Sur l'amour du Christ

« Assurément, il est grand le mystère de notre religion : c'est le Christ ! » (1Tm 3.16)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions de théologie dogmatique
matthieu573
Civis
Civis
Messages : 2
Inscription : sam. 07 oct. 2017, 11:22
Conviction : catholique

Sur l'amour du Christ

Message non lupar matthieu573 » sam. 07 oct. 2017, 11:29

Bonjour à toutes et à tous,

Je suis nouveau sur ce forum pour vous poser une question au sujet de l'amour (ou de l'altruisme) que demande Jésus à ceux qui le suive.

Il enjoint ceux qui ont de la colère dans le cœur à aimer ou à pardonner plutôt que d'entretenir leur inimitié à l'égard de leur ennemi. Pourtant, ce dernier révulse les Pharisiens, relève et souligne leurs défauts... Ma question est naturellement la suivante: comment se situer dans son message ?

Bonne journée :ciao:

Matthieu

Avatar de l’utilisateur
Ioannes
Censor
Censor
Messages : 55
Inscription : sam. 26 nov. 2016, 14:42
Conviction : Catholique, séminariste Com Saint-Martin
Contact :

Re: Sur l'amour du Christ

Message non lupar Ioannes » sam. 07 oct. 2017, 16:37

Bonjour Matthieu & bienvenue,

Jésus-Christ est venu pour révéler aux hommes, et en commençant par les juifs de son temps, l'amour vrai et bon, c'est à dire la loi nouvelle.
Il ne s'agit plus de simplement "respecter", "supporter" le prochain malgré ses défauts, mais de l'aimer pour ses défauts, de même que Dieu nous aime pour notre faiblesse. Son message envers les pharisiens est radical car ils sont hypocrites. Il les bouscule, car ils en ont besoin : ils ont un "coeur de pierre" et interprètent mal la loi ancienne. (Rigorisme ...) Par ailleurs, ils font preuve d'élitisme.
Ensuite, la correction fraternelle est une vertu quand elle est réalisée avec pureté. Jésus remet en question les pharisiens, car il veut les aider à se convertir. Il est déçu que des hommes aient perverti la loi ancienne de son père, il en est triste et désire les ramener à la vérité.

Cependant, je vous conseille de relire vous-même les passages de l'évangile où Jésus parle aux pharisiens : à travers des paroles d'avertissement (mais pas de malédiction), vous allez deviner en fait une grande tendresse du Christ, soucieux de ramener toutes ses brebis éloignées. Il les aime, les pardonne, mais fait preuve de zèle ferme car il les voit dans le péché.

Tout le sens de votre question est finalement, je pense, dans la correction fraternelle chrétienne : voici une excellent synthèse.
"Si scires donum Dei !" Io IV, 10
"Le #Rosaire sauvera le monde." Bx PIE IX
https://etincellesdivines.wordpress.com/

Altior
Senator
Senator
Messages : 878
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionnaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: Sur l'amour du Christ

Message non lupar Altior » dim. 08 oct. 2017, 0:03

relève et souligne leurs défauts... Ma question est naturellement la suivante: comment se situer dans son message ?
Bonsoir, Matthieu,

et écoutez-moi bien: ceux qui relèvent et soulignent vos défauts ne sont pas forcément vos ennemis. Il se peut qu'il soit eux ceux qui vous aiment davantage que ceux qui vous serinent leurs flatteries et vous brossent de leurs louanges.

matthieu573
Civis
Civis
Messages : 2
Inscription : sam. 07 oct. 2017, 11:22
Conviction : catholique

Re: Sur l'amour du Christ

Message non lupar matthieu573 » mer. 11 oct. 2017, 20:08

Merci à tous les deux pour vos réponses (et désolé pour la mienne un peu tardive).

Je comprends le Christ lorsqu'il veut faire comprendre à la foule qui l'écoute qu'il faut apprendre à aimer l'autre, du moins à le comprendre, à y voir ses faiblesses plutôt que de le juger d'une manière brut et limitée.

Mais pour moi l'être humain est mauvais de base. Très mauvais. Cela se sens dans la sournoiserie de certains, qui savent pertinemment ce qu'ils font. J'ai dû mal à m'inspirer de son message dans certains contextes.

Prenez l'exemple d'un homme riche (politicien ou homme d'affaire), qui ne manque de rien, et qui voit devant lui, étalé sur une table, 10.000 € en liquide ! Sauf que ces derniers ne lui appartiennent pas. Et bien, il y a de très fortes chance qu'il se les mettra en poche ! L'actualité est pleine de faits similaires (Cahuzac, par exemple ?). On peut pas leur pardonner. Des gens, avec des capacités intellectuel tout à fait bonnes, sont capables d'être sournois pour leur propre plaisir, pour leur propre égo. A l'heure actuelle, je peux pas les comprendre.

Lors d'une catastrophe naturelle importante, il y a ceux qui sauvent des vies et ceux qui pillent des maisons et même des cadavres. Il y a, dans le fond, la nécessité de survivre, mais pas toujours et ils le font quand même...

Quels sont vos points de vus ?

Avatar de l’utilisateur
prodigal
Senator
Senator
Messages : 922
Inscription : mar. 09 juil. 2013, 10:32

Re: Sur l'amour du Christ

Message non lupar prodigal » jeu. 12 oct. 2017, 11:02

Bonjour matthieu573.
Oui, l'être humain est mauvais.
C'est pourquoi il doit changer, être retourné même, ce qu'exprime le terme de conversion. :)
Le pharisien de l'Evangile peut être vu comme celui qui estime n'avoir nul besoin d'être converti.
Paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté

Avatar de l’utilisateur
Cendrine
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 267
Inscription : mar. 04 avr. 2017, 19:50
Conviction : Catholique de rite romain

Re: Sur l'amour du Christ

Message non lupar Cendrine » jeu. 12 oct. 2017, 16:50

Bonjour Matthieu,

L'être humain est mauvais par déformation, car il est originellement créé bon par Dieu, mais il a choisi de se dérober à son créateur divin, en écoutant les mauvais conseils du diable, celui qui divise et fait chuter. Ce moment fondateur de notre iniquité actuelle s'appelle le péché, et chaque fois que nous décidons d'ignorer l'amour que Dieu nous porte, nous chutons, encore et encore. Nous ne répondons plus à notre dessein originel, qui était de vivre en communion avec Dieu, dans la beauté de la terre qu'il a créée pour que nous y vivions sans violence aucune. Le mauvais de l'homme est la distorsion de son visage sous l'empreinte de satan, ainsi il n'est pas fait "mauvais" mais il est pécheur ; et même les saints se sont découverts pécheurs (en fait plus ils se sont sus pécheurs et plus ils se sont éloignés de la mauvaiseté... ). Ce paradoxe n'est qu'apparent et il arrange bien les personnes qui refusent de se considérer pécheurs.

Nous ne sommes pas faits pour faire tout ce que vous décrivez, qui est bel et bien une réalité, et Prodigal a raison de dire que pour être des êtres humains complets, il nous faut lutter contre nos mauvais choix, nos tentations, nos bassesses. La conversion doit être permanente en effet. C'est là LE travail principal de tout être humain, et nous devons collaborer avec Dieu et la Providence qu'il permet, et qui peut prendre y compris les aspects de la souffrance et des épreuves que nous ménagent parfois nos semblables. Le pardon et l'accueil du Christ sortent en permanence de la source de son cœur, c'est seulement nous qui refusons d'admettre notre soif de cette eau.

L'Église Catholique, par les perpétuels voix, geste, et sacrifice de Notre Seigneur Jésus Christ, nous exhorte chaque jour à ce travail incessant qui est le seul à pouvoir nous apporter une joie durable et peut-être la Vie éternelle de retour dans le sein de Dieu (la communion des saints).


Revenir vers « Théologie »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 11 invités