Sur le purgatoire

« Assurément, il est grand le mystère de notre religion : c'est le Christ ! » (1Tm 3.16)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions de théologie dogmatique
Sursum Corda
Seminarius
Seminarius
Messages : 280
Inscription : jeu. 27 déc. 2007, 15:37

Re: Le Purgatoire

Message non lupar Sursum Corda » dim. 13 avr. 2008, 15:23

il y a un nouvel enchiridion des indulgences qui a été promulgué par la pénitencerie apostolique en 1999, avant l'année jubilaire.
Voici ce que dit le grand pénitencier sur les indulgences au début de l'année 2000 :
PÉNITENCERIE APOSTOLIQUE

LE DON DE L'INDULGENCE



La célébration de l'Année jubilaire n'est pas seulement l'occasion particulière de profiter du grand don des indulgences que le Seigneur nous fait, à travers l'Église, mais elle est également une heureuse occasion pour rappeler à la considération des fidèles la catéchèse sur les indulgences. C'est pourquoi la Pénitencerie apostolique publie, pour ceux qui effectuent les visites jubilaires, cet avis sacré.



RAPPEL À CARACTÈRE GÉNÉRAL
SUR LES INDULGENCES

1. L'indulgence est ainsi définie dans le «Code de Droit canonique» (can. 992) et dans le «Catéchisme de l'Église catholique» (n. 1471): «L'indulgence est la rémission devant Dieu de la peine temporelle due pour les péchés dont la faute est déjà effacée, rémission que le fidèle bien disposé obtient à certaines conditions déterminées, par l'action de l'Église, laquelle, en tant que dispensatrice de la rédemption, distribue et applique par son autorité le trésor des satisfactions du Christ et des saints».

2. En général, l'acquisition des indulgences exige des conditions déterminées (ci-dessous, nn. 3-4), et l'accomplissement d'œuvres déterminées (aux nn. 8-9-10 sont indiquées celles qui sont propres à l'Année Sainte).

3. Pour obtenir les indulgences, tant plénières que partielles, il faut, au moins avant d'accomplir les dernières exigences de l'œuvre indulgenciée, que le fidèle soit en état de grâce.

4. L'indulgence plénière peut être obtenue seulement une fois par jour. Mais pour l'obtenir, outre l'état de grâce, il est nécessaire que le fidèle

- possède la disposition intérieure, du détachement complet du péché, même seulement véniel;

- se confesse sacramentellemeпt de ses péchés;

- reçoive la Sainte Eucharistie (il est certes mieux de la recevoir en participant à la Messe; mais, pour l'indulgence, seule la sainte communion est nécessaire);

- prie selon les intentions du Souverain Pontife.

5. Il est bon, mais pas nécessaire, que la Confession sacramentelle, et en particulier la sainte communion et la prière pour les intentions du Pape soient effectuées le jour même où l'on accomplit l'œuvre indulgenciée; mais il est suffisant, que ces saints rites et prières soient accomplis quelques jours (environ 20) avant ou après l'acte indulgencié. La prière selon l'intention du Pape est laissée au choix du fidèle, mais on suggère un «Notre Père» et un «Ave Maria». Pour diverses indulgences plénières il est suffisant d'effectuer une Confession sacramentelle, mais il est requis une sainte communion distincte et une prière distincte selon l'intention du Pape pour chaque indulgence plénière.

6. Les confesseurs peuvent changer, pour ceux qui en sont légitimement empêchés, l'œuvre prescrite ainsi que les conditions requises (exception faite bien sûr du détachement du péché, même véniel).

7. Les indulgences sont toujours applicables à soi­même ou aux âmes des défunts, mais elles ne sont pas applicables à d'autres personnes vivant sur terre.



ASPECTS PROPRES
À L'ANNÉE JUBILAIRE

Les conditions nécessaires, ayant été décrites aux nn. 3-4, les fidèles peuvent acquérir l'indulgence jubilaire en accomplissant l'une des oeuvres suivantes, regroupées ci-dessous en trois catégories.

8. Œuvres de piété ou religion

- Accomplir un pieux pèlerinage à un sanctuaire ou lieu jubilaire (pour Rome: une des quatre basiliques patriarcales - Saint-Pierre, Saint-Jean-de-Latran, Sainte Marie-Majeure, Saint-Paul-hors-les-Murs, ou bien à la basilique« Santa Croce in Gerusalemme », à la basilique « San Lorenzo al Verano », au Sanctuaire de la Madone du Divin Amour, à l'une des catacombes chrétiennes, et y participer à une Messe ou à une autre célébration liturgique (les Laudes ou les Vêpres), ou encore a un exercice de piété (Via Crucis, Rosaire, récitation de l'hymne « Akathistos » etc.),

- accomplir une pieuse visite, en groupe ou seul, à l'un des mêmes lieux jubilaires, en s'adonnant à l'adoration eucharistique et à des pieuses méditations, en les concluant par le «Notre Père», le «Credo» et une invocation à la Vierge Marie.

9. Œuvres de miséricorde ou de charité

- rendre visite, pendant une durée appropriée, à des frères dans le besoin ou en difficulté (malades, détenus, personnes âgées seules, personnes handicapées etc.), en accomplissant comme un pèlerinage vers le Christ présent en eux,

- ou bien soutenir par une contribution significative des ouvres à caractère religieux ou social (en faveur de l'enfance abandonnée, de la Jeunesse en difficulté, des personnes âgées indigentes, des étrangers dans divers pays à la recherche de meilleures conditions de vie),

- ou bien consacrer une partie appropriée de son temps libre à des activités utiles pour 1a communauté ou d'autres formes semblables de sacrifice.

10. Œuvres de pénitence

Au moins pendant une journée

- S'abstenir des consommations superflues (tabac, boisson alcoolisées etc.),

- ou jeûner,

- ou s'abstenir de manger de 1a viande (ou d'autres aliments selon les indications des épiscopats),

et allouer une somme convenable aux pauvres.

Donné à Rome, au Siège de la Pénitencerie apostolique, le 29 janvier 2000.

Cardinal WILLIAM WAKEFIELD Card. BAUM
Grand Pénitencier

S.Exc. Mgr LUIGI DE MAGISTRIS
Évêque titulaire de Nova
Régent
En fait, la peine est temporelle pour la faute commise, soit dans la vie terrestre soit dans l'autre vie, par l'état de purgatoire (enchiridion des indulgences, 4e editions, 1999). Heureusement que l'état de purgatoire n'est que transitoire ! Comme le dit Boris, l'indulgence est soit plénière soit partielle, mais il n'y a plus de notion de durée quantifiée.

Avatar de l’utilisateur
Théophane
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2000
Inscription : sam. 22 janv. 2005, 14:18
Conviction : Catholique
Localisation : France

Re: Le Purgatoire

Message non lupar Théophane » dim. 13 avr. 2008, 15:59

Nous trouvons du Purgatoire une défénition très satisfaisante dans l'encyclique Spe Salvi, aux paragraphes 45 à 48.

http://www.vatican.va/holy_father/bened ... vi_fr.html
« Être contemplatifs au milieu du monde, en quoi cela consiste-t-il, pour nous ? La réponse tient en quelques mots : c’est voir Dieu en toute chose, avec la lumière de la foi, sous l’élan de l’amour, et avec la ferme espérance de le contempler face à face au Ciel. »
Bienheureux Álvaro del Portillo (1914-1994)

Métazét
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 573
Inscription : mar. 27 juin 2006, 18:42
Localisation : Nancy (France)
Contact :

Re: Le Purgatoire

Message non lupar Métazét » dim. 13 avr. 2008, 22:07

Bonsoir,

Une question que je me pose depuis plusieurs années : à votre avis, peut-on rapprocher la notion de Purgatoire de celle de Schéol ? Merci.

Bien cordialement,
Mikaël
« La majorité des philosophes n'a pas de courage ; ils commencent par avaler les principes essentiels du code actuel : monogamie, structure familiale, continence, tabous corporels, restrictions concernant l'acte sexuel et la suite, puis ils chipotent sur les détails… jusqu'à des sottises telles que de savoir si la vue de la poitrine féminine est obscène ou non. » (Robert Heinlein, En terre étrangère)

Bouzou
Barbarus
Barbarus

Re: Le Purgatoire

Message non lupar Bouzou » mar. 15 avr. 2008, 1:18

Ce qui me gène dans la notion de purgatoire c'est cette purification après la mort. La Bible dit qu'après la mort vient le jugement. Donc à la mort tout est scellé.
De plus pourquoi une purification alors que si quelqu'un est en Chrit il n'y aplus de condamnation ( romains 8:1) et aussi st Jean dit : " Si nous confessons nos péchés il ,(e Christ) est fidèle et juste pour nous les pardonner et le sang de Jésus nous purifie de tous péchés.
De plus il me semble que , dans l'Evangile de Matthieu, au jugement il y a 2 catégories de gens: Les boucs qui vont en enfer et les brebis qui vont au ciel. Pas de place pour un éventuel purgatoire.
ce qui me gène aussi c'est que la notion de purgatoire n'apparait dans l'Eglise qu'entre 450 et 600 de notre ère avec une adoption officielle qui oscille entre 978 et 1439. Les premiers chrétiens savaient ( et ce n'était pas de l'orgueil de leur part mais une grande foi au sacrifice expiatoire du Christ qu'ils avaient reconnu comme leur sauveur ) qu'ils allaient au ciel.
J'ajoute que si quelqu'un avait besoin de purgatoire s'il existait, c'était le bon larron qui avait commis des crimes. Mais vu qu'il a reconnu en Jésus son Sauveur, celui ci lui a dit "Aujourd'hui tu seras avec moi dans le paradis
Paul aussi, après avoir persécuté l'Eglise et les Chrétiens devrait aussi avoir besoin de purification pourtant il dit qu'il brulait d'envie de mourrir et d'être avec Christ.

Je crois donc en l'enfer où les inconvertis passeront l'éternité , loin de la face de Dieu, dans le tourment éternel d'avoir refusé la Grâce de Dieu manifestée en J.C. Et je crois au Paradis où tous les enfants de Dieu qui auront reconnu Christ comme leur Sauveur seront dans la béatitude éternelle avec Dieu. Ce ne sera pas à cause de leurs m"rites mais à cause des mérites de J.C dont la justice nous aura été imputée. C'est par la Grâce que nous sommes sauvés au moyen de la Foi.( Ephésiens 2:8).

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8193
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: Le Purgatoire

Message non lupar Raistlin » mar. 15 avr. 2008, 9:36

Cher Bouzou,

Je ne suis pas un spécialiste du Purgatoire mais, en dehors de la confiance que je mets dans l'Eglise pour savoir de quoi elle parle, certains détails me confortent dans cette position.

Le but de la vie chrétienne est la vision béatifique, c'est à dire l'union avec Dieu au sein de Trinité. Mais comment prétendre à une telle union, s'il reste nous des traces d'orgueil ou d'égoïsme ?
Car être pardonné pour ses péchés est une chose, mais être purifié en est une autre. Et comme je vois mal Dieu nous violer en nous rendant - d'un coup de baguette magique - tout d'un coup divinement parfait, la thèse de la purification au feu de Son Amour (ce qu'on appelle le Purgatoire) me semble beaucoup plus crédible.

Cordialement,
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Avatar de l’utilisateur
Théophane
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2000
Inscription : sam. 22 janv. 2005, 14:18
Conviction : Catholique
Localisation : France

Re: Le Purgatoire

Message non lupar Théophane » mar. 15 avr. 2008, 12:08

Ce qui me gène dans la notion de purgatoire c'est cette purification après la mort. La Bible dit qu'après la mort vient le jugement. Donc à la mort tout est scellé.
Cela est tout à fait vrai. Or, le Purgatoire intervient après le jugement où Dieu a décidé que l'âme est digne de la béatitude.

Je pense que le Purgatoire n'est pas un lieu mais un état. L'âme arrive devant Dieu, avec ses imperfections et ses péchés. Mais face à Lui, la perfection divine est comme un feu qui brûle ces imperfections. C'est ce feu qui est une souffrance, c'est ce feu qui est le Purgatoire ; mais c'est une souffrance bienheureuse.

Lisez le passage de l'encyclique de Benoît XVI que j'ai cité ci-dessus ; il l'explique bien mieux que moi.
« Être contemplatifs au milieu du monde, en quoi cela consiste-t-il, pour nous ? La réponse tient en quelques mots : c’est voir Dieu en toute chose, avec la lumière de la foi, sous l’élan de l’amour, et avec la ferme espérance de le contempler face à face au Ciel. »
Bienheureux Álvaro del Portillo (1914-1994)

Avatar de l’utilisateur
Yves54
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1163
Inscription : lun. 16 avr. 2007, 19:48
Localisation : Paris

Re: Le Purgatoire

Message non lupar Yves54 » mar. 15 avr. 2008, 12:45

Le purgatoire trouve sa justification dans les écritures. Ce n'est pas sorti de nulle part. On note quand même que le mot purgatoire n'existe pas dans la bible, comme la trinité en passant, mais son concept y est bien défini.

La définition scripturaire du purgatoire se trouve dés le début de la bible dans la Genèse :
10 Ils arrivèrent à l'Aire-de-l'Epine, au-delà du Jourdain. Là, ils célébrèrent de solennelles et très impressionnantes funérailles. Joseph observa pour son père un deuil de sept jours.
On voit ici que les juifs prient Dieu pour leurs morts pour délivrer les âmes de la purification douloureuses où elles se trouvent et ainsi accélérer leur accès à Dieu.


Si on regarde maintenant les évangiles, et plus spécifiquement l'évangile selon Saint Mathieu :
32 Et si quelqu'un dit une parole contre le Fils de l'homme, cela lui sera pardonné ; mais s'il parle contre l'Esprit Saint, cela ne lui sera pardonné ni en ce monde ni dans le monde à venir.
Si certains pêchés ne seront pas pardonnés dans l'autre monde, cela veut dire que d'autres le sont. On peut voir aussi que "dans l'autre" renvoie à la vie après la mort (voir par ex. Mc X, 30 ; Lc XVIII, 30 ; XX, 34-35; Eph I, 21). Les péchés ne peuvent pas être pardonnés en enfer. Il n’y a pas de péché à pardonner au paradis. Il y a donc un lieu où le pardon peut s’effectuer : le purgatoire.

25 Mets-toi vite d'accord avec ton adversaire, tant que tu es encore en chemin avec lui, de peur que cet adversaire ne te livre au juge, le juge au gendarme, et que tu ne sois jeté en prison.
26 En vérité, je te le déclare : tu n'en sortiras pas tant que tu n'auras pas payé jusqu'au dernier centime.
L’adversaire c’est le démon (1 P 5, 8) qui est l’accusateur (Job 1, 6-12 ; Za 3, 1 ; Ap 12, 10) et Dieu est le juge. Si nous n’avons pas lutté correctement contre le démon et le péché, nous serons emprisonnés de façon temporaire, jusqu’à ce que notre dette avec Dieu soit effacée. Et où est ce que cela est possible ? Au purgatoire.


47 "Ce serviteur qui connaissait la volonté de son maître et qui pourtant n'a rien préparé ni fait selon cette volonté recevra bien des coups ;
48 celui qui ne la connaissait pas et qui a fait de quoi mériter des coups en recevra peu. A qui l'on a beaucoup donné, on redemandera beaucoup ; à qui l'on a beaucoup confié, on réclamera davantage.

Lorsque le maître, Jésus, reviendra à la fin des temps, certains recevront des coups, un grand nombre ou un petit, mais cependant vivront. Cet état n’est pas celui du ciel, où il n’y a pas de souffrance, ni celui de l’enfer, où les âmes ne vivent plus avec Jésus. Donc là encore on revient à l'idée du purgatoire.

Dans la parabole du pauvre Lazare et de l’homme riche (Lc XVI, 19 - 31), nous voyons cet homme riche, mort et qui souffre, mais qui cependant ressent de la compassion pour ses frères et veut les prévenir, afin qu’ils ne subissent pas le même sort. Mais il n’y a pas de souffrance au ciel, ni compassion en enfer, car cette dernière est une grâce de Dieu et les âmes en enfer sont privées des grâces de Dieu pour toujours. Où est l’homme riche ? Au purgatoire.

15 Celui dont l'œuvre sera consumée en sera privé ; lui-même sera sauvé, mais comme on l'est à travers le feu.
Ce verset ne peut pas s’appliquer à la peine éternelle de l’enfer, car en ce lieu personne n’est sauvé. Il ne peut pas non plus s’appliquer au paradis, car personne n’y souffre. Il s’agit donc d’un stade intermédiaire où l’âme souffre temporairement afin d’accéder au ciel. C’est la définition même du purgatoire.



Mais la plus nette affirmation du purgatoire vient du second livre des Macchabées :

43 Ayant fait une collecte par tête, il envoya jusqu'à deux mille drachmes à Jérusalem, afin qu'on offrît un sacrifice pour le péché, agissant fort bien et noblement dans la pensée de la résurrection.
44 Si, en effet, il n'avait pas espéré que les soldats tombés ressusciteraient, il eût été superflu et sot de prier pour des morts ;
45 s'il envisageait qu'une très belle récompense est réservée à ceux qui s'endorment dans la piété, c'était là une pensée sainte et pieuse : voilà pourquoi il fit faire pour les morts ce sacrifice expiatoire, afin qu'ils fussent absous de leur péché.

Dans ce passage, il y a deux choses importantes, la première est la distinction entre le pêché véniel et le pêché mortel. Bien que ces hommes aient péché en portant des amulettes de dieux étrangers, ils «s’endormirent dans la piété». Ils ont péché; certes, mais sont mort cependant dans la piété. Donc leur péché ne menait pas à la mort (éternelle), était donc un péché véniel. Et le péché véniel, non mortel, est pardonnable après la mort. Et la deuxième choses et que l'on voit de manière claire qu'il y a alors un deuxième état intermédiaire où les pêchés véniels peuvent être pardonnés.




Source :

Pour les citations de la bible : http://www.aube-nouvelle.com/bible/index.html

Pour les explications : je remercie VexillumRegis qui a posté des explications semblables sur le forum ce qui m'a permit de répondre à des évangéliques et surtout à apprendre les fondements de la foi catholique.



In Christo rege,

Yves
« Commettre des erreurs est le propre de l'humain, mais il est diabolique d'insister dans l'erreur par orgueil »
Saint Augustin
(sermon 164, 14)

Avatar de l’utilisateur
LumendeLumine
Quæstor
Quæstor
Messages : 233
Inscription : ven. 26 nov. 2004, 3:28

Re: Le Purgatoire

Message non lupar LumendeLumine » mar. 15 avr. 2008, 19:02

Il vaut mieux faire son purgatoire sur terre que là-haut, parce que c'est infiniment moins pénible... mais au purgatoire, il y a au moins la joie d'être sauvé et la certitude de voir Dieu au terme de ses souffrances.

Jesusmarie.com a tout a un tas de bons textes sur le purgatoire: http://jesusmarie.free.fr/purgatoire.html


Bouzou
Barbarus
Barbarus

Re: Le Purgatoire

Message non lupar Bouzou » mer. 16 avr. 2008, 15:08

Merci pour toutes ces réponses qui m'interpellent et me donne à réfléchir. Surtpout les explications de Yves54 et merci à Benbornagain pour le super site cathobiblique qui est une vréritable mines de renseignements.

Avatar de l’utilisateur
Christophe
Consul
Consul
Messages : 7854
Inscription : mer. 28 avr. 2004, 0:04
Conviction : Catholique
Localisation : Haute-Savoie

Re: Le Purgatoire

Message non lupar Christophe » mer. 16 avr. 2008, 15:39

Cher Bouzou, si vous n'avez pas trop peur des "grands méchants catholiques" ;) , n'hésitez pas à vous inscrire sur le forum, puisque vous semblez avoir décidé d'intervenir régulièrement, et pour notre plus grand plaisir ! :amoureux:

Ut unum sint... :paix!
Christophe
« Tout ce que vous faites au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous le faites. » (Matthieu 25, 40)

Bouzou
Barbarus
Barbarus

Re: Le Purgatoire

Message non lupar Bouzou » ven. 18 avr. 2008, 2:13

Cher Christophe,

Je n'ai absolument pas peur des Catholiques puisque je suis moi même catho. Mais je suis aussi un lecteur assidu de la Bible qui est la Parole de Dieu. C'est elle qui nous présente la vérité à travers le Verbe fait chair par lequel nous obtenons le Salut par la seule Grâce de Dieu (Eph 2:8). Elle est l'épée de l'Esprit et elle est (selon St Paul) utile pour enseigner, refuter, redresser,et former à la justice.(2Tim 3:16). et quand Paul entendait quelque chose sur la foi il demandait: "Mais que dit l'Ecriture".
Bien sûr il y a l'Église et le magistère auquel j'essaie d'obéir du mieux que je peux quand la doctrine prêchée est Apostolique ( conforme au Nouveau Testament).Ce qui ne semble pas toujours le cas. Et je le dis en conscience. le fait d'être catho n'empèche pas d'avoir des interrogations. Sur certains sujets on a des convictions, sur d'autres on n'arrive pas à se prononcer. Et la Bible m'a appris que tout ce qui n'est pas conviction est péché. (Rom 14:23).Alors quand j'ai des doutes ou des questionnements j'en parle et, croyez moi, c'est toujours avec amour et respect vis à vis de mes frères, à qui je demande seulement d'être assez patient pour me supporter et assez sympa d'essayer de m'éclairer.
Je ne suis donc pas évangélique dans le sens d'une dénomination. Il n'y a dans ma ville aucune église évangélique. Mais pour être honnête avec vous j'ai eu dans le passé des contacts avec des Evangéliques de diverses tendances. Croyez moi, avec eux aussi, j'ai débattu sur certains aspects douteux de leur foi.
En gros ce qui me suffit c'est de me savoir Chrétien et de me nourrir régulièrement du pain de vie dans l'Eucharistie, source, centre et sommet de toute vie Chrétienne.
En union de prière

Avatar de l’utilisateur
Olivier JC
Senator
Senator
Messages : 684
Inscription : mer. 16 avr. 2008, 23:57
Localisation : Bordeaux

Re: Le Purgatoire

Message non lupar Olivier JC » ven. 18 avr. 2008, 9:48

quand la doctrine prêchée est Apostolique ( conforme au Nouveau Testament).Ce qui ne semble pas toujours le cas.
Bonjour Bouzou,

Il resterait à prouver que ce qui est Apostolique est nécessairement Evangélique, ce qui n'est pas le cas. Le christiannisme n'est pas une religion du Livre.

Les Apôtres ont transmis ce qu'ils ont reçu, ils ont institué dans les communautés qu'ils ont fondé des "surveillants" (étymologie du terme évêque) pour assurer la permanence de ce qu'ils avaient transmis. Et cet enseignement transmis, la Tradition apostolique (de tradere en latin, qui signifie transmettre), a été porté à travers les siècles par les évêques, et notamment par l'évêque de Rome. En effet, depuis l'origine, la foi de l'Eglise de Rome et de son Evêque a été reconnue comme une référence sûre par les évêques catholiques (je ne parle que de la FOI, et non pas de son rôle en matière de gouvernement, qui est plus progressif, plus tardif et plus controversé).

Parallèlement, l'enseignement des Apôtres a été consigné par écrit. Et afin d'éviter de "sacraliser" le Nouveau Testament en en faisant la seule et unique et absolue source de la foi chrétienne, il échet de préciser que les premiers siècles de l'Eglise furent le théatre d'un foisonnement de textes. Ceux qui ont été retenus par l'Eglise comme normatifs (canoniques) et forment aujourd'hui encore le Nouveau Testament, l'ont été en considération de plusieurs critères, dont le plus important est celui-ci : la conformité avec la foi de l'Eglise.

Dès lors, vous mesurez combien l'attitude qui consiste à faire reposer l'entièreté de la foi chrétienne sur le Nouveau Testament est contradictoire : si les textes qui composent le Nouveau Testament ont été retenus, c'est parce que lus comme l'Eglise les lisait ils étaient conformes à sa foi. Prétendre interpréter les Saintes Ecritures en dehors de l'Eglise, en dehors de la Tradition reçue des Apôtres et portée par les Evêques, c'est parfaitement contradictoire. Puisque les textes ont précisément été retenus parce qu'ils étaient conformes à la foi, conformes à la Tradition.

La Tradition précède l'Ecriture, historiquement et théologiquement.


D'autre part, la foi chrétienne a ceci de particulier qu'elle se reçoit à travers une communauté, l'Eglise. Elle ne se compose pas à la carte en fonction des errements de notre conscience. Avoir des doutes, c'est compréhensible. Mais si l'on a la foi, le meilleur moyen de les combattre c'est encore de prier, plus que d'étudier (même si c'est indispensable).

+
Propter nomen tuum, Domine, vivificabis me !
(Ps 143, 11)

le bon Seb
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1232
Inscription : mer. 19 juil. 2006, 13:47

Le magistère catholique sur le purgatoire

Message non lupar le bon Seb » dim. 02 janv. 2011, 22:26

Bonjour à tous,

je vous propose un petit exercice de lecture du magistère catholique sur le purgatoire. Ce message n'a pas d'autre prétention que d'exposer ce que dit l'Église à ce sujet.
856
(Le sort des défunts) Que si, vraiment pénitents, ils sont morts dans la charité, avant d'avoir satisfait, par de dignes fruits de pénitence, pour ce qu'ils ont commis ou omis, leurs âmes sont purifiés après la mort par des peines purgatoires et purifiantes, comme l'a expliqué notre frère Jean (Parastron, o.f.m.). Pour adoucir ces peines, les intercessions des fidèles vivants leur sont utiles, à savoir le sacrifice de la messe, les prières, les aumônes et les autres oeuvres de piété que les fidèles ont coutume de faire pour d'autres fidèles selon les institutions de l'Eglise.
1066
Nous demandons si tu as cru et crois qu'il existe un purgatoire vers lequel descendent les âmes de ceux qui meurent en état de grâce, et qui n'ont pas encore satisfait pour leurs péchés par une entière pénitence.

1067
De même, si tu as cru et crois qu'elles ne sont tourmentées par le feu que pour un temps, et que dès leur purification, avant même le jour du jugement, elles parviennent à la béatitude véritable et éternelle qui consiste dans la vision de Dieu face à face et dans la dilection.
1304
(Le sort des défunt). De même, si ceux qui se repentent véritablement meurent dans l'amour de Dieu, avant d'avoir par des fruits dignes de leur repentir réparé leurs fautes commises par actions ou par omission, leurs âmes sont purifiées après leur mort par des peines purgatoires et, pour qu'ils soient relevés de peines de cette sorte, leur sont utiles les suffrages des fidèles vivants, c'est-à-dire : offrandes de messes, prières et aumônes et autres oeuvres de piété qui sont accomplies d'ordinaire par les fidèles pour d'autres fidèles, selon les prescriptions de l'Eglise.

1305
Et les âmes de ceux qui après avoir reçu le baptême n'ont été souillées d'absolument aucun péché, celles aussi qui après avoir été souillées par le péché, soit étant dans leurs corps, soit une fois dépouillées de ces mêmes corps, sont purifiées ainsi qu'il a été dit plus haut, elles sont aussitôt reçues au ciel et contemplent clairement Dieu trine et un lui- même, tel qu'il est ; toutefois certaines plus parfaitement que d'autres selon la diversité de leurs mérites.
1543
Aussi faut-il enseigner que la pénitence du chrétien après une chute est très différente de la pénitence baptismale. Elle comprend non seulement l'abandon des péchés et leur détestation, ou "un coeur contrit et humilié" Ps 50,19 mais aussi la confession sacramentelle de ceux-ci, ou du moins le désir de la faire en temps opportun, l'absolution par un prêtre, et, de plus, la satisfaction par le jeûne, les aumônes, les prières et autres pieux exercices de la vie spirituelle, non pour remettre la peine éternelle - laquelle est remise en même temps que la faute par le sacrement ou le désir du sacrement -, mais pour remettre la faute temporelle 1580 qui (comme l'enseigne l'Ecriture sainte) n'est pas toujours totalement remise, comme elle l'est au baptême, à ceux qui, ingrats envers la grâce de Dieu qu'ils ont reçue, ont contristé l'Esprit Saint Ep 4,30 et n'ont pas craint de violer le Temple de Dieu 1Co 3,17

Il est écrit de cette pénitence : "Souviens-toi d'où tu es tombé, fais pénitence et reviens à tes premières oeuvres" Ap 2,51 et aussi : "La tristesse selon Dieu produit une pénitence pour un salut durable" 2Co 7,10 et encore "Faites pénitence" Mt 3,2 Mt 4,17, et "Faites de dignes fruits de pénitence" Mt 3,8 Lc 3,8.
1580
30. Si quelqu'un dit que, après avoir reçu la grâce de la justification, tout pécheur pénitent voit sa faute remise et sa condamnation à la peine éternelle annulée, en sorte que ne reste aucune condamnation à une peine temporelle à expier, ou dans ce monde ou dans le monde à venir au purgatoire, avant que ne puisse s'ouvrir l'entrée au royaume des cieux qu'il soit anathème
1820
L'Eglise catholique, instruite par l'Esprit Saint, à partir de la sainte Ecriture et de la tradition ancienne des Pères, a enseigné dans les saints conciles et tout dernièrement dans ce concile oecuménique qu'il y a un purgatoire 1580 et que les âmes qui y sont retenues sont aidées par les suffrages des fidèles, et surtout par le sacrifice de l'autel si agréable à Dieu 1743 ; 1753 . Aussi le saint concile prescrit-il aux évêques de tout faire pour que la saine doctrine du purgatoire, transmise par les saints Pères et les saints conciles, soit l'objet de la foi des fidèles, que ceux-ci la gardent, et qu'elle soit enseignée et proclamée en tous lieux.
On exclura des prédications populaires auprès des gens sans instruction les questions plus difficiles et subtiles, qui ne sont d'aucune utilité pour l'édification, et desquelles la plupart du temps la piété ne tire aucun profit. On ne permettra pas que soient divulgués et abordés des points incertains ou qui sont apparemment faux. On interdira, comme scandaleux et offensant pour les fidèles, tout ce qui relève d'une certaine curiosité ou de la superstition ou tout ce qui a indécemment un goût de lucre. ...
III. La purification finale ou Purgatoire

1030 Ceux qui meurent dans la grâce et l’amitié de Dieu, mais imparfaitement purifiés, bien qu’assurés de leur salut éternel, souffrent après leur mort une purification, afin d’obtenir la sainteté nécessaires pour entrer dans la joie du ciel .

1031 L’Église appelle Purgatoire cette purification finale des élus qui est tout à fait distincte du châtiment des damnés. L’Église a formulé la doctrine de la foi relative au Purgatoire surtout aux Conciles de Florence (cf. DS 1304) et de Trente (cf. DS 1820 ; 1580). La tradition de l’Église, faisant référence à certains textes de l’Écriture (par exemple 1 Co 3, 15 ; 1 P 1, 7), parle d’un feu purificateur :

Pour ce qui est de certaines fautes légères, il faut croire qu’il existe avant le jugement un feu purificateur, selon ce qu’affirme Celui qui est la Vérité, en disant que si quelqu’un a prononcé un blasphème contre l’Esprit Saint, cela ne lui sera pardonné ni dans ce siècle-ci, ni dans le siècle futur (Mt 12, 31). Dans cette sentence nous pouvons comprendre que certaines fautes peuvent être remises dans ce siècle-ci, mais certaines autres dans le siècle futur (S. Grégoire le Grand, dial. 4, 39).

1032 Cet enseignement s’appuie aussi sur la pratique de la prière pour les défunts dont parle déjà la Sainte Écriture : " Voilà pourquoi il (Judas Maccabée) fit faire ce sacrifice expiatoire pour les morts, afin qu’ils fussent délivrés de leur péché " (2 M 12, 46). Dès les premiers temps, l’Église a honoré la mémoire des défunts et offert des suffrages en leur faveur, en particulier le sacrifice eucharistique (cf. DS 856 ;), afin que, purifiés, ils puissent parvenir à la vision béatifique de Dieu. L’Église recommande aussi les aumônes, les indulgences et les œuvres de pénitence en faveur des défunts :

Portons-leur secours et faisons leur commémoraison. Si les fils de Job ont été purifiés par le sacrifice de leur père (cf. Jb 1, 5), pourquoi douterions-nous que nos offrandes pour les morts leur apportent quelque consolation ? N’hésitons pas à porter secours à ceux qui sont partis et à offrir nos prières pour eux (S. Jean Chrysostome, hom. in 1 Cor. 41, 5 : PG 61, 361C).

Avatar de l’utilisateur
Petit Matthieu
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1544
Inscription : lun. 02 févr. 2009, 20:23
Conviction : catholique
Localisation : Paris

Re: le magistère catholique sur le purgatoire

Message non lupar Petit Matthieu » dim. 02 janv. 2011, 22:44

Merci le bon Seb, je suis d'avance convaincu que ce sujet fera beaucoup de pages.

J'ai une première question : Dieu est immuable, il est donc impossible pour nous d'influencer ses volontés qui sont depuis le commencement, si j'ai bien compris. Je vois un paradoxe : si nos prières, aumônes et eucharisties influent sur les morts, alors Dieu n'est pas immuable. Et si Dieu est vraiment immuable alors prier pour nos morts est vain. Ne vaut-il mieux pas prier pour ceux qui sont influençables, c'est à dire les vivants ?
"Ce n’est que pour ton amour, pour ton amour seul, que les pauvres te pardonneront le pain que tu leur donnes."
Phrase finale de saint Vincent de Paul dans le film "Monsieur Vincent".


Revenir vers « Théologie »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit