C'est Adam le fautif !

« Assurément, il est grand le mystère de notre religion : c'est le Christ ! » (1Tm 3.16)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions de théologie dogmatique
Avatar de l’utilisateur
LIGO
Quæstor
Quæstor
Messages : 221
Inscription : jeu. 06 mai 2010, 17:43

Re: L'état de l'homme hors du péché originel

Message non lu par LIGO » mer. 15 déc. 2010, 0:07

Merci le Bon Seb, c'est très interessant.

Et ce qui serait encore plus intéressant, ce serait d'exposer clairement pourquoi le péché originel a été déclaré "transmissible" à tous les descendants des deux "pêcheurs" initiaux ?

Pourquoi la faute d'un seul a-t-elle été répercutée sur ses descendants, qui, il faut bien l'admettre, n'y sont pas pour grand chose dans son acte répréhensible ?

Pourquoi "en Adam, tous les hommes ont péché" ?

C'est ainsi, je le sais bien, mais je me demande pourquoi il en est ainsi ?

C'est une drôle de "justice" divine, tout de même, non ? (mais loin de moi l'idée de blasphemer)

Avatar de l’utilisateur
philémon.siclone
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1825
Inscription : lun. 13 juil. 2009, 0:58
Localisation : Ciel-sur-Mer

Re: L'état de l'homme hors du péché originel

Message non lu par philémon.siclone » mer. 15 déc. 2010, 1:26

le bon Seb a écrit : Marie, selon la Tradition catholique, (...)
Pourquoi "selon la Tradition catholique" ? Pourquoi prendre la peine de préciser cela, particulièrement dans le cas de Marie ? A priori, vous nous parlez de la théologie catholique, enseignée dans un séminaire catholique, et sur un forum catholique. Donc évidemment, tout ce que vous dites est selon la Tradition catholique. Pourquoi en arrivant à Marie, faut-il prendre de grosses pincettes, et préciser en insistant que, hé ho, c'est la Tradition catholique qui dit ça, sous-entendu : "On peut ne pas être d'accord, hein, moi je dis ça, je dis rien." J'avoue que je ne comprends pas. Vous en parlez comme extérieurement, comme s'il fallait remettre cette vérité en doute, comme s'il s'agissait d'un point discutable de la tradition, où il y aurait besoin de dépoussiérer. J'aimerais bien une explication. Est-ce au séminaire même, que l'on rencontre de telles réticences concernant Marie ?
Anima nostra sicut passer erepta est de laqueo venantium
Laqueus contritus est, et nos liberati sumus

Notre âme s'est échappée comme un passerau du filet de l'oiseleur,
Le filet s'est rompu, et nous avons été délivrés.
Ps. 123

Avatar de l’utilisateur
Cgs
Prætor
Prætor
Messages : 2722
Inscription : mar. 24 mars 2009, 14:20
Conviction : Catholique

Re: L'état de l'homme hors du péché originel

Message non lu par Cgs » mer. 15 déc. 2010, 10:39

touriste a écrit :Merci le Bon Seb, c'est très interessant.

Et ce qui serait encore plus intéressant, ce serait d'exposer clairement pourquoi le péché originel a été déclaré "transmissible" à tous les descendants des deux "pêcheurs" initiaux ?

Pourquoi la faute d'un seul a-t-elle été répercutée sur ses descendants, qui, il faut bien l'admettre, n'y sont pas pour grand chose dans son acte répréhensible ?

Pourquoi "en Adam, tous les hommes ont péché" ?

C'est ainsi, je le sais bien, mais je me demande pourquoi il en est ainsi ?

C'est une drôle de "justice" divine, tout de même, non ? (mais loin de moi l'idée de blasphemer)
Bonjour touriste (vous avez peut-être un autre nom ?),

Le péché originel se "transmet" après Adam et Eve, non comme un virus ou un caractère génétique, mais comme un état "coupé de Dieu". Nous ne sommes pas responsables de ce que Adam et Eve ont fait, évidemment, mais dans la mesure où ils sont l'origine de l'humanité, nous héritons de leur état.

Pour bien le comprendre, vous pouvez relire le chapitre suivant du Catéchisme, et en particulier à partir du paragraphe 402. LE paragraphe 404 devrait répondre à votre question.

http://www.vatican.va/archive/FRA0013/__P1D.HTM
Paragraphe 404 du CEC a écrit : 404 Comment le péché d’Adam est-il devenu le péché de tous ses descendants ? Tout le genre humain est en Adam " comme l’unique corps d’un homme unique " (S. Thomas d’A., mal. 4, 1) Par cette " unité du genre humain " tous les hommes sont impliqués dans le péché d’Adam, comme tous sont impliqués dans la justice du Christ. Cependant, la transmission du péché originel est un mystère que nous ne pouvons pas comprendre pleinement. Mais nous savons par la Révélation qu’Adam avait reçu la sainteté et la justice originelles non pas pour lui seul, mais pour toute la nature humaine : en cédant au tentateur, Adam et Eve commettent un péché personnel, mais ce péché affecte la nature humaine qu’ils vont transmettre dans un état déchu (cf. Cc. Trente : DS 1511-1512). C’est un péché qui sera transmis par propagation à toute l’humanité, c’est-à-dire par la transmission d’une nature humaine privée de la sainteté et de la justice originelles. Et c’est pourquoi le péché originel est appelé " péché " de façon analogique : c’est un péché " contracté " et non pas " commis ", un état et non pas un acte.
Bien à vous,
Cgs
Mes propos qui apparaissent en vert comme ceci indiquent que j'agis au nom de la modération du forum.

Avatar de l’utilisateur
LIGO
Quæstor
Quæstor
Messages : 221
Inscription : jeu. 06 mai 2010, 17:43

Re: L'état de l'homme hors du péché originel

Message non lu par LIGO » mer. 15 déc. 2010, 10:47

Merci CGS, ainsi résumé c'est on ne peut plus clair, effectivement.

Bonne journée

Epsilon
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1191
Inscription : ven. 02 juil. 2010, 19:27

Re: L'état de l'homme hors du péché originel

Message non lu par Epsilon » mer. 15 déc. 2010, 15:20

Le PO a encore frappé :cool:

En quoi la Faute d’Adam nous concerne ?…

En terme Biblique Adam est le père de l’humanité et en tant que tel son « héritage » est transmis aux générations futures.

C’est lui qui a commis le péché (mal de coulpe) pour lui c’est un péché actuel (et non originel) il en subit les conséquences (mal de peine) et se sont ces dernières qui sont transmises à la race humaine (et qui seront le PO en nous).

Ceci est tout à fait « logique » (et dans l’ordre des choses) comme par exemple les enfants d’un assassin subissent les suites d’un emprisonnement de leur père.

Nous ne commettons pas de Faute (il n’y a pas mal de coulpe en nous) mais nous « supportons/subissons » les conséquences de la faute d’Adam ... ceci à travers l’état de corruption (corps et âme) de notre nature humaine par le seul fait que nous sommes Hommes descendant d’Adam (voir plus-loin).

Par abus de langage le PO est assimilé à ce mal de peine ... abus de langage dans la mesure qu’il n’y a pas péché mais seul la « résultante » d’une Faute commise par Adam.

La Faute initiale est commise UNE fois mais elle est subie par TOUS (toute l’humanité).

En tout homme le PO est donc :

a) une peine spirituelle : la privation de la grâce (proximité/présence) ou peine du « dan ».
b) une peine corporelle : la concupiscence, la pénibilité du travail et de l’accouchement, le fait d’être mortel (au sens large).

Par abus de langage (ici aussi) le PO (en nous) peut être défini comme une privation de la Grâce (ou état de Grâce) ... c-à-d de la vie en harmonie avec Dieu dans l’Eden ... dans la mesure ou dans l’Eden l’Homme n’était pas soumis aux peines corporelles (b) il avait les dons préternaturels.

Comment la Faute d’Adam se transmet à nous ?..

C’est là que les choses se compliquent ….

Pour citer les termes du Caté nous avons au Compendium 76 : « …. Cette transmission reste un mystère que nous ne pouvons saisir pleinement »

Donc à défaut de « pleinement » essayons dit voir plus clair !….

Avant de voir qcq extraits de Saint Thomas d’Aquin il faut savoir qu’avant lui et dans les Ecrits bibliques et annexes (et mm après lui) ... il y avait moult débats d’une part sur la responsabilité relative d’Adam (homme) par rapport à Eve (femme) ... et d’autre part sur le « rôle » de la femme dans la procréation.

Concernant ce dernier point : d’un point de vue scientifique ce n’est que ces dernières années que nous connaissons le rôle de la femme dans la conception et la formation de l’embryon ... même du temps de Saint Thomas d’Aquin la femme ne tenait qu’un rôle de réceptacle (principe passif) dans la procréation :
« Or il est évident, d’après ce que disent les philosophes que dans la génération le principe actif vient du père et que la mère fournit la matière ».

Aussi sur certains versets/textes il faut savoir les mettre dans leur contexte et ne pas les analyser à la lumière de nos connaissances d’aujourd’hui.

A la question le PO se transmet’il par voie d’origine (c-à-d par la semence) ?...

Il y a plusieurs écueils :

a) Ezéchiel (18,20)
« L'âme qui pèche c'est celle qui mourra; le fils ne portera pas l'iniquité du père, et le père ne portera pas l'iniquité du fils; la justice du juste sera sur lui, et la méchanceté du méchant sera sur lui »

Première mention dans l’AT de la liberté/responsabilité individuelle et dans notre cas l’incompatibilité de la transmission d’un péché de génération en génération.

b) L’âme étant le siège de la Faute ne se transmet pas par la voie héréditaire.

A contrario :

Nous avons Rm (5,12) :
« Ainsi donc, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort… Et ainsi la mort a passé dans tous les hommes parce que tous ont péché ».

Montrant une transmission de générations en générations.

Réponse :

Pour Saint Thomas même s’il va dans le sens de l’origine il n’en reste pas moins vrai que cela exclu toute idée de faute pour nous ... car il est « essentiel à la faute d’être volontaire ».

Pour lui il faut considérer Adam et sa descendance comme un seul Homme (au sens de UNE même humanité UNE même nature humaine).

C’est une sorte de « big-bang » de l’arrivée du péché sur terre … et de la propagation de la Faute d’Adam à toutes les générations.
« C’est donc ainsi que le désordre qui se trouve dans cet individu engendré par Adam, est volontaire non par sa volonté à lui fils d’Adam, mais par celle de son premier père, lequel imprime le mouvement, dans l’ordre de la génération, à tous ceux de sa race, comme fait la volonté de l’âme à tous les membres dans l’ordre de l’action. Aussi appelle-t-on originel ce péché qui rejaillit du premier père sur sa postérité ».

C’est par l’activité séminale que la nature humaine est transmise de générations en générations et en même temps que cette nature le mal dont elle est infectée.
« Bien que la faute originelle n’existe pas en acte dans la semence, elle y est cependant en vertu de la nature humaine qu’une telle faute accompagne toujours. »

Mais Quid du siège du PO ?..

En chacun de nous l’âme est le siège de la faute actuelle comme originelle :
« Mais, pour ce qui est de son siège, le péché originel ne peut nullement exister dans la chair, il ne peut exister que dans l’âme »

C’est en ce sens que l’âme est souillée suite à son infusion dans le corps au même titre que le corps doit supporter le mal de peine :
« Voilà pourquoi, comme la création met l’âme en rapport avec Dieu seul, on ne peut pas dire que nos âmes soient souillées du fait de leur création. - Mais leur infusion la met en rapport, d’une part avec Dieu auteur de cette infusion, d’autre part avec la chair dans laquelle l’âme est infusée. il faut regarder pour cela uniquement du côté du corps auquel l’âme est infusée. »

Signifiant que Dieu ne saurait créer une âme entachée ce qui serait un non-sens et donc que cette dernière ne l’est qu’après infusion dans le corps (pour Saint Thomas qcq semaines après la conception).


Résumé :

Chez Adam le péché est essentiellement spirituel avec des conséquences physiques ... tandis que chez nous (qui n’avons pas commis de faute) il est d’abord charnel (transmis par la chair via la semence servant de cause instrumentale de la nature humaine) puis spirituel (contamination de l’âme après son infusion de le corps déjà infecté).

Et Jésus dans cette histoire ... si cela intéresse qcq'un ???


Et pour ceux qui n’auraient toujours rien compris ?..

C’est vraiment pas grave (il faut quand même relire le message .. mal de peine …) mais le Cardinal le Cardinal Ratzinger disait
« L’incapacité de comprendre et de présenter le péché originel est vraiment un des problèmes les plus graves de la théologie et de la pastorale actuelle » .

Une remarque étonnante : nulle part dans la liturgie, même dans la liturgie du Baptême, n’est mentionnée le terme de « péché originel » ... on parle du péché d’Adam, du « péché du monde », mais pas du péché originel ?

Notons enfin que Vatican I n’a pas eu le temps d’approfondir cette doctrine et que Vatican II l’a délibérément éludée jugeant sans doute son étude approfondie prématurée par rapport à la réflexion théologique qu’il a ainsi rendue libre.

Parmi les questions que l’on peut tenter d’approfondir :

a) comment reformuler cette doctrine dans le cadre des découvertes scientifiques, notamment par rapport aux théories de l’évolution ?
b) l’Adam qui pèche dans la Genèse est-il un l’homme ou l’homme en général ?
c) le terme de « péché héréditaire » ne doit-il pas être revu ?
d) le terme de « péché » ne doit-il pas parfois être remplacé par le terme « faute », ou « souillure » ?

La solution est peut-être de creuser davantage la doctrine de l’universalité du péché ?

On aurait un péché « universel » plutôt que seulement « originel » ? Les notions d’universalité et de solidarité sont à cet égard essentielles.

Donc : Wait and see


Epsilon

Avatar de l’utilisateur
Antoine-Henri
Barbarus
Barbarus

C'est Adam le fautif !

Message non lu par Antoine-Henri » jeu. 12 juil. 2012, 8:15

Rm 5:12- Voilà pourquoi, de même que par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu'ainsi la mort a passé en tous les hommes, du fait que tous ont péché (Bible de Jérusalem).
Bonjour,
Ce verset doit-il être interprété par le fait que le péché serait en l’homme dès sa naissance ? Autrement dit, serions-nous pécheur par la faute du premier homme ?
Je préfère penser que Saint-Paul aurait pu vouloir insister sur cette évidence : SEUL le Christ est rédempteur.
Qu’en pensez-vous ?
Merci et belle journée.
A-H.

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8191
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: C'est Adam le fautif !

Message non lu par Raistlin » jeu. 12 juil. 2012, 9:43

Antoine-Henri a écrit :Ce verset doit-il être interprété par le fait que le péché serait en l’homme dès sa naissance ? Autrement dit, serions-nous pécheur par la faute du premier homme ?
Le dogme du péché originel est clair : le péché d'Adam et Eve s'est transmis à leur descendance. Chaque homme porte donc les conséquences de ce péché dont la première est une vie coupée de Dieu.
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9523
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: C'est Adam le fautif !

Message non lu par PaxetBonum » jeu. 12 juil. 2012, 9:44

Antoine-Henri a écrit :
Rm 5:12- Voilà pourquoi, de même que par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu'ainsi la mort a passé en tous les hommes, du fait que tous ont péché (Bible de Jérusalem).
Bonjour,
Ce verset doit-il être interprété par le fait que le péché serait en l’homme dès sa naissance ? Autrement dit, serions-nous pécheur par la faute du premier homme ?
Je préfère penser que Saint-Paul aurait pu vouloir insister sur cette évidence : SEUL le Christ est rédempteur.
Qu’en pensez-vous ?
Merci et belle journée.
A-H.

Euh… oui nous portons le péché originel depuis la faute d'Adam et Eve
D : Comment la désobéissance de nos premiers parents a-t-elle rendu malheureux tous leurs descendants ?
R : En ce que tous leurs descendants naissent et même sont coupables de péché, à cause de cette désobéissance.

Adam représentait et renfermait en quelque sorte en lui même toute l’espèce humaine, dont il devait être la tige. S’il eût persévéré dans l’obéissance qu’il devait au Seigneur, il eût persévéré pour lui et pour nous ; serions nés, comme lui, dans un état de justice et de bonheur, sans être sujets à la mort. Mais, par la même raison, s’il venait à tomber, nous tombions tous avec lui, et il perdait, pour lui comme pour nous, cette sainteté, cette justice dans laquelle il avait été créé. Tel est l’ordre des choses qu’il avait plu au Seigneur de choisir, et qui rendait tous les hommes solidaires en leur premier père. Adam ayant donc péché, nous avons tous péché en lui ; il nous a rendus tous coupables avec lui ; il a transmis à tous ses descendants, c’est à-dire a tous les hommes, non-seulement les peines auxquelles il a été condamné à cause de son péché, mais son péché même.

D : Comment appelle-t-on ce péché dont nous naissons tous coupables ?
R : On l’appelle péché originel, parce qu’il est en nous dès notre origine, c’est-à-dire dès le premier moment que nos corps son animés.

Dès que notre âme, sortie pure des mains de Dieu, a été unie à notre corps pour l’animer, elle s’est trouvée souillée et dégradée par le péché que nous ont transmis nos premiers parents ; ce péché, par conséquent, a été en nous-mêmes, dès notre première origine, comme enfants d’Adam, et c’est pour cela qu’on l’appelle péché originel. Il n’y a que la très saint Vierge qui, par un privilège spécial, a été préservée de ce péché ; c’est ce qu’on appelle l'Immaculée Conception de Marie.
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Théophile
Quæstor
Quæstor
Messages : 390
Inscription : dim. 20 déc. 2009, 19:21

Re: C'est Adam le fautif !

Message non lu par Théophile » jeu. 12 juil. 2012, 11:46

Et Adam dit : "c'est Eve", et Eve dit :"c'est le serpent", et chacun accuse son prochain pour mieux cacher ses propres fautes. Votre titre montre bien que nous sommes faits de la même pâte, car la relation entre Dieu et l'homme aurait pu changer si nos premiers parents (et en eux toute l'humanité) avaient dit plutôt à Dieu : "Oui, j'ai tout fichu par terre par ma faute".

C'est le sens de la confession, qui est d'assumer ses choix mortifères et de demander pardon à Dieu pour nos fautes réelles.

La relation d'amour entre Dieu et l'homme étant cassée, l'homme ne peut pas transmettre à sa progéniture ce qu'il n'a pas, sauf des dettes.

D'ailleurs vos parents vous ont transmis des gènes défectueux, des carences, de mauvaises habitudes (sociales, alimentaires), etc. Au niveau moral, c'est pareil, on transmet la dette "relation brisée avec Dieu" de père en fils. Mais ce n'est pas notre faute si on hérite de cela, mais on en subit les conséquences. Peu à peu, de toute façon, on y mettra du sien (sauf la Vierge :0%, et quelques saints d'exceptions : 1% pour Ste-Thérèse de Lisieux :p ). Ce sont les péchés personnels qui vont aggraver la situation autour de nos proches (il n'y a qu'à penser à l'effet que fait une colère sur notre prochain). Dans la Genèse, très tôt dans le texte apparaissent les fautes de Caïn, la malice de Jacob et de sa mère, etc.

Ce qui est le plus intéressant, c'est la réponse de Dieu.
Pendant des siècles, Dieu se lamente sur son peuple choisi. L'Ancien Testament bat tous les records de plaintes divines. Combien de fois dit-Il : "Tu ne m'aimes pas, tu ne m'écoute pas, peuple révolté que j'aime tant." "Peuple de rebelles, etc."

Et en même temps, il prépare son peuple à accueillir une nouvelle grandiose : la venue de son Fils sur terre, vrai Dieu et vrai Homme.
Dieu ne nous abandonne pas, il fait une folie pour nous rejoindre et descend au plus profond en prenant la condition d'esclave, de moins que rien pour rétablir une relation encore plus belle qu'avant.

A tel point que l'Eglise proclame de manière folle : "BIENHEUREUSE FAUTE D'ADAM, QUI NOUS A VALU UN TEL REDEMPTEUR".
Et oui, Dieu est fou, l'Eglise est folle et tous deux veulent nous entraîner dans cette folie d'amour.
On est à l'opposé de votre titre !

Jean-Mic
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2986
Inscription : mar. 07 févr. 2012, 20:17

Re: C'est Adam le fautif !

Message non lu par Jean-Mic » jeu. 12 juil. 2012, 16:19

Image :rire:
(je n'ai pas pu résister à la tentation :oops: , moi non plus)

Théophile
Quæstor
Quæstor
Messages : 390
Inscription : dim. 20 déc. 2009, 19:21

Re: C'est Adam le fautif !

Message non lu par Théophile » ven. 13 juil. 2012, 20:09

:>

Avatar de l’utilisateur
Xavi
Prætor
Prætor
Messages : 1694
Inscription : mar. 28 juil. 2009, 14:50

Re: C'est Adam le fautif !

Message non lu par Xavi » sam. 14 juil. 2012, 18:58

Coupables ? de la faute d’un autre ?

N’est-il pas utile de nuancer le péché originel qu’Adam et Eve ont transmis à chacun de nous ?

Dieu ne nous impute pas la responsabilité d’une faute que nous n’avons pas personnellement commise. Il a fait aux humains le don inimaginable d’être façonnés à son image corps, âme et esprit et d’être ainsi rendus capables de participer à sa vie immortelle et éternelle, avec, en outre, le pouvoir de transmettre la vie reçue à une descendance.

La Genèse nous raconte de manière imagée la création de ce premier couple humain. Une action spirituelle déterminante a achevé de créer des premiers humains avec une âme immortelle, à l’image de Dieu, après une longue évolution décrite en six « jours » (en fait : des milliards d’années) durant lesquelles leur corps a progressivement été façonné jusqu’à être prêt pour qu’adviennent des êtres capables de vivre éternellement de la vie même de Dieu, en communion avec Lui.

Adam et Eve ont reçu le privilège de pouvoir vivre de la vie immortelle de Dieu, avec tous les dons qui s’y attachent et qui leur permettaient de maîtriser et gouverner ce monde sans être soumis à la mort. Avec toute la puissance que le Christ a montrée concrètement durant sa vie terrestre jusqu’au delà de la mort physique.

Adam et Eve ont aussi reçu le pouvoir de transmettre leur propre vie reçue.

Hélas, en brisant leur communion d’amour avec Dieu, ils ont blessé leur propre vie. Ils n’ont plus gardé qu’une vie diminuée, amputée de tout l’amour et de toute la puissance que leur vie avait lorsqu’ils vivaient en communion avec Dieu.

Ils n’ont, dès lors, transmis que cette vie diminuée, blessée, coupée de sa force spirituelle. Parce qu’ils ne disposaient plus que de cela. Nous n’avons pu recevoir davantage de nos premiers parents humains. Avant de produire des actes fautifs, l’état de péché qui nous caractérise n’est que cet état blessé, privé de la communion divine qui fait vivre dans l’amour.

L’état de péché originel qui caractérise chacun de nous n’est pas ajouté à notre nature ou à notre âme. Il exprime, au contraire, un vide, un manque d’une puissance de vie qui faisait partie de la vie humaine créée mais qui a été perdue par nos premiers parents humains.

Cependant, nous n’avons pas cessé être créés à l’image de Dieu, d’avoir une nature appelée à vivre en communion avec Lui, de porter l’empreinte de Dieu qui nous ouvre à l’immortalité.

Notre âme, autant que notre corps ou notre esprit, n’ont jamais cessé d’être purs, d’être « très bons », comme le dit la Genèse. C’est bien pourquoi Dieu lui-même a pu s’incarner dans un corps humain, avoir une âme humaine. Mais, hélas, la vie d’Adam et Eve n’était plus qu’imparfaite lorsqu’ils l’ont transmise.

Tant notre corps que notre âme et notre esprit sont privés dès notre conception de la vie spirituelle du jardin d’Eden qu’Adam et Eve ont perdue. Notre âme n’est pas sortie « pure » de Dieu pour « entrer » dans un corps marqué par le péché. L’un et l’autre sont purs, mais privés de la grâce de la communion avec Dieu.

L’âme de chacun de nous n’a pas été davantage préservée du péché originel que son corps ou son esprit.

Notre âme est certes créée par Dieu, mais elle vient à l’existence, de même que tout notre être, par nos parents terrestres, depuis Adam et Eve. Elle souffre de la même déficience que notre corps ou notre esprit.

L’âme n’existe pas sans son corps et l’esprit qui l’anime. La Genèse nous enseigne que c’est un souffle spirituel de Dieu dans de la poussière, dans de la matière, qui crée l’âme (Gn 2, 7). L’âme est la forme immatérielle et spirituelle de son corps.

Il n’est pas exact de penser à une âme pure qui existerait, préservée du péché originel, sans corps ou avant son corps (comme si le corps n’était qu’un objet ajouté qui ne serait pas essentiel), ni d’imaginer que le péché originel serait lié au corps (qui serait source de toutes les fautes) et non tout autant à l’âme elle-même. Tout notre être souffre du même déficit, a besoin du même secours.

Seul Dieu peut compléter à nouveau tout notre être de ce qui a été perdu dans le jardin d’Eden.

Nos comportements expriment cette privation de la vie spirituelle dont nous souffrons depuis la faute originelle de nos premiers parents humains. Les lois de la vie que nous donnent les commandements de l’Ecriture nous révèlent notre incapacité à pouvoir diriger notre propre vie comme nous le voudrions, même lorsque nous avons appris à aimer ces lois. A cause d’Adam et Eve, nous sommes pécheurs, agissant sans harmonie avec Dieu.

Nous ne sommes pas victimes d’une punition à cause de nos premiers parents, ni coupables de leur faute. Nous ne sommes que les héritiers de ce qu’ils ont pu nous transmettre : une vie imparfaite parce que privée de la communion avec Dieu.

Dieu ne reproche pas à chacun de nous cet état incomplet, diminué par la faute originelle. Nous n’en sommes pas personnellement coupables. Au contraire, il nous aime infiniment et ne cesse, depuis la faute originelle, de se battre avec toute son énergie jusqu’à se faire homme et à venir souffrir et mourir dans notre humanité pour rouvrir un chemin de vie qui nous est offert, reconstituer l’homme complet tel qu’il a été voulu et créé.

Théophile
Quæstor
Quæstor
Messages : 390
Inscription : dim. 20 déc. 2009, 19:21

Re: C'est Adam le fautif !

Message non lu par Théophile » sam. 14 juil. 2012, 20:48

Très bon éclairage, Xavi. On a tendance à voir le corps comme un sépulcre béant, et l'âme enfermée dedans.
En revanche il me semble que Dieu ne veut pas restaurer l'homme à l'état originel. Par la résurrection de Jésus, Il va beaucoup plus loin. Des corps fragiles sur cette terre, il en fait des corps glorieux si on veut bien le suivre. Ce n'est pas un retour en arrière, mais un bon en avant, hors d'atteinte de l'homme par ses propres forces.

De plus en vous lisant, il me semble que vous voyez Adam comme homme étant complet, si je ne m'abuse. L'était-il vraiment ? La réponse de Jean-Paul II devrait être non, si ma mémoire ne flanche pas. Car son incomplétude se révèle dans sa solitude première, lorsqu'il cherche un vis-à-vis dans la création et qu'il n'en trouve pas. Adam est donc incomplet, mais ordonné à Dieu. Sa faute est de s'être coupé volontairement de Dieu, mais pas à cause de son incomplétude, mais par sa liberté.

Avatar de l’utilisateur
Xavi
Prætor
Prætor
Messages : 1694
Inscription : mar. 28 juil. 2009, 14:50

Re: C'est Adam le fautif !

Message non lu par Xavi » dim. 15 juil. 2012, 12:02

Merci, cher Théophile, pour vos excellentes et pertinentes réflexions qui ajoutent d’indispensables précisions à mon message précédent.

Vous relevez très justement qu’il serait erroné d’imaginer que le Christ nous présenterait un retour en arrière. Bien, au contraire, la résurrection n’efface rien du passé de l’histoire mais va beaucoup plus loin.

La merveille de la création, c’est que Dieu n’a pas voulu créer un homme « complet », un « tout » achevé, mais un être vivant appelé à développer un monde nouveau et à vivre un avenir sans cesse nouveau.

Là où, par contre, vous posez une question difficile mais essentielle, c’est lorsque vous évoquez une « solitude première » et la recherche d’un vis-à-vis.

Il me semble que l’humain, créé homme et femme, est, dès sa création, dans un état de communion et non de solitude. Il est créé à l’image de Dieu, qui est communion de trois personnes, Père, Fils et Esprit Saint, et l’âme humaine immortelle n’est pas créée à l’image de Dieu sans cette communion.

C’est probablement un des aspects les plus difficiles de la création de l’humanité.

Entre l’adame (dans le texte hébreu de la Genèse, le mot a un article et est un mot de genre avant la présence de Eve) qui crie et cherche et Adam, le premier humain, il est délicat de procéder à une assimilation trop rapide dans le récit largement imagé de la Genèse.

Comme Saint Augustin l’avait déjà compris, bien avant Darwin, le corps animal des humains est issu d’une longue histoire, avant que ne se produise l’événement extraordinaire de la création qui a créé Adam et Eve. Un événement aussi concret et historique que l’incarnation ultérieure du Christ lui-même.

Dans les ultimes étapes précédant la création d’Adam et Eve, l’adame (l’ancêtre biologique d’Adam et Eve) avait déjà un corps, un cerveau et des capacités intellectuelles très proches des nôtres, mais il ne connaissait pas encore la communion des personnes qui fait vivre, il était encore dans un état de solitude, de recherche d’un vis-à-vis. Il n’était pas encore à l’image de Dieu.

De manière imagée, mais très explicite, la rencontre d’Adam et Eve dans un éblouissement intense semble décrire l’aspect décisif de la création des premiers êtres pleinement humains à l’image de Dieu. Ils ne sont pas créés « complets », mais dans un état capable de vivre de la vie de communion de Dieu,, à l’image de Dieu, ouverts sur un avenir à construire, à réaliser.

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 5031
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: C'est Adam le fautif !

Message non lu par gerardh » lun. 16 juil. 2012, 15:34

_______

Bonjour,

La question du péché originel, et son antithèse, le salut et la rédemption en Jésus, est explicitée en Romains 5, 12-21.



_____________

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Lejardin et 5 invités