Conférence des évêques de France (CEF)

« Vous êtes le sel de la terre, vous êtes la lumière du monde. » (Mt 5.13-14)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions ecclésiales
jeanbaptiste
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 3131
Inscription : mer. 30 avr. 2008, 2:40

Re: Sur la langue de l'Église de France

Message non lu par jeanbaptiste » mer. 14 mars 2012, 22:24

Tel est pris qui croyait prendre :D

Je corrige de suite.

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8541
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Visite "ad limina" des évêques de l'Ouest de la France

Message non lu par jean_droit » sam. 22 sept. 2012, 8:42

Les évêques de l'Ouest de la France sont en train de faire leur visite habituelle auprès du Saint Siège et du Saint Père.
Ils vont aller voir tous les dicastères.
Et un entretien est prévu avec le Saint Père.
Mon évêque est du voyage.
Il nous a dit que l'évêché avait préparé un dossier de 104 pages.

Espèrons que ce sera l'occasion d'une plus grande coopération entre le successeur de Pierre et les évêchés. Surtout en cette Année de la FOI, en cette année du synode sur l'Evangélisation et en cette année d'anniversaire de Vatican II.

Puisse-t-il être entendu !

Pour ce qui du texte complet on peut le trouver sur ZENIT qui insiste sur l'aspect évangélisation.

http://www.zenit.org/article-31934?l=french

Introduction de l'article :
« L'ÉVANGÉLISATION PART DE LA RENCONTRE AVEC LE SEIGNEUR »

Premier discours de Benoît XVI aux évêques de France

ROME, vendredi 21 septembre 2012 (ZENIT.org) – « L'évangélisation demande (…) de partir de la rencontre avec le Seigneur, dans un dialogue établit dans la prière, puis de se concentrer sur le témoignage à donner afin d’aider nos contemporains à reconnaître et à redécouvrir les signes de la présence de Dieu », déclare Benoît XVI dans ce discours aux évêques de France des provinces de Rouen, Rennes, Poitiers, Tours et Bordeaux.
Le pape a en effet reçu ce premier groupe d’évêques de France en visite ad limina, ce vendredi matin, à Castelgandolfo.
Volà encore un compte rendu commenté de l'intervention du Saint Père.

http://www.riposte-catholique.fr/perepi ... F1TkNtXsec
Benoît XVI recadre les évêques français en visite à Ad limina

32 évêques des provinces de l’Ouest de la France ont été reçus ce matin par le Pape Benoît XVI à Castel Gandolfo. Dans un discours tout en douceur dont notre Saint-Père a le secret, il a remis en cause un certain nombre d’attitudes en vogue dans les diocèses. Par exemple, sur les regroupements paroissiaux, rendus nécessaires par la raréfaction des prêtres, et qui mobilisent nos évêques, Benoît XVI rappelle, après avoir cité le texte de la CEF « les laïcs en mission ecclésiale en France » :

« Toutefois la solution des problèmes pastoraux diocésains qui se présentent ne saurait se limiter à des questions d’organisation, pour importantes qu’elles soient. Le risque existe de mettre l’accent sur la recherche de l’efficacité avec une sorte de «bureaucratisation de la pastorale », en se focalisant sur les structures, sur l’organisation et les programmes, qui peuvent devenir « autoréférentiels », à usage exclusif des membres de ces structures. Celles-ci n’auraient alors que peu d’impact sur la vie des chrétiens éloignés de la pratique régulière. L’évangélisation demande, en revanche, de partir de la rencontre avec le Seigneur, dans un dialogue établit dans la prière, puis de se concentrer sur le témoignage à donner afin d’aider nos contemporains à reconnaître et à redécouvrir les signes de la présence de Dieu. »

De même, sur la place croissante donnée aux laïcs dans les missions ecclésiales, Benoît XVI déclare :

« Il convient cependant, d’une part, de rappeler que la tâche spécifique des fidèles laïcs est l’animation chrétienne des réalités temporelles au sein desquelles ils agissent de leur propre initiative et de façon autonome, à la lumière de la foi et de l’enseignement de l’Église (cf. Gaudium et spes, n. 43). Il est donc nécessaire de veiller au respect de la différence entre le sacerdoce commun de tous les fidèles et le sacerdoce ministériel de ceux qui ont été ordonnés au service de la communauté, différence qui n’est pas seulement de degré, mais de nature (cf. Lumen gentium, n. 10). »

Les références aux textes du Concile Vatican II au cours du texte sont presque des clins d’oeil à ceux qui n’ont que le Concile à la bouche, mais qui n’en appliquent pas le commencement du début.

Sans citer explicitement le projet de dénaturation du mariage, Benoît XVI appelle les évêques à la fermeté dans la défense de la famille. Nous avons vu ces derniers jours que certains évêques de France s’expriment. Mais cela n’est pas suffisant en regard du nombre d’évêques français.

Surtout, le pape en parle juste après avoir évoqué la figure héroïque de sainte Jeanne d’Arc :

« la famille « est le fondement de la vie sociale ». Celle-ci est menacée en bien des endroits, par suite d’une conception de la nature humaine qui s’avère défectueuse. Défendre la vie et la famille dans la société n’est en rien rétrograde, mais plutôt prophétique car cela revient à promouvoir des valeurs qui permettent le plein épanouissement de la personne humaine, créée à l’image et à la ressemblance de Dieu (cf. Gn 1, 26). Nous avons là un véritable défi à relever. En effet, « le bien que l’Église et la société tout entière attendent du mariage et de la famille fondée sur lui est trop grand pour qu’on ne s’engage pas totalement dans ce domaine pastoral spécifique. Mariage et famille sont des institutions qui doivent être promues et garanties de toute équivoque possible quant à leur vérité, parce que tout dommage qui leur est causé constitue de fait une blessure pour la convivialité humaine comme telle » (Sacramentum caritatis, n. 29).

Pour terminer, Benoît XVI n’a pas manqué d’évoquer ces fidèles « qui méritent de faire l’objet d’une égale sollicitude pastorale » bien qu’ils « expriment légitimement des sensibilités différentes« . Comment ne pas y voir une remarque sur l’attitude des évêques à l’égard des fidèles attachés à la forme extraordinaire ?

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8541
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Visite "ad limina" des évêques de l'Ouest de la France

Message non lu par jean_droit » sam. 22 sept. 2012, 9:11

Un article de La Croix sur le sujet.

Remarque personnelle :

J'espère que le Saint Père remontera quelques bretelles et qu'il ne se contentera pas des explications lénifiantes de certains évêques.
J'espère que le Saint Père demandera des résultats comme le Christ demande des fruits.
Il y a urgence .....

http://www.la-croix.com/Religion/S-info ... -18-854755

Introduction :
Une trentaine d’évêques français commencent mercredi 19 septembre, à Rome, les traditionnelles visites ad limina. D’ici au 3 décembre, tous les membres de l’épiscopat de France auront accompli cette démarche.

Benoit XVI devant les évêques de France, lors de son voyage à Lourdes en 2008.
C’est l’occasion pour eux de faire le point sur l’état de leurs diocèses et de présenter au pape et aux responsables des dicastères leurs préoccupations.

La baisse de la pratique religieuse, les questions morales et la crise économique devraient occuper une large part des discussions.

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8541
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Réunion de la CEF d'avril 2013

Message non lu par jean_droit » jeu. 11 avr. 2013, 10:37

Pas de réforme de la CEF en vue

Voilà une bien triste nouvelle.

Comme si tout allait bien chez la "fille aînée de l'Eglise".

On va rester entre amis ...

Et observer, entre amis, l'échec de l'Eglise de France.

Grand dommage ! Mais on ne sait jamais, peut être que ces évêques se réveilleront. Ils l'ont bien fait avec leur opposition au mariage homosexuel.

Prions pour que nos évêques deviennent de vrais évangélisateurs !

http://www.riposte-catholique.fr/perepi ... WZyaNtXs-U
Pas de réforme en vue pour la « curie » de la CEF

L’Assemblée plénière des évêques de France du printemps prévue à Lourdes du mardi 19 matin au vendredi 22 mars midi 2013, a été reportée, en raison du Conclave qui se tenait à Rome à la mi-mars. L’Assemblée plénière se tiendra à Paris, en la Maison de la Conférence des Evêques de France du 16 au 18 Avril 2013.

Outre la finalisation du document très attendu sur les écoles catholiques, cette assemblée entérinera surtout la fin du mandat du cardinal André Vingt-Trois.

Il devrait être remplacé par l’archevêque de Lille, Mgr Laurent Ulrich, actuel vice-président de la CEF, afin que le noyau dirigeant de la CEF reste aux commandes.

Certes, le cardinal Philippe Barbarin aurait quelques velléités à remplacer son confrère parisien, mais son caractère trop indépendant l’empêche d’avoir suffisamment de soutien. Et comme aucun candidat alternatif ne se dégage, ni à gauche (malgré l’ambition de certains, à Rennes ou à Clermont, qui attendent leur heure) ni à droite, par manque de soutiens, la succession du cardinal Vingt-Trois ne devrait être qu’une formalité, sauf évènement imprévu.

On a beaucoup parlé de la réforme nécessaire de la curie romaine lors du conclave. En France, la règle, c’est que l’on ne change rien. Le noyau dirigeant -ou la curie de la CEF- reste en place. Et elle restera en place, tant que Rome ne changera pas sa façon de procéder aux nominations épiscopales. Le nonce, Mgr Luigi Ventura, qui avait donné beaucoup d’espoir, s’est avéré très décevant, allant jusqu’à faire regretter son prédécesseur Mgr Baldelli.

Néanmoins, on peut légitimement penser que la réforme de la curie, qui se profile sous l’égide du pape François Ier, pourra à terme apporter un changement dans le processus de cooptation des évêques français, d’autant que le vivier de prêtres des années 70 tant à être remplacé par une nouvelle génération, formée sous Jean-Paul II et Benoît XVI.
Dernière modification par jean_droit le mar. 16 avr. 2013, 17:10, modifié 2 fois.

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8541
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Pas de réforme du CEF en vue

Message non lu par jean_droit » mar. 16 avr. 2013, 11:41

Discours d'ouverture de la CEF :

Voilà un discours de combat car c'est à un combat que chacun de nous est invité.

Vraiment chapeau !

Espérons que les actes suivront et que nous pourrons nous mobiliser tous pour défendre notre Foi et les valeurs de l'Evangile.

Version longue :

http://www.eglise.catholique.fr/confere ... 16283.html

Version un peu écourtée du Salon Beige :

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog ... -tous.html

Extrait :
"Pour nous, la nouvelle évangélisation se présente dans une société en pleine mutation et les signes de cette mutation ne manquent pas. Les longs mois de débat à propos du projet de loi de mariage pour les personnes de même sexe ont fait apparaître des clivages qui étaient prévisibles et annoncés.

Ces clivages sont un bon indicateur d'une mutation des références culturelles.

L'invasion organisée et militante de la théorie du genre particulièrement dans le secteur éducatif, et, plus simplement, la tentation de refuser toute différence entre les sexes en est un signe.

C'est le refus de la différence comme mode d'identification humaine, et en particulier de la différence sexuelle. C'est l'incapacité à assumer qu'il y ait des différences entre les gens.

On se refuse à gérer le fait que les gens ne sont pas identiques. Ils ne sont pas identiques dans leur identité sexuelle mais ils ne sont pas plus identiques dans leur personnalité, et le principe incontournable de la vie sociale c'est précisément de faire vivre ensemble des gens qui ne sont pas identiques, de gérer les différences entre les individus sur un mode pacifique et non pas sur un mode de violence.
.....
Notre société a perdu sa capacité d'intégration et surtout sa capacité d'homogénéiser des différences dans un projet commun.

Pour ma part, je pense que la loi pour le mariage des personnes homosexuelles participe de ce phénomène et va l'accentuer en le faisant porter sur le point le plus indiscutable de la différence qui est la différence sexuelle, et donc va provoquer ce que j'évoquais : l'occultation de l'identité sexuelle comme réalité psychologique et la fermentation, la germination d'une revendication forte de la reconnaissance de la sexualité différenciée.
.....
Passer en force peut simplifier la vie un moment. Cela ne résout aucun des problèmes réels qu'il faudra affronter de toute façon. Pour éviter de paralyser la vie politique dans un moment où s'imposent de graves décisions économiques et sociales, il eût été plus raisonnable et plus simple de ne pas mettre ce processus en route.

.....
Cette fracture se manifeste aussi dans les intentions de légiférer sur la laïcité. Nous avions déjà exprimé notre perplexité devant les projets de loi limitant la liberté individuelle dans l'habillement ou les signes distinctifs des religions. Autant il est compréhensible que la vie commune, notamment dans les entreprises, soit régie par des règles de cohabitation pacifique, autant il serait dommageable pour la cohésion sociale de stigmatiser les personnes attachées à une religion et à sa pratique, spécialement les juifs et les musulmans. Dans ce domaine, les mesures coercitives provoquent plus de repliement et de fermeture que de tolérance et d'ouverture.

Faut-il voir un signe inquiétant dans le fait que, à ce jour, aucun des cultes connus en France n'a été consulté ni même contacté sur ces sujets et qu'aucun n'est associé au travail préparatoire ?

C'est dans ce contexte général que nous devons réfléchir aux conditions de la nouvelle évangélisation.

Pour vivre dans notre différence sans nous laisser tromper et tenter par les protections trompeuses d'une organisation en ghetto ou en contre-culture, nous sommes appelés à approfondir notre enracinement dans le Christ et les conséquences qui en découlent pour chacune de nos existences.

À quoi bon combattre pour la sauvegarde du mariage hétérosexuel stable et construit au bénéfice de l'éducation des enfants, si nos propres pratiques rendent peu crédible la viabilité de ce modèle ? À quoi bon nous battre pour défendre la dignité des embryons humains, si les chrétiens eux-mêmes tolèrent l'avortement dans leur propre vie ? À quoi bon nous battre contre l'euthanasie si nous n'accompagnons pas humainement nos frères en fin de vie ?
...
La mobilisation impressionnante de nos concitoyens contre le projet de loi autorisant le mariage des personnes de même sexe a été un bel exemple de l'écho que notre point de vue pouvait avoir dans les préoccupations de tous. Au-delà des sondages prédigérés, l'expression des préoccupations profondes rencontre une inquiétude réelle sur l'avenir qui se prépare. Réduire ces manifestations à une manie confessionnelle rétrograde et homophobe ne correspond évidemment pas à ce que tout le monde a pu constater.

......
La pointe du combat que nous avons à mener n'est pas une lutte idéologique ou politique. Elle est une conversion permanente pour que nos pratiques soient conformes à ce que nous disons : plus que de dénoncer, il s'agit de s'impliquer positivement dans les actions qui peuvent changer la situation à long terme. Il s'agit de nous laisser nous-mêmes évangéliser par la bonne nouvelle dont nous sommes les témoins. Alors, l'écart qui doit apparaître entre notre manière de vivre et les conformismes de la société ne pourra pas être perçu comme un jugement pharisien, mais comme un espace d'appel et comme une espérance. Nous pouvons nous souvenir de l'épître de Pierre que nous avons lue dernièrement à l'Office des Lectures :

« Ayez une belle conduite parmi les païens, afin que, sur le point même où ils vous calomnient comme malfaiteurs, ils soient éclairés par vos bonnes œuvres et glorifient Dieu au jour de sa venue. » (I P. 2, 12)".

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8541
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Réunion du CEF d'avril 2013

Message non lu par jean_droit » mer. 17 avr. 2013, 10:31

Les évêques, en réunis en Assemblée plénière à Paris du 16 au 18 avril 2013, ont élu une nouvelle présidence de la Conférence des évêques de France qui prendra ses fonctions au 1er juillet 2013. Elle est composée de :

- Président :
Mgr Georges Pontier
Archevêque de Marseille,
jusqu'à présent président du comité « Etudes et Projets » de la CEF.

- Vice-Présidents :

Mgr Pascal Delannoy
Evêque de Saint-Denis
jusqu'à présent président de la commission Episcopale financière et du conseil pour les affaires économiques, sociales et juridiques de la CEF.

Mgr Pierre-Marie Carré
Archevêque de Montpellier
jusqu'à présent président de la commission doctrinale de la CEF.
site de la CEF

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8541
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Réunion du CEF d'avril 2013

Message non lu par jean_droit » mer. 17 avr. 2013, 11:01

Pour ma part je ne sais comment commenter ces nominations sauf ...

Un peu comme pour l'élection de notre Pape il apparait que les candidats plus ou moins auto-proclamés n'ont pas été élus.

Cela c'est une bonne chose car l'Eglise de France a un grand besoin de se renouveler et, surtout, surtout, de faire preuve d'audace et de dynamisme.

Je ne connais pas le cardinal-évêque de Marseille mais il me semble avoir une bonne réputation.

salésienne05
Senator
Senator
Messages : 681
Inscription : lun. 06 juin 2011, 19:51
Localisation : Alpes-Maritimes/Hautes-Alpes

Re: Réunion du CEF d'avril 2013

Message non lu par salésienne05 » mer. 17 avr. 2013, 13:06

:clap: :clap: :clap:
Oh, Mgr Georges Pontier ! Quelle joie de voir cet homme si affable, pétri de charité, si abordable, à la tête de la CEF :amoureux:
Quelle simplicité, sobriété non calculée chez cet homme. J'ai eu l'occasion de le rencontrer plusieurs fois à Marseille, sans que nous nous connaissions évidemment, et dans des circonstances non catholiquement "festives". Il est tellement abordable, tellement simple et charitable, s'adressant à tous, saluant les infirmes avec une extrême délicatesse. Ainsi, il s'était approché de ma mère (qui a une canne blanche), lui posant une main délicatement sur l'épaule, en lui disant : "Bonjour Madame, permettez-moi de vous saluer et comme vous en me voyez pas, je viens à vous. Je suis Mgr Pontier, votre évêque". Ma mère en garde un souvenir ému tant il est courant que les hommes d'églises en général agissent comme les paiens : ignorent son existence, attendant qu'on vienne vers eux.

A Marseille, je sais que sa simplicité déplaît : aux milieux bourgeois traditionnels (ma mère fait partie de ce milieu mais sa foi l'a complètement affranchie depuis des années des considérations économiques et mondaines de ses origines sociales : elle a choisi le Christ pauvre et a fait voeu de chasteté, de pauvreté et d'obéissance après son divorce), et aux mouvements traditionnalistes.

L'Esprit Saint a sans doute réellement quelque chose à nous dire, en France, avec un Pape puis un président de la CEF qui ont un goût commun pour la simplicité, la cordialité, la joie et la pauvreté.

Fraternellement.

Cécile

Avatar de l’utilisateur
mikah il
Censor
Censor
Messages : 109
Inscription : jeu. 31 déc. 2009, 18:49

Présidence de la Conférence des évêques de France

Message non lu par mikah il » mer. 17 avr. 2013, 18:37

s évêques, réunis en Assemblée plénière à Paris du 16 au 18 avril 2013, ont élu une nouvelle présidence de la Conférence des évêques de France qui prendra ses fonctions au 1er juillet 2013. Elle est composée de :

l- Président :
Mgr Georges Pontier
Archevêque de Marseille,
jusqu'à présent président du comité « Etudes et Projets » de la CEF.

- Vice-Présidents :
Mgr Pascal Delannoy
Evêque de Saint-Denis
jusqu'à présent président de la commission Episcopale financière et du conseil pour les affaires économiques, sociales et juridiques de la CEF.

Mgr Pierre-Marie Carré
Archevêque de Montpellier
jusqu'à présent président de la commission doctrinale de la CEF.

source: http://www.eglise.catholique.fr/confere ... 16294.html

Avatar de l’utilisateur
AdoramusTe
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2874
Inscription : sam. 23 févr. 2008, 17:40
Conviction : Catholique romain

Re: Réunion du CEF d'avril 2013

Message non lu par AdoramusTe » mer. 17 avr. 2013, 23:23

salésienne05 a écrit : A Marseille, je sais que sa simplicité déplaît : aux milieux bourgeois traditionnels (ma mère fait partie de ce milieu mais sa foi l'a complètement affranchie depuis des années des considérations économiques et mondaines de ses origines sociales : elle a choisi le Christ pauvre et a fait voeu de chasteté, de pauvreté et d'obéissance après son divorce), et aux mouvements traditionnalistes.
Lorsqu'un évêque fait son travail d'évêque, il entraîne rarement des critiques des traditionalistes que vous montrez du doigt.
Si vous voulez savoir ce que c'est qu'un évêque, lisez la biographie de Saint François de Sales, dont vous vous réclamez.
L'Esprit Saint a sans doute réellement quelque chose à nous dire, en France, avec un Pape puis un président de la CEF qui ont un goût commun pour la simplicité, la cordialité, la joie et la pauvreté.
La simplicité et la pauvreté, plus on en parle, moins on la voit. La vraie simplicité, la vraie pauvreté est cachée des hommes.

Au fait, le choix du Pape François de ne pas habiter dans les appartements pontificaux entraîne des coûts supplémentaires. On cherche où est la pauvreté.
Ignoratio enim Scripturarum ignoratio Christi est

salésienne05
Senator
Senator
Messages : 681
Inscription : lun. 06 juin 2011, 19:51
Localisation : Alpes-Maritimes/Hautes-Alpes

Re: Réunion du CEF d'avril 2013

Message non lu par salésienne05 » mer. 17 avr. 2013, 23:50

Vous noterez, Adoramus Te, que je n'ai pas dit "traditionnel" mais "traditionnaliste", ce qui ne signifie pas la même chose pour moi.

Quant à Saint François de Sales, sachez que justement, ses livres étaient déchirés en chaires par les "tradis" de l'époque. Il avait refusé les fastes associés à sa fonction (peu de serviteurs, des souliers "normaux" et non les chausses habituelles des évêques). Il parcourait son diocèse comme personne, les pieds ensanglantés dans les montagnes, laissant sa monture et ses bagages derrière lui souvent, mangeant dans des chaumières crasseuses. Il faisait le catéchisme aux enfants des rues, accueillait les prostituées dans sa demeure. Il était attaqué de toute part pour sa grande liberté spirituelle, sa modernité (il était pour le don des corps à la médecine : il fallait imaginer ce que cela pouvait signifier pour l'époque), pour son habitude de céléber en patois certaines messes dans les paroisses les plus pauvres. Son aisance dans la société (qu'elle soit riche ou pauvre), sa charité palpable, sa familiarité avec les plus démunis, en font en effet un évêque idéal. Je trouve que Mgr Georges Pontier lui ressemble dans sa douceur, sa simplicité, sa joie, et sa bienveillance. Il n'y a jamais rien à redire quand foi et charité vont de pair. Mais la charité est première...

Je pense que vous n'avez pas tout lu sur Saint François de Sales. J'ai passé pour ma part, plus de deux années (et je continue) à éplucher ses oeuvres, ses correspondances et tous les originaux de ses visites pastorales, ainsi que son procès en béatification. Par ailleurs, engagée chez les salésiens, nous recevons une formation solide sur sa spiritualité. Saint François de Sales était aimé des laïcs, mais souvent raillé par ses pairs, quand ce n'était pas calomnié par ses pairs. En son temps, avec sa manière de faire, il était plutôt "révolutionnaire", malgré son exigence spirituelle et morale. "Tout par amour, rien par force" : Mgr Georges Pontier est dans cette lignée là.

Fraternellement.

Cécile

Avatar de l’utilisateur
AdoramusTe
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2874
Inscription : sam. 23 févr. 2008, 17:40
Conviction : Catholique romain

Re: Réunion du CEF d'avril 2013

Message non lu par AdoramusTe » jeu. 18 avr. 2013, 0:01

salésienne05 a écrit :Vous noterez, Adoramus Te, que je n'ai pas dit "traditionnel" mais "traditionnaliste", ce qui ne signifie pas la même chose pour moi.
Qu'est-ce que ça change ? Vous les mettez dans le même sac. Montrez-moi votre charité en premier, après on pourra se pencher sur celle des autres !
Quant à Saint François de Sales, sachez que justement, ses livres étaient déchirés en chaires par les "tradis" de l'époque. Il avait refusé les fastes associés à sa fonction (peu de serviteurs, des souliers "normaux" et non les chausses habituelles des évêques). Il parcourrait son diocèse comme personne, les pieds ensanglantés dans les montagnes, laissant sa monture et ses bagages derrière lui souvent, mangeant dans des chaumières crasseuses. Il faisait le catéchisme aux enfants des rues, accueillait les prostituées dans sa demeure. Il était attaqué de toute part pour sa grande liberté spirituelle, sa modernité (il était pour le don des corps à la médecine : il fallait imaginer ce que cela pouvait signifier pour l'époque), pour son habitude de céléber en pâtois certaines messes dans les paroisses les plus pauvres. Son aisance dans la société (qu'elle soit riche ou pauvre), sa charité palpable, sa familiarité avec les plus démunis, en font en effet un évêque idéal. Je trouve que Mgr Georges Pontier lui ressemble dans sa douceur, sa simplicité, sa joie, et sa bienveillance. Il n'y a jamais rien à redire quand foi et charité vont de pair. Mais la charité est première...
Vous avez quand même oublié son oeuvre de conversion des hérésies protestante. Car la conversion des âmes passe avant tout. Qu'en est-il aujourd'hui du salut des âmes dans le diocèse de Marseille islamisé ?
S'il fallait lui trouver un semblable dans le diocèse, il faudrait plutôt regarder le père Zanotti-Sorkine. Voilà la charité à l'oeuvre. Si je le cite, c'est parce que je sais que vous le vomissez.
Ignoratio enim Scripturarum ignoratio Christi est

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8541
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Réunion du CEF d'avril 2013

Message non lu par jean_droit » jeu. 18 avr. 2013, 8:36

http://www.riposte-catholique.fr/perepi ... W-NJttXs-V
Mgr Pontier, nouveau président de la conférence des évêques de France

L’archevêque de Marseille a été élu au bout de 3 tours de scrutin, au bout desquels il a obtenu la majorité des deux tiers des évêques français. Il succèdera au cardinal Vingt-Trois, arrivé au bout de ses 2 mandats non reconductibles, le 30 juin.

Membre de la fraternité sacerdotale Jésus-Caritas, qui vit la spiritualité Charles de Foucaud, Mgr Pontier est également rompu aux liens avec le monde politique. Agé de 70 ans (né le 1er mai 1943), fin et discret, Mgr Pontier, originaire du Tarn, a été ordonné prêtre en 1966 à Albi, puis évêque en 1988 de Digne, ensuite à La Rochelle et Saintes et enfin à Marseille, dont il est archevêque depuis 2006.

En 2009, il avait encensé l’islam à l’occasion du ramadan :

« Qui n’a pas communié à tout cela côtoie la communauté musulmane sans la connaître. Visible et communautaire, le mois de Ramadan dérange les habitudes acquises dans nos pays. Les chrétiens auront à cœur de découvrir les valeurs véhiculées par ce pilier de l’islam et d’exprimer leur proximité amicale à l’égard des musulmans qui vivent parmi nous. »

Il a aussi présidé le comité épiscopal France Amérique-latine (CEFAL), dont l’orientation est clairement en faveur de la théologie de la libération.

Sur la loi Taubira, il a affirmé son opposition et invité les chrétiens de son diocèse à se « former, débattre, argumenter…», à écrire aux élus. Il présidait le comité « Études et projets » de l’épiscopat, chargé d’examiner les questions d’actualité.

Dans son Trombinoscope des évêques, Golias donnait la note maximale (5 mitres) à Mgr Pontier et expliquait « qu’il devrait devenir un jour président, bien que trop marqué à gauche au goût de plusieurs de ses confrères« . Et d’ailleurs Golias se félicite de son élection (« fraternel, généreux, et de vues plutôt ouvertes... »)

salésienne05
Senator
Senator
Messages : 681
Inscription : lun. 06 juin 2011, 19:51
Localisation : Alpes-Maritimes/Hautes-Alpes

Re: Réunion du CEF d'avril 2013

Message non lu par salésienne05 » jeu. 18 avr. 2013, 8:45

Il faut se méfier des rumeurs. Mgr Pontier, à ma connaissance n'est pas franc-maçon. Par contre, il va partout, y compris chez les franc-maçons. Ce qui est une nuance de taille. Il est consensuel avec une forte appétence pour les questions sociales mais c'est une marque de la spiritualité de Charles de Foucaud, et il pourrait difficilement en être autrement dans une ville aussi pauvre et sale que Marseille (qui est la ville de mes racines, de ma famille, et que j'aime).

En tous les cas, il fait partie de ses prélats "de terrain", sociaux, qui ne s'opposent en rien à d'autres prélats plus portés sur les questions morales et liturgiques. Chacun sa grâce, chacun son charisme : nul homme, nul saint ne peut tous les posséder.

Prions pour qu'il fasse passer le message que le Christ veut nous transmettre pour aujourd'hui. Quelqu'un d'autre sera choisi plus tard qui correspondra aux exigences du temps également.

Arrêtons d'être toujours méfiants, alors que nous ne sommes pas parfaits nous-mêmes.

Fraternellement.

Cécile

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8541
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Réunion du CEF d'avril 2013

Message non lu par jean_droit » jeu. 18 avr. 2013, 9:00

Cecile,

Je le redis encore, ce qui compte ce sont les résultats et les fruits de son action.

S'il arrive, avec l'aide des autres évêques, à redresser l'Eglise de France j'applaudirai.
S'il participe activement au redressement de la courbe des vocations, j'applaudirai.
S'il participe à toute action effective et publique d'Evangélisation, j'applaudirai.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités