Opérer des renversements dans la foi

« Alors il leur ouvrit l'esprit à l'intelligence des Écritures. » (Lc 24.45)
Règles du forum
Forum d'échanges sur la Sainte Bible.
etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13325
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Opérer des renversements dans la foi

Message non lu par etienne lorant » mar. 04 nov. 2008, 18:49

Lettre de saint Paul Apôtre aux Philippiens 2,5-11.
Ayez entre vous les dispositions que l'on doit avoir dans le Christ Jésus : lui qui était dans la condition de Dieu, il n'a pas jugé bon de revendiquer son droit d'être traité à l'égal de Dieu ; mais au contraire, il se dépouilla lui-même en prenant la condition de serviteur.

Jésus est venu et Il a opéré en lui-même un renversement. De celui qui devait être servi, Il est passé, à celui qui sert. A l'homme, souvent, ce renversement paraît impossible. Le jeune homme riche n'y parvient pas, et nombreux ceux qui regardent en arrière et ne savent plus franchir le pas. C'est que ce renversement ne s'obtient pas par l'effort, mais par grâce. Je me souviens encore qu'aussi longtemps que j'ai voulu cesser de fumer, j'ai échoué; mais du jour où j'ai demandé d'être délivré, il n'a pas fallu dix jours - au bout du dixième jour je savais que je ne fumerais plus jamais.

Aujourd'hui, comme hier, et en réalité depuis dimanche à 14 heures, je suis plongé dans une solitude qui devenait d'autant plus angoissante que je la combattais de minute en minute, par la distraction, par la musique, par la télévision, par la lecture, par le sommeil. Et puis, cela m'est venu d'un coup, j'ai dit stop, et je me suis comme immergé dans cette eau sombre, pour en découvrir la lumière. Il m'a suffit de dire : "Seigneur, qu'il m'en soit fait comme Tu veux" et je me suis aussitôt retrouvé dans la douceur de l'intimité Eucharistique. C'est difficile d'exprimer ces choses. En essayant par la poésie, peut-être ? Je dirais alors: "Tout ce qui se tendait, soudain s'est détendu". Peu importe, il faut apprendre à lâcher prise, à ne vouloir plus être maître de tout et de sa propre peine.

Dans le partage, dans le service, c'est la même chose: l'obstacle le plus important est situé avant, dans la pensée, dans l'imagination, et il disparaît dans l'action. De la sorte, je comprends mieux ce que le Seigneur disait de la foi: "Si vous en aviez gros comme un grain de moutarde, vous diriez au grand arbre que voici : 'Déracine-toi et va te planter dans la mer', et il vous obéirait." Et je comprends: si vous ne vous observiez pas tant, si vous saviez vous retirer de vous-même, si vous n'aviez pas tant peur de perdre quelque chose, alors tout ce que vous considérez comme impossible deviendrait possible en un instant".

Durant les deux années qui ont suivi ma conversion, cette foi, cet abandon, cette souplesse à me donner, je l'ai eue. Elle m'habitait littéralement, c'est elle qui me déplaçait, qui me faisait me mouvoir. Je me souviens qu'à chaque situation, je me retrouvais littéralement dans l'Evangile. Un soir, une amie m'ayant demandé de la raccompagner jusqu'au centre ville, car elle craignait les rencontres importunes, je l'ai raccompagnée jusqu'au bout. Elle m'a fait remarquer que j'en aurais pour près d'une heure de marche au retour, mais moi je jubilais intérieurement: "Si quelqu'un te requiert de parcourir une lieue avec lui, fais-en deux, par amour de la charité parfaite !".

Cette Joie de l'abandon de confiance, je ne la ressens plus aussi fortement qu'autrefois, mais dans certaines situations, comme ma solitude de ce temps, je retrouve le "truc", ce réflexe que l'on a acquis en nageant quelques mètres pour la première fois. On n'oublie plus. C'est pareil au moment de me lancer pour accomplir un geste de miséricorde: quand une situation se présente, je m'y retrouve en plein dedans sans même y avoir songé.

O, douces pluies de la grâce !
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

jeanbaptiste
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 3131
Inscription : mer. 30 avr. 2008, 2:40

Re: Opérer des renversements dans la foi

Message non lu par jeanbaptiste » mar. 04 nov. 2008, 19:01

Vos paroles sont très belles cher etienne lorant !

Je ne commente pas vos méditations, mais je les apprécie grandement. Celle-ci, celles que vous avez écrites, et certainement celles que vous écrirez.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 11 invités