Peut-on vraiment communier en état de péché mortel .....

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 7549
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Peut-on vraiment communier en état de péché mortel .....

Message non lupar Cinci » jeu. 30 nov. 2017, 17:19

Anne M a écrit :
J’aimerais savoir que conseiller à nos jeunes qui ont une relation stable avec leur compagnons mais sexuelle. Ils ne voient pas là un péché, même s’ils craignent quand même Dieu (ils savent qu’ils ne devraient pas...)
Vous pourriez toujours leur conseiller de s'abstenir de communion le dimanche ou en d'autres temps, s'agissant de la messe. Mais il existe d'autres moyens pour conserver vivante la relation avec le Christ malgré tout.

Rien ne les empêche de prier de diverses façons, à participer à un groupe de prière, utiliser le chapelet, etc. Les pèlerinages ne sont pas interdits, comme la visite de sanctuaires. Rien ne les empêche d'aller confesser d'autres péchés, de demander une bénédiction à un prêtre en lui expliquant leur situation.

Le sens du péché s'affine avec le temps, comme au fur et à mesure, à proportion d'un certain approfondissement de la relation avec Dieu. Il est assez normal que des jeunes d'aujourd'hui, plongés dans le genre de société qui est la nôtre, ne puissent pas percevoir la réalité du péché, le sérieux de l'affaire dans tant de volets. On dit que le propre du péché consiste précisément à nous aveugler sur la réalité de celui-ci. Quand on y est plongé dedans jusqu'au cou : on ne voit rien.

Faut donner le temps au temps, et c'est la raison d'être des prières, des confessions, des participations à ceci et cela et à la pratique aussi des oeuvres de charité. C'est pour creuser la chose ...

Je dirais ...

Il faut faire attention au "fétichisme" de la Messe ou de l'Eucharistie. C'est dangereux de penser qu'il n'y a "que" l'Eucharistie qui serait la planche de salut. C'est pas vrai! La réalité de la relation, le sérieux de celle-ci et son avancement ne dépendent pas du seul fait de prendre en bouche le Corps du Christ.

N'importe quel chrétien peut aller adorer devant le Saint-Sacrement pendant des heures. C'est gratuit. Il n'y a aucune contre-indication. La réalité c'est qu'il n'y a pas de chrétiens de seconde classe. Il y a juste des gens qui sont appelés à développer leur propre relation personnelle (certainement imparfaite) avec Dieu, tenant compte aussi de leur propre histoire personnelle qui n'est pas celle du voisin.

Bonne chance avec eux!

P.S. : remarquez encore une chose : une personne incapable d'obtenir l'absolution en confession pour un péché précis (la volonté de rompre avec l'habitude n'est pas présente, incapacité de croire à la gravité de la chose, etc.) peut toujours confesser sa présente incapacité actuelle. Ça, c'est une très belle confession. L'important c'est de se situer dans le vrai.

Trinité
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1561
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Re: Peut-on vraiment communier en état de péché mortel .....

Message non lupar Trinité » jeu. 30 nov. 2017, 19:18

Mon cher Cinci vous dites :
Quand on y est plongé dedans jusqu'au cou : on ne voit rien.
Alors là, je suis entièrement d'accord avec vous!

Altior
Senator
Senator
Messages : 941
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionnaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: Peut-on vraiment communier en état de péché mortel .....

Message non lupar Altior » ven. 01 déc. 2017, 0:19

J’aimerais savoir que conseiller à nos jeunes qui ont une relation stable avec leur compagnons mais sexuelle. Ils ne voient pas là un péché, même s’ils craignent quand même Dieu (ils savent qu’ils ne devraient pas...)
Bonsoir, Anne M !

Je pense qu'il faut leur expliquer pourquoi ce n'est pas bien de communier. Parce que lorsqu'on communie en état de péché mortel on commet un péché contre le premier commandement: c'est encore plus grave que forniquer, qui est un péché contre le sixième commandement. Finalement, tout péché peut être réduit à se moquer de Dieu, mais seulement le sacrilège c'est se moquer de Dieu directement, tendis que la fornication c'est se moquer de Dieu indirectement.
Ils ne peuvent pas aller se confesser chaque semaine et ont d’ailleurs du mal à avouer ce péché charnel, car ils savent pertinemment qu’ils vont continuer à le refaire (par habitude ou faiblesse).
Si, pour communier la réponse est, évidemment, «pas encore: pas à ce stade», c'est au confesseur de voir s'il donne ou pas l'absolution. Car la condition d'obtenir le pardon de Dieu n'est pas «être sûr de ne plus continuer» mais «reconnaître cela en tant que péché, le regretter et vouloir ne pas répéter». Si j'étais de l'autre côté du confessionnel, si j'avais les signes de la conscience du péché, du regret et d'une résolution d'arrêter, alors je donnerais l'absolution. Car il serait absurde de demander aux faibles pécheurs d'avoir une forte volonté. S'il est vrai que la pratique de longue date d'un péché, autrement dit le vice, affaiblit la volonté, c'est tout aussi vrai que les grâces sacrementalles la renforcent. C'est comme une cuirasse qui nous fait mieux résister (à seule condition que notre âme soit dans la disposition nécessaire). Ils vont retourner à leur péché ? Probablement, oui. Peut-être le jour même. Alors, ils devront se confesser de nouveau (pourquoi pas chaque semaine ? C'est ce que je fais assez souvent...). Ils seront engagés sur une voie où leur volonté sera affermie. Le plus ils iront se confesser, le mieux ils résisteront à la tentation et le plus leur volonté de changer quelque chose de fondamental dans leur vie sera affermie. C'est cela la conversion, la vraie.

In Christo, Rege,
A.

Avatar de l’utilisateur
Dominus vobiscum
Censor
Censor
Messages : 109
Inscription : jeu. 02 mars 2017, 17:58
Conviction : Catholique

Re: Peut-on vraiment communier en état de péché mortel .....

Message non lupar Dominus vobiscum » dim. 03 déc. 2017, 23:18

@ pour ti'hamo,

Je suis aller me confesser après, là n'est pas le probleme.
Je voulais simplement savoir s'il était vrai que l'on pouvait aller recevoir la sainte communion en état de péché mortel avec la ferme intention d'aller recevoir le Sacrement de reconciliation après, voilà tout ;)

En Christ +
Oui on peut.
"l' amour ne se paie que par l amour." St jean de la croix

Altior
Senator
Senator
Messages : 941
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionnaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: Peut-on vraiment communier en état de péché mortel .....

Message non lupar Altior » lun. 04 déc. 2017, 15:04

Oui on peut.
Peut-être dans l'Église Conciliaire on peut. Mais dans la Sainte Église Catholique on ne peut pas.

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 3469
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Peut-on vraiment communier en état de péché mortel .....

Message non lupar Kerniou » lun. 04 déc. 2017, 18:02

On ne peut pas communier quand on est en état de pêché mortel.
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Avatar de l’utilisateur
Dominus vobiscum
Censor
Censor
Messages : 109
Inscription : jeu. 02 mars 2017, 17:58
Conviction : Catholique

Re: Peut-on vraiment communier en état de péché mortel .....

Message non lupar Dominus vobiscum » lun. 04 déc. 2017, 19:36

On peut communier dans le cas où on a la confession juste après.
C est un Père Carme qui me l'a expliqué. Il est on ne peut plus intègre et fidèle à l'Eglise Catholique.
"l' amour ne se paie que par l amour." St jean de la croix

Avatar de l’utilisateur
archi
Prætor
Prætor
Messages : 1678
Inscription : jeu. 22 mai 2008, 14:57

Re: Peut-on vraiment communier en état de péché mortel .....

Message non lupar archi » lun. 04 déc. 2017, 21:18

Plutôt que les on-dit des uns ou des autres, je préfère la position juridique officielle (le sacrement de réconciliation est bien un acte juridique), et je reposte donc la réponse complète qui avait été faite plus haut dans le fil, il y a quelques années :
Codex Iuris Canonici, canon 916:
Qui a conscience d’être en état de péché grave ne célébrera pas la Messe ni ne communiera au Corps du Seigneur sans recourir auparavant à la confession sacramentelle, à moins d’un motif grave et qu’il ne soit dans l’impossibilité de se confesser ; en ce cas, il n’oubliera pas qu’il est tenu par l’obligation de faire un acte de contrition parfaite, qui inclut la résolution de se confesser au plus tôt.
Un canoniste commente ainsi: " Un acte de contrition parfaite, en effet, pardonne le péché mortel ;mais [...] l’obligation demeure de se confesser avant de recevoir l’Eucharistie. Cette obligation ne peut être dispensée par le droit lui-même que lorsque, la parfaite contrition étant supposée, les conditions suivantes sont réunies :
1) Une cause grave : danger de mort ou d’infamie, s’il ne célèbre pas ou ne communie pas.
2) L’impossibilité de se confesser avant, par manque de confesseur (cf. Concile de Trente, Sess. XIII, ch. 11, D 1661). Naturellement, l’acte de contrition exige, en tant que partie intégrante de sa perfection, la ferme résolution de se confesser, qu’il faut mettre à exécution dès que possible.
Nous qui dans ce mystère, représentons les chérubins,
Et chantons l'hymne trois fois sainte à la vivifiante Trinité.
Déposons maintenant tous les soucis de ce monde.

Pour recevoir le Roi de toutes choses, Invisiblement escorté des choeurs angéliques.
Alléluia, alléluia, alléluia.

Avatar de l’utilisateur
Dominus vobiscum
Censor
Censor
Messages : 109
Inscription : jeu. 02 mars 2017, 17:58
Conviction : Catholique

Re: Peut-on vraiment communier en état de péché mortel .....

Message non lupar Dominus vobiscum » lun. 04 déc. 2017, 21:55

Plutôt que les on-dit des uns ou des autres, je préfère la position juridique officielle (le sacrement de réconciliation est bien un acte juridique), et je reposte donc la réponse complète qui avait été faite plus haut dans le fil, il y a quelques années :
Codex Iuris Canonici, canon 916:

Un canoniste commente ainsi: " Un acte de contrition parfaite, en effet, pardonne le péché mortel ;mais [...] l’obligation demeure de se confesser avant de recevoir l’Eucharistie. Cette obligation ne peut être dispensée par le droit lui-même que lorsque, la parfaite contrition étant supposée, les conditions suivantes sont réunies :
1) Une cause grave : danger de mort ou d’infamie, s’il ne célèbre pas ou ne communie pas.
2) L’impossibilité de se confesser avant, par manque de confesseur (cf. Concile de Trente, Sess. XIII, ch. 11, D 1661). Naturellement, l’acte de contrition exige, en tant que partie intégrante de sa perfection, la ferme résolution de se confesser, qu’il faut mettre à exécution dès que possible.
C'est exact.

Mais moi j'ai confiance en ce que m'a dit ce prêtre.
Dernière édition par Anne le lun. 04 déc. 2017, 22:03, édité 1 fois.
Raison : Rappel: Évitez l'utilisation des abréviations de style SMS. Les lettres accentuées ne sont pas facultatives.
"l' amour ne se paie que par l amour." St jean de la croix

Avatar de l’utilisateur
Olivier JC
Senator
Senator
Messages : 684
Inscription : mer. 16 avr. 2008, 23:57
Localisation : Bordeaux

Re: Peut-on vraiment communier en état de péché mortel .....

Message non lupar Olivier JC » dim. 17 déc. 2017, 13:27

Bonjour,

Voici ce qu'en dit l'Instruction Redemptionis Sacramentum :
- 81 - De même, la coutume de l’Église affirme qu’il est nécessaire que chacun s’éprouve soi-même, afin que celui qui a conscience d’être en état de péché grave, ne célèbre pas la Messe ni ne communie au Corps du Seigneur, sans avoir recouru auparavant à la confession sacramentelle, à moins qu’il ait un motif grave et qu’il soit dans l’impossibilité de se confesser; dans ce cas, il ne doit pas oublier qu’il est tenu par l’obligation de faire un acte de contrition parfaite, qui inclut la résolution de se confesser au plus tôt.
La note correspondant à ce paragraphe (n. 164) renvoie à diverses sources :
Cf. Code de Droit Canonique, can. 916; cf. Concile Œcuménique de Trente, Session XIII, 11 octobre 1551, Décret sur la très Sainte Eucharistie, chap. 7: DS 1646-1647; Jean-Paul II, Lettre encyclique Ecclesia de Eucharistia, n. 36: AAS 95 (2003) pp. 457-458; S. Congrégation des Rites, Instruction Eucharisticum mysterium, n. 35: AAS 59 (1967) p. 561.
+
Propter nomen tuum, Domine, vivificabis me !
(Ps 143, 11)


Revenir vers « Les sacramentaux »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 6 invités