L'Enfer et le Jugement

« Assurément, il est grand le mystère de notre religion : c'est le Christ ! » (1Tm 3.16)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions de théologie dogmatique
Avatar de l’utilisateur
LXX
Ædilis
Ædilis
Messages : 35
Inscription : jeu. 19 janv. 2017, 7:49
Conviction : Ex musulman en cheminement

L'Enfer et le Jugement

Message non lupar LXX » jeu. 23 févr. 2017, 17:22

Bonjour,
Je veux faire ce topic sur un sujet qui me tiens à coeur.
Je veux pas vraiment d'avis confessionnels, mettons nos différents de coté s'il vous plait, moi compris.
Ma question est purement théologique.
Comment comprenez-vous l'Enfer ?
Je veux dire, par exemple dans l'Eglise Catholique, il me semble que les théologiens (comme Hans Urs von Balthasar, ou dans une moindre mesure Arnaud Dumouch) ont de vives discussions à ce sujet, c'est un mystère qu'on a toujours pas fini de creuser, l'Enfer et le Jugement.
Pourquoi l'Enfer, pourquoi le Jugement ?
Je vais tenter d'être clair même si c'est dur d'être synthétique sur un sujet aussi vaste.
Partons du principe que l'Enfer existe et qu'il est éternel.
Dire que Dieu crée des créatures, en sachant pertinemment (via son Omniscience) qu'ils finiront en enfer, soit un lieu d'ou ne peut sortir aucune rédemption, n'est-ce pas insinuer que Dieu créerait volontairement un mal éternel ?
Peux-t'on dire que l'Enfer éternel résulte du choix des hommes, et donc parler de décision sans réelle pleine conscience lors de la prise de ce choix ? Par exemple les athées etc, qui ignorent de "bonne foi" l'existence de Dieu. D'ailleurs la théologie Dumouchienne a le mérite de tenter de répondre à cette question; chez ce théologien à l'heure de la mort tout le monde voit le Christ et choisit en pleine conscience de l'accepter ou de le refuser. Cette position est ultra minoritaire, mais elle a le mérite de tenter de répondre à des points importants, et en l’occurrence de permettre un choix en pleine connaissance.
Comment profiter du Paradis pendant que des gens qu'on a aimé sont en enfer ?
Au final, ne serions-nous pas tous promis à une souffrance éternelle ? Soit en Enfer dans une séparation éternelle avec Dieu, soit au Ciel dans une séparation éternelle avec les damnés que l'on a pu aimer.
A moins qu'une fois dans la Vision de Dieu, en communion avec Lui, nous comprenions dans Sa Grandeur que tout est à sa Juste Place. Au final ça restera surement un des mystères de Dieu, vu qu'une des variables de l’Équation (Dieu) nous est partiellement inconnue.
En même temps, accepter tout le monde au paradis, serais-ce un manque dans la Justice Divine, et donc une idée incollable avec la Toute-Puissance de Dieu ?
Bref je suis pas très clair, mais ça m'intéresse d'avoir votre pensée sur la question, loin des stigmatisations.
Enfer physique ou symbolique (mais réel) ? L'Enfer est-il un lieu ou un état ?
Je vous lirai avec attention, soyez-en surs !

Dieu vous bénisse.
Πιστεύω εἰς ἕνα Θεόν, Πατέρα, Παντοκράτορα, ποιητὴν οὐρανοῦ καὶ γῆς, ὁρατῶν τε πάντων καὶ ἀοράτων.
Apologétique en images: https://taolennoucatholique.wordpress.com
Apologétique en vidéos: https://www.youtube.com/channel/UCUFjNSmb6rVUCsjbVifFyYg/videos

saperlipopette
Censor
Censor
Messages : 139
Inscription : dim. 29 mai 2016, 18:30
Conviction : catholique

Re: L'Enfer et le Jugement

Message non lupar saperlipopette » jeu. 23 févr. 2017, 21:40

Enfer physique ou symbolique (mais réel) ? L'Enfer est-il un lieu ou un état ?
Enfer physique, enfer état, selon moi.
Un état de souffrance où l'on sentirait comme avec des nerfs. La chair n'est jamais loin de l'esprit. "Ce qui est étonnant, disait Péguy, c'est cette incapacité du spirituel de se passer du matériel." Certes Dieu est pur esprit; mais la chair n'est pas mauvaise en soi, et il nous a bien prévu une fin avec la chair, la résurrection de la chair.

mais SURTOUT un enfer loin de Dieu. La doctrine est formelle: il s'agit de la pire peine. L'éternité dont il s'agit est un "présent hors du temps", ce n'est pas vraiment une période très longue même si je n'ai pas trop compris la notion d'éternité.
Je me permets d'ajouter une question aux vôtres: les gens en enfer, que font-ils pendant le Jugement dernier? Ils y restent? Ils comparaissent? Enfin c'est peut-être une question trop anthropomorphique sur le sujet du temps; il n'y a peut-être pas de "pendant".
Peux-t'on dire que l'Enfer éternel résulte du choix des hommes, et donc parler de décision sans réelle pleine conscience lors de la prise de ce choix ? Par exemple les athées etc, qui ignorent de "bonne foi" l'existence de Dieu. D'ailleurs la théologie Dumouchienne a le mérite de tenter de répondre à cette question; chez ce théologien à l'heure de la mort tout le monde voit le Christ et choisit en pleine conscience de l'accepter ou de le refuser. Cette position est ultra minoritaire, mais elle a le mérite de tenter de répondre à des points importants, et en l’occurrence de permettre un choix en pleine connaissance.
C'est la question du salut. "Hors de l'Eglise point de salut?" La réponse est extrêmement nuancé. rappelons d'abord qu'on ne peut pas prédire au cas par cas, seul Dieu sait, Dieu seul sonde les reins et les coeurs. Et n'oublions pas que beaucoup de chrétiens finiront en enfer, car les œuvres sont, avec la foi, la connaissance pour aller au ciel. Mais de quelle foi s'agit-il?
De nos jours pour le salut, la foi en Dieu est nécessaire, en un dieu Trinité et rédempteur. Mais beaucoup de théologiens (ST Thomas d'Aquin, etc.) s'accordent pour dire que l'on peut avoir cette croyance sans être dans l'Eglise. Dieu, par le moyen d'un ange, d'un missionnaire, ou d'un dialogue dans l'âme tout simplement, éclaire toujours, au moins une fois dans la vie d'un homme, sur son existence. A l'homme d'accepter ou de refuser; l'homme n'a perdu sa chance que s'il est de mauvaise foi. Cette question peut être posé au moment suprême de la mort.
Ainsi, je me rappelle d'une histoire sur le Curé d'Ars, à vérifier. On demandait à celui-ci si un homme qui s'était jeté du haut 'un pont était en enfer. Il répondit que dans le temps où il avait sauté du pont et celui où il était mort dans les spasmes de la noyade, il avait eu le temps de regreter.
Si j'ai bien compris, les théologiens imaginent un cas où Dieu n'aurait pas parlé à l'homme dans sa vie. C'est le cas de l'ignorance invincible; et Pie IX en dit ceci:
“L’Église déclare ouvertement que l’unique espérance de salut pour l’homme est placée dans la foi chrétienne, qui enseigne la vérité, dissipe les ténèbres de l’ignorance par l’éclat de sa lumière et opère par la charité, et que cette espérance est placée dans l’Église catholique, qui, en maintenant le vrai culte, est le solide asile de cette foi et le temple de Dieu, hors duquel personne, à moins d’avoir l’excuse d’une ignorance invincible, ne peut avoir l’espoir de la vie e du salut.”
L'ignorance peut parfois être coupable si il est de notre faute qu'on ne sache pas. J'imagine que c'est le cas de personne, étant petite, peu attentives aux cours de catéchisme -s'ils existent encore- , et qui en grandissant pense la foi absurde pour l'avoir mal comprise, donc apostasie.
La foi est une condition, mais sans la charité, on n'a pas plus de chances de contempler Dieu pour l'éternité.
Pourquoi? Parce que notre âme, après sa mort, doit "s'adapter" à Dieu, à son amour, à ce qu'il est (Trinité, Rédempteur). L'homme qui est trop loin pour pouvoir s'adapter ne résiste pas à ce feu, il tombe dans la vraie mort. Benoît XVI est d'avis que le temps que l'âme s'adapte et où elle est donc brûlé par ce feu, est le Purgatoire.


En U d P.
Ad Majorem Dei Gloriam

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 6654
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: L'Enfer et le Jugement

Message non lupar Cinci » ven. 24 févr. 2017, 21:06

Bonjour à LXX, à tous ...
Partons du principe que l'Enfer existe et qu'il est éternel.
Dire que Dieu crée des créatures, en sachant pertinemment (via son Omniscience) qu'ils finiront en enfer, soit un lieu d'ou ne peut sortir aucune rédemption, n'est-ce pas insinuer que Dieu créerait volontairement un mal éternel ?
D'après le père Bernard Bro (je lisais ses commentaires hier), c'est comme si Dieu assumait lui-même la réalité de l'enfer et dans lequel certains finiraient par se condamner eux-mêmes. C'est un point de vue qui me rappelle celui de François Varillon.

En somme, le mal n'est pas crée par Dieu, pas voulu et Dieu ne veut condamner personne à l'enfer éternel. L'enfer prend une consistance parce que la créature refuse l'offre de Dieu, le sujet refuse de suivre Dieu, trouverait trop "coûteux" de devoir entrer dans la dynamique de miséricorde infinie qui serait celle de Dieu. C'est comme la personne qui refuse de pardonner aux autres.

C'est comme dans la parabole du fils prodigue. Le frère aîné qui refuse la justice de son père : il reste dehors. L'aîné est prédestiné par son père à hériter de tout. Le père ne veut pas priver de banquet ni l'un ni l'autre. Mais le plus vieux ici continue de se révolter intérieurement. Il n'est pas d'accord avec le système de son père. Paradoxalement, c'est la grande bonté du père qui suscite la révolte d'un des deux.


Peux-t'on dire que l'Enfer éternel résulte du choix des hommes, et donc parler de décision sans réelle pleine conscience lors de la prise de ce choix ? Par exemple les athées etc, qui ignorent de "bonne foi" l'existence de Dieu.
Les hommes ne choisissent pas l'enfer délibérément. Personne choisit l'enfer. La situation serait plutôt celle où l'enfer n'est que la résultante naturelle et infaillible du fait de ne pas choisir Dieu. En d'autres mots, il n'y a pas de choix. Il n'y a qu'une seule issue possible et c'est d'être avec Dieu. Pour celui qui veut vivre en tout cas : aucune alternative.

La vie chrétienne consiste à apprendre le fonctionnement du système du père.


D'après le père Bro, ceux qui refusent la possibilité de l'enfer et se révolte alors contre Dieu à cause de cela (juste à imaginer) mais ce sont des gens qui se révoltent ainsi non pas parce qu'ils auraient une trop haute estime de l'amour de Dieu mais parce qu'ils auraient une appréciation de l'amour du Père trop faible.

Il n'y aurait pas d'explication. Il y aurait la réalité.

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 4228
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: L'Enfer et le Jugement

Message non lupar gerardh » sam. 25 févr. 2017, 11:33

________

Bonjour,

Formellement, le mot enfer n'existe pas dans la Bible. Sont néanmoins mentionnées "les parties inférieures de la terre" (enfer = inférieur) ou d'ailleurs le Christ aurait séjourné entre sa mort et sa résurrection. Les termes plus exacts sont le shéol (en hébreu), ou le hadès (en grec), lieu décrit de manière assez vague où vont les âmes après leur mort. Ce lieu est divisé en deux parties : le géhenne, où vont les méchants et "le sein d'Abraham" ou sont les justes. Ce dernier est-il équivalent au paradis ? Peut-être , mais le paradis est un terme qui a aussi une dimension céleste, et est même probablement décrit en 2 Cor 12 comme le troisième ciel, où est la demeure de Dieu, la maison du Père (Jean 14).

Donc où est le paradis ? D'autres intervenants pourront peut-être m'éclairer.

En tout cas à la fin des temps, lors du jugement des méchants, de la Bête et du Faux prophète, ces derniers seront tous précipités dans "l'étang de feu et de soufre où sont les pleurs et les grincements de dents". Ce lieu est peut-être l'acception commune du mot enfer que nous employons en général. Pour l'instant, sauf erreur, ce lieu à mon avis est vide.


_____________


Revenir vers « Théologie »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 6 invités