Page 1 sur 1

Le Catholicisme "à la carte"

Publié : mar. 27 oct. 2015, 2:01
par Héraclius
Jean-Marie Donégani : "Le catholicisme à l'époque postmoderne est un catholicisme à la carte"

http://www.lavie.fr//debats/chretiensen ... 12_431.php

Professeur des universités à Sciences Po Paris, Jean-Marie Donégani interviendra le 6 novembre à la Catho de Lille lors d'un colloque sur la « religion et les politiques contemporaines des sexualités et de la filiation ». Pour le sociologue, notre époque postmoderne est passée d'un catholicism

Re: Le Catholicisme "à la carte".

Publié : mar. 27 oct. 2015, 10:51
par gerardh
_________

Bonjour,

Il me semble que depuis quelques décades, chaque catholique assaisonne la doctrine et la pratique à sa sauce, sans parler des particularités géographiques comme le "catholicisme" brésilien, ou le catholicisme africain où l'on apprend que les prêtres ont des enfants.

Les catholiques reprochent aux protestants leurs diversités : ils ont raison. mais in petto ils font pareil.

Un autre sujet est la décentralisation d l'Eglise catholique prônée par le synode et la Pape François. Elle va radicalement à l'inverse de l'autorité papale, présentée comme un gage d'unité.


_________

Les dérives du catholicisme mal interprété

Publié : jeu. 09 août 2018, 20:50
par Kitab
Bonjour à tous,

Afin d'ouvrir les yeux et de se tenir informé de ce qui se passe dans le monde en matière d'intolérance religieuse venant de nos propres rangs (venant des catholiques, donc), je propose un fil sur les déviances du catholicisme dans certains Etats.

Pour exemple, la loi philippine reconnaissant - à raison - l'adultère comme un péché.. et le condamnant par des peine de prisons pouvant aller jusqu'à 14 ans ! ça fait cher, l'adultère. Et ce, indépendamment des circonstances, cela va sans dire. On peut également citer le cas du Salvador, une vraie didacture pourtant catholique.

je trouve cela honteux, cela jette un tel discrédit sur notre religion qui est une religion d'amour, de paix, de miséricorde et il me semble être de notre devoir de ne pas fermer les yeux sur cette réalité / ces situations qui ne respectent en aucun cas la vie et la dignité humaine (ou animale).

Bien à vous ,
Kitab

Re: Le Catholicisme "à la carte"

Publié : mer. 22 août 2018, 5:34
par J R
L'article présenté montre bien l'état du catholicisme en France. C'est une belle analyse qui présente bien le subjectivisme ambiant. C'est très intéressant.
j r

Re: Le Catholicisme "à la carte"

Publié : lun. 15 oct. 2018, 16:54
par Bassmeg
Je pense que le phénomene est bien plus ancien que "quelques décades". Il y a toujours eu des controverses, des polémiques, et des gens qui disent défendre le VRAI catholicisme (en gros, le leur).

Rien de nouveau sous le soleil.

Re: Le Catholicisme "à la carte"

Publié : mer. 17 oct. 2018, 2:41
par Cinci
Bonjour,

Je ne dirais pas que "le catholicisme à l'ère post-moderne est un catholicisme à la carte"; pas si par "catholicisme" on entend bien parler du catholicisme qui est promut collectivement par la hiérarchie et qui s'insère dans le courant de la grande Tradition et qui ne va rien renier de la foi des Pères apostoliques, des dogmes, des sacrements, des pratiques anciennes de piété, etc.

Mais il est vrai que beaucoup d'individus, nombre de sujets pouvant tenir encore à se qualifier eux-mêmes de chrétiens catholiques, de gens que l'on pourrait aussi aisément qualifier de personnes à la foi faible ... faible, faible, faible ... ; et donc, il sera bien vrai, dis-je, qu'une foule de baptisés ne parvient pas à s'identifier à l'Église dans ce que l'on pourrait appeler ici son aspect de "boîte gouvernementale", d'officine de direction, d'organisation structurée, qui sera aussi bien humaine qu'imparfaite, limitée, pouvant toujours charriée de l'ombre et du péché.

Je pense que c'est un gros problème.

Cette "mise à distance" de l'Église dans son aspect institutionnel humain et par le fait d'un grand nombre de baptisés eux-mêmes, ce manque de solidarité si vous voulez, cette froideur, cette propension à vouloir marcher sur la tête de l'autorité ou de ne pas y être sympathique, cette envie et ce petit plaisir à toujours vouloir passer pour un rebelle : l'ensemble débouchera facilement sur une sorte de chaos sur le plan du langage en tout cas ou de la représentation.

C'est un chaos qui n'affecte pas la foi de l'Église, le contenu de ce qui est cru. Mais c'est un chaos qui paraît bien "aider" à accroître le fossé pouvant séparer les gens les uns des autres.

Le chaos dans la représentation augmente le sentiment de solitude qui peut parfois saisir à la gorge le pauvre fidèle tenant quand même à aller faire ses dévotions dans un sanctuaire quasi-abandonné (un peu comme si une guerre nucléaire avait déjà été lancée dehors - "Tous aux abris !" - il ne reste plus grand monde).

Je pense que c'est un problème parce que le chaos nourrit la fragmentation, l'éclatement, la division et que l'émiettement ne représente pas tellement l'effort d'unité et de synthèse qui aura toujours été celui de l'Église catholique.

Je pense que l'on pourrait parler d'un vent contraire et de tout un défi majeur pour les croyants catholiques ! Le défi majeur étant toujours celui de garder la foi (l'espérance, la charité ...) tout en refusant de s'aigrir, de se rabougrir, de se réfugier dans son petit quant-à-soi après avoir bien sûr put céder à la tentation d' excommunier mentalement à peu près tout le monde (pape en tête de liste ...) à l'exception de soi-même (et encore !)

Non


Le défi c'est de trouver la paix à travers tout cela, savoir la garder en dépit des turbulences, des provocations, des agitations, des oppositions et le fait aussi de se sentir comme l'étranger qui ne parviendra jamais à être vraiment chez soi au milieu de ce monde.

:saint:

Enfin, il est vrai que ce n'est pas tant l'Église comme notre société occidentale dans son ensemble et jusque dans ses fondements les plus profonds qui favorise une exacerbation de la subjectivité; chose qui fini bien sûr par rejaillir jusque chez les paroissiens (certains curés, religieux, théologiens, etc.)

Re: Le Catholicisme "à la carte"

Publié : mer. 17 oct. 2018, 15:35
par Bassmeg
Je ne suis pas sûre qu'on puisse jeter ainsi la pierre au catholicisme à la carte. Selon moi, c'est plus une richesse qu'un problème. C'est la preuve que le catholicisme est une religion vivante et ouverte à la tolérance.

Certains cathos sont intégristes. Mais nous ne pouvons pas tous l'être. Les cathos non intégristes ne sont pas moins cathos que les autres.

A un niveau ou à un autre, nous sommes tous participants de ce catholicisme à la carte. Une telle croit littéralement à l'Enfer et aux démons, mais utilise la contraception en se disant en son for intérieur que Dieu se fiche de la contraception. Un autre sera intraitable sur tel point de doctrine, et pour défendre son point de vue, contestera la légitimité du pape actuel.

[Le sujet de la critique des pasteurs de l'Église est régulièrement abordé. Nous tenons à vous assurer que cela, et qui plus est la "légitimité" du Pape, représentant de l'Église du Christ, n'est pas toléré dans la Cité Catholique (voir le Règlement). Ceci dit certains propos de nos pasteurs sur "les affaires du monde" ne sont peut-être pas irréprochables, mais la modération a constaté qu'il y avait dès lors des glissements vers une critique globale et non argumentée, ce que nous ne pouvons accepter.]

Un autre adorera le pape, mais refusera de donner ne serait-ce qu'un centime à la quête.

Et personne ne respecte à la lettre les lois de la Bible. Nous faisons tous un tri, moi la première, ne nous mentons pas. Et moi, je trouve ça bien. Nous ne sommes pas des perroquets.

Que celui qui ne fait pas du catholicisme à la carte me jette la premiere pierre.

Re: Le Catholicisme "à la carte"

Publié : mer. 17 oct. 2018, 16:40
par Nanimo
(…) Cette "mise à distance" de l'Église dans son aspect institutionnel humain et par le fait d'un grand nombre de baptisés eux-mêmes, ce manque de solidarité si vous voulez, cette froideur, cette propension à vouloir marcher sur la tête de l'autorité ou de ne pas y être sympathique, cette envie et ce petit plaisir à toujours vouloir passer pour un rebelle : l'ensemble débouchera facilement sur une sorte de chaos sur le plan du langage en tout cas ou de la représentation.

C'est un chaos qui n'affecte pas la foi de l'Église, le contenu de ce qui est cru. Mais c'est un chaos qui paraît bien "aider" à accroître le fossé pouvant séparer les gens les uns des autres. (...)
Là, vous mettez le doigt sur l'un des travers de nos sociétés modernes. Individualisme, où vas-tu nous mener?!

Re: Le Catholicisme "à la carte"

Publié : mer. 17 oct. 2018, 16:48
par Foxy
Un autre adorera le pape, mais refusera de donner ne serait-ce qu'un centime à la quête.

Nous n'adorons pas le Pape, nous n'adorons que Dieu. Le Pape est le Chef de l'Eglise Catholique.
Et personne ne respecte à la lettre les lois de la Bible. Nous faisons tous un tri, moi la première, ne nous mentons pas. Et moi, je trouve ça bien. Nous ne sommes pas des perroquets.

Si, dans la Bible, vous parlez de l'AT, évidemment, mais dans le NT, Jésus ne nous a pas demandé "grand'chose" : aimer Dieu et son prochain. Chacun y tend comme il peut, mais vu que nous sommes tous pécheurs, nous ne faisons pas, comme le dit St Paul dans la lettre aux Romains, chapitre 7 verset 19 :

19 Je ne fais pas le bien que je voudrais, mais je commets le mal que je ne voudrais pas.

Il n'est donc pas du tout de "catholique à la carte" ou de "perroquets"

Re: Le Catholicisme "à la carte"

Publié : mer. 17 oct. 2018, 17:21
par prodigal
Je comprends très bien le rejet de ce que l'on appelle "catholicisme à la carte" et j'approuve ce rejet.
Mais, très franchement, dans le contexte actuel, quel est le moyen de faire autrement? :incertain:

Re: Le Catholicisme "à la carte"

Publié : jeu. 18 oct. 2018, 20:00
par BCB
Bonjour,

Ce qui est difficile, c'est d'avoir des désaccords et de rester en communion.

Et il me vient à l'esprit l'une des premières professions de foi chrétienne dont nous disposons, du temps où cela valait une sentence de mort : "Je crois en un seul Dieu, j'appartiens au Christ, j'appartiens à l'Eglise". Et l'Eglise, le Saint-Esprit nous la fera aimer comme le Seigneur lui-même.

Ce qui est encore plus difficile, c'est d'avoir le sentiment - et je crains qu'il ne soit très partagé - que beaucoup de soucis qui sortent actuellement, viennent de la manière dont est organisée l'Eglise, de la manière dont est exercée l'autorité, dont est vécue l’obéissance, ... depuis des siècles en fait ... peut-être depuis toujours ...

Et là, on est très malheureux, parce que c'est Jésus lui-même qui a institué les choses de cette façon : Il a prié longuement et puis, il a appelé à lui ceux qu'il voulait pour qu'ils demeurent avec lui, et il les a envoyés prêcher et il leur a donné le pouvoir de chasser les démons, et il a déposé les sacrements dans leurs mains ... Et ce qui vient de Jésus lui-même ne peut être changé, et ne peut non plus être erroné.

Et donc, les pasteurs de l'Eglise nous enseignent, et nous les écoutons, et nous dépendons d'eux pour notre vie spirituelle. Les protestants disent que nous n'avons pas de liberté de conscience et ils encouragent beaucoup les contestations tous azimuts qui, à mon avis, sont si destructrices.

Comprenne qui pourra et que Dieu nous vienne en aide.