Les femmes aux avant postes d'une réforme de l'Eglise

« Vous êtes le sel de la terre, vous êtes la lumière du monde. » (Mt 5.13-14)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions ecclésiales
Avatar de l’utilisateur
Briscard
Censor
Censor
Messages : 193
Inscription : jeu. 29 nov. 2018, 15:31
Conviction : Chrétien tout simplement
Localisation : Yvelines & Finistère

Les femmes aux avant postes d'une réforme de l'Eglise

Message non lu par Briscard » jeu. 28 mars 2019, 18:09

(Extrait du Journal LA CROIX)


Des femmes catholiques allemandes lancent un appel à « la grève »

Enquête

Que se passerait-il dans l’Église catholique si les femmes n’étaient pas là ? Pour faire « entendre l’autre moitié de l’Église », des paroissiennes de Münster, en Allemagne, lancent un appel à la grève du 11 au 18 mai.

Anne-Bénédicte Hoffner, le 22/03/2019 à 16:31


« Nous, les femmes, voulons un véritable renouveau de notre Église. Nous voulons y contribuer et avoir notre mot à dire. Sur un pied d’égalité, femmes et hommes, nous voulons suivre notre vocation et avancer fraternellement dans la même direction : celle de Jésus-Christ, qui nous a TOUS demandé de rendre visible son amour pour le monde. »

Du 11 au 18 mai, les catholiques allemandes sont invitées à « ne pas mettre les pieds dans une église », à s’habiller de « blanc », et à arrêter « tout service volontaire ». « Nous célébrerons la messe dehors, sur le parvis », affirment-elles crânement.

L’opération a été imaginée depuis la paroisse Sainte-Croix de Münster (Rhénanie du Nord), lors d’une réunion mensuelle de réflexion sur l’encyclique Laudato si’. L’ambiance était morose. « Nous étions déprimées par les révélations d’agressions sexuelles commises par des prêtres et par cette exclusion persistante des femmes, qui en est l’une des causes », raconte Elisabeth Kötter dans la presse catholique allemande.

Malaise grandissant

Avec les autres membres de ce groupe de lecture, femmes et engagées comme elle au sein de l’Église catholique, elles ont eu une idée : montrer concrètement ce qui se passerait si elles se mettaient en grève ! L’opération a trouvé son nom, « Maria 2.0 », et un logo : un portrait de femme, un autocollant posé sur la bouche…

« Nous voulions donner une direction au malaise grandissant et ressenti de longue date en chacune de nous », a expliqué Ruth Koch, interrogée par le site Internet « Église et Vie ».

Grâce aux médias sociaux, l’appel a vite franchi les frontières du diocèse. Une cinquantaine d’internautes ont déposé un message de soutien sur leur page Facebook. « Enfin ! Une opération utile, que nous attendions depuis longtemps ! » « Ne plus se taire, c’est l’urgence aujourd’hui. » Parmi les soutiens, beaucoup de femmes, mais aussi des hommes, de tous âges. « Il est plus que temps. J’en suis », écrit Harald. « Tout le monde devrait soutenir cet appel », ajoute Holger. Quant à Michaël, il s’interroge : « La dignité de l’homme est sacro-sainte… Pourquoi l’Église catholique autorise-t-elle (cette inégalité) ? »


La voix des femmes se fait entendre de plus en plus clairement dans l'Eglise. Le ministère des femmes sera-t-il admis et retenu dans les réformes qui se préparent ?

Gaudens
Quæstor
Quæstor
Messages : 205
Inscription : mer. 25 avr. 2018, 19:50
Conviction : chrétien catholique

Re: Les femmes aux avant postes d'une réforme de l'Eglise

Message non lu par Gaudens » dim. 31 mars 2019, 23:13

Je ne sais si l’article de La Croix esquissait la moindre réflexion critique à propos de cette initiative de ce groupe de femmes.Il me semble,pour ma part,qu’elle mélange deux choses :une question toujours vaguement présente et parfois mal ressentie sur la place des femmes dans l’Eglise surtout dans le contexte de sociétés occidentales de plus en plus pénétrées de thèses féministes et effectivement ouvertes à une participation féminine illimitée à toutes les activités sociales et d’autre part la « crise » actuelle de l’Eglise(lisez :la crise de confiance née des affaires de nature sexuelle touchant des membres du clergé).Il me parait clair qu’un certain parti dans l’Eglise tente de lier les deux questions avec plus ou moins de bonne (ou mauvaise) foi. Les dames en question font expréssement le lien, d’après l’article et me paraissent totalement s’égarer.Je ne crois pas que l’existence de femmes prêtres ou évêques changerait la nature humaine (sauf à ce que la fonction cléricale devienne totalement féminisée) :la nature humaine,masculine en particulier,est ce qu’elle est, avec ses vertus et ses possibles déviances ;celles des femmes sont peut-être différentes mais c’est là un autre sujet.
Presque en anecdote ,je suis frappé par la sorte de séparatisme ecclésial qui est ici manifesté : « nous célébrerons l’aucharistie au dehors,sur le parvis, lors de cette semaine de « grève ».Mais qui donc célèbrerait ,justement,sinon un prêtre,donc un homme ?

Malgré cela, la première question (la place des femmes) garde toute sa validité bien que la solution « grand public » et politiquement correcte (l’ordination des femmes ) est évidemment une fausse piste,malgré le contexte sociologique occidental , pour des raisons largement exposées par le magistère tant orthodoxe que catholique,donc dans des Eglises ayant préservé la succession apostolique.
Il me semble qu’il y a bien des façons de reconnaitre aux femmes des places éminentes dans l’Eglise,en tous cas davantage qu’aujourd’hui :membres de conseils presbytéraux,voire épiscopaux, chancelièrs(ou chancelières) diocésaines, membres de dicastères romains,etc….Et aussi,plus près des vies des paroisses elles-mêmes, il n’est pas impossible que la piste du rétablissement de l’ordre des diaconesses soit une issue acceptable .Je me rappelle qu’elle était évoquée par le sagace Père Pierre Grelot dans son recueil magnifique « La Tradition apostolique » il y a une vingtaine d’années.Il est vraisemblable qu’on creuse discrètement cette piste au Vatican ;elle a contre elle,me semble-t-il,l’incertitude concernant le statut canonique de ces diaconesses dans l’Eglise jusqu’à leur suppression vers le IV è siècle. Une chose semble quasi certaine cependant :il ne s’agissait pas du même ordre que celui des diacres, ce qui rendrait vaine toute manoeuvre pour faire d’une telle résurrection un cheval de Troie vers l’ordination des femmes.A cet égard,il serait intéressant de se demander si le ministère pastoral reconnu aux femmes dans les communautés protestantes depuis une trentaine d’années ne pourrait pas y être un jour assimilé.Ce qui serait une piste pour résorber dans le cadre d’un oecuménisme « sain » la brêche ouverte par cette décision unilatérale desdites communautés protestantes qui ne semblent pas avoir été alors frênées un seul instant par la préoccupation d’un élargissement du fossé les séparant des catholiques et des orthodoxes.
Mais l’Eglise ne semble déjà ne pas avoir pleinement digéré le rétablissement du diaconat permanent (masculin) à l’issue de dernier Concile:je me rappelle la réflexion d’un prêtre disant »je crois savoir ce que c’est qu’un prêtre mais un diacre,je ne sais toujours pas … ».Cette difficulté làpourrait bien ralentir la réflexion concernant d’éventuelles diaconesses.

Avatar de l’utilisateur
Cepora
Barbarus
Barbarus

Re: Les femmes aux avant postes d'une réforme de l'Eglise

Message non lu par Cepora » lun. 01 avr. 2019, 0:41

Elles y demandent pêle-mêle l’adaptation de la morale sexuelle « avec la réalité de la vie humaine », la levée du célibat obligatoire pour les prêtres et l’accès des femmes à tous les ministères.
https://www.la-croix.com/amp/1201010718

La majorité des femmes dans l'Église catholique adhère à ces revendications ?

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 4134
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Les femmes aux avant postes d'une réforme de l'Eglise

Message non lu par Kerniou » lun. 01 avr. 2019, 11:16

Les femmes cherchent à occuper une place reconnue dans l'Eglise.
Sans accéder à la prêtrise, les femmes pourraient accéder au Diaconat et pas forcément à un "diaconat pour femmes" ...
Ce sont les femmes, les mères qui jouent, encore, un rôle prépondérant dans l'éducation religieuse des enfants dans la famille, dans le cadre du catéchisme au sein des paroisses et dans les aumôneries ...
- Pourquoi ne pourraient-elles pas assurer les baptêmes, donner les derniers sacrements ? Surtout à une époque où le nombre de prêtres régresse ...
- Pourquoi, dans une église paroissiale le rôle des femmes se cantonnerait-il au ménage et à la disposition des fleurs ?
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Avatar de l’utilisateur
Briscard
Censor
Censor
Messages : 193
Inscription : jeu. 29 nov. 2018, 15:31
Conviction : Chrétien tout simplement
Localisation : Yvelines & Finistère

Re: Les femmes aux avant postes d'une réforme de l'Eglise

Message non lu par Briscard » lun. 01 avr. 2019, 13:51

Tout à fait. Kerniou, vos suggestions sont tout à fait pertinentes...pour un début...

Je me rappelle de ma mère, très pieuse, qui allait en milieu d'après midi lorsque les rues étaient désertes dans son village, à l'église pour y faire le ménage par esprit d'humilité.

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8961
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Les femmes aux avant postes d'une réforme de l'Eglise

Message non lu par PaxetBonum » lun. 01 avr. 2019, 13:53

On dit que les fumées de satan ont pénétrées le vatican lors du dernier concile.
J'ai l'impression que l'un des feux idéologiques semble maintenant prendre dans l'Eglise…
Les revendications de ces "femmes" ne sont pas claires mais je les invite à imaginer si les"hommes" venaient à faire le même mouvement de gr^ve mais en violet plutôt qu'en blanc car ce serait plus carême…
Bref du n'importe quoi, une fois de plus…

J'ai mal lu où il n'y a pas de revendication concernant la prêtrise des femmes ?
Si tel est le cas autant leur indiquer de suite que St Jean Paul II a clôt le débat définitivement, cela leur évitera de faire perdre du temps à tout le monde.
Le diaconat étant une étape en vue de la prêtrise, il en va de même…
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8961
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Les femmes aux avant postes d'une réforme de l'Eglise

Message non lu par PaxetBonum » lun. 01 avr. 2019, 13:56

Kerniou a écrit :
lun. 01 avr. 2019, 11:16
- Pourquoi ne pourraient-elles pas assurer les baptêmes, donner les derniers sacrements ? Surtout à une époque où le nombre de prêtres régresse ...
- Pourquoi, dans une église paroissiale le rôle des femmes se cantonnerait-il au ménage et à la disposition des fleurs ?
Le nombre de prêtre séculier régresse, mais les réguliers se développent.
Les femmes ne se cantonnent absolument pas au ménage et à la disposition des fleurs, je vous invite à voir ce qui se passe dans les "conseils paroissiaux", à regarder qui s'occupe des lectures…
Et même si c'était le cas je pense que ce n'est pas dégradant (cf Marthe et Marie).
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
Foxy
Prætor
Prætor
Messages : 895
Inscription : ven. 01 nov. 2013, 1:14
Conviction : catholique
Localisation : Bretagne

Re: Les femmes aux avant postes d'une réforme de l'Eglise

Message non lu par Foxy » lun. 01 avr. 2019, 16:31

PaxetBonum a écrit :
lun. 01 avr. 2019, 13:56
Kerniou a écrit :
lun. 01 avr. 2019, 11:16
- Pourquoi ne pourraient-elles pas assurer les baptêmes, donner les derniers sacrements ? Surtout à une époque où le nombre de prêtres régresse ...
- Pourquoi, dans une église paroissiale le rôle des femmes se cantonnerait-il au ménage et à la disposition des fleurs ?
Le nombre de prêtre séculier régresse, mais les réguliers se développent.
Les femmes ne se cantonnent absolument pas au ménage et à la disposition des fleurs, je vous invite à voir ce qui se passe dans les "conseils paroissiaux", à regarder qui s'occupe des lectures…
Et même si c'était le cas je pense que ce n'est pas dégradant (cf Marthe et Marie).
Tout à fait PaxetBonum : nous n'en sommes plus depuis longtemps à repasser les aubes et fleurir les autels ! nous sommes invitées à participer à la préparation des messes, des réunions de préparation au baptême, de mariage, des obsèques où là, les femmes sont souvent les seules animatrices.
C'est une mission de l'évêque et il faut aussi assister aux réunions diocésaines.
Pour l'Aumônerie des hôpitaux et maisons de retraite, c'est la même chose.

Je ne me vois absolument pas revendiquer un autre rôle, car nous apportons notre vision féminine à l'Eglise locale et nous sommes écoutées.
La foi que j’aime le mieux,dit Dieu,c’est l’Espérance.
Charles Péguy

Gaudens
Quæstor
Quæstor
Messages : 205
Inscription : mer. 25 avr. 2018, 19:50
Conviction : chrétien catholique

Re: Les femmes aux avant postes d'une réforme de l'Eglise

Message non lu par Gaudens » lun. 01 avr. 2019, 17:17

Ce qu'écrit Foxy à propos de certaines célébrations incombant à des femmes, pour tout ou partie, me rappelle des obsèques d'une cousine auxquelles j'assistais il y a un an ; pas de prêtre (bien que c'eût été préférable évidemment) mais une célébration digne et priante, relativement et sobrement belle, par deux femmes missionnées par l'évêque ; elles y apportaient sans doute une certaine douceur calme dont nous ,les hommes, ne sommes peut-être pas capables au même degré. Je n'ai pu m'empêcher de leur en faire compliment et de les remercier à la fin.
Mais là,nous étions dans le service à l'état pur , pas dans une bataille de pouvoir telles que certaines militantes les recherchent.

Jean-Mic
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2318
Inscription : mar. 07 févr. 2012, 20:17

Re: Les femmes aux avant postes d'une réforme de l'Eglise

Message non lu par Jean-Mic » lun. 01 avr. 2019, 21:34

:surrender: Je pense qu'il faut prendre cette "grève", et la "revendication" (assez maladroite dans ses termes, je dois le reconnaître) qui va avec, au second degré :D , mais qu'elle pointe une réalité profonde de la vie de notre Église :siffle: . .

Briscard a écrit :« Nous célébrerons la messe dehors, sur le parvis », affirment-elles crânement.
Ah bon !? et qui présidera ? :s


Briscard a écrit :Du 11 au 18 mai, les catholiques allemandes sont invitées à « ne pas mettre les pieds dans une église », à s’habiller de « blanc », et à arrêter « tout service volontaire ».
Eh bien, oui, notre Église serait bien en peine, si toutes ces dames se mettaient "en grève". Catéchisme ? blocage à 85 ou 90 %. Aumônerie des hôpitaux ? blocage à 75%, des prisons ? à 50%, Équipes d'accompagnement des familles en deuil ? blocage à 75%, ... je continue ?

Qui repassera les nappes d'autel ? qui fera la cuisine, le ménage et la lessive de nos prêtres (et évêques) ? qui fleurira nos églises, et passera le balai dans nos églises ? ... je continue ? (ce n'est pas moi qui enferme les femmes dans ce rôle, c'est un simple constat ; d'ailleurs, il m'arrive aussi de repasser la nappe d'autel :D )

Et pour finir, combien serons-nous à la messe ? Combien serons- nous au prochain Chemin de croix ? Au prochain chapelet médité ? cette fois-ci, je ne continue pas ! j'en ai mal d'avance ! :cry:

Reconnaître que les femmes occupent une place de premier plan dans la vie, dans la prière, dans le fonctionnement-même de notre Église. Ce n'est pas dire "l'ordination pour toutes". Bien loin de là. Merci, Mesdames, de tout ce que vous faites pour l'Église, et pour l'annonce de l'Évangile :clap: :clap: :clap: :clap: :clap:

Avatar de l’utilisateur
ChristianK
Senator
Senator
Messages : 766
Inscription : lun. 10 mars 2008, 18:43

Re: Les femmes aux avant postes d'une réforme de l'Eglise

Message non lu par ChristianK » mar. 02 avr. 2019, 2:49

Dans la mesure oû ces femmes sont mondaines, ou en lien avec les pulsions mondaines, ou manquent de fermeture suffisante sur le monde, elles vont accentuer la crise.
Par contre les femmes de l'opus dei pourraient être très utiles, et leurs enfants (assez nombreux) pourraient donner bien des vocations.

Avatar de l’utilisateur
Anonyme us
Barbarus
Barbarus

Re: Les femmes aux avant postes d'une réforme de l'Eglise

Message non lu par Anonyme us » mar. 02 avr. 2019, 10:11

Pour ma part, je rejette complètement et totalement cette idée. On ne rejette pas l'institution créée par le Christ en aggravant la situation. À force de moderniser, on a détruit le bonheur de l'homme sur la terre.

[…. supprimé la suite. Le mariage des prêtres est un autre sujet. La modération]

Avatar de l’utilisateur
Bassmeg
Barbarus
Barbarus

Re: Les femmes aux avant postes d'une réforme de l'Eglise

Message non lu par Bassmeg » mar. 02 avr. 2019, 10:53

ChristianK a écrit :
mar. 02 avr. 2019, 2:49
Dans la mesure oû ces femmes sont mondaines, ou en lien avec les pulsions mondaines, ou manquent de fermeture suffisante sur le monde, elles vont accentuer la crise.
Par contre les femmes de l'opus dei pourraient être très utiles, et leurs enfants (assez nombreux) pourraient donner bien des vocations.
Bien au contraire, ChristianK. Leur ouverture sur le monde est bénéfique à l' Eglise. C' est la fermeture sur le monde et le repli communautariste qui cause la crise actuelle,

[rien à voir avec le Cardinal Barbarin]

Nous sommes de nombreuses femmes à ne pas vouloir vivre en mode opus dei.
Je ne veux pas interdire aux gens de l' opus dei de vivre comme ils l' entendent, mais en échange, il ne faut pas qu' ils m' imposent leur mode de vie fermé sur le monde.
Vivre dans le monde n' est pas un mal, Christian. Pas plus que de demander l' égalité dans l' Eglise, voire la parité, type une femme de ménage-un homme de ménage; un prêtre-..[….]. Les femmes de Munster disent leur malaise et leur exaspération, il faut écouter leur message et non pas le disqualifier en les traitant de "mondaines", qui est un terme bien maladroit, si vous voyez ce que je veux dire, hum...
Ce sont simplement des catholiques qui en ont marre d' être sous estimées au motif qu' elles sont des femmes.
Il n' est pas impossible que le mouvement essaime et si c' est le cas, cela sera difficile à arrêter. Je ne suis pas voyante, mais je pense vraiment qu' une réforme type Vatican III se prépare et je ne suis pas la seule à le penser et à y réfléchir. Cette réforme aurait du être faite depuis longtemps par les hommes en place, cela n' a pas été le cas, donc bon, les femmes vont le faire, le travail. Et tant pis si cela fait grincer quelques dents chez les intransigeants.

Avatar de l’utilisateur
Photo
Barbarus
Barbarus

Re: Les femmes aux avant postes d'une réforme de l'Eglise

Message non lu par Photo » mar. 02 avr. 2019, 11:16

Pourquoi toujours vouloir des femmes partout ? Si Jésus avait souhaité des femmes a la tête de son église, il aurait choisi une parité entre hommes et femmes. Or, ses apôtres étaient du sexe masculin. Un homme représente un émetteur, une femme un récepteur. Vous aurez pu constater, lors des somptueuses réceptions organisées par le roi du Maroc pour la visite du Pape, l'absence de Lalla Salma et de Lalla Kadidja. Ne réagissez pas toujours votre propre camp ! Inutile, monsieur le curé, de courir pour me fuir. Je suis droite dans mes bottes, moi. Je ne représente pas un pilier en carton

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9036
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Les femmes aux avant postes d'une réforme de l'Eglise

Message non lu par Cinci » mar. 02 avr. 2019, 11:51

Les initiatrices ont formulé une lettre au pape François, que le cardinal Reinhard Marx, archevêque de Munich et président de la Conférence des évêques allemands, devait lui remettre lors du sommet sur les abus sexuels. Elles y demandent pêle-mêle l’adaptation de la morale sexuelle « avec la réalité de la vie humaine », la levée du célibat obligatoire pour les prêtres et l’accès des femmes à tous les ministères.

Anne-Bénédicte Hoffner

J'en pense qu'il s'agit là tout simplement d'une expression de néo gauchisme et de son politiquement correct.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Exabot [Bot] et 2 invités