Expiatoire, propitiatoire ?

« Assurément, il est grand le mystère de notre religion : c'est le Christ ! » (1Tm 3.16)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions de théologie dogmatique
Olga Smolova
Civis
Civis
Messages : 1
Inscription : mer. 17 juin 2009, 15:11

Expiatoire, propitiatoire ?

Message non lupar Olga Smolova » mar. 16 juin 2009, 22:18

Merci par avance à celle ou celui qui arrivera à m'expliquer quelle est la différence entre le sacrifice expiatoire et le sacrifice propitiatoire, les deux étant caractérisés par les dictionnaires comme servant à expier des péchés, des fautes.

Voici les définitions les plus détaillées que j'ai trouvées sur les-dicos.com, mais qui n'expliquent pas clairement la différence entre les deux types de sacrifices:

Epiatoire:
Qui sert à expier une faute dans le cadre du rite prévu à cet effet.

1. C'est cette expulsion hors de la cité d'une âme, d'un animal expiatoire figurativement chargé de tous les péchés de la collectivité qu'avait pour but de représenter la cérémonie du Bouc émissaire décrite dans le Lévitique...
2. Devant Dieu l'homme est injuste, et il le reste jusque dans ses meilleures réalisations. Dieu seul peut lui rendre la justice perdue et c'est par l'œuvre expiatoire du Christ, assumant la condition humaine, se chargeant du péché de l'homme et mourant sur la croix que l'homme reçoit la justice.

Propitiatoire:
Qui est destiné à rendre la divinité propice; qui est offert en propitiation, pour la rémission des péchés.

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 4409
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: expiatoire - propitiatoire ??

Message non lupar gerardh » mer. 17 juin 2009, 10:35

__________

Bonjour,

Voici une définition de propitiation :

PROPITIATION (hilasmos ; de hilaos : propice, favorable)
Faire propitiation signifiait, chez les Grecs, se rendre les dieux propices, les apaiser. Dans la Parole, Dieu est rendu propice non par ce que l’homme peut lui apporter de lui-même, mais par le sacrifice expiatoire de Christ, figuré dans les sacrifices propitiatoires de l’A.T. En donnant sa vie en sacrifice pour le péché, Jésus-Christ a accompli une œuvre qui permet à Dieu de recevoir en grâce le pécheur ; celui-ci croit et obtient le salut en s’appropriant les vertus de ce sacrifice. Christ est la propitiation pour nos péchés ; son œuvre est suffisante pour le monde entier ; elle est efficace pour ceux qui croient en lui (1 Jean 2:2 ; 4:10 ; Hébreux 2:17).

[Petit Dictionnaire NT R.Pigeon]

Dans le même ouvrage, on trouve à "expiation" : voir propitiation.


________

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 4409
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: expiatoire - propitiatoire ??

Message non lupar gerardh » mer. 17 juin 2009, 10:41

____________

Rebonjour,

Voici quelques autres éléments (un peu longs, excusez-moi) :

EXPIATION
Le mal doit être puni, tel est le verdict divin qui est à l’origine de l’expiation : Dieu ne tient nullement le coupable pour innocent (Ex. 34:7). L’homme pécheur, donc coupable, doit être puni. Il devrait même être ôté de devant Dieu à cause de ses péchés, plus encore à cause de son état de péché. Mais, au lieu qu’il ait été ôté de devant Celui qui ne peut tolérer le mal, le croyant sait que ce sont ses péchés qui ont été ôtés. C’est en ce fait que réside la vérité capitale de l’expiation. Jésus, le Fils de Dieu, Victime innocente et sainte, s’est présenté pour accomplir en Golgotha l’œuvre par laquelle le péché a été expié, la question du bien et du mal entièrement vidée, le Dieu sauveur et saint pleinement glorifié. La croix est la preuve de l’expiation.
Le verbe expier traduit un terme qui, en hébreu, signifie couvrir. Pour les croyants de l’Ancien Testament un péché expié était un péché couvert : «Bienheureux, dit le psalmiste, celui dont... le péché est couvert» (Ps. 32:1 ; Rom. 4:7). Il pouvait l’être en vertu du sang des victimes sacrifiées au temps de la loi, car, dit l’Écriture, «sans effusion de sang il n’y a pas de rémission» (Héb. 9:22). Mais il ne pouvait pas être ôté, selon qu’il est dit aussi : «Il est impossible que le sang de taureaux et de boucs ôte les péchés» (Héb. 10:4). Seul le sang de Christ pouvait le faire. «Lui a été manifesté, afin qu’il ôtât nos péchés» (1 Jean 3:5).
L’œuvre expiatoire de la croix amène désormais à Dieu, d’une manière conforme à sa nature, purifiés pour toujours de tout péché, ceux qui viennent à Lui par elle.


PROPITIATION
La propitiation est l’œuvre par laquelle Dieu est rendu propice à l’homme. Or, comment le Dieu saint peut-il être rendu propice, favorable à l’homme pécheur ? Il n’y a qu’une réponse : par un sacrifice, soit le sacrifice de Jésus Christ accompli une fois pour toutes à la croix du Calvaire.
C’est ce qu’enseignait déjà, en figure, l’ordonnance du propitiatoire, couvercle de l’arche, dans le lieu très saint du tabernacle : «Je me rencontrerai là avec toi, et je parlerai avec toi de dessus le propitiatoire» (Ex. 25:22). Le propitiatoire est un type de Christ dans son œuvre, comme l’arche l’est de Christ dans sa personne. Il est écrit : «le Christ Jésus, lequel Dieu a présenté pour propitiatoire, par la foi en son sang» (Rom. 3:25).
C’est ce qu’enseignait aussi l’ordonnance du grand jour des propitiations selon le chapitre 16 du livre du Lévitique. Ce chapitre est le cœur du Pentateuque ou, si l’on préfère, le cœur de Dieu dirigé vers son peuple, «afin de faire propitiation pour les fils d’Israël pour les purifier de tous leurs péchés» (v. 34). En ce jour-là on faisait aspersion du sang du sacrifice pour le péché sur le propitiatoire — sous les yeux de Dieu — et devant le propitiatoire — en faveur du peuple (v. 15). Belle image sans contredit du dessein de Dieu de faire propitiation pour tout homme !
Dans l’un des plus anciens livres sacrés Élihu, parlant de Dieu, dit déjà : «Il lui fera grâce... j’ai trouvé une propitiation» (Job 33:24). Au livre des Proverbes il est aussi écrit : «Par la bonté et par la vérité propitiation est faite pour l’iniquité» (16:6). La grâce et la vérité vinrent par Jésus Christ, lequel est mort pour tous à cause des iniquités.
Enfin le prophète Ésaïe, jeune encore, a pu entendre ces paroles apaisantes, lorsqu’il vit la gloire terrifiante de Dieu et qu’il réalisa son misérable état : «Voici, ceci a touché tes lèvres... propitiation est faite pour ton péché» (És. 6:7). S’il pouvait y avoir propitiation pour lui, c’était à cause du charbon ardent, du sacrifice de l’autel, figure de la croix de Jésus.
À la vérité de la propitiation se rattache la notion de rançon. On trouve déjà ce rapprochement dans le livre de Job : «J’ai trouvé, dit Dieu, une propitiation», c’est-à-dire une rançon (33:24).
Il est écrit ailleurs : «Dieu est un, et le médiateur entre Dieu et les hommes est un, l’homme Christ Jésus, qui s’est donné lui-même en rançon pour tous» (1 Tim. 2:6). L’homme Christ Jésus s’est donc livré pour tous, et c’est en cela que consiste la propitiation. Du moment que la rançon a été payée, tout homme est invité à venir à Jésus, le Sauveur.
Il ne faut pas confondre la vérité de la propitiation avec celle de l’expiation. L’expiation est l’œuvre par laquelle le Seigneur Jésus a porté les péchés de plusieurs, selon qu’il est écrit : «Le fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir et pour donner sa vie en rançon pour plusieurs» (Matt. 20:28). Et encore : «le Christ... ayant été offert une fois pour porter les péchés de plusieurs, apparaîtra une seconde fois, sans péché, à salut à ceux qui l’attendent» (Héb. 9:28). Il n’est jamais dit que le Seigneur a porté les péchés de tous les hommes. Seul le croyant peut dire : Christ a porté mes péchés, il a été mon substitut sous les coups de la colère de Dieu à cause de mes péchés.
En résumé la propitiation est l’œuvre qui a été faite entre Dieu et Christ. Christ a accompli l’œuvre en vertu de laquelle Dieu peut être propice à l’égard de tout homme qui vient à lui. L’expiation (ou substitution) est l’œuvre qui a été fait entre Christ et le croyant. Seul en effet le croyant peut bénir Dieu de ce qu’un Sauveur lui a été donné, lequel a été fait péché pour lui, afin qu’il devint justice de Dieu en lui (2 Cor. 5:21).


_______

Olga Smolova
Civis
Civis
Messages : 1
Inscription : mer. 17 juin 2009, 15:11

Re: expiatoire - propitiatoire ??

Message non lupar Olga Smolova » mer. 17 juin 2009, 21:14

Bonsoir,

Je vous remercie vivement pour cette explication. Elle est exhaustive quant au sens du sacrifice de Jésus. De toutes les explications que j'ai lues c'est effectivement la première qui fait une distinction entre les deux termes en question.

Cependant, la différence entre ces deux types de sacrifice me reste toujours assez énigmatique quand c'est l'animal qui est immolé... Ci-dessous, je recopie les paroles d'Elisabeth de Fontenay, philosophe française, prononcées dans un entretien avec Finkielkraut (cet entretien, je suis en train de le traduire en tchèque). De Fontenay y parle, entre autre, des sacrifices propitiatoires et expiatoires:

Alain Finkielkraut:
- Mais, pour en revenir au christianisme, ce que vous remettez en cause, c'est au fond l'idée, si forte dans les Evangiles: ce n'est pas ce qui entre dans la bouche qui rend l'homme impur, c'est ce qui en sort: vous vous inscrivez en faux contre cet apparent progrès de la spiritualité.

Elisabeth de Fontenay:
- Disons, et cela concerne le christianisme, qu'à partir du moment où il y a sacrifice du Dieu, tout se transforme. Et dans la mesure où le sacrifice auquel je me suis intéressée est surtout un sacrifice alimentaire - il y a toutes sortes d'autres sacrifices: expiatoires, propitiatoires, etc. -, à partir du moment où c'est Dieu lui-même qui s'offre en sacrifice, qui se fait l'Agneau pascal, il est évident que les pratiques d'immolation vont complètement disparaître, et nous entrons dans un rapport sécularisé, neutre, prosaïque à l'animal.

Alain Finkielkraut:
- A partir du moment, en effet, où la pureté ou l'impureté de l'homme n'est pas jugée à ce qui rentre dans sa bouche, tout peut, n'importe comment, en quelque sorte, entrer dans sa bouche, et le champ est ouvert à une appropriation dont vous dites qu'elle est sans foi ni loi.

Elisabeth de Fontenay:
- L'homme cesse de se sanctifier non par ce qu'il ne mange pas ou par la manière dont il tue et cuisine l'animal autorisé, mais par les paroles qui sortent de sa bouche ou par les intentions qui animent ses actes. S'ouvre alors l'espace tout intérieur de la charité, auquel les bêtes n'ont pas part. (Fin de citation; Répliques, Des hommes et des bêtes, Ed. du Tricorne, Genève, 2000)

Si on appliquait la définition que vous m'avez envoyée, aux animaux sacrifiés, la propitiation serait l’œuvre qui a été faite entre Dieu et l'homme. L'homme a accompli l’œuvre (le sacrifice d'un animal figurativement chargé de tous les péchés de la collectivité) en vertu de laquelle Dieu peut être propice à l’égard de tout homme qui vient à lui. Pareillement, l’expiation serait l’œuvre qui a été faite entre l'animal offert en sacrifice et le croyant, ce qui me semblerait un peu balourd...

Il me faudrait alors une définition plus générale... Comme je l'ai déjà dit plus haut, toutes les explications que j'ai trouvées jusqu'à présent (excepté la vôtre) font comprendre les deux types de sacrifice comme à peu près identiques. Néanmoins, Elisabeth de Fontenay ne les présente apparemment pas comme tels, elle les distingue... Ce qui me pose problème dans ma traduction.

Avatar de l’utilisateur
olive
Quæstor
Quæstor
Messages : 368
Inscription : lun. 15 déc. 2008, 23:38
Localisation : Amen, Ta Volonté Père .

Re: expiatoire - propitiatoire ??

Message non lupar olive » jeu. 18 juin 2009, 23:02

Bonjour,

Pouvons nous dire que chacun peut faire des sacrifice expiatoire, mais que seul Jésus a fait le sacrifice propiciatoire ?
Olive

" Crois à ce que Dieu mumure à ton coeur " Benoît 16
" Tout ce qu'Il vous dira, faites-le " Jean, 2, 5

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 4409
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: expiatoire - propitiatoire ??

Message non lupar gerardh » sam. 20 juin 2009, 18:34

____________________

Bonjour Olive,

Le sacrifice du Christ était aussi un sacrifice expiatoire.

La propitiation, c'est la grâce de Dieu qui est mise à la disposition de tous les hommes (mais tous ne s'en emparent pas). Ceux qui acceptent cette grâce sont au bénéfice de l'expiation.


____________

Avatar de l’utilisateur
olive
Quæstor
Quæstor
Messages : 368
Inscription : lun. 15 déc. 2008, 23:38
Localisation : Amen, Ta Volonté Père .

Re: expiatoire - propitiatoire ??

Message non lupar olive » lun. 22 juin 2009, 21:54

Merci Gérard .

Donc seulement Jésus a pu être Propice ?

" Crois à ce que Dieu mumure à ton coeur " Benoît 16
" Tout ce qu'Il vous dira, faites-le " Jean, 2, 5

Frei Sylvain
Barbarus
Barbarus

Re: Expiatoire, propitiatoire ?

Message non lupar Frei Sylvain » ven. 25 août 2017, 11:57

כָּפַר (kaphar)
- Strong 03722

כָּפַר (kaphar) est un terme hébreu trouvé 102 fois Bible. Ce terme peut être traduit en français par expiation, expier, victime....

Mot original כָּפַר

Classe Mot
Catégorie lexicale
verbe
Translitération
kaphar
Phonétique kaw-far’

Origine
une racine primaire


Traductions Segond 1910
expiation, expier, victime expiatoire, enduire, apaiser, rachat racheter, pardonner, imputer, détruire, conjurer

Définitions
-couvrir, purger, faire une expiation, réconciliation, recouvrir de poix
-(Qal) revêtir ou couvrir de poix
(Piel)
-pacifier, rendre propice
-recouvrir, expier pour le péché
-expiation par des rites selon la loi

-----------------------------------------------------------------------

כֹּפֶר (kopher)
- Strong 03724

כֹּפֶר (kopher) est un terme hébreu trouvé 17 fois Bible. Ce terme peut être traduit en français par rançon, rachat, présents, prix,....

Mot original כֹּפֶר

Classe Mot
Catégorie lexicale
nom masculin
Translitération
kopher
Phonétique ko’- fer

Origine
vient de כָּפַר (kaphar, 03722)

Traductions Segond 1910
rançon, rachat, présents, prix, villages, poix, troëne

Définitions
-prix d'une vie, rançon, un présent
-asphalte, poix (pour recouvrir)
-la plante de henné, nom d'une plante (henné?)
-village

-----------------------------------------------------------------------

כִּפֻּר (kippur)
- Strong 03725

כִּפֻּר (kippur) est un terme hébreu trouvé 8 fois Bible. Ce terme peut être traduit en français par expiation, expiatoire, rachat.


Mot original כִּפֻּר

Classe Mot
Catégorie lexicale
nom masculin pluriel
Translitération
kippur
Phonétique kip-poor’

Origine
vient de כָּפַר (kaphar, 03722)

Traductions Segond 1910
expiation, expiatoire, rachat

Définitions
-expiation

-----------------------------------------------------------------------

כַּפֹּרֶת (kapporeth)
- Strong 03727

כַּפֹּרֶת (kapporeth) est un terme hébreu trouvé 27 fois Bible. Ce terme peut être traduit en français par propitiatoire.


Mot original כַּפֹּרֶת

Classe Mot
Catégorie lexicale
nom féminin
Translitération
kapporeth
Phonétique kap-po’- reth

Origine
vient de כָּפַר (kaphar, 03722)

Traductions Segond 1910
propitiatoire

Définitions
-siège de miséricorde, lieu de l'expiation, propitiatoire
-le propitiatoire en or que le Souverain Sacrificateur aspergeait 7 fois le jour de l'Expiation
-le couvercle d'or du sommet de l'arche de l'alliance qui mesurait 2.5 par 1.5 coudées, de part et d'autre se trouvaient les deux chérubins d'or aux ailes étendues, l'ensemble constituant le trône de Dieu

-----------------------------------------------------------------------

כָּפַשׁ (kaphash)
- Strong 03728

כָּפַשׁ (kaphash) est un terme hébreu trouvé 1 fois Bible. Ce terme peut être traduit en français par couvert.



Mot original כָּפַשׁ

Classe Mot
Catégorie lexicale
verbe
Translitération
kaphash
Phonétique kaw-fash’

Origine



Traductions Segond 1910
couvert 1

Définitions
-(Hiphil) rendre courbé, presser ou plier ensemble
-(CLBL) recourber
-(Hiphil) faire courber, piétiner

freisylvain
Barbarus
Barbarus

Re: Expiatoire, propitiatoire ?

Message non lupar freisylvain » ven. 25 août 2017, 12:28

Les mots Expiation-Propitiation ont la même origine hébraïque que Couvrir, Poix

Le sacrifice expiatoire-propitiatoire nous couvre comme la poix couvre l'arche de Noé, ce qui permet de la sauver du déluge comme le Christ nous sauve de la condamnation finale !


Revenir vers « Théologie »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Cinci et 8 invités