L'Église et la modernité

« Vous êtes le sel de la terre, vous êtes la lumière du monde. » (Mt 5.13-14)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions ecclésiales
Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: L'Église et la modernité

Message non lupar Carolus » jeu. 19 avr. 2018, 17:09

Je pense qu'il faut choisir entre la vie ou la mort.
Oui, il faut choisir entre la vie ou la mort. Il faut choisir le salut (la vie).
CEC 74 Dieu " veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité " (1 Tm 2, 4), c’est-à-dire du Christ Jésus (cf. Jn 14, 6). Il faut donc que le Christ soit annoncé à tous les peuples et à tous les hommes et qu’ainsi la Révélation parvienne jusqu’aux extrémités du monde :

Cette Révélation donnée pour le salut de toutes les nations, Dieu, avec la même bienveillance, prit des dispositions pour qu’elle demeurât toujours en son intégrité et qu’elle fût transmise à toutes les générations (DV 7).
Pour le salut du monde, il faut que le Christ soit annoncé à tous les peuples. Il faut que les hommes parviennent à la connaissance de la vérité. La vérité reste la vérité.

Avatar de l’utilisateur
JCNDA
Quæstor
Quæstor
Messages : 299
Inscription : lun. 15 mai 2017, 17:43
Conviction : baptisé
Localisation : Loiret
Contact :

Re: L'Église et la modernité

Message non lupar JCNDA » ven. 20 avr. 2018, 7:52

Je pense qu'il faut choisir entre la vie ou la mort.
Oui, il faut choisir entre la vie ou la mort. Il faut choisir le salut (la vie).
CEC 74 Dieu " veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité " (1 Tm 2, 4), c’est-à-dire du Christ Jésus (cf. Jn 14, 6). Il faut donc que le Christ soit annoncé à tous les peuples et à tous les hommes et qu’ainsi la Révélation parvienne jusqu’aux extrémités du monde :

Cette Révélation donnée pour le salut de toutes les nations, Dieu, avec la même bienveillance, prit des dispositions pour qu’elle demeurât toujours en son intégrité et qu’elle fût transmise à toutes les générations (DV 7).
Pour le salut du monde, il faut que le Christ soit annoncé à tous les peuples. Il faut que les hommes parviennent à la connaissance de la vérité. La vérité reste la vérité.
De plus, je voudrais ajouter qu'il faut comprendre la souffrance de Jésus sur la croix pour désirer une vie meilleure. En conséquence, les chrétiens contre le progrès sont des personnes qui ne veulent pas aider son prochain. Tout simplement, ces gens ne comprennent pas Jésus. Je l'avoue, ma pensée est paradoxale.
Le progrès contribue à alléger nos souffrances. C'est un désir de l'homme depuis le commencement.
Dernière édition par JCNDA le ven. 27 avr. 2018, 16:27, édité 1 fois.
"Car Yahweh connait la voie du juste, mais la voie des pécheurs mène à la ruine."
L’abbé Augustin Crampon

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 7933
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: L'Église et la modernité

Message non lupar Cinci » ven. 20 avr. 2018, 13:22

JCNDA,

Je ne connais pas beaucoup de personnes qui réagissent contre l'idée d'un progrès véritable dans n'importe quel domaine. Tout le monde souhaite que les choses s'améliorent.


La chose à dire ...

Les catholiques "réactionnaires" vont s'élever plutôt contre la pensée des Lumières, contre l'optimisme débridé des encyclopédistes à la Diderot, Condorcet et cie.

On rage intérieurement contre l'idéologie du progrès, le progressisme. Et le progressisme peut se comprendre comme une sorte de dynamique juvénile manquant de sagesse ou d'équilibre à quelque part.

Il est faux, par exemple, qu'en accumulant des succès de réalisation technique l'humanité doit devenir plus intelligente, plus heureuse ou plus libre. Augmentant la somme d'un certain savoir dans le champ des sciences naturelles : les hommes ne deviennent pas plus raisonnables pour autant. Ils ne seront pas moins soumis à des tendances mauvaises. Le progressisme libéral du XIXe siècle promettait d'entraîner l'humanité vers un nouvel âge d'or, vers la grande fraternité et où les guerres barbares ne seraient plus qu'un mauvais rêve, un souvenir du passé. Là-dessus, la grande guerre de 1914 aura été le cimetière du progressisme et de ses espoirs débridés.

Le progressisme est démenti par l'expérience.

Mais il n'en fait rien qu'il demeure parfaitement en place comme espoir, et continue même plus que jamais de constituer le fond de l'espérance profane de tous nos politiciens et grands décideurs de ce monde. C'est ce que des patrons de Google ou de Facebook n'auront cesse de célébrer au lieu de se rendre à l'église le dimanche.

On parle d'une idéologie sans Dieu. C'est l'homme qui est à lui-même son petit dieu et c'est un petit dieu à qui incomberait la charge de tout contrôler, en devenant responsable de tout et même jusqu'à la bonne marche du climat, la survie de la planète entière ! Parmi les illustres "grands prêtres" du mouvement on aurait pu compter des bonshommes comme Hubert Reeves ou Albert Jacquard ces dernières années.

Progrès, science, lumière ... sans Dieu, sans religion spécifique ... raisonnable, "être raisonnable" ... maître de soi, maître de la nature, maître de tout ... Un seul véritable ennemi : l'obscurantisme.

Les grands penseurs du progressisme regarde de très haut les religieux chrétiens, et posent alors en tant que vrais détenteurs d'une sorte de magistère moral, situé au-dessus de celui que l'on accordait traditionnellement à l'Église catholique en particulier.

Avatar de l’utilisateur
JCNDA
Quæstor
Quæstor
Messages : 299
Inscription : lun. 15 mai 2017, 17:43
Conviction : baptisé
Localisation : Loiret
Contact :

Re: L'Église et la modernité

Message non lupar JCNDA » ven. 20 avr. 2018, 14:28

JCNDA,

Je ne connais pas beaucoup de personnes qui réagissent contre l'idée d'un progrès véritable dans n'importe quel domaine. Tout le monde souhaite que les choses s'améliorent.
Cinci
À mon avis, il n'y a pas de progrès véritable. Dieu décide du chemin à prendre. Moi, je vis simplement en essayant de suivre la direction que Dieu a tracé.
"Car Yahweh connait la voie du juste, mais la voie des pécheurs mène à la ruine."
L’abbé Augustin Crampon

Trinité
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1797
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Re: L'Église et la modernité

Message non lupar Trinité » ven. 20 avr. 2018, 17:30

Tout dépend de ce que l'on entend par progrès!
Il est indéniable que notamment dans le domaine de la médecine le progrès ne peut être que louable!
En l'occurrence, je préfère vivre à notre époque, plutôt qu'en 1914 ou l'on coupait les membres des personnes sans anesthésie! :D

Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: L'Église et la modernité

Message non lupar Carolus » ven. 20 avr. 2018, 18:14


De plus, je voudrais ajouter qu'il faut comprendre la souffrance de Jésus sur la croix pour désirer une vie meilleure.
Oui, il faut comprendre la souffrance de Jésus sur la Croix.
CEC 679 Le Christ est Seigneur de la vie éternelle. Le plein droit de juger définitivement les œuvres et les cœurs des hommes appartient à Lui en tant que Rédempteur du monde. Il a " acquis " ce droit par sa Croix.
La souffrance de Jésus sur la Croix nous donne accès à la meilleure vie possible, c'est-à-dire la vie vie éternelle.

Avatar de l’utilisateur
JCNDA
Quæstor
Quæstor
Messages : 299
Inscription : lun. 15 mai 2017, 17:43
Conviction : baptisé
Localisation : Loiret
Contact :

Re: L'Église et la modernité

Message non lupar JCNDA » ven. 20 avr. 2018, 18:32

En principe, le progrès améliore. Enfin, je crois.
"Car Yahweh connait la voie du juste, mais la voie des pécheurs mène à la ruine."
L’abbé Augustin Crampon


Revenir vers « Vie de l'Église »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 10 invités