Comment considérer la Génèse ?

« Alors il leur ouvrit l'esprit à l'intelligence des Écritures. » (Lc 24.45)
Règles du forum
Forum d'échanges sur la Sainte Bible.
Avatar de l’utilisateur
TREBLA
Barbarus
Barbarus

Re: Comment considérer la Génèse ?

Message non lu par TREBLA » lun. 20 févr. 2017, 22:14

Cher saperlipopette,

Vous avez raison quand vous dites le suivant.
Adam veut dire homme en hébreu.
Ensuite, vous considérez:
Il s'agit peut-être de la nature et non de la personne d'Adam.
Lisez attentivement le verset suivant: 1 Corinthiens 15:45 - C’est pourquoi il est écrit: Le premier homme, Adam, devint une âme [ψυχὴν] vivante. Le dernier Adam est devenu un Esprit vivifiant.

:?: Le premier homme, Adam :?:
S'agit-il ici de la nature humaine ou de la personne d'Adam ? En bref, s'agit-il d'une idée ou d'une personne ?

:?: Le dernier Adam :?:
S'agit-il ici de la nature spirituelle ou de la personne de Jésus ? En bref, s'agit-il d'une idée ou d'une personne ?

Que le Seigneur vous bénisse.

Avatar de l’utilisateur
Voyageur
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 558
Inscription : dim. 13 déc. 2009, 13:12
Conviction : Catholique

Re: Comment considérer la Génèse ?

Message non lu par Voyageur » lun. 20 févr. 2017, 22:40

TREBLA a écrit :
lun. 20 févr. 2017, 22:14
Lisez attentivement le verset suivant: 1 Corinthiens 15:45 - C’est pourquoi il est écrit: Le premier homme, Adam, devint une âme [ψυχὴν] vivante. Le dernier Adam est devenu un Esprit vivifiant.

Le premier homme, Adam
S'agit-il ici de la nature humaine ou de la personne d'Adam ? En bref, s'agit-il d'une idée ou d'une personne ?

Le dernier Adam
S'agit-il ici de la nature spirituelle ou de la personne de Jésus ? En bref, s'agit-il d'une idée ou d'une personne ?
Au verset 49, l'allégorie est clairement explicitée :
Et de même que nous avons porté l'image du terrestre, nous porterons aussi l'image du céleste.
Il me semble qu'à partir de cet éclairage, on peut trancher en faveur de la "nature humaine". Qu'en pensez-vous ?
Tu m'as montré les chemins de la vie,
Tu me rempliras de joie par ta présence.

Trinité
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2577
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Re: Comment considérer la Génèse ?

Message non lu par Trinité » lun. 20 févr. 2017, 23:33

Voyageur a écrit :
lun. 20 févr. 2017, 22:40
TREBLA a écrit :
lun. 20 févr. 2017, 22:14
Lisez attentivement le verset suivant: 1 Corinthiens 15:45 - C’est pourquoi il est écrit: Le premier homme, Adam, devint une âme [ψυχὴν] vivante. Le dernier Adam est devenu un Esprit vivifiant.

Le premier homme, Adam
S'agit-il ici de la nature humaine ou de la personne d'Adam ? En bref, s'agit-il d'une idée ou d'une personne ?

Le dernier Adam
S'agit-il ici de la nature spirituelle ou de la personne de Jésus ? En bref, s'agit-il d'une idée ou d'une personne ?
Au verset 49, l'allégorie est clairement explicitée :
Et de même que nous avons porté l'image du terrestre, nous porterons aussi l'image du céleste.
Il me semble qu'à partir de cet éclairage, on peut trancher en faveur de la "nature humaine". Qu'en pensez-vous ?
En conséquence,l'image du terrestre (en l'occurrence Adam) serait la" nature humaine" et l'image du céleste serait" Jésus "(ou le nouvel Adam)!
C'est cela votre sentiment?

Avatar de l’utilisateur
TREBLA
Barbarus
Barbarus

Re: Comment considérer la Génèse ?

Message non lu par TREBLA » mar. 21 févr. 2017, 0:58

Cher Voyageur,

Vous proposez quelque chose d'intéressant.
Au verset 49, l'allégorie est clairement explicitée :
Et de même que nous avons porté l'image du terrestre, nous porterons aussi l'image du céleste.
Il me semble qu'à partir de cet éclairage, on peut trancher en faveur de la "nature humaine".
Saint Paul nous parle clairement de deux images. Il nous présente l'image du terrestre et celle du céleste. Cette référence à l'image du terrestre parle de la nature humaine. Il n'y a pas de doute.

Mais cela ne change pas le fait que le verset 45 parle de deux hommes spécifiques. Dans ce cas, il s'agit d'Adam et de Jésus.

Dans ce chapitre, il faut aussi considérer les versets 21 et 22.
Car, puisque la mort est venue par un homme, c’est aussi par un homme qu’est venue la résurrection des morts. Et comme tous meurent en Adam, de même aussi tous revivront en Christ
(1 Corinthiens 15, 21-22)
Saint Paul nous parle de deux hommes bien identifiés. L'un, c'est Adam et l'autre, c'est le Christ, c'est-à-dire Jésus.

Que le Seigneur vous bénisse.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9344
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Comment considérer la Génèse ?

Message non lu par Cinci » mar. 21 févr. 2017, 4:03

Voyageur :
Il me semble plus approprié de parler de "représentants mythologiques du peuple élu",
... quoiqu'Il pourrait y avoir un avantage aussi à employer le terme symbolique plutôt que mythologique. Adam peut "symboliser" le premier homme comme il symbolise notre humanité.

http://pere-molinie.com/index_fr.php?nid=80

(Comment comprendre le récit de la Genèse : des heures d'enseignements par le père Molinié. Ce dernier expliquait (entre autres) comment le récit de la Bible se distingue des récits mythologiques de l'Antiquité et alors en quoi il est original, etc.)

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9344
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Comment considérer la Génèse ?

Message non lu par Cinci » mar. 21 févr. 2017, 4:17

Voyageur :
De toute façon, Adam et Eve sont des allégories. Ils désignent l'humanité désirée par DIEU. [...] puisque la Genèse ne cache pas l'existence d'autres hommes en parallèle (Gn 4, 13-16).
J'aurais dû préciser plus haut que je réagissait favorablement suite à cette partie du message surtout. Enfin, sans non plus vouloir trop chipoter sur les termes.

Avatar de l’utilisateur
TREBLA
Barbarus
Barbarus

Re: Comment considérer la Génèse ?

Message non lu par TREBLA » mar. 21 févr. 2017, 17:55

Cher Xavi,

Merci pour vos contributions.
Dans son Evangile de la création de son encyclique Laudato si, le Pape François enseigne que notre corps provient de « processus évolutifs » (Xavi)
Regardons le contexte de votre citation dans le document officiel:
81. Bien que l’être humain suppose aussi des processus évolutifs, il implique une nouveauté qui n’est pas complètement explicable par l’évolution d’autres systèmes ouverts.
(LETTRE ENCYCLIQUE LAUDATO SI’ DU SAINT-PÈRE FRANÇOIS SUR LA SAUVEGARDE DE LA MAISON COMMUNE)
Selon le Pape, « l'être humain suppose aussi des processus évolutifs ».
Selon Jésus, l'être humain suppose la création avec un plan spécifique.
Dieu fit l’homme et la femme (Marc 10, 6)
Il y a pas mal de différence entre ces deux idées.
L'EVOLUTION: En biologie, l’évolution est la transformation des espèces vivantes qui se manifeste par des changements de leurs caractères génétiques au cours des générations. Ces changements successifs peuvent aboutir, à partir d'une seule espèce, à la formation de nouvelles « espèces-filles » . (Wikipédia)
LA CREATION: Les formes de vie ont été créées spécialement et surnaturellement. (L'ASSOCIATION DE SCIENCE CREATIONNISTE DU QUÉBEC)
Tous les textes bibliques supposent la création de l'homme. L'image de la création biblique ne correspond pas à celle supposée par l'évolution. D'un côté, l'idée de la création est basée sur un plan. De l'autre côté, l'idée de l'évolution est basée sur le hasard. Ces deux idées sont incompatibles.

Que le Seigneur vous bénisse.

Avatar de l’utilisateur
Voyageur
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 558
Inscription : dim. 13 déc. 2009, 13:12
Conviction : Catholique

Re: Comment considérer la Génèse ?

Message non lu par Voyageur » mar. 21 févr. 2017, 19:13

TREBLA a écrit :
mar. 21 févr. 2017, 17:55
Tous les textes bibliques supposent la création de l'homme. L'image de la création biblique ne correspond pas à celle supposée par l'évolution. D'un côté, l'idée de la création est basée sur un plan. De l'autre côté, l'idée de l'évolution est basée sur le hasard. Ces deux idées sont incompatibles.
CÉC. 283 : La question des origines du monde et de l'homme fait l'objet de nombreuses recherches scientifiques qui ont magnifiquement enrichi nos connaissances sur l'âge et les dimensions du cosmos, le devenir des formes vivantes, l'apparition de l'homme. Ces découvertes nous invitent à admirer d'autant plus la grandeur du Créateur, à Lui rendre grâce pour toutes ses œuvres et pour l'intelligence et la sagesse qu'IL donne aux savants et aux chercheurs.


L'idée d'évolution, c'est l'idée que la vie est en mouvement et qu'elle s'adapte aux contraintes environnementales. Pour moi, l'évolution n'est pas due au hasard. Comme le bébé grandit pour devenir un individu adulte, l'humanité est passée par différentes phases avant d'arriver à sa forme actuelle.

La création a sa bonté et sa perfection propres, mais n'est pas sortie tout achevée des mains du Créateur. Elle est créée dans un état de cheminement ("in statu viae") vers une perfection ultime encore à atteindre, à laquelle DIEU l'a destinée. CÉC. 302

La fin ultime de la création, c'est que DIEU, "qui est le Créateur de tous les êtres, devienne enfin "tout et en tous" (1 Co 15, 28), en procurant à la fois sa gloire et notre béatitude. CÉC. 294
Tu m'as montré les chemins de la vie,
Tu me rempliras de joie par ta présence.

Altior
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1068
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: Comment considérer la Génèse ?

Message non lu par Altior » mar. 21 févr. 2017, 20:27

TREBLA a écrit :
mar. 21 févr. 2017, 17:55
L'image de la création biblique ne correspond pas à celle supposée par l'évolution.
Absolument, Trebla. Il s'agit de deux religions différentes. D'un côté, la vraie religion, qui parle de la création de l'homme, par Dieu personnellement, à partir de la poussière. De l'autre, la fausse religion évolutionniste, qui parle des espèces-filles et de ce qu'elle appelle «arbre phylogénétique». Ces deux religions sont face à face. Il y a beaucoup de gens qui ont du mal à croire que Dieu a fait les animaux de la terre et des eaux dans une étape de la Création. Ils préfèrent croire que les éléphants ont été d'abords des vers. Il y en a qui cherchent à trouver des convergences entre ces deux religions, pour aboutir à une sorte de syncrétisme impossible.

La science, quant à elle, a beaucoup plus de preuves pour la stabilité des espèces que pour l'évolution.
Dernière modification par Altior le mar. 21 févr. 2017, 23:37, modifié 1 fois.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9344
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Comment considérer la Génèse ?

Message non lu par Cinci » mar. 21 févr. 2017, 20:38

Bonjour,
Trebla :
Selon le Pape, « l'être humain suppose aussi des processus évolutifs ».
Selon Jésus, l'être humain suppose la création avec un plan spécifique.

Il y a pas mal de différence entre ces deux idées.
Non.

Le pape François raconte bel et bien que la création (de l'homme, des animaux, de tout) suppose un plan spécifique. La création ne correspond pas à un phénomène statique, figé, fini, passé. Nous sommes en régime de création continue, et ce, jusqu'à cette fin ultime dont fait état le livre de l'Apocalypse.

La nature n'est rien d'autre que la connaissance d'un certain art, concrètement l'art divin inscrit dans les choses, et par lequel les choses elles-mêmes se meuvent vers une fin déterminée. Comme si l'artisan constructeur de navires pouvait accorder au bois de pouvoir se modifier de lui-même pour prendre la forme de navires. (Pape François, Laudato Si', numéro 80)

Avatar de l’utilisateur
Xavi
Prætor
Prætor
Messages : 1563
Inscription : mar. 28 juil. 2009, 14:50

Re: Comment considérer la Génèse ?

Message non lu par Xavi » mar. 21 févr. 2017, 20:53

Cher Trebla,

Merci pour vos contributions auxquelles je réagis ci-après.
TREBLA a écrit :
ven. 17 févr. 2017, 18:43
J'aperçois un tout petit problème.
En l’état actuel de la science, l’« adam chromosomique » aurait vécu il y a environ 70.000 an et l’« Eve mitochondriale » aurait vécu il y a environ 150.000 ans.
Ma question est : comment ont-ils pu se reproduire jusqu'à nous en n'ayant pas été contemporains ?
Comme chacun de nous, Adam et Eve avaient, sur le plan biologique, un corps provenant d’une chaîne ininterrompue d’ancêtres qui remonte à l’apparition du vivant sur la planète. Nous avons tous des ancêtres biologiques à toutes les périodes du passé, y compris il y a 150.000 ans et y compris il y a 70.000 ans.

Celle qui est nommée « Eve mitochondriale » est un lointain ancêtre féminin de celui qui est nommé « Adam chromosomique » et le partenaire sexuel masculin de l’Eve mitochrondriale n’était évidemment pas l’Adam chromosomique, mais leur couple s’est reproduit et a eu une descendance qui, après de nombreuses générations, a engendré l’Adam chromosomique.

De même, la partenaire sexuelle féminine de l’Adam chromosomique avec lequel il a constitué l’un des nombreux couples successifs de notre généalogie biologique n’étais pas l’Eve mitochondriale.

L’Eve mitochondriale et l’Adam chromosomique n’étaient pas des contemporains puisqu’ils vivaient à des époques différentes, mais ils font tous deux partie de nos ancêtres biologiques et, selon toute vraisemblance, des ancêtres biologiques d’Adam et Eve que la Bible situe à une époque bien plus récente.

Bien évidemment, ce qui précède ne peut être accepté par ceux qui considèrent qu’aucun couple originel n’existe dans l’histoire concrète ou que le premier homme a été formé « d’un seul coup ». Je renvoie à ce sujet à mon message précédent.
TREBLA a écrit :
dim. 19 févr. 2017, 0:06
Cher Trinité,
Vous dites:
Il est impossible que l'âme humaine soit arrivé par un cheminement identique ,comme le processus biologique!
Lisez Genèse 2:7 - L’Eternel Dieu forma l’homme de la poussière de la terre, il souffla dans ses narines un souffle de vie et l’homme devint une âme vivante.
Qu'en pensez-vous ?
La notion d’âme vivante peut paraître attirante pour définir l’être humain ou l’âme humaine, mais, attention, dans la Genèse, ces mots ne sont pas distinctifs car ce sont exactement les mêmes mots qui sont utilisés, dans le texte biblique en hébreu pour les animaux.

L’humain n’est défini distinctement, dans la Genèse, que par sa création à l’image de Dieu.
TREBLA a écrit :
lun. 20 févr. 2017, 0:47
Veuillez considérer 1 Corinthiens 15:45 - C’est pourquoi il est écrit: Le premier homme, Adam, devint une âme [ψυχὴν] vivante. Le dernier Adam est devenu un Esprit vivifiant.

De l’âme vivante à l’Esprit vivifiant : voilà le chemin pour toute l’humanité.
TREBLA a écrit :
lun. 20 févr. 2017, 22:14
Cher saperlipopette,

Vous avez raison quand vous dites le suivant.
Adam veut dire homme en hébreu.
Ensuite, vous considérez:
Il s'agit peut-être de la nature et non de la personne d'Adam.
:?: Le premier homme, Adam :?:
S'agit-il ici de la nature humaine ou de la personne d'Adam ? En bref, s'agit-il d'une idée ou d'une personne ?

:?: Le dernier Adam :?:
S'agit-il ici de la nature spirituelle ou de la personne de Jésus ? En bref, s'agit-il d'une idée ou d'une personne ?
Merci pour ces bonnes questions !

La nature humaine provient de l'histoire biologique.

Pour nous chrétiens, le mot de « personne » ne s’applique dans la création terrestre qu’aux humains créés à l’image de Dieu qui est communion éternelle de trois personnes.

Il n’y a aucune « personne » dans la création avant la création d’Adam et Eve. A l’image de Dieu, les personnes humaines sont créées immortelles dans la nature et, plus particulièrement, dans une population biologique naturelle d’homos sapiens que la Genèse nous présente très concrètement comme étant des « rouges » (c’est la signification en hébreu du mot « adam ») issus d’une région de terre rouge (c’est la signification du mot « adamah ») ce qui peut correspondre, par exemple, à l’argile rouge de la région à l’est du mont Ararat.

La Genèse ne nous présente pas des homos sapiens considérés abstraitement, mais une population spécifique avec des caractéristiques spécifiques à l’époque concrète en cause.

Il ne s’agit donc pas uniquement d’une idée ou d’un symbole. La création spirituelle d’Adam et Eve s’est produite dans le cours de l’histoire concrète.

Même ceux qui n’y voient qu’une allégorie ou des symboles devraient admettre que le sens des allégories et des symboles qu’ils perçoivent dans la Genèse les invite à percevoir la réalité concrète qui est signifiée.

La référence à Jésus ne doit pas non plus oublier la réalité concrète de son incarnation. Le Christ n’est évidemment pas une idée mais une personne vrai Dieu et vrai homme.

Sa nature n’est pas que spirituelle. Le Christ a une nature humaine en tout semblable à celle du premier Adam, sauf qu’il est toujours resté en communion avec son Père et l’Esprit Saint.

En tout, le Christ nous montre ce que l’homme aurait dû être sans le péché. S’incarnant dans la même nature, il nous ouvre aussi un nouveau chemin d’accès à la vie spirituelle que l’humanité n’aurait jamais dû perdre.
TREBLA a écrit :
mar. 21 févr. 2017, 0:58
Cher Voyageur,

Vous proposez quelque chose d'intéressant.
Au verset 49, l'allégorie est clairement explicitée :
Et de même que nous avons porté l'image du terrestre, nous porterons aussi l'image du céleste.
Il me semble qu'à partir de cet éclairage, on peut trancher en faveur de la "nature humaine".
Saint Paul nous parle clairement de deux images. Il nous présente l'image du terrestre et celle du céleste. Cette référence à l'image du terrestre parle de la nature humaine. Il n'y a pas de doute.

Mais cela ne change pas le fait que le verset 45 parle de deux hommes spécifiques. Dans ce cas, il s'agit d'Adam et de Jésus.

Dans ce chapitre, il faut aussi considérer les versets 21 et 22.
Car, puisque la mort est venue par un homme, c’est aussi par un homme qu’est venue la résurrection des morts. Et comme tous meurent en Adam, de même aussi tous revivront en Christ
(1 Corinthiens 15, 21-22)
Saint Paul nous parle de deux hommes bien identifiés. L'un, c'est Adam et l'autre, c'est le Christ, c'est-à-dire Jésus.
Oui !
TREBLA a écrit :
mar. 21 févr. 2017, 17:55
Dans son Evangile de la création de son encyclique Laudato si, le Pape François enseigne que notre corps provient de « processus évolutifs » (Xavi)
Regardons le contexte de votre citation dans le document officiel:
81. Bien que l’être humain suppose aussi des processus évolutifs, il implique une nouveauté qui n’est pas complètement explicable par l’évolution d’autres systèmes ouverts.
(LETTRE ENCYCLIQUE LAUDATO SI’ DU SAINT-PÈRE FRANÇOIS SUR LA SAUVEGARDE DE LA MAISON COMMUNE)
Selon le Pape, « l'être humain suppose aussi des processus évolutifs ».
Selon Jésus, l'être humain suppose la création avec un plan spécifique.
Dieu fit l’homme et la femme (Marc 10, 6)
Il y a pas mal de différence entre ces deux idées.
L'EVOLUTION: En biologie, l’évolution est la transformation des espèces vivantes qui se manifeste par des changements de leurs caractères génétiques au cours des générations. Ces changements successifs peuvent aboutir, à partir d'une seule espèce, à la formation de nouvelles « espèces-filles » . (Wikipédia)
LA CREATION: Les formes de vie ont été créées spécialement et surnaturellement. (L'ASSOCIATION DE SCIENCE CREATIONNISTE DU QUÉBEC)
Tous les textes bibliques supposent la création de l'homme. L'image de la création biblique ne correspond pas à celle supposée par l'évolution. D'un côté, l'idée de la création est basée sur un plan. De l'autre côté, l'idée de l'évolution est basée sur le hasard. Ces deux idées sont incompatibles.
Vous écrivez que « Selon le Pape, « l'être humain suppose aussi des processus évolutifs ».
Selon Jésus, l'être humain suppose la création avec un plan spécifique
»

Il est évident que le Pape ne suppose des processus évolutifs que pour le corps terrestre des humains. Comme vous l’écrivez à juste titre, l’être humain, considéré comme créature à l’image de Dieu, suppose bien davantage : un plan spécifique pour tout son être depuis les débuts de la création (y compris pour son corps) et une création spécifique d’une âme spirituelle immortelle capable de partager éternellement la communion d’amour de Dieu.

Lorsque vous évoquez l’évolution et la création, vos définitions paraissent exactes, mais, dans votre commentaire vous semblez y ajouter des précisions contestables.

En effet, l’évolution n’est pas nécessairement « basée sur le hasard ». Le hasard est une notion à la frontière de la science et de la philosophie. Les constatations scientifiques des processus évolutifs ne dépendent pas d’une éventuelle attribution au hasard des faits aléatoires. Rien n’empêche un croyant d’y voir la main de Dieu. La science expliquera demain des faits attribués aujourd’hui au hasard. Le hasard est souvent le recours pour ce qui est simplement inexpliqué dans les chaînes causales des évènements.

Les deux notions ne sont donc pas incompatibles. Bien au contraire, puisqu’il est assez manifeste que les six « jours » de la Bible évoquent une évolution de même que la création indirecte que le récit mentionne lui-même lorsqu’il présente, par exemple, la création des plantes comme « produites » par la terre puis les animaux comme produits par les eaux. Et pour que la terre produise une rose ou un moineau, il a fallu des millions, voire des milliards d’années.

saperlipopette
Quæstor
Quæstor
Messages : 230
Inscription : dim. 29 mai 2016, 18:30
Conviction : catholique

Re: Comment considérer la Génèse ?

Message non lu par saperlipopette » mar. 21 févr. 2017, 21:42

Deux livres qui proposent des réflexions intéressantes sur le sujet:

-
Credo pour aujourd'hui
, de Benoît XVI, avec un chapitre sur l'évolution par rapport à la foi;
-les enquêtes de Brunor, qui a une vision assez personnelle sur la chose, expliquée par des "indices".

Selon Brunor, si j'ai bien compris, la création est évolution et le plan de Dieu n'est pas terminé puisque l'évolution continue: l'Homme change encore, sans doute pour finir "comme des dieux".
Ad Majorem Dei Gloriam

Trinité
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2577
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Re: Comment considérer la Génèse ?

Message non lu par Trinité » mar. 21 févr. 2017, 23:30

Dans cette optique ,qui n'a pas l'air controversée par l'église ,on peut donc envisager que Dieu soit intervenu, a un moment donné ,sur un homme et une femme,pour les doter d'une âme ! (ou tout au moins d'une...conscience pour utiliser une formulation plus ..matérialiste...)

Avatar de l’utilisateur
TREBLA
Barbarus
Barbarus

Re: Comment considérer la Génèse ?

Message non lu par TREBLA » mar. 21 févr. 2017, 23:46

Cher Altior,

Merci pour votre réponse.
La science, quant à elle, a beaucoup plus de preuves pour la stabilité des espèces que pour l'évolution. (Altior)
Je suis tout à fait d'accord avec votre point de vue. Les observations empiriques confirment « la stabilité des espèces ». Même certains évolutionistes se rendent compte de ce phénomène. Il y a cette fameuse théorie des équilibres ponctués, aussi appelée ponctualisme, proposée par deux paléontologues américains, Stephen Jay Gould et Niles Eldredge.
Principe de la théorie des équilibres ponctués

Cette théorie développée par les paléontologues Stephen Jay Gould et Niles Eldredge s'oppose donc à la théorie du gradualisme.
Elle postule en effet que la spéciation ne se produit pas graduellement au cours du temps, ce qui aurait laissé dans les archives géologiques des fossiles d'individus à divers stades d'évolution, mais par bouffées soudaines suivies de périodes de stabilité. Ainsi, l'apparition brutale d'une nouvelle espèce parmi les fossiles serait cohérente.
http://www.futura-sciences.com/planete/ ... ?scrlybrkr
Cette théorie ne confirme pas l'Evolution graduelle, mais plutôt la création surnaturelle et rapide.
Dieu dit: Que la lumière soit! Et la lumière fut. (Genèse 1, 3)
Que le Seigneur vous bénisse.
Dernière modification par TREBLA le mer. 22 févr. 2017, 14:40, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
TREBLA
Barbarus
Barbarus

Re: Comment considérer la Génèse ?

Message non lu par TREBLA » mer. 22 févr. 2017, 18:22

Cher Voyageur,

Merci pour votre défintion d'un certain terme.
L'idée d'évolution, c'est l'idée que la vie est en mouvement et qu'elle s'adapte aux contraintes environnementales. (Voyageur)
Regardons quelques définitions du terme « évolution » dans le Larousse:
  • Passage progressif d'un état à un autre : L'évolution de la mode.
    • Succession des phases par lesquelles passe un processus pathologique : Étudier l'évolution d'une tumeur.
      • Transformation du caractère, du comportement, des opinions de quelqu'un au cours du temps : Observer l'évolution d'un homme politique.
        • Ensemble de ces modifications, stade atteint dans ce processus, considérés comme un progrès ; développement : Être arrivé à un haut degré d'évolution.
          • Ensemble des changements subis au cours des temps géologiques par les lignées animales et végétales, ayant eu pour résultat l'apparition de formes nouvelles.
            http://www.larousse.fr/dictionnaires/fr ... ?scrlybrkr
          Dans votre opinion, laquelle des définitions du Larousse correspond à votre exemple avec le bébé ?
          Pour moi, l'évolution n'est pas due au hasard. Comme le bébé grandit pour devenir un individu adulte, l'humanité est passée par différentes phases avant d'arriver à sa forme actuelle. (Voyageur)
          Je vous remercie d'avance pour votre réponse. Que le Seigneur vous bénisse.

          Répondre

          Qui est en ligne ?

          Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités