Ordination à la prêtrise & tendances homosexuelles

« Vous êtes le sel de la terre, vous êtes la lumière du monde. » (Mt 5.13-14)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions ecclésiales
shadow
Ædilis
Ædilis
Messages : 23
Inscription : lun. 05 sept. 2005, 0:24

Ordination à la prêtrise & tendances homosexuelles

Message non lupar shadow » dim. 25 sept. 2005, 0:42

Je n'ai pas encore tout lu, mais à plusieurs reprise j'ai lu que le recommandé "contre" les candidats à la prêtrise gay ne seraient pas ordonné....suite aux scandale de pédophilie.

En quoi cela a à voir ? L'homosexualité et la pédophilie sont deux choses completement différente (je ne me sens absolument pas attiré par de jeunes enfants !)

FMD
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1563
Inscription : mar. 27 avr. 2004, 22:25
Contact :

Précisions

Message non lupar FMD » dim. 25 sept. 2005, 8:47

[align=justify]Bonjour et bienvenue Shadow puisque c'est la première fois que j'ai l'occasion de vous répondre! :)
En quoi cela a à voir ? L'homosexualité et la pédophilie sont deux choses completement différente (je ne me sens absolument pas attiré par de jeunes enfants !)
Il est nécessaire de distinguer plusieurs choses:

1. L'interdiction de la prêtrise aux homosexuels - y compris à ceux respectant leur voeu de célibat - n'est pas nouvelle et aucun séminaire un tant soit peu orthodoxe ne procède à de telles ordinations, il s'agit uniquement de clarifier définitivement la situation à ce sujet et de mettre fin à certaines dérives libérales.

2. Cette interdiction s'explique par le fait que le prêtre doit de par sa fonction être pleinement homme, ou pour reprendre l'expression de Saint Josémaria Escriva, « si tu n'es pas viril et... normal, tu seras non pas un apôtre, mais sa risible caricature. »

3. Les faits sont têtus mais sur plus de 10 000 plaintes enregistrées aux États-Unis à l'encontre de prêtres catholiques, plus de 8 000 concernent des attouchements pédophiles à caractère homosexuel.

PaX
Franck[/align]

Avatar de l’utilisateur
Eremos
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 231
Inscription : dim. 11 sept. 2005, 13:50
Localisation : Nantes

Message non lupar Eremos » dim. 25 sept. 2005, 12:17

Bonjour !

Je suis assez d'accord avec les raisons exposées par Franck, en revanche, cette phrase de Charles me laisse interrogatif :
Mais le commun le plus profond, c'est avec les rapports sado-masos, dont l'homosexualité et la pédophilie sont complètement irradiés.
Je ne vois pas le rapport en fait. Si vous pouviez m'expliquer ou me renvoyer à un endroit où vous expliquez cela, merci par avance !

De plus, il n'est pas précisé dans le CEC que l'homosexualité est une cause de non validation de l'ordination. Dans ce cas, d'où tirez vous le texte officiel de la condamnation ?
NISI Dóminus ædificáverit domum, in vanum laboravérunt qui ædíficant eam.
(Liber Psalmorum, 126)

Charles
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1701
Inscription : mer. 14 juil. 2004, 16:44

Message non lupar Charles » dim. 25 sept. 2005, 12:47

Mais le commun le plus profond, c'est avec les rapports sado-masos, dont l'homosexualité et la pédophilie sont complètement irradiés.
Je ne vois pas le rapport en fait. Si vous pouviez m'expliquer ou me renvoyer à un endroit où vous expliquez cela, merci par avance !
Il y a au moins une chose valable dans les opinions qui circulent sur la pédophilie, c'est le qualificatif de "prédateur" qu'on utilise parfois au sujet des pédophiles. Car s'il s'agit de rapports sexuels, ils sont très différents de rapports normaux, en ce que l'un domine absolument l'autre. Ce n'est pas un homme avec une femme dans un rapport d'égal à égal, mais un homme (ou une femme) qui face à la faiblesse de l'enfant se trouve dans une situation de domination absolue. L'incapacité à vivre une relation sur le plan de l'égalité, c'est-à-dire le sentiment de sa propre infériorité, pousse la personne à rechercher une relation dans laquelle elle sortira de son rôle de dominé pour passer à celui de dominateur. L'enfant, la femme affaiblie pour n'importe quelle raison, peuvent être cette occasion de vivre un rapport sexuel sans subir d'humiliation. Il y en a qui vont vers les très jeunes femmes, inexpérimentées, un peu naïves, pour qui ils seront comme des dieux...et avec qui leurs déficiences passeront au second plan, elles n'ayant jamais eu d'autre expérience pour comparer... Celui qui estime qu'il n'est pas "à la hauteur" d'une femme recherche la relation dans laquelle il sera réévalué, donc des jeunes femmes inexpérimentées, des étrangères, des handicapées, des enfants...

Mais il peut aussi, cet homme qui ne se croit pas à la hauteur, rechercher le contact avec les autres qui eux seraient à la hauteur pour tenter d'acquérir de leur pouvoir et de leur hauteur, ou simplement par fascination de ce pouvoir qu'il n'a pas d'être l'égal d'une femme et qu'ils possèdent. Comme le partenaire doit être inférieur, le modèle de l'homme doit être supérieur. Et là on s'approche de l'homosexualité. Quand une blessure, un traumatisme, fait que l'homme ne s'aime plus assez pour croire qu'il puisse rendre une femme heureuse et en étant son égal, il entre alors dans des configurations où ce sont l'humiliation, la crainte, l'angoisse, l'inégalité, la domination qui prévalent. Et sans doute toutes les perversions sexuelles peuvent se ramener à l'inégalité plus ou moins grande dans la relation homme-femme.

shadow
Ædilis
Ædilis
Messages : 23
Inscription : lun. 05 sept. 2005, 0:24

Message non lupar shadow » dim. 25 sept. 2005, 13:23

Pour être tout à fait franche, je suis assez choqué et pas d'accord, évidement :waou: L'Eglise, et certaines idées, d'elle ou de certains de ces croyants me font peur :unsure:
Pas du tout, le pédophile a aussi des rapports sexuels avec une personne de même sexe. Quand un homme a des rapports sexuels avec un adolescent ou un enfant, ou bien avec un homme, il y a un commun qui est l'homosexualité. Mais le commun le plus profond, c'est avec les rapports sado-masos, dont l'homosexualité et la pédophilie sont complètement irradiés.
Euh....j'ai entendu parler d'un facteur qui avait eu des attouchements avec une fillette de même pas dix ans, ce n'est donc pas de la pédophilie ? Alors, qu'est ce que c'est ?? De plus, je ne me sens absolument pas pédophile, parce que là effectivement j'irais me soigner ! Et encore moins sado-maso, je ne supporterais pas. Je ne suis donc pas homo ? :roll: ça ne tient pas debout.
Bonjour et bienvenue Shadow puisque c'est la première fois que j'ai l'occasion de vous répondre!
bonjour :) Notre premier échange sera une confrontation d'idée en désaccord ;-)
2. Cette interdiction s'explique par le fait que le prêtre doit de par sa fonction être pleinement homme, ou pour reprendre l'expression de Saint Josémaria Escriva, « si tu n'es pas viril et... normal, tu seras non pas un apôtre, mais sa risible caricature. »
Au secours :waou: Les homos ne sont pas des hommes ?? de plus, qu'est ce que la virilité ? Le fait d'être un peu macho sur les bord ? Je ne crois pas. A moins que ce ne soit tout simplement le fait d'être hétéro et de ne pas avoir de comportement dit "féminin" ?
3. Les faits sont têtus mais sur plus de 10 000 plaintes enregistrées aux États-Unis à l'encontre de prêtres catholiques, plus de 8 000 concernent des attouchements pédophiles à caractère homosexuel.
Là, je ne suis pas au courant par contre. Eh bien, voyons si cette interdiction va faire autant baissé la pédophilie dans la religion catholique. Ceci dit, il convient de prendre le pourcentage, parce que le nombre de prêtre, je le crains, sera fortement diminué. Sachant qu'il y a de moins en moins de "vocation" de prêtre, bientot il faudra faire des kilometre pour voir un prêtre !
Mais il peut aussi, cet homme qui n'est pas à la hauteur, rechercher le contact avec les autres qui sont à la hauteur pour tenter d'acquérir de leur pouvoir et de leur hauteur, ou simplement par fascination de ce pouvoir qu'il n'a pas d'être l'égal d'une femme mais qu'ils possèdent. Comme le partenaire doit être inférieur, le modèle de l'homme doit être supérieur. Et là on s'approche de l'homosexualité. Quand une blessure, un traumatisme, fait que l'homme ne s'aime plus assez pour croire qu'il puisse rendre une femme heureuse et en étant son égal, il entre alors dans des configurations où se sont l'humiliation, la crainte, l'angoisse, l'inégalité, la domination qui prévalent. Et sans doute toutes les perversions sexuelles peuvent se ramener à l'inégalité plus ou moins grande dans la relation homme-femme.
Je ne me sens pas à la hauteur avec un homme, donc je veux être avec une femme ? :lol: C'est une premiere. Que faites vous des bisexuels ? Ils se sentent "à moitié" à la hauteur ? Vous avez une vision bipolaire. N'oubliez pas qu'il existe des intersexe, qui malheureusement sont mutilé à la naissance.

Charles
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1701
Inscription : mer. 14 juil. 2004, 16:44

Message non lupar Charles » dim. 25 sept. 2005, 13:54

Mais il peut aussi, cet homme qui n'est pas à la hauteur, rechercher le contact avec les autres qui sont à la hauteur pour tenter d'acquérir de leur pouvoir et de leur hauteur, ou simplement par fascination de ce pouvoir qu'il n'a pas d'être l'égal d'une femme mais qu'ils possèdent. Comme le partenaire doit être inférieur, le modèle de l'homme doit être supérieur. Et là on s'approche de l'homosexualité. Quand une blessure, un traumatisme, fait que l'homme ne s'aime plus assez pour croire qu'il puisse rendre une femme heureuse et en étant son égal, il entre alors dans des configurations où se sont l'humiliation, la crainte, l'angoisse, l'inégalité, la domination qui prévalent. Et sans doute toutes les perversions sexuelles peuvent se ramener à l'inégalité plus ou moins grande dans la relation homme-femme.
Je ne me sens pas à la hauteur avec un homme, donc je veux être avec une femme ? :lol: C'est une premiere. Que faites vous des bisexuels ? Ils se sentent "à moitié" à la hauteur ? Vous avez une vision bipolaire. N'oubliez pas qu'il existe des intersexe, qui malheureusement sont mutilé à la naissance.
Je n'ai pas une vision bi-polaire, je vous rappelle que la nature a fait de la sexualité, d'un côté les mâles, de l'autre les femelles, pour tout le vivant sexué, "sexué" signifiant séparé, divisé, coupé.

Maintenant Freud n'était pas loin quand il disait que l'enfant est un pervers polymorphe, seulement ce n'est pas l'enfant, c'est le désir lui-même qui est polymorphe. Et le désir n'est pas la sexualité. D'où le concept de "perversion". Vous croyez que les choses sont figées et définitives, vous ne voulez pas voir qu'au contraire le désir est mouvant et que toutes les perversions sont possibles. Le désir peut se satisfaire de tous les substituts à une relation sexuée normale entre égaux.

Quant aux bi-sexuels ils peuvent parfaitement se sentir à moitié à la hauteur, tout est possible à partir du moment où il s'agit de l'idée qu'on se fait de soi-même et du désir.
Dernière édition par Charles le dim. 25 sept. 2005, 16:21, édité 1 fois.

shadow
Ædilis
Ædilis
Messages : 23
Inscription : lun. 05 sept. 2005, 0:24

Message non lupar shadow » dim. 25 sept. 2005, 14:58

lol, non là par contre je suis d'accord avec vous, le désir change, des hétéro tombe amoureux de personne du même sexe qu'eux, des homos tombent amoureux d'une personne de sexe différent. Pour la vision bi-polaire : que faites vous des intersexe ? Ce sont des enfants qui naissent avec un sexe qui n'est ni tout à fait féminin, ni tout à fait masculin, mais entre les deux (à ne pas confondre avec ceux qui en ont deux, qui eux n'existent pas !). A leur naissance, on demande au parents de choisir le sexe de l'enfant pour ensuite opérer en ce sens ! L'enfant est pourtant en parfaite santé. C'est juste qu'il n'est ni femme ni homme.

Charles
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1701
Inscription : mer. 14 juil. 2004, 16:44

Message non lupar Charles » dim. 25 sept. 2005, 16:32

Pour la vision bi-polaire : que faites vous des intersexe ? Ce sont des enfants qui naissent avec un sexe qui n'est ni tout à fait féminin, ni tout à fait masculin, mais entre les deux (à ne pas confondre avec ceux qui en ont deux, qui eux n'existent pas !). A leur naissance, on demande au parents de choisir le sexe de l'enfant pour ensuite opérer en ce sens ! L'enfant est pourtant en parfaite santé. C'est juste qu'il n'est ni femme ni homme.
Oui, seulement ce genre d'accident est de l'ordre de l'aberration, tout comme les enfants qui naissent avec d'autres malformations. Dans la nature, parce que les êtres sont composés de matière, il y a la possibilité de malformations. Si les processus vitaux se déroulaient dans un monde immatériel, ils réussiraient aussi universellement et nécessairement que les opérations mathématiques. Seulement le monde physique n'est pas un univers mathématique et immatériel. Les êtres naturels, matériels et corporels, n'obéissent jamais exactement aux lois de la nature, il y a toujours une petite déperdition d'énergie, un petit frottement, une petite déviance de la trajectoire, une petite dissymétrie, etc. Et donc les aberrations qu'on trouve dans la nature ne signifient rien d'autre que sa dimension matérielle. La nature réussit dans la plupart des cas, mais pas dans tous absolument, sinon c'est que nous ne serions pas dans la nature, mais dans un monde sans matière.

shadow
Ædilis
Ædilis
Messages : 23
Inscription : lun. 05 sept. 2005, 0:24

Message non lupar shadow » dim. 25 sept. 2005, 18:56

eh bien, aller donc leur dire qu'ils sont une aberration, je suis sur qu'ils apprécieront...Ce que j'ai lu, en tout cas, c'est qu'ils souffrent souvent de ce sexe (et genre dans notre société) qu'on leur a imposé. Libre à vous de me donner des sources pour me détromper.

elisseievna
Senator
Senator
Messages : 689
Inscription : ven. 08 oct. 2004, 3:08

Message non lupar elisseievna » dim. 25 sept. 2005, 21:36

[. Et là on s'approche de l'homosexualité. Quand une blessure, un traumatisme, fait que l'homme ne s'aime plus assez pour croire qu'il puisse rendre une femme heureuse et en étant son égal, il entre alors dans des configurations où ce sont l'humiliation, la crainte, l'angoisse, l'inégalité, la domination qui prévalent..
Charles,

de quel chapeau, ou fantasme ou projection, sortez vous que les homos seraient des hommes qui se sentent incapables de rendre heureux une femme ?!

Démontrez nous cette affirmation ... d'ou vous deduisez le sadisme/masochisme homo, mais qui ne repose sur rien.

Ce sont des heteros qui peuvent se sentir angoisses a l'idee de ne pas pouvoir rendre une femme heureuse.
C'est une projection d'angoisse d'héteros de preter cette idee à un homo.
La haine envers les homos vient pour beaucoup de cette angoisse d'hetero d'etre "comme" ces homos fantasmes, c'est a dire incapable d'aimer une femme.
Un homo a envie de relations physique et, ou affective avec des hommes. Peu lui importe les relations proches avec les femmes, par definition.

Charles
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1701
Inscription : mer. 14 juil. 2004, 16:44

Message non lupar Charles » dim. 25 sept. 2005, 23:17

[. Et là on s'approche de l'homosexualité. Quand une blessure, un traumatisme, fait que l'homme ne s'aime plus assez pour croire qu'il puisse rendre une femme heureuse et en étant son égal, il entre alors dans des configurations où ce sont l'humiliation, la crainte, l'angoisse, l'inégalité, la domination qui prévalent..
de quel chapeau, ou fantasme ou projection, sortez vous que les homos seraient des hommes qui se sentent incapables de rendre heureux une femme ?!

Démontrez nous cette affirmation ... d'ou vous deduisez le sadisme/masochisme homo, mais qui ne repose sur rien.

Ce sont des heteros qui peuvent se sentir angoisses a l'idee de ne pas pouvoir rendre une femme heureuse.
C'est une projection d'angoisse d'héteros de preter cette idee à un homo.
La haine envers les homos vient pour beaucoup de cette angoisse d'hetero d'etre "comme" ces homos fantasmes, c'est a dire incapable d'aimer une femme.
Un homo a envie de relations physique et, ou affective avec des hommes. Peu lui importe les relations proches avec les femmes, par definition.
Votre "par définition" est grotesque. Un homosexuel est d'abord une personne asexuée ou désexuée et c'est donc une personne qui a un problème avec l'autre sexe. Ce que vous pensez être la définition d'un "être-au-monde" déterminé n'est que la description d'un moment et d'une circonstance. Le jour où vous prouverez que la sexualité n'est pas le mode de reproduction de l'espèce humaine, alors vous reprendrez votre définition. Mais jusqu'à aujourd'hui les êtres humains se reproduisent sexuellement, s'unissant l'un à l'autre et pas en se divisant comme les bactéries ou les étoiles de mer. Coupez-vous la main et si quelqu'un pousse à son bout, d'accord pour votre définition.

De plus il n'y a pas "d'angoisses d'hétéros" ou "d'angoisses d'homos", ce sont les mêmes, dans des circonstances, à des degrés, des moments différents de l'histoire d'une personne. Et complètement transposables.
Eh bien, allez donc leur dire qu'ils sont une aberration, je suis sûre qu'ils apprécieront...
Quand une malformation cardiaque mortelle est dépistée chez l'enfant à naître, on essaye de l'opérer pour le sauver. On ne se voile pas les yeux sur la malformation en disant "gna gna ce n'est pas une aberration, tout va bien, on n'a rien vu..."

Charles
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1701
Inscription : mer. 14 juil. 2004, 16:44

Message non lupar Charles » dim. 25 sept. 2005, 23:25

2. Cette interdiction s'explique par le fait que le prêtre doit de par sa fonction être pleinement homme, ou pour reprendre l'expression de Saint Josémaria Escriva, « si tu n'es pas viril et... normal, tu seras non pas un apôtre, mais sa risible caricature. »
Au secours Les homos ne sont pas des hommes ?? de plus, qu'est ce que la virilité ? Le fait d'être un peu macho sur les bord ? Je ne crois pas. A moins que ce ne soit tout simplement le fait d'être hétéro et de ne pas avoir de comportement dit "féminin" ?
La continence du prêtre doit être à l'image de celle du Christ : librement consentie. D'où la condamnation par l'Eglise du geste d'Origène qui s'était automutilé, c'est-à-dire castré lui-même par crainte de la tentation.

elisseievna
Senator
Senator
Messages : 689
Inscription : ven. 08 oct. 2004, 3:08

Message non lupar elisseievna » lun. 26 sept. 2005, 3:16

Vous parlez de sentiments ( d'etre incapable de rendre heureux) puis vous vous replacez dans le domaine de la reproduction pour pouvoir reparler de "probleme avec l'autre sexe".
Le seul "probleme avec l'autre sexe" qu'ont les homos est un probleme de reproduction, pas un probleme sentimental. Ils sont tout a fait capables de sentiments et de vie de couple HEUREUX avec quelqu'un de leur sexe et ne "sentent" pas incapables.
Puis vous reparlez de "memes sentiments" : oui le type de sentiment est le meme, un homo comme un hetero peut se sentir incapable d'aimer, mais ce n'est pas parce qu'un homo peut se sentir incapable d'aimer l'autre sexe qu'il se sentira incapable d'aimer tout court : les sentiments "identique" peuvent ne pas avoir le meme type d'objets, ce que vous omettez de prendre en compte pour justifier votre demonstration.

Donc je repose ma question qui se pose toujours : d'ou sortez vous que les homos (hommes) se poseraient la question d'etre incapables d'aimer une femme et selon vous en souffriraient ?

Ma definition n'a rien d'arbitraire, elle correspond simplement a la description de ce que les homos eprouvent, disent eprouver. Que cela les mette dans une certaine difficulte de se reproduire c'est evident mais c'est une autre question, qu'ils peuvent resoudre autrement, sur la base d'autres sentiments.
Si vous savez mieux qu'eux ce qu'ils eprouvent, vous etes bien fort ... Comme disait un certain Fliess, quand on cherche a lire dans l'inconscient des autres ...

Avatar de l’utilisateur
sola
Censor
Censor
Messages : 122
Inscription : dim. 27 févr. 2005, 15:00

Admission des homosexuels au sacerdoce ?

Message non lupar sola » mer. 26 oct. 2005, 15:38

on va pouvoir rebondir sur notre sujet-fétiche :lol: (eh oui 7 pages sur leur non-droit au mariage il y a quelques semaines!), avec le texte de Benoît XVI sur le refus d'admission des homosexuels dans les couvents... moi je suis parée, je reprendrai juste les termes de timothy radcliffe: "c'est absurde". je suis d'accord avec lui (je pense que toute sexualité est "sublimable" en termes psy). :)

évidemment, prévoir des mesures sans lâcheté en cas de problèmes, au lieu de les étouffer (les problèmes, pas les homosexuels... :lol: )

ps: j'ai mis un titre "ouvert" car comme les médias déforment tout, c'est p-ê une polémique qui n'a pas lieu d'être, si le Pape a écrit un texte plus nuancé que ce qu'on nous annonce. ce ne serait pas une première.
Dernière édition par sola le mer. 26 oct. 2005, 17:11, édité 1 fois.
*sola*
"le grain pourrit quand on l'entasse et fructifie quand on le sème." st dominique

MB
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 977
Inscription : lun. 26 juil. 2004, 0:03

Message non lupar MB » mer. 26 oct. 2005, 16:40

Bonjour

Ca ne serait pas très malin de refuser les personnes homos dans les monastères en raison de ce seul critère... il faudrait faire une enquête sur la vie intime ? Et comment fait-on pour les bi, pour ceux qui ont eu une aventure homo autrefois et qui n'y pensent plus maintenant ?

Enfin bref...
MB


Revenir vers « Vie de l'Église »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit