Victoire ?!

« Assurément, il est grand le mystère de notre religion : c'est le Christ ! » (1Tm 3.16)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions de théologie dogmatique
Avatar de l’utilisateur
Didyme
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 537
Inscription : dim. 16 août 2009, 12:42

Re: Victoire ?!

Message non lupar Didyme » lun. 13 mai 2019, 17:22

Par ailleurs, on semble ici faire de certains hommes des "oui" et d'autres des "non". C'est assez étrange en y réfléchissant car combien d'hommes sont des "oui" mais des "oui" sans "non". Il me semble que tout homme est à la fois fois un "oui" de par son origine en Dieu et un "non" de par son péché. Combien de saints sont sans "non"? Ce sont eux les premiers à dire que sans la grâce divine ils sont les plus viles créatures. Et combien d'homme sont des "oui" total, sans l'ombre d'un "non"? On dit que le juste péche jusqu'à 7 fois par jour.

Alors certes, certains hommes ont fait un pas dans le "oui" plus avancé que d'autres. Mais les plus enfoncés dans le "non" ne peuvent en aucun cas être un "non" absolu, sans quoi cela signifierait qu'il n'ont plus leur origine en Dieu et que Dieu ne leur donne pas l'être éternellement, ce qui nierait l'immortalité de l'âme et prônerait l'annihilationnisme. Il y a forcément un "oui" qui est le fondement même de leur être. Et qui permet la convertissabilité de tout homme, sur quoi la grâce peut avoir prise.
Or, ici on semble plutôt penser que soit il n'y a aucun "oui" chez certains hommes, ce qui me semble contraire à l'enseignement catholique. Soit qu'il y a des "non", des péchés que Dieu ne pourrait vaincre, qui serait plus fort que le "oui, la mort plus forte que la vie.
Mais c'est parce que l'on pose ici le "non" comme un principe, un principe de liberté et non comme un abus de la liberté, une déchéance, un péché.
L'autre est un semblable.

Avatar de l’utilisateur
Didyme
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 537
Inscription : dim. 16 août 2009, 12:42

Re: Victoire ?!

Message non lupar Didyme » lun. 13 mai 2019, 17:24

La victoire sur le mal vue par Dieu est comme une course de relais. Jésus l'a  faite pour nous, il ne manque qu'un pas, et le seul concurrent c'est nous-même. Si on fait le pas du bien, on gagne, parce qu'on aura voulu faire le pas du bien.
Si on recule et faisons le pas du mal, on perd, mais parce qu'on l'aura voulu.
La vision catholique de cette victoire dit clairement que chaque victoire est individuelle, qu'on ne peut forcer une âme à adorer, que nos pas relèvent de nos choix. C'est justement une telle victoire qui apparemment vous pose problème, vous préfèreriez une victoire de tous car ce n'est qu'ainsi qu'elle vous paraîtrait complète? Mais alors s'il n'y a victoire que si tous se sauvent, que faites-vous de la liberté, condition essentielle à l'adhésion à un idée, ici, celle de Dieu?


D'une, il n'y a de liberté qu'en Dieu. Le "non", le péché est un esclavage, un égarement.
De deux, en aucun je dis que Dieu force au salut et force les volontés, je crois simplement que Dieu peut vaincre chaque "non", attirer, rediriger chaque âme vers le "oui" mais tout en respectant la volonté, comme si dans un échange sur un sujet on parvenait à convaincre l'autre de son erreur et à éclairer sa volonté, on ne forcerait pas pour autant sa volonté.

Or, dire que certains pourraient ne pas être rediriger vers le "oui" c'est autant de fois où l'erreur, le péché serait plus fort, plus grand que la vérité, la vie. Et le péché serait autant de fois vainqueur qu'il y aurait d'âmes perdues pour toujours. La vérité, la vie serait moins forte que le péché, la mort. Je ne vois pas comment on pourrait alors le penser autrement.

Et je ne parviens pas à comprendre comment Dieu pourrait alors devenir "tout en tous" (1 corinthiens 15:28) ?!

Ou : comment feriez-vous pour vous assurer qu'au bout du compte, tout le monde adhère en toute liberté à l'idée de Dieu, condition essentielle de la volonté de lui obéir, condition elle essentielle à notre admission au Paradis?
Je pense qu'à Dieu tout est possible (Matthieu 19:26) et qu'il peut éclairer chaque âme, venir à bout de chaque résistance, convaincre le monde du péché et réanimer l'étincelle de vie qu'il a placé en chacun en le créant.
L'autre est un semblable.

Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Victoire ?!

Message non lupar Carolus » jeu. 16 mai 2019, 3:39

Didyme :
C'est-à-dire qu'il me semble qu'étant donné que nous sommes créés par Dieu et qu'il nous donne la vie et l'être à chaque instant alors nécessairement le Christ vit en chacun à chaque instant.
Est-ce que « le Christ vit en chacun à chaque instant », cher Didyme :?:
CEC 526 " Devenir enfant " par rapport à Dieu est la condition pour entrer dans le Royaume (cf. Mt 18, 3-4) ; pour cela il faut s’abaisser (cf. Mt 23, 12), devenir petit ; plus encore : il faut " naître d’en haut " (Jn 3, 7), " naître de Dieu " (Jn 1, 13) pour " devenir enfants de Dieu " (Jn 1, 12).
Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ vit en ceux qui sont nés « d’en haut » (Jn 3, 7).
Jn 3, 6-7 Ce qui est né de la chair est chair ; ce qui est né de l’Esprit est esprit. Ne sois pas étonné si je t’ai dit : il vous faut naître d’en haut.
Ceux qui sont nés de la chair n’ont que la vie physique. Ils ne sont pas encore enfants de Dieu.

Il faut « faut " naître d’en haut " (Jn 3, 7), " naître de Dieu " (Jn 1, 13) pour " devenir enfants de Dieu " » (CEC 526), n’est-ce pas ?

Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ vit en ceux qui sont devenus enfants de Dieu. :clap:


Revenir vers « Théologie »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit