Les théories du complot et la jeunesse

« Voici maintenant que ce monde est jugé ! » (Jn 12.31)
Règles du forum
Forum de discussions entre personnes de bonne volonté autour des questions d'actualité.
Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10273
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Les théories du complot et la jeunesse

Message non lu par Cinci » jeu. 12 juin 2014, 18:42

Mama mia ! Je dirai pareillement : que voilà un exposé d'Alain de Benoist qui fait bien du sens ! Il va sans dire : nous saurons tous apprécier par-ici les coups de main utiles sans faire de discrimination.

:)

Avatar de l’utilisateur
Zarus
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 547
Inscription : ven. 23 août 2013, 13:19

Re: Les théories du complot et la jeunesse

Message non lu par Zarus » sam. 21 juin 2014, 20:01

C'est bien de parler des franc-maçons mais où se situent les Reptiliens dans la lutte musulmano-sionniste-atheiste contre l’Église du Vrai Roi ? ;)

Tout n'est-il pas finalement qu'une lutte pour contrôler le Ka-Soleil latent dans chaque humain ?
"With my eternal life, I will see the world through to its end. Until everyone who won't like me is gone."
— Porky Minch

"Can you face your fears ?"
— Hanako

I speak from the noise
Souls and shapes, forever twisted
the lost voices of the damned
lure the bringer of despair

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10273
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Les théories du complot et la jeunesse

Message non lu par Cinci » sam. 21 juin 2014, 22:37

Vu :

«... en ce sens, ajoute Xavier Rihoit, et c'est un autre paradoxe, les conspirationnistes, malgré leur traditionnalisme déclaré, n'en font pas moins preuve d'une mentalité typiquement moderne : à l'instar des grandes idéologies, ils pensent que la réalité historique est intégralement déchiffrable et excluent ce dont la raison ne veut pas entendre parler : l'aléas, l'accident, l'exception, le hasard.»

Cf. Document, p.4

http://www.alaindebenoist.com/pdf/psych ... nnisme.pdf



Une mentalité typiquement moderne ? Alors, le commentaire ci-dessus me fait songer à l'épisode fameux de la «chasse aux sorcières» en Europe, puis dans les colonies anglaises d'Amérique du nord également, au tournant des XVIe et XVIIe siècle.

Parce que, au fond, il s'agissait bel et bien d'une tentative d'explication rationnelle des malheurs du temps (météo calamiteuse, perte dramatique de récolte, déclaration d'une épidémie incroyable, baisse de la moralité publique, etc.) par le biais du grand complot satanique et, là aussi, comme ourdi dans l'obscurité et dont des sorcières «sous influence» auraient dû s'être constituées comme autant d'agents actifs de propagation.

Une explication «spontannée» qui pouvait être facile à recevoir à l'époque. Montaigne aurait déjà rapporté comment, dans le bon peuple autour de lui, mais il était hors de question de supposer que le grand Satan n'organiserait pas quelque sale tour en s'associant quelques sorcières dans la machination.

Il y aurait possiblement comme un petit air de parenté entre la chasse aux juifs ou la chasse aux sorcières.

[...]

Quoi qu'il en soit, il y a un monsieur du nom de Norman Cohn (j'en profite pour le signaler au passage) qui se serait également attaché à étudier le domaine du ''complotisme''. C'est à dire qu'il se serait attelé, il y a quelques années, à nous démonter le coup du complot juif mondial, étudiant l'origine du fameux Protocole des sages de Sion, entre autres. Mais ce qui constituerait, en prime, tel un véritable bonus pour les catholiques en général, il en aurait profité, également, pour déconstruire, pièce par pièce, l'autre canular gigantissime, toujours bien vivace, toujours aussi brûlant sur l'Internet : l'idée colportée à l'effet que ce serait les inquisiteurs de l'Église catholique romaine qui auraient été les responsables de la chasse aux sorcières, les opérateurs malades d'une sorte d'extermination organisée de pauvres femmes déviantes, etc.

Son ouvrage :

Norman Cohn, Démonolâtrie et sorcellerie au Moyen Âge : fantasmes et réalités, traduction de Sylvie Laroche et Maurice Angeno, Paris, Payot, « Bibliothèque historique », 1982

http://fr.wikipedia.org/wiki/Norman_Cohn

LaurentVan
Quæstor
Quæstor
Messages : 200
Inscription : jeu. 09 mai 2013, 5:04
Conviction : Ecclesia Catholica Romana

Re: Les théories du complot et la jeunesse

Message non lu par LaurentVan » mar. 24 juin 2014, 10:51

Les théories du complot et la jeunesse suite ici :

Les jeunes ont compris que le programme d'éducation validé par le pouvoir étatique peut être mis en défaut par la bibliothèque de la démocratie internet. Cependant la manière dont ils abordent l'information et leurs manquent de méthodes scientifiques pour développer un concept valide ou une idée pose problème. L'ère ou les individus recevaient une éducation à travers quelques livres accréditer par une élite se termine. Désormais, tout peut être remis en cause et pour défendre une idée il va falloir être en mesure de la formuler de manière cohérente et argumentée en mesure d'être vérifiable dans le temps. Le nouveau défis de l'éducation national sera de donner des outils et méthodes d'analyse aux jeunes ainsi que de les assister dans le développement de leur idées.

Bien sure, d'un autre côté, il serait aussi possible que le système voit cela comme une menace et décide de réguler, contrôler internet pour que ne transparaisse que ce qu'il considère comme juste (Wikipedia, 中国的防火长城, censure de site web, de tweet,etc.), il peut aussi ne pas intervenir et laisser l’individu se perdre dans le chaos des ovnis, reptiliens, etc. , ou pourquoi pas conserver une apparence democratique, en mettant d'un côté ce que le système pense être juste et mettre le reste avec les reptiliens,..."Ordo ab Chao" ;)

L'article ci-dessous souligne une prise de conscience du système:

Les jeunes, l’information et Internet : un défi pour les enseignants
Trouver de l’information à l’ère d’Internet, quoi de plus facile ! oui, mais celle-ci est-elle valide ? D’où vient-elle ? Qui l’a produite ? Quand ? Comment ? Quelle est sa cible véritable ?
Constat : ces questions, les élèves, sauf apprentissage, ne se les posent pas.
Les jeunes, l’information et Internet : un défi pour les enseignants
Trouver de l’information à l’ère d’Internet, quoi de plus facile ! oui, mais celle-ci est-elle valide ? D’où vient-elle ? Qui l’a produite ? Quand ? Comment ? Quelle est sa cible véritable ?
Constat : ces questions, les élèves, sauf apprentissage, ne se les posent pas.


Sur Internet savoir chercher et valider ce que l’on trouve est essentiel.

« Les ados gobent l’info sur le web trop facilement » titrait en septembre 2011, le site québécois Canoë qui s’intéressait à une étude de Demos (organisation britannique spécialisée dans les études publiques) qui conclut que, pour les jeunes, la frontière entre fiction et réalité est bien floue. Ce document, qui repose sur l’analyse de 17 études réalisées entre 2005 et 2010 auprès de 500 enseignants du Royaume uni, indique qu’un quart des jeunes de 12 à 18 ans ne font aucune vérification sur les informations qu’ils ont obtenues sur Internet. Moins de 10 % d’entre eux se posent la question de l’origine du site. De plus, si le design leur plaît, les informations sont de qualité ! Les jeunes qui, selon l’étude Fréquence écoles, publiée en 2010, avaient, pour 74,4 % d’entre eux, recours à Internet pour leur travail scolaire — chiffre qui a certainement dû augmenter depuis — sont donc vulnérables « à la désinformation et aux théories du complot ».
Google plus « copier-coller »

Dans la revue en ligne « Regard sur le numérique » le maître de conférence Jean-Noël Lafargue s’interroge même sur le fait de savoir s’il ne faudrait pas nommer ces jeunes des « digital naïves » plutôt que des « digital natives ».
De nombreux enseignants ou documentalistes le déplorent ; pour leurs recherches, les élèves posent la question sur Google, leur porte d’entrée sur le Web et « copient-collent » ce qui leur convient. Une démarche qui pose problème dans son ensemble.
Plus encore, il est parfois même difficile de faire admettre à un élève qu’il a tort en cas d’erreur manifeste. L’auteur de « Googlelisation et sens critique » (1) cite l’exemple d’un jeune pour qui Jacques Cartier était parti vers l’Amérique pour écouler la production de montres de l’usine paternelle pour mettre en évidence l’absence totale d’analyse et de critique vis-à-vis d’une information.

Devant des réponses quasiment instantanées, quel besoin y a-t-il de mémoriser, d’apprendre ? Dans « Qu’est-ce qui ne va pas dans le fait que Google donne instantanément la réponse à ma question ? », paru sur Educavox, le professeur-documentaliste Jean-Paul Jacquel incite des enseignants à poser des questions complexes. Il s’agit pour lui de : « Stimuler l’intelligence et la réflexion, nourrir et encourager la curiosité, mettre en place les conditions d’un apprentissage autonome qui devra durer une vie entière en s’adaptant aux mutations des technologies du savoir ? »
Dans une enquête réalisée en ligne par le site de L’étudiant en 2010, Carole Jaillet, professeure-documentaliste, estime que l’élève cherche l’info, en trouve, mais ne la lit pas.

Jackie Pouzin, professeur d’histoire géographie abonde dans ce sens («Des élèves de plus en plus connectés»paru dans La Croix, (septembre 2011) : « Aujourd’hui, ils sont beaucoup plus autonomes dans leur recherche documentaire. Celle-ci est même devenue une sorte de jeu pour certains qui se contentent de trouver l’information sans prendre le temps de la lire ». Et il conseille à ses collègues de demander aux élèves de « répondre précisément sur les recherches effectuées, en citant ses sources ».

Relever le défi de la formation

Dans « La formation à l’attention des jeunes générations» paru sur son site guide des égarés, Olivier Le Deuff (2) ( maître de conférences à l’Université de Bordeaux 3, à l’iut GIDO et au laboratoire MICA) s’intéresse met en relation cette non-lecture de l’information trouvée avec la pratique du zapping et le manque de concentration. Il souligne :« C’est justement cette incapacité à se concentrer sur un objet, à se poser pour lire qui fait des nouvelles générations, des générations négligentes. »
Dans un second texte qui prolonge le premier, il s’intéresse de plus près à ce phénomène et classe les négligences en trois catégories :

- « la Non-lecture d’informations et de consignes collectives ;
- les lectures limitées ;
- le refus de l’effort et le manque de méthodologie ».
Négligences dont les incidences vont bien au-delà des lieux de formation :
- « méconnaissance d’un sujet (Inconscience du besoin d’information) ;
- confiance accordée à l’ensemble des documents ou au contraire doute sur l’ensemble des documents du fait d’une faible capacité d’évaluation de l’information ;
- propagation de rumeurs sans vérification des sources ;
- croyance en des théories ‘miracles’ qui veulent tout expliquer. (théories du complot) ;
- méfiance vis-à-vis de l’institution qui est perçue comme un lieu de surveillance et qui possède des informations qu’elle ne dévoile pas au grand public. »

Les enseignants ont donc un combat à mener et on se situe en plein cœur de l’éducation aux médias : apprendre aux jeunes à avoir un sens critique face à ce qu’ils trouvent sur Internet ; leur faire prendre conscience qu’il faut savoir trier les données trouvées. Et les récentes évolutions du moteur de recherche phare, Google, qui personnalise les résultats depuis 2009 (stockage des historiques des internautes) et vient d’y inclure ceux issus de votre réseau social (3) le rendent encore plus indispensables.

Ils ont aussi à relever un triple défi :
- redonner de la curiosité, l’envie de chercher plus loin ;
- mettre en évidence et faire acquérir les fondamentaux de l’esprit critique : recouper les informations, chercher, repérer les éventuelles contradictions ;
- faire comprendre que bien surfer, savoir trouver des informations n’est pas inné et doit s’apprendre.

http://pressealecole.fr/2012/01/les-jeu ... seignants/
« Nous ne sommes pas des êtres humains ayant une expérience spirituelle. Nous sommes des êtres spirituels ayant une expérience humaine. »

Pierre Teilhard de Chardin (1881-1955)

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités