Expansion de l'Église dans le monde

« Vous êtes le sel de la terre, vous êtes la lumière du monde. » (Mt 5.13-14)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions ecclésiales
oak
Censor
Censor
Messages : 102
Inscription : sam. 29 oct. 2005, 15:12
Localisation : 260 km de Canterbury

Message non lu par oak » ven. 12 mai 2006, 15:19

Par soixante-huitard, Jean_droit, vous désignez les gens âgés qui s'approprient toutes les décisions des conseils paroissiaux ?
Il me semble effectivement que ceux qui avaient de 20 à 30 ans en 1968 (les soixante huitard) ont entre 60 et 70 ans aujourd'hui, Mick Jaeger donne des interviews dans les journaux du 3ème age...

Dans une paroisse que je connais le renouvellement sociologique est issu de Madagascar ou d'Afrique, ce qui donne une certaine vie, et une grande animation.

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8539
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Message non lu par jean_droit » ven. 12 mai 2006, 15:45

Une des grandes erreurs de la "période noire" a été la suffisance et la dictature des "soixante huitard".
De nombreux chrétiens se sont sentis exclus de cette Eglise.
Et surtout les "petites gens".
Ils n'ont pas compris et on ne leur a pas vraiment expliqué.
On peut prendre comme exemple la loi sur l'immigration.
L'Eglise de France a pondu un communiqué.
C'est le ramassis habituel des "bons sentiments". Un peu "y a qu'à, faut qu'on".
Je ne suis pas sûr que cela représente l'exacte opinion du Vatican qui est plus nuancé.
Je suis certain que cela ne représente pas l'opinion d'une majorité de catholiques.
Cela pose problème.

Azuu
Ædilis
Ædilis
Messages : 28
Inscription : jeu. 11 mai 2006, 14:01
Localisation : Québec

Message non lu par Azuu » ven. 12 mai 2006, 15:57

Merci d'avoir précisé =)

Et oui, je suis d'accord avec vous, Jean, il faut donner la place aux minorités, incluant les immigrants. Ceux-ci ont aussi quelque chose à nous apporter, et nous devons les écouter. Même chose pour les jeunes.

Cependant, il faut continuer à se battre, car c'est loin d'être gagné, en tout cas, ici. Je me suis déjà fait dire de retourner chez moi car je n'avais pas de place dans l'église, parce que j'étais trop jeune pour comprendre, supposément. Est-ce avec une attitude comme celle-là que l'on va redonner l'espoir et la foi aux gens ? J'en doute. Les jeunes sont l'avenir de l'Église, car oui, les personnes âgées ne sont pas éternelles, elle mourront. Qui les remplacera, alors, s'il n'y a pas de relève ? Je continue à croire que nous réussirons à leur montrer que les jeunes, aussi, croient. Et qu'ils sont aussi sincères que tous les autres fidèles.

Amicalement,
Azuu
<a href="http://www.jecrois.net">Je crois.net, là où les jeunes Catholiques ont leur place !
</a>

Avatar de l’utilisateur
Christophe
Consul
Consul
Messages : 7910
Inscription : mer. 28 avr. 2004, 0:04
Conviction : Catholique
Localisation : Haute-Savoie

Crise de la foi & crise de l'Eglise; Vatican II & Mo

Message non lu par Christophe » ven. 12 mai 2006, 22:05

[align=justify]Bonsoir

Je ne crois pas que la crise de la Foi dans la société occidentale contemporaine soit due à la frange "progressiste" de l'Eglise. Il me semble que c'est la thèse lebfevriste ; et il me semble qu'elle est erronée.

La convocation du concile de Vatican II est justement une réaction à cette crise de la Foi dans la société, qui s'exprime par un déclin du sentiment religieux et de la pratique cultuelle. Or, avec les lebfebvriste, il faut admettre qu'avant le concile de Vatican II les progressistes n'avaient aucun droit de Cité dans l'Eglise.

(NB : certains "sympathisants" de Mgr Lebfevre - constatant sans doute la continuité des enseignements conciliaires par eux contestés avec le magistère pontifical antérieur - font remonter la "dérive moderniste" de l'Eglise bien avant le concile ou le pontificat du bienheureux Jean XXIII : le Pape saint Pie X serait pour eux le dernier pontife romain intégralement fidèle à l'orthodoxie catholique.)

Car il faut bien distinguer entre deux choses : crise de la Foi dans la société (désigné plus simplement par l'expression "crise de la Foi") et crise de la Foi dans l'Eglise (ou simplement "crise de l'Eglise").

La théorie lefebvriste suppose que la crise de l'Eglise a provoqué la crise de la Foi. Le principe de causalité étant chronologique, cette thèse est trivialement erronée. Mais - puisque pour soigner le mal il faut en éliminer la cause - les tenants de cette thèse s'imaginent qu'en résolvant la crise de l'Eglise, se résoudra ipso facto la crise de la Foi. Naïve illusion...

Le convocation du concile de Vatican II, concile pastoral ayant pour objet d'enrayer le déclin de la Foi, répond à un diagnostic : la cause de la crise de la Foi est une inadéquation de la pastorale pré-conciliaire au monde contemporain. Le concile de Vatican II a apporté de bonnes et de mauvaises choses. Quant à l'efficacité à court terme du concile, il faut malheureusement faire deux constats : la crise de la Foi n'a pas (pas encore ?) été enrayée ; pire, la période post-conciliaire a vu éclater une crise de l'Eglise. Souhaitons que nos pasteurs sâchent faire un bilan honnête et complet du Concile, en corriger les travers, les erreurs et les excès mais également en approfondir les enseignements afin d'en récolter tous les fruits. Ce qu'à commencer de faire SS Jean-Paul II et que poursuit énergiquement son successeur sur le trône de Pierre.

Et, pourquoi pas, renouveller la réflexion sur cette problématique de l'adaptation de la pastorale au monde contemporain car le monde de 2006 n'est déjà plus celui de 1965...


Que Dieu bénisse l'Eglise !
Christophe[/align]
« Tout ce que vous faites au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous le faites. » (Matthieu 25, 40)

Charles
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1699
Inscription : mer. 14 juil. 2004, 16:44

Message non lu par Charles » sam. 13 mai 2006, 1:47

Cher Christophe,

il est loin d'être certain, en effet, que la résolution de la crise de l'Eglise entraine de facto celle de la crise de la Foi. Cependant il est absolument avéré que "l'eglise" moderniste est stérile sur tous les plans. Car de son dégoût de la catholicité découle une sorte de complexe qui fait atténuer et dissimuler autant que possible l'identité et le message chrétiens, comme s'ils avaient honte de la Foi, et ils en ont honte d'ailleurs. Avec une telle attitude, il n'y a que le déclin...


Cher Jean,

"Il est normal de tempérer les ardeurs mais il est triste de ne pas favoriser les initiatives."

Je ne pense pas qu'il soit normal de "tempérer les ardeurs", c'est-à-dire de calmer la joie des jeunes prêtres, le Malin et la vie elle-même s'en chargent toujours. Mais la vocation du chrétien est de témoigner du Christ contre le monde, contre la lassitude, le mal, le désespoir... La où souffle l'Esprit Saint, souffle aussi un vent de folie (douce)... Saint François d'Assise retapant la chapelle de son patelin, c'est tellement beau et tellement pur, précieux... Le Bon Dieu sait toujours quoi faire de l'ardeur de ses enfants mais il vomit les tièdes... Le Christ dit aussi qu'il est venu allumer un feu sur la Terre... je vous en prie, ne demandez pas aux jeunes prêtres de voter Bayrou et de penser déjà à la retraite ;-)

elanor
Censor
Censor
Messages : 91
Inscription : sam. 29 avr. 2006, 14:00
Localisation : alsace strasbourg

Message non lu par elanor » sam. 13 mai 2006, 9:30

la crise de la foi en occident,vous serez peut-être choqués mais je ne trouve pas que ce soit un drame.pour cette raison:tout homme est libre,en occident,de croire en Dieu,devenir catholique,prier autant qu'il veut,personne ne l'en empêchera.de plus,personne ne meurt de faim,nous avons en france les meilleurs hôpitaux de la terre.pourquoi s'inquiéter?il n' y a qu'à prier pour les conversions et Dieu nous exaucera.mais comme la plupart des catholiques français ne vont jamais à la messe,ils n'ont pas à se plaindre du manque de croyant et même du manque de prêtres,s'ils ne vont pas à la messe,ils n'ont pas besoin de prêtres.
je me réjoui de voir le nombre de croyant augmenter considérablement dans des pays où la vie n'est pas facile.

Avatar de l’utilisateur
Eremos
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 230
Inscription : dim. 11 sept. 2005, 13:50
Localisation : Nantes

Message non lu par Eremos » sam. 13 mai 2006, 10:17

Bonour Elanor,
elanor a écrit :la crise de la foi en occident,vous serez peut-être choqués mais je ne trouve pas que ce soit un drame.pour cette raison:tout homme est libre,en occident,de croire en Dieu,devenir catholique,prier autant qu'il veut,personne ne l'en empêchera.
Vous ne vous souciez pas de l'âme de vos frères et soeurs qui rejettent Dieu ? Vous n'avez pas envie de voir le nombre de sauver s'étendre ?
de plus,personne ne meurt de faim,nous avons en france les meilleurs hôpitaux de la terre.pourquoi s'inquiéter?
:blink: :blink: :?:

Si tout va bien, alors l'Eglise ne sert à rien ? Peu importe qu'elle se porte bien ou mal ?
il n' y a qu'à prier pour les conversions et Dieu nous exaucera.mais comme la plupart des catholiques français ne vont jamais à la messe,ils n'ont pas à se plaindre du manque de croyant et même du manque de prêtres,s'ils ne vont pas à la messe,ils n'ont pas besoin de prêtres.
Mais ceux qui s'en plaignent sont ceux qui vont à la messe, comme chacun ici, je crois. De plus il ne s'agit pas de geindre, mais de constater une situation de crise pour y palier.
je me réjoui de voir le nombre de croyant augmenter considérablement dans des pays où la vie n'est pas facile.
Il serait bien qu'il augmente dans nos pays, où la vie spirituelle rencontre énormément d'obstacle, à commencé par ce que vous appelleriez la vie facile (matériellement, cela s'entend).

En Christ, :)
Eremos
NISI Dóminus ædificáverit domum, in vanum laboravérunt qui ædíficant eam.
(Liber Psalmorum, 126)

Avatar de l’utilisateur
laiglejo
Barbarus
Barbarus

Message non lu par laiglejo » sam. 13 mai 2006, 13:01

ELANOR dit :
la crise de la foi en occident,vous serez peut-être choqués mais je ne trouve pas que ce soit un drame.pour cette raison:tout homme est libre,en occident,de croire en Dieu,devenir catholique,prier autant qu'il veut,personne ne l'en empêchera.de plus,personne ne meurt de faim,nous avons en france les meilleurs hôpitaux de la terre.pourquoi s'inquiéter?il n' y a qu'à prier pour les conversions et Dieu nous exaucera.
Il me semble qu'ELANOR est bien sous le souffle de l'Esprit-saint et de la génération Jean-Paul II
Témoignage de frère Roger

Le pape Jean-Paul II a soulevé une espérance chez tant de jeunes. Il a éveillé des multitudes à une confiance en Dieu. Le cœur est empli de gratitude pour le ministère de communion et de paix qu’il a exercé pendant plus de vingt-six ans.
La confiance de sainte Thérèse de Lisieux

L’élément essentiel de la voie d’enfance, c’est la confiance qui consiste en « une disposition du cœur qui nous rend humbles et petits entre les bras de Dieu, conscients de notre faiblesse, et confiants jusqu’à l’audace en sa bonté de Père. » (NV 3.8.5)

C’est le cœur de l’Évangile : l’humilité, l’abandon, la joie, la simplicité avec cette confiance qui tient l’âme en équilibre. « Si vous ne devenez semblables à de petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux. » La vie de Thérèse baigne dans la confiance, une confiance d’enfant comme celle de Jésus envers son Père.
La confiance est une une arme puissante pour faire fléchir le Père et nous préserve de tout pessimisme et angoisse

Avatar de l’utilisateur
Eremos
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 230
Inscription : dim. 11 sept. 2005, 13:50
Localisation : Nantes

Message non lu par Eremos » sam. 13 mai 2006, 19:57

Ne confondez pas confiance et angélisme. ;-)
NISI Dóminus ædificáverit domum, in vanum laboravérunt qui ædíficant eam.
(Liber Psalmorum, 126)

oak
Censor
Censor
Messages : 102
Inscription : sam. 29 oct. 2005, 15:12
Localisation : 260 km de Canterbury

Message non lu par oak » sam. 13 mai 2006, 20:13

Eremos a écrit :Ne confondez pas confiance et angélisme. ;-)
Si un chrétien a perdu l'angélisme il peut s'en consoler,

On se console de la perte de ses illusions...

Mais si il pert la confiance...Il pert aussi la foi... Ou du moins un aspect constitutif essentiel de la vie spirituelle....

Azuu
Ædilis
Ædilis
Messages : 28
Inscription : jeu. 11 mai 2006, 14:01
Localisation : Québec

Message non lu par Azuu » dim. 14 mai 2006, 0:44

oak a écrit :Mais si il pert la confiance...Il pert aussi la foi... Ou du moins un aspect constitutif essentiel de la vie spirituelle....
À quoi bon de croire en quelqu'un en qui on n'a pas confiance ? Les gens disent qu'ils n'ont pas confiance en Dieu, qu'ils n'y croient pas, parce que Dieu n'a supposément pas accompli de miracles dans leur vie. Ils n'ont pas encore compris qu'il n'est pas là pour tout faire à notre place...

Quelqu'un a déjà dit : "Si Dieu place une montagne sur ton chemin, c'est qu'il sait que tu seras capable de la surmonter." La vie n'est pas plus facile si l'on croit en Dieu, mais les épreuves qu'il met sur notre chemin ne sont-elles pas là pour nous rendre plus forts ?

Quand les gens cesseront de dire que "Si Dieu existait, la vie ne serait pas dure comme cela, alors il n'existe pas", ils seront alors prêts à revenir sur le chemin de la foi.
<a href="http://www.jecrois.net">Je crois.net, là où les jeunes Catholiques ont leur place !
</a>

Avatar de l’utilisateur
Christophe
Consul
Consul
Messages : 7910
Inscription : mer. 28 avr. 2004, 0:04
Conviction : Catholique
Localisation : Haute-Savoie

Message non lu par Christophe » dim. 14 mai 2006, 11:11

[align=justify]Salut Charles
Charles a écrit :il est loin d'être certain, en effet, que la résolution de la crise de l'Eglise entraine de facto celle de la crise de la Foi. Cependant il est absolument avéré que "l'eglise" moderniste est stérile sur tous les plans. Car de son dégoût de la catholicité découle une sorte de complexe qui fait atténuer et dissimuler autant que possible l'identité et le message chrétiens, comme s'ils avaient honte de la Foi, et ils en ont honte d'ailleurs. Avec une telle attitude, il n'y a que le déclin...
Tu as raison, la résolution (déjà entamée) de la crise de l'Eglise est une condition nécessaire, quoique non suffisante à la résolution de la crise de la Foi. Mais il existe de nombreux autres facteurs, qui ne sont absolument pas imputables aux "modernistes" et qui font obstacle à la "Nouvelle Evangélisation".

Dans ce fil a été évoqué le noyautage des conseils paroissiaux par les personnes âgées : c'est une triste réalité. L'Eglise de France n'a - il me semble - que très peu d'initiatives missionnaires. Je reçois davantage de publicités pour les Eglises protestantes, je suis davantage sollicité par les sectes, je constate davantage de présence médiatique des Evangéliques, je perçoit davantage le militantisme musulman... que de l'Eglise catholique pourtant théoriquement majoritaire. L'Eglise de France me semble aujourd'hui exclusivement préoccupée de conserver ses fidèles actuels (avec une moyenne d'âge très avancée). Sans le recrutement de nouveaux fidèles, l'Eglise de France court à sa perte. Dans un autre fil, Raoul donnait un lien vers un document (aujourd'hui inaccessible) donnant des statistiques alarmantes : le taux de pratique est aujourd'hui d'environ 7% et diminue tous les ans d'environ 0,25% en raison de la mortalité. Autant dire que dans 30 ans, il n'y aura plus de catholiques en France... Et il faut bien avouer que pour les jeunes, l'Eglise catholique en France n'est pas du tout attractive... sauf à aimer les kermesses paroissiales.

Un autre grave problème est la transmission de la foi et de la culture religieuse, y compris auprès des jeunes issus de milieux pratiquants et dans les établissements scolaires catholiques. La catéchèse par les "mamies gateaux" et consorts totalement incompétentes (bien que de très bonne volonté) est une calamité. Quand j'étais en 1ère dans un lycée catholique, j'ai fait la cathéchèse à des enfants de 5ème. Je me demande bien ce que j'ai pu leur transmettre, sinon mon ignorance. Dans ces conditions, nous ne sommes plus qu'à une génération de la disparition totale de la foi en France...

Personnellement, je suis obligé de me connecter sur Internet pour trouver de jeunes catholiques. C'est quand même triste !

Je partage l'enthousiasme de Jean-Droit à l'égard des communautés (nouvelles ou non) qui me semblent les seuls à même - pour l'instant - de court-circuiter les paroisses diocésaines dans leur oeuvre d'évangélisation.

Amicalement
Christophe[/align]
« Tout ce que vous faites au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous le faites. » (Matthieu 25, 40)

Avatar de l’utilisateur
Eremos
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 230
Inscription : dim. 11 sept. 2005, 13:50
Localisation : Nantes

Message non lu par Eremos » dim. 14 mai 2006, 12:28

Bonjour Azuu,
Azuu a écrit :Quand les gens cesseront de dire que "Si Dieu existait, la vie ne serait pas dure comme cela, alors il n'existe pas", ils seront alors prêts à revenir sur le chemin de la foi.
Et pour que ces gens cesse de dire cela, il faut leur parler du Christ, leur expliquer. Il m'a toujours paru étrange que chez certain la confiance en Dieu, qui est une noble chose, se transforme en passivité benoîte. Ne sommes nous pas aussi des disciples ? Dieu ne se sert-il pas de nous pour parvenir à ses fins ? Je ne comprends pas vraiment en quoi la confiance doit nous conduire à nous asseoir et seulement prier. La prière est essentielle, primordiale, mais je ne pense pas que nous devions en rester là si nous le pouvons.

Cher Christophe,
La catéchèse par les "mamies gateaux" et consorts totalement incompétentes (bien que de très bonne volonté) est une calamité.
C'est encore pire que cela ! Mes cours de catéchèse consistaient à parler des relations garçon-fille en regardant le film "Will Hunting" ; puis ensuite la drogue ; et finalement les différentes religions (mais surtout les autres). En Terminale elle était devenue facultative. J'ai très honte de le dire, mais je n'y suis pas retourné. Mais était-ce vraiment de la catéchèse ? Une chose est sûr, cela a participé à ridiculiser l'Eglise dans l'Esprit de beaucoup.

:sick:

Union de prière,
Eremos
NISI Dóminus ædificáverit domum, in vanum laboravérunt qui ædíficant eam.
(Liber Psalmorum, 126)

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8539
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Quelques bonnes nouvelles sur le clergé

Message non lu par jean_droit » jeu. 02 nov. 2006, 13:49

Voici un article de ZENIT qui est plutôt optimiste.
Na gâchons pas notre plaisir.

.........

Le card. Hummes, nouveau préfet de la congrégation pour le Clergé

Une congrégation au service des prêtres du monde entier

ROME, Mardi 31 octobre 2006 (ZENIT.org) – La congrégation romaine pour le clergé a un nouveau préfet. Le cardinal colombien Dario Castrillon Hoyos, âgé de 77 ans, a en effet présenté au pape la démission de sa charge comme prévu par le droit canon.

Le code de droit canon prévoit cette limite d’âge de 75 ans pour l’exercice des charges de la curie : « les Pères Cardinaux préposés aux dicastères et autres institutions permanentes de la Curie Romaine et de la Cité du Vatican, qui ont soixante-quinze ans accomplis, sont priés de présenter la renonciation à leur office au Pontife Romain qui, tout bien pesé, en décidera » (canon 354).

Le cardinal Hoyos a en particulier promu les célébrations pour les 50 ans de sacerdoce de Jean-Paul II, en 1996. A cette occasion, le cardinal Hoyos avait adressé au pape Wojtyla quelques mots en polonais. Il a également promu le congrès marquant, en décembre 2005, le 40e anniversaire de l’anniversaire du document conciliaire sur le ministère et la vie des prêtres, « Presbyterorum Ordinis ».

Le pape a désigné pour lui succéder un Brésilien, l'archevêque de Sao Paulo le cardinal Claudio Hummes. Le cardinal Hummes est un Franciscain de 72 ans. Il est né en 1934 dans une famille d'origine allemande, et il a été ordonné prêtre à 24 ans, en 1958.

Il a étudié la philosophie à Rome de 1959 à 1963, avant de revenir au Brésil pour enseigner. Jean-Paul II l’a nommé archevêque de Sao Paulo en 1998 et l’a créé cardinal en 2001.

Il a été actif dans le dialogue œcuménique et pour la promotion d’un laïcat formé. Il a soutenu la cause des ouvriers et des syndicats brésiliens, en participant à des grèves en tant qu’évêque responsable de la pastorale du monde ouvrier.

Il avait également accueilli le pape Jean-Paul II à Rio de Janeiro, en 1997, à l’occasion de la Rencontre mondiale des Familles.

Enfin, il a promu la formation des prêtres et l’évangélisation par les mass media.

A la tête de la congrégation pour le clergé, le cardinal Hummes sera responsable de la formation des prêtres catholiques.

Ils sont en constante augmentation depuis 1989, selon des statistiques de 2001 publiées sur le site de la congrégation (http://www.clerus.org).

Evêques, prêtres, diacres étaient près de 440 000 en 2001, en majorité des prêtres séculiers, et les séminaristes plus de 112 000.

Une statistique moins connue fait état des réintégrations de prêtres qui avaient abandonné le sacerdoce : ils ont été près de 10 000 entre 1970 et 1995.

Ces questions, ainsi que celle des abus sexuels, sont du ressort de cette congrégation, mais aussi la promotion de la Journée pour la sanctification des prêtres, instituée par Jean-Paul II et fixée à la fête du Sacré-Cœur.

La congrégation s’occupe également de la formation, en particulier de la formation permanente et son site Internet permet de suivre des vidéoconférences sur les sujets les plus variés de la théologie ou de l’enseignement social de l’Eglise, la dernière en date, ce mardi 31 octobre. Les textes sont ensuite publiés au fur et à mesure dans les différentes langues sur le site Internet.

La congrégation veille également à ce que tous les prêtres reçoivent une rétribution, l'assistance sanitaire et une retraite.

La congrégation a trois bureaux compétents pour le clergé, la catéchèse et l’administration, indique la page du site du Vatican consacrée à cette congrégation.

L'Office Clergé « recueille, suggère et promeut des initiatives pour la sainteté, la mise à jour intellectuelle et pastorale du Clergé (prêtres diocésains et diacres) et sa formation permanente ; il veille sur les Chapitres des Cathédrales, les Conseils Pastoraux, les Conseils Presbytéraux, les paroisses, les curés et tous les clercs en ce qui concerne leur ministère pastoral, etc. ; sur les offrandes de Messes, sur les fondations pieuses, les legs pieux, les oratoires, les églises, les sanctuaires, les archives ecclésiastiques et les bibliothèques; il promeut une distribution plus adéquate du clergé dans le monde ».

L'Office Catéchétique « promeut la formation religieuse des fidèles de tout âge et de toute condition ; il publie les normes opportunes pour que l’enseignement de la catéchèse soit convenablement imparti ; il veille à ce que la formation catéchétique soit correctement menée ; il concède l’approbation du Saint-Siège qui est prescrite pour les catéchismes et les directoires publiés par les conférences d’Evêques ; il assiste les bureaux catéchétiques, il suit les initiatives de caractère international concernant la formation religieuse, il en coordonne les activités et leur propose son aide si nécessaire ».

L'Office Administratif « est compétent en matière d’organisation et d’administration des biens ecclésiastiques appartenant aux personnes juridiques publiques ; il concède en outre les licences requises pour les échanges juridiques dont traitent les canons 1292 et 1295 ; il approuve les taxes et contributions ; il veille enfin à la convenable rémunération du clergé, à son assurance pour invalidité et vieillesse, à son assistance médicale, etc ».

L'ancien « Studium », fondé par Benoît XV en 1919 pour « permettre aux jeunes prêtres d’acquérir de la pratique dans le traitement ordinaire et régulier des affaires ecclésiastiques, ainsi que dans l'application particulière des lois canoniques en voie administrative », a été annexé à la congrégation.

Autorisé par Paul VI par lettre du 7 juin 1973, le Conseil International pour la catéchèse a été également annexé au dicastère.

L'institut « Sacrum Ministerium » a aussi été annexé à la congrégation à partir de l'année académique 1994-95, pour la formation des responsables de la formation permanente des prêtres.

Enfin, ce dicastère publie une revue semestrielle : « Sacrum Ministerium » en particulier au service de la formation permanente.

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8539
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Derniers chiffres

Message non lu par jean_droit » lun. 12 févr. 2007, 16:38

Tiré du Salon Beige

Commentaires personnels : Tout à fait d'accord sur le nombre de prêtres et sur l'augmentation dans les différentes régions du monde.
Par contre je suis très sceptique sur le nombre total de catholiques. Très sceptique.


..............


12 février 2007
1,115 milliards de catholiques dans le monde
Lors de la présentation de l'annuaire pontifical 2007, il a été annoncé que :

Entre 2004 et 2005, les catholiques dans le monde sont passé d'un peu plus de 1,098 milliard à environ 1,115 milliard, avec une augmentation de 1,5%. Soit 17,2% de la population mondiale. Cette augmentation est assez proche de celle de la population mondiale (1,2%).
L'Afrique connaît une augmentation de 3,1% des catholiques pour une hausse de la population d'environ 2,5%,
L'Asie connaît une augmentation de 2,71% des catholiques contre une hausse de la population de 1,18%.
Le nombre de prêtres et de religieux est passé de 405891 en 2004 à 406411 en 2005 : hausse importante pour l'Asie (+3,80%) et l'Afrique (+3,55%), mais baisse de 0,5% en Europe et sur le continent américain.
Michel Janva

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités