Jeûne et abstinence

« Assurément, il est grand le mystère de notre religion : c'est le Christ ! » (1Tm 3.16)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions de théologie dogmatique
Trinité
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1274
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Jeûne et abstinence

Message non lupar Trinité » mar. 11 avr. 2017, 23:14

En relisant les textes du CEC ,je me rends compte que l'abstinence est de rigueur tous les vendredis (pas de viande) et que le jeûne n'est obligatoire que le mercredi des cendres et le vendredi saint!
J'étais persuadé que l'abstinence du vendredi n'était plus de rigueur ,ce qui fait que j'ai certainement mangé de la viande quelquefois le vendredi en pensant que cette mesure n'était plus d'actualité.
D'autre part!
Qu'entends t'on par jeûne? Aucune nourriture ?
Je vous avouerai que cela va me poser un problème pour le Vendredi Saint ,car j'ai des médicaments à prendre tous les matins et tous les soirs et je ne peux les avaler sans prendre un petit quelque chose de solide en même temps!
Je sens que je vais trouver des personnes compétentes pour me répondre (sans ironie) ;)

Altior
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 593
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionnaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: Jeûne et abstinence

Message non lupar Altior » mer. 12 avr. 2017, 0:13

Bonjour,

Oui, la règle est qu'on ne mange pas de viande les vendredis (fêtes mises à part). Cette règle, qui est un commandement de l'Église, donc matière grave, s'applique aux fidèles dont l'âge est entre 14 ans et 60 ans et auxquels l'état de santé le permet. Ils sont exempts d'office: les malades, les emprisonnés, les voyageurs qui n'ont pas les conditions objectives pour la tenir. En plus, on peut obtenir des dérogations individuelles.
Parce que c'est un commandement de l'Église, c'est l'Église qui peut donner des dérogations de façon générale, plus précisément à son niveau de province (minimum archevêché, pour les laïques).

«À jeun», cela veut dire, théoriquement, qu'on ne mange pas du tout. Quant même, les deux jours de jeun par an (mercredi des cendres et vendredi saint) on peut manger une seule fois par jour préférablement le soir et au plus deux petites collations pendant la journée.

Donc, si vous êtes malade et si votre traitement impose de prendre des médicaments après repas, vous êtes exempt d'office de tenir maigre. Pas besoin de demander une dérogation individuelle (=une indulgence) de la part d'un prêtre. Il reste à trouver, préférablement avec votre directeur spirituel (ou selon l'avis d'un prêtre dans son absence) une autre façon d'être cum Ecclesia dans le jeun et l'abstinence.

Par contre, dans le cas, imaginons, d'un joueur de rugby en bonne santé, qui aurait un match difficile le lendemain, l'obligation de jeun reste debout (car il n'est ni malade, ni emprisonné, ni voyageur), mais il peut demander une indulgence au prêtre, qui est censé de la lui accorder.

Avatar de l’utilisateur
Voyageur
Quæstor
Quæstor
Messages : 314
Inscription : dim. 13 déc. 2009, 13:12
Conviction : Catholique

Re: Jeûne et abstinence

Message non lupar Voyageur » mer. 12 avr. 2017, 1:08

En complément :

Dans le Catéchisme de l'Église Catholique

Le quatrième commandement ("Aux jours de pénitence fixés par l'Église, les fidèles sont tenus par l'obligation de s'abstenir de viande et d'observer le jeûne") assure des temps d'ascèse et de pénitence qui nous préparent aux fêtes liturgiques et nous disposent à acquérir la maîtrise sur nos instincts et la liberté du cœur. [...] (CEC 2043)

Les temps et les jours de pénitence au cours de l'année liturgique (le temps du carême, chaque vendredi en mémoire de la mort du Seigneur) sont des moments forts de la pratique pénitentielle de l'Église. Ces temps sont particulièrement appropriés pour les exercices spirituels, les liturgies pénitentielles, les pèlerinages en signe de pénitence, les privations volontaires comme le jeûne et l'aumône, le partage fraternel (œuvres caritatives et missionnaires). (CEC 1438)

Dans le Code de Droit Canon

Les jours et temps de pénitence pour l'Église tout entière sont chaque vendredi de toute l'année et le temps du Carême. (CDC 1250)

L'abstinence de viande ou d'une autre nourriture, selon les dispositions de la conférence des Évêques, sera observée chaque vendredi de l'année, à moins qu'il ne tombe l'un des jours marqués comme solennité; mais l'abstinence et le jeûne seront observés le Mercredi des Cendres et le Vendredi de la Passion et de la Mort de Notre Seigneur Jésus Christ. (CDC 1251)

Sont tenus par la loi de l'abstinence, les fidèles qui ont quatorze ans révolus; mais sont liés par la loi du jeûne tous les fidèles majeurs jusqu'à la soixantième année commencée. Les pasteurs d'âmes et les parents veilleront cependant à ce que les jeunes dispensés de la loi du jeûne et de l'abstinence en raison de leur âge soient formés au vrai sens de la pénitence. (CDC 1252)
Tu m'as montré les chemins de la vie,
Tu me rempliras de joie par ta présence.

Trinité
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1274
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Re: Jeûne et abstinence

Message non lupar Trinité » mer. 12 avr. 2017, 18:58

Merci à vous deux!

Ce n'est pas très clair en ce qui concerne l'abstinence!
D'après le CEC :

Chaque Vendredi de carême pour les 14 à 60 ans

D'après le droit Canon :

Tous les vendredis de l'année (sans prescriptions d'âge ) ,

En conséquence,moi qui est 75 ans ,je ne serais soumis à l'abstinence que dans le cadre du droit Canon !

Avatar de l’utilisateur
Voyageur
Quæstor
Quæstor
Messages : 314
Inscription : dim. 13 déc. 2009, 13:12
Conviction : Catholique

Re: Jeûne et abstinence

Message non lupar Voyageur » ven. 14 avr. 2017, 9:14

Bonne question Trinité ! Je ne saurais vous dire.

Moi j'ai une question plus pragmatique, mais j'imagine déjà la réponse.
En ce qui concerne le jeûne de ce jour, qu'en est-il du café sucré (pour mon cas) ou même des sodas (pour aller plus loin).
Tu m'as montré les chemins de la vie,
Tu me rempliras de joie par ta présence.

Trinité
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1274
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Re: Jeûne et abstinence

Message non lupar Trinité » ven. 14 avr. 2017, 14:51

Bonne question Trinité ! Je ne saurais vous dire.

Moi j'ai une question plus pragmatique, mais j'imagine déjà la réponse.
En ce qui concerne le jeûne de ce jour, qu'en est-il du café sucré (pour mon cas) ou même des sodas (pour aller plus loin).
Bon c'est trop tard pour moi!

J'ai pris un café sucré ce matin! :(

Avatar de l’utilisateur
Voyageur
Quæstor
Quæstor
Messages : 314
Inscription : dim. 13 déc. 2009, 13:12
Conviction : Catholique

Re: Jeûne et abstinence

Message non lupar Voyageur » ven. 14 avr. 2017, 16:29

:D j'ai décidé de sucrer à moitié le mien.
Tu m'as montré les chemins de la vie,
Tu me rempliras de joie par ta présence.

Trinité
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1274
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Re: Jeûne et abstinence

Message non lupar Trinité » ven. 14 avr. 2017, 17:11

Voila ce que j'ai trouvé sur un site qui s'appelle "Cyber curé" :

2. L’abstinence du carême catholique

L’abstinence (s’abstenir de viande) s’impose pour le mercredi des cendres, le vendredi saint et tous les vendredis de ce temps. D’ailleurs elle est demandée par l’Église, chaque vendredi de l’année en souvenir de la mort du Seigneur. Mais il est possible en France de commuer l’abstinence du vendredi par une autre pénitence laissée à la discrétion de chacun (sauf en carême où elle demeure obligatoire). En fait, il y a peu de chrétiens qui attachent de l’importance au poisson le vendredi.

Read more at http://cybercure.fr/les-fetes-de-l-egli ... PqUT9Do.99

zelie
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 440
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45
Localisation : France

Re: Jeûne et abstinence

Message non lupar zelie » sam. 15 avr. 2017, 21:00

Il me semble avoir lu dans un journal très chrétien que pour le jeûne, les personnes malades devaient l'alléger, de façon à ne pas mettre leur corps en situation de faiblesse face à la maladie ou le traitement. J'en déduirais que si un traitement nécessite un léger repas pour ne pas vous trouer l'estomac (ou quelque chose de ce genre) il vaut mieux manger, quitte à manger une soupe, pas du foie gras bien sûr :toast: . Mais c'est là, il me semble, une simple mesure de bon sens. L'âge aussi peut être une faiblesse à prendre en compte; chaque organisme a des besoins très différents, généraliser n'est pas forcément la bonne attitude dans le domaine de la santé.
La très célèbre voyante italienne Mama Rosa, contemporaine de Padre Pio et le priant beaucoup, (le visitant aussi) disait que pour les gens malades du coeur, il fallait manger très peu le soir, voire ne se contenter que d'un bouillon. C'est vrai qu'être miraculé ne fait pas de vous un médecin non plus...

D'autre part, le jeûne (tous les jeûnes, même non alimentaires) sont prière, union et surtout offrande au Christ dans un élan d'amour, un cadeau spirituel de participation à sa prière, et en les replaçant dans ce contexte, on peut arriver à distinguer où Jésus veut nous amener et quel effort on peut faire pour ce jour. Il vaut mieux se priver d'un sucre en le faisant de tout son coeur que de se priver de tout orgueilleusement pour se goinfrer 4 heures après.
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre


Revenir vers « Théologie »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités