Le denier du culte

« Vous êtes le sel de la terre, vous êtes la lumière du monde. » (Mt 5.13-14)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions ecclésiales
jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8543
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Le denier du culte

Message non lupar jean_droit » dim. 24 janv. 2010, 10:50

Les finances des évêchés. Voici un article de perépiscopus qui me semble intéressant.

En entier :

http://www.perepiscopus.org/article-les ... 18454.html

Les finances du diocèse de La Rochelle-Saintes

Le diocèse a connu une perte globale de 400 000 euros en 2008. En 2009, le denier représente 1,6 million d'euros (contre 1,4 million en 2008) . Mais la moyenne d'âge des 15 000 donateurs est de 60 ans et la relève n'est pas assurée. Avec 1,1 million d'euros de recettes en 2008, la quête connaît une baisse de 5%, la quête ne se porte pas mieux. Le produit des offrandes faites à l'occasion des baptêmes, mariages ou obsèques est, lui aussi, en perte de vitesse. Quant à la crise financière mondiale, elle n'a pas épargné le diocèse et ses placements en bourse. Le traitement moyen d'un curé s'élève à 535 euros, auxquels il faut ajouter 400 euros tirés du produit des offrandes. L'évêque est au même régime. En 2008, le résultat net était de 397 000 € (dons au denier de l'Église : 1 474 000 €, quêtes : 1 108 000 €, legs et successions : 635 700 €). Alors le diocèse doit aller à la pêche au financement : meilleure gestion des ressources et nouveaux outils de communication.

Mais revenons à l'essentiel : pour sécuriser les ressources, il faudrait aussi augmenter le nombre de catholiques donateurs et donc le nombre de catholiques. Il reste dans ce diocèse 70 prêtres en activité pour 55 paroisses. Pourquoi ne pas appeler d'autres prêtres ? Un institut Ecclesia Dei par exemple, auquel l'évêque pourrait confier une paroisse personnelle (à Saintes, il n'y a qu'une messe par mois selon la forme extraordinaire et à La Rochelle, aucune messe n'est autorisée), des membres des Cté St Martin ou St Jean...

Commentaires personnels :

Cette situation est assez généralisée en France. Les évêchés ont de moins en moins les moyens. En Dordogne on parle d'un déficit de 20 % meme si les avis sont partagés.

Avatar de l’utilisateur
Théophane
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2000
Inscription : sam. 22 janv. 2005, 14:18
Conviction : Catholique
Localisation : France

Re: Les finances des évêchés

Message non lupar Théophane » dim. 24 janv. 2010, 15:52

Pourquoi ne pas appeler d'autres prêtres ? Un institut Ecclesia Dei par exemple, auquel l'évêque pourrait confier une paroisse personnelle (à Saintes, il n'y a qu'une messe par mois selon la forme extraordinaire et à La Rochelle, aucune messe n'est autorisée), des membres des Cté St Martin ou St Jean...
À mon avis, les différentes institutions et communautés nées au XXème siècle pourront en partie résoudre le problème.

Je ne me lasserai jamais de citer l'exemple du Chemin néo-catéchuménal : partout où il installe, on assite à une rechristianisation en profondeur. Beaucoup de personnes autrefois non pratiquantes reviennent vers l'Église, avec les conséquences bénéfiques que cela sous-entend : des familles nombreuses et ferventes et de nombreuses vocations sacerdotales.

Plutôt que de critiquer et barrer le chemin aux mouvements et communautés nouvelles, il faudrait sans doute s'interroger là-dessus.
« Être contemplatifs au milieu du monde, en quoi cela consiste-t-il, pour nous ? La réponse tient en quelques mots : c’est voir Dieu en toute chose, avec la lumière de la foi, sous l’élan de l’amour, et avec la ferme espérance de le contempler face à face au Ciel. »
Bienheureux Álvaro del Portillo (1914-1994)

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8543
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Les finances des évêchés

Message non lupar jean_droit » dim. 24 janv. 2010, 21:03

Théophane,
Tu ( vous ) bien que c'est tout à fait mon avis. Je remarque que les communautés traditionnelles ou nouvelles ont des finances plus ou moins en équilibre. La Famille missionnaire Notre Dame à Bergerac ne demande rien lors des récollections. "Ils vivent de l'air du temps" ou plus sérieusement des dons spontanés des fidèles.

Avatar de l’utilisateur
Théophane
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2000
Inscription : sam. 22 janv. 2005, 14:18
Conviction : Catholique
Localisation : France

Re: Les finances des évêchés

Message non lupar Théophane » sam. 30 janv. 2010, 21:30

Peut-être simplement parce que ces communautés et institutions se laissent guider par l'Esprit-Saint sans faire de calculs.

Dans la vie des saints, on s'aperçoit que les entreprises apostoliques réussissent dans des conditions délicates, grâce à la foi et à la prière. Il suffit de regarder le travail accompli par des personnes comme la bienheureuse Mère Teresa ou saint Josémaría Escrivá. Ce qu'ils ont fondé est parti de rien et aujourd'hui... quelle merveille !
« Être contemplatifs au milieu du monde, en quoi cela consiste-t-il, pour nous ? La réponse tient en quelques mots : c’est voir Dieu en toute chose, avec la lumière de la foi, sous l’élan de l’amour, et avec la ferme espérance de le contempler face à face au Ciel. »
Bienheureux Álvaro del Portillo (1914-1994)

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8543
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Les finances des évêchés

Message non lupar jean_droit » lun. 01 févr. 2010, 21:02

Il en est de même pour ce qui est des oeuvres monastiques. Remarques personnelles :

Les problèmes financiers de l'Eglise de France sont assez rarement abordés. Ils sont la conséquence du déclin de l'Eglise de France. C'est pour cela que la diminution du nombre de messes qui va provoquer, oh ! pardon ! qui provoquent une diminution du nombre de fidèles n'est pas la meilleure des choses. Mais il y a, aussi, la diminution des contributions de la part des fidèles. Dans certains cas on peut l'attribuer à la crise mais dans d'autres à un certain éloignement par rapport à l'Eglise. Je pense que, dans ma paroisse, ces deux phénomènes se conjuguent. Je suis frappé par la modestie des dons à la quête. Qui n'a pas 1 ou deux euros à donner ? Par contre dans la paroisse limitrophe qui est plus dynamique le montant moyen des dons est plus important.

http://www.la-croix.com/article/index.j ... rubId=4079#

L’économie monastique n’est pas épargnée par la crise

Qu’ils les considèrent comme un don ou qu’ils soient à la recherche de produits de qualité, les « clients » des monastères restreignent leurs achats. Et obligent certaines abbayes à s’interroger sur leur économie .....
............

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8543
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Les finances des évêchés

Message non lupar jean_droit » mer. 03 févr. 2010, 13:37

Lu dans perépiscopus :

http://www.perepiscopus.org/article-la- ... 57681.html

Commentaires personnels :

Je me suis surtout intéressé aux remarques contenues dans cet article. Il se dit que les finances de l'évêché de Toulon sont plutôt prospères, disons convenables ... Quoique certains disent exactement le contraire ( cf G....s ). Ce qui est certain c'est que l'activisme de monseigneur Rey a un coût. On voit que le denier du culte rapporte de plus en plus au diocèse. Mais, sans doute, pas assez et avec un nombre insuffisant de donateurs. D'où cette campagne dans le style de monseigneur Rey. La diminution du montant récolté par le denier du culte me semble une constante dans les évêchés. Ce style de campagne sans doute plus que nécessaire en face des solicitations incessantes qui nous agressent. En vérité il faudrait que chacun de nous donne pour le denier du culte mais surtout que nous fassions une campagne appuyée auprès de la population. Il est difficile pour un prêtre de tendre la sébille. Quoique près de chez moi un prêtre n'hésite pas et avec succès.

Début de l'article :

La campagne originale du diocèse de Fréjus-Toulon pour le denier

Le diocèse s'est inspiré du film grand public "Le Petit Nicolas" pour la campagne de collecte du Denier de l’Eglise en 2010. Le Denier collecté chaque année dans le diocèse est en progression. En analysant les chiffres depuis 10 ans, la progression peut se comprendre de deux manières :
- augmentation du nombre de donateurs (notable jusqu'en 2001),
- augmentation du don moyen (la valeur moyenne du don par donateur).
Si on analyse et on compare par rapport aux autres diocèses et par rapport à la population du diocèse, cela peut se résumer par :"Les donateurs sont généreux mais peu nombreux". La nécessité de faire une campagne n'est pas à démontrer car, il s'agit de trouver de nouveaux donateurs pour remplacer ceux qui partent (géographiquement ou "vers le Père").

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8543
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Les finances des évêchés

Message non lupar jean_droit » sam. 13 févr. 2010, 9:01

Voilà un article plutôt réjouissant sur les finances du diocèse de Paris. Remarques personnelles : Ces statistiques montrent la vitalité du diocèse de Paris. A partir de ces chiffres un certain nombre d'extrapolations est fait tout aussi interessant. L'article dit : "malgré l'actualité défavorable à l'image de l'Église." Et si c'était : "grace à l'image défavorable de l'Eglise" Je suppose que certains en ont assez de ce déchainement anti catholique des médias et autres.


http://www.lefigaro.fr/actualite-france ... culte-.php

Début de l'article : La crise n'affecte pas le denier du culte

Par Jean-Marie Guénois
12/02/2010 | Mise à jour : 11:50 Réactions (12)
A Paris, les ventes de cierges augmentent. Crédits photo : Le Figaro
À Paris, les dons 2009 ont encore progressé, malgré l'actualité défavorable à l'image de l'Église.

Ni la crise économique ni les «affaires» qui ont secoué l'Église catholique n'ont affecté la générosité des fidèles en 2009. À Paris tout du moins. Les chiffres nationaux ne seront disponibles que cet été. Avec une hausse de 2,86 % de la collecte - 22 millions d'euros au total - ce résultat du diocèse parisien est significatif, car il représente 10 % de la collecte nationale du denier de l'Église (228 millions d'euros en 2008).

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8543
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Le denier du culte

Message non lupar jean_droit » jeu. 03 févr. 2011, 12:07

Je ne sais si c'est dans cette entrée que je dois mettre ce post.

Mon curé a reçu les documents pour faire l'appel au denier du culte. Il a prévu d'envoyer des lettres la semaine prochaine. Je ne sais quels vont être les destinataires : Ceux qui donnent au denier du culte et eux seuls ? Des chrétiens que l'on connait ? Comment cela se passe dans vos paroisses ? Pour ma part j'aimerais suggérer à notre curé que les lettres soient envoyés à un nombre significatif de chrétiens de mon village.
Façon comme un autre, peut être pas du meilleur goût, de rendre visible la paroisse.

Votre avis, s'il vous plait ?

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8543
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Les finances des évêchés

Message non lupar jean_droit » mar. 04 déc. 2012, 10:26

Les finances de nombreux diocèses sont au plus bas. Voici le cas de celui de Nice.

On voit un recul très important du nombre de donateurs pour le denier du culte : - 33 % en 7 ans ! Avec une diminution bien moins grande des collectes. Ce qui me semble curieux c'est le nombre de laïcs rémunérés : 200

Remarque : Les chiffres pour mon diocèse sont, aussi, inquiétants. Cela doit fortement gêner mon évêque dans sa tâche.

De Riposte Catholique :

http://www.riposte-catholique.fr/ripost ... L2zituF8ec


Les finances du diocèse de Nice

3 DÉCEMBRE 2012 par MAXIMILIEN BERNARD

Le nombre de donateurs et le montant des dons versés à l’Église catholique du diocèse de Nice sont en baisse. Patrick Cheuret, économe diocésain, explique : « Nous sommes confrontés à une double crise. La crise des vocations et la crise économique. »

18.290 donateurs en 2004 dans les Alpes-Maritimes et seulement 12 011 en 2011 pour le denier du culte.

En 2004 : 2,7 millions d’euros de dons contre 2,35 M€ en 2011.

Prêtres (187) et évêque reçoivent chaque mois 1025€ net.

Et le diocèse de Mgr Sankalé doit payer aussi 200 laïcs et gérer 80 églises à sa charge. Au total, le budget diocésain annuel est de 11 millions d’euros.

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8543
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Les finances des évêchés

Message non lupar jean_droit » mar. 04 déc. 2012, 14:57

Finances du diocèse de Dordogne

Il est difficile de rentrer dans tous ces chiffres mais :
Le montant des charges auxquelles notre diocèse a dû faire face en 2011
s’élève à 6.640.949,04 €.

Elles ont été réglées grâce à un montant de recettes de 4.454.524,48 €
auquel il a fallu rajouter 2.186.424,56 € issus de nos réserves financières,
ce complément constituant notre déficit d’exercice
Le déficit parait considérable mais si on lit mieux on s'apperçoit qu'il n'est que de 800.000 francs soit un déficit de 13 %.

Enfin :
La campagne de collecte du Dernier de l’Eglise en 2011 a rapporté 1.138.075,35 €, soit moins de 3% de moins qu’en 2010 et
avec un coût de campagne plus cher d’environ
12%
mais 1.143 nouveaux donateurs
(nouveaux au sens qu’ils n’apparaissent
pas sur nos listes depuis au moins les dix
dernières années).

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8543
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Les finances des évêchés

Message non lupar jean_droit » sam. 09 févr. 2013, 18:26

Voici le cas du diocèse de Poitiers. Les commentaires sont intéressants. La suppression du séminaire semble naturelle mais quel échec pour ce diocèse et pour son pasteur. Vendre, se séparer, fermer ... voilà des mots que l'on entend beaucoup trop dans l'Eglise de France.

De perépiscopus :

http://www.riposte-catholique.fr/perepi ... RZ1BtuF8ec
1 million d’euros de déficit pour le diocèse de Poitiers

POSTED ON 8 FÉVRIER 2013 BY MAXIMILIEN BERNARD

Mgr Pascal Wintzer commence à solder les comptes de son prédécesseur Mgr Albert Rouet. Depuis deux ans, l’archidiocèse de Poitiers affiche un déficit de près d’un million d’euros. Tout en sachant que la banque a accordé un prêt du même montant, à rembourser d’ici fin 2014…

Les journalistes à la petite semaine qui répètent sans cesse que l’Eglise croule sous l’or feraient bien d’aller y voir de plus près.

Mgr Wintzer, lui, cherche des solutions. En bon économe (on dirait même en bon père de famille), il cherche à réguler les dépenses. Pas comme ces socialistes qui cherchent de l’argent pour ne pas avoir à renoncer à leurs fastes et leur gabegie. Cela va loin pour le diocèse, comme le révèle l’archevêque :

« Le traitement des salariés n’a pas été revalorisé depuis deux ans, nous nous sommes inscrits dans une optique d’économies d’énergie. En outre, nous avons dû nous séparer de biens immobiliers ».

Des presbytères, des salles paroissiales, des maisons individuelles, des terrains, des calvaires, ce sont près de 150 biens qui ont été répertoriés depuis deux ans par le diocèse.

Autre conséquence de ce déficit : le basculement de Radio Accords sur le réseau national RCF, et un poste de technicien supprimé.

En revanche, il y a une décision qui semble incompréhensible au premier abord :

le séminaire a été supprimé et les 4 étudiants sont partis à Orléans.

D’ordinaire, le séminaire consacre l’avenir d’un diocèse et l’expérience montre que les rapprochements avec d’autres diocèses tendent à raréfier les vocations. Mais on peut aussi penser que Mgr Wintzer a invoqué les problèmes d’argent pour supprimer un séminaire contaminé par l’esprit progressiste de son prédécesseur et, en l’état, totalement irréformable.

Auquel cas, c’est une solution de bon sens pour écarter le professorat. Dans quelques années, il sera loisible de récréer ex-nihilo un séminaire sur de bonnes bases.

La campagne d’appel aux dons pour le denier de l’Église débutera le 10 févier. Le denier est la première ressource financière du diocèse.

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8543
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Les finances de l'Eglise de France

Message non lupar jean_droit » sam. 19 juil. 2014, 9:43

Dans Riposte Catholique on trouve un intéressant article sur les finances du diocèse de Grenoble. Remarques :

Pas très encourageant malgré le fait que des éléments exceptionnels ont permis de présenter un résultat positif. D'abord il y a le produit du denier du culte : Si on compte bien on voit que le nombre de donateurs a diminué de 15 % depuis 2005. Br ... Ensuite les legs : diminution de 32 %. Brr ...
Les comptes du diocèse de Grenoble

Dans le diocèse de Grenoble, 1 famille pratiquante sur 3 donne au denier. Le nombre de donateurs est en baisse mais les dons récoltés restent assez stables.

Les comptes 2013 sont en légère baisse (- 0,3 %) pour l’ensemble des collectes (denier, quêtes, casuel) pour le diocèse et pour les paroisses. L’impact d’une hausse des charges (+ 6 %) liées à l’évolution des salaires, des impôts et taxes, des achats (chauffage, électricité, pèlerinages dont JMJ) et des amortissements (grands chantiers engagés), et d’une baisse significative des dons et legs (- 32 %), conduisent à un résultat déficitaire de 673 000 €. Il est compensé par un résultat financier et un résultat exceptionnel de haut niveau qui permettent un excédent de 946 685 €.

Le denier de l’église stagne depuis 2009 où il avait progressé de 9 % par rapport à la période précédente et continue à se caractériser par une légère progression du don moyen et la poursuite de la baisse du nombre de donateurs (19 418 en 2013 contre 23 060 en 2005).

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8543
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Denier du culte

Message non lupar jean_droit » mer. 17 sept. 2014, 12:01

Les finances de l'Eglise de France est un sujet dont on ne parle pas beaucoup. Mais sans argent comment peut-elle efficacement remplir sa mission ? Je viens de recevoir du diocèse de Périgueux un rappel pour donner plus au denier du culte. Quelques remarques intéressantes y sont données :

- "Pour 10 familles qui demandent un service à l'Eglise 1 seule participe à sa vie matérielle par le denier du culte".

- Il est utilisé à 48 % pour les salaires des laïcs, 47 % pour le clergé, 4 % pour la communication et ... 1 % pour la solidarité.

On voit la place importante du salaire des laïcs. Ne pourrait-on pas trouver des laïcs bénévoles ? Le 1 % de solidarité n'est pas représentatif. Disons que le denier du culte ne sert pas à la solidarité. Ceci étant dit, le montant total du denier du culte diminue régulièrement. Je suppose que les legs sont dans le même cas. Tant qu'aux quêtes ....

Conclusion : On a l'Eglise qu'on mérite.

Avatar de l’utilisateur
Aline-Marie
Ædilis
Ædilis
Messages : 31
Inscription : sam. 30 avr. 2011, 16:39
Conviction : L'Amour est ma religion
Localisation : Suisse Romande

La dîme

Message non lupar Aline-Marie » mar. 12 juin 2018, 22:11

Bonjour !
J'ai remarqué que dans certains catéchismes un commandement dit : "Droits et dîmes tu paieras à l'Eglise fidèlement. "
Qu'est-ce que les droits et dîmes ?
L'Eglise a-t-elle émis un avis officiel à propos de la dîme ?
Merci beaucoup !
"Il n'y a qu'une douleur, c'est d'avoir perdu le jardin de volupté, et il n'y a qu'une espérance ou qu'un désir qui est de le retrouver. Le poète le cherche à sa manière, et le plus sale débauché à la sienne. C'est l'unique objet. Napoléon à Tilsitt et l'ivrogne immonde ramassé dans le ruisseau ont exactement la même soif. Il leur faut l'eau des Quatre Fleuves du Paradis." Léon Bloy

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 3793
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Le denier du culte

Message non lupar Kerniou » mer. 13 juin 2018, 10:22

la dîme était, dans les siècles passés, l'impôt que chaque famille payait à l'Eglise. Il existait plusieurs impôts l'un pour la paroisse, l'impôt féodal, pour le Seigneur du lieu, un autre pour le diocèse et, sauf erreur de ma part , un impôt, aussi, pour monastères; la dîme était l'un de ceux-là mais je ne sais plus lequel ...
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.


Revenir vers « Vie de l'Église »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 17 invités