Les ennemis du Pape chez les catholiques

« Vous êtes le sel de la terre, vous êtes la lumière du monde. » (Mt 5.13-14)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions ecclésiales
etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13434
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Les ennemis du Pape chez les catholiques

Message non lu par etienne lorant » jeu. 20 oct. 2016, 16:49

Le pape s’est mis à dos des catholiques de droite et d’ultra-droite

Qui sont-ils ? Certains, dans les milieux de la bourgeoisie des affaires, ont pris en grippe le pape argentin dès les premiers mois de son pontificat, « en particulier après son premier discours aux ambassadeurs contre la sphère financière et l’ultralibéralisme », constate un fin connaisseur de ces milieux. Aux États-Unis, on le taxait de marxisme, en France, on se contente de pointer en sourdine ses « considérations économiques erronées ».

C’est toutefois sur les migrants et l’islam que le pape s’est mis à dos un certain nombre de catholiques de droite et d’ultra-droite, surtout après les attentats du Bataclan. Étudiant de la génération Benoît XVI, Pierre, 24 ans, avait accueilli « comme une bonne surprise » le pontificat de François, mais il se dit aujourd’hui « déstabilisé », « blessé et triste », éprouvant même un « sentiment de trahison », lui qui considérait le pape comme « le dernier rempart que nous avions » : « Dans un contexte où les chrétiens sont perçus comme faibles par les musulmans et alors que les flots de migrants ont permis à certains islamistes agressifs de passer en Europe, c’est comme s’il nous disait : laissez-vous faire. Certes, il n’a pas dit qu’il fallait les accueillir tous… Mais puisqu’il prend position sur le sujet, il faudrait dans ce cas qu’il soit plus précis et nous dise jusqu’où ! »


http://www.la-croix.com/Religion/Pape/C ... 1200796867
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 4411
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Les ennemis du Pape chez les catholiques

Message non lu par Kerniou » jeu. 20 oct. 2016, 17:55

Si jésus revenait, serait-il sur la route avec les réfugiés ou avec ceux qui ferment leurs frontières ?
Pour moi la réponse ne fait aucun doute:
- avec les réfugiés, même si certains sont agressifs !
Jésus n'a-t-il pas consenti à être la victime des agressifs ?
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

chris-ostome
Censor
Censor
Messages : 111
Inscription : ven. 10 avr. 2015, 20:53
Conviction : Catholique en recherche

Re: Les ennemis du Pape chez les catholiques

Message non lu par chris-ostome » jeu. 20 oct. 2016, 18:32

Cher Kerniou,

Il me semble que vous faites un lecture sélective l'Evangile, et que celle-ci n'est pas conforme à la doctrine sociale de l'Eglise sur l'immigration. Tout comme moi, je pourrais vous citer l'Evangile de Jean, souvent appelée Evangile de la Miséricorde : "Si quelqu'un vient à vous et n'apporte pas cette doctrine, ne l'accueillez pas chez vous et ne lui souhaitez pas la bienvenue".

Autre chose, Jésus ne nous a pas demandé de laisser nos agresseurs nous mutiler, ce serait contraire à la foi et à la raison. Si vous me citez le sermon sur la montagne pour me convaincre du contraire, je vous répondrai.

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13434
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: Les ennemis du Pape chez les catholiques

Message non lu par etienne lorant » jeu. 20 oct. 2016, 19:05

chrisorne a écrit : Autre chose, Jésus ne nous a pas demandé de laisser nos agresseurs nous mutiler, ce serait contraire à la foi et à la raison. Si vous me citez le sermon sur la montagne pour me convaincre du contraire, je vous répondrai.
Ah bon, Jésus n'a donc pas dit :

"Bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous maltraitent. Si quelqu'un te frappe sur une joue, présente-lui aussi l'autre. Si quelqu'un prend ton manteau, ne l'empêche pas de prendre encore ta tunique. Donne à quiconque te demande, et ne réclame pas ton bien à celui qui s'en empare "

Nul besoin de de donner la référence - la force de l'Esprit, c'est de témoigner toujours, même dans des temps de détresse et de violence.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
coeurderoy
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 5864
Inscription : sam. 31 mai 2008, 19:02
Localisation : Entre Loire et Garonne

Re: Les ennemis du Pape chez les catholiques

Message non lu par coeurderoy » jeu. 20 oct. 2016, 20:06

Beaucoup de cathos (en France...) opposent désormais Benoit XVI à François (des jeunes, et pas mal de jeunes prêtres...) : je suis à Paul, moi à Pierre...Quelle tristesse, quel raidissement, quel repli sur soi, quels ferments de division ! (j'ai entendu - à la télévision - au moment des JMJ un jeune catho-scout bon teint dire ceci : "je trouve que le Pape s'adresse trop aux non catholiques et ne nous entend pas assez NOUS LES CATHOLIQUES " ...on peut effectivement apprécier et sacraliser l'espace restreint d'un bénitier...mais côté Eau Vive il y a plus tonique tout-de-même...
"Le coeur qui rayonne vaut mieux que l'esprit qui brille"

Saint Bernard de Clairvaux

Avatar de l’utilisateur
Pathos
Senator
Senator
Messages : 942
Inscription : dim. 17 avr. 2016, 19:32
Conviction : Catholique

Re: Les ennemis du Pape chez les catholiques

Message non lu par Pathos » jeu. 20 oct. 2016, 20:37

Kerniou a écrit :Si jésus revenait, serait-il sur la route avec les réfugiés ou avec ceux qui ferment leurs frontières ?
Pour ma part ni l'un ni l'autre, Il serait resté dans son pays au milieu des siens.
Mais priez, mes enfants, Dieu vous exaucera en peu de temps. Mon Fils se laisse toucher.

Avatar de l’utilisateur
coeurderoy
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 5864
Inscription : sam. 31 mai 2008, 19:02
Localisation : Entre Loire et Garonne

Re: Les ennemis du Pape chez les catholiques

Message non lu par coeurderoy » jeu. 20 oct. 2016, 21:31

Ah bon ???...et il n'enverrait aucun de ses disciples "au feu" (la Rome impériale par ex., aujourd'hui tous les coins de la terre pourris par le pouvoir et l'idolatrie...) pour rester pépère au coin du feu (celui de la marmite et de l'entre-soi judaïque) entre Marie et Joseph ???
"Le coeur qui rayonne vaut mieux que l'esprit qui brille"

Saint Bernard de Clairvaux

Avatar de l’utilisateur
Galilée
Censor
Censor
Messages : 108
Inscription : lun. 22 juin 2015, 22:01
Localisation : Corrèze

Re: Les ennemis du Pape chez les catholiques

Message non lu par Galilée » lun. 24 oct. 2016, 17:42

Ce François, il me semble qu'il a été voulu par Dieu (avec sa miséricorde infinie, même envers ceux vers qui on n'a pas envie nous-même d'être miséricordieux).

Soeur Lucie qui avait vu les miracles de Fatima avait eu cette vision :
Enfant, elle raconte avoir vu lors des apparitions : "un ange avec une épée de feu dans la main gauche ; elle scintillait et émettait des flammes, qui, semblait-il, devaient incendier le monde ; mais elles s'éteignaient au contact de la splendeur qui émanait de la main droite de Notre Dame en direction de lui.
L'Ange indiquant la terre avec sa main droite dit d'une voix forte "Pénitence ! Pénitence ! Pénitence!"
Et nous vîmes dans une lumière immense qui est Dieu (...) puis un évêque vêtu de blanc (...) c'était le Saint Père.
Divers autres évêques, prêtres, religieux et religieuses montaient sur une montagne escarpée, au sommet de laquelle il y avait une grande Croix (...) avant d'y arriver, le Saint Père traversa une grande ville à moitié en ruine et, à moitié tremblant, d'un pas vacillant, affligé de souffrance et de peine, il priait pour les âmes des cadavres qu'il trouvait sur son chemin.

Parvenu au sommet de la montagne, prosterné à genou au pied de la grande Croix, il fut tué par un groupe de soldat qui tirèrent plusieurs coups avec une arme à feu et des flèches; et de la même manière moururent les uns après les autres les évêques, les prêtres, les religieux et religieuses et divers laïcs, hommes et femmes de classes et de catégories sociales différentes.

Sous les deux bras de la Croix, il y avait deux Anges, chacun avec un arrosoir de cristal à la main, dans lequel ils recueillaient le sang des martyrs et avec lequel ils irriguaient les âmes qui s'approchaient de Dieu."


Et celle là qui concerne à mon avis François 1er, Jacinthe (alors âgée de huit ans) raconte :

"Je l'ai vu dans une maison très grande, agenouillé devant une petite table, le visage entre les mains, il pleurait.
Dehors il y avait beaucoup de monde.
Certains lui jetaient des pierres ; d'autres lançaient des imprécations, et beaucoup de mauvaises paroles... Pauvre Saint Père ! "


Je pense que c'est instauré par Dieu le jubilé de la miséricorde et celui qui vient, la Fraternité.
Probablement qu'ensuite, les temps seront venus pour une période de châtiments. C'est une ultime période de grâces avant de durs moments.

11 Le pharisien se tenait debout et priait en lui-même :
‘Mon Dieu, je te rends grâce
parce que je ne suis pas comme les autres hommes
– ils sont voleurs, injustes, adultères –,
ou encore comme ce publicain.
12 Je jeûne deux fois par semaine
et je verse le dixième de tout ce que je gagne.’
13 Le publicain, lui, se tenait à distance
et n’osait même pas lever les yeux vers le ciel ;
mais il se frappait la poitrine, en disant :
‘Mon Dieu, montre-toi favorable au pécheur que je suis !’
14 Je vous le déclare :
quand ce dernier redescendit dans sa maison,
c’est lui qui était devenu un homme juste,
plutôt que l’autre.
Qui s’élève sera abaissé ;
qui s’abaisse sera élevé. »

Luc le dit bien : « Jésus dit une parabole pour certains hommes qui étaient convaincus d’être justes et qui méprisaient tous les autres ». Cela peut nous arriver à tous, mais justement, c’est là l’erreur : celui qui s’élève, qui se croit supérieur, perd toute chance de profiter de la richesse des autres ; vis à vis de Dieu, aussi, son coeur est fermé. Cela veut dire que le mépris pour les autres, quels qu’ils soient, nous met en grand danger. Le mépris nous rabaisse, en somme.

Oui les migrants ne sont pas tous de futurs citoyens modèles, mais faut les respecter en tant qu'êtres humains, ça ne veut pas dire favoritisme mais juste dignité. Si certains sont criminels il y a des lois et des prisons. Désolé pour les mineurs mariés mais ils devraient respecter nos lois.
Sans compter les Chrétiens de moyen orient qui fuient, les musulmans qui se convertissent en cachette, chaque vie a de la valeur. Il y a des choses qui se jouent dans la vie de ces gens que l'on ne peut pas savoir, c'est des enfants, des inconnus, des bons et des mauvais. On ne peut pas faire un sac de tous ces migrants et les laisser dans des camps, ni les rendre à la mer, dur aussi de les ramener "chez eux"... On y met pas les moyens humains, la façon dont les politiques traitent ce problème ne va pas. Dans leur jungle de calais par exemple ils sont hors de la société, dans une zone de non droit et non loi. C'est du grand n'importe quoi. Il n'y a pas que ce sujet d'ailleurs qui fait bondir.

En 1980, à Fulda, en Allemagne, le directeur du journal "Stimme des Glaubens" interrogeait le Pape Jean Paul II, celui-ci montra son Rosaire et dit:
« Voici le remède contre de démon ! Priez, priez et ne demandez rien d’autre. Mettez tout dans les mains de la Mère de Dieu ! »
Jean-Paul II a continué : « Nous devons être prêts à subir de grandes épreuves dans un avenir pas trop éloigné; des épreuves qui requerront de nous de donner peut-être même nos vies, et un don total de soi au Christ et pour le Christ. Par vos prières et les miennes, il est possible d'alléger cette tribulation, mais il n'est plus possible de l'éviter parce que ce n'est que de cette façon que l'Eglise peut effectivement être renouvelée. Combien de fois en effet le renouvellement de l'Eglise n'a-t-il pas été effectué dans le sang . Cette fois encore, il n'en sera pas autrement.
Nous devons être forts, nous devons nous préparer, nous devons nous confier au Christ et à Sainte Mère, et nous devons être attentif, très attentifs, à la prière du Rosaire."


Tout ça pour dire que je pense que l'avenir ne va pas être rose, mais faut rester ferme dans sa foi et essayer de comprendre les paroles du Pape.
Sur les prophéties des Papes, qui me font penser que François et sa miséricorde ne sont pas là par hasard : http://www.touteslespropheties.net/les-papes/
Fleuris là où Dieu t'a planté

saperlipopette
Quæstor
Quæstor
Messages : 230
Inscription : dim. 29 mai 2016, 18:30
Conviction : catholique

Re: Les ennemis du Pape chez les catholiques

Message non lu par saperlipopette » mer. 02 nov. 2016, 11:39

Personnellement, je ne crois pas que dire:
"je trouve que le Pape s'adresse trop aux non catholiques et ne nous entend pas assez NOUS LES CATHOLIQUES " ...
ou qu'être
« déstabilisé », « blessé et triste », (éprouvant même un) « sentiment de trahison"
cela veuille dire que:
Le pape s’est mis à dos des catholiques de droite et d’ultra-droite
D'abord, certains cathos semblent déstabilisés par le pape François, mais certainement pas le détestent ou le traitent en ennemi. Il faudrait fouiller chez es sédévacantistes pour trouver un tel discours.
Ensuite, ceux qui ne l'approuvent pas
« en particulier après son premier discours aux ambassadeurs contre la sphère financière et l’ultralibéralisme »,
ce ne sont pas des catholiques de droite ou d'extrême-droite.
Beaucoup de cathos (en France...) opposent désormais Benoit XVI à François (des jeunes, et pas mal de jeunes prêtres...) : je suis à Paul, moi à Pierre...Quelle tristesse, quel raidissement, quel repli sur soi, quels ferments de division !
Je suis plutôt d'accord avec vous, mais ce n'est pas toujours le cas. Parfois, des gens préfèrent Benoît XVI à François parce qu'ils sont plus "intellectuels" et donc comprennent mieux les exposés claires et théologiques de Benoît XVI. D'autres sont plus portés sur la miséricorde, ou ont un esprit jésuite. d'autres ont une logique... je dirais... "polonaise" et comprennent mieux les encycliques de Jean-Paul II. Il ne s'agit pas de querelle de chapelles pour autant, mais de préférence.
Ad Majorem Dei Gloriam

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités