Pourquoi un évêque aux armées?

« Vous êtes le sel de la terre, vous êtes la lumière du monde. » (Mt 5.13-14)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions ecclésiales
Avatar de l’utilisateur
françois67
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1389
Inscription : jeu. 28 avr. 2011, 14:37

Re: Pourquoi un évêque aux armées?

Message non lupar françois67 » lun. 27 juil. 2015, 0:40

Bonjour Gérard,
Je suis estomaqué par vos propos. Défendre sa patrie en combattant par les armes spirituelles que Jésus nous a tellement recommandé deviendrait une source de honte? Je crois bien que vous devriez méditer ces mots fameux de Pascal: qui fait l'ange fait la bête... Car en vous drappant de la figure de pacifiste incorruptible aux bras croisés, vous oubliez l'impérieuse obligation de défendre les siens, de résister et de ne pas collaborer avec le Mal. Qui était l'agresseur et qui était l'attaqué lors des batailles de la Marne ou de Verdun ? La lutte menée par nos aïeux lors de la Grande guerre était de la pure légitime défense, ou alors cette notion n'a plus de sens. Les combattants avaient non seulement le droit de ne pas se faire germanisés de force comme nous les Alsaciens, mais aussi le devoir de défendre les siècles de culture et d'identité dont ils se savaient non pas les détenteurs, mais les héritiers dépositaires et les transmetteurs. Les saint Pères de l'Église ont montré que la guerre pouvait être un mal nécessaire pour en empêcher un plus grand si elle répondait à des critères de légitimité. Alors je vous entend déjà dire que les apôtres n'en ont jamais fait usage pour se défendre contre les attaques illégitimes qu'ils subissaient. Mais c'est oublier que dans ce contexte particulier, toute résistance armée n'aurait été qu'effusion de sang désespérée et inutile. Je souligne qu'ils sont fait usage de tous les moyens raisonnables à leur disposition, comme les procédures judiciaires pour saint Paul. N'oubliez pas enfin, les mots de saint Pierre, selon lequel nous nous devons d'obéir à toute autorité temporelle quand ses injonctions sont légitimes.
Le concept de nation est biblique: Israël en est le meilleur exemple. Alors certes, notre patrie est le Ciel, mais nous nous devons comme l'exprime sublimement Péguy de servir '' des honneurs paternels''. Ce qui doit vous rappeler un certain commandement... Car oui, la patrie, comme son nom l'indique, n'est qu'une grande famille. Ainsi, même les chrétiens de l'Empire romain avant même la christianisation massive priaient déjà pour que ses armées le protègent des poussées barbares car il était le garant, malgré tous ses inéluctables défauts, du bien de toute une civilisation, de la vie de tant de personnes, de tant de familles, de communautés.
Ainsi, il faut prier lorsque l'on est dans l''épreuve quand on se bat pour une juste cause. Lorsqu'une guerre est juste, comment ne pas être comme la femme de la parabole , qui ne cesse d'harasser de suppliques le juge corrompu pour qu'elle obtienne justice? De même, lorsque l'on a la certitude de se sacrifier pour le bien du plus grand nombre et pour son bon droit, que dis-je, pour la survie de sa famille en tant que telle, comment ne pourrait-on pas espérer la grâce du rétablissement de la justice par l'action du Très-haut par la prière fervente?
De toute évidence, je compte sur votre intelligence pour distinguer nationalisme suprématiste de patriotisme, héroïsme de fanatisme, amour (de la patrie) de passion désordonnée, voire d'idolâtrie. N'oubliez enfin pas comment par exemple les Maccabées sont exaltés dans la Bible pour leur vigoureuse résistance contre les envahisseurs illégitimes. La nation, comme tant d'autres concepts, tels l''amour ou le savoir, est de la nitroglycérine à manipuler avec précaution. Mais je ne dois pas vous apprendre qu'on ne juge pas de quelque chose à l'aune de son état pathologique et dépravé. Enfin, permettez-moi cette réflexion: au regard de l'histoire, le nationalisme (au sens originaire du terme notamment au 19 ème, à savoir le fait de revendiquer une appartenance à une nation) n''est responsable que d''un nombre très réduit et relativement peu conséquent de victimes de conflits injustes. Ce sont les impérialismes successivement napoléoniens, britanniques, prussiens, colonialistes, austro-hongrois, allemands, soviétiques et américains pour n'en citer que quelques uns à mon sens qui ont mis le monde à feu et à sang. En un sens, Pascal encore avait raison: tous les malheurs de l'homme viennent du fait qu'il n'est pas capable de rester tranquillement dans une chambre. Si l'homme savait se contenter de ce qui lui revient légitimement, il cesserait d'élaborer des plans maquiavéliques pour priver son voisin de ses biens. Sauf que vous, Gérard ainsi que d'autres intervenants, semblez jeter la pierre à ce dernier qui ne cherche qu'à défendre contre l'insatiable ce qui a toujours été sien.
Avertissement: j'ai sur ce forum peut-être exprimé des avis contraires à la position de l'Église, et /ou de sa sainte Tradition, et/ou à l'avis qui se doit d'être celui d'un vrai chrétien catholique: ne me prenez donc en RÉFÉRENCE POUR RIEN. Ne soyez pas victimes de scandale. Que mon exemple soit rejeté et en aucun cas suivi. Si vous trouvez un endroit où une de mes interventions serait au moins douteuse, si ce n'est pire, faites-en moi part, notamment par mp. Je m'excuse profondément.


Revenir vers « Vie de l'Église »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités