Questions concrètes sur l'Incarnation

« Assurément, il est grand le mystère de notre religion : c'est le Christ ! » (1Tm 3.16)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions de théologie dogmatique
Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 10303
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: Jésus était-il le fils "génétique" de la Vierge Marie ?

Message non lupar Fée Violine » lun. 20 oct. 2014, 22:03

Bonjour Tian,

je pense que vous trouverez des réponses sur le fil suivant :
http://www.cite-catholique.org/viewtopi ... se#p156344

Avatar de l’utilisateur
francismichel
Quæstor
Quæstor
Messages : 348
Inscription : sam. 28 juin 2014, 10:03
Conviction : Chrétien orthodoxe
Localisation : Orleans
Contact :

Re: Jésus était-il le fils "génétique" de la Vierge Marie ?

Message non lupar francismichel » mar. 21 oct. 2014, 6:32

Bonjour,

Pour ma part, selon mon point de vue, je crois qu'il n'est pas bon de vouloir percer, selon des yeux humains, les mystères divins.

Je vous invite à méditer les propos théologiques du Métropolite Macaire de Moscou. En rappelant que la théologie est une théologie mystique, qu'elle exprime ce que Dieu de Lui-même, de l'homme, par la bouche d'hommes inspirés, quel est l'approfondissement du mystère christologique

(http://www.cite-catholique.org/viewtopi ... 62#p300762)


Incarnation, mort et résurrection:

"Pour le rétablissement de l'homme, Dieu trouve un moyen dans lequel « la miséricorde et la vérité se sont rencontrées, la justice et la paix se sont donné le baiser » (Psaume 84, 10), dans lequel ses perfections se sont montrées au plus haut point de grandeur et dans une parfaite harmonie. […]


Ici se manifesta sa sagesse infinie, qui trouva ainsi le moyen de réconcilier, dans l'œuvre de la rédemption de l'homme, la justice éternelle avec la honte éternelle, de satisfaire l'une et l'autre et de sauver celui qui était perdu; — moyen qu'aucun esprit créé n'eût jamais pu concevoir, et qui par là même est appelé par excellence « la sagesse de Dieu, renfermée dans son mystère» (ICorinthiens, 2, 7), «le mystère qui a été caché dans tous les siècles et tous les âges. » (Colossiens, i, 26.)


Ici se manifesta l'omnipotence divine, qui pouvait réunir dans la même personne de l'Homme-Dieu deux natures infiniment distantes l'une de l'autre, la nature divine et la nature humaine, et les réunir sans les confondre, immuablement et inséparablement. Ou plutôt, écoutons sur ce sujet le raisonnement de saint Jean Damascène. « Ici, dit-il, se révèlent à la fois et la bonté, et la sagesse, et la justice et l'omnipotence de Dieu. On voit la bonté en ce que Dieu n'a pas dédaigné les infirmités de sa propre créature, mais en a eu compassion après sa chute et lui a tendu la main.

On voit la justice en ce que, l'homme ayant été vaincu, ce n'est nul autre que l'homme que Dieu rend vainqueur de l'auteur de sa défaite. Ce n'est point par la force qu'il dérobe l'homme à la mort; mais celui qui autrefois s'était attiré la mort par le péché, c'est celui-là même que l'Être infiniment bon et juste a reconstitué vainqueur, et « Il a sauvé le semblable par le semblable , » chose qui paraissait si difficile. Ou voit la sagesse infinie en ce que Dieu a trouvé le meilleur moyen pour écarter le plus grand des obstacles.

En effet, par la bienveillance du Dieu et Père, le Fils unique, le Verbe divin, Dieu, » qui est dans le sein du Père » (Jean, 1, 18), consubstantiel au Père et au Saint-Esprit, éternel, sans commencement, — Celui qui « était au commencement » avec le Dieu et Père, Celui qui « était Dieu, ayant la forme et la nature de Dieu » (Phil., H, 6), fléchit le Ciel et descend, c'est-à-dire II abaisse sans abaissement sa hauteur inabaissable, et descend vers ses serviteurs par une condescendance ineffable et incompréhensible (car tel est le sens du mot descente).


Étant Dieu parfait, Il se fait homme parfait, et il arrive alors sous le soleil, et pour une seule fois, du tout nouveau ( Ecclésiaste, 1, 10), où se manifeste l'omnipotence infinie de Dieu. En effet, quoi de plus important que cela : — Dieu s'est fait homme ? Et le Verbe a été fait chair immuablement du Saint-Esprit et de Marie, toujours sainte, vierge et mère de Dieu. Le Verbe se fait médiateur entre Dieu et les hommes.

L'unique ami de l'homme est conçu dans le chaste sein de la sainte Vierge, non point de désir ou de concupiscence, ou de coït ou d'un acte charnel, mais du Saint-Esprit, et, à l'image d'Adam en son état primitif, reste obéissant au Père; en prenant sur Lui notre nature, 11 remédie à notre désobéissance et est pour nous un modèle d'obéissance sans l'imitation duquel on ne peut se sauver (1). »
(1) Exp. de la foi or th., liv. m, chap. 1, p. 136-13".

(2) « Le Fils de Dieu daigne être et se nomme Fils de l'homme, sans changer ce qu'il était (car II aime les hommes), afin que l'infini devienne (Voilà pourquoi se réunit ce qui ne peut être réuni : non-seulement Dieu avec la naissance dans le temps, l'esprit avec la chair, l'éternité avec le temps, l'immensité avec la mesure; mais encore la naissance avec la virginité, le déshonneur avec ce qui est plus haut que tout honneur, l'impassibilité avec la souffrance, l'immortel avec le corruptible. » (Sermons)

(3) « Se peut-il que de tels soins qu'il (Dieu) prend de nous rabaissent nos pensées? Au contraire ne nous porteront-ils pas à admirer la grande puissance et la miséricorde de Celui qui nous a sauvés, parce qu'il voulut compatir à notre faiblesse et qu'il put même s'abaisser jusqu'à elle? Car le ciel et la terre, l'étendue des mers, et les animaux qui habitent dans les eaux et sur la terre, les plantes, les étoiles, l'air, les saisons de l'année et les beautés infiniment variées de l'univers manifestent avec moins d'évidence la supériorité de sa force que ce fait — que l'Être immense, infini, put par la chair entrer impassiblement en lutte avec la mort, pour nous donner l'impassibilité par sa souffrance. » (Sur le Saint-Esprit, chap. 8.)

(4) « Que la nature toute-puissante ait pu descendre jusqu'à la faiblesse de la nature humaine, cela prouve la toute-puissance de Dieu bien plus que les nombreux et étonnants miracles qu'il opéra; car opérer quelque chose de grand et de supérieur, c'est le propre de la toute-puissance divine; descendre à ce qui est bas et méprisé, c'est là une sorte de surabondance de la toute-puissance, qui n'a pas rencontré de limites même dans le surnaturel. » (Catéch., cap. 24.)

(5) Tertull. contr. Marcion., 11, cap. 3; Augustin, de Civit. Dei, x, cap. 29; Léo M., de Nat., serm. 1, et de Pass., serm. 3.

Mais, en envisageant le moyen que Dieu daigna choisir pour notre salut comme en parfait accord avec ses perfections, les saints Pères et Docteurs de l'Église ne prétendaient point que ce moyen extraordinaire fût indispensable pour le but et que le Tout-Puissant n'eût pas pu sauver l'homme d'une autre manière. Au contraire, selon eux, Il aurait fort bien pu le sauver autrement; mais entre tous les moyens possibles II choisit le meilleur. Cette idée est développée par saint Athanase le Grand. « Même sans venir dans le monde, » dit-il, « Dieu n'avait qu'un mot à dire pour décharger de la malédiction; mais il faut voir ce qui est d'utilité pour les hommes, et non en général ce qui est possible à Dieu. »

Saint Grégoire le Théologien s'exprime ainsi : « Pour nous Il (le Fils de Dieu) fut homme et prit la forme de serviteur; pour nos iniquités II fut conduit à la mort. Ainsi se conduisit le Sauveur, qui, comme Dieu, pouvait sauver par le seul acte de sa volonté. Mais II fit ce qui est le plus important pour nous et nous fait le plus de honte, Il fut sujet aux mêmes passions que nous et notre égal. »

Nous lisons dans Augustin : « Pour réfuter ceux qui disent: Est-il bien possible que Dieu n'eût pas d'autre moyen de sauver les hommes de la mort, lorsqu'il voulut que son Fils unique, Dieu coéternel avec Lui, devint homme, qu'il prît un corps et une àme d'homme, et que, s'étant fait mortel, Il goûtât la mort? — pour réfuter de pareilles gens, il ne suffit pas de dire simplement que le moyen dont il plut à Dieu de se servir pour nous sauver, par le Médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus-Christ homme, est un moyen excellent et parfaitement d'accord avec les perfections divines; il faut montrer encore qu'il y avait d'autres moyens possibles à Dieu, qui tient tout en son pouvoir, mais qu'il n'y en avait point et qu'il ne pouvait y en avoir de plus convenable (convenientiorem) que celui-là pour guérir notre infirmité. »

(Adapté de la THEOLOGIE DOGMATIQUE DE MACAIRE METROPOLITE DE MOSCOU)


En Christ

Francis
Saint Séraphin de Sarov : « Acquiers la paix intérieure (sauve ton âme, acquiers l'Esprit Saint), et alors des âmes par milliers trouveront auprès de toi le Salut ».

poche
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2345
Inscription : lun. 11 mars 2013, 9:28

Re: Jésus était-il le fils "génétique" de la Vierge Marie ?

Message non lupar poche » mar. 21 oct. 2014, 7:10

La Vénérable Maria d'Agreda dit que Jésus ressemblait beaucoup à la Bienheureuse Vierge Marie. Je pense à ces questions que nous devrions méditer sur la croyance que nous disons chaque dimanche à la messe;

Je crois en un seul Dieu
le Père Tout-Puissant, créateur du Ciel et de la terre
de l'Univers visible et invisible
Je crois en un seul Seigneur, Jésus-Christ
le Fils unique de Dieu
né du Père avant tous les siècles
Il est Dieu, né de Dieu
Lumière née de la Lumière
Vrai Dieu né du Vrai Dieu
Engendré, non pas créé de même nature que le Père
et par Lui tout a été fait.
Pour nous les hommes et pour notre Salut
il descendit du Ciel
Par l'Esprit Saint il a pris chair de la Vierge Marie
et s'est fait homme.
Crucifié pour nous sous Ponce Pilate
il souffrit sa Passion et fut mis au tombeau.
Il ressuscita le troisième jour
conformément aux Ecritures
et Il monta au Ciel;
Il est assis à la droite du Père
Il reviendra dans la Gloire
pour juger les vivants et les morts
et son règne n'aura pas de fin.
Je crois en l'Esprit Saint
qui est Seigneur et qui donne la Vie
Il procède du Père et du Fils
Avec le Père et le Fils
il reçoit même adoration et même Gloire
Il a parlé par les Prophètes
Je crois en l'Eglise Une, Sainte, Catholique
et Apostolique
Je reconnais un seul Baptême
pour le Pardon des péchés
J'attends la resurrection des morts
et la Vie du monde à venir
AMEN

Avatar de l’utilisateur
Libremax
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 815
Inscription : mer. 01 avr. 2009, 16:54
Conviction : chrétien catholique

Re: Jésus était-il le fils "génétique" de la Vierge Marie ?

Message non lupar Libremax » mar. 21 oct. 2014, 12:25

Bonjour Tian,

Le lien donné par Fée Violine vous l'expliquera en détail :

la foi chrétienne est que Jésus est pleinement Dieu, et pleinement homme : il est donc "fils d'homme".
En tant qu'homme, il n'est pas un "autre homme" créé à côté des autres êtres humains.
Les hommes naissent de leurs ancêtres ; ils reçoivent un héritage génétique transmis naturellement. C'est donc inévitablement le cas de Jésus. Si non, il n'est plus véritablement un homme.

Jésus reçoit donc toute son humanité de Marie, et donc son code génétique, mise à part son identité masculine.
L'affirmation la plus forte de cette réalité, ce sont toutes les fois où Jésus, pour se désigner, parle du "Fils de l'Homme".

Avatar de l’utilisateur
Aquisextain
Ædilis
Ædilis
Messages : 12
Inscription : jeu. 09 oct. 2014, 15:17
Conviction : Orthodoxe grec
Localisation : Aquae Sextiae

Re: Jésus était-il le fils "génétique" de la Vierge Marie ?

Message non lupar Aquisextain » mar. 21 oct. 2014, 17:04

Hors, dernièrement, j'écoutais l'homélie d'un prêtre, et je l'ai entendu dire que Jésus était le fils "génétique" de Marie et bien sûr de Dieu.

En un mot, c'est l'ovule de Marie qui a été fécondé par la "semence" de Dieu.
Je suis très étonné que de tels propos puissent avoir été tenus par un prêtre. Quoi qu'il en soit, je me contenterai de citer le cardinal Joseph Ratzinger futur Pape Benoît XVI, qui jouit d'une autorité reconnue dans l'Eglise catholique, afin de vous informer sur la validité de tels propos. Cette citation provient du livre intitulé La Foi chrétienne hier et aujourd'hui : « la filiation divine dont parle la foi n'est pas un fait biologique (...) elle se situe dans l'éternité de Dieu. » Je prie pour vous.

Tian
Censor
Censor
Messages : 177
Inscription : dim. 19 oct. 2014, 10:50

Re: Jésus était-il le fils "génétique" de la Vierge Marie ?

Message non lupar Tian » jeu. 23 oct. 2014, 11:20

Bonjour et merci beaucoup à vous tous !

Je vais, avec plaisir, lire les liens et réfléchir à vos paroles.

Je suis encore à méditer le très long post que j'ai reçu dans la première réponse et j'avoue que je ne sais qu'en penser...

Aquisextain, le "...et bien sûr (le fis) de Dieu" que j'emploie dans mon message, est ce que j'en ai déduit des paroles de ce prêtre, mais en tout cas je suis certaine qu'il a dit que Jésus avait le sang de Marie qui coulait dans ses veines et qu'il devait d'ailleurs, sans doute, avoir aussi ses traits physiques.

Ceci étant dit, juste une petite réflexion.

Il revient souvent que Jésus devait être "pleinement homme" et que donc une filiation humaine était nécessaire.

Ce dernier point m'étonne car pour prendre un exemple (que vous me pardonnerez je l'espère mais je n'en trouve pas un autre aussi explicite) si demain, par magie, nous nous retrouvions dans le corps d'un animal, comprenant et ressentant ses codes, ses besoins et ses moyens de communication , nous serions un animal de fait , car traités comme un animal, mais avec notre connaissance d'homme.

Le Christ était "physiquement" un homme, c'est certain , mais il n'a sans doute jamais été malade, ne craignait pas d'avoir faim, , ni que quiconque lui fasse du mal (du moins jusqu'à la croix) Il maitrisait les éléments (terre, mer…)... Donc, en ce sens, il n'avait pas, de fait, une condition humaine.

Bien fraternellement,
Tian

Avatar de l’utilisateur
Libremax
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 815
Inscription : mer. 01 avr. 2009, 16:54
Conviction : chrétien catholique

Re: Jésus était-il le fils "génétique" de la Vierge Marie ?

Message non lupar Libremax » jeu. 23 oct. 2014, 15:58

Il revient souvent que Jésus devait être "pleinement homme" et que donc une filiation humaine était nécessaire.

Ce dernier point m'étonne car pour prendre un exemple (que vous me pardonnerez je l'espère mais je n'en trouve pas un autre aussi explicite) si demain, par magie, nous nous retrouvions dans le corps d'un animal, comprenant et ressentant ses codes, ses besoins et ses moyens de communication , nous serions un animal de fait , car traités comme un animal, mais avec notre connaissance d'homme.

Le Christ était "physiquement" un homme, c'est certain , mais il n'a sans doute jamais été malade, ne craignait pas d'avoir faim, , ni que quiconque lui fasse du mal (du moins jusqu'à la croix) Il maitrisait les éléments (terre, mer…)... Donc, en ce sens, il n'avait pas, de fait, une condition humaine.

Bien fraternellement,
Tian
Le problème, est que pour arriver à votre exemple, vous êtes obligé d'imaginer qu'il survienne par magie. C'est significatif : la magie correspond à ce qui est occulte, à ce qu'on ne peut pas comprendre. L'Incarnation, elle, est divine : elle a du sens pour nous, elle est mystérieuse mais peut être comprise de bien des manières. Nous retrouver dans un corps étranger, même avec toutes les fonctions cognitives à disposition, à votre avis, qu'est-ce que cela vous ferait? Un drôle d'effet, non? Vous vous sentiriez étranger dans ce corps : vous ne seriez pas vraiment un animal, sauf en apparence.

La foi chrétienne tient que Jésus n'était pas uniquement un homme en apparence. Il l'était vraiment. C'était un des nôtres, Il est né parmi nous, il a grandi parmi nous.
L'homme ne se définit pas par la maladie, par sa crainte d'avoir faim ou sa peur du mal. Au contraire, il se définirait plutôt par sa capacité de dépasser tout cela.
L'humanité "parfaite" de Jésus nous enseigne un mystère admirable : L'homme peut être parfait. En vérité, l'homme doit être parfait! C'est alors que l'homme est "pleinement homme".

Quand on dit que Jésus est "pleinement homme", on n'entend pas seulement que Jésus est réellement un homme, on entend aussi que Jésus est un humain accopmli.
C'est nous qui, par le péché, sommes blessés dans notre humanité.
Nous ne sommes pas "pleinement hommes" : nous sommes malades, nous souffrons, nous avons peur.

Tian
Censor
Censor
Messages : 177
Inscription : dim. 19 oct. 2014, 10:50

Re: Jésus était-il le fils "génétique" de la Vierge Marie ?

Message non lupar Tian » ven. 24 oct. 2014, 9:20

Oui, je comprends Libremax. Il tire son humanité de Marie et sa divinité du Père. C'est pourquoi ce prêtre a dit qu'il avait le sang de Marie qui coulait dans ses veines.

La divinité s'est mêlée à l'humanité parfaite pour créer l'Homme parfait.

Passé les premiers instants je trouve que c'est merveilleux et bien mieux que ce que j'ai toujours pensé.
Merci.

Avatar de l’utilisateur
Xavi
Prætor
Prætor
Messages : 1507
Inscription : mar. 28 juil. 2009, 14:50

Re: Jésus était-il le fils "génétique" de la Vierge Marie ?

Message non lupar Xavi » ven. 24 oct. 2014, 12:44

Le Christ était "physiquement" un homme, c'est certain, mais il n'a sans doute jamais été malade, ne craignait pas d'avoir faim, ni que quiconque lui fasse du mal (du moins jusqu'à la croix) Il maitrisait les éléments (terre, mer…)... Donc, en ce sens, il n'avait pas, de fait, une condition humaine.
Vos réflexions sont un peu provocantes, mais elles permettent d’éclaircir des réalités importantes.

Bien que vrai Dieu de toute éternité, le Christ n’était pas seulement homme « physiquement ». Il était pleinement homme.

Tout homme est créé avec de la poussière du sol et un souffle de vie spirituel qui produisent ensemble une âme.

Et comme tout homme, le Christ, venu dans la chair par l’Esprit Saint, a aussi reçu une âme humaine en même temps qu’un corps et un esprit humains.

Le Christ avait un esprit d’homme qui, comme nous et malgré sa nature divine, a aussi eu besoin d’un baptême lors duquel son esprit humain a reçu le Saint Esprit dans son humanité. Jésus a revécu, à ce moment, le baptême du premier Adam lorsque Dieu l’a mis dans l’Eden, le « paradis » spirituel de Dieu, et lui a ouvert la communion divine.

Après son baptême dans le Jourdain, le Christ (le nouvel Adam) s’est retrouvé dans une situation en tout semblable à celle du premier Adam placé dans l’Eden, avec la même capacité de maîtriser toute la création physique en communion avec son Père Créateur, comme tous ses miracles et sa résurrection en témoignent.

Exactement comme le premier Adam.

Le Christ, comme le premier Adam, avait une humanité parfaite comme au premier jour de la création de l’humain à l’image de Dieu. Il pouvait tout en communion avec son Père par l’Esprit Saint, comme chacun de nous en serions capables si nous n’étions pas affaibli par le péché originel.

Il pouvait donc certainement vaincre toute maladie, toute souffrance, toute mort, comme il pouvait maîtriser tout évènement naturel, mais il a vécu tous les évènements naturels du monde présent et ses douleurs. Les désordres du monde présent ne résultent que du péché originel qui a affaibli la vie créée qui nous a été transmise de génération en génération depuis Adam et Eve et qui empêche l’humain de développer et de maîtriser la création de manière harmonieuse en communion avec Dieu.

Au désert, Jésus a bien ressenti la faim comme n’importe quel homme dans les mêmes circonstances. Il a ressenti la fatigue après de longues journées. Comme tout humain, il a certainement connu les rhumes et d’autres maladies diverses. Sur la croix, il a réellement souffert. Il est réellement mort.

Comme l’écrit très bien Libremax, les pouvoirs sur la création physique que ses miracles ont manifesté ne sont qu’une « capacité de dépasser tout cela ». En communion spirituelle avec son créateur, rien n’est impossible à l’homme créé.

Jésus pouvait tout, non à cause de sa divinité dont il s’est dépouillé de tous les attributs lorsqu’il s’est fait homme, mais parce qu’il était vraiment un homme, tel que Dieu l’a créé.

Nous ne sommes que les fils et filles de générations dont la vie transmise est blessée par le péché originel de nos lointains ancêtres. Jésus est le premier fils de l’homme, le vrai fils de l’homme tel qu’il a été créé à l’image de Dieu, sans le péché. Il est « le » fils de l’homme.

Tian
Censor
Censor
Messages : 177
Inscription : dim. 19 oct. 2014, 10:50

Re: Jésus était-il le fils "génétique" de la Vierge Marie ?

Message non lupar Tian » sam. 25 oct. 2014, 9:33

Merci Xavi pour votre réponse très intéressante.
Tian

Gabriel59
Ædilis
Ædilis
Messages : 16
Inscription : dim. 16 nov. 2014, 13:25
Conviction : Chrétien pratiquant

Re: Jésus était-il le fils "génétique" de la Vierge Marie ?

Message non lupar Gabriel59 » dim. 30 nov. 2014, 0:10

Bonsoir, la technique que Dieu a utilisé pour transferer la vie de son Fils dans la matrice de Marie n'a pas vraiment d'importance... Dieu est le créateur de la vie, donc cela ne représentait aucune difficulté pour lui. C'est là que beaucoup de Musulmans sont choqués à tort. Ils imaginent que Dieu a dû avoir des relations sexuelles avec Marie, ce qui bien sur n'est pas le cas .

A la lecture des évangiles, on sait que Jésus était un homme parfait, donc oui il ne tombait pas malade, mais il pouvait avoir soif et faim (le Diable d'ailleurs voulait le tenter à ce sujet pendant les 40 jours ), et il était parfois épuisé (il dormait pendant une tempête).

Avatar de l’utilisateur
Xavi
Prætor
Prætor
Messages : 1507
Inscription : mar. 28 juil. 2009, 14:50

Re: Marie : Mère porteuse ou mère par insémination artificie

Message non lupar Xavi » lun. 08 déc. 2014, 19:07

L’Immaculée Conception que nous fêtons aujourd’hui, ce n’est pas seulement le moment de la conception de la Sainte Vierge Marie par l’amour partagé de ses parents avec une participation divine la préservant dès ce premier instant de la blessure du péché originel pour la préparer à être la mère de Dieu. Dans le corps encore infiniment petit, à peine fécondé, de l’immaculée conception de Marie, c’est déjà toute l’humanité corporelle du Christ qui est présente puisque son corps et son humanité lui ont été entièrement transmis par la Sainte Vierge Marie sans aucun ajout corporel d’un autre humain.

L’humanité de Marie contient déjà en germe, dès le premier instant de sa conception immaculée, toute la réalité corporelle du Christ qui sera fécondée lors de l’annonciation.

Quel mystère joyeux et bouleversant !

Le début du plus grand évènement de l’histoire humaine par lequel Dieu vient se faire homme pour nous donner un avenir avec Lui au-delà de tout ce qui peut arrêter notre vie.

Avatar de l’utilisateur
mike.adoo
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1325
Inscription : sam. 08 mai 2010, 11:37

Re: Marie : Mère porteuse ou mère par insémination artificie

Message non lupar mike.adoo » mar. 23 déc. 2014, 19:54

Bonsoir à tous

J'espère que tous les maçons ( dont je parlais plus haut ) s'ouvriront aux explications de Xavi et d' Aquisextain ... Mais honnêtement , j'ai un sérieux doute !

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8591
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Marie : Mère porteuse ou mère par insémination artificie

Message non lupar Cinci » mer. 24 déc. 2014, 2:10

Marie, une double maternité et ... et un titre de gloire plus grand
Spoiler!
«Il ne s'agit donc pas seulement, écrit par exemple le père Garrigou-Lagrange, d'une maternité matérielle, selon la chair et le sang, mais d'une maternité qui par sa nature même demandait le consentement surnaturel à la réalisation du mystère de l'incarnation rédemptrice, tel qu'il devait être réalisé hic et nunc, et à tout ce qu'il entraînait de souffrances selon les prophéties messianiques, particulièrement celles d'Isaïe, bien connues de Marie. Dès lors, il ne peut plus être question de maternité divine pour Marie, sans qu'elle soit selon le plan de la Providence, la digne Mère du Rédempteur avec une parfaite conformité de volonté à celle de son Fils. Aussi la Tradition dit-elle qu'elle a doublement conçu son Fils, de corps et d'esprit ... A la question ainsi posée, la grande majorité des théologiens répond que, selon la Tradition, la maternité divine, proclamée au concile d'Éphèse, est supérieure à la plénitude de grâce et de charité et que le plus grand titre de gloire de Marie est celui de Mère de Dieu [...]»

Source : La mère du Sauveur, Lyon, 1941, p 383 cité dans C. Journet, L'Église du Verbe incarné, tome II, p.664
  • et

Marie, digne Mère de Dieu
Spoiler!
«On peut nier que Marie soit »Mère de Dieu» : c'est ce que doivent faire tous ceux qui nient la divinité de Jésus. On peut convenir que Marie est «Mère de Dieu», mais nier qu'elle soit «digne Mère de Dieu» : par exemple en soutenant que Dieu s'est simplemenrt servi d'elle pour en faire sa Mère, sans lui laisser rien soupçonner d'un tel mystère, et sans la traiter selon le respect infini qu'il montre dans l'Évangile à l'égard des personnes humaines.

On peut enfin reconnaître que Marie occupe une place à part dans l'Écriture, et qu'elle a su qu'elle était Mère d'un Dieu Sauveur; mais continuer de repousser la notion de «digne Mère d'un Dieu Sauveur», et cette fois-ci parce qu'on se trompe sur la manière d'entendre les effets de la rédemption, tant dans la Vierge que dans l'Église [...]

Suivant la doctrine catholique, à la manière dont la vie passe de la vigne dans les sarments pour qu'ils portent du fruit (Jean XV,1-8), la grâce du Christ rédempteur cherche à s'épancher sur les hommes pour les vivifier intrinsèquement, en faire comme ses propres membres, les rendre christoconformes : nous sommes ici au principe de l'enseignement catholique sur la Vierge et sur l'Église.

L'Église étant considérée comme le Corps et l'Épouse du Christ, et donc comme distincte du Christ, qui est son chef et son Époux, c'est en la Vierge qu'elle trouve sa plus haute réussite. La Vierge est dans l'Église. Elle est, à l'intérieur de l'Église, le lieu dont l'Église, en ses autres membres, tend sans cesse à se rapprocher, comme la courbe tend vers son asymptote et le polygone vers le cercle. En la Vierge fleurit, mais d'une manière unique, la grâce christoconformante, qui vivifie et façonne de l'intérieur toute l'Église.»

Source : L'Église du Verbe incarné, tome II, p.668
En somme, c'est à cause de Marie que l'Église (qui compte bien des pécheurs) est sainte. Et alors les expressions employées dans l'intitulé de ce fil sont blasphématoires en elles-mêmes, grossières et injurieuses. Attention, ici je parle des expressions en soi, non pas de Xavi, qui est un chic type pour sa part (sourire).

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8591
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Marie : Mère porteuse ou mère par insémination artificie

Message non lupar Cinci » mer. 24 déc. 2014, 2:43

Voici ta Mère
Spoiler!
Tu doutes, tu cherches,
tu te poses des questions?
«Voici ta Mère» qui est
passée par là,
qui a connu la nuit des
vives angoisses

Tu cherches ton chemin,
ta voie, ton devenir?
«Voici ta Mère»,
bouleversée devant l'ange,
posant des questions,
dénouant la parole.

Tu cherches Dieu, dans la rue,
dans le temple,
Et il t'exaspère
à son jeu de cache-cache?
«Voici ta Mère»
qui l'a cherchée elle aussi
et qui l'ayant trouvé,
ne l'a pas trop compris!

Tu te révoltes devant tant de
blessures infligées bêtement
par un sort aveugle?
«Voici ta Mère»
qui a vu son amour pendu
par la bêtise humaine
au gibet honteux.

Tu désespère des autres, de toi,
et même de Dieu,
car l'avenir s'est sauvé loin de toi
et tu l'as perdu de vue!
«Voici ta Mère» qui n'a jamais
läché, debout dans la tempête,
et plus forte qu'elle!

Tu te sens seul,
à la dérive dans un monde
sans visage,
ne sachant à qui montrer
tes blessures et tes rêves.
«Voici ta Mère»
qui veut te mettre au monde,
qui veut te faire cadeau
de ce qui veut naître en toi.

Source : recueil de prières du sanctuaire Marie Reine-des-Coeurs
O Marie, ma soeur si belle,
ma mère si aimante,
je t'offre mon coeur,
avec ses saisons d'orage et de soleil,
avec ses grandeurs et ses petitesses,
avec ses quémandes et ses jubilations,
Sois-en la reine
pour qu'il apprenne de toi
à recevoir sa vie de Dieu
et à battre au rythme de son amour.
Amen.

Source : sanctuaire Marie Reine-des-Coeurs


Revenir vers « Théologie »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit