L’existence de préhumains est plus qu’une hypothèse

« Assurément, il est grand le mystère de notre religion : c'est le Christ ! » (1Tm 3.16)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions de théologie dogmatique
Avatar de l’utilisateur
LIGO
Quæstor
Quæstor
Messages : 221
Inscription : jeu. 06 mai 2010, 17:43

Re: L’existence de préhumains est plus qu’une hypothèse

Message non lupar LIGO » sam. 18 déc. 2010, 1:22

Le Bon Seb (qui sait de quoi il parle puisqu'il est séminariste) a fait plus haut une distinction entre "âme"' et "âme spirituelle".

J'aimerai en savoir plus, car j'avoue humblement n'avoir jamais entendu parler d'une telle distinction parmi les âmes.

Merci d'avance.

Avatar de l’utilisateur
Pneumatis
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1950
Inscription : jeu. 19 févr. 2009, 17:22
Localisation : Châteaubriant
Contact :

Re: L’existence de préhumains est plus qu’une hypothèse

Message non lupar Pneumatis » sam. 18 déc. 2010, 1:35

Si vous voulez une vision chrétienne de la théorie de l'évolution, je peux vous suggérer le mouvement «biologos» qui apporte un regard assez inédit:
w w w.biologos.org
Je suis navré Roll, mais le site que vous indiquez, si il est chrétien, n'est pas catholique, et à moins que vous ne veniez en discuter sur ce forum dans la section apologétique, les articles qu'il propose contraires au magistère de la Sainte Eglise Catholique n'ont rien à faire dans cette section d'étude théologique catholique, sinon comme un exemple d'analyse à ne pas suivre. Ceci dit, certains articles plairaient quand même à Xavi, parce qu'au-delà du polygénisme, ils ont l'air d défendre la même thèse que Xavi (préhumain -> paf -> humain).

Votre site fait la promotion du polygénisme, avec certes un raisonnement scientifique sérieux, argumenté, etc... Mais tout sérieux que soit ce raisonnement, il est non seulement contraire à ce qu'enseigne le magistère (cf. Humani Generis), mais il ressort d'une méthode exégétique largement dénoncée par la commission biblique pontificale, par Dei Verbum (Vatican II) et plus récemment par le synode sur la Parole de Dieu, et la synthèse de Benoit XVI qui en résulte (Verbum Domini) : l'exégèse ne doit jamais être séparée de l'herméneutique. Les méthodes utilisées sur le site que vous indiquez, comme trop souvent par les théologiens aujourd'hui (et ce n'est pas pour rien que le pape alerte encore et encore sur le sujet) montre une approche de la tradition visant à la faire coller à des théories auxquelles ont veut qu'elle colle, plutôt que de réfléchir à des théories qui collent à la tradition. Pour faire simple.

Bref, d'emblée les efforts, tous scientifiques qu'ils soient, pour faire coller absolument l'exégèse à une théorie du polygénisme à laquelle on adhère a priori, c'est simplement faire passer sa raison scientifique AVANT l'intelligence de la foi. C'est juste renverser la méthode. Croyez-moi, je pense qu'il y a une grande importance à exposer la cohérence entre science et foi, et à les réconcilier : mais le socle qui met le reste en lumière, c'est la Tradition, pour illuminer la science et lui donner du sens. En aucun cas ce n'est la science qui est le socle et qui sert à déterminer ce que doit dire la Tradition.

Bon sinon désolé, là tout de suite je ne peux pas répondre à tout le monde... A+
Site : http://www.pneumatis.net/
Auteur : Notre Père, cet inconnu, éd. Grégoriennes, 2013

Avatar de l’utilisateur
Pneumatis
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1950
Inscription : jeu. 19 févr. 2009, 17:22
Localisation : Châteaubriant
Contact :

Re: L’existence de préhumains est plus qu’une hypothèse

Message non lupar Pneumatis » sam. 18 déc. 2010, 2:41

votre propos n'a rien à voir avec le thème du post. il existe des sous-forums pour exprimer avec élégance le besoin de communion ressenti.
La théologie, s'appuyant sur le texte pour aborder les pré-humains éventuels , et auquel vous faites appel dans ce post, n'a aucun lien direct avec le besoin légitime dont vous parlez.
Il a tout à voir au contraire, dans la mesure où nous sommes sur un forum catholique :
La théologie sacrée s’appuie sur la Parole de Dieu écrite, inséparable de la sainte Tradition, comme sur un fondement permanent ; en elle aussi elle se fortifie, s’affermit et se rajeunit toujours, tandis qu’elle scrute, sous la lumière de la foi, toute la vérité qui se puise cachée dans le mystère du Christ. Les Saintes Écritures contiennent la Parole de Dieu et, puisqu’elles sont inspirées, elles sont vraiment cette Parole ; que l’étude de la Sainte Écriture soit donc pour la théologie sacrée comme son âme

[...]

Ainsi donc, que par la lecture et l’étude des Livres saints « la Parole de Dieu accomplisse sa course et soit glorifiée » (2 Th 3, 1), et que le trésor de la Révélation confié à l’Église comble de plus en plus le cœur des hommes. De même que l’Église reçoit un accroissement de vie par la fréquentation assidue du mystère eucharistique, ainsi peut-on espérer qu’un renouveau de vie spirituelle jaillira d’une vénération croissante de la Parole de Dieu, qui « demeure à jamais » (Is 40, 8 ; cf. 1 P 23-25).
Il est important que les critères indiqués par le numéro 12 de la Constitution dogmatique Dei Verbum soient effectivement pris en considération et fassent l'objet d'un approfondissement. Qu'on évite de cultiver un concept de recherche scientifique, que l'on voudrait neutre face à l'Écriture. C'est pourquoi, en même temps que l'étude des langues dans lesquelles la Bible a été écrite et des méthodes d'interprétation qui conviennent, il est nécessaire que les étudiants aient une profonde vie spirituelle, de façon à saisir qu'on ne peut comprendre l'Écriture que si on la vit.
Quant au thème du post, Xavi en étant l'instigateur il est bien placé pour savoir ce qu'il met derrière.
Site : http://www.pneumatis.net/
Auteur : Notre Père, cet inconnu, éd. Grégoriennes, 2013

Avatar de l’utilisateur
roll
Quæstor
Quæstor
Messages : 200
Inscription : jeu. 13 août 2009, 18:09
Contact :

Re: L’existence de préhumains est plus qu’une hypothèse

Message non lupar roll » sam. 18 déc. 2010, 12:57

Votre site fait la promotion du polygénisme, avec certes un raisonnement scientifique sérieux, argumenté, etc... Mais tout sérieux que soit ce raisonnement, il est non seulement contraire à ce qu'enseigne le magistère (cf. Humani Generis), mais il ressort d'une méthode exégétique largement dénoncée par la commission biblique pontificale, par Dei Verbum (Vatican II) et plus récemment par le synode sur la Parole de Dieu, et la synthèse de Benoit XVI qui en résulte (Verbum Domini) : l'exégèse ne doit jamais être séparée de l'herméneutique. Les méthodes utilisées sur le site que vous indiquez, comme trop souvent par les théologiens aujourd'hui (et ce n'est pas pour rien que le pape alerte encore et encore sur le sujet) montre une approche de la tradition visant à la faire coller à des théories auxquelles ont veut qu'elle colle, plutôt que de réfléchir à des théories qui collent à la tradition. Pour faire simple.
Je veux bien ouvrir un fil dans Apologétique si il le faut. Mais il reste que des catholiques ne sont pas d'accord avec ça:
http://www.crc-canada.org/bd/fichierNouveaute/532_1.pdf

On se permet d'interpéter l'Écriture elle-même, parole de Dieu lui-même selon le Magistère, alors je ne comprend le même Magistère doit toujours être pris au pied de la lettre, au premier degré le plus simpliste. Pour moi, c'est le problème des sédévacantistes qui «trouvent» des contradictions dans le Magistère, car ils ne comprennent que l'interprétation «zéro».

Je fait ouvrir un fil sur Apologétique pour éviter de polluer plus la discussion ici.
Toi, tu crois qu'il y a un seul Dieu? Tu fais bien. Les démons le croient aussi, et ils tremblent.
Veux-tu savoir, homme insensé, que la foi sans les œuvres est stérile?

Avatar de l’utilisateur
jpm
Ex Civitate
Ex Civitate
Messages : 178
Inscription : jeu. 10 sept. 2009, 8:40

Re: L’existence de préhumains est plus qu’une hypothèse

Message non lupar jpm » sam. 18 déc. 2010, 15:10

Bonjour,
Je profite des quelques instants qu'il me reste à vivre ici, pour ajouter:
vous êtres, vous aussi hors de la Tradition vivante.
Attention à vos côtes d'Adam......

Cela dit, il existe plusieurs branches de type Homo, Sapiens, Néanderthalis, erectus, etc.... L'un ayant couché avec l'autre tant les gènes son proches et assemblables.
A l'heure actuelle, il n'existe qu'une seule branche, dite race.

[Contestation de la modération, et ignorance manifeste du règlement. Si votre liberté d'expression est injustement brimée sur ce forum et que cela nuit à votre épanouissement personnel et affectif localhost est ton ami. | Seb]

Avatar de l’utilisateur
Pneumatis
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1950
Inscription : jeu. 19 févr. 2009, 17:22
Localisation : Châteaubriant
Contact :

Re: L’existence de préhumains est plus qu’une hypothèse

Message non lupar Pneumatis » sam. 18 déc. 2010, 17:37

@Roll : votre dernier document est très intéressant. Aussi je vous prie de m'excuser d'avoir été trop radical dans mon jugement sur le polygénisme. Hier, en écrivant, je me suis fait la réflexion que le terme d'hérésie n'était pas employé par Pie XII dans Humani Generis, mais le propos de Pie XII me semblait aller clairement dans ce sens (et d'ailleurs, comme l'explique très bien votre document, je ne suis pas le seul à avoir cette interprétation).

En fait, vous avez raison, si je ne vois pas, comme Pie XII ne le voyait pas, comment le polygénisme peut être compatible avec une herméneutique authentique de la foi catholique, cela n'en fait pas de facto une hérésie.

Et même, j'irai plus loin, c'est même l'hypothèse de Xavi qui permettrait de rendre la thèse du polygénisme compatible avec la foi catholique, si toutefois cette thèse s'avère théologiquement acceptable. En effet, d'après la thèse de Xavi, rien n'empêche que des homo sapiens soient issus de souches multiples, permettant un brassage génétique compatible avec la diversité du génome humain, mais que finalement un seul couple d'entre eux ait reçu, à un instant T de l'Histoire, une âme spirituelle le faisant à l'image de Dieu.

Pour autant, j'émets là, comme je l'ai exprimé à Xavi, des réserves, car pour paraphraser Pie XII, je ne vois pas quel sens (herméneutique) cela peut avoir. En gros, en l'état mon intelligence est hermétique à cette hypothèse.

Pour autant, et là je rejoins tout à fait le document que vous nous présentez, l'idée d'une création en évolution me semble tout à fait signifiante et même enrichissante dans ce qu'elle dit du sens de l'histoire et de son rapport à l'économie du Salut, ainsi que l'exprimait le cardinal De Lubac en reprenant certaines thèses de T. de Chardin (voir le texte que j'ai indiqué). Là, en concevant théologiquement, à partir des Ecritures, une thèse de l'histoire du salut, qui se trouve corroborer certaines thèses scientifiques évolutionnistes, nous sommes je crois dans une étude de la Parole de Dieu qui soit véritablement, comme nous l'enseigne l'Eglise, au service de l'intelligence de la foi.

@JPM : je suis désolé que vous en soyiez réduit à vous considérer comme une pauvre victime du vilain diktat de ce forum. Ceci dit, comme je vous l'ai exprimé dès le début : pour chercher ensemble, il nous faut au minimum partager un objectif commun et une méthodologie commune. Du moins des méthodologies explicites. l'Eglise, dans les textes que j'indique, ne nous commande pas quoi penser, mais elle nous rappelle que notre recherche s'inscrit dans une tradition vivante, et qu'elle est au service de l'intelligence de la Foi. Comme vous l'a dit Xavi, étudier des textes anciens comme on décortiquerait des vieux poèmes de Ronsard ne nous intéresse pas. Ce qui nous intéresse c'est d'entrer, en nous nourrissant de la parole de Dieu et en la ruminant, un peu plus, ensemble, dans la communion au Christ. C'est là l'objectif de la théologie catholique.

@Xavi :
ci, je ne comprends pas. Quelle serait cette autre hypothèse ? Comment le corps humain pourrait-il provenir de l’évolution sans passer par des parents (au moins, une « mère ») ?
Si on reprend les hypothèses possibles, pour faire simple :

1/ Un premier être vivant apparait, extrèmement primitif (unicellulaire), puis de générations en générations le génome évolue et le nombre d'espèces se diversifie. L'une d'entre elle dispose d'un génome comme le notre. Puis un jour, un couple met au monde un enfant qui reçoit une âme spirituelle et devient le premier Homme au sens biblique du terme.

2/ Un premier être vivant apparait, extrèmement primitif (unicellulaire), puis de générations en générations le génome évolue et le nombre d'espèces se diversifie. Puis un jour, un premier Homme au sens biblique du terme apparait, biologiquement homo sapiens, mais apparu sans parents, par le même miracle qu'est apparue la première cellule vivante.

3/ Un premier être vivant apparait, extrèmement primitif (unicellulaire), doté d'une âme spirituelle mais à un stade d'évolution (de l'âme) aussi embryonnaire que l'est sont organisme biologique. Il sera la souche d'une longue évolution qui conduira, par une évolution tant biologique que spirituelle, à un homme pleinement achevé en Christ : corps de gloire + âme en communion à Dieu.

En fait ma troisième option est naze ! Ca voudrait dire que tout le vivant découle du premier Homme et c'est absurde, évidemment (il n'y aurait dans le vivant que des Hommes, mais pas tous au même stade d'évolution -> thèse nécessairement incompatible avec la foi catholique). J'abandonne cette idée stupide.

Il faut bien qu'il y ait des êtres vivants qui précèdent l'homme et qui soient souches des végétaux, des animaux, etc...

Reste quand même une hypothèse 3 bis, qui considérerait tout de même qu'il y a plusieurs souches du vivant, mais que pour l'homme n'a pas de parents animaux (ni végétaux d'ailleurs) : on considèrerait alors que l'évolution ne permet pas de sauter d'un "règne" à l'autre. Ce qui me semble d'ailleurs assez raisonnable. Quoique... La résurrection qui nous attend pourrait s'apparenter à un "saut de règne". Et si un "saut de règne" nous attend, si nous sommes appelés à "renaitre de l'eau et de l'esprit" pourquoi n'aurions nous pas été des animaux qui ont connu aussi une renaissance les faisant passer du règne animal au règne humain.

Reste à savoir comment a pu s'opérer ce passage du règne animal (celui que vous appelez pré-humain, Xavi) au règne humain :

1/ est-ce à l'occasion d'un engendrement : un nouvel être est conçu humain dans le sein d'une mère animale (par la fécondation ou non d'un père animal). J'ironise un petit peu, mais s'autoriser cette hypothèse oblige à autoriser celle d'un nouvel être conçu humain d'un végétal... vous savez, le fameux : les garçons naissent dans les choux, les filles dans les roses.

2/ est-ce au cours de la vie animal d'un individu qu'il devient subitement humain ? peut-être en connaissant une expérience de "mort à la vie animale" pour renaitre à la "vie humaine" (un phénomène analogue à la résurrection qui nous fera mourir à notre vie terrestre pour renaitre dans la vie du royaume)

3/ est-ce à l'occasion d'une génération spontanée ? Paf un nouvel individu humain apparait et est le premier individu vivant non seulement d'une nouvelle espèce biologique, mais aussi d'un règne nouveau, ni animal, ni végétal.

L'hypothèse 3 est évidemment l'hypothèse la plus proche d'une lecture littérale de la Genèse, mais qu'on peut aussi facilement taxer de fondamentaliste. En gros, c'est l'hypothèse qui restera si on a éliminé toutes les autres.

J'aime bien l'hypothèse n°2, qui est comme une préfiguration de notre naissance dans la vie du règne à venir (le jeu de mot sur "règne" est intéressant, hein ?). Je trouve qu'au plan de l'herméneutique, cela a du sens. Cela peut même dire quelque chose du péché originel, ou encore être figuré dans le déluge et le récit de Noé.

Pour l'hypothèse 1, franchement, faire naitre un petit Adam d'une mère animale (aussi humaine qu'elle est l'air) me dérange franchement. Je n'arrive pas bien à expliquer, mais la signification que cela donne à l'engendrement me heurte vraiment. Il y a une réelle différence de nature entre l'homme et l'animal... à moins que par essence, on puisse affirmer métaphysiquement que l'Homme soit : un animal doté d'une âme spirituelle. Dans ce cas, il y aurait une raison herméneutique à le considérer comme né d'une mère animal et d'un... "esprit" (un souffle ?). Ca correspondrait assez bien à la Genèse, finalement... vous allez finir par me convaincre Xavi. Sauf qu'il y a beaucoup de "si" qu'il faudrait creuser dans tout ça.

En tout cas, je précise quand même que je rejette en bloc la conception d'un Homme par un couple d'animal. Là franchement, ça n'a juste aucun sens (au sens de comment cela renseigne notre intelligence sur l'Homme).
Site : http://www.pneumatis.net/
Auteur : Notre Père, cet inconnu, éd. Grégoriennes, 2013

Avatar de l’utilisateur
jpm
Ex Civitate
Ex Civitate
Messages : 178
Inscription : jeu. 10 sept. 2009, 8:40

Re: L’existence de préhumains est plus qu’une hypothèse

Message non lupar jpm » sam. 18 déc. 2010, 18:01

[Contestation de la modération. Merci de lire le règlement. | Seb]

"1/ Un premier être vivant apparait, extrèmement primitif (unicellulaire), puis de générations en générations le génome évolue et le nombre d'espèces se diversifie. L'une d'entre elle dispose d'un génome comme le notre. Puis un jour, un couple met au monde un enfant qui reçoit une âme spirituelle et devient le premier Homme au sens biblique du terme.

2/ Un premier être vivant apparait, extrèmement primitif (unicellulaire), puis de générations en générations le génome évolue et le nombre d'espèces se diversifie. Puis un jour, un premier Homme au sens biblique du terme apparait, biologiquement homo sapiens, mais apparu sans parents, par le même miracle qu'est apparue la première cellule vivante.

3/ Un premier être vivant apparait, extrèmement primitif (unicellulaire), doté d'une âme spirituelle mais à un stade d'évolution (de l'âme) aussi embryonnaire que l'est sont organisme biologique. Il sera la souche d'une longue évolution qui conduira, par une évolution tant biologique que spirituelle, à un homme pleinement achevé en Christ : corps de gloire + âme en communion à Dieu."

Vous avez manqué une étape for importante: la présence de noyau dans une cellule.
c'est la partage du noyau en deux sous-noyaux qui provoque la division.
(niveau CM1)
Karyokinèse.gif
Et de là, l'idée géniale d'Adam "homme et femelle" tout à la fois.

Epsilon
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1192
Inscription : ven. 02 juil. 2010, 19:27

Re: L’existence de préhumains est plus qu’une hypothèse

Message non lupar Epsilon » sam. 18 déc. 2010, 18:14

Je profiterais du WE pour lire l'ensemble des contributions et y apporter mon point de vue ... merci à Roll pour son lien que je découvre et commence à lire :

Mais dés le début il est écrit :
"Croit-elle [la science] que l’homme est issu d’un ou de plusieurs couples ? — Les termes techniques employés pour ces deux théories sont monogénisme et polygénisme, respectivement."

Ceci n'est pas tout à fait exacte ... car d'une part il est statistiquement IMPOSSIBLE qu'UN seul couple puisse aboutir à "l'homme" la probabilité est quasiment nulle (ou alors nous y mettons l'intervention divine et là nous quittons la science) ... et d'autre part il est question de monogénisme au sens stricte (un seul couple originaire) et de monogénisme au sens large ... dans ce dernier cas il s'agit d'un seul phylum évolutif hypothèse monophylétique garantissant l’unité de la nature humaine … dans la mesure ou il toucherait un berceau « spatio-temporel » commun à toute l’humanité.

"L'inconvénient" du polygénisme (qui n'a pas la faveur des scientifiques) c'est qu'il n'y a aucune garantie de "l'unicité de la nature humaine" ... ouvrant la voie à des "sous-homme" et donc au racisme.

Je poursuis la lecture.


Epsilon

Avatar de l’utilisateur
Pneumatis
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1950
Inscription : jeu. 19 févr. 2009, 17:22
Localisation : Châteaubriant
Contact :

Re: L’existence de préhumains est plus qu’une hypothèse

Message non lupar Pneumatis » sam. 18 déc. 2010, 18:19

Je suis d'accord avec votre dernière remarque, JPM : pour moi il y a une analogie évidente entre ce que décrit le récit de la Genèse, et la division cellulaire. C'en est éblouissant de correspondance. Toutefois, cela peut nous dire quelque chose de l'ontogenèse, mais assez peu de chose de la phylogenèse. Et la théorie de l'évolution, quoiqu'ayant besoin de s'appuyer sur des fondements génétiques sérieux, n'est pas une théorie de l'ontogenèse (qui n'a plus guère besoin de théorie aujourd'hui : nous savon fort bien comment se déroule le processus), mais une théorie de la phylogenèse. Et c'est encore dans l'ordre de la phylogenèse que nous tentons, dans ce fil de discussion, de poser nos hypothèses.
Site : http://www.pneumatis.net/
Auteur : Notre Père, cet inconnu, éd. Grégoriennes, 2013

Avatar de l’utilisateur
jpm
Ex Civitate
Ex Civitate
Messages : 178
Inscription : jeu. 10 sept. 2009, 8:40

Re: L’existence de préhumains est plus qu’une hypothèse

Message non lupar jpm » sam. 18 déc. 2010, 19:20

Bonjour ,

Suivant Haeckel, biologiste l'ontogenèse résume la phylogenèse, théorie sur laquelle planchent de nombreux naturalistes et biologistes.

Dans le cas présent il n'existe que l'idée de Principe ou noyau indivisé avant l'apparition de deux noyaux dans un même cellule et représentant Adam homme et femme.

La phylogenèse d'Adam homme-femme et tout à la fois est décrite au chapitre 5 à l'aide de nombres.
Cela à la vue de tous mais d'une manière assez incompréhensible au premier abord.
Sachant que les nombres ,toujours écrits en lettres, sont porteurs de qualités précises, le déroulement de la descendance d'Adam peut se lire.
Dernière édition par jpm le sam. 18 déc. 2010, 19:38, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
roll
Quæstor
Quæstor
Messages : 200
Inscription : jeu. 13 août 2009, 18:09
Contact :

Re: L’existence de préhumains est plus qu’une hypothèse

Message non lupar roll » sam. 18 déc. 2010, 19:26

Je profiterais du WE pour lire l'ensemble des contributions et y apporter mon point de vue ... merci à Roll pour son lien que je découvre et commence à lire :

Mais dés le début il est écrit :
"Croit-elle [la science] que l’homme est issu d’un ou de plusieurs couples ? — Les termes techniques employés pour ces deux théories sont monogénisme et polygénisme, respectivement."

Ceci n'est pas tout à fait exacte ... car d'une part il est statistiquement IMPOSSIBLE qu'UN seul couple puisse aboutir à "l'homme" la probabilité est quasiment nulle (ou alors nous y mettons l'intervention divine et là nous quittons la science) ... et d'autre part il est question de monogénisme au sens stricte (un seul couple originaire) et de monogénisme au sens large ... dans ce dernier cas il s'agit d'un seul phylum évolutif hypothèse monophylétique garantissant l’unité de la nature humaine … dans la mesure ou il toucherait un berceau « spatio-temporel » commun à toute l’humanité.

"L'inconvénient" du polygénisme (qui n'a pas la faveur des scientifiques) c'est qu'il n'y a aucune garantie de "l'unicité de la nature humaine" ... ouvrant la voie à des "sous-homme" et donc au racisme.

Je poursuis la lecture.


Epsilon
D'après le wikitionnaire: le monogénisme est défini par: «Système d’après lequel on admet que toutes les races humaines dérivent d’un seul couple, ou du moins d’une seule origine.». Dans le cadre d'une discussion sur Adam et Ève, le monogénisme réfère naturellement à la théorie du couple initial. Évidemment que la monophylie de l'homme ne fait pas de doute.
Toi, tu crois qu'il y a un seul Dieu? Tu fais bien. Les démons le croient aussi, et ils tremblent.
Veux-tu savoir, homme insensé, que la foi sans les œuvres est stérile?

Avatar de l’utilisateur
Xavi
Prætor
Prætor
Messages : 1415
Inscription : mar. 28 juil. 2009, 14:50

Re: L’existence de préhumains est plus qu’une hypothèse

Message non lupar Xavi » sam. 18 déc. 2010, 19:28

@Xavi :
ci, je ne comprends pas. Quelle serait cette autre hypothèse ? Comment le corps humain pourrait-il provenir de l’évolution sans passer par des parents (au moins, une « mère ») ?
Si on reprend les hypothèses possibles, pour faire simple :

1/ Un premier être vivant apparait, extrèmement primitif (unicellulaire), puis de générations en générations le génome évolue et le nombre d'espèces se diversifie. L'une d'entre elle dispose d'un génome comme le notre. Puis un jour, un couple met au monde un enfant qui reçoit une âme spirituelle et devient le premier Homme au sens biblique du terme.

2/ Un premier être vivant apparait, extrèmement primitif (unicellulaire), puis de générations en générations le génome évolue et le nombre d'espèces se diversifie. Puis un jour, un premier Homme au sens biblique du terme apparait, biologiquement homo sapiens, mais apparu sans parents, par le même miracle qu'est apparue la première cellule vivante.

3/ Un premier être vivant apparait, extrèmement primitif (unicellulaire), doté d'une âme spirituelle mais à un stade d'évolution (de l'âme) aussi embryonnaire que l'est sont organisme biologique. Il sera la souche d'une longue évolution qui conduira, par une évolution tant biologique que spirituelle, à un homme pleinement achevé en Christ : corps de gloire + âme en communion à Dieu.

En fait ma troisième option est naze ! Ca voudrait dire que tout le vivant découle du premier Homme et c'est absurde, évidemment (il n'y aurait dans le vivant que des Hommes, mais pas tous au même stade d'évolution -> thèse nécessairement incompatible avec la foi catholique). J'abandonne cette idée stupide.

Il faut bien qu'il y ait des êtres vivants qui précèdent l'homme et qui soient souches des végétaux, des animaux, etc...

Reste quand même une hypothèse 3 bis, qui considérerait tout de même qu'il y a plusieurs souches du vivant, mais que pour l'homme n'a pas de parents animaux (ni végétaux d'ailleurs) : on considèrerait alors que l'évolution ne permet pas de sauter d'un "règne" à l'autre. Ce qui me semble d'ailleurs assez raisonnable. Quoique... La résurrection qui nous attend pourrait s'apparenter à un "saut de règne". Et si un "saut de règne" nous attend, si nous sommes appelés à "renaitre de l'eau et de l'esprit" pourquoi n'aurions nous pas été des animaux qui ont connu aussi une renaissance les faisant passer du règne animal au règne humain.

Reste à savoir comment a pu s'opérer ce passage du règne animal (celui que vous appelez pré-humain, Xavi) au règne humain :

1/ est-ce à l'occasion d'un engendrement : un nouvel être est conçu humain dans le sein d'une mère animale (par la fécondation ou non d'un père animal). J'ironise un petit peu, mais s'autoriser cette hypothèse oblige à autoriser celle d'un nouvel être conçu humain d'un végétal... vous savez, le fameux : les garçons naissent dans les choux, les filles dans les roses.

2/ est-ce au cours de la vie animal d'un individu qu'il devient subitement humain ? peut-être en connaissant une expérience de "mort à la vie animale" pour renaitre à la "vie humaine" (un phénomène analogue à la résurrection qui nous fera mourir à notre vie terrestre pour renaitre dans la vie du royaume)

3/ est-ce à l'occasion d'une génération spontanée ? Paf un nouvel individu humain apparait et est le premier individu vivant non seulement d'une nouvelle espèce biologique, mais aussi d'un règne nouveau, ni animal, ni végétal.

L'hypothèse 3 est évidemment l'hypothèse la plus proche d'une lecture littérale de la Genèse, mais qu'on peut aussi facilement taxer de fondamentaliste. En gros, c'est l'hypothèse qui restera si on a éliminé toutes les autres.

J'aime bien l'hypothèse n°2, qui est comme une préfiguration de notre naissance dans la vie du règne à venir (le jeu de mot sur "règne" est intéressant, hein ?). Je trouve qu'au plan de l'herméneutique, cela a du sens. Cela peut même dire quelque chose du péché originel, ou encore être figuré dans le déluge et le récit de Noé.

Pour l'hypothèse 1, franchement, faire naitre un petit Adam d'une mère animale (aussi humaine qu'elle est l'air) me dérange franchement. Je n'arrive pas bien à expliquer, mais la signification que cela donne à l'engendrement me heurte vraiment. Il y a une réelle différence de nature entre l'homme et l'animal... à moins que par essence, on puisse affirmer métaphysiquement que l'Homme soit : un animal doté d'une âme spirituelle. Dans ce cas, il y aurait une raison herméneutique à le considérer comme né d'une mère animal et d'un... "esprit" (un souffle ?). Ca correspondrait assez bien à la Genèse, finalement... vous allez finir par me convaincre Xavi. Sauf qu'il y a beaucoup de "si" qu'il faudrait creuser dans tout ça.

En tout cas, je précise quand même que je rejette en bloc la conception d'un Homme par un couple d'animal. Là franchement, ça n'a juste aucun sens (au sens de comment cela renseigne notre intelligence sur l'Homme).
Que pourrais-je ajouter ?, sauf que je suis d'accord.

Ma préférence va aussi, dans vos trois dernières hypothèses, à celle n° 2.

Je pense aussi que l'homme ne vient pas d'un couple animal. Sa lignée biologique préhumaine me semble spécifique.

Epsilon
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1192
Inscription : ven. 02 juil. 2010, 19:27

Re: L’existence de préhumains est plus qu’une hypothèse

Message non lupar Epsilon » sam. 18 déc. 2010, 20:01

Voir Marc Leclerc "monogénisme/polygénisme" dans le "dictionnaire critique de théologie".

L'important est l'UNITE de la race humaine ou l'unité de nature et de fraternité entre tous les hommes ... que pour y arriver il eut fallu un ou plusieurs couples est secondaire.

Voir aussi K. Rahner


Epsilon

Avatar de l’utilisateur
roll
Quæstor
Quæstor
Messages : 200
Inscription : jeu. 13 août 2009, 18:09
Contact :

Re: L’existence de préhumains est plus qu’une hypothèse

Message non lupar roll » sam. 18 déc. 2010, 20:09

J'ai envie de faire une remarque. Bien sur qu'il y a une seule race humaine. Mais est-ce réellement si important ? Si Dieu avait choisi de mettre sur terre deux races humaines, voire deux espèces, ça ne serait en aucun cas une excuse pour une race (ou espèce) de dominer sur l'autre.
Toi, tu crois qu'il y a un seul Dieu? Tu fais bien. Les démons le croient aussi, et ils tremblent.
Veux-tu savoir, homme insensé, que la foi sans les œuvres est stérile?

Epsilon
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1192
Inscription : ven. 02 juil. 2010, 19:27

Re: L’existence de préhumains est plus qu’une hypothèse

Message non lupar Epsilon » sam. 18 déc. 2010, 20:17

En me référent au livre que j'ai déjà mentionné : "de la génétique à Dieu" de F. S. Collins ... le nombre de "fondateurs" est estimé à une population de 10.000 individus vivant il y a 100.000 à 150.000 ans en Afrique de l'Est.

Une chose est certaine c'est quand matière d'ADN nous sommes tous identiques à 99,9% ... ceci indépendamment de notre origine, nationalité etc ... tous les humains font partie de la même famille ... ceci nous "distingue" de la plupart des autres espèces peuplant la planète ... dont la diversité en matière d'ADN est dix, voire 50, fois plus importante que la nôtre.


Epsilon


Revenir vers « Théologie »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit