De qui faut-il avoir crainte, svp?

« Alors il leur ouvrit l'esprit à l'intelligence des Écritures. » (Lc 24.45)
Règles du forum
Forum d'échanges sur la Sainte Bible.
pierrot2
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1092
Inscription : dim. 24 août 2014, 14:38

Re: De qui faut-il avoir crainte, svp?

Message non lu par pierrot2 » mer. 06 mai 2020, 13:35

Carolus a écrit :
mar. 05 mai 2020, 4:48
Mc 9, 17, 22 Quelqu’un dans la foule lui répondit : « Maître, je t’ai amené mon fils, il est possédé par un esprit qui […] l’a même jeté dans le feu ou dans l’eau pour le faire périr. Mais si tu peux quelque chose, viens à notre secours, par compassion envers nous ! »
Carolus a écrit :
mer. 06 mai 2020, 1:12
Nous parlons de « ceux qui tuent le corps, et après cela ne peuvent rien faire de plus, », cher pierrot2.
Vous songez à cet esprit qui possède ce fils? ..cet esprit a l'intention de faire périr ce fils, mais il est toujours en vie quand il vient voir Jésus.
De plus, il y a peut-être une nuance entre "faire périr" et "tuer"
De plus, aussi, c'est l'opinion du père que l'objectif de l'esprit soit de faire périr l'enfant.

Quelles sont donc les circonstances de la bible où un esprit "tue" une personne de chair et d'os?
Celui qui est homicide depuis le commencement ne "tue"pas, en personne. A ma connaissance: il tente

cmoi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1048
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: De qui faut-il avoir crainte, svp?

Message non lu par cmoi » mer. 06 mai 2020, 13:40

Et Dieu non plus ne tue pas, il rappelle à lui...
Il n'y a que nous-mêmes qui pouvons tuer notre âme, par le péché...

Petite méditation non hors sujet mais un peu transverse :
Nous voudrions bien être « ami » avec Jésus et ne pas prier ou bien agir par intérêt, pour essentiellement ne pas aller en enfer, seulement il y a un problème !
Charité bien ordonnée commençant par soi-même, comment traiter en ami celui qui nous enverra en enfer et quel qu’en soit la légitimité ou la justice !?
Ainsi, la crainte de Dieu n’est pas que l’expression de respect/soumission/confiance/etc mais aussi de la même peur que celle que nous pouvons avoir face à la puissance supérieure à la nôtre de Satan.
Le texte en exergue ici évoqué me semble clairement le signifier et ce n’est pas pour rien que le verbe est le même dans les 2 cas : craindre.
L’une est servile qui devrait n’être qu’adoration, l’autre est panique et réaliste qui ne devrait être que servile et s’y refuser et du coup, se tourner vers un plus fort (certes par intérêt).qui nous en protégera.

Il est clair que nous comptons peu aux yeux de l’un pour qui nous ne sommes qu’une monnaie d’échange, un moyen provisoire de « faire pression » tandis qu’aux yeux de l’autre notre bonheur faisait partie de son projet initial.
A court terme, le premier peut nous le proposer et nous le donner comme gratuitement ce bonheur (il ne nous demande que notre âme, autant dire pour ici-bas : rien !) et ainsi sembler nous donner grande importance et une autonomie formidable, force pouvoirs.

Mêler Satan à cette histoire, cette relation entre nous et Dieu, peut paraître lâche ou incorrect, (autant que l’opposé : mêler Dieu à notre relation avec le diable, a du sens) : mais ce n’en est pas moins pertinent si nous tenons compte de notre condition actuelle de pécheur qui en est une donnée essentielle et dont la cause nous vient bien du démon.

Parler à Dieu : non comme ami donc, mais comme allié, un allié trop faible mais qui par son insignifiance même peut faire la différence en ce qui le concerne et rien ne lui est demandé de plus et qui peut provoquer contagion en ce que la force de son protecteur pourra passer sur lui et à travers lui se diriger.
Tant que nous voudrons de cette alliance, Il nous traitera en ami. Un ami si faible qu’il n’aura pas besoin de combattre, sauf sur ordre et ce qui s’appelle le devoir, mais juste de se rouler en boule et d’attendre son secours.
Lequel nous viendra de la montagne du Seigneur (tantôt par l’église, tantôt par ailleurs).
Nous nous mettons en échec dès que nous nous craignons nous-mêmes, nos désirs, notre réaction, nos goûts. Car alors nous pouvons adresser à Dieu le reproche sensé de vouloir nous mettre en enfer et qui n’est qu’un signe d’alarme : il ne nous aura pas pardonné. Ce qui peut arriver dès que nous aurons développé notre ego (indiscipliné), ce qui aura pu prendre une apparence de bien quand le diable n’était pas là… Ce pour quoi celui-ci se contente souvent d’organiser sa disparition, et de flatter juste ce qu’il faut notre égo !
" Je puis me tromper, je ne puis pas être hérétique, car l'erreur est affaire d'intelligence, l'hérésie dépend de la volonté. " Maître Eckhart

Carolus
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 503
Inscription : sam. 14 mars 2020, 16:47
Conviction : catholique

Re: De qui faut-il avoir crainte, svp?

Message non lu par Carolus » mer. 06 mai 2020, 13:57

pierrot2 a écrit :
mer. 06 mai 2020, 13:35
pierrot2 :

Celui qui est homicide depuis le commencement ne "tue"pas, en personne. A ma connaissance: il tente
Hitler n’a pas tué en personne non plus, cher pierrot2. :(

pierrot2
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1092
Inscription : dim. 24 août 2014, 14:38

Re: De qui faut-il avoir crainte, svp?

Message non lu par pierrot2 » mer. 06 mai 2020, 14:02

cmoi a écrit :
mer. 06 mai 2020, 13:40
Et Dieu non plus ne tue pas, il rappelle à lui...
Cela doit pourtant être en son pouvoir, à défaut certes de ne pas être dans son habitude
Idem pour la géhenne.

Quant à Satan, je ne sais pas si c'est en son pouvoir de tuer. Etre homicide ne signifie peut-être pas cela..
cmoi a écrit :
mer. 06 mai 2020, 13:40
Charité bien ordonnée commençant par soi-même, comment traiter en ami celui qui nous enverra en enfer et quel qu’en soit la légitimité ou la justice !?
Si nous aimons Dieu, nous aimons sa justice, non? Et réciproquement, surtout peut-être..

>Carolus
Même si c'est vrai qu'Hiltler n'a pas tué, cela ne constitue pas l'antithèse de ma proposition

cmoi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1048
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: De qui faut-il avoir crainte, svp?

Message non lu par cmoi » mer. 06 mai 2020, 14:20

Il y a un peu une querelle de mots là-dedans.
.A mon sens, "tuer" pour Dieu ce serait annuler, rendre au néant, ne plus assurer l'existence de....
Car pour nous tuer c'est nous assurer que cette personne ne sera plus présente à l'existence, ni pour nous ni pour un autre. si nous pouvions le faire sans tuer, je crois que beaucoup s'en contenteraient.
Faire souffrir, torturer est différent... Et beaucoup fantasment sur le fait que tuer le permet au maximum et entrent dans la confusion.
La mort de l'autre leur permet alors de reprendre leur liberté et de ne pas en dépendre (ne serait-ce que pour les faire souffrir et en jouir)
" Je puis me tromper, je ne puis pas être hérétique, car l'erreur est affaire d'intelligence, l'hérésie dépend de la volonté. " Maître Eckhart

cmoi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1048
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: De qui faut-il avoir crainte, svp?

Message non lu par cmoi » mer. 06 mai 2020, 14:27

pierrot2 a écrit :
mer. 06 mai 2020, 14:02
Si nous aimons Dieu, nous aimons sa justice, non? Et réciproquement, surtout peut-être..
C'est la position des mystiques, qui seraient prêts à aller en enfer si... donc félicitation, mais franchement, je ne vais pas encore jusque là car je sais qu'alors je serais contraint de considérer que c'est injuste pour garder une part de souffrance "à moi" et qui signifiera cette part irréductible de mon être qui empêchera que le supplice prenne fin.
Cet ego là, il faudra que Dieu le tue sans m'ôter l'existence : il et vrai qu'à lui rien n'est impossible !
Bref, cette position de certains mystiques est absurde... A mon modeste avis.
" Je puis me tromper, je ne puis pas être hérétique, car l'erreur est affaire d'intelligence, l'hérésie dépend de la volonté. " Maître Eckhart

Carolus
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 503
Inscription : sam. 14 mars 2020, 16:47
Conviction : catholique

Re: De qui faut-il avoir crainte, svp?

Message non lu par Carolus » mer. 06 mai 2020, 14:28

pierrot2 a écrit :
mer. 06 mai 2020, 14:02
pierrot2 :

>Carolus
Même si c'est vrai qu'Hiltler n'a pas tué, cela ne constitue pas l'antithèse de ma proposition
Considérons la parole de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, cher pierrot2. :)
Jn 10, 9-10 Moi, je suis la porte. Si quelqu’un entre en passant par moi, il sera sauvé ; il pourra entrer ; il pourra sortir et trouver un pâturage. Le voleur ne vient que pour voler, égorger, faire périr. Moi, je suis venu pour que les brebis aient la vie, la vie en abondance.
D’après notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, il y a quelqu’un qui « ne vient que pour voler, égorger, faire périr », n’est-ce pas ?

Qui est donc ce voleur :?:

pierrot2
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1092
Inscription : dim. 24 août 2014, 14:38

Re: De qui faut-il avoir crainte, svp?

Message non lu par pierrot2 » mer. 06 mai 2020, 16:32

Carolus a écrit :
mer. 06 mai 2020, 14:28
D’après notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, il y a quelqu’un qui « ne vient que pour voler, égorger, faire périr », n’est-ce pas ?
C'est que, Carolus, pour une fois, je n'ai pas une lecture complètement littérale..

Ici, en effet, je ne pense pas que Jésus soit une porte physique, ni le pâturage un pâturage physique, ni les brebis des brebis qui bêlent.

Aussi, je pense que pour poursuivre avec le troupeau, et le voleur, l'action mise en avant par Jésus appartient au même champ lexical.

Je pense donc que les verbes correspondant "voler, égorger, faire périr" ne concordent pas non plus avec une mort administrée comme dans un western,
mais reflètent le désir des "voleurs" de prendre la vie des fidèles, là où le "berger" veut la leur préserver

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10273
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: De qui faut-il avoir crainte, svp?

Message non lu par Cinci » jeu. 07 mai 2020, 13:30

Pierrot2,

Vous demandiez :

Pierrot2 :

Oui, dans cette parole de Jésus, j'ai depuis longtemps considéré que ce "celui" en question était Dieu, mais je ne suis pas sûr qu'il ne puisse s'agir de son ennemi. Quelqu'un a-t-il la réponse, svp?
Je n'ai pas une certitude inébranlable à ce sujet mais une certaine logique voudrait que ce soit Dieu qu'il faille craindre ainsi. Pourquoi ? Parce que la crainte principale présente chez Jésus n'est toujours que celle de mal finir, d'être englouti dans le jugement, rebelle, condamné, etc.

Il y a Paul qui dit que l'on ne se moque pas de Dieu ("ceux qui sèment de la corruption ..."), et dans l'épître aux Hébreux il est signalé qu'il est terrible de tomber aux mains du Dieu vivant; ailleurs il est dit de ceux qui scandalisent les petits qu'il leur serait encore préférable d'être jeté à la mer avec une pierre de meule autour du cou. Et lors du Jugement l'évangéliste saint Matthieu parle des anges qui ramasseront les fauteurs d'iniquités pour les précipiter dans la fournaise, etc.

Ainsi, à l'instar de Jésus lui-même qui a bien pu périr physiquement, humainement, du fait de ses ennemis acharnés, nous-mêmes, nous ne devrions pas redouter autant les manoeuvres qui sont à la limite meurtrières des ennemis de la foi que la perspective d'être finalement trouvé soi-même comme celui qui aura pu renier Dieu.

J'ajoute que ...

L'arrière-fond biblique de la déclaration de Matthieu ne peut pas être autre chose, il me semble, que le fameux épisode du livre des Maccabées. Je songe au récit du martyre héroïque des sept fils d'une brave femme; eux qui auront tous préféré la mort dans d'horribles tortures aux mains du tyran plutôt que de renier le Dieu d'Israël. Au moment de mourir, l'un des martyrs peut lancer que ce que lui leur fait subir à eux n'est rien à côté de ce qui l'attend, lui, l'affreux tyran, lors du Jugement.

Encore, sur le chemin du Golgotha, Jésus peut échapper une remarque du genre : "Si l'on fait subir ceci au bois qui est encore vert, mais que fera-t-on du bois qui est bien sec ?" Une remarque qui demeure lourde de menace quand même.

Le diable peut toujours s'attaquer au corps à la limite, et même faire périr physiquement les personnes. Mais ce n'est pas lui qui pourrait assurer la destruction de l'âme des individus. Il n'y a que Dieu qui peut assurer la consolidation, l'installation définitive d'un sujet dans un état de ruine corporelle et spirituelle. "Allez au feu, maudits !" Ça, c'est un état effrayant pour les intéressés. C'est bien Dieu qui a le pouvoir de jeter dehors le convive qui se présenterait au banquet avec les mauvais habits. Pour le jeter là ou sont les pleurs et grincements de dents. Le pouvoir du diable n'est rien à côté du pouvoir de Dieu.

Il serait plus normal chrétiennement parlant de redouter le jugement de Dieu que de redouter la puissance du diable ou celle de quelque criminel. On pourrait encore évoquer les épisodes du livre des Actes des Apôtres, tels celui à propos des époux qui auront menti au Saint Esprit ou encore relatif à ce que Pierre peut balancer ensuite à Simon le magicien "Périsse toi et ton argent !" ; "Mais priez Dieu qu'il ne m'arrive pas ce que vous racontez.'" On s'y trouve bien loin du politiquement correct ou des discours à fleurs de disciples d'un Jésus parfaitement inoffensif et juste capable de bénir tout le monde.

Carolus
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 503
Inscription : sam. 14 mars 2020, 16:47
Conviction : catholique

Re: De qui faut-il avoir crainte, svp?

Message non lu par Carolus » jeu. 07 mai 2020, 13:42

Cinci a écrit :
jeu. 07 mai 2020, 13:30
Cinci :

Le diable peut toujours s'attaquer au corps à la limite, et même faire périr physiquement les personnes. Mais ce n'est pas lui qui pourrait assurer la destruction de l'âme des individus.
Exactement, cher Cinci. :clap:

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10273
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: De qui faut-il avoir crainte, svp?

Message non lu par Cinci » jeu. 07 mai 2020, 14:19

Après ...

On peut envisager aussi qu'une crainte par rapport à la justice divine n'aille pas sans le fait de devoir redouter aussi les tentations, les manoeuvres diaboliques ordinaires, banales. Car il va de soi que celui qui ne craint pas Dieu en aucune manière, prenant Dieu pour acquis, pour son meilleur copain ou pire encore pour un esclave à son service exclusif, n'est pas non plus de ceux-là qui pourraient jamais se défier de Satan réellement. Il y a là-dedans comme une sorte d'effet de vases communicants, dirait-on. Les grands saints se méfiaient réellement d'eux-mêmes et aussi bien que du diable, parce que ne prenant justement pas pour un acquis, non pas comme un "coussin de confort" la personne de Dieu et au sens ou ils auraient pu désormais tout se permettre en toute impunité.

Le cas s'est posé à Paul de Tarse qui en parle dans ses lettres. Ne prenez pas occasion de ce que vous auriez été affranchis de la loi pour allez satisfaire les envies de la chair, etc. Une preuve s'il en est que le risque n'est pas nul que des chrétiens aillent finit leur course dans le fossé. Il faut toujours qu'une certaine tension soit conservée.

C'est la crainte parce que le danger est réel de manquer le bateau, celui d'aller déchoir, d'aller s'endormir, d'aller se décourager, d'aller se dégoûter de Dieu. Le danger est bien réel d'aller se conformer sur le monde, l'envie d'être comme tout le monde, celui de pouvoir enfin passer pour un intelligent ou celui de cesser d'être en bute aux hostilités ou au mépris des sages.

Carolus
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 503
Inscription : sam. 14 mars 2020, 16:47
Conviction : catholique

Re: De qui faut-il avoir crainte, svp?

Message non lu par Carolus » jeu. 07 mai 2020, 16:28

Cinci a écrit :
jeu. 07 mai 2020, 14:19
Cinci :

C'est la crainte parce que le danger est réel de manquer le bateau, celui d'aller déchoir, d'aller s'endormir, d'aller se décourager, d'aller se dégoûter de Dieu. Le danger est bien réel d'aller se conformer sur le monde, l'envie d'être comme tout le monde, celui de pouvoir enfin passer pour un intelligent ou celui de cesser d'être en bute aux hostilités ou au mépris des sages.
Quelle réflexion remarquable, cher Cinci ! 👍
CEC 1041 Le message du Jugement dernier appelle à la conversion pendant que Dieu donne encore aux hommes " le temps favorable, le temps du salut " (2 Co 6, 2). Il inspire la sainte crainte de Dieu. Il engage pour la justice du Royaume de Dieu. Il annonce la " bienheureuse espérance " (Tt 2, 13) du retour du Seigneur qui " viendra pour être glorifié dans ses saints et admiré en tous ceux qui auront cru " (2 Th 1, 10).
Que nous ne perdions jamais la sainte crainte de Dieu. 🙏

pierrot2
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1092
Inscription : dim. 24 août 2014, 14:38

Re: De qui faut-il avoir crainte, svp?

Message non lu par pierrot2 » jeu. 07 mai 2020, 21:05

Bonsoir Cinci,

Je vous remercie de vos réponses structurées, argumentées, visiblement réfléchies, et dignes d'être appelées"réponses". :) Certains intervenants devraient s'en inspirer, dont les réponses sont souvent autant de nouvelles questions.. :(

Je partage l'enthousiasme de Carolus, bravo, vous exprimez très bien les choses. Je partage ce sentiment dominant que vous décrivez, avec les même motifs que vous, à savoir que c'est bien Dieu qui serait Celui qu'il faut craindre.

En cherchant après ce filet jeté à la mer qui ramène ce qui est bon et ce qui ne l'est pas, je crois en avoir confirmation: C'est en Matthieu 13:
49Il en sera de même à la fin du monde. Les anges viendront séparer les méchants d'avec les justes, 50et ils les jetteront dans la fournaise ardente, où il y aura des pleurs et des grincements de dents.
Je reviens un peu en avant, et je tombe sur l'explication de l'ivraie, Mt13:
41Le Fils de l'homme enverra ses anges, qui arracheront de son royaume tous les scandales et ceux qui commettent l'iniquité: 42et ils les jetteront dans la fournaise ardente, où il y aura des pleurs et des grincements de dents.
Cinci a écrit :
jeu. 07 mai 2020, 13:30
Le diable peut toujours s'attaquer au corps à la limite, et même faire périr physiquement les personnes. Mais ce n'est pas lui qui pourrait assurer la destruction de l'âme des individus. Il n'y a que Dieu qui peut assurer la consolidation, l'installation définitive d'un sujet dans un état de ruine corporelle et spirituelle.
Votre propos me semble donc confirmé.
Pour ce qui est de "faire périr physiquement", de "s'attaquer au corps", j'ai l'impression qu'il ne peut le faire que par l'intermédiaire d' êtres de chair manipulés, lui même ne possédant pas de corps physique, il me semble.. Aurait-il d'autres ressources?

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10273
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: De qui faut-il avoir crainte, svp?

Message non lu par Cinci » ven. 08 mai 2020, 0:13

Salut Pierrot2,

Si le Mal aurait d'autres ressources qu'une influence s'exerçant au travers des sujets humains s'attaquant à d'autres humains ? Bien sûr.

Quand on dit de Satan qu'il est le prince de ce monde, mais c'est que Satan bénéficie d'une certaine emprise "légale" sur nombre d'éléments de notre monde, et sur nous avec en tant que pécheurs. La maladie et la mort physique sont également la résultante de l'activité diabolique, de près ou de loin. Par le péché, nous lui donnons droit, ouvrons la porte à l'influence maligne s'exerçant sur le soma ou sur le psychisme, pouvant aggraver des déséquilibres internes; il nous en consolide le désordre qui fini par s'exprimer en terme de maladie et de mort finalement. Les esprits mauvais peuvent exercer une influence réelle sur l'imagination, les sens, la pensée, le corps et cela au moins dans une certaine mesure

Pour illustrer cela :


Guérisons multiples de Jésus

Jésus a guéri des maladies et des langueurs de toutes sortes et expulsé des esprits mauvais non seulement de centaines mais probablement de milliers de personnes durant ses trois ans de ministères publics en Terre Sainte.

Il parcourait toute la Galilée ... guérissant toute maladie et toute langueur parmi le peuple ... et on lui présenta les malades atteints de divers maux et tourments, des démonaiques, des lunatiques, des paralytiques, et il les guérit Mt 4,23

Le soir venu, on lui présenta également beaucoup de démoniaques : il chassa les esprits d'un mot et guérit toutes les maladies Mt 8,16

Les gens de l'endroit (Génésareth) lui présentèrent tous les malades : on le priait de les laisser toucher simplement la frange de son manteau, et tous ceux qui le touchèrent furent sauvés Mt 14,35

Jésus vint au bord de la mer de Galilée. Il gravi la montagne et s'assit. Et des foules nombreuses s'approchèrent de lui, ayant avec elles des boiteux, des estropiés, des aveugles, des muets et bien d'autres encore, qu'ils déposèrent à ses pieds; et il les guérit. Et les foules de s'émerveiller en voyant ces muets qui parlaient, ces estropiés qui redevaient valides, ces boiteux qui marchaient et ces aveugles qui recouvraient la vue Mt 15,29

Des foules nombreuses le suivirent. Et là il les guérit. Mt 19, 2

Après que jésus eut chassé les vendeurs du Temple, "il y eut aussi des aveugles et des boiteux qui s'approchèrent de lui dans le Temple, et il les guérit. Voyant les prodiges qu'il venait d'accomplir et ces enfants qui criaent dans le Temple "Hosanna au fils de David !" Mt 21,14

Après la mission des Douze, ou ils avaient opéré partout des guérisons, les foules trouvèrent Jésus à l'écart avec ses apôtres. Jésus leur fit bon accueil, leur parla du royaume de Dieu et rendit la santé à ceux qui avaient besoin de guérison Luc 9, 11

L'évangéliste saint Matthieu explique le sens des guérisons de Jésus. D'abord, il rapporte le fait qu'après un conflit avec les pharisiens au sujet de la guérison d'un homme à la main sèche un jour de sabbat, "Jésus se retira de là. Beaucoup le suivirent et il les guérit tous." Puis Matthieu citant le prophète Isaïe, explique : "Voici mon serviteur que j'ai choisi ... je placerai sur lui mon Esprit ... le roseau froissé il ne le brisera pas, et la mèche fumante il ne l'éteindra pas ... en son nom les nations mettront leur espérance Mt 12,15-21 La guérison des pauvres et des petits, qui sont si fragiles, manifeste la miséricorde de Dieu, sa bonté et sa puissance en leur faveur et attire tous les peuples vers le Seigneur.

La signature du Messie

Comment peut-on reconnaître le Messie ? Lorsque Jean le baptiste envoya ses disciples demander à Jésus : Es-tu celui qui doit venir ou devons-nous en attendre un autre ? Jésus leur répondit : "Allez rapporter à Jean ce que vous entendez et voyez : les aveugles voient et les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés et les sourds entendent, les morts ressuscitent et la Bonne Nouvelle est annoncée aux pauvres, Et heureux celui qui ne trébuchera pas à cause de moi. " Mt 11,2-6

Des signes authentifiant la mission de l'Envoyé de Dieu, cinq sont explicitement des guérisons physiques.

En déclarant que la signature du Messie, c'est la guérison physique, Jésus révélait ainsi la nature de Dieu : sa bonté miséricordieuse. Par l'Incarnation, Dieu a déchiré les cieux et est descendu parmi nous afin de combattre pour nous les grands ennemis de l'humanité : le péché, la maladie, le démon et la mort. Le Messie est apparu pour vaincre les oeuvres du Malin; puis il envoya son Corps, l'Église de Dieu, qu'il revêtit de la puissance de son Esprit, pour continuer son oeuvre jusqu'à ce qu'il revienne pour mettre un terme définitif à l'empire du mal et délivrer les hommes éternellement des infirmités, de toutes maladies, du péché et de la mort elle-même.

Aux soixante-douze, Jésus a dit : Voici que je vous ai donné le pouvoir de fouler aux pieds serpents, scorpions et toute la puissance de l'ennemi, et rien ne pourra vous nuire Luc 10,19

Dans l'Ancien Testament

Dieu guérit. Après avoir délivré les Israélites de leur esclavage en Égypte, le Seigneur leur indiqua son identité : "Je suis l'Éternel qui te guérit" Exode 15,26 En hébreu, on lit : YHWH Rapha, qui se traduit littéralement par "Je suis l'Éternel, ton médecin."

'Lui qui pardonne toutes tes fautes, lui qui guérit toutes tes maladies, lui qui rachète ta vie à la fosse, lui qui te couronne de fidélité et de miséricorde, lui qui rassasie de biens tes années, pour que ta jeunesse se renouvelle comme l'aigle" Psaume 103, 3-5

"Dans leur détresse ils crièrent vers le Seigneur : de leur angoisse il les sauva. Il envoya sa parole et les guérit, il les délivra de leur fosse.' Psaume 107, 13

La plupart des guérisons dans la Bible sont des guérisons physiques : Sarah guérit de son infertilité dans sa vieillesse Gn 21, Naaman guérit de la lèpre 2 R5, le roi Ezéchias guéri d'une maladie mortelle 2 R 20. Tobit sera guéri de sa cécité T 6 et 11

Le Christ a la puissance de vaincre les oeuvres des puissances des ténèbres, et alors le péché, la maladie, la mort ...

pierrot2
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1092
Inscription : dim. 24 août 2014, 14:38

Re: De qui faut-il avoir crainte, svp?

Message non lu par pierrot2 » ven. 08 mai 2020, 2:41

Cinci a écrit :
ven. 08 mai 2020, 0:13
Salut Pierrot2
Bonjour à vous, Cinci,
Cinci a écrit :
ven. 08 mai 2020, 0:13
Si le Mal aurait d'autres ressources qu'une influence s'exerçant au travers des sujets humains s'attaquant à d'autres humains ? Bien sûr.
Je suis absolument ravi de lire votre démonstration. Vous avez un talent pour dégager l essentiel du superflu, tout en vous rendant accessible.
Je suis d ailleurs navré de vous avoir donné cette peine, car si je m étais mieux exprimé, j aurais pu vous l épargner.

Ce que je voulais suggérer n est pas que Satan ne dispose pas d un ascendant sur la chair. Je crois que l inertie de la chair, en effet, profite probablement à son action, c'est à dire, maladies, stérilité, mort, lorsque cette inertie se laisse investir par le péché.

Plus qu une mauvaise expression, c'est le sens de mon propos qui m a échappé.

Ce que je voulais dire, donc, c'est qu il me semble hors de portée de Satan de s incarner dans la chair lui-même, pour ensuite commettre des actes criminels.
Comme vous dites, il procède par emprise, ou possession, un peu comme ces esprits mauvais qui vont chercher 7 fois pire qu eux pour habiter un possédé..

Manoeuvrant les possédés, ou les hommes pécheurs, il peut leur inspirer le crime.
Mais je ne crois pas qu il soit jamais né dans la chair, ou alors, celle du serpent, pour commettre en personne le crime au travers de cette chair..

C'est la différence entre posséder une chair et naître dans une chair

Peut-être suis-je mon propre dupe en écrivant ceci, mais c était là le sens que j avais voulu donner à la question que je vous posais, et que j ai trop hâtivement articulée.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 7 invités