Vos questions sur la Somme théologique de St Thomas

« Assurément, il est grand le mystère de notre religion : c'est le Christ ! » (1Tm 3.16)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions de théologie dogmatique
Avatar de l’utilisateur
Théodore
Prætor
Prætor
Messages : 838
Inscription : jeu. 07 mars 2013, 23:43
Conviction : Catholique de Rit latin.
Localisation : Berlin, Allemagne.

Vos questions sur la Somme théologique de St Thomas

Message non lu par Théodore » jeu. 03 mars 2016, 1:52

Peut-on baptiser "au nom du Christ? Je sais bien que la réponse est non.

De la Somme Théologique, Tertia Pars, question 66, article 6 :
Objections :

1. C'est vraisemblable, car notre baptême est un comme notre foi est une. Mais on lit dans les Actes (8, 12) : "Hommes et femmes étaient baptisés au nom de Jésus Christ." Donc maintenant encore on peut baptiser au nom du Christ.

2. Selon S. Ambroise : "En disant : le Christ, vous nommez aussi le Père qui l'a oint, et le Fils lui-même qui a été oint, et le Saint-Esprit en qui il a été oint." Mais on peut donner le baptême au nom de la Trinité. Donc aussi au nom du Christ.

3. Le pape Nicolas répondant à une consultation des Bulgares, dit : "Ceux qui ont été baptisés au nom de la sainte Trinité, ou même seulement au nom du Christ, comme on le lit dans les Actes des Apôtres, ne doivent pas être rebaptisés, car, comme dit S. Ambroise, c'est une seule et même chose." Or il faudrait les rebaptiser si, ayant été baptisés sous cette forme, ils n'avaient pas reçu le baptême. Le baptême peut donc être administré au nom du Christ avec cette formule : "je te baptise au nom du Christ."

Cependant : le pape Gélase II écrit à l'évêque Gaudentius : "Si ceux qui habitent dans le voisinage de Votre Dilection déclarent qu'ils ont été baptisés seulement au nom du Seigneur, sans aucune hésitation, quand ils viendront à la foi catholique, vous les baptiserez au nom de la Trinité." - Et Didyme dit : "Il peut arriver que quelqu'un ait l'esprit assez dérangé pour baptiser en omettant un des noms susdits " - c'est-à-dire d'une des trois Personnes, - " ce baptême sera invalide".

Conclusion :

On l'a dit ci-dessus, les sacrements tiennent leur efficacité de l'institution du Christ. C'est pourquoi, si l'on omet une des conditions posées par le Christ pour tel sacrement, celui-ci perd toute son efficacité, à moins d'une disposition spéciale du Christ, qui n'a pas lié sa puissance aux sacrements. Or le Christ a institué que le baptême serait donné sous l'invocation de la Trinité. Par conséquent, tout ce qui manque à la totalité de cette invocation ruine l'intégrité du baptême.

Qu'on n'objecte pas que le nom d'une Personne suppose le nom d'une autre, comme le nom du Père laisse entendre le nom du Fils; ni que celui qui ne désigne qu'une seule Personne peut avoir des trois une foi correcte. Car le sacrement requiert une forme sensible, aussi bien qu'une matière sensible; aussi l'intelligence de la Trinité ou la foi en elle ne suffisent-elles pas à la perfection du sacrement si la Trinité n'est pas exprimée de façon sensible par des mots. Aussi au baptême du Christ, qui fut à l'origine de l'institution de notre baptême, la Trinité s'est fait connaître à nos sens : le Père par la voix, le Fils en sa nature humaine, l'Esprit Saint par la colombe.

Solutions :

1. C'est par une révélation spéciale du Christ que, dans la primitive Église, les Apôtres baptisaient au nom du Christ, pour que ce nom, odieux aux juifs et aux païens, soit mis en honneur, du fait que le Saint-Esprit était donné au baptême à l'invocation de ce nom.

2. S. Ambroise nous explique pourquoi il convenait que cette dispense fût donnée dans la primitive Église : dans le nom du Christ on entend toute la Trinité. Et par là on gardait au moins dans son contenu intellectuel l'intégrité de la forme que Jésus avait donnée dans l’Évangile.

3. Le pape Nicolas s'appuie sur les deux autorités précédentes. Par conséquent sa réponse s'explique par les deux solutions ci-dessus.
Cela dit j'ai du mal à comprendre la réponse à la troisième objection. Si on peut concéder que cette formule fut autorisée aux apôtres par révélation spéciale, et que Ambroise limite son commentaire à cette exception apostolique, on ne voit pas du tout, en revanche, comment une telle exception serait applicable aux temps du pape Nicolas.
Unam peti a Domino, hanc requiram,
Ut inhabitem in domo Domini omnibus diebus vitae meae.
Ut videam voluptatem Domini, et visitem templum eius.


Psaume XXVI, verset 7-8.

Avatar de l’utilisateur
Héraclius
Consul
Consul
Messages : 3400
Inscription : lun. 30 sept. 2013, 19:48
Conviction : Catholique

Re: Peut-on baptiser "au nom du Christ" ? Questions sur St Thomas

Message non lu par Héraclius » jeu. 03 mars 2016, 10:22

Enfait je ne crois pas que dire "les apôtres baptisaient au nom du Christ" signifie qu'ils baptisaient au nom du Christ. :p

C'est à dire que la formule peut aussi bien désigner le modus operandi que l'intention mise derrière. C'est à dire soit "baptisaient [en utilisant le] nom du Christ" ou "baptisaient [en temps que serviteurs] du Christ". Si je dit "ouvrez la porte au nom du Christ !", c'est plus clair, parce qu'on se rend compte tout de suite que le modus operandi ne peut pas être le nom du Christ Lui-même.

J'aurais donc tendance à penser qu'ils baptisaient [i.e. au nom de la Trinité] au nom du Christ [en son nom, "à sa place", pour sa gloire].

Pour Nicolas : je crois que Saint Thomas pense que Nicolas cite le cas des Actes des Apôtres comme une anecdote "il se trouve qu'on a pu baptiser au nom du Christ" plus que comme une recommandation sur les temps présent. Ce qui est relativement bacal, puisque la dernière phrase tend à indiquer le contraire. Il faudrait lire la lettre de Nicolas en entier.
''Christus Iesus, cum in forma Dei esset, non rapínam arbitrátus est esse se æquálem Deo, sed semetípsum exinanívit formam servi accípiens, in similitúdinem hóminum factus ; et hábitu invéntus ut homo, humiliávit semetípsum factus oboediens usque ad mortem, mortem autem crucis. Propter quod et Deus illum exaltávit et donávit illi nomen, quod est super omne nomen, ut in nómine Iesu omne genu flectátur cæléstium et terréstrium et infernórum.'' (Epître de Saint Paul aux Philippiens, 2, 7-10)

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 4921
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: Peut-on baptiser "au nom du Christ" ? Questions sur St Thomas

Message non lu par gerardh » jeu. 03 mars 2016, 11:16

________

Bonjour,

Dans Matthieu, il est écrit de baptiser au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit.

Dans les Actes il est écrit de baptiser au nom du Christ (ou de Jésus Christ).

Le mieux n'est-il pas de faire les deux ?


________

Avatar de l’utilisateur
Ictus2b
Ædilis
Ædilis
Messages : 40
Inscription : mar. 03 avr. 2012, 14:17

Questions sur un développement de la Somme Théologique de St Thomas

Message non lu par Ictus2b » dim. 30 déc. 2018, 22:20

Bonjour à tous,

Je n'arrive pas à saisir la substance de la thèse de St Thomas concernant la réprobation divine. Voici le raisonnement (texte disponible sur le site de l'Institut Docteur Angélique.
Dieu réprouve certains. On a dit en effet plus haut que la prédestination est une part de la providence. Or il appartient à la providence de permettre quelque défaillance dans les choses qui lui sont soumises, comme on l’a dit précédemment. Aussi, puisque les hommes sont ordonnés à la vie éternelle par la providence divine, il appartient également à la providence de permettre que certains manquent cette fin, et c’est cela qu’on appelle réprouver.

Donc, de même que la prédestination est une part de la providence à l’égard de ceux qui sont ordonnés par Dieu au salut éternel, la réprobation à son tour est une part de la providence à l’égard de ceux qui manquent cette fin. D’où l’on voit que la réprobation ne désigne pas une simple prescience ; elle y ajoute quelque chose selon la considération de la raison, comme on l’a dit plus haut de la providence. Car de même que la prédestination inclut la volonté de conférer la grâce et la gloire, ainsi la réprobation inclut la volonté de permettre que tel homme tombe dans la faute, et d’infliger la peine de damnation pour cette faute.

Solutions :

1. Dieu aime tous les hommes et même toutes ses créatures, en ce sens qu’il veut du bien à toutes. Mais il ne veut pas tout bien à toutes. Donc, en tant qu’il ne veut pas pour certains ce bien qu’est la vie éternelle, on dit qu’il les a en haine ou qu’il les réprouve.

2. Au point de vue de la causalité, la réprobation n’est pas comparable à la prédestination. Car la prédestination est cause aussi bien de ce qu’attendent les prédestinés dans l’autre vie, qui est la gloire, que de ce qu’ils reçoivent en celle-ci, qui est la grâce. La réprobation n’est pas cause de ce qui lui correspond dans le présent, à savoir la faute ; elle est cause du délaissement par Dieu . Mais elle est cause de la sanction future, à savoir la peine éternelle. La faute, elle, provient du libre arbitre chez celui qui est réprouvé et que la grâce délaisse. Et ainsi se vérifie le mot du prophète : “ Ta perdition vient de toi, Israël. ”

3. La réprobation de Dieu ne diminue en rien le pouvoir d’agir des réprouvés. Aussi, lorsque l’on dit que le réprouvé ne peut obtenir la grâce, il faut l’entendre d’une impossibilité non pas absolue, mais conditionnée ; comme on a dit plus haut que, s’il est nécessaire que le prédestiné soit sauvé, c’est d’une nécessité conditionnée, qui ne supprime pas le libre arbitre. Aussi, bien que l’homme réprouvé par Dieu ne puisse obtenir la grâce, cependant, le fait qu’il tombe dans tel péché ou dans un autre, cela provient de son libre arbitre, et c’est donc à juste titre qu’il en est jugé coupable.
Le magistère a une position sur la question ?

Que dit vraiment St Thomas ? Que Dieu laisse des hommes se damner ?

Merci d'avance pour vos éclairages !

Fraternellement

Avatar de l’utilisateur
prodigal
Amicus Civitatis
Amicus Civitatis
Messages : 1544
Inscription : mar. 09 juil. 2013, 10:32

Re: Vos questions sur la Somme théologique de St Thomas

Message non lu par prodigal » lun. 31 déc. 2018, 11:19

Il me semble que ce que ce texte affirme avant tout, c'est l'existence du libre arbitre, comme cause de la faute, lorsque faute il y a.
Dieu ne produit pas la faute chez le pécheur, celui-ci n'est pécheur que parce qu'il est l'auteur de la faute, donc responsable.
Paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté

Avatar de l’utilisateur
Ictus2b
Ædilis
Ædilis
Messages : 40
Inscription : mar. 03 avr. 2012, 14:17

Re: Vos questions sur la Somme théologique de St Thomas

Message non lu par Ictus2b » lun. 31 déc. 2018, 11:49

J'entends tout à fait. C'est assez clair, et le magistère l'enseigne.

Mais quid de ça :
1. Dieu aime tous les hommes et même toutes ses créatures, en ce sens qu’il veut du bien à toutes. Mais il ne veut pas tout bien à toutes. Donc, en tant qu’il ne veut pas pour certains ce bien qu’est la vie éternelle, on dit qu’il les a en haine ou qu’il les réprouve.
Là je bute. Et mon immersion dans le Denzinger ne m'a pas aidé quant à savoir si le magistère valide ou non. Merci pour votre aide en tous cas !

Avatar de l’utilisateur
prodigal
Amicus Civitatis
Amicus Civitatis
Messages : 1544
Inscription : mar. 09 juil. 2013, 10:32

Re: Vos questions sur la Somme théologique de St Thomas

Message non lu par prodigal » lun. 31 déc. 2018, 12:18

Ne pas vouloir est équivoque, au moins en français (j'ignore ce qu'il en est du texte original et de ses différentes traductions). "Ne pas vouloir" peut en effet signifier "refuser fermement", c'est-à-dire vouloir et décider que non. Dieu étant infiniment bon ne me paraît pas suspect de vouloir fermement la damnation du pécheur, ce qui serait d'ailleurs incompatible avec la liberté reconnue à celui-ci.

Mais "ne pas vouloir" signifie aussi, tout simplement, "ne pas décider fermement", ne pas être voulant, si l'on veut. Dieu étant omniscient, si quelque chose ne se produit pas c'est qu'il ne l'a pas voulu, soit au premier sens, soit au second.

La vie éternelle du pécheur n'a pas été voulue par Dieu, sinon rien ne pourrait l'empêcher d'être. C'est le second sens de "ne pas vouloir" qui doit être pris en considération.
Paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté

Avatar de l’utilisateur
Ictus2b
Ædilis
Ædilis
Messages : 40
Inscription : mar. 03 avr. 2012, 14:17

Re: Vos questions sur la Somme théologique de St Thomas

Message non lu par Ictus2b » jeu. 03 janv. 2019, 16:16

prodigal a écrit :
lun. 31 déc. 2018, 12:18
Ne pas vouloir est équivoque, au moins en français (j'ignore ce qu'il en est du texte original et de ses différentes traductions). "Ne pas vouloir" peut en effet signifier "refuser fermement", c'est-à-dire vouloir et décider que non. Dieu étant infiniment bon ne me paraît pas suspect de vouloir fermement la damnation du pécheur, ce qui serait d'ailleurs incompatible avec la liberté reconnue à celui-ci.

Mais "ne pas vouloir" signifie aussi, tout simplement, "ne pas décider fermement", ne pas être voulant, si l'on veut. Dieu étant omniscient, si quelque chose ne se produit pas c'est qu'il ne l'a pas voulu, soit au premier sens, soit au second.

La vie éternelle du pécheur n'a pas été voulue par Dieu, sinon rien ne pourrait l'empêcher d'être. C'est le second sens de "ne pas vouloir" qui doit être pris en considération.
Bonjour et bonne année Prodigal,

Je vous remercie pour votre réponse. Je ne vous snobe pas, mais je me laisse de temps d'approfondir la question avant de vous répondre à mon tour.

Au hasard d'une promenade sur le forum, je suis tombé sur un fil fascinant sur les enfants mort sans baptême. Il est question de la doctrine de St Thomas, qui porterait sur la double prédestination. De sorte que je me demande si mon malaise ne vient pas de là.

A bientôt !

Trinité
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2679
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Re: Vos questions sur la Somme théologique de St Thomas

Message non lu par Trinité » jeu. 03 janv. 2019, 23:56

prodigal a écrit :
lun. 31 déc. 2018, 12:18
Ne pas vouloir est équivoque, au moins en français (j'ignore ce qu'il en est du texte original et de ses différentes traductions). "Ne pas vouloir" peut en effet signifier "refuser fermement", c'est-à-dire vouloir et décider que non. Dieu étant infiniment bon ne me paraît pas suspect de vouloir fermement la damnation du pécheur, ce qui serait d'ailleurs incompatible avec la liberté reconnue à celui-ci.

Mais "ne pas vouloir" signifie aussi, tout simplement, "ne pas décider fermement", ne pas être voulant, si l'on veut. Dieu étant omniscient, si quelque chose ne se produit pas c'est qu'il ne l'a pas voulu, soit au premier sens, soit au second.

La vie éternelle du pécheur n'a pas été voulue par Dieu, sinon rien ne pourrait l'empêcher d'être. C'est le second sens de "ne pas vouloir" qui doit être pris en considération.
Tout à fait Prodigal, je le reçois également comme cela!
Il m'étonnerait beaucoup que Dieu ne veuille pas la vie éternelle pour tous les hommes!
C'est la conséquence du refus de Dieu dans le cadre du libre arbitre qui entraine l'homme dans la damnation, ce à quoi à mon avis, veut faire référence ce texte (sans doute mal traduit...)

Meilleurs voeux cher Prodigal et bravo pour vos interventions judicieuses! :)

Avatar de l’utilisateur
Alexandre.
Barbarus
Barbarus

Re: Vos questions sur la Somme théologique de St Thomas

Message non lu par Alexandre. » ven. 04 janv. 2019, 1:11

1. Dieu aime tous les hommes et même toutes ses créatures, en ce sens qu’il veut du bien à toutes. Mais il ne veut pas tout bien à toutes. Donc, en tant qu’il ne veut pas pour certains ce bien qu’est la vie éternelle, on dit qu’il les a en haine ou qu’il les réprouve.
Ce texte ne me semble pas présenter de difficulté particulière : Tous les hommes ne sont pas destinés à obtenir tout le bien que Dieu peut faire, certains sont donc exclus du don de la vie éternelle. On dit qu'ils sont réprouvés.

Cette interprétation est corroborée par l'introduction de Saint Thomas :
Aussi, puisque les hommes sont ordonnés à la vie éternelle par la providence divine, il appartient également à la providence de permettre que certains manquent cette fin, et c’est cela qu’on appelle réprouver.
Tout le monde aura compris que ce texte est complètement contraire au sacrifice du Christ.

Avatar de l’utilisateur
prodigal
Amicus Civitatis
Amicus Civitatis
Messages : 1544
Inscription : mar. 09 juil. 2013, 10:32

Re: Vos questions sur la Somme théologique de St Thomas

Message non lu par prodigal » ven. 04 janv. 2019, 11:52

Alexandre. a écrit :
ven. 04 janv. 2019, 1:11
Alexandre
Tout le monde aura compris que ce texte est complètement contraire au sacrifice du Christ.
Ah non, en ce qui me concerne je ne l'ai pas compris. Que voulez-vous dire?
Paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté

Avatar de l’utilisateur
Alexandre.
Barbarus
Barbarus

Re: Vos questions sur la Somme théologique de St Thomas

Message non lu par Alexandre. » ven. 04 janv. 2019, 12:29

Prodigal,

La première solution développée par Saint Thomas s'inscrit dans une conception où tous les hommes, indépendamment de leurs actes, ne seraient pas destinés à la vie éternelle. Ainsi, des hommes bons pourraient être exclus de ce don de Dieu au nom d'une fatalité qu'il appelle "providence".

Les Évangiles nous apprennent au contraire que la vie éternelle s'acquiert par sa foi et ses actes. Sa privation ne peut en aucun cas résulter d'une fatalité mais d'un choix personnel.

Avatar de l’utilisateur
prodigal
Amicus Civitatis
Amicus Civitatis
Messages : 1544
Inscription : mar. 09 juil. 2013, 10:32

Re: Vos questions sur la Somme théologique de St Thomas

Message non lu par prodigal » sam. 05 janv. 2019, 12:55

Excusez-moi, mais je comprends encore moins. Qu'est-ce qui vous fait dire que des hommes bons pourraient être exclus de la vie éternelle?
De plus, quand vous dites que la privation de la vie éternelle ne peut découler que du choix du pécheur, je ne vois pas de différence de fond avec ce que dit saint Thomas d'Aquin.
Saint Thomas d'Aquin
Aussi, bien que l’homme réprouvé par Dieu ne puisse obtenir la grâce, cependant, le fait qu’il tombe dans tel péché ou dans un autre, cela provient de son libre arbitre, et c’est donc à juste titre qu’il en est jugé coupable.
Paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté

Avatar de l’utilisateur
Alexandre.
Barbarus
Barbarus

Re: Vos questions sur la Somme théologique de St Thomas

Message non lu par Alexandre. » dim. 06 janv. 2019, 1:49

Prodigal,

Le libre arbitre est évoqué en solution n°2.
Or, la solution n°1 n'en fait pas état et se positionne dans une optique fataliste qui fait totalement abstraction des actes.

Ainsi, selon les solutions développées par Saint Thomas, un homme bon (par ses œuvres) aurait la certitude du don de la vie dans la solution n°2 mais pas nécessairement dans la solution n°1.

Avatar de l’utilisateur
prodigal
Amicus Civitatis
Amicus Civitatis
Messages : 1544
Inscription : mar. 09 juil. 2013, 10:32

Re: Vos questions sur la Somme théologique de St Thomas

Message non lu par prodigal » dim. 06 janv. 2019, 12:47

Il y a deux questions.
La première est de savoir si oui ou non Dieu décide de damner qui il veut, y compris les justes, par simple décret arbitraire de sa volonté. Vous êtes d'accord, si je vous ai compris, pour refuser cet arbitraire. Ceux qui sont damnés en sont responsables, Dieu ne punit pas les innocents. C'est bien cela?
La seconde est de savoir comment interpréter ce que dit saint Thomas d'Aquin dans le passage cité par Ictus2b, dont peut-être il serait bon d'avoir la référence exacte, mais la citation est suffisamment longue pour nous donner une idée du contexte.
Et là je crois pouvoir dire avec assurance que vous vous trompez. En effet votre interprétation repose sur l'idée que le texte se terminerait par une liste de solutions différentes, qui seraient des thèses approuvées par saint Thomas. Or, la rubrique "solutions" a pour rôle dans chaque question de la Somme théologique de terminer l'examen après avoir confronté la thèse orthodoxe aux objections rationnelles qu'on peut lui faire.
Il s'ensuit qu'il est totalement exclu que les différents alinéas de la rubrique "solutions" se contredisent! 1 et 2 ne se contredisent donc pas. Donc, il faut relire.
2 affirme non pas qu'un homme bon aurait la certitude d'être sauvé, mais que n'est réprouvé que celui qui en est responsable de par son libre arbitre. Vous approuvez, je crois.
1 dit donc quelque chose de compatible avec 2. Quoi? Que la bienveillance divine, qui est hors de doute, n'implique pas que tout bien soit donné à toute créature. Donc, on aurait tort de croire que Dieu aurait dû selon sa nature bienveillante contraindre tous les hommes au salut. Autrement dit, certains hommes ne connaîtront pas la vie éternelle et ceci ne diminue en rien la bienveillance de Dieu.
1et 2, loin de se contredire, vont ensemble. C'est parce que seuls seront exclus de la vie éternelle ceux qui en seront responsables par l'usage peccamineux de leur libre arbitre qu'on peut affirmer la souveraine bonté de Dieu. Aucune idée de fatalité là dedans. Dieu n'envoie pas la fée Carabosse maudire au berceau ceux à qui il a décidé de nuire. Croire cela serait incompatible avec les deux points. Incompatible avec 1 car Dieu est bon. Incompatible avec 2 car l'homme est libre.
Paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Libremax et 7 invités