L'âme, l'esprit et le corps

« Assurément, il est grand le mystère de notre religion : c'est le Christ ! » (1Tm 3.16)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions de théologie dogmatique
Invité
Barbarus
Barbarus

Re: Une âme éternelle dans un corps mortel ?

Message non lupar Invité » ven. 06 mars 2009, 16:28

Certains animaux ont aidé des personnes à guérir, à revivre. Certains animaux ont permis à des personnes de connaître des joies profondes. Par exemple le chien qui a conduit un aveugle. Un cheval qui aide à la rééducation.
L'animal qui travaille le sol etc....
A leur manière, ils ont contribuaient à enrichir l'esprit humain et à rencontrer Dieu. Pourquoi ne participeraientils pas au bonheur éternel des humains?
Paul écrit aux Ro 8,18
J'estime en effet que les souffrances du temps prérsent sont sans proportion avec la gloire qui doit être révélée en nous. Car la création attend avec impatience la révélation des fils de Dieu: livrée au pouvoir du néant - non de son propre gré, mais par l'autorité de celui qui l'a livrée - elle garde l'espérance, car elle aussi sera libérée de l'esclavage de la corruption, pour avoir par à la liberté et à la gloire des enfants de Dieu.
Nous le savons en effet, la création tout entière gémit maintenant dans les douleurs de l'enfantement. Elle n'est pas la seules, nous aussi qui possédont les prémices de l'Esprit, nous gémissons intérieurement, attendant l'adoption, la délivrance pour notre corps. Car nous avons été sauvé, mais c'est en espérance.

Avatar de l’utilisateur
franc_lazur
Quæstor
Quæstor
Messages : 248
Inscription : ven. 12 oct. 2007, 17:05

Re: Une âme éternelle dans un corps mortel ?

Message non lupar franc_lazur » sam. 07 mars 2009, 10:21

Mais si cette vie animale était immortelle, cela signifierait qu'on les retrouverait dans le Royaume de DIEU ???


Ce qui fait qu'on risquerait de retrouver les poulets, moutons, poissons dont on s'était régalé sur terre ???


Fraternellement.
Absolument,
le Royaume de Dieu n'est-ce pas ce que vivaient l'homme et la femme (Adam et Eve) avant leur dés-union avec Dieu? Et ce Royaume n'était-il pas plein d'animaux?
Donc quand nous retournons au Royaume de Dieu pourquoi n'y retrouverions-nous pas la belle compagnie de frère oiseau, frère mouton, frère etc...(comme dit Saint-François), tous les animaux?... (et pour ceux dont on s'est régalé, non pas précisément ceux-là mais ceux qui sont animé de la même vie que ceux dont on s'est régalé, ainsi que pour les autres dont nous ne nous sommes pas régalé)

avec mes meilleurs sentiments,
Il y aura des chats, des loups, des mésanges, soit ! Mais ce sera alors une nouvelle création, ce ne sera pas mon chat Miniki, ma chienne Rita, le loup de st.François ou la mésange de mon jardin ....


Fraternellemnt.

Vincichristi
Censor
Censor
Messages : 126
Inscription : mar. 15 juin 2010, 16:17

Âme ou/et esprit

Message non lupar Vincichristi » mer. 18 août 2010, 17:12

Bonjour,
Quelle différence y a-t-il entre l'âme et l'esprit dans l'être humain ?
Ou bien est-ce la même chose ?
Le Christ a-t-il une âme ou un esprit ?
Et nous qu'avons-nous ?
Dernière édition par Raistlin le mer. 18 août 2010, 17:32, édité 1 fois.
Raison : Majuscules !

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 4424
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: Âme ou/et esprit

Message non lupar gerardh » mer. 18 août 2010, 19:24

_________

Bonjour,

Je vous propose quelques définitions :

ÂME :
Ensemble des faits de sentiment, d’intelligence et de volonté ; substance immatérielle qui serait le principe de la vie mentale ou psychique, le moi ou être conscient. C’est la vie consciente de notre être, notre personnalité.

ÂME (psuchè)
Terme désignant la vie naturelle en nous (Actes 20:10). Il est aussi traduit par le mot « vie » (p. ex. Jean 10:15). Avec l’esprit et le corps, l’âme constitue la personne humaine (1 Thessaloniciens 5:23). Elle est la partie immatérielle et invisible de l’homme (Matthieu 10:28). Elle est en l’homme le siège des émotions et des sentiments (Luc 1:46) ; l’esprit est le siège de l’intelligence. Le mot peut désigner des personnes vivantes (Actes 2:43 ; Romains 2:9 ; etc.), ou des personnes décédées qui vivent séparées de leurs corps (Apocalypse 6:9). L’esprit est le principe de vie donné par Dieu à l’homme ; l’âme est la vie qui en résulte dans l’individu ; le corps est l’organisme matériel animé par l’âme et l’esprit. On peut donc séparer le corps et l’esprit, mais on peut difficilement différencier l’esprit et l’âme (Hébreux 4:12) ; ils sont semblables dans leur nature et leurs activités.
[Petit Dictionnaire NT R.Pigeon]

ÂME
Employé sous divers sens :
• Principe de vie (Lévitique 17:11-15).
• Personne (Genèse 12:5 et Actes 2:41, Ézéchiel 18:4).
• Siège des sentiments qui font la personnalité même (Deutéronome 6:5; 1 Samuel 18:1).
[Glossaire du Nouveau Testament - A.Espic]


ESPRIT (pneuma ; litt. : souffle)
Il est difficile de différencier l’esprit et l’âme, mais la Parole reconnaît la distinction (Hébreux 4:12). L’esprit a été défini comme le siège de la puissance intellectuelle et morale de l’homme. C’est la partie invisible et immatérielle de la personne, qui quitte le corps à la mort (Luc 8:55). Le terme est utilisé pour désigner les démons (Matthieu 8:16) et les anges (Hébreux 1:14). Il désigne aussi Dieu l’Esprit Saint (Matthieu 4:1 ; Luc 4:18).
[Petit Dictionnaire NT R.Pigeon]

ESPRIT
Partie de l’homme par laquelle il a conscience de Dieu.
[Glossaire du Nouveau Testament - A.Espic]


_________

Avatar de l’utilisateur
Griffon
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3176
Inscription : sam. 26 déc. 2009, 20:24

Re: Âme ou/et esprit

Message non lupar Griffon » mer. 18 août 2010, 19:26

Bonjour Vincichristi,

Bonne question ! Je vais tenter de vous répondre.

L'homme appartient aux 2 mondes : visible et invisible.
Vous connaissez le corps matériel. L'âme est l'équivalent dans le monde invisible.
C'est une description assez brute, et même matérielle.
Ce qui est un comble pour décrire l'immatériel.
Mais cela m'apparaît comme la définition la plus facile à comprendre.
L'homme est bien plus qu'un amas de cellules, et notamment, sans l'âme, il n'y a pas de vie.

L'âme n'est pas dans un endroit du corps.
Comme le corps, bien plus que le corps, l'âme est un contenant plutôt qu'un contenu.

L'esprit est la marque de Dieu en nous.
Il permet de Le comprendre et de L'aimer.

Cordialement,

Griffon.
Jésus, j'ai confiance en Toi,
Jésus, je m'abandonne à Toi.
Mon bonheur est de vivre,
O Jésus, pour Te suivre.
[/color]

Avatar de l’utilisateur
La Chartreuse
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 597
Inscription : mar. 17 nov. 2009, 16:53
Localisation : Canada

Re: Âme ou/et esprit

Message non lupar La Chartreuse » ven. 20 août 2010, 15:38

Bonjour,
Quelle différence y a-t-il entre l'âme et l'esprit dans l'être humain ?
Ou bien est-ce la même chose ?
Le Christ a-t-il une âme ou un esprit ?
Et nous qu'avons-nous ?
L'âme est une créature de Dieu. Nous pourrions dire qu'elle est le principe spirituel, de vie et de pensée, conçu comme immortel, dissocié du corps de l’être humain, susceptible d’être jugé par Dieu.

L'Église catholique enseigne que chaque âme spirituelle est immédiatement créée par Dieu (cf. Pie XII, enc. "Humani generis", 1950) et qu'elle est immortelle (cf. Cc. Latran V en 1513): elle ne périt pas lors de sa séparation du corps dans la mort, et elle s'unira de nouveau au corps lors de la résurrection finale.

Elle possède des facultés, mémoire, intelligence et volonté.

Est-elle différente de ce que l'on nomme esprit, sans doute, si on donne au terme esprit le sens d'intelligence... car nous pouvons constater que par un mystère de Dieu, des êtres humains ayant une âme immortelle, ont cependant des sévères limites du point de vue de l'intelligence. Par contre, esprit est un synonyme d'âme.

Cependant, Notre-Seigneur avant de mourir, dit à son Père qu'il remettait "son esprit entre ses mains"

Notre-Seigneur avait les mêmes facultés que nous, vrai Dieu et vrai Homme, oui il avait une âme.
Amicalement
La Chartreuse


Je suis soldat du Christ, si la Vérité est attaquée je parlerai, je tiendrai haut et ferme l'étendard de la foi, l'étendard de mon Dieu.

Avatar de l’utilisateur
ti'hamo
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2892
Inscription : sam. 17 mai 2008, 0:04

Re: Âme ou/et esprit

Message non lupar ti'hamo » jeu. 26 août 2010, 8:58

Dissociée du corps, oui et non : l'âme n'est pas le corps, mais la nature humaine consiste justement en l'association étroite d'une âme humaine et de son corps humain. Et notre âme connaît, pense et agit, par son corps. Nos connaissances nous viennent (à l'âme, donc) par nos sens, corporels.
“Il serait présomptueux de penser que ce que l'on sait soi-même n'est pas accessible à la majorité des autres hommes.”
[Konrad Lorenz]

Celui qui connaît vraiment les animaux est par là même capable de comprendre pleinement le caractère unique de l'homme.
[Konrad Lorenz]
Extrait de L'Agression

Avatar de l’utilisateur
DA95
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 410
Inscription : sam. 08 août 2009, 11:44

Re: Âme ou/et esprit

Message non lupar DA95 » jeu. 26 août 2010, 10:30

Oui nous ne pouvons pas séparer l'âme du corps.
ti'hamo le dit bien "nature humaine consiste justement en l'association étroite d'une âme humaine et de son corps humain".
Je vais essayer de développer un peu en deux points:

« Corps et âme »

« Pour exister comme sujet, il faut être comme substance, et pour être quelqu’un et non pas rien, non l’acte formel et vide d’une abstraite liberté, il faut vivre de la vie d’un corps » Xavier Lacroix ( le corps de chair p .198) nous rappelle la nécessité d’avoir et d’être un corps. Claude Bruaire précise que « Si mon corps était moi, si j’étais mon corps, je serai incapable de prendre distance et de m’opposer activement à l’objet. Je n’aurai ni autonomie, ni conscience, ni dépendance, ni volonté » (ibid. p.197) En conséquence l’homme n’est pas qu’un corps, « je » est un autre que mon corps.

Le corps ne va pas sans une âme, ensemble ils forment une personne. Dans la tradition platonicienne l’âme est tombée dans la matière, elle est enfermée dans cette prison qu’est le corps pendant toute la durée de la vie terrestre. Le corps est un instrument secondaire et méprisable dont on peut se servir pour le plaisir (épicurisme) ou au contraire que l’on contient à la force du poignet (stoïcisme). Dans la tradition biblique l’âme et le corps sont indissociables, ils forment la personne humaine. Le corps est ‘la forme’ de l’âme ou dit autrement, le corps est la matière, et l’âme son principe d’être. Aristote dit« L’âme est l’acte premier d’un corps naturel ayant la vie en puissance, c'est-à-dire d’un corps organisé »

Pour Thomas d’Aquin (qui rejoint la tradition biblique) il n’y a pas de dualité entre l’âme et le corps. Si l’âme et le corps étaient deux principes distincts ils ne sauraient exercer la même activé c’est-à-dire celle d’être une personne unique. « Des réalités ontologique diverses ne sauraient exercer d’activité une », l’agir de l’homme est un. L’âme est donc la forme de l’homme, et le corps sa matière. L’âme est vue comme le principe de vie, elle donne à l’homme sa nature humaine. Le corps lui le principe d’individualisation de l’homme. Je suis cet homme là parce que j’ai ce corps là et non un autre. L’homme est une unité substantielle, quand je pense ou que j’agis c’est toute ma personne (corps et âme) qui pense et qui agit. L’homme n’a plus un corps, l’homme est un corps.

« Je suis mon corps / j'ai mon corps ? rôle de l'Esprit ! »

Maintenant se pose à nous une autre problématique celle de la relation du sujet à son corps. Xavier Lacroix nous montre la différentiation que l’on peut faire entre la personne pensée comme sujet exprimant par le langage son « je », le corps et l’âme.

Dans cette dernière même, qui voudrait dire l'unité, pointe d'ailleurs la dualité: « je » - sujet, « suis »- copule, « corps » - attribut. Le sujet ne coïncide pas avec son attribut. Quant à l'adjectif possessif « mon », il reconduit bien de facto au registre de l'avoir et de la possession. Dès que j'ouvre la bouche pour dire « mon corps », déjà je me sépare de lui. Ce qui est à moi n'est pas moi. La simple profération du pronom personnel « je » indique à la fois l'ancrage corporel de la parole et la non-coïncidence du sujet avec le corps. Je parle », « je désire » n'a pas le même sens que « mon corps parle » ou « mon corps désire ». Dès l'apparition du pronom « je », le langage serait l'aptitude à mettre le corps propre à la troisième personne. « J'ai un corps » : la proposition est vraie par le fait même que je puisse l'articuler. Claude Bruaire peut affirmer : « Le je singulier ne s'éprouve délié ontologiquement du corps que par le langage '. » Plus étonnante encore est la possibilité qui m'est offerte de dire j'ai une âme » ou « mon âme » : s'opère alors une distanciation entre « je » et cette âme qui est pourtant censée être le plus intime, le plus personnel en moi. Double différenciation donc, du « je » : vers l'extérieur et vers l'intérieur. « Je » entre l'âme et le corps, « jeu » entre l'un et l’autre, à moins que je ne sois âme pour le corps et corps pour l'âme...(p.193)

Comment dire alors « je suis mon corps », « je ne suis pas mon corps » « j’ai mon corps » « je n’ai pas mon corps ». Dans le cas « je suis mon corps » ou l’ « être » est comprit comme principe actuel ne faut il pas refuser cette affirmation car l’identification au corps nie l’esprit qui le met en mouvement, lui donne la vie, et l’informe et le finalise. Par contre si l’ «être » est comprit comme principe de puissance, de potentiel alors « le sujet humain est bien son corps, car celui-ci aspire à l’esprit et, en retour l’exprime ». Avoir son corps c'est-à-dire en prendre possession oppose alors mon être à mon avoir. Le père Pascal Ide dans le corps à cœur propose pour nous sortir de cette impasse de faire mémoire alors du don de l’origine. Le « j’ai un corps » se comprend alors dans la reconnaissance que Dieu m’a fait don de mon corps : je ne suis pas créateur de mon corps, mais je l’ai reçu.

Bien à vous
"Amen, viens, Seigneur Jésus !" Ap 22,20

Avatar de l’utilisateur
La Chartreuse
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 597
Inscription : mar. 17 nov. 2009, 16:53
Localisation : Canada

Re: Âme ou/et esprit

Message non lupar La Chartreuse » jeu. 26 août 2010, 15:36

Dissociée du corps, oui et non : l'âme n'est pas le corps, mais la nature humaine consiste justement en l'association étroite d'une âme humaine et de son corps humain. Et notre âme connaît, pense et agit, par son corps. Nos connaissances nous viennent (à l'âme, donc) par nos sens, corporels.
Bonjour, :)

Objection: qu'arrive-t-il à un sourd, muet et aveugle ? Son âme ne peut-elle avoir aucune connaissances surnaturelles?

Objection: les Solitaires du désert qui pour certains, ont vécus dans des cavernes, sans contact avec le monde ou leur contemporains, avait-ils dans ces sombres cavernes des connaissances spirituelles.

Objection: qu'en est-il des bienheureux ou des damnés présentement, sans corps, ils ont pourtant une connaissance qui dépasse la nôtre de façon vertigineuse.

Objection: Qu'est-il de ce que l'on nomme "extase" le corps restant inerte seul l'âme est instruite.

Objection: le corps participe à la gloire ou à la punition de l'âme.


Concedo: La définition d'un homme, suppose l'union de l'âme et du corps. Car l'âme est directement la forme essentielle du corps. Le corps et l'âme ne sont pas unis entre eux simplement pour former une unité externe, ou une unité d'action, comme un vase et son contenu, un vaisseau et son pilote ( Palton, Descartes, Leibnitz), mais pour former un unité interne ou naturelle de telle sorte que l'âme est, par elle-même et essentiellement la forme du corps.

Concedo: le terme "dissocié" peut prêter à confusion, il doit être pris dans le sens, que le corps vient de la génération humaine tandis que l'âme est directement créée par Dieu. Au jugement, c'est l'âme qui parait devant Dieu sans son corps (mis à part le jugement général) Elle est le "moteur" qui fait agir le corps.
Amicalement
La Chartreuse


Je suis soldat du Christ, si la Vérité est attaquée je parlerai, je tiendrai haut et ferme l'étendard de la foi, l'étendard de mon Dieu.

Avatar de l’utilisateur
DA95
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 410
Inscription : sam. 08 août 2009, 11:44

Re: Âme ou/et esprit

Message non lupar DA95 » jeu. 26 août 2010, 16:27

Objection: qu'arrive-t-il à un sourd, muet et aveugle ? Son âme ne peut-elle avoir aucune connaissances surnaturelles?
Qu'est-il de ce que l'on nomme "extase" le corps restant inerte seul l'âme est instruite.
Il n'y a pas de dualité entre le corps et l'âme. Une personne n'est pas un corps ou une âme en fonction des moments. Dans l'extase la personne en extase est corps et âme en extase. Qu'est ce qui est instruit dans une personne ce n'est pas l'âme mais l'intelligence. Sans corps il n'y a pas d'intelligence chez l'homme: nous avons besoin de cellule, de connexion, ... et de mémoire pour ce souvenir de l'instruction.

Il n'y a pas que la vue la parole et l'audition il y a aussi l'odorat, le toucher et le goût. Mais je ne comprends pas pourquoi prendre un cas limite pour démontrer une généralité.

Bien à vous.
"Amen, viens, Seigneur Jésus !" Ap 22,20

Avatar de l’utilisateur
La Chartreuse
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 597
Inscription : mar. 17 nov. 2009, 16:53
Localisation : Canada

Re: Âme ou/et esprit

Message non lupar La Chartreuse » jeu. 26 août 2010, 17:04

Objection: qu'arrive-t-il à un sourd, muet et aveugle ? Son âme ne peut-elle avoir aucune connaissances surnaturelles?
Qu'est-il de ce que l'on nomme "extase" le corps restant inerte seul l'âme est instruite.
Il n'y a pas de dualité entre le corps et l'âme. Une personne n'est pas un corps ou une âme en fonction des moments. Dans l'extase la personne en extase est corps et âme en extase. Qu'est ce qui est instruit dans une personne ce n'est pas l'âme mais l'intelligence. Sans corps il n'y a pas d'intelligence chez l'homme: nous avons besoin de cellule, de connexion, ... et de mémoire pour ce souvenir de l'instruction.

Il n'y a pas que la vue la parole et l'audition il y a aussi l'odorat, le toucher et le goût. Mais je ne comprends pas pourquoi prendre un cas limite pour démontrer une généralité.

Bien à vous.
Bonjour, :)

N'est-ce pas l'exception qui confirme la règle? Ce n'est qu'un exemple pour montrer que les sens, ne sont pas toujours utiles au corps.

Dans mon dernier post où ai-je mis une dualité entre l'âme et le corps ?

Dans une extase, seule l'âme est instruite son corps ne lui sert pas ni ses sens.

Voyez Saint Paul, lorsqu'il fut ravi au troisième Ciel.

Vous confondez l'état du corps, avec la compréhension de l'âme.

L’inertie du corps, montre bien que ce dernier, lors d'une extase, n'apporte rien en fait de connaissances à l'âme.

L'intelligence est un faculté de l'âme.
Amicalement
La Chartreuse


Je suis soldat du Christ, si la Vérité est attaquée je parlerai, je tiendrai haut et ferme l'étendard de la foi, l'étendard de mon Dieu.

Avatar de l’utilisateur
DA95
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 410
Inscription : sam. 08 août 2009, 11:44

Re: Âme ou/et esprit

Message non lupar DA95 » jeu. 26 août 2010, 18:23

Je suis d'accord pour dire que l'intelligence est une des facultés de l'âme. On peut d'ailleurs distinguer trois facultés : l'activité ou faculté d'agir; la sensibilité ou faculté d'éprouver du plaisir et de la douleur; l'intelligence ou faculté de connaître.
C'est trois facultés se servent de la médiation du corps. L'âme agit à travers le corps, elle éprouve des émotions à travers le corps et elle connaît à travers le corps. Le corps est inerte dans l'extase, je dirais qu'il semble inerte car s'il ne faisait rien l'intelligence ne pourrait connaitre, et cela parce que l'âme est la forme du corps.

Bien à vous
"Amen, viens, Seigneur Jésus !" Ap 22,20

Avatar de l’utilisateur
La Chartreuse
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 597
Inscription : mar. 17 nov. 2009, 16:53
Localisation : Canada

Re: Âme ou/et esprit

Message non lupar La Chartreuse » ven. 27 août 2010, 15:23

Je suis d'accord pour dire que l'intelligence est une des facultés de l'âme. On peut d'ailleurs distinguer trois facultés : l'activité ou faculté d'agir; la sensibilité ou faculté d'éprouver du plaisir et de la douleur; l'intelligence ou faculté de connaître.
C'est trois facultés se servent de la médiation du corps. L'âme agit à travers le corps, elle éprouve des émotions à travers le corps et elle connaît à travers le corps. Le corps est inerte dans l'extase, je dirais qu'il semble inerte car s'il ne faisait rien l'intelligence ne pourrait connaitre, et cela parce que l'âme est la forme du corps.

Bien à vous
Bonjour, :)

Pris dans ce sens là, pour l'extase, je suis d'accord avec vous, en tant que forme du corps, mais les connaissances qu'apporte l'extase ne passeront pas par les sens corporels, mais par une science infuse qui s'adresse directement à l'âme.

Lorsque vous dites que les trois facultés de l'âme passent par le corps, cela est valable sur la terre, mais pas dans l'éternité. Présentement les âmes des bienheureux sont dans la plénitude du bonheur sans leurs corps et il en va de même des âmes du purgatoire, elles souffrent des peines indescriptibles dans ces trois facultés sans passer par la médiation du corps.
Amicalement
La Chartreuse


Je suis soldat du Christ, si la Vérité est attaquée je parlerai, je tiendrai haut et ferme l'étendard de la foi, l'étendard de mon Dieu.

Avatar de l’utilisateur
DA95
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 410
Inscription : sam. 08 août 2009, 11:44

Re: Âme ou/et esprit

Message non lupar DA95 » sam. 28 août 2010, 9:15

Merci LA Chartreuse :D

je suis bien d'accord avec votre message et quant au ciel vous avez sans doute raison, mais nous aurons un corps et un corps humain (n'est se pas Laurent L) au ciel et je ne sais pas comment cela sera.
une question: quel sera le rapport entre le corps "glorieux" et l'âme?

bonne journée :ciao:
"Amen, viens, Seigneur Jésus !" Ap 22,20

Avatar de l’utilisateur
ti'hamo
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2892
Inscription : sam. 17 mai 2008, 0:04

Re: Âme ou/et esprit

Message non lupar ti'hamo » sam. 28 août 2010, 9:39

@La Chartreuse

. Quand je dis que nos connaissances nous viennent par nos sens, je n'énonce pas une théorie ni une opinion, je constate un fait. En tant que créature corporelles, nos connaissances nous viennent par nos sens - encore que cette formulation ne soit pas exacte : nos connaissances nous viennent à partir de nos sens serait plus juste : nos sens nous fournissent des données factuelles sur notre environnement, compilées et interprétées par le cerveau (nous sommes alors encore dans la réalité matérielle), et à partir de cette connaissance sensible notre intelligence (faculté de l'âme) extrait une connaissance de l'intelligible, de l'être.

Notre âme est bien siège de l'intelligence métaphysique, de la connaissance de l'être des choses, mais cette connaissance elle l'acquière à travers la connaissance sensible, à partir de la connaissance sensible : il ne s'agit ni d'une connaissance infuse déjà présente en nous, ni d'un travail de l'âme dans son coin, indépendante des réalités sensibles (erreur de Descartes et de Kant).

D'ailleurs, les anges - pour le bien ou pour le mal -, créatures purement spirituelles, agissent du cœur même de l'être intelligible, sans passer par les sens - ce qui fait que nous n'avons aucun moyen de distinguer leurs suggestions de nos propres pensées.



. Cependant, nous sommes bien d'accord que cela est l'ordre naturel. Au-delà de cet ordre naturel, il y a l'ordre surnaturel, et Dieu peut choisir de s'adresser ou de se faire connaître directement à l'âme.
Mais, dans l'ordre naturel et sans grâce surnaturelle particulière, l'âme sans son corps c'est en quelque sorte l'amputation ultime : si vous vous retrouviez par accident privée de tous vos membres, de la paroles, de la vue, de l'ouïe et en fait de tous vos sens, vous vous retrouveriez enfermée en vous-même, incapable de connaître autre chose que vous-même.
(là encore, nous parlons sur le plan naturel - que Dieu ensuite choisisse de s'adresser directement à l'âme et de se faire connaître directement, cela est de l'ordre du surnaturel).

La connaissance du bienheureux ou du damné, sa connaissance naturelle, d'après sa nature humaine, dépasse la nôtre au sens où il s'agit alors, normalement (en toute logique), d'une haute connaissance de soi, d'une lucidité sans ombre, sans erreur, sur soi-même - puisqu'est alors présent à la connaissance de l'être tout ce qui en lui était inconscient, hors de portée des sens.
(et, si on s'arrête un temps pour réfléchir à cela, c'est assez terrifiant : tout votre être, tout ce que vous êtes à tous les âges de votre vie, parfaitement et pleinement présent à votre connaissance... on comprend mieux alors que ce soit l'âme qui d'elle-même se jette dans le purgatoire, où il est très possible que la pire souffrance vienne de la connaissance du mal commis).

Par contre, la connaissance de Dieu s'adressant et se faisant connaître directement à l'âme n'est pas une conséquence directe de la perte du corps, c'est une grâce surnaturelle voulue par Dieu (que l'âme soit capable de s'ouvrir à cette connaissance est sans doute dans sa nature d'âme humaine, créée par Dieu capable de liberté et d'amour, à Son image, mais ce n'est sans doute pas d'elle-même, par ses propres facultés, que l'âme parvient à cette connaissance)
“Il serait présomptueux de penser que ce que l'on sait soi-même n'est pas accessible à la majorité des autres hommes.”
[Konrad Lorenz]

Celui qui connaît vraiment les animaux est par là même capable de comprendre pleinement le caractère unique de l'homme.
[Konrad Lorenz]
Extrait de L'Agression


Revenir vers « Théologie »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 9 invités