Benoît XVI 2009

« Vous êtes le sel de la terre, vous êtes la lumière du monde. » (Mt 5.13-14)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions ecclésiales
fabien
Ædilis
Ædilis
Messages : 25
Inscription : lun. 11 mai 2009, 17:15

Re: Le pape et le mur des lamentations

Message non lu par fabien » mar. 12 mai 2009, 18:01

sur la 5 il on montre que le pape touche le mur des lamentation, la radio dit des betise ;)

Avatar de l’utilisateur
Christophe
Consul
Consul
Messages : 7910
Inscription : mer. 28 avr. 2004, 0:04
Conviction : Catholique
Localisation : Haute-Savoie

Re: Voyage de Benoît XVI en Terre Sainte

Message non lu par Christophe » mar. 12 mai 2009, 21:38

C'est du grand "nimportnawak" ! :zut:

Je sais bien que lorsque l'on veut tuer son chien, on l'accuse de la rage... mais cet acharnement médiatique à l'égard de Benoît XVI est vraiment écœurant.

En rentrant du travail, j'écoutais la radio (France Info) : "Des israéliens reprochent à Benoît XVI de ne pas s'être excusé pour la Shoah..." Non mais et puis quoi encore ? Et de quoi donc devrait-il s'excuser ? L'Église catholique serait donc responsable de la Shoah ?
:sonne:

Et pour continuer avec les médias-poubelle :
:arrow: Vatican - Les couacs de la visite de Benoît XVI en Israël
Le président de la Knesset, Reuven Rivlin, résume le sentiment général : "Je ne suis pas venu au Mémorial pour entendre un descriptif historique du pape sur les faits avérés de la Shoah, mais dans l'espoir qu'il demanderait pardon pour notre tragédie due notamment aux Allemands et à l'Église. A mon grand regret, il n'y a rien eu de tel". Beaucoup regrettent également la non-mention de l'affaire Williamson.
Si c'est pour entendre des con**ries parielles, je crois que le Pape aurait du faire l'impasse sur le déplacement au Mémorial Yad Vashem !!! C'est une bien piteuse image d'Israël qui est offerte par ce genre de propos...

Voir le discours du Saint Père :
:arrow: http://eucharistiemisericor.free.fr/ind ... 7_memorial
[...] Je suis venu pour rester en silence devant ce monument, érigé pour honorer la mémoire de millions de personnes tuées dans l’horrible tragédie de la Shoah. Elles ont perdu leurs vies mais elles ne perdront jamais leurs noms, car ils sont profondément gravés dans le cœur de ceux qui les aiment, de leurs compagnons de détention qui ont survécus et de tous ceux qui sont déterminés à ne plus jamais permettre qu’une telle atrocité déshonore à nouveau l’humanité. Plus que tout, leurs noms est à jamais inscrits dans la mémoire du Dieu Tout-puissant. [...]
Faire passer le Pape pour un nazi, antisémite, révisionniste ou négationniste... il y a vraiment de quoi donner la nausée ! Si Israël ne voulait pas de la venue du Pape, il ne fallait pas l'inviter ! Si les juifs ne veulent pas du dialogue avec les chrétiens, et bien qu'ils ne se forcent pas !

Est-ce que par hasard les israéliens reprocheraient au Pape de ne pas avoir pris parti (pour eux) dans le conflit qui les oppose aux palestiniens, et réagissent en activant le procédé de diabolisation habituel : l'accusation d'antisémitisme ? Car, comme chacun sait : Qui n'est pas avec nous est antisémite !


Christophe :bomb:
« Tout ce que vous faites au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous le faites. » (Matthieu 25, 40)

Christian
Senator
Senator
Messages : 975
Inscription : dim. 05 déc. 2004, 10:25
Localisation : Londres

Re: Voyage de Benoît XVI en Terre Sainte

Message non lu par Christian » mar. 12 mai 2009, 22:09

Bonsoir Christophe,
Qui n'est pas avec nous est antisémite !
On assiste à un retournement de la définition : autrefois le mot ‘antisémite’ désignait celui qui n’aime pas les Juifs ; aujourd’hui, l’antisémite est celui que les Juifs n’aiment pas.

Bien sûr, il reste des antisémites et ils sont haïssables. Mais le qualificatif (comme ceux de ‘fasciste’, ‘fondamentaliste’, ‘raciste’) est utilisé souvent pour son effet de sidération. Celui ainsi étiqueté n’a plus le droit à la parole. Peu importe que ce soit vrai ou pas. Il doit disparaître de la scène.

Bien à vous
Christian



Dans tout débat, les fascistes se divisent en deux : les fascistes et les antifascistes

Harald
Censor
Censor
Messages : 61
Inscription : lun. 23 févr. 2009, 22:24

Re: Voyage de Benoît XVI en Terre Sainte

Message non lu par Harald » mer. 13 mai 2009, 1:16

Pff, c'est blazant, je vais encore devoir défendre les mensonges envers le pape devant mes amis, qui vont encore finir par me croire catholique (ce qui n'est pas forcément un mal en soit, cependant c'est bien l'injustice et le mensonge qui m'empêchent de ne rien dire)

Ça devient effrayant tout ça.

Concernant Pie XII :
On apprend par ailleurs que le Jewish Chronicle vient de publier un article sur de récentes découvertes d'archive sur Pie XII, menées par la fondation Pave the Way, dont les chercheurs ont été mandatés par Yad Vashem pour étudier l'activité du Pape pendant la guerre. Gary Krupp, le président juif de ce groupe parle de l'héroisme secret de Pie XII, qui par son action a sauvé des milliers de juifs. Il appelle au rétablissement de la vérité, et déclare même :

"de ce que j'ai vu, c'est le plus grand héros de la seconde guerre mondiale, sans aucun doute".
Source : http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog ... C3%A9.html

J'avais lu sur ce forum même qu'il avait demandé d'ouvrir les couvents pour accueillir des juifs, quelqu'un aurait des sources fiables la dessus ?

Concernant JEAN XXIII, successeurs de Pie XII, qui a aussi agit pendant la guerre apparemment :
Mais si ce pape a laissé un bon souvenir en Turquie jusqu'à nos jours, c'est sans nul doute pour ses activités pendant la guerre 39-45. Il sauva des dizaines de milliers de juifs des Balkans, surtout de Grèce et de Hongrie, en délivrant des certificats de baptême et en obtenant le concours des autorités turques qui délivraient des visas d'entrée.

Il fut élu pape, à 77 ans, à la mort de Pie XII. l prit le nom de Jean XXIII.
Je ne saisi vraiment pas en quoi le pape devrait s'excuser pour la shoah; parcequ'il est allemand ?! Donc tous les allemands devraient s'excuser ? (sachant que c'est déjà un sujet délicat en Allemagne et qu'ils ne rigolent pas trop avec ça je crois) Tous les allemands sont donc nazis ?

Et si quelqu'un peut m'expliquer cette fameuse phrase "notre tragédie due notamment aux Allemands et à l'Église" là j'ai vraiment du mal...

C'est triste.

Harfang
Persona
Persona
Messages : 1427
Inscription : mar. 09 sept. 2008, 23:45

Re: Voyage de Benoît XVI en Terre Sainte

Message non lu par Harfang » mer. 13 mai 2009, 2:12

L'attitude envers le Pape me fait réellement penser aux pharisiens qui épiaient les faits et gestes de Jésus afin de trouver un motif pour le faire périr...
Quelle tristesse de voir que tous les loups sont aux aguets...



En union de prière pour notre Saint Père.
« O Crux Ave Spes Unica ! »
http://vidi-aquam.blogspot.com/

Avatar de l’utilisateur
Christophe
Consul
Consul
Messages : 7910
Inscription : mer. 28 avr. 2004, 0:04
Conviction : Catholique
Localisation : Haute-Savoie

Re: Voyage de Benoît XVI en Terre Sainte

Message non lu par Christophe » mer. 13 mai 2009, 5:30

Les officiels israëliens et juifs reprochent à Benoît XVI un discours trop ci ou pas assez ça, regrettent qu'il ait dit ceci alors qu'il aurait du dire cela, d'avoir trop appuyé sur tel point et pas assez sur tel autre, d'avoir utilisé telle expression plutôt que telle autre... Ils n'ont, semble-t-il, aucune volonté d'écouter ce que le Pape a à leur dire, mais n'entendent que ce qu'ils veulent entendre.

Finalement, il aurait été tellement plus simple qu'ils l'écrivent eux-mêmes, ce discours !!!
:zen:
« Tout ce que vous faites au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous le faites. » (Matthieu 25, 40)

Avatar de l’utilisateur
JeanValjean
Censor
Censor
Messages : 50
Inscription : dim. 26 déc. 2004, 0:53

Re: Voyage de Benoît XVI en Terre Sainte

Message non lu par JeanValjean » mer. 13 mai 2009, 8:40

Je suis écoeuré, et je crois que beaucoup de tradis le sont, par tout ce "politiquement correct" de la curie romaine, (déchaussage dans la mosquée, entrée dans la synagogue etc...), finalement elle fait ce que le monde attend d'elle, mais il y a quelque chose qui me réjouit et me redonne espoir: toutes ces simagrées ne payent pas, les attaques sont encore plus virulentes. J'espère que cette preuve par les faits en fera réfléchir plus d'un, et prouvera le bien fondé des mises en garde répétées des tradis, à défaut d'avoir été entendus...

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8191
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: Voyage de Benoît XVI en Terre Sainte

Message non lu par Raistlin » mer. 13 mai 2009, 10:00

Et que proposent donc les "tradis" ? Que Benoît XVI s'arme d'une mitraillette et aille dégommer tous les mécréants de passage ?

De fait, le monde n'est plus celui des croisades (non pas que je nie la légitimité des croisades, bien au contraire). Aujourd'hui, un autre rapport au monde, aux autres religions, aux athées est nécessaire. Benoît XVI n'édulcore pas la foi catholique en faisant cela, il ne participe pas au nivellement pas le bas que nombre de medias occidentaux opèrent afin de mettre toutes les religions sur un pied d'égalité. Seulement, il est réaliste : il sait qu'on ne peut ignorer son prochain sous le seul prétexte qu'il ne partage votre foi. Mieux que ça : on peut lui montrer du respect en reconnaissant son droit légitime de croire en ce qu'il veut, droit que même Dieu n'a pas jugé bon de nous enlever...

Vous savez, il existe un juste équilibre entre le reniement de sa propre identité pour plaire aux autres et le refus systématique du dialogue par peur et haine de l'autre. Je pense justement que Benoît XVI s'essaye à cela. Il fait ce qu'il peut pour pacifier les relations avec les autres religions, qu'on ne peut raisonnablement pas ignorer, sans pour autant cesser d'annoncer le Christ ressuscité.

Quant au déchaînement habituel des medias, je ne vois pas en quoi cela constitue une quelconque preuve. Pensez-vous réellement que les medias sont la mesure de ce qu'il faut ou ne faut pas faire ?

Fraternellement,
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8191
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: Voyage de Benoît XVI en Terre Sainte

Message non lu par Raistlin » mer. 13 mai 2009, 10:35

J'aimerais citer un passage du texte d'Ivan Rioufoul intitulé Ne pas oublier les chrétiens d'Orient :
Ivan Rioufoul a écrit :A écouter les commentaires, la venue de Benoît XVI au Moyen-Orient devrait être l'occasion pour lui de s'excuser devant les musulmans (pour son discours de Ratisbonne d'il y a trois ans) et devant les juifs (notamment pour l'affaire de l'évêque négationniste Williamson). [...]
Or, il ne vient à l'idée de personne, semble-t-il, de s'interroger sur le sort des chrétiens d'Orient, et sur leurs trop fréquentes persécutions en terres d'Islam. Ils étaient encore 20% au milieu du XX è siècle. Ils ne sont plus de 2%. Qui s'en indigne ? Quand, en Jordanie, le souverain pontife en appelle à la "liberté religieuse" - que fait respecter le roi Abdallah II dans son pays - c'est bien pour rappeler que ce droit n'est généralement pas accordé aux minorités chrétiennes, aussi bien en Algérie qu'en Irak, en Iran, en Turquie ou en Egypte, où les coptes sont actuellement la cible d'intimidations et de vexations.
Très bonne question : qui s'indigne de cette situation ?
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Avatar de l’utilisateur
coeurderoy
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 5864
Inscription : sam. 31 mai 2008, 19:02
Localisation : Entre Loire et Garonne

Re: Voyage de Benoît XVI en Terre Sainte

Message non lu par coeurderoy » mer. 13 mai 2009, 11:51

Je suis personnellement édifié par la très grande humilité et charité de notre pape : on reproche à l'Eglise de jouer les "Pères la Morale"... Lorsqu'on considère à quel point chaque fait et geste du Vicaire du Christ est scruté, disséqué, interprété, commenté par les alliés de "l'accusateur par excellence" on réalise pleinement combien le monde des ténèbres refuse la Lumière, combien tout acte de bonne volonté, bienveillance, compassion d'un chrétien (quel qu'il soit) est aussitôt sali, dénigré, moqué par les ricaneurs et les experts en bienpensance : réjouissons-nous donc de n'être pas applaudis des fils des ténèbres, à cela nous reconnaissons que nous sommes les vrais disciples de Jésus !
Béni soit son Saint Nom, maintenant et à jamais !!!
Dernière modification par coeurderoy le mer. 13 mai 2009, 12:02, modifié 1 fois.
"Le coeur qui rayonne vaut mieux que l'esprit qui brille"

Saint Bernard de Clairvaux

Virgile
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1133
Inscription : mer. 14 janv. 2009, 10:33

Re: Voyage de Benoît XVI en Terre Sainte

Message non lu par Virgile » mer. 13 mai 2009, 11:56

Christophe a écrit :Les officiels israëliens et juifs reprochent à Benoît XVI un discours trop ci ou pas assez ça, regrettent qu'il ait dit ceci alors qu'il aurait du dire cela, d'avoir trop appuyé sur tel point et pas assez sur tel autre, d'avoir utilisé telle expression plutôt que telle autre... Ils n'ont, semble-t-il, aucune volonté d'écouter ce que le Pape a à leur dire, mais n'entendent que ce qu'ils veulent entendre.
Finalement, il aurait été tellement plus simple qu'ils l'écrivent eux-mêmes, ce discours !!!
:zen:
Ce que moi j'ai entendu, c'est que le Saint-Siège soutient le droit du peuple palestinien à une patrie souveraine sur la terre de ses ancêtres, dans la sécurité et la paix avec ses voisins, à l'intérieur de frontières internationalement reconnues. Je suppose que cela ne doit pas plaire à tout le monde...

Amicalement.
Virgile.

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8191
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Homélie du Saint Père - Bethléem 2009

Message non lu par Raistlin » mer. 13 mai 2009, 12:45

Comme d'habitude, c'est de la haute voltige :
Homélie de Benoît XVI : Messe sur la place de la Mangeoire à Bethléem

C'est à 9 h ce matin qu'a commencé la célébration eucharistique présidée par le pape Benoît XVI sur la place de la Mangeoire à Bethléem, en présence de plusieurs milliers de pèlerins et des autorités palestiniennes.

Chers Frères et Sœurs dans le Christ,

Je remercie le Dieu Tout-puissant de me donner la grâce de venir à Bethléem, non seulement pour vénérer le lieu de la naissance du Christ, mais aussi pour me tenir à vos côtés, chers frères et sœurs dans la foi qui vivez dans ces Territoires Palestiniens. Je suis reconnaissant au Patriarche Fouad Twal pour les sentiments qu’il a exprimés en votre nom, et je salue avec affection mes Frères Évêques et tous les prêtres, les personnes consacrées et les fidèles qui travaillent quotidiennement pour confirmer cette Église locale dans la foi, l’espérance et la charité. D’une façon particulière, mon cœur se tourne avec affection vers les pèlerins venant de la bande Gaza déchirée par la guerre : je vous demande de rapporter à vos familles et à vos communautés l’assurance que je les garde en mon cœur, leur partageant mes sentiments de tristesse pour les pertes que vous avez dû supporter, et ma solidarité dans la prière dans l’immense tâche de reconstruction à laquelle vous devez faire face et mes prières pour que l'embargo soit bientôt levé.

« Ne craignez pas, car voici que je viens vous annoncer une grande nouvelle, une grande joie (…) Aujourd’hui vous est né un Sauveur, dans la ville de David » (Lc 2, 10-11). Le message de la venue du Christ, porté depuis les cieux par la voix des anges, continue de résonner dans cette ville, tout comme il résonne dans les familles, les maisons et les communautés à travers le monde. C’est une « bonne nouvelle », disent les anges « pour tout le peuple ». Elle proclame que le Messie, le Fils de Dieu et le Fils de David est né « pour vous » : pour vous et pour moi, pour les hommes et les femmes de tous les temps et de tous les lieux. Dans le dessein divin, Bethléem, « le plus petit des clans de Juda » (Mi 5, 1), est devenu le lieu d’une gloire ineffaçable : lieu où, à la plénitude des temps, Dieu a choisi de se faire homme, pour mettre fin au long règne du péché et de la mort, et donner une nouvelle et abondante vie à un monde devenu vieux, las et opprimé par le manque d’espérance.
Pour tous les êtres humains, Bethléem est associée à l’heureux message de renaissance, de renouveau, de lumière et de liberté. Toutefois, ici, au milieu de nous, comme cette merveilleuse promesse semble loin d’être réalisée ! Combien lointain paraît être ce Royaume dont le pouvoir est étendu, royaume de paix, de sécurité, de justice et d’intégrité que le prophète Isaïe annonçait dans la première lecture (cf. Is 9, 5-6) et que nous proclamons définitivement établi par la venue de Jésus Christ, Messie et Roi !

Depuis le jour de sa naissance, Jésus a été en fait « un signe de division » (Lc 2, 34), et il continue à l’être, même de nos jours. Le Seigneur des armées, dont les « origines remontent aux temps anciens, à l’aube des siècles » (Mi 5, 1), a souhaité inaugurer son Royaume en prenant naissance dans cette petite bourgade, entrant en notre monde dans le silence et l’humilité d’une grotte, et reposant, comme un enfant sans défense, dans une mangeoire. Ici, à Bethléem, au milieu de toutes sortes de contradictions, les pierres continuent à proclamer cette « bonne nouvelle », le message de la rédemption, que cette ville, plus que toute autre, est appelée à proclamer au monde. Car c’est ici que, d’une manière qui surpassa toute espérance et toute attente humaine, Dieu s’est montré fidèle à ses promesses. Par la naissance de son Fils, il a révélé la venue du Royaume de l’amour : un amour divin qui se penche sur nous afin de nous apporter la guérison et de nous relever ; un amour qui est manifesté dans l’humiliation et la faiblesse de la Croix, et qui cependant triomphe dans la gloire de la Résurrection pour une nouvelle vie. Le Christ a apporté un Royaume qui n’est pas de ce monde, mais c’est un Royaume capable de changer ce monde, car il a le pouvoir de changer les cœurs, d’illuminer les esprits et de fortifier les volontés. En prenant notre chair, avec toutes ses faiblesses et en la transfigurant par la puissance de son Esprit, Jésus a fait de nous les témoins de sa victoire sur le péché et la mort. Et c’est bien ce que le message de Bethléem nous appelle à être : témoins du triomphe de l’Amour de Dieu sur la haine, l’égoïsme, la peur et le ressentiment qui paralysent les relations humaines et engendrent la division là où des frères devraient habiter ensemble dans l’unité, la destruction là où les hommes devraient construire, le désespoir là où l’espérance devrait fleurir !

« En espérance, nous avons été sauvés » (Rm 8, 24), dit l’Apôtre Paul. Mais il affirme en même temps, avec un parfait réalisme que la création continue à gémir en travail d’enfantement, alors même que, nous qui avons reçu les prémices de l’Esprit, nous attendons patiemment l’accomplissement de notre rédemption (cf. Rm 8, 22-24). Dans la deuxième lecture d’aujourd’hui, Paul tire de l’Incarnation une leçon qui est particulièrement adaptée au travail dont vous-mêmes, peuple choisi de Dieu à Bethléem, faite l’expérience : « la grâce de Dieu s’est manifestée », nous dit-il, « elle nous apprend à rejeter le péché et les passions d’ici-bas, pour vivre dans le monde présent en hommes raisonnables, justes et religieux » (Tt 2, 11-13) alors que nous attendons la manifestation de notre bienheureuse espérance, Jésus Christ, le Sauveur.

Est-ce que ce ne sont pas là les vertus requises pour les hommes et les femmes qui vivent dans l’espérance ? En premier lieu, la constante conversion au Christ qui rejaillit non seulement sur nos actes mais aussi dans nos raisonnements : avoir le courage d’abandonner des manières infructueuses de penser, d’agir et de réagir. Ensuite, cultiver un état d’esprit de paix fondée sur la justice, sur le respect des droits et des devoirs de tous et l’engagement à coopérer pour le bien commun. Et aussi la persévérance, persévérance dans le bien et dans le refus du mal. Ici à Bethléem, il est demandé aux disciples du Christ une persévérance particulière : celle d’être des témoins fidèles de la gloire de Dieu qui s’est manifestée ici, par la naissance de son Fils, des témoins de la bonne nouvelle de sa paix qui est venue des cieux pour demeurer ici-bas.

« N'ayez pas peur ! » C’est le message que le Successeur de saint Pierre désire vous laisser aujourd’hui, se faisant l’écho du message des anges et c’est la mission que notre bien-aimé Pape Jean-Paul II vous laissa lorsqu’il vint chez vous en l’année du Grand Jubilé de la naissance du Christ. Appuyez-vous sur la prière et la solidarité de vos frères et sœurs de l'Église universelle et, par des initiatives concrètes, travaillez à consolider votre présence ici et à offrir de nouvelles opportunités à ceux qui sont tentés de partir. Soyez des ponts de dialogue et de coopération constructive pour l’édification d’une culture de paix qui doit remplacer l’impasse actuelle de la peur, de l'agression, de la frustration. Développez vos Églises locales, faisant d’elles des ateliers de dialogue, de tolérance et d’espérance, autant que de solidarité et de charité concrète.

Par-dessus tout, poursuit Benoît XVI, soyez les témoins de la puissance de la vie, de la vie nouvelle apportée par le Christ ressuscité, la vie qui peut illuminer et transformer les situations humaines les plus sombres et les plus désespérantes. Votre patrie n’a pas seulement besoin de structures économiques et politiques nouvelles, mais d’une manière bien plus importante, pourrions-nous dire, il lui faut une nouvelle infrastructure « spirituelle », capable de galvaniser les énergies de tous les hommes et de toutes les femmes de bonne volonté pour le service de l’éducation, du développement et de la promotion du bien commun. Vous avez chez vous les ressources humaines pour construire cette culture de paix et de respect mutuel qui pourra garantir un avenir meilleur à vos enfants. Voilà la noble entreprise qui vous attend. N’ayez pas peur !

La vénérable Basilique de la Nativité, battue par les vents de l’histoire et le poids des ans, se tient devant nous en témoin de la foi qui supporte et triomphe du monde (cf. 1 Jn 5, 4). Toute personne qui visite Bethléem ne peut pas ne pas remarquer qu’au cours des siècles le grand portail qui ouvre sur la maison de Dieu est devenu progressivement plus petit. Prions aujourd’hui pour que, par la grâce de Dieu et avec notre engagement, la porte qui ouvre sur le mystère de Dieu venu demeurer parmi les hommes, temple de notre communion à son amour, et préfiguration d’un monde de paix éternelle et de joie, s’ouvre toujours davantage pour accueillir, renouveler et transformer chaque cœur humain. De cette manière, Bethléem continuera à se faire l’écho du message confié aux bergers, à nous-mêmes, et à toute l’humanité : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes qu’il aime » !

Amen.
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Avatar de l’utilisateur
coeurderoy
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 5864
Inscription : sam. 31 mai 2008, 19:02
Localisation : Entre Loire et Garonne

Re: Homélie du Saint Père - Bethléem 2009

Message non lu par coeurderoy » mer. 13 mai 2009, 12:52

Merci à vous Xavier !
Fraternellement :) !
"Le coeur qui rayonne vaut mieux que l'esprit qui brille"

Saint Bernard de Clairvaux

jeanbaptiste
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 3130
Inscription : mer. 30 avr. 2008, 2:40

Re: Voyage de Benoît XVI en Terre Sainte

Message non lu par jeanbaptiste » mer. 13 mai 2009, 13:35

D'un côté des hommes qui demandent à ce que la Pape s'excuse au nom des Allemands et de l'Église ; d'un côté des hommes qui refusent que l'on tende la main à des hommes qui ont parmi eux des "négationnistes" (ont-ils la lèpre ?) ; et de l'autre un homme qui dit ceci :
e suis venu pour rester en silence devant ce monument, érigé pour honorer la mémoire de millions de personnes tuées dans l’horrible tragédie de la Shoah. Elles ont perdu leurs vies mais elles ne perdront jamais leurs noms, car ils sont profondément gravés dans le cœur de ceux qui les aiment, de leurs compagnons de détention qui ont survécus et de tous ceux qui sont déterminés à ne plus jamais permettre qu’une telle atrocité déshonore à nouveau l’humanité. Plus que tout, leurs noms est à jamais inscrits dans la mémoire du Dieu Tout-puissant
La différence ? Les uns voudraient que l'on passe son temps à condamner tels et tels qui ne sont pas comme eux ; et l'autre rappelle que l'horreur nazie n'est pas celle d'un homme (Hitler) et d'un peuple (les allemands), mais celle des hommes qui font le mal contre eux-mêmes.

En ne stigmatisant personne en particulier, mais en rappelant que les horreurs commises dans l'histoire sont le fait d'hommes qui ont oubliés l'amour que Dieu portait pour eux, Benoit XVI atteint le cœur de la Shoah. Alors que ceux qui n'attendent que des condamnations, des lapidations télévisuelles et des excuses (alors qu'ils devraient pardonner) ne font que perpétrer le mal qui a conduit aux horreurs que nous connaissons tous.

Misère de l'homme sans Dieu !

P.S. : cela me fait penser que le pontificat de Benoit XVI est véritablement parfait. La main tendue aux intégristes était véritablement l'acte du pasteur de l'Église. Et que parmi eux il y ait une personne qui nie les chambres à gaz était presque une chance. Pourquoi ? Parce qu'en continuant de tendre la main, Benoit XVI, et l'Église avec lui, réalise vraiment ce que Dieu attend de nous : que nous pardonnions, que nous allions chercher la brebis égarée même s'il faut pour cela laisser seules les 99 autres. Les réactions des catholiques choqués par ce geste, et fiers de leur bonne conscience, étaient la preuve qu'il nous faut toujours rappeler la Parole de Dieu, y compris chez ceux qui pensent l'avoir faite sienne. Et chez nous en premier lieu.

jeanbaptiste
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 3130
Inscription : mer. 30 avr. 2008, 2:40

Re: Voyage de Benoît XVI en Terre Sainte

Message non lu par jeanbaptiste » mer. 13 mai 2009, 13:46

On reproche à Benoit XVI de ne pas savoir faire de gestes forts comme son prédécesseur.

Non seulement cette affirmation est immonde. Vous devez faire des gestes forts, vous devez savoir saisir génialement la situation, vous devez marquer les peuple ! Vous, homme qui avez dépassé les 80 ans, vous devez tirer une gueule jeune et souriante ; faire de beaux gestes ; finir votre encyclique sociale très vite ; voyager pour prouver que vous ne méprisez tel et tel peuple etc.

Oui, non seulement c'est immonde, mais en plus c'est faux. Des geste signifiants et forts, Benoit XVI en fait quasiment chaque jour. Il suffit de lire ces homélies, ces discours etc. Ce qu'il dit est signifiant, car ce qu'il proclame c'est la Parole de Dieu pour notre monde contemporain.

Il s'exprime avec clarté et va au cœur des choses. Voilà du signifiant ! Mais encore faut-il vouloir l'entendre.

Ce n'est sans doute pas un hasard si les guignols caricaturent Benoit XVI en muet. Le Benoit XVI des guignols ne parle pas. Cet homme qui écrit et prononce des discours chaque semaine est représenté muet ou baragouinant. La vérité c'est que ces guignols ne l'entende pas et ne veulent pas l'entendre.

Cette surdité du monde à l'égard de Benoit XVI est en soi un signe fort : que l'Église est dans le monde, mais non pas du monde.

Je crois qu'il est difficile de trouver un pape qui soit autant en phase avec l'Église.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité