Dieu est-il partout ?

« Assurément, il est grand le mystère de notre religion : c'est le Christ ! » (1Tm 3.16)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions de théologie dogmatique

Etes vous d'accord avec moi ?

oui
11
61%
non
7
39%
 
Nombre total de votes : 18

ArnaudN
Civis
Civis
Messages : 1
Inscription : dim. 15 janv. 2006, 21:35

Dieu est-il partout ?

Message non lu par ArnaudN » lun. 16 janv. 2006, 18:01

Voila, j'ai 16 ans, je m'appelle Arnaud, et je voulais savoir, si, Dieu, était partout; en effet, pourquoi faut il aller à l'église spécialement lorsque l'on veut se confesser, et pourquoi, pour cela, utiliser un pretre ?
Somme nous pas assez dignes de parler directement à notre seigneur ? Le lieu ou l'on veut se confesser (exemple : notree maison) n'est il pas aussi digne que sa maison ?
Je pense, que si on veut se faire pardonner de Dieu, ou se faire excuser ses peches, il nopus suffit de prier et de s'excuser, sans pour autant aller à l'eglise. Si Dieu et partout et qu'il nous ecoute, alors nous pardonnera car il est bon.
Voila ce que je pense; suis je ou non dans le bon ?
PS : je ne sais pas si j'ai posté ce message dans la bonne section

MB
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 977
Inscription : lun. 26 juil. 2004, 0:03

Message non lu par MB » mer. 18 janv. 2006, 13:37

Bonjour !

Je ne suis pas le mieux placé pour apporter des justifications théologiques aux sacrements (le mieux est de s'en tenir aux textes). Mais en ce qui concerne la confession : il faut remarquer que ce sacrement a une haute efficacité pédagogique - il force à se rappeler ses péchés point par point ; il motive suffisamment pour oser les dire en affrontant un regard humain, ce qui est toujours difficile même si le prêtre qui confesse est formé à recevoir le pécheur ; il permet d'en discuter avec un pro.
Quand on fait tout seul, dans son coin, l'introspection de ses péchés, on risque de ne plus s'aérer l'esprit ; il faut un minimum de méthode pour se repentir et s'améliorer ; tout seul, c'est plus difficile.

Amicalement
MB

wanderer
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 757
Inscription : ven. 03 sept. 2004, 16:49
Localisation : Haute-Savoie

Message non lu par wanderer » mer. 18 janv. 2006, 14:00

La source est tout simplement biblique.
20.Ayant ainsi parlé, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le
Seigneur.
21.Il leur dit une seconde fois: "Paix avec vous !" Comme mon Père m'a envoyé, moi aussi je vous envoie."
22.Après ces paroles, il souffla sur eux et leur dit: "Recevez l'Esprit-Saint."
23."Ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis; et ceux à qui vous les retiendrez, ils leur
seront retenus."
Bien cordialement en Jésus Christ.

Wanderer

:)

Avatar de l’utilisateur
Hélène
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 1601
Inscription : lun. 13 juin 2005, 3:51
Localisation : Sous le regard de Dieu
Contact :

Message non lu par Hélène » mer. 18 janv. 2006, 14:48

Bonjour Arnaud et bienvenue ! :welcome:

Pour ajouter à ce que Wanderer, Guillaume et MB ont dit en ce qui concerne le Sacrement de la Réconciliation, la dimension personnelle est très importante (le coeur à Coeur incarné). Le pécheur "ex-prime" son péché (le sort de lui) pour le déposer devant le Seigneur (nous avons donc l'assurance que le péché ne nous colle plus à la peau puisque nous l'avons remis). Puisque le prêtre agit dans la Personne du Christ, c'est donc à Jésus que le pécheur fait l'aveu comme le Seigneur le dit à sainte Faustine : "sache ma fille que lorsque tu entres dans le confessionnal, c'est moi qui est dissimulé derrière le prêtre"...cela prend un peu d'humilité et beaucoup de confiance que c'est le Christ qui s'est chargé de ce péché (comme le dit si bien le prophète Isaïe).

Bien sûr que Dieu est partout et qu'on peut lui demander pardon en tout temps au moment où l'on prend conscience d'avoir péché. Mais d'aller déposer ce péché dans la foi est une excellente thérapie pour guérir de la lèpre du péché. C'est le Médecin des coeurs qui prend sur Lui cette maladie mortelle...et nous avons l'assurance, par les paroles que le prêtre prononce en Église, d'être pardonné et guéri. Ce qui n'est pas forcément le cas pour une demande de pardon dans le secret de notre coeur...seul. Puisque Dieu s'est incarné, a voulu passer par notre humanité, il continue de le faire dans la personne de ses ministres ordonnés.

Fraternellement,
Hélène
Dernière modification par Hélène le mer. 18 janv. 2006, 21:19, modifié 1 fois.
"Le Père n'a dit qu'une seule Parole, c'est son Fils et, dans un éternel silence, il la prononce toujours". (Saint Jean de la Croix)

Avatar de l’utilisateur
SC
Ædilis
Ædilis
Messages : 24
Inscription : sam. 11 juin 2005, 21:10
Contact :

Message non lu par SC » mer. 18 janv. 2006, 14:52

Pour l'accomplissement d'une si grande oeuvre, le Christ est toujours là auprès de son Eglise, surtout dans les actions liturgiques. Il est là présent dans le sacrifice de la messe(20), et dans la personne du ministre, "le même offrant maintenant par le ministère des prêtres, qui s'offrit alors lui-même sur la croix" et, au plus haut point, sous les espèces eucharistiques. Il est présent par sa vertu dans les sacrements au point que lorsque quelqu'un baptise, c'est le Christ lui-même qui baptise(21). Il est là présent dans sa parole, car c'est lui qui parle tandis qu'on lit dans l'Eglise les Saintes Ecritures. Enfin il est là présent lorsque l'Eglise prie et chante les psaumes, lui qui a promis : "Là où deux ou trois sont rassemblés en mon nom, je suis là, au milieu d'eux" . Effectivement, pour l'accomplissement de cette grande oeuvre par laquelle Dieu est parfaitement glorifié et les hommes sanctifiés, le Christ s'associe toujours l'Eglise, son Epouse bien-aimée, qui l'invoque comme son Seigneur et qui passe par lui pour rendre son culte au Père éternel. (Concile Vatican II, Sacrosanctum Concilium 7, http://www.catho.org/9.php?d=rf)
Pour résumer, Dieu est partout, mais de différentes manières. Dans une église, il est substantiellement présent dans l'hostie qui se trouve dans le tabernacle. On pourrait presque dire "physiquement" puisqu'on peut le manger.
A la plénitude des temps, le Fils de Dieu, venant comme l'Agneau qui enlève et porte sur lui le péché du monde, apparaît comme celui qui possède le pouvoir aussi bien de juger que de pardonner les péchés; et il est venu non pour condamner mais pour pardonner et sauver.
Or, ce pouvoir de remettre les péchés, Jésus l'a conféré, par l'Esprit Saint, à de simples hommes, eux-mêmes sujets aux assauts du péché, à savoir à ses Apôtres: "Recevez l'Esprit Saint. Ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis; ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus". C'est là une des nouveautés évangéliques les plus formidables! En conférant ce pouvoir aux Apôtres, Jésus leur donne la faculté de le transmettre, comme l'Eglise l'a compris dès l'aube de son existence, à leurs successeurs, investis par les Apôtres eux-mêmes de la mission et de la responsabilité de continuer leur oeuvre d'annonciateurs de l'Evangile et de ministres de la Rédemption du Christ.
Ici apparaît dans toute sa grandeur la figure du ministre du sacrement de Pénitence, appelé confesseur selon une coutume très ancienne.
Comme à l'autel ou il célèbre l'Eucharistie, et comme en chacun des sacrements, le prêtre, ministre de la Pénitence, agit "in persona Christi". Le Christ, qui est rendu présent par le prêtre et qui accomplit par lui le mystère de la rémission des péchés, apparaît bien comme frère de l'homme, pontife miséricordieux, fidèle et compatissant, pasteur toujours à la recherche de la brebis perdue, médecin qui guérit et réconforte, maître unique qui enseigne la vérité et montre les chemins de Dieu, juge des vivants et des morts, qui juge selon la vérité et non d'après les apparences. (Jean Paul II, Reconciliatio et paenitentia 29, http://www.catho.org/9.php?d=qz)
Dieu - le Christ - est donc présent et agissant également dans le prêtre qui exerce son ministère, et particulièrement lorsqu'il confère les sacrements "in persona Christi" ("en la personne du Christ").
La première conviction est que, pour un chrétien, le sacrement de Pénitence est la voie ordinaire pour obtenir le pardon et la rémission des péchés graves commis après le baptême. Assurément, le Sauveur et son oeuvre salvifique ne sont pas liés à quelque signe sacramentel au point de ne pouvoir, en n'importe quel moment et domaine de l'histoire du salut, agir en dehors et au-dessus des sacrements. Mais à l'école de la foi, nous apprenons que le même Sauveur a voulu et disposé que les humbles et précieux sacrements de la foi soient ordinairement les moyens efficaces par lesquels passe et agit sa puissance rédemptrice. Il serait donc insensé et pas seulement présomptueux de vouloir laisser arbitrairement de côté des instruments de grâce et de salut que le Seigneur a institués et, en l'occurrence, de prétendre recevoir le pardon sans recourir au sacrement institué par le Christ précisément en vue du pardon. (Jean Paul II, Reconciliatio et paenitentia 31, http://www.catho.org/9.php?d=qz)
Seuls les péchés véniels peuvent être remis par la contrition ou par la communion eucharistique. Les péchés graves ne peuvent être remis que par la confession individuelle.

N'hésitez pas à lire le catéchisme abrégé publié récemment. Il apportera bien des réponses à vos questions.

SC

Avatar de l’utilisateur
Bernard
Censor
Censor
Messages : 55
Inscription : mar. 04 avr. 2006, 15:22
Localisation : Arlon - Belgique

Message non lu par Bernard » mer. 05 avr. 2006, 15:32

Bonjour à tous.

Voici un point de vue tout à fait personnel quant à l'utilité de la fréquentation de la messe dominicale.

Je suis fils de Dieu, comme vous tous. En tant que tel, il m'est tout-à-fait loisible de discuter avec mon Père, en toute simplicité, au calme, sur le ton de la confidence, dans un coin retiré de la maison. Nul besoin de se rendre à l'église pour un tel rapport privilégié qui passe par le biais de la prière.

Si ce rapport intime est primordial, il ne peut suffire dans la grande famille des chrétiens, tout comme dans une famille normalement constituée. Il convient de garder le contact avec nos frères et soeurs et de nous réunir autour précisément de ce qui nous unit, ce lien "familial" qu'est notre foi commune. Je vois la messe comme une sorte de "réunion de famille" hebdomadaire où, avec mes frères chrétiens, de vient faire part à mon Père, mais aussi à l'ensemble de la famille, de mes joies et de mes peines, de mes actions et de mes péchés. Ma conception de l'Eglise, à ce niveau, coïncide parfaitement à la conception que j'ai de la famille.

Je vois aussi la messe comme une grande fête (mais peut-être le terme cérémonie est-il mieux adapté car moins connoté), et je me dis que si tout le monde pensait ainsi, peut-être tout le monde ferait-il de l'assistance à la messe une des grandes priorités de la semaine. C'est le jour où Dieu nous acceuille dans sa maison. On ne peut véritablement prendre part au repas et à la Passion du Seigneur qu'en communauté.
Fluctuat nec mergitur

Grichka
Censor
Censor
Messages : 78
Inscription : mer. 26 juil. 2006, 12:21

Message non lu par Grichka » jeu. 27 juil. 2006, 16:23

Dieu est-il partout ?
Il n'est pas partout, sinon je serai Dieu, non ? :unsure:

Je le déclare, vous me croyez si vous voulez, je ne suis pas Dieu.

Une chose m'est sûr, je suis un être humain libre.

N'est ce pas parce que Dieu est Autre, donc pas partout que Moi, je suis ?
Dieu est-il à un endroit particulier ?
Marc 13:21 a écrit :Si quelqu’un vous dit alors: Le Christ est ici, ou: Il est là, ne le croyez pas.
Etonnant ? On me dit, va à l'Eglise pour te confesser à Dieu, et par ailleurs je lis un texte qui me fait douter de cette présence de Dieu en cet endroit particulier.

Alors, où est-il ? alors où aller le trouver ?
Matthieu 18:20 a écrit :Car là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d’eux.
Il serait donc là au milieu de mes frères chrétiens ? Faut-il être rassemblé dans un édifice consacré pour être appelé chrétiens ?
Image

C'est une autre question.
Fraternellement vôtre,
Christian

Avatar de l’utilisateur
Van
Ædilis
Ædilis
Messages : 11
Inscription : dim. 11 déc. 2005, 13:05
Contact :

Message non lu par Van » mar. 01 août 2006, 21:31

Votre question est intéressante mais à l'évidence, je pense que DIEU n'est pas présent partout pour la simple raison qu'il nous respecte trop.

Et si quelqu'un lui demande tout simplement de ne pas venir près de lui, il s'abstient tout simplement de venir l'importuner.

Cette liberté donnée par DIEU est un mystère qui , encore aujourd'hui, hante mes nuits.
Comment peut il nous aimer autant pour faire la volonté de ceux qui le haissent ?

Après maintes pensées, je me souviens que soudain, après avoir comtempler un petit crucifix avec Jésus les bras ouverts mais cloués au bois de la croix, Jésus semblait me dire " Tu sais, je t'aime !!! ..Viens !!"

Sa seule arme, c'est l'Amour !!
"Comment pourrais-je jamais laisser tomber dans l'erreur une ame qui m'aime et se confie à moi sans réserve ?" Les colloques de Marcel Van

http://marcelvan.canalblog.com/

Solene111
Ædilis
Ædilis
Messages : 17
Inscription : mar. 03 sept. 2019, 20:33

Re: Dieu est il partout ?

Message non lu par Solene111 » sam. 07 sept. 2019, 23:52

Dieu est partout car il est infini. En même temps j'aime la vision de Simone Weil (la philosophe pas la femme politique) qui disait que pour créer le monde Dieu avait dû non pas "s'agrandir" mais "se diminuer" car Dieu est parfait, et même si nous vivons dans le meilleur des mondes possibles selon Leibniz, le monde n'est évidemment pas parfait. Simone Weil pense que Dieu a dû en quelque sorte se diminuer, se rabaisser, par Amour pour sa création.

On peut bien sûr prier dans sa chambre, Jésus le dit lui-même d'une certaine façon. Ce qui peut être bien est d'entrer de temps en temps dans une Eglise, pas forcément pendant une messe. De regarder autour de soi, les icônes, les statues. De s'asseoir, de prier, de déposer un cierge. C'est un lieu propice au recueillement. Je suis souvent très intimidé dans une Eglise. Et peut être après aller à la messe de temps en temps si le cœur vous en dit, pour partager un moment avec d'autres personnes en Dieu.

Avatar de l’utilisateur
Recouvrance
Barbarus
Barbarus

Re: Dieu est-il partout ?

Message non lu par Recouvrance » ven. 13 sept. 2019, 13:46

Si on croit en Dieu, bien évidemment qu'il est partout. C'est un être tout puissant, immatériel et qui a tout créé. C'est donc normal.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités