Le Catholicisme "à la carte"

« Vous êtes le sel de la terre, vous êtes la lumière du monde. » (Mt 5.13-14)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions ecclésiales
Bassmeg
Quæstor
Quæstor
Messages : 331
Inscription : mer. 12 sept. 2018, 22:53
Conviction : Catholique new wave

Re: Le Catholicisme "à la carte"

Message non lupar Bassmeg » dim. 25 nov. 2018, 16:26

Héraclius, c' est exactement sur ce point que j' achoppe.

Manger une part de flan, c' est juste manger une part de flan...
On va pas s' accuser des péché d' orgueil PLUS péché de gourmandise à chaque fois qu' on mange un gateau, quand même...
Sinon, il faudra soit installer un confessionnal devant chaque boulangerie, ou alors, fermer les boulangeries (antres du Péché) et passer au riz sans sel et à l' eau...
Soyons serieux... Ou plutot non, rigolons un brin, une minute Quand Devos parle de patisseries:
https://www.youtube.com/watch?v=EVQ9q2nmf1E

A mon avis, c' est surement une des choses que les catholiques à la carte (et donc beaucoup de jeunes) rejettent.
La culpabilisation permanente du moindre petit plaisir dans ce monde froid et terne...

Une part de flan? Quelqu' un qui vous aime et que vous aimez en retour sans vous soucier du qu' en dira-t-on?
Ce sont des choses agréables. Un enfant le dirait, comme moi.
Et les choses agréables apportent le bonheur, chose fugace. Cessons de culpabiliser les mangeuses de patisseries ( :oops: ). Et ceux qui préferent boire une grenadine plutôt que de l' eau plate. Et tous les autres.

Le rigorisme, pourquoi pas, mais bon, la vie est déja si courte, on peut aimer Dieu ET d' autres choses, même si ce n' est pas le même amour.
Imaginons que mon mari soit tué par un malfaiteur. Je ne pardonne pas au malfaiteur, qui lui se repent devant Dieu.
Alors quoi? Il est pardonné et moi, par contre, je suis une pécheresse à cause du péché de colère (plus d' orgueil et de gourmandise... :oops: mea culpa)?
Imaginons l' inverse. JE suis tuée par un malfaiteur qui se repent de son acte devant Dieu.
Mon mari est en colère . Et il aime manger des gateaux sans jamais se repentir de ceci. Plus, il est athée. Il vieillit seul, puis meurt.
Mais moi, morte, et le malfaiteur (catho), on ira ou alors? Au paradis , bras dessus, bras dessous, pendant que mon mari sera en enfer pour "non reconnaissance de Dieu, péché de colère, de gourmandise et d' orgueil"?

Je ne sais pas croire à ça. Je comprends par contre que certaines personnes peuvent y croire. Je constate qu' elles sont de moins en moins nombreuses.

Avatar de l’utilisateur
Héraclius
Consul
Consul
Messages : 3295
Inscription : lun. 30 sept. 2013, 19:48
Conviction : Catholique

Re: Le Catholicisme "à la carte"

Message non lupar Héraclius » dim. 25 nov. 2018, 16:41

Oui, enfin manger une part de flan c'est pas un péché, hein. Manger une part de flan en excès peut être un péché de gourmandise m'enfin autant j'ai déjà rencontré quelques curés psychopates dans leur rigorisme, autant même eux je les ai jamais entendu dire que manger une patisserie est un péché.


Et oui, il y a une certaine violence dans la doctrine du pardon. N'importe qui peut être pardonné, même le pire des salauds, avant l'heure de la mort. Et celui qui a vécu une première moitiée de vie exemplaire, mais deviens un salaud et s'enferme dans son désamour, sera condamné.


Bon par contre vos cas particulier je peux pas en dire grand chose... C'est trop absrait ! Dieu sait, pas moi. Il faut espérer pour tous, car Dieu désire que tous les hommes soient sauvés, comme dit l'Apôtre au jeune Timothée...
''Christus Iesus, cum in forma Dei esset, non rapínam arbitrátus est esse se æquálem Deo, sed semetípsum exinanívit formam servi accípiens, in similitúdinem hóminum factus ; et hábitu invéntus ut homo, humiliávit semetípsum factus oboediens usque ad mortem, mortem autem crucis. Propter quod et Deus illum exaltávit et donávit illi nomen, quod est super omne nomen, ut in nómine Iesu omne genu flectátur cæléstium et terréstrium et infernórum.'' (Epître de Saint Paul aux Philippiens, 2, 7-10)

Avatar de l’utilisateur
Héraclius
Consul
Consul
Messages : 3295
Inscription : lun. 30 sept. 2013, 19:48
Conviction : Catholique

Re: Le Catholicisme "à la carte"

Message non lupar Héraclius » dim. 25 nov. 2018, 16:44

D'ailleurs pour en revenir au sujet, je ne suis pas sûr que les "jeunes" soient des catholiques à la carte. Enfait c'est plutôt la génération d'au-dessus qui est majoritairement composée de catholiques à la carte. La génération actuelle a surtout massivement perdue la foi, un point c'est tout. Elle est la fille de la génération des cathos à la carte, et elle à gardée le "à la carte" mais pas vraiment le "catho".

Et chez les jeunes qui restent, on constate une rigueur doctrinale en moyenne beaucoup plus élevée que dans la génération du dessus.
''Christus Iesus, cum in forma Dei esset, non rapínam arbitrátus est esse se æquálem Deo, sed semetípsum exinanívit formam servi accípiens, in similitúdinem hóminum factus ; et hábitu invéntus ut homo, humiliávit semetípsum factus oboediens usque ad mortem, mortem autem crucis. Propter quod et Deus illum exaltávit et donávit illi nomen, quod est super omne nomen, ut in nómine Iesu omne genu flectátur cæléstium et terréstrium et infernórum.'' (Epître de Saint Paul aux Philippiens, 2, 7-10)

Bassmeg
Quæstor
Quæstor
Messages : 331
Inscription : mer. 12 sept. 2018, 22:53
Conviction : Catholique new wave

Re: Le Catholicisme "à la carte"

Message non lupar Bassmeg » dim. 25 nov. 2018, 17:09

Oui, enfin manger une part de flan c'est pas un péché, hein. Manger une part de flan en excès peut être un péché de gourmandise m'enfin autant j'ai déjà rencontré quelques curés psychopates dans leur rigorisme, autant même eux je les ai jamais entendu dire que manger une patisserie est un péché.


Et oui, il y a une certaine violence dans la doctrine du pardon. N'importe qui peut être pardonné, même le pire des salauds, avant l'heure de la mort. Et celui qui a vécu une première moitiée de vie exemplaire, mais deviens un salaud et s'enferme dans son désamour, sera condamné.


Bon par contre vos cas particulier je peux pas en dire grand chose... C'est trop absrait ! Dieu sait, pas moi. Il faut espérer pour tous, car Dieu désire que tous les hommes soient sauvés, comme dit l'Apôtre au jeune Timothée...
Encore une contradiction. Si je mange une part de flan parce que c' est bon, que j' en ai envie, mais pas parce que j' ai faim, et bien certains vont considérer ceci comme un péché d' orgueil et de gourmandises.
Pareil pour tout le reste. J' ai un amoureux et je ne souhaite pas d' enfants pour l' instant. Péché?

Mais d' autres cathos considèrent que ce n' est pas un péché, juste un plaisir.
Les jeunes cathos que je fréquente ne sont pas du tout dans un mouvement de durcissement ni de restrictions pour accéder au statut de catholiques.
Nous ne connaissons peut être pas les mêmes jeunes.
Chez nous, on observe plutôt un vent de liberté et de tolérance qui ravive la foi. Si on arrête d' insulter et de culpabiliser les gens, bizarrement, ils reviennent vers nous.
On est bien conscient que certains cathos moins jeunes considèrent que nous vivons dans le péché et la décadence par rapport aux anciennes générations, mais honnetement, ce point de vue passéiste (c' était mieux avant, de mon temps, les jeunes étaient plus polis et respectaient les anciens mais maintenant, tout ce perd...) est un peu obsolète...
Aristote tenait déjà le même discours, il y a biiiiiiieeeeeen longtemps...

Les jeunes le savent et ca les laisse froids. Les critiques? Les accusations de pécher constamment? Ca va passer. C' est déjà en train de se calmer.
Imaginons un tonton farouchement opposé à ce que sa nièce non mariée ait un amoureux ou même une amoureuse (avec tout ce que çà implique chez des gens non intégristes en 2018 et même avant).
Le tonton peut bien tempêter tout son saoul dans son bénitier, çà ne changera pas grand chose, à part ses relations avec sa nièce.
Elle risquera de s' éloigner tranquillement. Et le tonton aura simplement perdu une nièce. Bénéfice pour tous le monde? Zéro.
Il vieillira, se rabougrira tout seul, puis mourra.
Si on est chanceux, il comprendra son erreur avant sa mort et renouera des liens avant qu' il ne soit trop tard.
Puis, les nouvelles générations remplaceront les anciennes.
Nos jeunes ont la foi, simplement, elle est forte, sans être ni rigoriste, ni intégriste. C' est effectivement du catholicisme à la carte, souvent assumé et revendiqué.
Le monde change et évolue, depuis le début. C' est un perpétuel changement. Depuis le début.
Une des phrases les plus droles que j' aie entendu est "notre époque est une époque charnière par rapport aux autres époques".
Le catholicisme à la carte nous pousse vers la tolérance. Le rigorisme, vers la confrontation et l' orgueil.

Avatar de l’utilisateur
Héraclius
Consul
Consul
Messages : 3295
Inscription : lun. 30 sept. 2013, 19:48
Conviction : Catholique

Re: Le Catholicisme "à la carte"

Message non lupar Héraclius » dim. 25 nov. 2018, 18:28

Vous répétez que les gens d'aujourd'hui, du 21ème siècle, ne veulent pas s'adapter à la morale du Christ.

Moi je suis plutôt d'accord (même si je pense que les gens des autres siècles eux non plus ne voulaient pas s'y adapter, quoiqu'ils s'y opposaient pour d'autres raisons). Mais est-ce que c'est au Christ de s'adapter aux hommes, ou aux hommes de s'adapter au Christ ?

Aujourd'hui on fête le Christ-Roi. Le Christ est Souverain, il règne sur les âmes. Et ce qu'il nous demande, c'est de dire comme lui au Père : "que ta volonté soit faite et non pas la mienne".


Le Catholicisme à la carte est stérile parce qu'il prétend adorer un Dieu à qui il n'obéit pas. C'est pour cela qu'il ne créé ni pratiquants, qu'il est très mauvais à transmettre la foi aux génération qui lui succède, qu'il ne produit aucune vocation sacerdotale ou religieuse.



Nietzsche se moquait des chrétiens au 19ème (au 19ème, déjà !) en leur disant que comparé à Celui en qui les premiers chrétiens avaient foi, leur Dieu à eux était un papi gateux. Mon Dieu n'est pas un papi gateux. Voilà, moi, le Dieu que j'adore, mon Roi :


01 J’ai vu, dans la main droite de celui qui siège sur le Trône, un livre en forme de rouleau, écrit au-dedans et à l’extérieur, scellé de sept sceaux.

02 Puis j’ai vu un ange plein de force, qui proclamait d’une voix puissante : « Qui donc est digne d’ouvrir le Livre et d’en briser les sceaux ? »

03 Mais personne, au ciel, sur terre ou sous la terre, ne pouvait ouvrir le Livre et regarder.

04 Je pleurais beaucoup, parce que personne n’avait été trouvé digne d’ouvrir le Livre et de regarder.

05 Mais l’un des Anciens me dit : « Ne pleure pas. Voilà qu’il a remporté la victoire, le lion de la tribu de Juda, le rejeton de David : il ouvrira le Livre aux sept sceaux. »

06 Et j’ai vu, entre le Trône, les quatre Vivants et les Anciens, un Agneau debout, comme égorgé ; ses cornes étaient au nombre de sept, ainsi que ses yeux, qui sont les sept esprits de Dieu envoyés sur toute la terre.

07 Il s’avança et prit le Livre dans la main droite de celui qui siégeait sur le Trône.

08 Quand l’Agneau eut pris le Livre, les quatre Vivants et les vingt-quatre Anciens se jetèrent à ses pieds. Ils tenaient chacun une cithare et des coupes d’or pleines de parfums qui sont les prières des saints.

09 Ils chantaient ce cantique nouveau : « Tu es digne, de prendre le Livre et d’en ouvrir les sceaux, car tu fus immolé, rachetant pour Dieu, par ton sang, des gens de toute tribu, langue, peuple et nation.

10 Pour notre Dieu, tu en as fait un royaume et des prêtres : ils régneront sur la terre. »

11 Alors j’ai vu : et j’entendis la voix d’une multitude d’anges qui entouraient le Trône, les Vivants et les Anciens ; ils étaient des myriades de myriades, par milliers de milliers.

12 Ils disaient d’une voix forte : « Il est digne, l’Agneau immolé, de recevoir puissance et richesse, sagesse et force, honneur, gloire et louange. »

13 Toute créature dans le ciel et sur la terre, sous la terre et sur la mer, et tous les êtres qui s’y trouvent, je les entendis proclamer : « À celui qui siège sur le Trône, et à l’Agneau, la louange et l’honneur, la gloire et la souveraineté pour les siècles des siècles. »

14 Et les quatre Vivants disaient : « Amen ! » ; et les Anciens, se jetant devant le Trône, se prosternèrent.
''Christus Iesus, cum in forma Dei esset, non rapínam arbitrátus est esse se æquálem Deo, sed semetípsum exinanívit formam servi accípiens, in similitúdinem hóminum factus ; et hábitu invéntus ut homo, humiliávit semetípsum factus oboediens usque ad mortem, mortem autem crucis. Propter quod et Deus illum exaltávit et donávit illi nomen, quod est super omne nomen, ut in nómine Iesu omne genu flectátur cæléstium et terréstrium et infernórum.'' (Epître de Saint Paul aux Philippiens, 2, 7-10)

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8372
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Le Catholicisme "à la carte"

Message non lupar Cinci » lun. 26 nov. 2018, 9:04

Bassmeg a écrit :
QUELLES BASES? avant Vatican II, ou après?
Avant le concile de Latran ou après? Tout dépend de l' époque et du lieu, vous le savez aussi bien que moi.

Tout est à la carte. Assumons le clairement. On va pas se cacher derriere notre petit doigt, quand meme. On est des adultes
Foutaise !

Avant ou après Vatican II : la foi de l'Église catholique reste la même. C'est toujours le même credo. Et il n'en dépend pas de l'époque ou du lieu.


Revenir vers « Vie de l'Église »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit