes ont des œillères et quand quelque chose se passe mal, c'est sûr il y a nazi sous gravillon…
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
la Samaritaine
Barbarus
Barbarus

Re: Les gilets jaunes

Message non lu par la Samaritaine » lun. 04 févr. 2019, 17:28

prodigal a écrit :
lun. 04 févr. 2019, 15:46
Malheureusement ce pronostic, qui pourrait sembler complotiste, colle à ce point à la réalité qu'on ne peut que donner raison à Alain Badiou. :furieux:
Par contre, la comparaison faite par Onfray entre Mélanchon et Macron sur le dos de Mitterrand, ce n'est pas très sérieux. Prodigal
Prodigal,
Sur quels faits concrets fondez-vous la suspiçion de destruction du service public ?

J'ai trouvé des deux articles sur l'avenir de la Fonction Publique très intéressants. J'en déduis que l'on souffre cruellement d'un manque de sens : quel sens donnons nous à l'engagement dans la Fonction Publique ? Quelles valeurs ? Comment lutter contre le conservatisme des grandes écoles et leur ségrégationnismes social ? (des enfants biens nés qui font les 4 mêmes grandes écoles et ont leurs parcours de hauts fonctionnaires et fiches de paie assurrés), comment redonner considération et reconnaissance à ceux qui ne sortent pas de l'ENA mais qui nous… torchent quand tous nous sommes bébés, malades et vieux ?????

Intéressante l'analyse de Stéphane Menu qui précise que le macronisme a perdu en audace entre la campagne et maintenant : entre le fait de vouloir favoriser le mérite plutôt que l'élite et finalement retomber dans la toute puissance des grandes écoles, pour finir par la seule volonté de "performance" qui écrase surtout "les fonctionnaires d'en bas"...

Je ne pense pas du tout qu'il y ait volonté de la part du gouvernement de supprimer le service public mais de le réformer. Mais comment ? Comment défendre nos valeurs françaises (le service public comme rempart contre la toute puissance du marché et le nationalisme à outrance du marxisme) sans tomber dans copier-coller du service public à l'anglo-saxonne ? C'est justement l'un des 4 questions du Grand Débat : l'organisation des services de l'Etat et la Fonction Publique. C'est le moment de s''en mêler plutôt que de gémir en prévoyant le pire... :)

http://www.lettreducadre.fr/16558/macro ... -publique/
http://www.lettreducadre.fr/11564/segregation/ (prémonitoire !!!)

Bien à vous,

Samaritaine

Avatar de l’utilisateur
prodigal
Amicus Civitatis
Amicus Civitatis
Messages : 1492
Inscription : mar. 09 juil. 2013, 10:32

Re: Les gilets jaunes

Message non lu par prodigal » lun. 04 févr. 2019, 22:10

Baisse des salaires, dégradation de la qualité des services, dégradation des statuts.
La "réforme" des lycées, qui se présente comme ambitieuse et comporte en effet de très nombreuses modifications, a l'inconvénient d'être très coûteuse, si tout au moins le but est bien de réformer, c'est-à-dire d'améliorer les choses.
Or, elle s'accompagne de restrictions budgétaires sans précédent, avec ordre donné aux chefs d'établissement de trouver coûte que coûte des postes à supprimer.
C'est un aveu.
Si vous en voulez d'autres, demandez aux aides-soignantes, aux médecins, aux fonctionnaires des impôts, aux postiers, à tous ceux que vous voudrez qui travaillent pour le service public.
Parler des grands fonctionnaires n'est pas le même sujet, d'autant plus que peu en connaissent (pas moi en tous cas), on est dans l'ouï-dire.
Il ne s'agit pas de gémir en attendant le pire il s'agit d'alerter. Dans beaucoup de services, le pire est déjà là. Vous n'imaginez pas. Vous ne pouvez pas imaginer le profond dégoût et la violence de la colère que je vois tous les jours, y compris chez des gens qui naguère, il y a quoi, dix ans à tout casser, éprouvaient le bonheur de faire plutôt bien leur métier, et cela se voyait.
Paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté

Trinité
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2628
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Re: Les gilets jaunes

Message non lu par Trinité » mar. 05 févr. 2019, 0:55

On peut aussi parler des D.D.E qui ont disparu après la loi de décentralisation de 2006, ses compétences étant reprises par le conseil général et le département!
En ce qui concerne les gros travaux routiers sur R.N. il a été créé un service la D.I.R.
Les subdivisions de la D.D.E dans les départements ont été supprimées.Elles étaient en rapport avec les maires des communes et établissaient les projets routiers locaux sur routes départementales et intervenaient auprès des communes pour les aménagements locaux
Toutes ces missions ont été supprimés!Maintenant ces mêmes projets sont confiés à des bureaux privés!
Résultat une diminution drastique du personnel! ;)

Avatar de l’utilisateur
Bassmeg
Barbarus
Barbarus

Re: Les gilets jaunes

Message non lu par Bassmeg » mar. 05 févr. 2019, 23:20

Macron déclare que la video de Christophe Dettinger dans laquelle il exprime ses regrets sur sa conduite est une manipulation. Il dit qu' il a été brieffé par un avocat d'extreme gauche. Selon lui, cela se voit parce que les mots prononcés ne sont pas ceux d' un "boxeur gitan". Je ne savais pas que les boxeurs gitans avaient un vocabulaire ou un patois à eux… Macron restera dans mon souvenir comme la personne au sujet de laquelle j' ai le plus changé d' avis et de plus en plus négativement, de surcroit.

S' il soutient le rythme qu' il s' impose et que son équipe s' affaire à entretenir, avec une énormité toutes les 72 heures, et si le feuilleton Benalla se conclut comme il semble, on aura un nouveau président avant l' automne. Quand on pense l' accumulation de bourdes, et maintenant, en plus, l' argent sale de la mafia russe et une tentative de perquisitionner la presse. J' ai beau me creuser la tête, je n' arrive jamais à imaginer la prochaine péripétie, ces gens défient l' imagination la plus exotique.

Un chef de cabinet qui frappe des opposants? Pas assez. Donnons lui un permis de port d' armes. Hum, non, en fait, pas assez... Donnons lui aussi un badge d' accès au Parlement. Oh et puis aussi un téléphone crypté. C' est assez, là? Non, donnons lui aussi plein de passeports.
Arff zut, on s' est fait attrapé. Mais c' est pas assez. . . . Qui s' étonne après que l' équipe Macron soit impopulaire au point de jeter le peuple dans la rue depuis DOUZE semaines? Que va-t-il se passer maintenant? Je ne sais pas.

Je pense que Macron va continuer à jouer le même jeu. Il fera encore et toujours preuve de mépris et dira encore et toujours qu' il a entendu que ses paroles ont été interprétées comme parfois arrogantes par certains par le passé, mais que maintenant, il a entendu et a changé... et je pense qu' il croit honnetement que nous le croirons, comme il l' a cru toutes les fois d' avant. Je crois qu' il ne vit plus dans le monde réel. Il est parti...
Image

et pour le reste, je crois que les policiers vont se fatiguer et se reprendre et revenir à des pratiques normales, et que pendant ce temps, les GJ ne faibliront pas. Et je pense que l' affaire benalla, c' est ça qui va tout finir. Ca devient vraiment trop gros et encore, on n' a pas encore tout vu. Et je ne sais pas de quel manière Macron va quitter le pouvoir. Mais je suis prête à parier qu' il ne finira pas le mandat. Tout cela est trop. Et on n' a même pas encore parlé des récentes ventes en cours de la Française des Jeux ou autres... En 18 mois, c' est juste une accumulation de choses, petites ou grosses, mais toujours négatives pour les gens. Et la réponse de Macron est toujours la même: "Essayer d' embobiner ces affreux jojos, puis croire et faire comme si j' y étais arrivé". Ce qui n' est pas la méthode optimal pour gérer cette crise.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9496
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Les gilets jaunes

Message non lu par Cinci » mer. 06 févr. 2019, 2:52

Prodigal :

Par contre, la comparaison faite par Onfray entre Mélanchon et Macron sur le dos de Mitterrand, ce n'est pas très sérieux.
Je suppose que Michel Onfray faisait allusion aux positions de Mélenchon vis-à-vis l'Europe, l'immigration, l'islam, le mariage gai.

Sinon, c'est sûr que Macron représente un autre créneau en terme de produit. L'un des deux est beaucoup mieux présentable sur le marché de l'offre et de la demande politique, en tout cas du point de vue des faiseurs d'images. Macron est plus jeune, plus télégénique, mieux apte à rassurer cette frange de l'électorat qui se déplace encore pour voter. Macron s'éloigne moins du profil de gendre idéal que toute belle-mère rêverait d'avoir cf. propre, bien habillé, ami de la réussite, avec une situation ...

:p

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9496
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Les gilets jaunes

Message non lu par Cinci » mer. 06 févr. 2019, 3:59

Voir ces lignes écrites en 2010 et que l'on dirait avoir été écrites pour l'événement des gilets jaune :

"... Albert Camus considérait que la vie n'a aucun sens, que nous n'avons aucune prise sur le destin. Nous finissons tous par mourir et notre individualité s'efface inévitablement. Cependant, nous pouvons choisir comment nous vivons : On peut asservir un homme vivant et le réduire à l'état historique de chose. Mais s'il meurt en refusant, il réaffirme une nature humaine qui rejette l'ordre des choses.

Pour Camus, le révolté prend le parti des opprimés, qu'il s'agisse des chômeurs condamnés à la pauvreté par l'État-entreprise, des Palestiniens de Gaza, des civils d'Irak ou d'Afghanistan, des démunies des quartiers populaires et des zones rurales en déclin ou des exclus enfermés dans des centres de détention.

[...]

L'élite du pouvoir et ses courtisans taxent invariablement le révolté d'irréalisme. Ils dénigrent sa position, la qualifiant de contre-productive. Ils le fustigent pour sa colère. L'élite et ses laquais lancent des appels au calme, à la raison, à la patience. Ils emploient le langage hypocrite du compromis, de la générosité et de la bonne entente pour affirmer qu'il faut s'incliner devant les instances du pouvoir et collaborer avec elles. Cependant, le révolté est lié par un engagement moral lui interdisant tout compromis. Il refuse de se laisser acheter par des subventions, des invitations à la Maison-Blanche, des interviews à la télévision [...] Comme saint Augustin, il sait que "l'espoir a deux filles de toute beauté : la colère et la bravoure". La colère face aux choses telles qu'elles sont, et la bravoure nécessaire pour les changer. Il sait que la vertu ne lui vaut nulle récompense. L'acte de rébellion contient sa propre justification.

"On ne devient pas dissident parce qu'un jour, on choisit cette carrière originale", écrivait Vaclac Havel alors qu'il luttait contre le régime communiste tchécoslovaque. "On le devient parce que notre responsabilité intérieure combinée à toute une série de circonstances extérieures nous projette dans cette position : on est rejeté des structures existantes et placé en situation de confrontation avec elles. Au commencement, il n'y avait rien de plus que l'Intention de bien faire son travail - à la fin, il y a l'étiquette d'ennemi."

Car les dissidents n'opèrent pas dans la sphère du pouvoir réel, ils ne tendent pas au pouvoir, ne cherchent pas à accéder à des fonctions de pouvoir ni à recueillir les voix des électeurs; ils ne cherchent pas à charmer leur public, ils ne proposent ni ne promettent rien à personne. Et s'ils proposent quelque chose, alors c'est leur propre peau et ils ne la proposent que parce qu'ils n'ont pas d'autres moyens d'affirmer la vérité avec laquelle ils font corps. Ils n'articulent leur activité que par leur dignité civique, sans se préoccuper des conséquences. - V. Havel, "Anatomie d'une réticence" dans Écrits politiques, p. 217


L'élite du pouvoir et les milieux d'affaires ne vont pas jusqu'à affirmer que le système actuel est juste et bon - qui pourrait le faire ? - , mais ils ont convaincu une majorité de citoyens de l'impossibilité d'en envisager un autre. Cependant, nous ne sommes pas des esclaves. Nous avons le choix. Nous avons la liberté morale de dire non, de refuser de collaborer. Boycottage, manifestation, occupation, sit-in grève, obstruction, sabotage, jeûne, mouvement populaire, désobéissance civile ... Tous ces gestes embrasent l'âme du révolté et révèlent le caractère oppresseur de l'autorité.

"Oui, il y a la beauté et il y a les humiliés. Quelles que soient les difficultés de l'entreprise, je voudrais n'être jamais infidèle ni à l'une ni aux autres", écrivait Camus. (L'Été, Paris, Gallimard, 1954, p. 160)

Vient un temps où la machine devient si odieuse qu'elle vous rend malade, que vous ne pouvez plus collaborer à son fonctionnement, même passivement, que vous devez, avec votre propre corps, en enrayer l'engrenage, en bloquer les leviers, en perturber la bonne marche, bref, l'arrêter", déclarait Mario Savio lors d'un sit-in du Free Speech Movement à Berkeley en 1964. "Vous devez faire comprendre à ceux qui la gèrent, à ceux qui la possèdent, que vous l'empêcherez de fonctionner tant que vous ne serez pas libres."

La possibilité de refuser de collaborer est le seul chemin menant à la liberté individuelle et à une vie qui ait du sens. Camus voyait juste [...] Il avait raison aussi d'affirmer que des actes de rébellions où les principes moraux l'emportent sur les considérations pratiques permettent à celui qui les accomplit de trouver un sens à la vie et de prendre conscience de sa propre valeur. La révolte rend libre, indépendant. Elle ébrèche, bien qu'imperceptiblement, l'édifice de l'oppresseur. Elle nourrit la solidarité. En ces temps de profond désespoir et de grande misère, elle permet de rester humain : l'empathie doit être une priorité.

Révolte ne signifie pas révolution. La révolution mène à la mise en place d'une nouvelle structure de pouvoir. La révolte, elle, est une rébellion permanente, un rejet définitif du pouvoir. Elle seule permet de maintenir vivants les impératifs moraux qui nous empêchent de sombrer dans la tyrannie.

Une mort spirituelle et morale guette ceux qui, - à l'instar de l'homme du sous-sol de Dostoïevski- , se replient dans le cynisme ou le désespoir.

Contre tout espoir, les quelques militants toujours actifs dans notre société en déclin lancent un appel à la raison, à la logique et à la vérité, un appel à faire des choix reposant sur des faits plutôt que sur des illusions, et à bâtir des structures sociales et politiques en fonction du bien commun. C'est ce qu'avait fait Cicéron à Rome. A la fin de sa vie, cet orateur était méprisé tant par le public que par l'élite du pouvoir.

[...]

En période de chaos, la tyrannie est souvent accueillie avec un soulagement palpable. Elle ne soulève aucun tollé. Pour cette raison, le révolté doit s'attendre à être perçu comme un ennemi, y compris par ceux qu'il cherche à défendre."

Source : Chris Hedges, La mort de l'élite progressiste, Lux, 2012 ( original : Death of the LIberal Class, 2010), p. 276

Avatar de l’utilisateur
St ange
Barbarus
Barbarus

Re: Les gilets jaunes

Message non lu par St ange » mer. 06 févr. 2019, 14:09

Ne vous l'avais-je pas dit. On commence à entendre certains parler du bout de la langue que les cadeaux aux gilets jaunes fragilisaient l'équilibre du budget. Bigre, comment est-ce possible ?

Avatar de l’utilisateur
Christophe
Consul
Consul
Messages : 7919
Inscription : mer. 28 avr. 2004, 0:04
Conviction : Catholique
Localisation : Haute-Savoie

Re: Les gilets jaunes

Message non lu par Christophe » mer. 06 févr. 2019, 17:49

St ange a écrit :
mer. 06 févr. 2019, 14:09
Ne vous l'avais-je pas dit. On commence à entendre certains parler du bout de la langue que les cadeaux aux gilets jaunes fragilisaient l'équilibre du budget. Bigre, comment est-ce possible ?
10 milliards qui viendraient déséquilibrer un budget de 300 milliards, soit environ 3% ? Bigre, quel changement de cap !
Salauds de gilets jaunes, je les ai vu quitter les manifs avec des billets pleins les poches ! ^^
« Tout ce que vous faites au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous le faites. » (Matthieu 25, 40)

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9181
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Les gilets jaunes

Message non lu par PaxetBonum » jeu. 07 févr. 2019, 9:56

Bassmeg a écrit :
mar. 05 févr. 2019, 23:20
Macron déclare que la video de Christophe Dettinger dans laquelle il exprime ses regrets sur sa conduite est une manipulation. Il dit qu' il a été brieffé par un avocat d'extreme gauche. Selon lui, cela se voit parce que les mots prononcés ne sont pas ceux d' un "boxeur gitan". Je ne savais pas que les boxeurs gitans avaient un vocabulaire ou un patois à eux…
Pour vous convaincre de l'existence d'un parlé gitan M Macron vous recommande snatch :


https://www.youtube.com/watch?v=usa9v2z8jzE

Les macrons ça ose tout, c'est à cela qu'on les reconnaît !
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Pathos
Senator
Senator
Messages : 725
Inscription : dim. 17 avr. 2016, 19:32
Conviction : Catholique

Re: Les gilets jaunes

Message non lu par Pathos » mar. 12 févr. 2019, 0:06


Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9496
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Les gilets jaunes

Message non lu par Cinci » mar. 12 févr. 2019, 2:32

Pour être franc, la "farandole du samedi"commence peut-être à être investi par tout un tas de gugus assez louches. Il y a ces pollueurs de pseudo-anarchistes et autres casseurs. La grande manifestation publique commence à virer en eau de boudin.

Quoi qu'il en soit, je pense que l'objectif tactique est atteint.

Le système ne sera pas révolutionné. Macron va rester en poste, ses parrains n'en seront pas moins aux affaires. Je sais que c'est dommage. Mais sûrement que beaucoup d'électeurs auront eu l'occasion de réviser un peu cette sorte de jugement tout lisse qu'ils auront pu nourrir à l'égard du macronisme ou des politiques macroniennes. La sortie publique des gilets jaunes "en masse" aura sans doute pour effet ultérieurement de décoincer un peu les citoyens timides à critiquer Macron; timides parce qu'étant sous une impression d'un vague unanimisme en faveur du bellâtre. On va s'y sentir moins c ... à pouvoir critiquer le monsieur et son système. Certains auront pu faire la découverte qu'il n'y avait pas que des "p'tits crétins de communistes attardés" ou des néo-fascistes pour mal penser de la gouverne d'En Marche.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités