Priorité des catholiques pour l'Eglise

« Vous êtes le sel de la terre, vous êtes la lumière du monde. » (Mt 5.13-14)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions ecclésiales

Quel doit etre notre priorité pour que les catholiques perdurent dans le temps et deviennent de plus en plus nombreux?

Le sondage est terminé depuis le mar. 21 mars 2006, 6:43

Faire beaucoup d'enfants , tout simplement
1
8%
Faire l'oecumenisme au plus vite entre protestants , catholiques et orthodoxes
3
25%
Evangéliser en masse les non catholiques
5
42%
Faire beaucoup d'écoles catholiques afin que la nouvelle jeunesse retrouve la foi
2
17%
C'est trop tard , le catholicisme est voué à disparaitre avec le temps
1
8%
 
Nombre total de votes : 12

bajulans
Quæstor
Quæstor
Messages : 236
Inscription : lun. 18 avr. 2005, 9:51
Localisation : provence

Attention cher ami

Message non lu par bajulans » jeu. 23 févr. 2006, 9:08

L'enterrement des suicidés à l'église était autrefois interdit non parce qu'on préjugeait de la damnation du suicidé, mais pour donner l'horreur de ce geste, c'était une sanction. La hiérarchie a mis fin à cette ancienne discipline en considérant qu'il était mieux de laisser à la famille et aux amis la consolation des cérémonies religieuses.

Pour les divorcés remariés, ce qui fait leur situation de pécheurs publics, c'est le fait qu'ils vivent comme mari et femme sans être mariés, mais s'ils vivent comme frère et soeur (ça existe), rien ne peut leur être reproché. En tout cas, c'est au jugement du prêtre ou de l'évêque et non des simples fidèles. Chacun son métier et les vaches seront bien gardées.

Il en est de même pour la crémation autrefois strictement interdite et maintenant autorisée depuis Paul VI. Les autorités ont leurs raisons. Nous ne pouvons juger, mais nous pouvons toujours regretter d'avoir abandonné cette interdiction qui prenait racine dans une tradition juive, et avait pour but de nous rappeler la future résurrection. Nous pouvons, usant de notre liberté, lutter contre la crémation qui est une horreur, de plus anti-écologique. Mais nous ne pouvons nous réclamer de l'autorité de l'Eglise pour cela. Nous pouvons user de notre liberté, sans condamner ceux qui se font brûler.

Votre enthousiasme fait chaud au coeur, cher Thomasthomas, je me permets de vous conseiller d'entrer dans ces questions très délicates avec des principes : liberté des autorités, droit positif, liberté du croyant.
Loué soit Jésus-Christ

Avatar de l’utilisateur
thomasthomas
Ex Civitate
Ex Civitate
Messages : 177
Inscription : dim. 12 févr. 2006, 4:49

Message non lu par thomasthomas » jeu. 23 févr. 2006, 9:21

Bonjour Bajulans , il est vrai que ces décisions relève du vatican et non des fidèles.
Cependant , nous serond d'accord que des divorcés qui seremarient à l'église est un péché , meme si le pretre l'autorise.
N'est ce pas lors d'un mariage que l'on proclame un mariage pour l'éternité , le pire et le meilleur.
L'autorisation du pretre n'enlève rien au péché .
De meme pour la crémation , le fait que vatican autorise , cela reste un péché.
Pareil pour le sucide , qui est un grave péché , seul Dieu peut reprendre la vie .

D'ou mon accusation de dire que Vatican 2 tolère le péché et s'adapte aux pratiques des temps modernes.
Si ce n'est pas une mutilation du dogme , je ne sais pas comment vous le nommez.

Avatar de l’utilisateur
laiglejo
Barbarus
Barbarus

Message non lu par laiglejo » jeu. 23 févr. 2006, 11:19

C'est ce qui est arrivé à ma grand-mère : athée, elle s'est mariée à la mairie et n'est pas passée par l'église. Elle a divorcé puis s'est remariée avec mon grand-père très pieux et là, il y a eu sacrement de mariage.

Dans ce cas l'Eglise a accepte le second mariage d'une divorcée à l'église parceque son premier mariage était nul puisque sans sacrement

Avatar de l’utilisateur
marchenoir
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 268
Inscription : dim. 25 déc. 2005, 22:58
Localisation : Vincennes

Oulala!

Message non lu par marchenoir » jeu. 23 févr. 2006, 12:31

Bonjour Thomasthomas.
thomasthomas a écrit :
Eremos a écrit :Je ne crois pas que la question de savoir qui doit donner le Corps du Christ relève du dogme.
Justement , c'est l'acte le plus important d'un catholique au cours de sa vie .
Cela relève complètement du dogme , et en permettant de le donner par des personnes non pretres , ont diminue l'importance de l'Eucharistie .
Si ce n'est pas une diminution du dogme flagrante de la part de Vatican 2 , on ne peut pas trouver plus voyant .
Attention à ne pas tout confondre, tout de même.
Eremos a entièrement raison lorsqu'il dit que la façon dont est distribuée la Sainte Communion ne relève pas du dogme.
Il faut faire très attention quand on dit qu'un dogme est atteint, diminué, mutilé ou je ne sais quoi d'autre. L'accusation, dans cette matière, est très grave.
Du temps de l'Inquisition, une telle accusation, si elle se révélait par la suite infondée, se retournait contre l'accusateur, qui subissait alors ce qui était prévu pour l'accusé.

"Lorsque tu t'avances, ne t'approche pas les mains grandes ouvertes, ni les doigts écartés ; mais avec la main gauche, fais un trône pour la droite qui va recevoir le Roi. reçois le Corps de Christ dans le creux de ta main et réponds : "Amen".
Avec soin, sanctifie alors tes yeux par le contact du Corps sacré. Prends-le, veille à n'en rien perdre. En effet, si tu en perdais une parcelle, ce serait comme si tu perdais l'un de tes membres ! Dis-moi, si on te donnait des paillettes d'or, est-ce que tu ne garderais pas avec le plus grand soin, en veillant bien à ne pas en perdre, pour ne pas subir de dommage ! Ne dois-tu pas être plus attentif encore à ce qui est bien plus précieux que l'or et les pierres précieuses, pour ne pas en laisser tomber une miette ?"
.
Qui a écrit cela ? Le cardinal Liénart, au plus fort de l'action des progressistes à Vatican II ? Non, saint Cyrille de Jérusalem (vers 315-386)... dans Catecheses Mystagogicae

Ces questions sont réglées par la Congrégation pour le Culte divin et la Discipline des Sacrements. Je me permets de reproduire le dernier document en date (à ma connaissance) ayant fait mention de la distribution de la sainte Communion :
INSTRUCTION Redemptionis Sacramentum sur certaines choses à observer et à éviter concernant la très sainte Euchastie (23 avril 2004)
Chapitre IV. Paragraphe 92 - Tout fidèle a toujours le droit de recevoir, selon son choix, la sainte communion dans la bouche.[178] Si un communiant désire recevoir le Sacrement dans la main, dans les régions où la Conférence des Évêques le permet, avec la confirmation du Siège Apostolique, on peut lui donner la sainte hostie. Cependant, il faut veiller attentivement dans ce cas à ce que l’hostie soit consommée aussitôt par le communiant devant le ministre, pour que personne ne s’éloigne avec les espèces eucharistiques dans la main. S’il y a un risque de profanation, la sainte Communion ne doit pas être donnée dans la main des fidèles.[179]

Pour la totalité du document :
http://www.vatican.va/roman_curia/congr ... um_fr.html
thomasthomas a écrit : De meme , ça me revient en tete , d'avoir changé la position du pretre , maintenant le pretre fait face aux fidèles .
Ce qui fait que lorsqu'il reçoit le corps du Christ , il Lui fait dos .
Si ce n'est un manque de respect ça .
Il Lui fait dos ?!!! Mis à part le cas du prêtre qui a la bouche sur l'arrière sur crâne, je ne vois pas comment il pourrait Lui faire dos.
Plus sérieusement, le sens du sacré est certainement plus manifeste dans le rite dit de saint Pie V (quoique, le rite de Paul VI à Solesmes, c'est pas n'importe quoi, je vous assure !!!), on ne doit pas confondre la réforme de la liturgie avec les abus qui en ont été faits.

Cordialement.

Marchenoir.
Dernière modification par marchenoir le jeu. 23 févr. 2006, 12:58, modifié 1 fois.
Il n'y a qu'une tristesse, c'est de n'être pas des saints (Léon Bloy, La Femme Pauvre)

wanderer
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 757
Inscription : ven. 03 sept. 2004, 16:49
Localisation : Haute-Savoie

Message non lu par wanderer » jeu. 23 févr. 2006, 12:41

La question de l'orientation de l'autel est ici très mal posée. La question n'est pas d'être face au peuple ou dos au peuple, mais d'être face à l'Orient. Je rappelle qu'à saint Pierre de Rome, l'autel est face au peuple depuis des siècles et personne ne dira que c'est un manque de sacralité. L'orientation face à l'orient est un beau symbole que nous avons tristement perdu et j'invite tous ceux qui ont le courage de le faire à lire l'article de Klaus Gamber, "tournés vers le Seigneur". Je sais qu'il est disponible sur le net, mais je ne le trouve plus. Je l'envoie par mail à qui m'en fera la demande.

De plus, des messes selon le rite de Paul VI célébrées avec l'autel face à l'Orient, ça existe. Dans les chapelles des centres de l'opus dei, à la communauté saint Martin, etc... L'opposition n'est donc qu'à moitié pertinante.

Cordialement,

Wanderer

:)

bajulans
Quæstor
Quæstor
Messages : 236
Inscription : lun. 18 avr. 2005, 9:51
Localisation : provence

péchés et droit positif

Message non lu par bajulans » jeu. 23 févr. 2006, 12:58

Par le pouvoir des clés, Cher Thomasthomas, l'autorité ecclésiastique a le pouvoir de faire que telle action, telle abstention soit péché ou ne le soit plus.

Ainsi pour l'obligation de la messe du dimanche, pour les mariages qu'elle dissout éventuellement (privilège paulin) etc.

A ne pas confondre avec les commandements de la loi naturelles, notamment les commandements négatifs dont elle ne peut dispenser.

C'est pourquoi ici même je n'avais pas été compris sur ce sujet parfois la loi est obligatoire sous peine de péché. Parfois elle peut permettre quelque chose qui était autrefois interdit.

Tout cela est très subtil et a fait l'objet d'études, d'encyclopédies ou au moins de livres nombreux, de cours universitaires.

Vous ne pouvez vous tromper en respectant les autorités ecclésiastique et en leur obéissant. Sur les questions de liturgie par exemple si elles autorisent quelque chose, nous pouvons préférer autre chose, mais nous ne pouvons dire que c'est péché ce qu'elles autorisent.

Exemple jusqu'à ce que ce soit autorisé la crémation était péché. A partir du moment où cela a été autorisé, cela n'a plus été péché. Mais on est pas obligé de se faire brûler pour autant : c'est permis. Vous pouvez, à titre perso, dire que vous n'êtes pas d'accord avec la crémation et même faire de la propagande contre la crémation, mais vous ne pouvez plus dire que c'est péché, parce que ce n'est plus vrai, même si ça l'a a été autrefois.
Loué soit Jésus-Christ

Avatar de l’utilisateur
thomasthomas
Ex Civitate
Ex Civitate
Messages : 177
Inscription : dim. 12 févr. 2006, 4:49

Message non lu par thomasthomas » jeu. 23 févr. 2006, 16:30

Là je ne suis pas d'accords , la crémation reste un péché , meme si c'est permis maintenant .
Ce n'est pas à vatican de décider qu'est qui est péché ou pas , Jésus l'a déjà fait .
Si on rentre dans votre raisonnement , pourquoi dites vous c'est permis et ce n'est pas péché , car si ce n'est pas péché , vatican devrait préconiser la crémation.
Or il ne le fait pas , Vatican dit qu'il préfère la mise en terre.
C'est bien la preuve de ce que je dis , vatican tolère le péché .
Et tolérer le péché , c'est du laxisme .
Si la crémation n'est pas un péché , vu qu'elle est permise , vatican devrait encourager les gens à le faire , mais ce n'est pas le cas.Donc vatican c'est très bien que c'est péché .

Pour l'exemple de votre grand mère , ce n'est pas ça que je voulais dire , pour elle c'est normal puisque jamais marié à l'église avant , donc c'est son premier mariage à l'église.
Ce que je disais ce sont pour des personnes qui se remarient pour la deuxième fois à l'église , et ça cela devient de plus en plus toléré.
Idem pour les messes des sucidés et des mariages ou un des deux conjoints n'est meme pas baptisé.

Pour Marchenoir , quand je dis que le pretre fait dos au christ , je veux dire que depuis qu'il se trouve face aux fidèles , la croix du Christ est derrière lui lorsqu'il Le reçoit.
De plus , quand le pretre s'agenouille , il s'agenouille face aux fidèles et non face à la croix du Christ .
Avant , étant dans la meme direction que les fidèles , le Christ était face à lui , comme il l'est toujours pour les fidèles .

Que Dieu vous benisse

wanderer
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 757
Inscription : ven. 03 sept. 2004, 16:49
Localisation : Haute-Savoie

Message non lu par wanderer » jeu. 23 févr. 2006, 16:37

Ce que je disais ce sont pour des personnes qui se remarient pour la deuxième fois à l'église , et ça cela devient de plus en plus toléré.
Idem pour les messes des sucidés et des mariages ou un des deux conjoints n'est meme pas baptisé.
ces pratiques ne sont pas permises par l'Eglise, je ne le crois pas, mais nous pouvons chercher dans le droit canon si vous voulez.
Pour Marchenoir , quand je dis que le pretre fait dos au Christ , je veux dire que depuis qu'il se trouve face aux fidèles , la croix du Christ est derrière lui lorsqu'il Le reçoit.
De plus , quand le pretre s'agenouille , il s'agenouille face aux fidèles et non face à la croix du Christ .
Avant , étant dans la meme direction que les fidèles , le Christ était face à lui , comme il l'est toujours pour les fidèles .
Non, ça dépend de la façon dont était orientée l'église, je vous suggère très fort une lecture, j'attends juste votre approbation pour vous envoyer le document. Sur cette matière, il est possible de critiquer ce qui se fait, mais avec un peu plus de respect. Le pape lui-même, quand il n'était que cardinal ratzinger a pris position en faveur de l'autel face à l'Orient.

Bien cordialement,

Wanderer

:)

Avatar de l’utilisateur
thomasthomas
Ex Civitate
Ex Civitate
Messages : 177
Inscription : dim. 12 févr. 2006, 4:49

Re: Oulala!

Message non lu par thomasthomas » jeu. 23 févr. 2006, 16:46

marchenoir a écrit :Bonjour Thomasthomas.

Cependant, il faut veiller attentivement dans ce cas à ce que l’hostie soit consommée aussitôt par le communiant devant le ministre, pour que personne ne s’éloigne avec les espèces eucharistiques dans la main. S’il y a un risque de profanation, la sainte Communion ne doit pas être donnée dans la main des fidèles.[179]

Marchenoir.
C'est bien ça le problème , à la messe , la moitié des personnes qui reçoivent le corps du Christ ne l'ont toujours pas mis à leur bouche en quitant le pretre .
Peu de gens se mette de cotè , s'arrete 2 secondes , le mette à leur bouche , font un signe de croix et reparte à leur place .
Beaucoup quitte le pretre en marchant vers leur place , et au cours de leur marche le mette à leur bouche , alors qu'ils ne sont plus devant l'hotel.
Et nous savons bien que dans la pratique , il est impossible pour un pretre de vérifier si les fidèles respectent bien cette pratique , sinon ils devraient interpeller la moitié des fidèles.
En mettant le corps du Christ dans la bouche directement , il n'y avait plus ce problème , puisque tout le monde en quittant le pretre l'avaient déjà dans la bouche.
Je ne reproche pas le fait qu'on prenne l'ostie dans la main , mais le fait que beaucoup de personnes ne respectent pas le moment ou il faut le mettre en bouche .
Donc je ne comprends pas pourquoi vatican 2 a autorisé cette pratique puisqu'il savait que beaucoup de personnes ne le feraient pas dans les règles.C'est un peu comme si ils tentaient les fidèles , ils leur donnent la possibilité d'etre blasphématoire .
Je veux dire par là qu'on ne va donner un fusil à un enfant et lui dire qu'il nr faut pas s'en servir alors qu'on sait pertinament qu'il y a un gros risque qu'il ne nous écoute pas .Il est plus simple de ne pas lui donner de fusil .L'exemple n'est pas fameux , mais il explique bien ma pensée.

Que Dieu vous benisse

Avatar de l’utilisateur
thomasthomas
Ex Civitate
Ex Civitate
Messages : 177
Inscription : dim. 12 févr. 2006, 4:49

Message non lu par thomasthomas » jeu. 23 févr. 2006, 16:53

wanderer a écrit :
Ce que je disais ce sont pour des personnes qui se remarient pour la deuxième fois à l'église , et ça cela devient de plus en plus toléré.
Idem pour les messes des sucidés et des mariages ou un des deux conjoints n'est meme pas baptisé.
ces pratiques ne sont pas permises par l'Eglise, je ne le crois pas, mais nous pouvons chercher dans le droit canon si vous voulez.
Pour Marchenoir , quand je dis que le pretre fait dos au Christ , je veux dire que depuis qu'il se trouve face aux fidèles , la croix du Christ est derrière lui lorsqu'il Le reçoit.
De plus , quand le pretre s'agenouille , il s'agenouille face aux fidèles et non face à la croix du Christ .
Avant , étant dans la meme direction que les fidèles , le Christ était face à lui , comme il l'est toujours pour les fidèles .
Non, ça dépend de la façon dont était orientée l'église, je vous suggère très fort une lecture, j'attends juste votre approbation pour vous envoyer le document. Sur cette matière, il est possible de critiquer ce qui se fait, mais avec un peu plus de respect. Le Pape lui-même, quand il n'était que cardinal ratzinger a pris position en faveur de l'autel face à l'Orient.

Bien cordialement,

Wanderer

:)
1er point , je suis d'accord avec vous , ces pratiques de remariage ne sont pas autorisés dans les textes , mais dans la pratique elles se font de plus en plus.

2ème point , pour l'histoire du pretre face aux fidèles , je parle simplement de la croix du Christ dans l'église . Je m'explique , imaginons que vous etes un roi , je m'incline devant vous , nous sommes face à face lorque je fais ça .
Il serait bizarre que je me mette dos à vous et que je m'incline .
C'est ça que je veux dire , car dans toutes les églises , la croix du Christ est derrière l'autel , quand on rentre , on voit la croix tout au fond .
Peut etre que je n'arrive pas bien à exprimer ce que je veux dire , vous voyez de quoi je parle?

Pour l'orient , je ne sais pas quel est cette pratique , si vous voulez bien m'expliquer.
Pour le texte aussi je veux bien.

Que Dieu vous benisse

wanderer
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 757
Inscription : ven. 03 sept. 2004, 16:49
Localisation : Haute-Savoie

Message non lu par wanderer » jeu. 23 févr. 2006, 16:59

je voulais juste dire que la question de l'orientation de l'autel et le face à face aux fidèles, à la croix ou je ne sais quoi d'autre n'a pas de sens et que la seule chose qui doit déterminer l'orientation de l'autel est de faire face à l'Orient. je vous envoie ce beau texte tout de suite.

:)

Avatar de l’utilisateur
Eremos
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 230
Inscription : dim. 11 sept. 2005, 13:50
Localisation : Nantes

Message non lu par Eremos » jeu. 23 févr. 2006, 17:08

Bonjour Wanderer,

Je le voudrais volontier, moi aussi. Merci ! :)
NISI Dóminus ædificáverit domum, in vanum laboravérunt qui ædíficant eam.
(Liber Psalmorum, 126)

Avatar de l’utilisateur
Hélène
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 1597
Inscription : lun. 13 juin 2005, 3:51
Localisation : Sous le regard de Dieu
Contact :

Message non lu par Hélène » jeu. 23 févr. 2006, 17:29

thomasthomas a écrit :1er point , je suis d'accord avec vous , ces pratiques de remariage ne sont pas autorisés dans les textes , mais dans la pratique elles se font de plus en plus.
Où ? Quand ? Comment ? Avez-vous averti l'Évêque sinon l'Archevêque ? "Se fait de plus en plus" ne prouve rien. On ne peut pas balancer ce genre d'affirmation sans fondement ou sans exemples concrets.
thomasthomas a écrit :2ème point , pour l'histoire du pretre face aux fidèles , je parle simplement de la croix du Christ dans l'église . Je m'explique , imaginons que vous etes un roi , je m'incline devant vous , nous sommes face à face lorque je fais ça .
Il serait bizarre que je me mette dos à vous et que je m'incline .
C'est ça que je veux dire , car dans toutes les églises , la croix du Christ est derrière l'autel , quand on rentre , on voit la croix tout au fond .
Peut etre que je n'arrive pas bien à exprimer ce que je veux dire , vous voyez de quoi je parle?

Pour l'orient , je ne sais pas quel est cette pratique , si vous voulez bien m'expliquer.
Pour le texte aussi je veux bien.
Est-ce que Jésus est toujours sur la Croix au moment de l'Élévation ? N'est-ce pas Jésus dans son Corps de Gloire qui nous est offert dans le Pain Vivant ? La mort est derrière nous, la Vie, la Résurrection est devant nous. Le prêtre fait face à l'autel : donc à Jésus vivant. Il n'y a pas d'incohérence dans cette pratique.

La Croix n'est pas toujours derrière l'autel, il y a des églises où la Croix est sur le côté. La Croix nous rappelle le Sacrifice, l'immolation de l'Agneau mais elle n'est pas le dernier mot. C'est la Résurrection qui est le dernier mot. Et si ce n'était pas nous qui "adorions" Dieu (Ô Dieu, vois comme je t'adore, je me prosterne devant toi, regarde comme je suis un bon chrétien") mais que nous nous placions humblement sous son regard. Où que nous soyons, devant, derrière, sur le côté, croyez-vous que Dieu ne nous contemple pas avec Amour ? C'est Lui qui nous regarde avec Amour lorsque nous sommes devant Lui...pas nous qui lui rendons un sacrifice...c'est Lui qui se donne à nous...pas nous qui montons vers le Ciel...

Une image que je trouve très belle et qui est de plus en plus véhiculée dans l'iconographie est celle du Père qui se tient derrière la Croix de Jésus et l'Esprit Saint, sous forme de colombe, qui sort de son Souffle sur Jésus. Le Père voit tout. C'est ce qui importe. Et la question de l'Orient est tout à fait pertinente : nous attendons le retour du Christ.

En Christ,
Hélène
"Le Père n'a dit qu'une seule Parole, c'est son Fils et, dans un éternel silence, il la prononce toujours". (Saint Jean de la Croix)

bajulans
Quæstor
Quæstor
Messages : 236
Inscription : lun. 18 avr. 2005, 9:51
Localisation : provence

L'Eglise a autorité

Message non lu par bajulans » jeu. 23 févr. 2006, 17:44

Luc Ch. 10
Chapitre 10

1 Après cela, le Seigneur en désigna encore soixante-dix autres, et il les envoya devant lui, deux à deux, en toute ville et endroit où lui-même devait aller. (...)
16 Celui qui vous écoute m'écoute, et celui qui vous rejette me rejette; or
celui qui me rejette, rejette celui qui m'a envoyé. "
L'Eglise est une société hiérarchique dans laquelle les clercs, donc en premier lieu le pape, ont des prérogatives qui, sous certaines conditions, vont jusqu'à créer ou anénantir le péché. L'Eglise est sainte, elle ne peut permettre le péché.

D'ailleurs toute autorité légitime est dans ce cas, sur la terre.

Ecoutez-donc l'Eglise, vous pouvez faire usage de votre liberté, mais vous ne pouvez blasphémer l'Eglise, ni juger témérairement votrre prochain, ni la hiérarchie.
Loué soit Jésus-Christ

Avatar de l’utilisateur
Hélène
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 1597
Inscription : lun. 13 juin 2005, 3:51
Localisation : Sous le regard de Dieu
Contact :

Message non lu par Hélène » jeu. 23 févr. 2006, 18:01

thomasthomas a écrit :Là je ne suis pas d'accords , la crémation reste un péché , meme si c'est permis maintenant .
Ce n'est pas à vatican de décider qu'est qui est péché ou pas , Jésus l'a déjà fait.
Il l'a dit où Jésus dans la Bible que la crémation est un péché ? Pourtant la Bible, dès la Genèse, nous dit (et le Mercredi des Cendres nous le rappelle) : tu es poussière et tu retourneras poussière. Vas voir aussi le très beau texte dans Ezechiel : Fils d'homme souffle sur ces ossements desséchés...que le corps matériel soit décomposé ou brûlé, ne crois-tu pas que Dieu a la puissance de le faire revivre ? N'est-ce pas lui qui forma notre corps de la poussière du sol ? Ne peut-il pas recréer son oeuvre à partir de cendres voire à partir de rien, lui qui connaît chacun par son nom et dont chacun de nos cheveux sont comptés ? Cette façon de faire nous choque peut-être en raison des blessures du XXe siècle rattachées aux pratiques infâmes dépersonnalisées des fours crématoires...
Si on rentre dans votre raisonnement , pourquoi dites vous c'est permis et ce n'est pas péché , car si ce n'est pas péché , vatican devrait préconiser la crémation.
Or il ne le fait pas , Vatican dit qu'il préfère la mise en terre.
Je préfère m'en tenir à ce que dit le Vatican qu'à mes sentiments et de croire que j'ai raison...
C'est bien la preuve de ce que je dis , vatican tolère le péché .
Et tolérer le péché , c'est du laxisme.
Si la crémation n'est pas un péché , vu qu'elle est permise , vatican devrait encourager les gens à le faire , mais ce n'est pas le cas.Donc vatican c'est très bien que c'est péché .
Au nom de quoi est-ce péché ? S'il vous plaît dis le nous Thomas...donne-nous la référence scripturaire qui le dit. Il faudrait peut-être déterminer avant ce qu'est pour toi le péché.
Idem pour les messes des sucidés et des mariages ou un des deux conjoints n'est meme pas baptisé.
Le Saint Curé d'Ars, bien avant Vatican II, disait à cette mère éplorée parce que son fils, apparamment suicidé, ne pouvait pas avoir de célébration funéraire à l'Église : Ah ma chère madame, entre le pont et l'eau, il reste encore beaucoup de temps ! L'Église croit bon de ne pas présumer sur l'état des suicidés, elle ne se prononce même pas sur le sort de Judas. On ne peut pas savoir si la personne, dans son geste de désespoir, aurait voulu ne pas commettre ce geste ultime mais sans en avoir été capable à temps. Si Jésus promet le Paradis à un criminel sur la Croix, l'Église donne le droit au suicidé de s'être repenti au moment du geste ultime irréparable. C'est certes un péché d'ôter la vie à quiconque, y compris la sienne, mais nous avons la Miséricorde qui est plus grande que notre péché si nous l'acceptons. Nous ne pouvons absolument pas savoir ce qui se joue dans la tête et le coeur du désespéré qui commet ce geste et comment il vit sa rencontre avec le Christ qui se présente devant lui lors de ce jugement ultime.
C'est un peu comme lorsqu'on disait que les bébés non-baptisés tombaient dans les limbes...
"Le Père n'a dit qu'une seule Parole, c'est son Fils et, dans un éternel silence, il la prononce toujours". (Saint Jean de la Croix)

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités