Aimer son prochain comme soi-même

« Assurément, il est grand le mystère de notre religion : c'est le Christ ! » (1Tm 3.16)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions de théologie dogmatique
Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 3174
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Aimer son prochain comme soi-même

Message non lupar Kerniou » ven. 19 mai 2017, 11:26

Tout à fait d'accord avec vous, Alizée. Vous avez le don d'exprimer, simplement et avec subtilité, des notions parfois complexes ou difficiles.
Merci.
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8089
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Aimer son prochain comme soi-même

Message non lupar PaxetBonum » ven. 19 mai 2017, 13:01

gerardh a écrit :
ven. 19 mai 2017, 9:36
_______

Bonjour,

Jésus a dit : aimez vos ennemis. Un ennemi est donc également mon prochain.


__________
Cher Gérardh,

Si je dis : 'aimer votre prochain comme vous même' et 'aimer vos ennemis' est-ce à dire que mon ennemi est mon prochain ?
Non assurément, se serait un syllogisme mal formé
Cela veut dire une seule chose : je dois aimer mon prochain et mon ennemi.
Mais mon prochain reste mon prochain et mon ennemi, mon ennemi.

Il ne faut pas faire dire à Notre Seigneur ce qu'Il n'a pas dit.
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

TREBLA
Quæstor
Quæstor
Messages : 311
Inscription : jeu. 02 juin 2016, 3:54
Conviction : chrétien non-catholique

Re: Aimer son prochain comme soi-même

Message non lupar TREBLA » ven. 19 mai 2017, 16:58

Cher PaxetBonum,

Merci pour votre réflexion ci-dessous:
PaxetBonum a écrit :
ven. 19 mai 2017, 13:01
Cher Gérardh,

Si je dis : 'aimer votre prochain comme vous même' et 'aimer vos ennemis' est-ce à dire que mon ennemi est mon prochain ?
Non assurément, se serait un syllogisme mal formé
Cela veut dire une seule chose : je dois aimer mon prochain et mon ennemi.
Mais mon prochain reste mon prochain et mon ennemi, mon ennemi.

Il ne faut pas faire dire à Notre Seigneur ce qu'Il n'a pas dit.
Vous vous rendez compte du fait que Jésus nous commande : Vous avez appris qu'il a été dit: Tu aimeras ton proche, et tu haïras ton ennemi. Et moi je vous dis: Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent ... (Matthieu 5, 43-44)

Vous le comprenez ainsi : « Cela veut dire une seule chose : je dois aimer mon prochain et mon ennemi. »

Vous continuez : « Mais mon prochain reste mon prochain et mon ennemi, mon ennemi. »

Oui, du point de vue de votre ennemi, cette observation est juste.

Mais [ le docteur de la loi ], voulant se justifier, dit à Jésus: " Et qui est mon proche? " (Luc 10, 29)
Le docteur de la loi veut se justifier. Il ne veut pas aimer n'importe qui.
MEA CULPA! Souvent je pense ainsi.

Jésus reprit et dit: " Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho; il tomba entre les mains de brigands qui, après l'avoir dépouillé et chargé de coups, s'en allèrent, le laissant à demi-mort. (Luc 10, 30)
Jésus présente un cas d'urgence. Il y a une personne qui a besoin d'amour tangible.

Or, par hasard, un prêtre descendait par ce chemin; il le vit et passa outre. (Luc 10, 31)
Le prêtre n'accepte pas cette personne comme son proche. Il ne s'approche pas; il passe outre.
Le prêtre ne veut pas aimer n'importe qui.
MEA CULPA! Souvent je pense ainsi.

De même un lévite aussi vint en ce lieu, le fit et passa outre. (Luc 10, 32)
Le lévite n'accepte pas cette personne comme son proche. Il ne s'approche pas; il passe outre.
Le lévite ne veut pas aimer n'importe qui.
MEA CULPA! Souvent je pense ainsi.

Mais un Samaritain, qui était en voyage, vint près de lui, le vit et fut touché de compassion. (Luc 10, 33)
Le Samaritain accepte cette personne comme son proche. Il s'approche; il agit avec beaucoup d'amour tangible.
Le Samaritain aime n'importe qui.
Seigneur, aide-moi d'aimer comme toi !

Que le Seigneur vous bénisse.

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 4180
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: Aimer son prochain comme soi-même

Message non lupar gerardh » ven. 19 mai 2017, 18:26

_______

Bonjour,

Jean 3, 16 : Dieu a tant aimé le monde, qu'il a donné son Fils unique ....


_________

TREBLA
Quæstor
Quæstor
Messages : 311
Inscription : jeu. 02 juin 2016, 3:54
Conviction : chrétien non-catholique

Re: Aimer son prochain comme soi-même

Message non lupar TREBLA » sam. 20 mai 2017, 2:22

Cher Gerardh,

Merci pour la citation du verset ci-dessous :
gerardh a écrit :
ven. 19 mai 2017, 18:26
Bonjour,

Jean 3, 16 : Dieu a tant aimé le monde, qu'il a donné son Fils unique ....
En fait, Dieu a tant aimé ses ennemis, qu'il a donné son Fils unique ...

« lorsque nous étions ennemis, nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de son Fils » (Romains 5, 10)

Que le Seigneur vous bénisse.

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8089
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Aimer son prochain comme soi-même

Message non lupar PaxetBonum » sam. 20 mai 2017, 8:42

TREBLA a écrit :
ven. 19 mai 2017, 16:58
Mais un Samaritain, qui était en voyage, vint près de lui, le vit et fut touché de compassion. (Luc 10, 33)
Le Samaritain accepte cette personne comme son proche. Il s'approche; il agit avec beaucoup d'amour tangible.
Le Samaritain aime n'importe qui.
Seigneur, aide-moi d'aimer comme toi !
Cher Trebla,

Je suis quasi d'accord avec toute votre présentation (Mea culpa compris pour moi-même) sauf à ceci.
C'est là que vous glissez sémantiquement en disant : "Le Samaritain accepte cette personne comme son proche."
Non ce n'est pas la conclusion de ce texte.
La conclusion est : "Lequel des trois, à ton avis, a été le prochain de l’homme qui était tombé entre les mains des bandits?» Le docteur de la Loi répond: «Celui qui a fait preuve de bonté envers lui.»"

Donc on ne peut pas dire : "Le Samaritain accepte cette personne comme son proche." mais "le Samaritain accepte de devenir le prochain de l'homme blessé".
Et Jésus de nous demander d'en faire autant : «Va, et toi aussi, fais de même.»
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 6335
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Aimer son prochain comme soi-même

Message non lupar Cinci » sam. 20 mai 2017, 16:21

Paxetbonum,

Le problème c'est que votre définition* ne rencontre pas ce que dit l'Apôtre Paul dans l'Épitre aux Romains ou ce que l'on nous dit dans Exode 20, 13-17. Vous ne m'avez rien répondu à ce sujet. Les rédacteurs du catéchisme de l'Église catholique montrent que le terme prochain s'applique bien à l'humanité dans son ensemble, comme le signalait Didyme.

Affirmer que le terme prochain ne saurait regrouper l'humanité dans son ensemble, comme vous le faite ; c'est rendre obscure la compréhension du Décalogue. Ainsi, les "tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain, tu ne témoigneras pas faussement contre ton prochain, etc," ne devraient donc plus représenter des commandements d'application universelle mais restreinte, suivant votre définition sémantique et usage exclusif du terme visé.



Pour moi ;

Le Samaritain s'est fait le prochain de l'homme en difficulté en le sens qu'il pouvait compatir à la misère de l'autre. Le Samaritain pouvait se positionner sur un même plan d'humanité que l'autre, reconnaissant appartenir à une même humanité, dans une sorte d'égalité de condition. Le défaut du prêtre ou du lévite consistait à sortir de l'humanité commune. Un peu comme le mauvais riche de la parabole qui ne voulait pas "voir" la misère du pauvre Lazare à sa porte. Le "riche" ne peut pas reconnaître un frère dans celui qui souffre.

Le Fils de Dieu, de riche qu'il était, s'est fait pauvre afin de situer sur le même plan d'humanité que nous, parce que lui pouvait compatir à la misère des hommes.

Aimer l'ennemi, c'est tout simplement reconnaître que l'ennemi se situe dans un même plan d'humanité que moi cf. même faiblesse, même vulnérabilité, même limitation, même inclination à pécher, même origine, objet d'une même considération par le Père, etc. Une façon de considérer l'ennemi qui empêche de diaboliser autrui, de sortir soi-même de la condition humaine et de se prendre pour Dieu.

____
*Déf. : le prochain est celui qui aide celui dans le besoin. Cela ne saurait regrouper l'humanité dans son ensemble car l'humanité est composée de frères, de prochains et d'ennemis.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 6335
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Aimer son prochain comme soi-même

Message non lupar Cinci » sam. 20 mai 2017, 19:00

Mais vous avez peut-être raison à quelque part quand même, du fait que "celui qui se fait le prochain de l'autre" n'est pas obligé d'attendre la réciproque avant d'agir.

Si la dynamique peut prendre sa source dans le Samaritain en premier (par une grâce du Christ), l'on ne peut pas s'attendre à trouver nécessairement égalité de sentiment ou réciprocité parfaite en face. D'ailleurs, le cas de Jésus le montre bien. Que Jésus ait pu descendre à la hauteur de l'humaine condition du grand prêtre juif est une chose, mais il n'en résultât jamais que le grand prêtre voulut descendre de son propre trône. La rencontre ne s'est jamais faite réellement.

Il est vrai qu'à vouloir se faire le prochain de l'autre il n'en garantie jamais que l'autre souhaiterait entrer lui-même dans une telle relation et pour y demeurer bien longtemps. Ça, c'est l'échec consommé que Jésus a connu sur le plan strictement humain.Et le jeune homme riche refuse de devenir pauvre. Tristesse.

Avatar de l’utilisateur
Voyageur
Quæstor
Quæstor
Messages : 314
Inscription : dim. 13 déc. 2009, 13:12
Conviction : Catholique

Re: Aimer son prochain comme soi-même

Message non lupar Voyageur » sam. 20 mai 2017, 21:08

Christ aurait cherché la réciproque ?!
Tu m'as montré les chemins de la vie,
Tu me rempliras de joie par ta présence.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 6335
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Aimer son prochain comme soi-même

Message non lupar Cinci » sam. 20 mai 2017, 22:17

Pas la réciproque, mais la rencontre réelle, Il s'agit de voir, être entendu, accueilli, etc. Jésus vient à notre rencontre, il s'est dépouillé pour cela, pour que la rencontre puisse avoir lieu. "Dépouillement" comme dans "Jésus qui se met à faire le travail de l'esclave en lavant les pieds des disciples" avant le repas.


Le riche ne veut pas voir, ne veut pas entrer en relation avec le pauvre. Le grand prêtre ne veut rien entendre des histoires de Jésus de Nazareth qui ne correspond pas à ce qu'il rechercherait. Fermeture.

Aimer son prochain = aller à la rencontre = accepter de diminuer pour cela si nécessaire = perdre quelque chose (une morgue, une hauteur, du temps, de l'argent, une certaine image de soi, un statut, etc.)

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8089
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Aimer son prochain comme soi-même

Message non lupar PaxetBonum » Hier, 22:14

Cinci a écrit :
sam. 20 mai 2017, 19:00
Mais vous avez peut-être raison à quelque part quand même, du fait que "celui qui se fait le prochain de l'autre" n'est pas obligé d'attendre la réciproque avant d'agir.
Tout est là, c'est le véritable enseignement du Christ.
Pas un monde fleur bleue où tout le monde est le prochain de l'autre, mais une mission impossible où l'on doit aimer son ennemi en devenant son prochain !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise


Revenir vers « Théologie »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité