L'Église et les animaux

« Assurément, il est grand le mystère de notre religion : c'est le Christ ! » (1Tm 3.16)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions de théologie dogmatique
Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8543
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: L'Église et les animaux

Message non lupar PaxetBonum » jeu. 25 juil. 2013, 20:13

Analyse pleine de sagesse, cette harmonie de la création retrouvée fait effectivement rêver.
Qui mourra, verra…
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
Sapin
Sacerdos
Sacerdos
Messages : 2326
Inscription : sam. 14 juil. 2007, 15:54
Localisation : Montréal

Re: L'Église et les animaux

Message non lupar Sapin » jeu. 25 juil. 2013, 21:07

Ame : agent essentiel à la vie, qui, uni au corps, constitue l'être vivant. Principe immortel subsistant après la mort.
Ce sont deux sens différents, et c'est justement l'ambiguïté de la question de l'âme des animaux.
Les animaux ont une âme au sens 1 (principe vital, la forme du corps) mais pas au sens 2 (âme immortelle).
Je ne vois pas ce qu'on peut dire de plus sur la question !
Où affirme-t-on une telle chose?

G
Père Guy

"J'attends la résurrection des morts et la vie du monde à venir".
credo

Invité
Barbarus
Barbarus

Re: L'Église et les animaux

Message non lupar Invité » jeu. 25 juil. 2013, 21:18

Je viens de trouver ce lien :

http://animal-respect-catholique.org/

Intéressant, je trouve.

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 9769
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: L'Église et les animaux

Message non lupar Fée Violine » jeu. 25 juil. 2013, 22:31

Je viens de trouver ce lien :

http://animal-respect-catholique.org/

Intéressant, je trouve.
Hmmm... Un site qui se présente comme catholique, mais qui critique l'Église...

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 9769
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: L'Église et les animaux

Message non lupar Fée Violine » jeu. 25 juil. 2013, 22:33

Ce sont deux sens différents, et c'est justement l'ambiguïté de la question de l'âme des animaux.
Les animaux ont une âme au sens 1 (principe vital, la forme du corps) mais pas au sens 2 (âme immortelle).
Je ne vois pas ce qu'on peut dire de plus sur la question !
Où affirme-t-on une telle chose?

G
Quoi donc? Les différents sens du mot âme?
Le sens 1 vient d'Aristote et de l'étymologie, et le 2 est chrétien.

Invité
Barbarus
Barbarus

Re: L'Église et les animaux

Message non lupar Invité » ven. 26 juil. 2013, 8:36

Bonjour Fée Violine,

Tout comme vous j'ai été surprise à la lecture de ce site mais en y réfléchissant bien ce n'est pas la première fois que je lis des critiques venant de prélats en activité vis-à-vis de l'Eglise. Finalement je trouve que c'est un comportement plutôt sain dès l'instant où l'essentiel n'est pas remis en question.

La pensée unique me fait peur car les dérives peuvent rapidement devenir dramatiques. L'histoire peut en témoigner. Si l'Eglise admet d'être remise en question sur certains points je pense qu'elle adopte la bonne attitude. En refusant elle priverait prêtres et fidèles de leurs personnalités. Je ne pense pas que ce soit son but ou alors je vais commencer à m'interroger sérieusement quant à mon choix d'être catholique.

Cordialement.

baron2512
Civis
Civis
Messages : 8
Inscription : dim. 25 janv. 2009, 22:45

Paradis pour animaux ?

Message non lupar baron2512 » jeu. 23 juin 2016, 16:01

Bonjour,
Réflexion personnelle : Sur terre, il y a des millions d'espèces vivantes : mammifères, poissons, oiseaux, insectes, reptiles et nous. Tous ont été créés par Dieu mais nous sommes les seuls à être doués de raison comme le disait un penseur célèbre. La vie sur cette planète est le fruit d'une longue évolution de plusieurs millions d'années et, il faut bien constater, que les humains ont évolué d'une manière spectaculaire tandis que - ironiquement- les singes mangent encore des bananes et les vaches de l'herbe.
Pourquoi sommes-nous les seuls à bénéficier d'un Paradis?
L'Ancien Testament est très sanglant vis à vis des animaux ( sacrifices rituels, etc). Pourquoi Dieu veut-il cela ? Parce qu'ils non pas d'âme?
Je trouve cela illogique et je me dis que s'il n'y a pas de Paradis pour eux, il n'y en a peut-être pas pour nous non plus.
Cordialement

axou
Barbarus
Barbarus

Re: Paradis pour animaux ?

Message non lupar axou » mar. 28 juin 2016, 23:17

Mais qui vous dit que les animaux ne seront pas au paradis ?

Moi, je crois que seront au paradis tous les animaux avec lesquels nous avons échangé une relation d'amour, un élan d'amour, même fugace. L'amour ne meurt pas.

Nous avons longuement déja discuté de cette question dans "Christ et le végétarisme" en Morale et Ethique.

Bien à vous,

Axou

Avatar de l’utilisateur
hussard
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 402
Inscription : mer. 30 sept. 2015, 15:56
Conviction : Catholique
Localisation : Austrasie

Re: Paradis pour animaux ?

Message non lupar hussard » mer. 29 juin 2016, 11:41

Bonjour,

il y a deux types de créatures :
  1. les créatures inanimées : minéraux... ;
  2. les créatures animées (végétaux, animaux...).
La doctrine catholique nous enseigne que les animaux ont une âme animale.
Il y a trois degrés d'animation:
  1. âme végétale : donne la vie ordonnée et croissante ;
  2. âme animale : ajoute la sensibilité et l'instinct ;
  3. âme humaine : ajoute l'intelligence, seule cette âme est immortelle.
L'Ancien Testament énonce des lois dures (et pas seulement envers les animaux : lapidation...) qui sont adaptées à la culture et la mentalité du peuple juif de cette époque, en raison de leur dureté de cœur et pour préparer l'Incarnation.

Cela ne veut pas dire qu'il n'y aura pas d'animaux après le renouvellement de la Création (fin des temps, nouvelle Jérùsalem). Il y aura bien des animaux ("Je ferai toutes choses nouvelles"), mais ces animaux (les mêmes espèces que celles que nous avons connues) ne seront pas les individus qui ont existé auparavant : ils seront de nouveaux animaux créés à ce moment-là.

Pour Axou, le fait que nous ayons eu une relation charitable envers les animaux ne leur confère pas l'immortalité de l'âme ( :-D). Sinon, celui qui a aimé une tulipe la verra-t-elle rendue immortelle ? Et celui qui a aimé un caillou le verra-t-il doté tout d'un coup d'une âme immortelle ? L'immortalité dépend de (la présence et de) la nature de l'âme de la créature : si elle est mortelle... ben elle ne survivra pas à la mort. Point final.
« Sufficit Tibi Gratia Mea » St Paul (2 Co XII:9)
« Il faut tout calculer, mais ne pas tout craindre. » Cardinal de Bernis
« Quand il n’est pas nécessaire de changer, il est nécessaire de ne pas changer. » Georges Bidault
« Il faut être avare de son mépris, vu le grand nombre de nécessiteux. » Chateaubriand
« La meule des dieux moud lentement, mais elle n'en moud que plus fin. » Proverbe pythagoricien

axou
Barbarus
Barbarus

Re: Paradis pour animaux ?

Message non lupar axou » mer. 29 juin 2016, 16:50


Cela ne veut pas dire qu'il n'y aura pas d'animaux après le renouvellement de la Création (fin des temps, nouvelle Jérùsalem). Il y aura bien des animaux ("Je ferai toutes choses nouvelles"), mais ces animaux (les mêmes espèces que celles que nous avons connues) ne seront pas les individus qui ont existé auparavant : ils seront de nouveaux animaux créés à ce moment-là.

Pour Axou, le fait que nous ayons eu une relation charitable envers les animaux ne leur confère pas l'immortalité de l'âme ( :-D). Sinon, celui qui a aimé une tulipe la verra-t-elle rendue immortelle ? Et celui qui a aimé un caillou le verra-t-il doté tout d'un coup d'une âme immortelle ? L'immortalité dépend de (la présence et de) la nature de l'âme de la créature : si elle est mortelle... ben elle ne survivra pas à la mort. Point final.
Vous ne comprenez pas ce dont je parle, nous avons développé cela dans "Christ et Végétarisme".
Certains animaux nous transmettent l'amour de Dieu, et certaines relations avec certains animaux nous élèvent spirituellement, il faut une spiritualité habitée pour pouvoir le comprendre.
Vous savez, tout est écrit mais tout reste à dire. A quoi sert l'Esprit Saint si tout est écrit ?
Que celui qui a des oreilles entende,

Axou

Avatar de l’utilisateur
hussard
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 402
Inscription : mer. 30 sept. 2015, 15:56
Conviction : Catholique
Localisation : Austrasie

Re: Paradis pour animaux ?

Message non lupar hussard » mer. 29 juin 2016, 16:53

Sous-entendez-vous que certains animaux acquièrent une âme immortelle par leur contact avec l'homme ? :sonne:

On pose une question, je fais une réponse claire en présentant la doctrine catholique du Magistère quant à la question posée.

Vous, quelles sont vos sources ? On exprime des opinions non fondées ici (section "Théologie") ou bien on essaie de rappeler la théologie catholique ?

Je ne sais pas ce qu'est censé apporter votre réponse par rapport à la mienne : un contre-exemple ? un avis contraire ? vous êtes d'accord ? Je ne vois pas en quoi le fait que certaines créatures peuvent nous élever spirituellement fait qu'elles seraient immortelles : il n'y a aucun lien entre les deux.
« Sufficit Tibi Gratia Mea » St Paul (2 Co XII:9)
« Il faut tout calculer, mais ne pas tout craindre. » Cardinal de Bernis
« Quand il n’est pas nécessaire de changer, il est nécessaire de ne pas changer. » Georges Bidault
« Il faut être avare de son mépris, vu le grand nombre de nécessiteux. » Chateaubriand
« La meule des dieux moud lentement, mais elle n'en moud que plus fin. » Proverbe pythagoricien


Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 7621
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Paradis pour animaux ?

Message non lupar Cinci » mer. 29 juin 2016, 17:34

Le Père Varillon donne raison à Axou :

"... le terme français chair n'a pas les mêmes harmoniques que le mot hébreu correspondant : un juif n'oppose pas la chair à l'esprit comme nous le faisons en français. La chair, pour lui, est l'homme tout entier, avec sa faiblesse et sa fragilité mais aussi avec son enracinement dans la nature, dans un milieu, dans sa race. La chair inclut toutes les relations avec les personnes et les choses. Quand nous disons que nous croyons à la résurrection de la chair - c'est un article de notre credo - nous disons que c'est l'homme total qui ressuscite.

Je vous fais remarquer également que nos credos ne parlent pas de la résurrection des corps. Dans le symbole des Apôtres il est question de la résurrection de la chair [...] le corps est impliqué dans un ensemble qui est beaucoup plus vaste et que la Bible appelle la chair.

La foi de l'Église en la résurrection de la chair, c'est à dire de l'homme et du monde tout entier, a tellement scandalisé la pensée païenne qu'il ne faut pas être surpris de la difficulté qu'eurent les auteurs chrétiens des premiers siècles à la faire accepter.



Non immortalité de l'âme mais résurrection de l'homme total

Nous avons laissé s'évanouir ou s'appauvrir la richesse de la foi chrétienne sur notre béatitude éternelle, dans la mesure où nous avons cessé quelque peu de suivre la pédagogie divine exprimée dans la Bible, Ce qui est plus grave, c'est que nous confondons immortalité de l'âme avec la résurrection de la chair. Nous réduisons le ciel à n'être que le lieu de l'âme immortelle.

[...]

C'est pourquoi, selon la doctrine de l'Église, la vie éternelle heureuse est la permanence divinisée de tout l'homme : moi et tout moi. C'est moi et tout moi qui serai éternellement heureux. Quand je dis tout moi, j'entends toutes mes relations : si je suis marié, ma femme; si je suis père ou mère de famille, mes enfants; mes frères, mes soeurs; mes amis, ma communauté religieuse; mon milieu social, mon milieu professionnel; mon travail : non pas seulement l'intention que je met dans mon travail mais l'oeuvre elle-même. Notez bien au passage que, lorsque je dis tout l'homme, j'entends aussi tout le cosmos car nous sommes liés au cosmos tout entier, c'est à dire à l'univers de la matière, de la vie végétale et animale. Nous assimilons le cosmos quand nous mangeons ou quand nous admirons une oeuvre d'art. Lorsque, après avoir passé plusieurs heures à contempler le Parthénon, je redescends de l'Acropole, le Parthénon fait partie de moi puisque je suis différent de ce que j'étais avant de l'avoir vu. Le Parthénon ressuscitera en moi et par moi. [...] Par conséquent, la foi en la résurrection de la chair est, en fait, la foi en la résurrection du monde."

Source : Varillon, Joie de croire, joie de vivre, p. 184

Avatar de l’utilisateur
hussard
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 402
Inscription : mer. 30 sept. 2015, 15:56
Conviction : Catholique
Localisation : Austrasie

Re: Paradis pour animaux ?

Message non lupar hussard » mer. 29 juin 2016, 17:45

Le sujet a déjà été traité, la réponse est formelle : les animaux ont une âme, mais elle est mortelle. C'est l'avis du Magistère catholique. Je ne connais pas l'abbé que vous citez mais je ne pense pas que son raisonnement l'emporte sur celui de St Thomas d'Aquin par exemple ?

Je vous invite à lire le fil du sujet que j'ai indiqué au début de cette réponse qui répond clairement à la question. Une description plus détaillée (Somme Théologique) est accessible ici.
« Sufficit Tibi Gratia Mea » St Paul (2 Co XII:9)
« Il faut tout calculer, mais ne pas tout craindre. » Cardinal de Bernis
« Quand il n’est pas nécessaire de changer, il est nécessaire de ne pas changer. » Georges Bidault
« Il faut être avare de son mépris, vu le grand nombre de nécessiteux. » Chateaubriand
« La meule des dieux moud lentement, mais elle n'en moud que plus fin. » Proverbe pythagoricien

axou
Barbarus
Barbarus

Re: Paradis pour animaux ?

Message non lupar axou » mer. 29 juin 2016, 17:49

Merci beaucoup Cinci pour ces références. Ce que je disais là dessus était avant tout une expérience et une évidence intérieure, pas très facile à transmettre, c'est bien pour moi d'avoir comme référence les textes du Père Varillon.

Bien à vous,

Axou


Revenir vers « Théologie »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 9 invités