Le célibat ecclésiastique

« Vous êtes le sel de la terre, vous êtes la lumière du monde. » (Mt 5.13-14)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions ecclésiales
Pierre Carhaix
Barbarus
Barbarus

Re: Le célibat ecclésiastique

Message non lupar Pierre Carhaix » mar. 14 mars 2017, 17:23

Vous oubliez quelque chose d'important : le voeu de pauvreté. Les religieux ne possèdent rien en propre et sont à la charge de l'Église. Et puis il y a aussi les voeux de chasteté et d'obéissance.

Toute l'organisation de l'Église en découle depuis des siècles. Et pas seulement l'Église. Car la société, la civilisation, la vie des paroisses et des fidèles laïcs est imprégnée de ce mode de vie du clergé.

Si tout à coup les prêtres peuvent se marier, ça bouleverse tout en profondeur. Ça voudrait dire qu'ils seraient relevés de leurs voeux, ni plus ni moins. Car s'ils ont une femme et des enfants, ils ne pourront plus faire le voeu de pauvreté, puisqu'ils devront participer à l'entretien de leur ménage, transmettre des biens à leurs enfants.

Il n'y aura pas de voeux d'obéissance non plus, puisqu'il faudra bien qu' ils puissent suivre leurs conjoints en cas de mutation.

Et je ne parle pas de l'indisponibilité de prêtres mariés.

En fait, la prêtrise sera considérablement affaiblie. Toute la doctrine catholique construite sur le sacrifice du prêtre s'effondrera d'un coup : tout un pan du catéchisme sera caduque.

Suite logique : effondrement du sacrifice de l'autel, forcément lié au sacrifice du prêtre. Et donc effondrement de la foi en l'eucharistie, puis effondrement de la doctrine catholique toute entière.

Conséquence logique...

Maintenant réfléchissez à deuc choses :

Crise des vocations aussi chez les protestants (vous l'avez dit, mais curieusement ça ne vous fait pas changer d'avis. Très bizarrement. Vous savez donc que ce n'est pas la solution, mais vous maintenez quand même l'idée, sans raison compréhensible).

2e chose importante : n'avez vous pas remarqué que le célibat des laïcs se répand de plus en plus ? Ce n'est pas le mariage qui a le vent en poupe ! Il est quand même étrange que vous vouliez mettre fin au célibat des prêtres au moment où il y a de plus en plus de célibataires dans la société civile.

Vous imaginez, de plus, si les prêtres se mettent à courtiser les paroissiennes ?

axou
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1677
Inscription : lun. 15 sept. 2014, 3:23
Conviction : catholique
Localisation : Région parisienne et Bretagne

Re: Le célibat ecclésiastique

Message non lupar axou » mar. 14 mars 2017, 17:41

Vous oubliez quelque chose d'important : le voeu de pauvreté. Les religieux ne possèdent rien en propre et sont à la charge de l'Église. Et puis il y a aussi les voeux de chasteté et d'obéissance.

Toute l'organisation de l'Église en découle depuis des siècles. Et pas seulement l'Église. Car la société, la civilisation, la vie des paroisses et des fidèles laïcs est imprégnée de ce mode de vie du clergé.

Si tout à coup les prêtres peuvent se marier, ça bouleverse tout en profondeur. Ça voudrait dire qu'ils seraient relevés de leurs voeux, ni plus ni moins. Car s'ils ont une femme et des enfants, ils ne pourront plus faire le voeu de pauvreté, puisqu'ils devront participer à l'entretien de leur ménage, transmettre des biens à leurs enfants. P. Carhaix
Au risque de me répéter, tout cela "empêche pas de dormir nos fréres orientaux depuis 2000 ans . Il suffit d'aller enquèter chez eux, voir comment ils font, comment ils le vivent sur tous les plans et voir comment on peut l'adapter ailleurs. J'ai vécu au Liban, je me souviens que les Prêtres français en mission là bas constataient que la présence des épouses était un véritable plus dans la paroisse, elles participaient à tous les conseils presbytérins et apportaient une manière de voir différente.(un point de vue féminin quoi !)
Vous imaginez, de plus, si les prêtres se mettent à courtiser les paroissiennes ?
:rire:
Bon, vous ne tenez pas compte d''un fait : il est question d'ordonner des hommes murs, bien enracinés dans leur mariage.

Curieux toutes ces résistances au changement dans l'Eglise, mais la vie est changement perpétuel !

Bien à vous,

Axou

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 7415
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Le célibat ecclésiastique

Message non lupar Cinci » mar. 14 mars 2017, 18:08

Toto :
Or, François veut que des hommes mariés puissent être ordonnés. Je laisse aux partisans de l'herméneutique de la continuité le soin d'arranger tout cela ensemble ; pour ma part, je n'arrive pas à cumuler.
Le pape François ne suggère pas d'abolir le célibat ecclésiastique.

Il dit explicitement que l'on ne va pas résoudre le problème d'un manque de vocation en permettant à des séminaristes de se marier. On peut supposer facilement qu'il ne s'imagine pas non plus que des candidats se presseraient aux portes, s'il fallait permettre aux prêtres célibataires de se marier en m'importe quel temps.

Rien de vraiment nouveau

Il n'y a rien de vraiment neuf dans tout ce qui est avancé. Il existe déjà un certain nombre de prêtres qui sont mariés et qui font partie de l'Église catholique. Il en existe un petit nombre dans certaines églises orientales, comme il s'en trouve bien à Rome avec le cas de pasteurs protestants mariés et reconvertis au catholicisme, comme avec les évêques anglicans (déjà mariés) ayant demandé leur intégration dans l'Église catholique, etc.

http://americatho.over-blog.com/article ... 96947.html


Impossible de cumuler? non possumus?comme disait une célébrité de la défunte Action Française?

Qu'un diacre qui est marié puisse devenir prêtre catholique dans certaines circonstances et pour répondre à un besoin criant de l'Église, dans une partie du monde : ce n'est rien là qui soit chose impossible pour l'Église. Car ce ne l'était ni en l'an 60 ni en l'an 200, impossible; ce ne le serait pas en l'an 2250 non plus.

Le pape jouit de son pouvoir plénier de gestion. C'est le droit de regard que possède l'Église sur son propre fonctionnement interne, avec sa capacité vivante de s'adapter tant soit peu, aux conditions qui peuvent lui être imposées de l'extérieur. L'Église peut et doit s'adapter à certaines réalités ambiantes, tout simplement pour être à même de bien poursuivre sa mission, sans trahir ni le Christ ni le bon dépôt de la foi.

Qu'Il puisse y avoir une poignée d'hommes mariés parmi le clergé n'est pas chose qui contrevient à la Tradition de l'Église avec un grand T , pas plus que cela ne trahirait la foi de l'Église. Ce n'est pas François mais Benoit XVi lui-même qui a procédé avant lui à des ordinations d'hommes mariés.

Les journaux aiment bien faire mousser cette image d'un pape révolutionnaire, le héros moderniste (enfin!) qui réglerait son compte à la bande de vieillards malfaisants qui siègent à Rome! Comme si François pouvait sortir de son chapeau des initiatives personnelles venant flanquer par terre l'âme même (et fort mauvaise) de l'Église catholique. Une certaine projection excite le monde, sert à vendre du papier et maintenir les tarifs publicitaires.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 7415
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Le célibat ecclésiastique

Message non lupar Cinci » mar. 14 mars 2017, 18:38

Toto,
Mais, si vous êtes de ceux qui estiment que grâce au super-concile Vatican II, l'Eglise est passée de l'ombre à la lumière, vous pouvez toujours relire Paul VI (qui ne m'a pas l'air d'être un affreux intégriste réactionnaire, au contraire) qui dans son encyclique de 1967 (ère post-conciliaire), réaffirme l'importance du célibat pour les prêtres.
Je n'ai pas besoin d'être converti à l'idée de conserver la prêtrise dans sa forme classique autant que vous voudrez, tout en continuant de valoriser le célibat religieux. Je n'ai pas de problème avec la prêtrise comme elle s'exerce dans l'Église depuis longtemps. Je n'ai aucune revendication à faire valoir là-dessus.

Je reconnais au pape ou à l'autorité de l'Église ce droit d'organiser le fonctionnement de ses services, ses activités missionnaires, le déroulement du culte; de la même façon que c'est Rome qui fixe les balises pour le droit d'exercice de la prêtrise.

Toto
Senator
Senator
Messages : 932
Inscription : mar. 04 sept. 2012, 20:21
Conviction : Catholique pratiquant traditionaliste

Re: Le célibat ecclésiastique

Message non lupar Toto » mar. 14 mars 2017, 19:59

Bon, si je comprends bien, tout va très bien, Madame la marquise, on bazarde au moins 1500 ans de Tradition, on va à l'inverse d'encycliques rédigées il y a moins de 50 ans, et cela ne gêne personne. Bon.
Nous réclamons votre zèle contre les ennemis du célibat ecclésiastique, cette ligue impure, qui se grossit par des transfuges de l'ordre clérical. Jouets de passions séductrices, ils ont présenté des requêtes pour abolir ce point sacré… si honteuses tentatives… Défendre de toutes vos forces, d'après les règles des Canons, une loi de si haute importance, de la conserver dans toute son intégrité, de repousser les traits dirigés contre elle par des hommes que tourmentent les plus infâmes passions.

axou
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1677
Inscription : lun. 15 sept. 2014, 3:23
Conviction : catholique
Localisation : Région parisienne et Bretagne

Re: Le célibat ecclésiastique

Message non lupar axou » mar. 14 mars 2017, 21:20

Bon, si je comprends bien, tout va très bien, Madame la marquise, on bazarde au moins 1500 ans de Tradition, on va à l'inverse d'encycliques rédigées il y a moins de 50 ans, et cela ne gêne personne. Bon.
Têtu le Toto !

Il est dans la Tradition de l'Eglise d'ordonner des hommes mariés depuis les origines, dans une région donnée. Point. Ce fait là, bien concret, bien tangible, pèse plus fort que tous les écrits qui ont pu être écrits contre l'extension de cette tradition.

On est libre de penser que procéder à cette extension aujourd'hui est une mauvaise idée mais nous n'avons pas à crier au scandale puisque cela se fait DEJA sans aucune difficulté.

je repose ma question : pourquoi désapprouvez l'ordination d'hommes mariés Toto ?


Bien à vous,

Axou

Avatar de l’utilisateur
Suliko
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2154
Inscription : ven. 07 janv. 2011, 22:02

Re: Le célibat ecclésiastique

Message non lupar Suliko » mar. 14 mars 2017, 21:41

je repose ma question : pourquoi désapprouvez l'ordination d'hommes mariés Toto ?
Je me permets de répondre à la place de Toto (qui pourra évidemment à son tour y ajouter ses propres réflexions !).
Je désapprouve l'ordination d'hommes mariés :
1) parce que c'est une mauvaise réponse à une vraie question (la crise des vocations). Effectivement, comme il a été maintes fois souligné, les communautés protestantes historiques peinent également à recruter des pasteurs, qui peuvent pourtant être mariés et de sexe féminin. Le problème, c'est le modernisme, qui fait fuir les fidèles, et c'est contre cela que l'Eglise devrait se battre !
2) parce que je trouve totalement injustifiable de modifier une règle ecclésiastique très ancrée dans l'Eglise de rite latin, et ce sous des prétextes fallacieux. Imaginez un peu la réaction des fidèles catholiques de rites orientaux, si une partie de leur haut clergé se mettait en tête de modifier les règles canoniques sans raison valable, par exemple en ordonnant prêtres séculiers au minimum 30 % de célibataires, alors que la norme est depuis longtemps d'avoir presque uniquement des prêtres séculiers mariés ! Vous ne pensez pas que l'on subit déjà assez de bouleversements de diverses natures dans l'Eglise et qu'il n'est vraiment pas nécessaire d'en rajouter encore une couche ?! L'Eglise est par définition une institution stable, pas une sorte de sables mouvants où tout est sans cesse chamboulé sans raison !
3) parce que dans le clergé catholique oriental, la tradition des prêtres séculiers mariés est bien ancrée, ce qui fait que par exemple, la femme du prêtre joue un rôle spécifique dans le foyer et la paroisse et est souvent elle-même issue d'une famille d'ecclésiastiques (càd son père était peut-être lui-même prêtre, ou diacre), ou au moins de gens très croyants. Par conséquent, elle a une foi bien ancrée dans les traditions de l'Eglise et assume un rôle traditionnel. Je vois honnêtement mal comment trouver de telles épouses en terre latine. Et s'il s'agit de se retrouver avec des femmes de prêtres libérales, voire non croyantes ou non catholiques, non merci !
L'un des malfaiteurs suspendus à la croix l'injuriait:"N'es-tu pas le Christ? Sauve-toi toi-même, et nous aussi." Mais l'autre, le reprenant, déclara:"Tu n'as même pas crainte de Dieu, alors que tu subis la même peine! Pour nous, c'est justice, nous payons nos actes; mais lui n'a rien fait de mal." Et il disait:"Jésus, souviens-toi de moi, lorsque tu viendras avec ton royaume." Et il lui dit:"En vérité, je te le dis, aujourd'hui tu seras avec moi dans le Paradis."

Pierre Carhaix
Barbarus
Barbarus

Re: Le célibat ecclésiastique

Message non lupar Pierre Carhaix » mer. 15 mars 2017, 0:22

Vous oubliez quelque chose d'important : le voeu de pauvreté. Les religieux ne possèdent rien en propre et sont à la charge de l'Église. Et puis il y a aussi les voeux de chasteté et d'obéissance.

Toute l'organisation de l'Église en découle depuis des siècles. Et pas seulement l'Église. Car la société, la civilisation, la vie des paroisses et des fidèles laïcs est imprégnée de ce mode de vie du clergé.

Si tout à coup les prêtres peuvent se marier, ça bouleverse tout en profondeur. Ça voudrait dire qu'ils seraient relevés de leurs voeux, ni plus ni moins. Car s'ils ont une femme et des enfants, ils ne pourront plus faire le voeu de pauvreté, puisqu'ils devront participer à l'entretien de leur ménage, transmettre des biens à leurs enfants. P. Carhaix
Au risque de me répéter, tout cela "empêche pas de dormir nos fréres orientaux depuis 2000 ans . Il suffit d'aller enquèter chez eux, voir comment ils font, comment ils le vivent sur tous les plans et voir comment on peut l'adapter ailleurs. J'ai vécu au Liban, je me souviens que les Prêtres français en mission là bas constataient que la présence des épouses était un véritable plus dans la paroisse, elles participaient à tous les conseils presbytérins et apportaient une manière de voir différente.(un point de vue féminin quoi !)
Vous imaginez, de plus, si les prêtres se mettent à courtiser les paroissiennes ?
:rire:
Bon, vous ne tenez pas compte d''un fait : il est question d'ordonner des hommes murs, bien enracinés dans leur mariage.

Curieux toutes ces résistances au changement dans l'Eglise, mais la vie est changement perpétuel !

Bien à vous,

Axou
Mais nous ne sommes pas orientaux...
Le résultat obtenu sera complètement différent parce que le contexte culturel n'a rien à voir.

De plus, le problème est plus large que la vocation des prêtres. Il y a aussi un problème de la vocation au mariage. Une crise générale de l'engagement sous toutes ses formes. Ne voyez-vous pas tous ces célibataires, branchés sur des sites de rencontre, qui ne trouvent pas l'âme soeur ? Les laïcs ont déjà du mal à s'engager dans le mariage. Et vous proposez le mariage des prêtres comme la panacée aux problèmes que rencontre l'Église ? Ça ne fera qu'ajouter des problèmes supplémentaires. Car il ne suffit pas de vouloir se marier pour se marier. Il faut encore trouver quelqu'un qui veuille bien. Vous imaginez les prêtres en train de chercher l'âme soeur ? Rien de tel pour les détourner totalement de leur mission et créer un nouveau bazar dans la vie de l'Église. Sans compter les problèmes de rivalité, de séparation, et autres joyeusetés. Je ne vois comment, une fois englués là dedans, ils pourront conseiller les laïcs, accaparés qu'ils seront par leurs propres problèmes.

axou
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1677
Inscription : lun. 15 sept. 2014, 3:23
Conviction : catholique
Localisation : Région parisienne et Bretagne

Re: Le célibat ecclésiastique

Message non lupar axou » mer. 15 mars 2017, 11:22

Mais nous ne sommes pas orientaux...
Le résultat obtenu sera complètement différent parce que le contexte culturel n'a rien à voir. Pierre Carhaix
C'est possible, ce serait un risque à prendre.
(...) Et vous proposez le mariage des prêtres comme la panacée aux problèmes que rencontre l'Église ? Ça ne fera qu'ajouter des problèmes supplémentaires. Car il ne suffit pas de vouloir se marier pour se marier. Il faut encore trouver quelqu'un qui veuille bien. Vous imaginez les prêtres en train de chercher l'âme soeur ? Rien de tel pour les détourner totalement de leur mission et créer un nouveau bazar dans la vie de l'Église. Sans compter les problèmes de rivalité, de séparation, et autres joyeusetés. Je ne vois comment, une fois englués là dedans, ils pourront conseiller les laïcs, accaparés qu'ils seront par leurs propres problèmes.
Encore un têtu. mais le Pape ne veut pas lancer la mode du mariage chez les futurs prêtres, il envisage que des HOMMES MURS ayant fait leur preuve dans leur mariage deviennent prêtres dans certaines régions en besoin clérical. Cessons de faire dire au Pape ce qu''il ne dit pas !!!

Extrait de l'article du Figaro :

Le pape François confirme pour la première fois publiquement qu'il n'est pas opposé à la perspective d'ordonner au sacerdoce des hommes mariés dans l'Église catholique latine. Mais il réserverait cette possibilité aux seuls «viri probati» des hommes d'âges mûrs qui ont fait leur preuve sur le plan chrétien. François estime en effet que «permettre de choisir le célibat» ou non, à de jeunes séminaristes «n'est pas la solution» au «sérieux problème des vocations».
C'est la première fois que le Pape est aussi clair sur ce sujet. Il répond à une interview accordée à l'hebdomadaire allemand Die Zeit, daté du 9 mars 2017. «Nous devons réfléchir, dit-il, pour savoir si les viri probati sont une possibilité. Ensuite, nous devons aussi déterminer quel rôle ils peuvent jouer, notamment dans les communautés éloignées».
François estime même qu'il est de la responsabilité de l'Église de «discerner quand le Saint-Esprit appelle à quelque chose» à propos de l'ordination des «viri probati». On savait que le Pape avait autorisé la conférence des évêques brésiliens à lancer une commission d'étude sur l'ordination de «viri probati» pour permettre à des hommes mariés d'officier dans des contrées reculées où ne viennent que très rarement des prêtres. Mais cela n'avait jamais été confirmé officiellement.


Bien à vous,

Axou

Jeremy43
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1020
Inscription : dim. 29 sept. 2013, 22:12

Re: Le célibat ecclésiastique

Message non lupar Jeremy43 » mer. 15 mars 2017, 12:58

Bonjour,

Un prêtre est un homme donné, totalement configuré au Christ, qui fut Lui même donné en pâture à la multitude des hommes. Un prêtre ne peut évidemment pas avoir de femmes comme le Christ.

Un prêtre ne peut pas se marier puisqu'il doit mener une vie semblable à celle du Christ, la question est de savoir, en tout cas dans nos campagnes, si les prêtres ont la possibilité de mener une telle vie alors qu'ils doivent desservir des dizaines de paroisses ? la réponse est évidemment non.

Pierre Carhaix
Barbarus
Barbarus

Re: Le célibat ecclésiastique

Message non lupar Pierre Carhaix » mer. 15 mars 2017, 19:24

Mais nous ne sommes pas orientaux...
Le résultat obtenu sera complètement différent parce que le contexte culturel n'a rien à voir. Pierre Carhaix
C'est possible, ce serait un risque à prendre.
(...) Et vous proposez le mariage des prêtres comme la panacée aux problèmes que rencontre l'Église ? Ça ne fera qu'ajouter des problèmes supplémentaires. Car il ne suffit pas de vouloir se marier pour se marier. Il faut encore trouver quelqu'un qui veuille bien. Vous imaginez les prêtres en train de chercher l'âme soeur ? Rien de tel pour les détourner totalement de leur mission et créer un nouveau bazar dans la vie de l'Église. Sans compter les problèmes de rivalité, de séparation, et autres joyeusetés. Je ne vois comment, une fois englués là dedans, ils pourront conseiller les laïcs, accaparés qu'ils seront par leurs propres problèmes.
Encore un têtu. mais le Pape ne veut pas lancer la mode du mariage chez les futurs prêtres, il envisage que des HOMMES MURS ayant fait leur preuve dans leur mariage deviennent prêtres dans certaines régions en besoin clérical. Cessons de faire dire au Pape ce qu''il ne dit pas !!!

Extrait de l'article du Figaro :

Le pape François confirme pour la première fois publiquement qu'il n'est pas opposé à la perspective d'ordonner au sacerdoce des hommes mariés dans l'Église catholique latine. Mais il réserverait cette possibilité aux seuls «viri probati» des hommes d'âges mûrs qui ont fait leur preuve sur le plan chrétien. François estime en effet que «permettre de choisir le célibat» ou non, à de jeunes séminaristes «n'est pas la solution» au «sérieux problème des vocations».
C'est la première fois que le Pape est aussi clair sur ce sujet. Il répond à une interview accordée à l'hebdomadaire allemand Die Zeit, daté du 9 mars 2017. «Nous devons réfléchir, dit-il, pour savoir si les viri probati sont une possibilité. Ensuite, nous devons aussi déterminer quel rôle ils peuvent jouer, notamment dans les communautés éloignées».
François estime même qu'il est de la responsabilité de l'Église de «discerner quand le Saint-Esprit appelle à quelque chose» à propos de l'ordination des «viri probati». On savait que le Pape avait autorisé la conférence des évêques brésiliens à lancer une commission d'étude sur l'ordination de «viri probati» pour permettre à des hommes mariés d'officier dans des contrées reculées où ne viennent que très rarement des prêtres. Mais cela n'avait jamais été confirmé officiellement.


Bien à vous,

Axou
Je sais bien que ce n'est pas ce qu'il a dit, comme je le dis moi même plus haut, ce qui n'empêche pas certains de faire ici la promotion du mariage des prêtres, comme vous par exemple, et c'est à cela que je réponds.

Je ne crois pas être plus têtu que vous, je ne fais que vous expliquer pourquoi c'est une mauvaise idée selon moi. Pourquoi d'ailleurs avez-vous cette obstination de vouloir que les prêtres se marient ? Je suis sûr que vos raisons ne sont pas très claires. Vous parliez de donner plus de poids au "point de vue féminin" dans l'Église, plus haut. Est-ce cela, votre motif ? Une question de pouvoir, en somme.

Toto
Senator
Senator
Messages : 932
Inscription : mar. 04 sept. 2012, 20:21
Conviction : Catholique pratiquant traditionaliste

Re: Le célibat ecclésiastique

Message non lupar Toto » mer. 15 mars 2017, 19:34

On peut toujours se payer de mots, on sait très bien que la restriction aux hommes d'âge mûr tombera tôt ou tard (il suffira de se dire que, en conscience, on est appelé, et que l'on a fait un chemin de discernement, et hop! cela passera). Autre possibilité, que la fixation de l'âge mûr soit laissé à l'approbation des conférences épiscopales, et comme cela chacun fera sa sauce dans son coin, en augmentant la confusion (c'est déjà le cas avec cette abomination, cette profanation ignoble du Corps de Notre Seigneur Jésus-Christ [et encore, je me modère, je suis en-dessous de la réalité] donné aux divorcés remariés, pour leur propre condamnation, comme disait Saint Paul).
D'ailleurs, si l'on se limite aux hommes d'âge mûr, cela posera un problème pratique évident ; quid de la vocation? Normalement, les hommes sont ordonnés tôt, et l'on sait que les ordres religieux sont réticents à accueillir des vocations à plus de 30-35 ans. Comment croire que des hommes, qui ont pu exercer des fonctions importantes dans la vie, pourront facilement se mouler dans une vie complètement différente? A moins de dégrader la vocation, de considérer que le sacerdoce n'est plus un appel, un changement total de vie, mais qu'il serait simplement une activité au même titre que de donner un coup de main au conseil paroissial pour les comptes ou la décoration de l'Eglise. Et puis rappelons que ces prêtres mariés auront encore leur épouse et donc seront beaucoup moins disponibles.

Pourquoi suis-je totalement opposé à l'ordination d'hommes mariés?
Alors déjà c'est mal poser le problème. Ce n'est pas aux opposants du changement de donner des arguments contre, c'est aux partisans du changement de donner des arguments favorables. Et le seul argument trouvé, à savoir l'augmentation des vocations, n'est qu'un lamentable prétexte. D'abord parce que l'Eglise a été florissante en vocations durant des siècles, alors que le célibat, ou à tout le moins la continence, existait déjà. Ensuite parce que la crise des vocations touche d'autres mouvements religieux où le mariage est autorisé. On sait très bien que l'on n'accueillera qu'une poignée de prêtres en plus, alors que la voie de revenir en arrière sur 55 ans de délabrement, de reculades et de compromissions donnerait de bien meilleurs résultats. Il suffit de voir ce qui se passe chez les protestants ; les luthériens et calvinistes n'attirent plus personne, au contraire des évangélistes. Et simplement en restant chez nous, ce sont les mouvements plus conservateurs (Communauté Saint Martin, abbayes traditionnelles) qui attirent. Donc remettre une couche de modernisme ne résoudra pas le problème ; cela l'aggravera.

On me dit ensuite que cela existe déjà. Certes. Pour une région spécifique, qui représente quelques pourcents des catholiques ; c'est de l'ordre de l'exception, parce que le contexte (la forte présence des orthodoxes, le caractère minoritaire des chrétiens) a pu provoquer cela. Mais ce n'est pas parce que l'on a une exception que l'on devrait l'étendre stupidement à tout le monde! Je n'ai absolument rien contre le slavon, qui est utilisé par certains rites ; et pourtant j'espère qu'un pape n'aura pas l'idée idiote d'imposer le slavon aux catholiques de rite latin (bon, on a bien tenté d'éliminer le latin, avec le succès que l'on connaît)!

Je suis contre parce que l'Eglise n'est pas en très bonne situation ; chute des vocations en Europe, tensions provoquées par les réformes voulues par François, cardinaux qui se critiquent...Est-ce réellement le bon moment, où on est encore en train de digérer péniblement Amoris Laetitia, de rajouter une nouvelle couche de crise, de tensions et de problèmes? Franchement!

Je suis contre parce que c'est piétiner les Ecritures ; à ce que je sache, Jésus n'était pas marié, et il a plusieurs fois (comme Saint Paul) évoqué la question de la virginité

je suis contre parce que c'est piétiner le Magistère, qui s'est élevé plusieurs fois, arguments théologiques, moraux, doctrinaux, à l'appui (et voir que l'on ose invoquer des problèmes de gros sous ne fait que montrer le parti-pris et l'indigence de l'analyse) contre la remise en cause du célibat ecclésiastique

Je suis contre parce que c'est piétiner au moins 1700 ans, et plus probablement 2000 ans, de Tradition

je suis contre parce que cela tend à avoir un prêtre qui ressemble de plus en plus aux laïcs ; habillé comme eux, il deviendra marié comme eux.

Je suis contre parce que cela dégrade la vocation, qui deviendra d'un appel, un simple "coup de main", du style "oh, s'il en faut un, je veux bien m'y coller, mais bon, pas à plein temps parce que j'ai ma femme à côté"

je suis contre parce que cela posera un grand nombre de problèmes pratiques que manifestement personne ne s'est posé, comme la question du prêtre divorcé. En attendant, sans doute, les grands débats sur l'ordination d'hommes divorcés remariés, ce qui permettrait de joindre les deux réformes modernistes...Restera à voir si les hommes mariés à d'autres hommes pourront être ordonnés. Un grand pas en avant vers l'oecuménisme avec les protestants, n'est-ce pas! (ironie, évidemment)
Nous réclamons votre zèle contre les ennemis du célibat ecclésiastique, cette ligue impure, qui se grossit par des transfuges de l'ordre clérical. Jouets de passions séductrices, ils ont présenté des requêtes pour abolir ce point sacré… si honteuses tentatives… Défendre de toutes vos forces, d'après les règles des Canons, une loi de si haute importance, de la conserver dans toute son intégrité, de repousser les traits dirigés contre elle par des hommes que tourmentent les plus infâmes passions.

chris-ostome
Censor
Censor
Messages : 111
Inscription : ven. 10 avr. 2015, 20:53
Conviction : Catholique en recherche

Re: Le célibat ecclésiastique

Message non lupar chris-ostome » mer. 15 mars 2017, 20:26

Quand bien même il n'y a aucun obstacle dogmatique, toute entorse supplémentaire à la discipline traditionnelle de l'Eglise est à bannir en ces temps-ci.
L'Eglise est plus que jamais affaiblie, ravagée par l'hérésie, et au bord d'un schisme important. Cette entorse à la loi multi-séculaire du célibat sacerdotal va ravir les "modernistes" (pour reprendre le terme de Saint Pie X) qui y verront le feu vert pour la diffusion de leurs innovations théologiques néfastes (femmes diacres, femmes prêtres...).

Je crois que j'aurais pu accepté une évolution de la discipline sur le sujet si l'Eglise n'était pas dans une situation aussi mauvaise sur à peu près tous les points : la transmission de la foi, la liturgie, la pratique des sacrements, l'orthodoxie doctrinale.
Bref, une entorse à la discipline qui n'est qu'un prétexte pour pouvoir raser l'Eglise anté-conciliaire dès que possible.

Je n'ai reçu aucune prophétie de l'Esprit Saint, mais il ne fait aucun doute qui si cela est permis, dans 20 ans on remariera les divorcés (presque déjà fait), les personnes de même sexe.
C'est pas une erreur si je fais le lien entre le relâchement de la discipline et la libéralisation de la doctrine.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 7415
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Le célibat ecclésiastique

Message non lupar Cinci » jeu. 16 mars 2017, 18:18

Mais je pense bien que tout catholique est libre d'avoir ses propres réserves personnelles à l'égard d'une décision politique ou diplomatique du Vatican ou concernant la manière de gérer tel problème organisationnel.

Un catholique peut bien penser comme vous le faites que le moment serait inapproprié pour réaliser tel changement, qu'il vaudrait probablement mieux ne rien faire ou ne rien faire dans le sens indiqué par le pape. Il y a sans doute une manière d'exprimer tout cela qui pourrait être à la fois respectueuse et permettant donc de donner son opinion contraire, mais sans pour autant accuser le pape et les autres de trahir la foi ou Dieu-le-Père, d'être des agents de la cinquième colonne.

On peut être en désaccord, il me semble, tout en laissant la porte ouverte à la possibilité d'avoir pu mal jugé de l'affaire soi-même ou ne serait-ce qu'à la possibilité qu'il puisse y avoir du vrai dans les deux opinions contraires.

Il me semble que l'important reste de demeurer fidèle au magistère authentique et obéissant même en cas de divergence d'opinion comme dans l'exemple suggéré. "Je ne suis pas d'accord mais si les évêques demandent à ce que telle crise soit gérée de cette façon, on va faire avec."

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 3420
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Le célibat ecclésiastique

Message non lupar Kerniou » jeu. 16 mars 2017, 19:46

Tout à fait d'accord avec vous, Cinci. A mon avis, certains se posent trop souvent en censeurs du Saint-Père.
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.


Revenir vers « Vie de l'Église »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 14 invités