Un fil pour les bonnes nouvelles !!!

« Voici maintenant que ce monde est jugé ! » (Jn 12.31)
Règles du forum
Forum de discussions entre personnes de bonne volonté autour des questions d'actualité.
etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12957
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Bienheureux couple d'ennemis durant 14-18

Message non lupar etienne lorant » jeu. 25 janv. 2018, 22:59

Le 3 avril 2014, nous avons eu la joie de recevoir à Genève l’Archiduc Christian de Habsbourg-Lorraine, venu nous présenter son grand-père, le Bienheureux empereur et roi Charles d’Autriche-Hongrie. Cette conférence passionnante nous a permis de comprendre comment sa vie, ses vertus et celles de son épouse la Servante de Dieu Zita, pouvaient être un modèle à suivre pour chacun d’entre nous. Puis la réflexion s’est étendue à la mise en œuvre d’un tel exemple dans vie politique actuelle. Nous vous présentons ici un résumé.


Charles d’Autriche est le seul chef d’État européen laïc du XXème siècle à avoir été déclaré bienheureux par l’Église. Son procès de canonisation est en cours. Comme le procès de béatification de son épouse Zita a aussi débuté, Charles et Zita pourraient donc devenir un des rares couples mariés à être tous les deux béatifiés voire peut-être canonisés. Souvent un chrétien pense que la vie d'un saint est hors d'atteinte pour lui, inaccessible. Or, Charles et sa femme Zita sont des exemples à suivre pour tout le monde, pour toutes les époques.

La béatification de Charles d’Autriche, en 2004, est la dernière effectuée par Jean-Paul II. Lors du discours de béatification, le rôle de chef d’État de Charles n’a été abordé qu’à la fin, alors même qu’il a été le dernier Empereur d’Autriche, le dernier Roi apostolique de Hongrie et le dernier Roi de Bohême, le tout en prenant ses fonctions dans les conditions exceptionnellement difficiles de la Première Guerre Mondiale. Avant de l’évoquer, l'Église a voulu mettre en avant son rôle de mari, de père de famille dévoué, d’artisan de paix entre les peuples mais aussi entre les personnes ; un exemple pour les dirigeants chrétiens ainsi que sa foi profonde et son courage personnel, physique, militaire, politique.

Père de famille dévoué, mari fidèle et aimant

L'Empereur Charles est né au Château de Persenbeug, en 1887. Quand il a huit ans, une religieuse Ursuline de Hongrie, Sœur Vincenzia, qui porte les stigmates, prédit étrangement que le jeune Charles "va devenir empereur, qu'il souffrira beaucoup et sera la cible du mal". Il n’est alors qu’un héritier assez lointain du trône. L’enfance du futur empereur s’est déroulée d’une manière aussi normale que possible.

À quatre ou cinq ans, il demande à ses parents de pouvoir effectuer des petits travaux pour gagner quelques sous qu'il donne alors aux pauvres rencontrés lors de ses promenades.

Éduqué d’abord par des tuteurs privés, il se rend ensuite dans un collège à Vienne. Les professeurs disent de lui que c’est un garçon intelligent, appliqué et qui se donne du mal. À seize ans, comme le veut la coutume, il effectue son service militaire. Après quelque temps de formation, il est envoyé en garnison en différents lieux de l'Empire. Ces séjours et ces voyages lui permettent d’avoir une bonne compréhension de la taille et des diversités de l’Empire austro-hongrois. Les nombreuses cultures, religions et langues (dix-neuf dans l’Empire) font de cet Empire une Union européenne avant l’heure.

Après les fiançailles de Charles avec la princesse Zita de Bourbon-Parme, celle-ci part à Rome avec ses parents où ils sont reçus par le Pape (le futur Saint Pie X). De manière inattendue, celui-ci déclare que Charles "sera empereur car il est le cadeau fait par Dieu à ses peuples en remerciement de tout le bien que les Habsbourg ont fait à l’Église pendant des siècles." Zita dira plus tard à ses enfants qu’à ce moment précis, elle avait failli contredire le Pape, Charles n’étant que second dans la ligne de succession. Mais trois ans plus tard, l’héritier direct de l’Empire Austro-Hongrois, l' Archiduc François-Ferdinand, est assassiné à Sarajevo. Charles devient empereur à 27 ans au milieu des horreurs de la première guerre mondiale.

Lors de ses fiançailles, Charles dit à Zita : "Maintenant nous devons nous aider l'un l'autre à aller au ciel." Nous y sommes tous appelés. En 1916 a lieu le couronnement de Charles à Budapest. Il sera oint avec le Saint Chrême. Zita dira du couronnement que c’était donc presque comme un sacrement, que leur tâche était quasi sacrée et qu'ils s'y consacraient corps et âme. Ils seront très heureux et auront huit enfants. Leur foi augmente tous les jours, suivant l’image d’un triangle, ayant pour base l’épouse et le mari, qui se rapprochent l'un de l'autre au fur et à mesure qu'ils se rapprochent du sommet qui est Dieu.

Chef d’État courageux

Charles explique dans sa première déclaration officielle que sa priorité absolue est d’obtenir la paix, ce qui ne plaît pas trop à son allié, l'Allemagne.

Les soldats austro-hongrois baptisent leur nouvel empereur "Charles le soudain", à force de le voir apparaître brusquement à l’improviste sur le front, même au milieu des batailles, en visite de soutien et de contrôle. Charles refuse de condamner les déserteurs, il octroie des amnisties contre l’avis des tribunaux militaires. Il s’oppose formellement à ce que des sous-marins attaquent des bateaux civils. Charles interdit aussi les bombardements de ville et les attaques au gaz. Ces interdictions sont-elles signes de faiblesse comme il a été dit à l’époque ? Au contraire, elles sont fondées sur la défense de la dignité de l’homme et de la vie humaine. Sur un autre plan mais nourri de la même volonté de placer l’homme au centre de tout, Charles tente d’instaurer le suffrage universel en Hongrie, mais sa tentative avorte à cause de l’opposition de son propre gouvernement. Il crée le premier ministère des affaires sociales au monde. Charles fait promulguer des lois protectrices des femmes et des enfants, des lois améliorant l’éducation scolaire. Pendant les deux années passées au pouvoir, il a en fait essayé d'appliquer la doctrine sociale de l’Église, lancée en 1891 par l'encyclique Rerum Novarum du Pape Léon XIII. Cette doctrine contient une grande sagesse dont il faudrait s'inspirer encore bien plus de nos jours.

Dès son accession au trône, Charles entame des négociations de paix, intenses et risquées, avec la France et la Grande Bretagne. Ces négociations doivent demeurer secrètes, car l’Empereur risque une annexion par l'Allemagne, si celle-ci devait en avoir connaissance. Charles estime que l’Alsace-Lorraine doit retourner à la France et que la neutralité de la Belgique doit être restaurée.

Zita n’a pas été en reste dans ce souci permanent de paix et de préservation de vies humaines. Elle apprend par les services de renseignement austro-hongrois qu'il existe le plan, au sein d'une partie de l'État-major allemand, de porter un coup fatal au moral de l'armée belge qui résiste sur l’Yser, en tâchant d'éliminer la famille royale de Belgique ou encore de raser la cathédrale de Reims pour refroidir les ardeurs de la population française. Elle décide alors de contribuer à faire annuler ces plans. Pendant un dîner avec l’Empereur Guillaume II, avec habileté et forte du soutien de son mari, elle évoque le sujet publiquement, ce qui met l’Empereur Guillaume II dans la confusion et les plans seront abandonnés.

Autant les pourparlers de Charles avec le Président du Conseil français Aristide Briand avançaient bien, autant ceux avec Clemenceau, nouveau Président du Conseil, capotent très rapidement : ce dernier les a laissés être divulgués. Il n'a pas de sympathie pour l'Autriche-Hongrie ni pour sa dynastie catholique. Charles se retrouve alors dans une situation très difficile vis-à-vis de son allié allemand. Comme l’a dit Anatole France, Charles d’Autriche s’est sans doute révélé être le seul homme de valeur à accéder au pouvoir pendant la guerre, qui désirait vraiment la paix.

Très chrétien

Charles et Zita ont toujours eu une foi et une pratique exemplaires. Depuis tout petit il assiste à la messe quotidienne et ne cesse de le faire même quand ses fonctions l’accaparent. Il lui est arrivé d’arrêter son train en pleine campagne pour faire célébrer la messe. Le soir de son couronnement à Budapest en 1916, il annule le gala car au même moment, ses soldats n’ont pas assez à manger sur le front. À Vienne, il fait distribuer de la nourriture et du charbon aux plus pauvres et supervise l'organisation de cantines populaires.

Charles a toujours refusé d’abdiquer. Réfugié en Suisse près du Lac Léman, il est appelé par le General Lehar à revenir en Hongrie où il est toujours le roi légitime. Deux tentatives successives échouent en février et octobre 1921, car il est trahi par son homme de confiance, l'Amiral Horty.

Le couple est arrêté, et exilé sur l'île de Madère, sans leurs enfants en bas-âge. Pendant quelques mois, ils vivent là sans argent ni nouvelles de leurs enfants. Puis la famille est enfin réunie à Madère dans une villa située sur le sommet de la montagne. Celle-ci est très humide car dans les nuages plusieurs mois par an. La population de l’île se montre très accueillante, mais le froid et la faim tenaillent la famille. En exil, l’ancien roi et empereur se voit proposer un retour au pouvoir par la franc-maçonnerie, en échange d’un engagement à appliquer par la suite un programme politique comprenant l’instauration du divorce ou la diminution du rôle de l’Église dans la société. Il refuse net.

Sa mort aussi est exemplaire. En priant, il comprend un jour que Dieu l’appelle à un sacrifice plus grand, celui de sa vie. Peu de temps après, lors d’une promenade dans les montagnes de Madère avec ses enfants, l’un d’eux a froid, il lui donne sa veste et le prend sur ses épaules. L'Empereur transpire et attrape froid. La grippe se transforme rapidement en pleurésie puis en pneumonie. Certains pays empêchent des médecins du continent de venir en aide à leur confrère présent sur l’île pour soigner Charles. Ce dernier, même dans son délire à l’article de la mort, s'inquiète encore pour des réfugiés, pense à des personnes en difficultés, à des amis. Le Saint Sacrement est exposé dans la chambre. Le dernier jour, Charles demande pourquoi les pays européens ne le laissent pas rentrer chez lui. Avant de dire à Zita une dernière fois combien il l’aime, et à Jésus « que Ta volonté soit faite ». Charles meurt le 1er avril 1922, à trente-quatre ans. Il n’a jamais connu son huitième enfant. Son cercueil est déposé dans une petite église proche de leur villa sur l’île de Madère. Il y est encore.



Texte complet sous le lien :

http://terredecompassion.com/2014/05/20 ... emme-zita/
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12957
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Nouveau miracle reconnu à Lourdes

Message non lupar etienne lorant » lun. 12 févr. 2018, 22:46

L’Eglise reconnaît un nouveau miracle survenu à Lourdes
La guérison de Sœur Bernadette Moriau, en 2008, est « inexpliquée, dans l’état actuel des connaissances scientifiques », selon le Comité médical international de Lourdes.


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/religions/article ... 8ficSxf.99
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12957
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Monsanto dénoncé par les victimes

Message non lupar etienne lorant » mar. 24 juil. 2018, 12:05

Depuis plusieurs semaines se tient le premier procès contre Monsanto aux Etats-Unis.

Ce lundi 23 juillet, l'homme par qui l'affaire est arrivée a témoigné pour la première fois devant le tribunal de San Francisco. Dewayne Johnson, 46 ans, en phase terminale d'un cancer accuse le célèbre herbicide d'être responsable de sa maladie dont il a décrit les souffrances à l'audience. Il accuse aussi Monsanto, son producteur d'en avoir toujours dissimulé les risques. Ses avocats comptent demander plusieurs millions de dollars de dommages et intérêts au géant agrochimique américain.

Pour la première fois depuis le début du procès, le jardinier -en phase terminale- a pris la parole contre le géant Monsanto. « Je n'aurais jamais répandu du Roundup, dit-il, si j'avais su que ce produit était dangereux », rapporte notre correspondant à San Francisco, Eric de Salve. Il accuse la firme agrochimique de dissimiler sciemment les risques de son désherbant et du glyphosate qu'il contient. Un élément chimique considéré comme cancérogène par l'Etat de Californie mais pas par les autorités fédérales américaines.

Pour l'entreprise, le glyphosate ne représente aucun danger, il n'y a donc aucune raison d'alerter. Mais pour l'accusation, Monsanto va à l'encontre de la science et harcèle même les chercheurs qui ne vont pas dans son sens. Pendant deux ans le plaignant a manipulé du Roundup pour désherber les jardins des écoles d'une petite ville de la banlieue nord de San Francisco.

D'autres malades en attente de procès

« Malgré les protections j'en recevais sur le visage, explique t-il au tribunal, c'était inévitable ». Diagnostiqué en 2014 d'un lymphome non hodgkinien, ce père de trois enfants est apparu le visage marqué par des lésions cancéreuses cutanées. Le procès a d'ailleurs été avancé car ses médecins ne lui donnent que quelques mois à vivre. Il existe en Californie des procédures judiciaires accélérées dont peuvent bénéficier les personnes mourantes.« Je souffre beaucoup, dit- il à l'audience, et je sais que je vais aller de plus en plus mal ».

Interrogé par la défense, il a tout de même dû concéder que les preuves scientifiques sont minces. Mais Dewayne Johnson compte demander des millions de dollars de dommages et intérêts. Et s'il l'emporte des milliers d'autres malades pourront comme lui faire condamner Monsanto. Quelque 4.000 plaignants poursuivent actuellement Monsanto pour les mêmes raisons aux Etats-Unis.


http://www.rfi.fr/ameriques/20180724-pr ... ignage[url][/url]
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12957
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Miracle ? Oui !

Message non lupar etienne lorant » mer. 08 août 2018, 12:26

«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12957
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Second miracle semblable !

Message non lupar etienne lorant » mer. 08 août 2018, 12:45

«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12957
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

L'avion civil - Panne au décollage - sauvetage sur l'Hudson

Message non lupar etienne lorant » mer. 15 août 2018, 20:23

«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Bassmeg
Ædilis
Ædilis
Messages : 33
Inscription : mer. 12 sept. 2018, 22:53
Conviction : Catholique new wave

Re: Un fil pour les bonnes nouvelles !!!

Message non lupar Bassmeg » Hier, 22:49

Bonne Nouvelle,
Barbarin va bientot etre jugé.

On va enfin savoir si il sera mis hors d état de nuire apres avoir été complice de crimes pedophiles,
ce qui rassurerait les victimes dont je suis et surtout, rassurerait le reste de la population francaise catho ou pas,

ou bien
si il est innocent et libre de reprendre ces activités pastorales,
ce qui impliquerait qu il n etait en fait au courant de rien.

Dieu merci, les faits seront jugés d ici peu. Et dans un cas comme dans l autre, ce sera une bonne nouvelle.
Vivement le proces de Janvier. J aimerais tellement que cette histoire soit lavée dans l honneur et la dignité.
Esperons qu il n a rien a se reprocher.


Revenir vers « L'actualité décryptée »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités