Médias vs U.E.

« Voici maintenant que ce monde est jugé ! » (Jn 12.31)
Règles du forum
Forum de discussions entre personnes de bonne volonté autour des questions d'actualité.
Wazabi
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 528
Inscription : lun. 29 sept. 2014, 12:12

Médias vs U.E.

Message non lupar Wazabi » ven. 25 nov. 2016, 18:17

La résolution du Parlement européen préconisant la mise en place de mesures pour «contrer la propagande russe» vise à restreindre la liberté des médias sur l'ensemble du continent, estime le rédacteur en chef du service politique de Valeurs Actuelles Raphaël Stainville.

En savoir plus: https://fr.sputniknews.com/internationa ... es-europe/

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8199
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Médias vs U.E.

Message non lupar Cinci » sam. 26 nov. 2016, 20:51

Oui? ... Eh bien, Adrien Arcand, le führer canadien, le disait déjà dans les années 1930. La presse libre était un mythe, etc. Il était lui-même un journaliste, un homme qui aura travaillé pratiquement toute sa vie dans le milieu. Chez lui, l'idée c'est que le patron du journal a le droit de voir exprimer dans son journal les idées qui sont les siennes, sa vision du monde, sa compréhension des choses. Le patron choisit ses hommes pour occuper les postes qui lui conviennent.

Maintenant, ce genre de fonctionnement ne serait pas si mal dans la mesure où des journaux compétiteurs peuvent subsister. C'est là que le problème se pose.

Dans une économie libérale où théoriquement tout le monde a tous les droits, le problème apparaît la journée où le Capital commence à tout concentrer, à la fois en terme de fusion-acquisition-contrôle et en terme de discrédit jeté sur toute forme de pensée contraire à celle privilégiée par les détenteurs de richesses. C'est l'histoire du contrôle économique d'abord, pour ensuite contrôler les médias, et où le contrôle sur l'économie et sur les médias assure le contrôle politique, le pouvoir politique, dans un pays, un contrôle indiscutable, inébranlable, impossible à contester réellement, impossible à contrecarrer.

La dépendance

La réalité c'est que les gros joueurs sont solidaires entre eux, les grands capitalistes, ceux qui profitent à plein du mondialisme (comme leurs ancêtres qui profitaient à plein de la colonisation ) tiennent à tout prix à défendre un système qui leur profite à eux. Et à partir du moment où les politiciens dépendent eux-mêmes de sources de financement, de diverses facilités fort utiles pour réussir à se faire élire, un besoin de se faire inviter dans les médias, un besoin d'y bénéficier d'une bonne couverture, pour disposer ensuite de la complicité des milieux d'affaires, de ceux qui peuvent manipuler de fortes sommes.

On peut comprendre facilement qu'il prend un concours de circonstance bien particulier pour qu'une dynamique "naturelle" de dépendance de ce genre soit court-circuitée, pour en arriver à favoriser Dupond-Lajoie plutôt, le petit citoyen modeste. Il prend un super drame, une guerre épouvantable ... et encore! ... c'est rien de sûr ...

Pour en revenir à l'édition d'un journal en guise d'exemple

Pour survivre, le journal a besoin de commanditaires, d'annonceurs, parce qu'il coûte des sous pour produire un papier. Ce n'est pas gratuit. Le journal ne survivra pas s'il tient un discours politique qui déplaît à ses bailleurs de fonds, à ses annonceurs potentiels. A une époque ancienne, c'est l'Église catholique qui aura pu jouer ce rôle de gendarme, de filtre, de flic de la pensée, ayant pouvoir d'un mot d'y faire cesser les appuis en faveur de tel organe de propagande suspecte. Un mot de l'évêque ... et fini le journal ... adieu le support des notables, des bourgeois argentés, du maire ou de son réseau d'affaire.

Maintenant, au lieu de l'évêque, ce sera le mot du porte-parole de la chambre de commerce relayé par le député en Chambre, par le premier ministre ... et alors des idées seront nauséabondes, dangereuses, contraires au bien, nuisibles pour l'humanité ... etc. C'est le discours aussi que pouvait tenir un évêque de Rome en l'an 1234.

L'exercice prépondérant d'un certain discours économique profitable à certains ne fait que refléter l'articulation du pouvoir dans nos sociétés. Et puis c'est tout. Mais c'est ce qui donne en même temps une apparence de pensée unique. Il est vrai qu'il existe une pensée unique, mais chez nos décideurs engagés uniquement, comme hier chez les évêques intéressés à promouvoir une seule forme de pensée.

La diversité ou une certaine forme de civilisation?

Sarko, Hollande, Merkel, Obama, Trudeau, Juppé ... Clinton ... = pensée unique = pouvoir de Total, Gas de France, TransCanada pipeline, General Electric, Ford company, General Food, Wal-Mart, Benetton, Sony music = croissance, développement, extension des marchés, hausser la participation d'un plus grand nombre à la consommation générale, élimination de barrières non-économiques, des freins ésotériques, mystiques, nationaux ...

Pour cette pensée globaliste et totalitaire ... pour cette pensée, non pas la mienne ...

La Russie = obstacle, frein, limite, mur, résistance irrationnelle, perte de marchés, discours confusionniste pour les consommateurs-citoyens, promotion d'idées anciennes et peu comptabilisable ... patrie, religion nationale ... défense de l'intérêt national ... Houlà, là! Les Russes sont des corrupteurs. Une vraie épine dans le pied.

Les patrons aimeraient ne rencontrer que leur pensée bien comprise dans leurs médias. Un problème éternel. On veut bien jouer le jeu de la diversité mais jusqu'à un certain point seulement.
Mon Dieu, je crois, j'adore, j'espère et je vous aime.
Je vous demande pardon pour ceux qui ne croient pas,
qui n'espèrent pas et ne vous aiment pas.


Revenir vers « L'actualité décryptée »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités