Emmanuel Macron.... sous le regard d'Hannah Arendt

« Voici maintenant que ce monde est jugé ! » (Jn 12.31)
Règles du forum
Forum de discussions entre personnes de bonne volonté autour des questions d'actualité.
p.cristian
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 420
Inscription : mar. 28 mai 2013, 2:17

Re: Emmanuel Macron.... sous le regard d'Hannah Arendt

Message non lupar p.cristian » ven. 17 mars 2017, 10:12

Bonjour,

Dans une élection présidentielle de la cinquième république, on vote toujours pour un homme (ou une femme) qui incarnerait le pays. Bien que tout le monde soit conscient qu'il ne suffit pas de cela pour diriger le pays , qu'il faut une majorité parlementaire et un appareil d'État prêt à suivre, nous gardons au final cette vision monarchiste d'un roi pour cinq ans.
Nous le voudrions irréprochable, mais il n'est que notre émanation.
Le manque de contrôle dont ont bénéficié les parlementaires n'a pu perdurer aussi longtemps que parce que nous ne nous en sommes jamais indigné assez fort.

Je peux comprendre l'envie d'un grand nettoyage devant la corruption généralisée.

L'indignation est je pense une forme de dignité, de morale.

Mais c'est précisément ce type de discours qui fait le jeu des fascismes en tout genre à partir du moment où l'on pense atteindre ce but et dépassant la loi, par des régimes d'exception, à partir du moment où l'on mélange toutes les idées politiques, à partir du moment où l'on pense jeter l'ensemble de la classe politique parce qu'une partie en est corrompue.

La plupart des élus sont entrés en politique par goût de la chose publique (rappelons nous l'étymologie de république), par désir de servir leur prochain.

Je pense qu'on a besoin d'un débat politique qui aille bien plus loin que des attaques ad hominem. Notre pays est sans doute à la croisée des chemin.
On doit faire des choix importants mais il conviendrait que cela ait lieu en connaissance de cause, avec un regard lucide sur les avantages et inconvénients de telle ou telle politique publique et sur le programme appuyé par chacun des candidats.

Macron fasciste selon Arendt? Cela me semble pas participer d'une vision claire de ce candidat.

Par contre ce serait intéressant de mettre à plat, le programme de chacun.
En général chaque problème est une question de curseur, très souvent la question est de savoir si à quel point l'État doit ou non s'occuper d'un sujet, libéralisme ou interventionnisme.

J'ai assisté à un débat bien intéressant organisé par l'AFC du Val de Marne, concernant la position des candidats sur les sujets de la famille, et des sujets délicats comme IVG et fin de vie.
Débat qui s est passé dans une grande courtoisie malgré les différences radicales d'opinion.

Je pense que c'est important mais qu' il y a d'autres sujets tout aussi essentiels, économiques, internationaux etc...
Nous méritons ces types de débats qui aille plus loin et qui permette à chacun de se décider sur des bases rationnelles ( vœu pieux mais que je souhaite profondément)

Astya
Censor
Censor
Messages : 70
Inscription : lun. 04 juil. 2016, 16:07
Conviction : baptisée catholique assurément déiste

Re: Emmanuel Macon.... sous le regard d'Hannah Arendt

Message non lupar Astya » Aujourd’hui, 12:47

Le pire dans l'histoire, c'est que F.Fillon ne semble pas comprendre ce qui choque !
Voilà, c'est ça qui me choque : M. Fillon et ses partisans font "comme si" ce n'était pas grave.
Où est la morale là dedans ? Est-c que c'est ça la position catholique : les délits des catholiques ne sont pas des délits (travail fictif et détournement de fonds = délits) , et les défauts de déclaration des non catholiques (ce n'est pas un délit, ce n'est pas une fraude le redressement de M. Macron, c'est un redressement de la valeur déclarée d'un bien immobilier) c'est un signe de totalitarisme ?
La charité chrétienne : pourquoi ne pas l'appliquer à tous les candidats ?

Autre chose qui me choque : vitupérer contre les banquiers ! Mais vous avez tous un compte en banque ! Les banquiers sont utiles : leur travail est de faire fructifier les économies des épargnants, en prêtant aux secteurs actifs de l'économie. C'est un travail aussi utile et honorable que prof, flic ou plombier. Certains font mal leur travail ? Comme aussi certains prof, flic, ...

Cinci, vous m'avez choquée en attaquant ceux qui recherche l'efficacité : ce n'est pas parce que les nazis recherchaient l'efficacité que celle ci pourrait être mauvaise ! Pour moi, la recherche de l'efficacité dans son travail est une valeur chrétienne : et la recherche de l'efficacité n'a rien à voir avec la pressurisation des travailleurs (celle ci étant plutôt anti efficace).

PierreSuzanne, vous affirmez que seul les programmes économiques de Fillon et Macron tiennent la route : ceci est votre opinion, le programme protectionniste élaboré par M. Philipo et porté par Mme Lepen n'est pas stupide : le protectionnisme peut être envisagé comme une option valable dans un pays en voie de désindustrialisation. Par contre le néo Tatchérisme porté par M. Fillon peut être considéré comme non seulement ultra libéral mais aussi contra cyclique dans notre économie actuelle faible.
Les considérations de M. Macron sur la régulation du système bancaire et sa réorientation vers l'industrie sont très intéressantes (mais très techniques, donc peu médiatisées).
https://investir.lesechos.fr/traders/fo ... 649171.php

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 5992
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Emmanuel Macron.... sous le regard d'Hannah Arendt

Message non lupar Cinci » Aujourd’hui, 16:32

Astya :
Cinci, vous m'avez choquée en attaquant ceux qui recherche l'efficacité : ce n'est pas parce que les nazis recherchaient l'efficacité que celle ci pourrait être mauvaise ! Pour moi, la recherche de l'efficacité dans son travail est une valeur chrétienne : et la recherche de l'efficacité n'a rien à voir avec la pressurisation des travailleurs (celle ci étant plutôt anti efficace).
... l'efficacité comme valeur et pour s'en faire une idole. Accroître la production de l'usine grâce à un nouveau procédé même si ça peut signifier l'empoisonnement de toute la ville ou la réduction par moitié du nombre des employés salariés, etc.

L'efficacité comme on le concevait dans la Russie soviétique de Staline. La construction en un temps record du nouveau barrage hydroélectrique géant même s'il faut sacrifier vingt mille ouvriers qui se seront tués à la tâche. Je pensais à une gouvernance qui veut planifier tranquillement ses opérations et sans plus devoir s'embarrasser d'une opposition politique, des syndicats gêneurs, du comité de santé et de sécurité au travail. Le seul facteur : qu'est-ce qui coûte le moins à la compagnie? Ce qui rapporte le plus? le plus rapidement?

Le genre d'évolution de la société qui aura pu faire tiquer un Bernanos à son époque.

La création d'un monde un peu froid, déshumanisé-déshumanisant. L'efficacité comme dans le film Les temps modernes de Chaplin cf l'ouvrier surveillé par Big Brother jusque dans le cabinet de toilette, la machine permettant de se nourrir le midi tout en poursuivant le travail. Les rêves de planificateurs totalitaires qui assurent peut-être leur confort à eux mais au détriment de celui de millions.

Du temps de Vichy, le Maréchal aurait été aussi un adepte de l'efficacité politique (pas d'opposition, pas de syndicats gêneurs, pas de perte de temps en débats inutiles, etc.) Et donc ... donc moins de démocratie.


Revenir vers « L'actualité décryptée »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités