Les moines de Tibéhirine

« Vous êtes le sel de la terre, vous êtes la lumière du monde. » (Mt 5.13-14)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions ecclésiales
Avatar de l’utilisateur
Anne
Prætor
Prætor
Messages : 7078
Inscription : jeu. 21 févr. 2008, 1:05
Conviction : Catholique romaine
Localisation : Provincia Quebecensis

Les moines de Tibéhirine

Message non lupar Anne » mar. 29 déc. 2009, 6:29

PROXIMO

2009-12-23 apic/cx

Algérie : la vérité progresse sur les moines de Tibhirine

La vérité progresse sur les moines de Tibhirine, estime le quotidien français "La Croix", qui consacre un dossier dans sa publication en ligne. Les autorités françaises n’ont du reste jamais vraiment cru à la thèse officielle algérienne sur l’assassinat des moines de Tibhirine. Aujourd’hui, l’hypothèse d’une responsabilité de l’armée algérienne est examinée par un juge d’instruction

Rappel: en mars 1996, au Monastère de Tibhirine, dans l’Atlas algérien, les sept moines trappistes du monastère étaient enlevés, puis sauvagement assassinés le 21 mai 1996.

Il aura fallu la pugnacité du juge d’instruction antiterroriste Marc Trévidic pour qu’avance enfin l’enquête sur l’enlèvement et l’assassinat des sept moines trappistes de Tibhirine, en 1996. Nouvellement nommé, le magistrat avait demandé le 20 août la levée du secret-défense, après avoir entendu le 25 juin, en tant que témoin, la déposition de l’ancien attaché de défense à l’ambassade de France à Alger, le général François Buchwalter. Le militaire, qui figurait depuis des années sur la liste des témoins à faire comparaître mais qui n’avait jamais été convoqué, a affirmé au juge que le massacre des moines « résulte d’une bavure de l’armée algérienne ».
Suite de l'article:
:arrow: http://www.radiovm.com/Proximo/Nouvelles.aspx?/=7717
Dernière édition par Anne le mar. 29 déc. 2009, 23:32, édité 1 fois.
"À tout moment, nous subissons l’épreuve, mais nous ne sommes pas écrasés;
nous sommes désorientés, mais non pas désemparés;
nous sommes pourchassés, mais non pas abandonnés;
terrassés, mais non pas anéantis…
".
2 Co 4, 8-10

Avatar de l’utilisateur
Christophe
Consul
Consul
Messages : 7852
Inscription : mer. 28 avr. 2004, 0:04
Conviction : Catholique
Localisation : Haute-Savoie

Re: Les moines de Tibhirine

Message non lupar Christophe » mar. 29 déc. 2009, 10:14

Anne, si ce n'est pas encore fait, pouvez-vous contacter Proximo pour obtenir l'autorisation de reproduire certains de leurs articles sur notre forum ? À défaut d'autorisation, il faudra vous limiter — en conformité avec le droit de propriété intellectuelle — à des courtes citations…

Bien à vous
Christophe
« Tout ce que vous faites au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous le faites. » (Matthieu 25, 40)

Avatar de l’utilisateur
Anne
Prætor
Prætor
Messages : 7078
Inscription : jeu. 21 févr. 2008, 1:05
Conviction : Catholique romaine
Localisation : Provincia Quebecensis

Re: Les moines de Tibhirine

Message non lupar Anne » mar. 29 déc. 2009, 23:30

Je n'ai rien trouvé sur le site même (contrairement à Zénith, par exemple, où c'est clairement indiqué), mais je vais essayer par courriel...
Image
J'y vais de ce pas et modifie le message précédent!
"À tout moment, nous subissons l’épreuve, mais nous ne sommes pas écrasés;
nous sommes désorientés, mais non pas désemparés;
nous sommes pourchassés, mais non pas abandonnés;
terrassés, mais non pas anéantis…
".
2 Co 4, 8-10

Avatar de l’utilisateur
polomnic
Quæstor
Quæstor
Messages : 268
Inscription : jeu. 29 avr. 2004, 18:59

Moines de Tibéhirine:un témoin clé accuse l’armée algérienne

Message non lupar polomnic » mer. 10 nov. 2010, 14:33

Mercredi matin, le juge antiterroriste Marc Trévidic entendra à Amsterdam un ex-agent algérien. Le magistrat veut savoir si les moines ont été victimes d’une opération militaire.

La recherche de la vérité ignore les frontières. Ce matin, le juge antiterroriste Marc Trévidic s’envole vers Amsterdam. Où un protocole spécial a été établi en secret avec les autorités néerlandaises. L’objectif : entendre enfin l’ex-militaire algérien Abdelkader Tigha. Un témoin clé dans une enquête longtemps muselée par la raison d’Etat. Plus d’une centaine de questions ont été préalablement envoyées aux Pays-Bas. Le juge Trévidic les posera au témoin. C’est un magistrat néerlandais qui fera office de traducteur.

« Si Tigha parle et confirme en détail ce qu’il dit savoir, avoir vu et entendu, alors ce sera un élément crucial vers la piste d’une implication directe des autorités algériennes », explique Me Patrick Beaudoin, avocat des parties civiles, qui n’a eu de cesse de multiplier les demandes officielles d’audition depuis l’ouverture de l’enquête.

Car l’ex-adjudant de la Direction du renseignement et de la sécurité (DRS) algérien est un témoin unique en son genre. Il désigne avec force détails l’armée et le pouvoir algériens comme étant les commanditaires de l’enlèvement, le 26 mars 1996, des sept moines trappistes, séquestrés pendant deux mois avant d’être décapités. Selon sa version, les militaires y ont participé directement, aux fins de monter une opération de manipulation des Groupes islamiques armés (GIA) qui a mal tourné et abouti au massacre des sept religieux de Tibéhirine. L’homme ne parle pas en l’air. Il était un agent opérationnel du centre de renseignement et de recherche de Blida, une ville située au nord de l’Algérie. Là où tout s’est décidé, là où il dit avoir vu passer les ordres, puis les moines le soir de leur enlèvement, et même les terroristes des GIA infiltrés par le pouvoir venir « récupérer » ceux qu’on ne reverra jamais vivants.
http://www.francesoir.fr/faits-divers/m ... enne.51975

mandonnaud
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2313
Inscription : jeu. 01 juil. 2004, 15:28
Localisation : LIMOGES 87000 FRANCE
Contact :

L'invincible espérance du prieur de Tibhirine

Message non lupar mandonnaud » lun. 10 janv. 2011, 23:54

Christian de Chergé, prieur de Tibhirine, "L'invincible espérance"

En ce début 2011 vous avez été 3 millions de personnes en France à avoir vu le film de X. Beauvois " Des dieux et des hommes", le film sur les moines de Tibhirine, et vous vous souvenez du prieur, joué par Lambert Wilson, si émouvant. Eh bien aujourd'hui je vous parle du livre écrit par ce prieur, Christian de Chergé, publié en mai 1997 aux éditions Bayard et Centurion, intitulé 'L'invincible espérance", et qui rassemble des textes écrits par lui de 1974 au 8 mars 1996, soit peu de temps avant son assassinat le 21 mai 1996.
L'avis de La Procure. La maison de diffusion analyse le livre ainsi:

"Un magnifique recueil des plus beaux écrits spirituels de Christian de Chergé qui permet de saisir toute l'intensité croyante du prieur de Tibhirine qui se considérait lui-même comme étant un "priant parmi les priants", attaché à tout jamais à ses frères musulmans et à la terre de l'islam."

Ce livre, pour moi qui viens de le lire, est bouleversant car il est tout baigné de sa charité. Vivant pour ses frères d'Algérie et la communauté musulmane, il fait découvrir par plein de citations un aspect peu connu du Coran, son parallèle avec la Bible dans sa recherche de Dieu et de l'attitude du priant. On voit que sa vie quotidienne avec les villageois et les fervents priants musulmans, faite d'échanges et de partages, donne une autre vision de l'islam et permet dans ce monde de violence quotidienne (qu'il a lui-même aussi connu) d'avoir de l'espérance, et de constuire un dialogue et échange de prière.

Dans ce livre de 318 pages il y a 3 grandes parties, après une présentation par Bruno Chenu qui analyse ce livre ainsi:

"Le 21 mai 1996, les sept moines trappistes de Tibhirine étaient assassinés.
Quelques jours avant l'enlèvement, Christian de Chergé, prieur de la communauté de l'Atlas, écrivait : " Je les aime assez, tous les Algériens, pour ne pas vouloir qu'un seul d'entre eux soit le Caïn de son frère. Mais d'avance je confie celui qui, dans sa liberté mal éclairée, deviendrait meurtrier à la miséricorde du Père. Et si c'est à moi qu'il s'en prend, je voudrais pouvoir lui dire qu'il ne savait pas ce qu'il faisait, lui donner toutes les circonstances atténuantes".
Ce livre rassemble un choix de textes exceptionnels, de la seule plume de Christian de Chergé, et recueillis par Bruno Chenu (1942-2003) assomptionniste et théologien.

Après l'introduction nous avons:

Première partie, "L'homme de prière", 6 petits textes de 4 à 14 pages écrits entre 1974 et 1979, qui contiennent des confidences sur sa vie de prière.

Deuxième partie, "L'homme du dialogue", 4 chapitres plus longs, de 40 pages, écrits entre 1983 et 1995, sur sa connaissences du Coran par rapport à la Bible, son expérience de vie spirituelle avec des priants musulmans (des nuits de prière partagée, des rencontres régulières), et sa réflexion sur le dialogue et la vie partagée possible.

Enfin la troisième partie, "L'homme de la vie offerte et du pardon", des textes assez courts, écrits entre 1993 et 1996, qui sont des méditations, partant de fête de la liturgie quotidienne sur l'approfondissement de sa vie de moine en terre musulmane et sa relation à Dieu en Jésus par l'Esprit Saint avec ou devant ceux qui vivent du Coran. Ce sont des textes d'une rare profondeur spirituelle, d'un grand amour vécu. En lisant ces textes, bien qu'ils ne fassent parfois que trois pages, un seul par soirée me suffit pour méditer. D'ailleurs ces textes étaient partagés avec tout un groupe en Europe, moines et laïcs avec qui il avait promis d'écrire.

Voilà un livre qui nourrit la foi, malgré parfois ses interrogations et ses doutes, mais nourri d'une telle vie de charité, de prière et d'authenticité que je ne peux que vous le conseiller.

Voici une analyse plus longue et fouillée faite par Raymond Légaré:

Christian de Chergé, L’invincible espérance. Paris, Bayard 2010. 320 p.

Ce volume rassemble un choix de textes du prieur du monastère trappiste de Tibhirine en Algérie, assassiné avec six autres moines en 1996. Regroupés en trois parties, ils marquent les étapes de son itinéraire spirituel que le présentateur Bruno Chenu résume ainsi : l’homme de prière, l’homme du dialogue interreligieux et l’homme mort en ayant pardonné à l’avance à ses bourreaux.

Homme de prière

Au terme d'un parcours qui a commencé avec son service militaire, s'est poursuivi avec son ordination sacerdotale et son entrée chez les trappistes, Christian de Chergé choisit de revenir en Algérie, cette fois non pas comme soldat, mais comme moine pour y poursuivre son engagement spirituel. Il y sera amené à faire un nouvel apprentissage : celui de la prière en milieu musulman.Dès l’abord, sa prière sera marquée par la présence de l’autre. Inclusive, elle s’ouvrira à son frère musulman et évoluera vers un renouveau de la perception des réalités spirituelles axé sur les prémices du salut offert par Dieu à tous les croyants. Un événement, que Chenu compare à la Nuit de feu de Pascal, aura pour lui valeur de révélation lorsqu’un soir à la chapelle, peu après son arrivée au monastère, il est amené à prier en la Présence du Maître, et en la présence également d’un musulman unissant subrepticement sa voix et ses prières de croyant à la sienne. Inédite, cette expérience de prière inspirera sa quête spirituelle. Soucieux de faire alliance avec Dieu tout en prenant conscience de la présence prophétique de l’Esprit au sein des autres familles de croyants, il découvrira progressivement combien la prière est un langage universel qui inclut aussi bien la Fatiha musulmane que le Magnificat. Tout être priant devient une Maison de prière, un temple de l’Esprit, présent chez tous les peuples. La prière ne peut à ses yeux être qu’inclusive comme celle de Jésus : « Cette unité de tous les peuples dans le Cœur du Christ semble plus évidente encore quand on se met loyalement à l’écoute d’un autre peuple en prière, et qu’on découvre, à travers lui, que les attitudes et les mots les plus simples de l’expression spirituelle ignorent les frontières de religion. » (p.50)

Homme de dialogue

La notion de Dieu partagé forme ainsi l’assise de son désir d’entamer le dialogue avec l’islam. Rompant avec l’isolement du monastère par rapport au milieu environnement, il mettra sur pied avec l’aide de son évêque un groupe de rencontre interreligieux qui se réunira deux fois l’an pour échanger sur les liens existant entre Révélation coranique et biblique. Au cœur de ce dialogue se retrouve la figure du Dieu miséricordieux dont les traits sont connus des musulmans et des chrétiens. Valeur œcuménique, cette figure peut au-delà des différences importantes ramener au-devant de la scène du monde religieux l’unicité de la Création, œuvre de Dieu. Le monde n’a d’origine qu’en Dieu et l’Incarnation du Verbe a lieu sous des modes distincts en christianisme aussi bien qu’en islam. Le Coran fait d’ailleurs l’éloge d’autres croyants, prêtres et moines chrétiens, sabéens et juifs qui, faisant le bien, trouveront leur récompense auprès de leur Seigneur (Coran 2,62).

Avec force, il invite à s’opposer à la tentation constante de réduire la communauté que se rassemble l’Éternel à celles que nos temples faits de main d’homme parviennent à regrouper vaille que vaille. Mais s’il faut espérer faire alliance entre croyants au-delà des divisions existantes, ce ne sera jamais qu’en préservant une unité différenciée : et c’est tant mieux ainsi. L’identité devient facilement idolâtrique et persécutrice.

En droite ligne avec Vatican II et la mission spirituelle du Christ, cette solidarité des croyants s’abstiendra de prosélytisme. Prier ensemble, faire le bien, pratiquer l’hospitalité sont les principes à la base de ce dialogue interreligieux pratiqué à Tibhirine. La rencontre des traditions musulmane et chrétienne ne peut se faire sur des bases théologiques, voie sans issue, mais sur un dialogue existentiel qui reconnait l’unité différenciée des croyants en Dieu.

Homme de la vie offerte et du pardon

La dimension de l’engagement du P. Christian apparaît nettement dans le destin tragique qu’il envisage avec sérénité dans son remarquable testament spirituel rédigé dès le mois de décembre 1993. Face à la menace et à l’hostilité à l’égard des étrangers démontrée par le GIA, la question se pose : partir ou rester. Plusieurs religieux et religieuses ont déjà payé de leur vie leur décision de ne pas céder à la menace et de continuer à assurer la présence de l’Église en Algérie. Vivant constamment dans la peur, les moines de la communauté choisissent quand même de rester. Arrêtés et détenus pendant deux mois par un groupe islamiste pour des motifs contraires à ceux pour lesquels ils avaient vécu, on apprendra par un communiqué du GIA du 31 mai 1996 qu‘ils ont été assassinés. Revivant la passion et la Pâques du Christ, jusqu’à offrir à l’avance le pardon à ses assassins, le témoignage du P. Christian prolonge l’Esprit de la Pentecôte où l’Amour devient don de Dieu offert à tous ceux qui acceptent de mourir pour renaître à la vraie Vie. Ce témoignage a une dimension qui peut déranger, tellement il est hors du commun. Mais il est destiné à être compris par cette minorité d’appelés capables de dépasser jusqu’à l’héroïsme la condition humaine à la suite du Christ. Ce groupe de moines exceptionnels s’inscrit dans une longue liste de martyrs qui ont donné leur vie pour ceux qu’ils aimaient. Le Seigneur les a accueillis dans son Royaume comme il accueille ceux qui ont su témoigner jusqu’au bout de la grandeur de l’Amour de Dieu et le partager malgré leur faiblesse. Intimidant témoignage, auquel l’Évangile donne tout son relief tout en lui enlevant sa dimension de tragédie sacrée. L’Amour ici a chassé le destin aveugle au profit de l’affirmation d’une liberté libératrice dont Dieu seul reste le gage. Les fruits du martyre seront toujours variés et imprévisibles, mais le Christ a su à chaque époque de l’Église en assurer l’éclosion. Aux chrétiens d’en apprécier la grandeur et le message.


Raymond Légaré
Jésus est infiniment misericordieux.
http://www.mandonnaud.net/

Pati
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 568
Inscription : jeu. 10 déc. 2009, 21:30

Re: L'invincible éspérance du prieure de Tibhirine

Message non lupar Pati » mar. 11 janv. 2011, 0:39

Merci.. c'est ce que je recherchais.. le fonctionnement de l'esprit de cet homme.. je voulais comprendre comment il pensait la vie.. comment il pensait le don de soi.. j'avais lu le testament, mais il me manquait le reste.. tout quoi...
merci
Pati

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8543
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: L'invincible éspérance du prieure de Tibhirine

Message non lupar jean_droit » sam. 05 févr. 2011, 20:51

Du Figaro : Le dernier moine de Tibhirine témoigne

http://www.lefigaro.fr/actualite-france ... moigne.php

Tout, tout début de l'article :
INTERVIEW - Rescapé de la tuerie de 1996, il n'avait jamais parlé depuis la mort des moines de Tibhirine. Nous avons retrouvé frère Jean-Pierre dans un monastère au Maroc, où il a accepté de se confier en exclusivité pour Le Figaro Magazine. Il parle de ses frères disparus, des événements tragiques qu'ils ont vécus, du film de Xavier Beauvois, Des hommes et des dieux. Mais aussi de sa foi et de son espérance. Un entretien lumineux.

Avatar de l’utilisateur
Anne
Prætor
Prætor
Messages : 7078
Inscription : jeu. 21 févr. 2008, 1:05
Conviction : Catholique romaine
Localisation : Provincia Quebecensis

Re: L'invincible éspérance du prieure de Tibhirine

Message non lupar Anne » dim. 06 févr. 2011, 4:48

Bel article... avec des commentaires édifiants de lecteurs... :s
"À tout moment, nous subissons l’épreuve, mais nous ne sommes pas écrasés;
nous sommes désorientés, mais non pas désemparés;
nous sommes pourchassés, mais non pas abandonnés;
terrassés, mais non pas anéantis…
".
2 Co 4, 8-10

Avatar de l’utilisateur
Théodore
Prætor
Prætor
Messages : 826
Inscription : jeu. 07 mars 2013, 23:43
Conviction : Catholique de Rit latin.
Localisation : Berlin, Allemagne.

Les moines de Tibéhirine reconnus martyrs

Message non lupar Théodore » sam. 27 janv. 2018, 13:50

C'est tombé ce matin.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/ ... atican.php

J'avoue ne pas trop savoir comment le prendre. Si je ne m'abuse, ils avaient eu certains discours proches de l'indifférentisme envers l'islam.
Unam peti a Domino, hanc requiram,
Ut inhabitem in domo Domini omnibus diebus vitae meae.
Ut videam voluptatem Domini, et visitem templum eius.


Psaume XXVI, verset 7-8.

Avatar de l’utilisateur
Nanimo
Prætor
Prætor
Messages : 2108
Inscription : sam. 15 avr. 2006, 16:21
Conviction : Catholique
Localisation : CANADA
Contact :

Re: Les moines de Tibéhirine

Message non lupar Nanimo » sam. 27 janv. 2018, 14:20

Je pense qu'il nous est très difficile d'évaluer la situation de l'époque, le danger terroriste et leur quotidien avec ces populations musulmanes qui les appréciaient énormément. Ils étaient chrétiens d'abord, agissaient comme tels et cela ils l'ont fait... jusqu'au bout. C'est cela que nous devons retenir.

Vers leur béatification!
Lest we boast
[couleur de la modératrice]

Avatar de l’utilisateur
Suliko
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2357
Inscription : ven. 07 janv. 2011, 22:02

Re: Les moines de Tibéhirine reconnus martyrs

Message non lupar Suliko » sam. 27 janv. 2018, 16:58

J'avoue ne pas trop savoir comment le prendre.
Et bien moi, je le prends très mal. Le père Christian de Chergé était un apostat. Il priait avec des musulmans, était adepte de la lectio divina à partir du Coran, avait prêté une salle du monastère de Thibéhirine aux musulmans pour qu'ils y prient (et donc, le chant du mu'ezzin retentissait dans ce lieu censé être catholique...). Bref, son langage était très relativiste envers l'islam. Et qu'on ne me dise pas que ce n'est pas pour cela que ces moines sont canonisés, mais pour leur martyre, car pour être martyr, encore faut-il être catholique et je crois que cette foi-là n'était plus professée dans ce monastère "inter-religieux"... Le moins que l'on puisse dire, c'est que non seulement ce n'est pas ainsi que l'on va convertir les musulmans, mais surtout, que c'est le genre de prose qui fait perdre la foi aux baptisés en les plongeant dans le relativisme et l'irénisme le plus total...

Edit : il s'agit d'une future béatification, et non pas canonisation, comme je l'ai écrit trop rapidement. Néanmoins, cela ne change rien à mon propos.
L'un des malfaiteurs suspendus à la croix l'injuriait:"N'es-tu pas le Christ? Sauve-toi toi-même, et nous aussi." Mais l'autre, le reprenant, déclara:"Tu n'as même pas crainte de Dieu, alors que tu subis la même peine! Pour nous, c'est justice, nous payons nos actes; mais lui n'a rien fait de mal." Et il disait:"Jésus, souviens-toi de moi, lorsque tu viendras avec ton royaume." Et il lui dit:"En vérité, je te le dis, aujourd'hui tu seras avec moi dans le Paradis."

axou
Barbarus
Barbarus

Re: Les moines de Tibéhirine

Message non lupar axou » mar. 30 janv. 2018, 17:40

C'est le moment de ressortir le testament de Christian de Chergé : tout est dit. Je suis heureuse que leur béatification soit en marche... Axou


"Quand un A-DIEU s'envisage...

S'il m'arrivait un jour - et ça pourrait être aujourd'hui - d'être victime du terrorisme qui semble vouloir englober maintenant tous les étrangers vivant en Algérie, j'aimerais que ma communauté, mon Église, ma famille, se souviennent que ma vie était DONNÉE à Dieu et à ce pays. Qu'ils acceptent que le Maître Unique de toute vie ne saurait être étranger à ce départ brutal. Qu'ils prient pour moi : comment serais-je trouvé digne d'une telle offrande ? Qu'ils sachent associer cette mort à tant d'autres aussi violentes, laissées dans l'indifférence de l'anonymat.

Ma vie n'a pas plus de prix qu'une autre. Elle n'en a pas moins non plus. En tout cas, elle n'a pas l'innocence de l'enfance. J'ai suffisamment vécu pour me savoir complice du mal qui semble, hélas, prévaloir dans le monde et même de celui-là qui me frapperait aveuglément. J'aimerais, le moment venu avoir ce laps de lucidité qui me permettrait de solliciter le pardon de Dieu et celui de mes frères en humanité, en même temps que de pardonner de tout cœur à qui m'aurait atteint. Je ne saurais souhaiter une telle mort. Il me paraît important de le professer. Je ne vois pas, en effet, comment je pourrais me réjouir que ce peuple que j'aime soit indistinctement accusé de mon meurtre. C'est trop cher payer ce qu'on appellera, peut-être, la « grâce du martyre » que de la devoir à un Algérien, quel qu'il soit, surtout s'il dit agir en fidélité à ce qu'il croit être l'Islam.

Je sais le mépris dont on a pu entourer les Algériens pris globalement. Je sais aussi les caricatures de l'Islam qu'encourage un certain islamisme. Il est trop facile de se donner bonne conscience en identifiant cette voie religieuse avec les intégrismes de ses extrémistes. L'Algérie et l'Islam, pour moi, c'est autre chose, c'est un corps et une âme. Je l'ai assez proclamé, je crois, au vu et au su de ce que j'en ai reçu, y retrouvant si souvent ce droit fil conducteur de l'Évangile appris aux genoux de ma mère, ma toute première Église. Précisément en Algérie, et, déjà, dans le respect des croyants musulmans. Ma mort, évidemment, paraîtra donner raison à ceux qui m'ont rapidement traité de naïf, ou d'idéaliste : « Qu'il dise maintenant ce qu'il en pense ! » Mais ceux-là doivent savoir que sera enfin libérée ma plus lancinante curiosité. Voici que je pourrai, s'il plaît à Dieu, plonger mon regard dans celui du Père pour contempler avec Lui ses enfants de l'Islam tels qu'Il les voit, tout illuminés de la gloire du Christ, fruits de Sa Passion investis par le Don de l'Esprit dont la joie secrète sera toujours d'établir la communion et de rétablir la ressemblance en jouant avec les différences.

Cette vie perdue totalement mienne et totalement leur, je rends grâce à Dieu qui semble l'avoir voulue tout entière pour cette JOIE-là, envers et malgré tout. Dans ce MERCI où tout est dit, désormais, de ma vie, je vous inclus bien sûr, amis d'hier et d'aujourd'hui, et vous, ô mes amis d'ici, aux côtés de ma mère et de mon père, de mes sœurs et de mes frères et des leurs, centuple accordé comme il était promis ! Et toi aussi, l'ami de la dernière minute, qui n'aura pas su ce que tu faisais. Oui, pour toi aussi je le veux ce MERCI, et cet "À-DIEU" envisagé de toi. Et qu'il nous soit donné de nous retrouver, larrons heureux, en paradis, s'il plaît à Dieu, notre Père à tous deux.

AMEN ! Inch'Allah ! "

Alger, 1er décembre 1993
Tibhirine, 1er janvier 1994
Christian

Avatar de l’utilisateur
Héraclius
Consul
Consul
Messages : 3224
Inscription : lun. 30 sept. 2013, 19:48
Conviction : Catholique

Re: Les moines de Tibéhirine

Message non lupar Héraclius » mar. 30 janv. 2018, 19:16

A noter qu’une partie au moins de leur indifférentisme était conditionnée par l’interdiction d’évangéliser encore en vigueur dans ces pays.

Cela dit, vos affirmations sont troublantes, Suliko... Vous avez des sources. La lectio divina à partir du Coran, si avérée, me semble particulièrement ’problématique’.
''Christus Iesus, cum in forma Dei esset, non rapínam arbitrátus est esse se æquálem Deo, sed semetípsum exinanívit formam servi accípiens, in similitúdinem hóminum factus ; et hábitu invéntus ut homo, humiliávit semetípsum factus oboediens usque ad mortem, mortem autem crucis. Propter quod et Deus illum exaltávit et donávit illi nomen, quod est super omne nomen, ut in nómine Iesu omne genu flectátur cæléstium et terréstrium et infernórum.'' (Epître de Saint Paul aux Philippiens, 2, 7-10)

Avatar de l’utilisateur
Suliko
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2357
Inscription : ven. 07 janv. 2011, 22:02

Re: Les moines de Tibéhirine

Message non lupar Suliko » mar. 30 janv. 2018, 22:07

Bonsoir Héraclius,
A noter qu’une partie au moins de leur indifférentisme était conditionnée par l’interdiction d’évangéliser encore en vigueur dans ces pays.
Non, ce n'est pas forcément lié. Les prêtres irakiens qui ont refusé de baptiser Joseph Fadelle n'étaient sans doute pas le moins du monde marqués par l'indifférentisme religieux.
Cela dit, vos affirmations sont troublantes, Suliko... Vous avez des sources. La lectio divina à partir du Coran, si avéré, me semble particulièrement ’problématique’.
Je vous cite quelques extraits de ce site consacré aux moines de Thibhirine :http://www.moines-tibhirine.org/

Témoignage de frère Jean-Pierre, un rescapé de la tuerie de 1996 :
Quel rôle Christian de Chergé a-t-il joué ?
Il y a eu, avec lui, une évolution vers l'islamologie. Il a personnellement beaucoup étudié le Coran. Le matin, il faisait sa lectio divina, avec une Bible en arabe. Il faisait parfois la méditation avec le Coran. Il cherchait à nous faire évoluer. Nous avions des relations avec l'islam, mais pas à un niveau intellectuel. Lui connaissait très bien le milieu musulman et la spiritualité soufie. Certains moines estimaient que la communauté devait rester équilibrée et que tout ne devait pas être orienté par l'islam. Ce qui provoqua des frictions. Ces tensions finirent par être dépassées grâce à la création d'un groupe d'échange et de partage avec des musulmans soufis, que nous avions appelé le ribât. Nous avions compris que la discussion sur les dogmes divisait, car elle était impossible. On parlait donc du chemin vers Dieu. On priait en silence, chacun selon sa prière à lui. Ces rencontres bisannuelles ont été interrompues en 1993, quand cela a commencé à devenir dangereux. Mais cette connaissance mutuelle a fait de nous de vrais frères, en profondeur.
C'est moi qui souligne.

Autre extrait du site au sujet de Christian de Chergé:
Christian de Chergé était lecteur du Coran, il citait régulièrement des sourates dans ses homélies, et il alla jusqu’à reconnaître que le message coranique est parole de Dieu adressée aux hommes (2), ce qui n’est sans doute pas le cas de beaucoup de chrétiens, pour ne pas dire la majorité, même si beaucoup sont adeptes du fameux dialogue interreligieux….
Je suis désolée, mais pour moi, c'est clairement un apostat, quelles qu'aient pu être ses intentions.
L'un des malfaiteurs suspendus à la croix l'injuriait:"N'es-tu pas le Christ? Sauve-toi toi-même, et nous aussi." Mais l'autre, le reprenant, déclara:"Tu n'as même pas crainte de Dieu, alors que tu subis la même peine! Pour nous, c'est justice, nous payons nos actes; mais lui n'a rien fait de mal." Et il disait:"Jésus, souviens-toi de moi, lorsque tu viendras avec ton royaume." Et il lui dit:"En vérité, je te le dis, aujourd'hui tu seras avec moi dans le Paradis."

Cepora
Barbarus
Barbarus

Re: Les moines de Tibéhirine

Message non lupar Cepora » sam. 10 févr. 2018, 20:08

Bonjour Axou,
C'est le moment de ressortir le testament de Christian de Chergé : tout est dit.
Que voulez-vous dire par "tout est dit" ?

Indépendamment de l'hypothétique béatification des moines de Tibéhirine, si ce testament de Christian de Chergé s'avère être authentique, ne trouvez-vous pas que ce qu'il dit à propos de la contemplation du Père pour "ses enfants de l'Islam" est pour le moins déroutant ? J'ai l'impression que cela dénote une conception plutôt holistique du salut ; l'Islam n'étant qu'un aspect différent d'une volonté unique qui souhaite la communion de tous les hommes.


Revenir vers « Vie de l'Église »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 16 invités