Les miracles et la foi

« Assurément, il est grand le mystère de notre religion : c'est le Christ ! » (1Tm 3.16)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions de théologie dogmatique
Avatar de l’utilisateur
Petit Matthieu
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1544
Inscription : lun. 02 févr. 2009, 20:23
Conviction : catholique
Localisation : Paris

Re: Pour un avortement "thérapeutique"

Message non lu par Petit Matthieu » lun. 28 nov. 2011, 14:22

Amour&Responsabilité a écrit : Vous ne savez pas si le plus grand bien est que l'enfant soit guéri, ou si c'est que ses parents acceptent la souffrance de le laisser mourir dans leurs bras, ou encore si le Seigneur, respectant la liberté des parents, voudra les laisser accepter l'interruption "médicale" de grossesse et laisser sa grâce agir d'une autre manière.
Comme vous ne savez pas si la volonté de Dieu est peut-être que nous prions pour que cet enfant vive. Et qu'Il nous accorderait notre prière si nous avions vraiment la foi.
Amour&Responsabilité a écrit :Si vous laisser entendre à quelqu'un qu'une personne qu'il aime vivra s'il prie avec assez de foi, vous risquez soit de provoquer une souffrance très profonde, voire la perte de sa foi, s'il n'est pas exaucé de la manière qu'il espérait.

Cette idée de la foi est plus proche de la vision Pentecôtiste que de la doctrine catholique.
Il est bien dur difficile d'avoir un dialogue aujourd'hui. J'ai toujours su qu'une prière ne pouvait être exaucé que si elle rejoignait la volonté du Père, je ne l'apprends pas aujourd'hui. Je m'interroge sur les raisons que nous trouvons pour expliquer l'échec de nos prières, ou pire, un certain fatalisme qui n'a rien de chrétien.
Amour&Responsabilité a écrit :Ou bien vous risquez d'ajouter un sentiment de culpabilité à sa douleur, s'il en conclue que son manque de foi est responsable de la mort de la personne.
Je n'irai pas dire que vous êtes dans l'erreur (moi le pentecôtiste aimant la magie, votre réponse me gratifiera-t-elle d'un autre qualificatif ?) mais je vous pose une question avec bienveillance relatif au fond du problème : croyez-vous que ce sentiment de culpabilité lié au manque de foi soit injustifié ?

Je le trouve au contraire particulièrement justifié. Si nous avions vraiment la foi comme un grain de sénévé, nous pourrions faire mille chose. Mais comme nous ne croyons pas assez, nous justifions notre tiédeur par un fatalisme tout théologique.
Il est dommage que vous m'attaquiez sans répondre à ce que je dis.

Pour répondre à votre dernière phrase, je dirais que Jésus nous commande un abandon absolu qui semble hors de portée de l'homme : la foi c'est croire que Jésus est ressuscité des morts, qu'il est vivant, aux côtés de nous. Et qu'avec la foi, tout nous est possible dès l'instant où nous voulons que la volonté de Dieu soit faite. Jésus ne nous enseigne pas d'être fataliste, il nous commande de renverser les montagnes, de mettre le feu au monde, d'être le levain, le sel de la terre. Il nous demande aussi de prier sans cesse, sans nous lasser.

La vérité est que nous trouvons des excuses à notre manque de foi, nous mettons une fois de plus notre intelligence au service de notre confort.
"Ce n’est que pour ton amour, pour ton amour seul, que les pauvres te pardonneront le pain que tu leur donnes."
Phrase finale de saint Vincent de Paul dans le film "Monsieur Vincent".

Avatar de l’utilisateur
Petit Matthieu
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1544
Inscription : lun. 02 févr. 2009, 20:23
Conviction : catholique
Localisation : Paris

Re: La foi et les miracles

Message non lu par Petit Matthieu » lun. 28 nov. 2011, 15:08

Amour&Responsabilité a écrit : Vous vous mettez à la place de Dieu en affirmant cela.
Je dis "j'ai l'impression", je n'affirme rien moi.
Amour&Responsabilité a écrit :Ce que vous appelez "échec de nos prières" est souvent un exaucement différent de ce à quoi on s'attendait.
Parfois sans doute. Mais rien ne nous permet de l'affirmer pour toutes nos prières non exaucées. Dieu n'a-t-il pas le droit de nous refuser catégoriquement une prière à cause de notre manque de foi ?
Amour&Responsabilité a écrit :Saint Pierre ne voulait pas que Jésus meurt à Jérusalem, mais ce n'est pas le manque de foi de Pierre qui a provoqué l'"échec" de sa prière.
Effectivement, car il ne connaissait pas la volonté du Père.
Amour&Responsabilité a écrit :Je ne peux vraiment pas vous suivre si vous définissez la foi comme la certitude que telle demande précise sera accordée.
Ce sujet n'est pas une définition de la foi, je réfléchissais, en voulant dialoguer, sur les raisons de nos prières non exaucées.

Une autre question à laquelle nous pourrions réfléchir ensemble : si nous faisons une prière qui épouse la volonté de Dieu, mais si nous la prononçons sans avoir beaucoup de foi, la prière sera-t-elle exaucée ?
Bien-sûr, ma question est un peu absurde dans le sens où aucun d'entre nous ne pourra y répondre. Mais il me semble que ces deux paramètres (suivre la volonté de Dieu ET prier avec foi) sont d'égale importance pour que la prière soit exaucée.
Et j'observe que si nous remettons facilement en cause l'écart entre notre prière et la volonté du Père, nous ne mettons pas facilement en cause notre manque de foi.
"Ce n’est que pour ton amour, pour ton amour seul, que les pauvres te pardonneront le pain que tu leur donnes."
Phrase finale de saint Vincent de Paul dans le film "Monsieur Vincent".

Avatar de l’utilisateur
Amour&Responsabilité
Quæstor
Quæstor
Messages : 253
Inscription : jeu. 03 nov. 2011, 12:46
Localisation : Lyon
Contact :

Re: La foi et les miracles

Message non lu par Amour&Responsabilité » lun. 28 nov. 2011, 17:26

Pour ma part, ce que je veux dire, c'est surtout qu'il est dangereux de dire à quelqu'un :

"Je crois, je veux croire que si nous prions avec foi, cet enfant sera sauvé."

Car cette affirmation ressemble vraiment à une promesse, elle a beaucoup de probabilité d'être comprise comme telle, alors que vous ne savez pas du tout si la volonté de Dieu est la guérison physique de cet enfant.

Je suis d'accord avec vous sur le fait qu'il est bon de prier pour sa guérison, et je me joins à votre prière pour la guérison de cet enfant, et pour la conversion de ses parents.

Mais si l'enfant n'est pas guéri, je n'en déduirai rien en ce qui concerne la foi de ceux qui ont prié pour sa guérison. Et je trouverais très dommage que la personne qui a confié cette intention se sente coupable de manque de foi, alors qu'il ne s'agit peut-être pas du tout de ça.

Et de telles promesses, si elle ne sont pas exaucées, peuvent provoquer de grandes souffrance, voire un scandale dans le cœur de ceux qui les ont reçues comme telles.

Donc, à moins d'un don de prophétie reconnu, il me semble peu prudent de dire à quelqu'un "Je crois, je veux croire que si nous prions avec foi, cet enfant sera sauvé."
Amour et Responsabilité

Avatar de l’utilisateur
Amour&Responsabilité
Quæstor
Quæstor
Messages : 253
Inscription : jeu. 03 nov. 2011, 12:46
Localisation : Lyon
Contact :

Re: Pour un avortement "thérapeutique"

Message non lu par Amour&Responsabilité » lun. 28 nov. 2011, 17:33

Petit Matthieu a écrit :(moi le pentecôtiste aimant la magie, votre réponse me gratifiera-t-elle d'un autre qualificatif ?)
Vous déformez mes paroles, je ne vous ai pas traité de Pentecôtiste aimant la magie, j'ai parlé doctrine.
Si vous prenez pour vous les remarques concernant une erreur doctrinale, il n'y a plus de discussion sur la doctrine possible.
Amour et Responsabilité

Avatar de l’utilisateur
papillon
Barbarus
Barbarus

Re: La foi et les miracles

Message non lu par papillon » lun. 28 nov. 2011, 18:33

Petit Matthieu a écrit :
Amour&Responsabilité a écrit :Ce que vous appelez "échec de nos prières" est souvent un exaucement différent de ce à quoi on s'attendait.
Parfois sans doute. Mais rien ne nous permet de l'affirmer pour toutes nos prières non exaucées. Dieu n'a-t-il pas le droit de nous refuser catégoriquement une prière à cause de notre manque de foi ?
Dieu a évidemment tous les droits, Mathieu.
Mais perdez-vous de vue que lorsque l'on prie pour la guérison d'un être cher, l'enjeu n'est pas notre relation à Dieu, la profondeur de notre foi ou la satisfaction ou non-satisfaction de nos désirs qui pourrait en découler, mais bien le sort réservé à un autre être humain. Croyez-vous que le destin d'un homme, sa vie, sa mort, peut se jouer simplement sur la foi de son beau-frère ?
Je crois que c'est simplifier les choses un peu beaucoup. C'est aussi se donner beaucoup d'importance et manquer de respect envers la personne concernée, dans un moment si important de sa vie.
En tout cas, c'est comme ça que je vois les choses. Je peux me tromper, il y a sans doute des choses que je n'ai pas suffisamment appronfondies et que je ne comprends pas encore bien. Je peux être dans l'erreur, c'est possible.

Le 31 octobre, vous avez écrit un message dans la section "méditation" concernant la prière de demande et l'endurcissement du coeur.
Je l'ai lu et relu. Combien de fois ai-je été tentée d'y répondre.
Peut-être est-ce l'occasion de le faire ici, car les sujets se rejoignent étroitement.

J'avoue avoir toujours eu un problème avec les prières de demande.
Vous écrivez dans ce message qu'un prêtre vous a dit un jour: "Si tu aimais vraiment une personne qui souffrait devant toi, tu ne te poserais pas la question de savoir si oui ou non tes prières sont légitimes, mais tu te jetterais aux pieds de Père éternel pour lui réclamer par des larmes et des cris la fin des souffrances de cette personne."

Eh bien....non.
J'ai été confrontée à cette situation il y a un peu plus d'un an, à l'été 2010.
Un de mes frères a failli mourir. Une banale histoire de pierre au rein qui s'est compliquée d'une grave infection, de défaillance rénale et de problèmes cardiaques.
Quand je suis allée le voir à l'hôpital, il était méconnaissable. Dans le coma, les paupières légèrement entrouvertes sur des yeux vitreux qui ne voyaient plus rien, branché à une multitude d'appareils, le corps tout entier gonflé comme un ballon .
En voyant ma belle-soeur effondrée, je me suis revue à l'hôpital devant mon conjoint traumatisé crânien il y a 13 ans.
J'ai bien ressenti son sentiment d'impuissance, son incrédulité, l'affolement qu'on éprouve lorsque le sol se dérobe sous nos pieds, sa grande souffrance et sa détresse.
J'avais mal, très mal, et ne voulais que la serrer dans mes bras.

De retour à la maison, j'ai pensé rédiger une demande de prière sur le forum pour la guérison de mon frère, j'y ai pensé un peu comme quelque chose qui va de soi, que je devais faire, mais j'en ai éprouvé immédiatement un malaise. Je ne pouvais le faire, et j'en ai été troublée.
En fait je ne me sentais pas honnête en faisant une telle demande.
Je me suis posé la question à savoir si, finalement, j'avais vraiment la foi ou si je ne faisais que semblant.
Voilà ce qui en est. Ma relation à Dieu n'est pas de cet ordre, et sans doute l'ai-je compris d'autant plus intensément qu'il s'agissait ici de mon frère.
J'éprouvais un immense respect pour ce qui était en train de se produire dans sa vie, ce mystère des "malheurs" soudains et de la souffrance dans nos vies.
J'ai pensé au sujet de cette demande de prière: "mais de quoi est-ce que je me mêle ?" . Il s'agit de sa vie, de son destin. Ce qui arrive là est un événement important de sa vie et de celle de la femme qui l'aime. De leur cheminement. Je ne pouvais que me taire.
Une prière, oui, une prière d'humilité, d'abandon, d'accueil, de respect, d'acceptation de ce qui arrive, tout en prenant les moyens mis à notre disposition (médicaux) pour sauver la vie de mon frère. Le reste ne nous appartient pas.
"Que Ta volonté soit faite". "Guide-nous dans ce chagrin qui nous accable." Je n'avais d'autres prières que celles-là.

Coeurderoy écrivait que "tout est grâce". Je le crois.
Je ne sais si je le comprends de la même façon que lui, mais je crois qu'il faut accueillir tout ce qui nous arrive avec foi, en dépit de l'opinion que notre égo s'en fait en décrétant que c'est "bon" ou "mauvais". Cela , en fait, on ne le sais pas, et le meilleur peut jaillir de ce qui nous semblait être un malheur. Je dirais plus précisément que le meilleur estaussi dans le pire, qu'il l'est toujours, et qu'il n'en tient qu'à notre foi de le découvrir.
Je l'ai vécu avec le grave trauma crânien de mon conjoint. Par cette épreuve, Dieu m'a fait découvrir beaucoup de choses, dont la compassion, et m'a ramenée à lui. Bonheur collatéral, pourrait-on dire, car je n'oublie pas le principal impliqué dans ce "drame", mon conjoint, qui a aussi fait un long cheminement.
Attention, je ne crois évidemment pas que Dieu a causé l'accident de mon conjoit pour me venir en aide <: , mais plutôt que ce n'est pas un hasard si mon chemin a croisé celui de cet homme.

Pour en revenir à mon frère, après ma visite à l'hôpital, il est sorti du coma et s'est remis de cette pénible épreuve.
Cela a remis en question certaines priorités dans sa vie et celle de sa femme.
J'ai rendu grâce à Dieu pour ce bonheur, mais s'il était décédé, cela n'aurait rien changé à ma foi.

Je ne crois pas que quiconque ait prié pour que mon frère guérisse, ni dans ma famille ni dans celle de ma belle-soeur, car il y a belle lurette qu'on n'y prie plus. Mais si quelqu'un l'a fait, je ne crois pas que c'est pour cela qu'il s'en est sorti.
Et je ne sais trop comment l'exprimer, mais si j'avais placé une demande sur le forum, j'aurais été très mal à l'aise de revenir en me pétant les bretelles, disant haut et fort que Dieu avait exaucé nos prières. C'aurait été de ma part malhonnête et prétentieux.

Que peut-on encore Lui demander, à Dieu, alors qu'Il est présent à tout moment dans nos vies et qu'Il nous a déjà tout donné ?

Avatar de l’utilisateur
Griffon
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3171
Inscription : sam. 26 déc. 2009, 20:24

Re: La foi et les miracles

Message non lu par Griffon » lun. 28 nov. 2011, 19:30

Bonjour Papillon,

Merci pour ce beau témoignage.
Et, laissez-moi vous dire que vous êtes bcp plus près du coeur de Dieu que ce que vous croyez.
(pour autant que je sache ou plus précisément, suivant ce que vous laissez le plus souvent entendre)

Vous êtes entrée en vous-même, et vous avez senti que cette prière (pour sauver votre frère), ce ne serait pas la prière de Dieu mais la vôtre.

C'est toujours un plaisir de vous lire : soigné et circonstancié.
Merci,

Griffon.
Jésus, j'ai confiance en Toi,
Jésus, je m'abandonne à Toi.
Mon bonheur est de vivre,
O Jésus, pour Te suivre.

Avatar de l’utilisateur
Griffon
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3171
Inscription : sam. 26 déc. 2009, 20:24

Re: La foi et les miracles

Message non lu par Griffon » lun. 28 nov. 2011, 19:40

Petit Matthieu a écrit :Raistlin, ce que vous dites est vrai, et je pense qu' AmouretResponsabilité et moi-même savions déjà très bien ce que vous venez de dire. Avoir confiance en Dieu, c'est accepter qu'il puisse avoir en vue un plus grand bien, ce que vous dites est là aussi tout à fait juste.

Le vrai fond du problème est le suivant : quand l'une de nos prières n'est pas exaucée, en général quelle explication nous trouvons ?

:arrow: Parce que ma prière n'était pas la volonté de Dieu, ou pas exactement.

MAIS

J'ai comme l'impression que l'échec de nos prières n'est que trop rarement justifié par nous-mêmes comme étant la conséquence de notre manque de foi.

:arrow: En gros, il est bien plus confortable pour nous de dire "Ce n'était pas la volonté du Père" que de faire le constat de notre manque de foi et donc de l'incapacité de voir nos prières accordés pour cette raison. Il est bien plus facile d'assumer d'avoir fait une demande maladroite plutôt que de voir que nous ne croyons pas à la puissance du Dieu vivant.

Et à la lecture de l'Evangile, j'ai de plus en plus l'impression qu'à 90%, nos prières non accordées le sont à cause de notre manque de foi.
Bonjour PetitMatthieu,

En fait, il y a une autre raison qui fait que nous ne soyons pas exaucés.
Je ne sais pas pourquoi vous n'avez pas été au bout de votre citation.
Matthieu XVII,20-21 selon la Bible des Peuples a écrit :Et Jésus leur dit :
— “Parce que vous avez bien peu la foi. En vérité je vous le dis, si vous aviez la foi gros comme une graine de moutarde, vous diriez à cette montagne : Bouge d’ici et va là-bas ! et elle se déplacerait. Rien ne vous serait impossible.
Il n’y a que la prière et le jeûne pour chasser cette sorte de démon.


Pour obtenir un miracle, il faut 3 conditions :
- une prière inspirée par la volonté de Dieu
- une foi "grosse comme une graine de moutarde".
- une formulation adéquate

La formulation adéquate répond au genre de questions suivantes :
- " Pourquoi me demandes-tu cela ? "
- " Est-ce si important pour toi ? Pourquoi ? "
- Et surtout, " qu'est-ce que toi, tu es prêt à donner pour obtenir ce que tu demandes ? "

A contrario, vous comprenez tout de suite qu'en faisant vite une prière entre 2 portes, il y a vraiment peu de chance de voir sa demande entendue.

Ces 3 conditions se rejoignent dans l'union à Dieu (7ème demeure du Château intérieur de Ste Thérèse).

Cordialement,

Griffon.
Jésus, j'ai confiance en Toi,
Jésus, je m'abandonne à Toi.
Mon bonheur est de vivre,
O Jésus, pour Te suivre.

Avatar de l’utilisateur
Petit Matthieu
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1544
Inscription : lun. 02 févr. 2009, 20:23
Conviction : catholique
Localisation : Paris

Re: La foi et les miracles

Message non lu par Petit Matthieu » lun. 28 nov. 2011, 19:43

Je vous remercie infiniment pour votre témoignage, Papillon.
Vous nous offrez votre expérience et les fruits de votre foi, cela m'enseigne beaucoup.

Tout est grâce. J'ai souvent entendu cette phrase. Elle me dépasse largement, comme bien des choses des mystères de notre foi.
Je me sens parfois bien perdu : quelle est notre liberté, quand devons-nous prier, cela est-il juste, est-ce la volonté de Dieu ?...

Plus on approche, plus on débroussaille et plus les paradoxes et les mystères nous déroutent. Les chemins de foi de chacun d'entre nous sont si différents. Nos expériences sont si variées... Richesses et diversités inouïes.

Bref, Papillon, après votre message, je suis encore plus incapable de m'y retrouver qu'avant.
Mais finalement, je me demande si ce n'est pas mieux comme ça. ;)
"Ce n’est que pour ton amour, pour ton amour seul, que les pauvres te pardonneront le pain que tu leur donnes."
Phrase finale de saint Vincent de Paul dans le film "Monsieur Vincent".

Avatar de l’utilisateur
Petit Matthieu
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1544
Inscription : lun. 02 févr. 2009, 20:23
Conviction : catholique
Localisation : Paris

Re: La foi et les miracles

Message non lu par Petit Matthieu » lun. 28 nov. 2011, 19:56

Griffon a écrit : En fait, il y a une autre raison qui fait que nous ne soyons pas exaucés.
Je ne sais pas pourquoi vous n'avez pas été au bout de votre citation.
Matthieu XVII,20-21 selon la Bible des Peuples a écrit :Et Jésus leur dit :
— “Parce que vous avez bien peu la foi. En vérité je vous le dis, si vous aviez la foi gros comme une graine de moutarde, vous diriez à cette montagne : Bouge d’ici et va là-bas ! et elle se déplacerait. Rien ne vous serait impossible.
Il n’y a que la prière et le jeûne pour chasser cette sorte de démon.
Pour obtenir un miracle, il faut 3 conditions :
- une prière inspirée par la volonté de Dieu
- une foi "grosse comme une graine de moutarde".
- une formulation adéquate

La formulation adéquate répond au genre de questions suivantes :
- " Pourquoi me demandes-tu cela ? "
- " Est-ce si important pour toi ? Pourquoi ? "
- Et surtout, " qu'est-ce que toi, tu es prêt à donner pour obtenir ce que tu demandes ? "

A contrario, vous comprenez tout de suite qu'en faisant vite une prière entre 2 portes, il y a vraiment peu de chance de voir sa demande entendue.

Ces 3 conditions se rejoignent dans l'union à Dieu (7ème demeure du Château intérieur de Ste Thérèse).

Cordialement,

Griffon.[/color]
Merci à vous Griffon, ce dernier critère est ô combien important !
J'ignorais ces "cercles" de sainte Thérèse, je me renseignerai.
"Ce n’est que pour ton amour, pour ton amour seul, que les pauvres te pardonneront le pain que tu leur donnes."
Phrase finale de saint Vincent de Paul dans le film "Monsieur Vincent".

salésienne05
Senator
Senator
Messages : 681
Inscription : lun. 06 juin 2011, 19:51
Localisation : Alpes-Maritimes/Hautes-Alpes

Re: La foi et les miracles

Message non lu par salésienne05 » lun. 28 nov. 2011, 22:44

Cher Griffon, merci pour cette piqûre de rappel... J'aime les Demeures de la grande Thérèse :amoureux: Le jeûne, je l'avais oublié celui-là :p

Merci Papillon pour ce beau témoignage... Lorsque nous avons appris que notre fils était atteint d'une leucémie, il ne m'est jamais venu à l'idée de demander de prier pour sa guérison. Je me suis jetée aux pieds du Seigneur pour nous donner la force, quoi qu'il advienne. Beaucoup de personnes ont décidé par elles-mêmes de prier pour Clovis. Mais que dire alors des familles qui ont perdu leur enfant durant les soins de notre fils désormais guéri ? Non, le Seigneur est bon pour tous et offre un chemin de vie à tous, même si celui-ci doit passer par la mort.
Je vous remercie, Papillon, de m'avoir rappelé tout cela...

Mais dans le cas qui a initié ce post, je me demandais simplement aussi si l'avortement thérapeutique était "justifié". Et c'est pour cela qu'il me semblait important de prier, non pas forcément pour la guérison, mais pour le cheminement humain et spirituel de la famille face à un tel drame.

Fraternellement.

Cécile

Avatar de l’utilisateur
Amour&Responsabilité
Quæstor
Quæstor
Messages : 253
Inscription : jeu. 03 nov. 2011, 12:46
Localisation : Lyon
Contact :

Re: La foi et les miracles

Message non lu par Amour&Responsabilité » lun. 28 nov. 2011, 22:53

salésienne05 a écrit :Mais dans le cas qui a initié ce post, je me demandais simplement aussi si l'avortement thérapeutique était "justifié". Et c'est pour cela qu'il me semblait important de prier, non pas forcément pour la guérison, mais pour le cheminement humain et spirituel de la famille face à un tel drame.

Fraternellement.

Cécile
Si la vie de la mère n'est pas directement en danger, cet avortement ne peut pas être justifié.
Comme vous le disiez, il serait bien meilleur de laisser naître l'enfant, et de le laisser mourir dans les bras de ses parents.

Il est légitime de prier pour la guérison de cet enfant, et il est encore plus important de prier pour le cheminement des parents. Par cet avortement soi-disant thérapeutique, l'enfant est bafoué dans sa dignité, et les parents en seront aussi blessés.
Amour et Responsabilité

Avatar de l’utilisateur
Petit Matthieu
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1544
Inscription : lun. 02 févr. 2009, 20:23
Conviction : catholique
Localisation : Paris

Re: La foi et les miracles

Message non lu par Petit Matthieu » mar. 29 nov. 2011, 0:38

Mais alors que faire ?

Croire au miracle tout en ne les réclamant jamais ? Est-ce vraiment y croire ?

Se contenter de la "légitimité" d'un prière alors qu'on ne devrait peut-être pas se poser cette question ?

Chers amis, je ne veux choquer personne et être le plus honnête et le plus attentif à vos réponses. Je trouve ce fil intéressant car ce qui en sort nous ébranle.

Il nous manque de la foi ? De l'amour ?
Pourtant nous tous ici avons dans notre coeur le Christ. Nous tous aimons beaucoup de personnes. Mais dans la bouche du Christ, qu'entend-il par "foi". Qu'est ce que "l'amour" pour notre Sauveur ?

Car il nous commande d'aimer comme Lui a aimé, et de croire de toutes nos forces.

J'ai le vertige ce soir, quand j'essaye de considérer les différents points de vue et témoignages. Un réel vertige.
Ai-je vraiment pris conscience de ce que me demande le Christ. Me suis-je contenté de mes propres définitions de la foi et de l'amour ?

Nous pensons-tous que coeur et raison font bon ménage, l'un servant l'autre. Cette idée est belle et sonne juste. Mais dans nos vies, dans le concret de nos vies, comment savoir quand le coeur ne prend pas assez sa place, et quand la raison le fait taire ?
Ou bien quand le coeur cri sans laisser parler la raison ?


Je m'excuse d'être si confus et de mélanger bien des questions.
Mais je redoute d'avoir minimisé l'écart qui sépare ma foi et mon coeur des ambitions de Jésus pour moi.

Ma foi d'aujourd'hui ne me fait pas trouver naturel la possibilité d'un miracle. Donc elle est faible.
Mon coeur se fait dompter par ma raison quand c'est à lui de dominer. Donc il est faible.

Le "Kyrie eleison" prendra une tout autre signification pour moi désormais.
"Ce n’est que pour ton amour, pour ton amour seul, que les pauvres te pardonneront le pain que tu leur donnes."
Phrase finale de saint Vincent de Paul dans le film "Monsieur Vincent".

Avatar de l’utilisateur
Griffon
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3171
Inscription : sam. 26 déc. 2009, 20:24

Re: La foi et les miracles

Message non lu par Griffon » mar. 29 nov. 2011, 8:50

Bonjour Petit Matthieu,

Je vais tenter une réponse, même si ce n'en est pas une.

En se mettant à la suite du Christ, la première chose que nous recherchons, c'est l'union à Dieu. Cette union implique une grande liberté vis-à-vis de ce qui peut (nous) arriver.

Pratiquement, cette union se bâtit dans l'oraison et les sacrements.

Une fois placée ainsi par dessus-tout l'union à Dieu, nous nous trouvons dans le royaume de Dieu. Et Dieu Lui-même nous invite à prendre et à distribuer ses biens (" celui qui a, il recevra encore ").
Et donc, nous sommes invitės à demander, pour autant que nous soyons prêts à "mouiller notre chemise" par le jeûne ou autre.

Devons-nous attendre d'avoir l'union à Dieu avant de commencer à demander ?
Certainement pas.
En Dieu, le chemin et le but s'unissent.
En expérimentant, nous avançons et nous nous formons.

Notre faiblesse nous fait découvrir l'humilité, l'humilité nous apprend qui est Dieu, et Dieu prend sa place.
Et cela roule, et cela avance...

Le pire serait de s'arrêter au vu de notre incapacité.
Surtout que nous le savons : c'est dans notre faiblesse que Dieu peut déployer sa puissance.
"C'est lorsque je suis faible que je suis fort."

Cordialement,

Griffon.
Jésus, j'ai confiance en Toi,
Jésus, je m'abandonne à Toi.
Mon bonheur est de vivre,
O Jésus, pour Te suivre.

Avatar de l’utilisateur
Amour&Responsabilité
Quæstor
Quæstor
Messages : 253
Inscription : jeu. 03 nov. 2011, 12:46
Localisation : Lyon
Contact :

Re: La foi et les miracles

Message non lu par Amour&Responsabilité » mar. 29 nov. 2011, 12:07

Bonjour Petit Matthieu,

La prière de demande est bonne, pas seulement légitime, et Jésus nous y invite souvent dans l'Évangile.

Le meilleur exemple pour savoir s'il est bon ou non de demander un miracle, et comment le demander, c'est l'exemple de Jésus la veille de sa Passion :

"Mon Père, s'il est possible, que cette coupe passe loin de moi! Cependant, non pas comme je veux, mais comme tu veux."
Amour et Responsabilité

Avatar de l’utilisateur
Amour&Responsabilité
Quæstor
Quæstor
Messages : 253
Inscription : jeu. 03 nov. 2011, 12:46
Localisation : Lyon
Contact :

Re: La foi et les miracles

Message non lu par Amour&Responsabilité » mar. 29 nov. 2011, 12:20

La foi qui ressort de cette prière de Jésus, c'est la confiance absolue à la fois en la bonté de son père et en sa toute puissance.
Seule une confiance sans limite peut permettre de dire "que ta volonté se fasse et non la mienne" quand on est confronté à des souffrances aussi grandes.

Jésus nous demande aussi de croire qu'il peut faire des miracle et qu'il en fait quand c'est ce qui est bon.
Mais un miracle est rarement accompli pour la personne miraculée seule. C'est en même temps un signe, ou bien c'est en vue d'une mission dans l'Église.

Je me souviens, il y a une vingtaine d'années, aux informations télévisées avait été annoncé la prochaine éruption volcanique d'un volcan en Italie. Cette éruption devait engloutir un village, et le journaliste avait raconté, avec un petit sourire, que tous les habitants du village étaient en prière pour que leur village soit épargné.
Le lendemain, après l'éruption du volcan, le même journaliste racontait, impassible, que le village avait été épargné alors que tout était englouti autour. Plus aucune allusion aux prières !
Amour et Responsabilité

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités