Sur les maisons de retraite

Famille - Travail - Chômage - Femme - Enfance - Vieillesse - Handicap - Santé publique
Avatar de l’utilisateur
Vianney 61
Ædilis
Ædilis
Messages : 43
Inscription : mer. 02 août 2017, 11:36
Conviction : Catholique de la Nouvelle France.
Localisation : Québec

Les résidences pour personnes agées

Message non lupar Vianney 61 » ven. 18 août 2017, 4:18

Bonjour,
On dit que 9 personnes sur 10 vivent de la solitude et c'est surtout le lot des personnes agées.
Il m'a été permis de voir comment cela se passe dans les résidences pour personnes agées...semi-autonomes

Une copine s'y est installée 2 semaines pour vivre sa convalescence après une opération majeure à l'hôpital.
Elle va mieux maintenant.
Mais je suis allé la voir souvent et j'ai pris quelques soupers parmi les résidents de la maison (enviton 500 résidents répartis sur 23 étages avec 6 ascenseurs et tous les services fournis , bibliothèque, pétanque, billard, piscine, coiffeur, cinéma, banque etc..), Ah j'oubliais le plus important: et la Chapelle.

Ce n'est pas si merveilleux je vous le dis. Je ne suis pas pressé d'y séjourner.

Ce qui m'a le plus attristé c'est de voir qu'ils s'ennuient, plusieus stationnent leurs poussette de chaque coté de l'entrée de l'immeuble, ou près des ascenseurs , là ou ils peuvent voir "le monde passer" et des "visiteurs entrer",
Des visiteurs qui ne viennent pas pour eux et ne viendront jamais pour eux !
Quand vous êtes vieux et que personne ne vient vous voir, jour après jour et que vous n'avez jamais laissé entrer le seigneur dans vos vies, on se sent bien seul(e) c'est certain.

On peut sûrement se faire des amis(es), mais je trouve que le meilleur moyen de ne pas se sentir seul(e) est de prier, lire la bible et pratiquer sa religion.

En tout cas cela m'a aidé depuis quelques années , j'espère avoir encore la foi et une foi encore plus grande, quand un jour viendra mon tout se séjourner dans une résidence pour personne agée. :ciao:
Dernière édition par Vianney 61 le ven. 18 août 2017, 18:28, édité 1 fois.
Ne pas avoir peur d'aimer exagérément, car c'est la seule bonne mesure. (Christiane Singer)

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 3912
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Sur les maisons de retraite

Message non lupar Kerniou » ven. 18 août 2017, 11:35

Comme vous, je me suis faite à l'idée que si je suis veuve, je terminerai sûrement ma vie, seule, dans une maison de retraite ... je n' aurai plus que mon fils qui habite Marseille ... Quelques fois , quand nous allons à la piscine en groupe, les dames vieillissantes que nous sommes plaisantons sur le fait qu'on se retrouvera ensemble à la maison de retraite ! ...
Mais entre le fait d'y penser et celui de s'y retrouver, il y a une réalité qui, heureusement, n'est pas encore d'actualité...
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Avatar de l’utilisateur
Nanimo
Prætor
Prætor
Messages : 2181
Inscription : sam. 15 avr. 2006, 16:21
Conviction : Catholique
Localisation : CANADA
Contact :

Re: Sur les maisons de retraite

Message non lupar Nanimo » ven. 18 août 2017, 14:30

Je ne sais ce qu'il en est au CAN, mais en France, on distingue deux sortes de maisons de retraite : les maisons de retraite pour personnes autonomes et les maisons de retraite médicalisées.

Les maisons de retraites pour personnes autonomes sont vraiment très bien. Les loyers sont tout à fait abordables (vous pouvez en trouver pour 450/500 euros pour le studio) et vous avez un petit appartement à une chambre si vous êtes un couple et un studio - pas forcément tout petit! - si vous êtes seule. Vos activités ne changent pas : vous allez au marché, faites votre cuisine, visitez vos amis, etc. En plus de cela, il y a toutes sortes d'activités organisées : gymnastique. conseils pour bien vieillir, bals, spectacles, sorties, excursions, etc. (quelques-unes sont gratuites car organisées par la municipalité, mais la plupart sont payantes sans être hors de prix).

En revanche, ce qui change du tout au tout, ce sont les maisons de retraite médicalisées. Elles sont absolument hors de prix car la clientèle a besoin d'un suivi constant (2000 euros souvent) et vous n'avez qu'une chambre avec salle de bain la plupart du temps (il devient interdit presque partout d'y cuisiner en raison des incidents, des oublis...) Donc, le locataire ne peut y emporter que peu d'effets personnels, ce qui n'est déjà pas facile. Il doit obligatoirement se restaurer à la résidence.

Mais là encore, il faut distinguer : certaines maisons de retraite médicalisées autorisent les allées et venues de leurs résidents, car tout dépend du souci. S'il s'agit d'Alzelmeir, il est évident que ceux-ci ne peuvent pas sortir seuls et, habituellement, ils occupent un étage avec salles de loisir, troquet, etc. et l'étage est fermé. Mais s'il s'agit d'un souci qui ne concerne pas les facultés cognitives, en principe, ils sont libres. Mais je dis bien "en principe", car certaines médicalisées n'autorisent aucune sortie, d'autres, il faut demander à l'avance, quand d'autres laissent les patients entièrement libres en-dehors de leurs traitements médicaux. Bien se renseigner.

Donc, ce message pour dire de ne pas avoir de crainte s'il ne s'agit pas d'une médicalisée. En plus, hors des banlieues, les cadres sont plutôt agréables.
Lest we boast
[couleur de la modératrice]

Cepora
Barbarus
Barbarus

Le désarroi des enfants qui placent leurs parents

Message non lupar Cepora » jeu. 01 févr. 2018, 11:44

"A l'occasion de la journée de grève dans les maisons de retraite médicalisées, franceinfo a recueilli le témoignage de ceux qui ont dû se résoudre à mettre leurs proches dans des établissements tout en sachant que leurs conditions de vie seraient difficiles."
https://www.francetvinfo.fr/societe/pri ... 77486.html

L'actualité insiste beaucoup sur le thème de la famille, notamment sur des sujets tels que le mariage, l'avortement, etc... Mais on parle peu de ces personnes agées en maison de retraite, de ces parents qui finissent parfois leur vie dans des conditions difficiles, isolés de leur famille.

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 3912
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Sur les maisons de retraite

Message non lupar Kerniou » ven. 02 févr. 2018, 11:54

Il ne faudrait pas considérer que les enfants qui choisissent la maison de retraite pour leurs parents sont des "sans coeurs" qui veulent se débarrasser de leurs parents ... J'avais trouvé une place pour ma mère à 8Km de la maison. je travaillais encore avec des horaires "élastiques" et notre fille était, déjà, malade; j'allais voir ma mère dès que je le pouvais, le soir en rentrant de mon travail comme je l'avais fait pour mon père quand il était hospitalisé. Elle y est morte, hélas, au bout d'une semaine et mes frère et soeurs m'ont dit que c'est moi qui l'avais fait mourir en choisissant la maison de retraite. Ils étaient loin et l'une de mes soeurs était déjà en retraite ... à Paris.
J'étais la plus proche (110 km). et pendant 7 ans j'allais 1 à 2 fois par semaine voir notre mère et faire les courses avec elle. Quand elle a nécessité une présence constante, mon médecin m'a conseillé la maison de retraite ... Je passais à la maison de retraite tous les soirs ...
Alors que notre mère aspirait à la mort, mes soeurs ont harcelé l'établissement, cherchant une faille de fonctionnement qui aurait provoqué la mort ...
Malgré la mort rapide de maman et les reproches des mes soeurs, je considère, à leur grand scandale, avoir fait tout ce que je pouvais pour elle. Tout gérer et tout assumer, seule, était lourd pour moi et Maman se cessait de me remercier pour tout ce que je faisais pour elle je lui ai dit que j'avais plaisir à m'occuper d'elle. Elle m'a répondu qu'elle était heureuse de me voir.
Etant l'ainée, du point de vue de mes soeurs qui sont infirmières, c'était à moi de le faire. Il est des petites soeurs qui restent "petites" tout au long de leur vie !
S'occuper de ses parents âgés est une charge que l'on est heureux d'avoir assumée; mais cela reste tout de même une charge.
Dernière édition par Kerniou le sam. 03 févr. 2018, 10:44, édité 2 fois.
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 3912
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Sur les maisons de retraite

Message non lupar Kerniou » ven. 02 févr. 2018, 19:17

Tout à fait d'accord avec vous.
Je dois dire que le personnel était chaleureux et attentif bien que débordé
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Avatar de l’utilisateur
Foxy
Prætor
Prætor
Messages : 496
Inscription : ven. 01 nov. 2013, 1:14
Conviction : catholique
Localisation : Bretagne

Re: Sur les maisons de retraite

Message non lupar Foxy » sam. 03 févr. 2018, 20:10

Bonsoir

Je pense qu'un jour ou l'autre, nous sommes tous confrontés à ce problème ! et je me dis que lorsqu'on fait tout ce que l'on peut, on ne peut pas en faire plus et que ceux qui sont éloignés "ont toujours raison"...

Après plusieurs AVC, ma belle-mère a dû être placée d'office dans une maison de retraite, ses enfants (dont mon mari) n'acceptaient pas, croyaient qu'elle reviendrait "comme avant". Or, j'allais la voir tous les jours et je peux dire que j'étais plutôt l'interlocutrice auprès des médecins qui m'ont prévenue que chaque fois qu'elle ferait un AVC, elle dégringolerait d'une marche...

Mon mari et ses frère et sœur ne m'ont jamais crue, jusqu'au jour où il elle était en maison de convalescence et qu'il a fallu la placer d'office, car elle ne pouvait pas rester là indéfiniment.

Hé bien, même à la maison de retraite, ils lui disaient encore que ce n'était que provisoire, au grand dam de l'infirmière en chef qui me l'a répété.

Finalement, elle n'est jamais revenue chez elle, elle a eu un autre AVC et n'a plus su ni parler, ni marcher, ni manger...

Là, ils ont tous été convoqués par la docteure du service qui leur a dit qu'elle n'approuvait pas leur façon de voir l'avenir mais qu'ils devaient prendre une décision : lui mettre une sonde gastrique pour la nourrir ou... la laisser mourir, ce qui arriverait au bout de 6 semaines sans nourriture.
Ils ont accepté l'opération de lui mettre une sonde gastrique, elle a vécu 2 ans ainsi, parlait à qui elle voulait et faisait la sourde aux autres.

C'était pénible quand même ! J'ai continué à aller la voir tous les jours à n'importe quelle heure et j'étais là quand elle est décédée.

Le personnel était super disponible et la docteure m'avait prévenue le matin "qu'elle n'allait pas bien", mais ne croyait quand même pas qu'elle n'aurait pas passé la journée...

Mon seul regret, ma belle-mère a refusé de voir l'aumonier, mais auprès d'elle, j'ai beaucoup prié. Je me disais que le Seigneur allait l'accueillir pour le bien qu'elle avait fait, ses souffrances pendant sa maladie ne pouvaient pas être perdues.
La foi que j’aime le mieux,dit Dieu,c’est l’Espérance.
Charles Péguy

Avatar de l’utilisateur
Suliko
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2360
Inscription : ven. 07 janv. 2011, 22:02

Re: Sur les maisons de retraite

Message non lupar Suliko » sam. 03 févr. 2018, 21:12

Bonsoir,
Là, ils ont tous été convoqués par la docteure du service qui leur a dit qu'elle n'approuvait pas leur façon de voir l'avenir mais qu'ils devaient prendre une décision : lui mettre une sonde gastrique pour la nourrir ou... la laisser mourir, ce qui arriverait au bout de 6 semaines sans nourriture.
Ils ont accepté l'opération de lui mettre une sonde gastrique, elle a vécu 2 ans ainsi, parlait à qui elle voulait et faisait la sourde aux autres.
Donc finalement, elle a réussi à reparler ?
Autre question très importante : que dit l'Eglise au sujet de la mise en place d'une sonde gastrique après un AVC ? Est-ce une prise en charge médicale obligatoire ou cela dépend-il de l'état de santé et de l'âge du patient concerné ?
L'un des malfaiteurs suspendus à la croix l'injuriait:"N'es-tu pas le Christ? Sauve-toi toi-même, et nous aussi." Mais l'autre, le reprenant, déclara:"Tu n'as même pas crainte de Dieu, alors que tu subis la même peine! Pour nous, c'est justice, nous payons nos actes; mais lui n'a rien fait de mal." Et il disait:"Jésus, souviens-toi de moi, lorsque tu viendras avec ton royaume." Et il lui dit:"En vérité, je te le dis, aujourd'hui tu seras avec moi dans le Paradis."

Avatar de l’utilisateur
Foxy
Prætor
Prætor
Messages : 496
Inscription : ven. 01 nov. 2013, 1:14
Conviction : catholique
Localisation : Bretagne

Re: Sur les maisons de retraite

Message non lupar Foxy » sam. 03 févr. 2018, 23:06

Bonsoir

Non, pas vraiment, du moins quand elle avait décidé de ne pas ouvrir la bouche... mais ça arrivait qu'elle sorte une phrase, surtout aux soignants. Je faisais, moi, comme si elle allait me répondre, je lui racontais les potins du village et de la famille et je voyais que ça l'intéressait, parfois, elle fait "oh !!" et alors, j'avais l'impression qu'elle se disait "zut, j'ai parlé"...

Les médecins ont toujours dit que c'était son AVC qui avait bloqué qu'elle n'a plus marché, plus parlé ni mangé.

Je ne sais pas ce que dit l'Eglise au sujet de la sonde, mais ce que je sais, en conscience, c'est que si elle n'avait pas été alimentée par une alimentation par perfusion gastrique, elle serait morte au bout de quelques semaines. Et là, je ne pense pas que ça aurait été normal, vu qu'il y avait une petite solution médicale, mais c'était à la famille de prendre la décision. La docteure avait été claire. Il y avait aussi l'espoir qu'elle reparle normalement.
La foi que j’aime le mieux,dit Dieu,c’est l’Espérance.
Charles Péguy

Avatar de l’utilisateur
JCNDA
Quæstor
Quæstor
Messages : 349
Inscription : lun. 15 mai 2017, 17:43
Conviction : baptisé
Localisation : Loiret

Re: Sur les maisons de retraite

Message non lupar JCNDA » dim. 04 févr. 2018, 13:37

Bonjour
Les médecins ont toujours dit que c'était son AVC qui avait bloqué qu'elle n'a plus marché, plus parlé ni mangé.
Dans ma famille, il y a plusieurs décès suite à des AVC ou maladie d'Alzheimer. En règle générale lorsque la personne est en vie, son état s'aggrave et les relations dans la famille deviennent compliquées. Les personnes souffrant de ces pathologies ont l'impression d'être persécuté par l'entourage.
"Car Yahweh connait la voie du juste, mais la voie des pécheurs mène à la ruine."
L’abbé Augustin Crampon

Cepora
Barbarus
Barbarus

Re: Sur les maisons de retraite

Message non lupar Cepora » lun. 05 févr. 2018, 11:51

Bonjour Suliko,
que dit l'Eglise au sujet de la mise en place d'une sonde gastrique après un AVC ? Est-ce une prise en charge médicale obligatoire ou cela dépend-il de l'état de santé et de l'âge du patient concerné ?
Il existe un communiqué de l'Église à propos de l'alimentation et de l'hydratation artificielles, mais je ne sais pas si cela répond de manière précise à votre interrogation :
L’alimentation et l’hydratation artificielles, même si elles sont qualifiées de « traitement », posent des questions spécifiques notamment en raison de la force symbolique de la nourriture. Même donnée par l’intermédiaire de moyens artificiels (biberon, cuillère, perfusion, etc.), la nourriture maintient en vie tout en maintenant la rencontre et le lien entre les humains, même en l’absence de manifestations de capacité relationnelle.

Sauf motifs permettant de juger de leur caractère disproportionné, l’alimentation et l’hydratation artificielles sont dues aux patients en état de conscience minimale ou en « état d’éveil sans réponse ». Lorsqu’apparaissent des défaillances graves de l’organisme ou des complications impliquant une intervention médicale ou chirurgicale lourde pour ces patients, il convient de réévaluer l’« obstination déraisonnable ». En ce cas, la décision de l’arrêt de l’alimentation et de l’hydratation artificielle doit prendre en compte le bien de la personne dans le tissu relationnel qui est le sien. Il n’existe pas de critère médical (pronostic, irréversibilité, évolution, mesure des aptitudes relationnelles, etc.) qui la justifieraient par eux-mêmes et de façon automatique ; il est nécessaire d’intégrer des éléments non médicaux (volonté du patient, directives anticipées, repères éthiques, impact sur le milieu familial, etc.). La décision doit être prise au cas par cas[10]. Chaque situation mérite un discernement approprié, qui ne peut être édicté comme une norme.

http://eglise.catholique.fr/conference- ... e-lenvers/

Avatar de l’utilisateur
Foxy
Prætor
Prætor
Messages : 496
Inscription : ven. 01 nov. 2013, 1:14
Conviction : catholique
Localisation : Bretagne

Re: Sur les maisons de retraite

Message non lupar Foxy » lun. 05 févr. 2018, 13:15

Bonjour Cepora et merci pour ces informations.

En fait, c'est tout à fait cela. Je me souviens que le personnel médical avait posé la question à ma belle-mère au sujet de la sonde gastrique, mais un jour elle disait oui et le lendemain non.

Donc, ce sont ses enfants qui ont pris la décision, que pour ma part, j'ai encouragée, puisqu'il y avait une chance pour qu'elle retrouve au moins la parole.

Par contre, qu'elle ait refusé la visite de l'aumonier m'a toujours quand même un peu troublée, mais bon, c'était son choix ! et il y avait une infirmière avec moi qui lui a reposé la question.
La foi que j’aime le mieux,dit Dieu,c’est l’Espérance.
Charles Péguy

Altior
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1015
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: Sur les maisons de retraite

Message non lupar Altior » lun. 05 févr. 2018, 15:57

Autre question très importante : que dit l'Eglise au sujet de la mise en place d'une sonde gastrique après un AVC ? Est-ce une prise en charge médicale obligatoire ou cela dépend-il de l'état de santé et de l'âge du patient concerné ?
La mise en place d'une sonde gastrique après un AVC ne peut pas être considérée acharnement thérapeutique. La question clé pour savoir si une action est un acharnement thérapeutique est «dans quelle direction l'état du malade va évoluer ?». Donc, acharnement ou pas, cela ne dépend tant du moyen mis en place, mais dépend plutôt de l'état du patient, de sa souffrance et, en premier chef, de la direction vers laquelle on pense que les choses aillent. Si la direction dans laquelle les chose sont attendues d'évoluer est vers l'amélioration ou, au moins, vers la stabilisation (comme dans le cas de Vincent Lambert) on ne peut pas parler d'acharnement. Si, par contre, la direction attendue est vers l'aggravation, alors on peut bien parler d'acharnement. Or, dans un AVC, on est dans le premier cas, puisque l'AVC n'est pas, généralement parlant, une maladie qui évolue par elle-même (comme un cancer, par exemple), mais une maladie qui a même un potentiel de récupération des fonctions (cela dépend plutôt du temps écroulé depuis l'accident que de l'âge du patient).

Donc, je souscris à l'idée que la mise en place d'une sonde dans un AVC n'est pas un acharnement thérapeutique.

La question suivante est: est-ce que le refus ou la mise en place d'une sonde gastrique représente euthanasie ? Carrément, non. Laisser la maladie suivre ses conséquences n'est jamais une euthanasie.

Toutefois, il faut savoir une chose longtemps avant que la question se pose: une fois la décision de mise en place d'une sonde gastrique prise, c'est beaucoup plus compliqué, du point de vu éthique, de la retirer. Sans une demande expresse de la part de la patiente (ou, en cas d'incapacité, de la part de son représentant) la question de l'enlever contre son gré ne se pose même pas. La vraie casse-tête éthique est: qu'est-ce qu'on doit faire, en tant que médecin, si la patiente a été d'accord avec la mise en place de la sonde, mais maintenant elle a changé d'avis et veut qu'on la retire. Eh bien, dans un cas pareil, je me félicite d'avoir le numéro de téléphone de mon prêtre sur mon portable.

Fraternaliter in Christo,
A.

Altior
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1015
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: Sur les maisons de retraite

Message non lupar Altior » lun. 05 févr. 2018, 22:39

La chose demande réflexion aussi sous un autre angle. Une sonde gastrique peut servir, sans doute, pour administrer des médicaments. Mais, en premier chef, elle est mise en place pour administrer les aliments et l'eau vitale. Pour quelqu'un qui, suite à un AVC et aux problèmes de déglutition, ne peut pas se nourrir autrement ou il (elle) le ferait avec des risques d'aspiration bronchique, la sonde est essentielle pour se nourrir. Or, dans ce cas, on ne peut pas parler d'acharnement thérapeutique parce qu'on ne peut pas parler de thérapie dans le sens usuel, médical du mot. Donner à manger à quelqu'un n'est pas une thérapie, mais un soin. Exactement ça c'est la distinction qu'on n'a pas fait dans le cas Lambert (et d'autres similaires). Vincent Labert n'est pas proprement dit un malade, mais un handicapé. Un grand handicapé. Quelqu'un qui a eu un AVC et maintenant a des séquelles de déglutition est un handicapé. Ne pas lui mettre une sonde revient a refuser eau et nourriture à un handicapé.

Avatar de l’utilisateur
Foxy
Prætor
Prætor
Messages : 496
Inscription : ven. 01 nov. 2013, 1:14
Conviction : catholique
Localisation : Bretagne

Re: Sur les maisons de retraite

Message non lupar Foxy » lun. 05 févr. 2018, 22:46

La chose demande réflexion aussi sous un autre angle. Une sonde gastrique peut servir, sans doute, pour administrer des médicaments. Mais, en premier chef, elle est mise en place pour administrer les aliments et l'eau vitale. Pour quelqu'un qui, suite à un AVC et aux problèmes de déglutition, ne peut pas se nourrir autrement ou il (elle) le ferait avec des risques d'aspiration bronchique, la sonde est essentielle pour se nourrir. Or, dans ce cas, on ne peut pas parler d'acharnement thérapeutique parce qu'on ne peut pas parler de thérapie dans le sens usuel, médical du mot. Donner à manger à quelqu'un n'est pas une thérapie, mais un soin. Exactement ça c'est la distinction qu'on n'a pas fait dans le cas Lambert (et d'autres similaires). Vincent Labert n'est pas proprement dit un malade, mais un handicapé. Un grand handicapé. Quelqu'un qui a eu un AVC et maintenant a des séquelles de déglutition est un handicapé. Ne pas lui mettre une sonde revient a refuser eau et nourriture à un handicapé.
C'est aussi pour éviter les "fausses routes"... je me souviens avoir proposé à ma belle-mère un verre d'eau et elle avait accepté. Une infirmière est entrée à ce moment là et m'a dit "mais vous voulez la tuer ?" je n'ai pas compris et suis allée ensuite lui demander l'explication : elle m'a alors expliqué "la fausse route"...
La foi que j’aime le mieux,dit Dieu,c’est l’Espérance.
Charles Péguy


Revenir vers « Société »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit