Pourquoi Jésus écrivit-il sur la poussière ?

« Alors il leur ouvrit l'esprit à l'intelligence des Écritures. » (Lc 24.45)
Règles du forum
Forum d'échanges sur la Sainte Bible.
Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 10122
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: Pourquoi Jésus écrivit-il sur la poussière ?

Message non lupar Fée Violine » dim. 12 août 2018, 1:06

Jésus ne s'est pas mis à genoux, ce qui n'aurait eu aucun sens. Il était assis comme d'habitude pour enseigner. Il s'asseyait sous un arbre (par exemple le figuier de Nathanaël), et dans la cour du Temple il s'asseyait peut-être à l'ombre d'un mur. Ainsi il n'avait qu'à étendre la main pour écrire par terre, peut-être surtout pour éviter de regarder la femme et donc de l'humilier, peut-être aussi pour montrer aux autres qu'il se désintéressait de leur polémique, ou pour prendre le temps de prier et de réfléchir à ce qu'il allait répondre.

antoine75
Barbarus
Barbarus

Re: Pourquoi Jésus écrivit-il sur la poussière ?

Message non lupar antoine75 » dim. 12 août 2018, 9:12

Jean 8,4-8
4 ils dirent à Jésus : Maître, cette femme a été surprise en flagrant délit d’adultère.
5 Moïse, dans la loi, nous a ordonné de lapider de telles femmes : toi donc, que dis-tu ?
6 Ils disaient cela pour l’éprouver, afin de pouvoir l’accuser. Mais Jésus, s’étant baissé, écrivait avec le doigt sur la terre.
7 Comme ils continuaient à l’interroger, il se releva et leur dit : Que celui de vous qui est sans péché jette le premier la pierre contre elle.
8 Et s’étant de nouveau baissé, il écrivait sur la terre.
C'est comme ça que je vois les choses dans ce passage :
C'est ça la bonne nouvelle de la nouvelle alliance, peu voire aucun d'entre nous ne respectent parfaitement la loi exigeante de l'ancienne alliance. Et Jésus connait la nature humaine, pécheresse. Et ce n'est pas pour rien que nous devons confesser que nous sommes pécheurs en tant que catholique. Si nous cherchons bien, nous avons tous quelque chose à nous reprocher, en ayant transgressé la loi divine, mais aussi la loi humaine au moins une fois dans la vie. Personne je pense ne peut se dire irréprochable vis à vis de Dieu, mais même vis à vis de la loi humaine, même si on est pas excommunié et avec un casier judiciaire vierge. Seul le Christ et la Vierge Marie sont sans péché.

Personne ne peut piéger son frère.

Il est dit aussi :
Accorde-toi promptement avec ton adversaire, pendant que tu es en chemin avec lui, de peur qu'il ne te livre au juge, que le juge ne te livre à l'officier de justice, et que tu ne sois mis en prison.
Ceux qui réagissent comme ça ont vraiment quelque chose à se reprocher vis à vis de la loi humaine. Ce n'est pas mon cas. Cela voudrait-il dire que je suis sans péché ?

Par contre, j'ai déjà fait l'objet d'un internement sous contrainte …

Carhaix
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 569
Inscription : mer. 21 mars 2018, 1:33
Conviction : Catholique

Re: Pourquoi Jésus écrivit-il sur la poussière ?

Message non lupar Carhaix » dim. 12 août 2018, 10:26

Jésus ne s'est pas mis à genoux, ce qui n'aurait eu aucun sens. Il était assis comme d'habitude pour enseigner. Il s'asseyait sous un arbre (par exemple le figuier de Nathanaël), et dans la cour du Temple il s'asseyait peut-être à l'ombre d'un mur. Ainsi il n'avait qu'à étendre la main pour écrire par terre, peut-être surtout pour éviter de regarder la femme et donc de l'humilier, peut-être aussi pour montrer aux autres qu'il se désintéressait de leur polémique, ou pour prendre le temps de prier et de réfléchir à ce qu'il allait répondre.
D'après Alcuin, dans la Catena aurea, le fait de s'asseoir (et en effet, le texte ne dit pas qu'il s'agenouille, mais seulement qu'il se baisse), ou de se baisser, est un signe d'humilité, rappelant que Dieu s'est abaissé devant les hommes en s'incarnant sur la terre, et c'est l'une des réponses réservée aux docteurs de la Loi, qui a ici tout son sens, puisque le centre de la question disputée est le péché et la Loi.

Carhaix
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 569
Inscription : mer. 21 mars 2018, 1:33
Conviction : Catholique

Re: Pourquoi Jésus écrivit-il sur la poussière ?

Message non lupar Carhaix » dim. 12 août 2018, 11:01

Pourquoi Jésus écrivit-il sur la poussière ?

Jean 8,4-8
4  ils dirent à Jésus : Maître, cette femme a été surprise en flagrant délit d’adultère.
5  Moïse, dans la loi, nous a ordonné de lapider de telles femmes : toi donc, que dis-tu ?
6  Ils disaient cela pour l’éprouver, afin de pouvoir l’accuser. Mais Jésus, s’étant baissé, écrivait avec le doigt sur la terre.
7  Comme ils continuaient à l’interroger, il se releva et leur dit : Que celui de vous qui est sans péché jette le premier la pierre contre elle.
8  Et s’étant de nouveau baissé, il écrivait sur la terre.


A l’époque du Christ les israélites avaient depuis longtemps renoncé à lapider les hommes et les femmes adultères. Le piège tendu au Christ par les Judéens était donc le suivant : soit Jésus se conformait à la loi exprimée en Lévitique 20,10 en exigeant la lapidation de la femme adultère et dans ce cas il passait pour un salaud aux yeux de ceux qui le suivaient et jugeaient cette pratique barbare et peu charitable ; soit il ne se conformait pas lui non plus à la loi et passait aux yeux des juifs pour un transgresseur.

Le Christ choisit de ne pas s’opposer à la loi mais de mettre les accusateurs en face de leurs propres contradictions. Il le fait de manière non violente, sans entrer en rivalité avec eux, ce qui pourrait déclencher une réaction de lynchage contre la femme voire même contre lui. Il s’agenouille devant eux, baisse les yeux et écrit sur la poussière du sol.

L’enseignement biblique repose sur l'image et ici nous en avons une et de taille : celle du « doigt de Dieu » qui grave sur la pierre les tables de la loi pour les donner à Moïse. Or Jésus trace dans le sable la loi de Dieu et peut-être s'agit-il de la loi contenue dans Lévitique 20,10 relative aux adultères ? Nous ne le savons pas mais son doigt, qui est celui de Dieu parmi nous, montre que cette loi n’était pas destinée à être gravée dans l’éternité du roc mais dans la fugacité de la poussière.

En s’agenouillant et en baissant les yeux le Christ interrompt toute rivalité entre lui et ses accusateurs. Et son doigt leur rappelle que la loi a beaucoup évolué sous l’impulsion de Dieu, dans un sens moins sanglant et plus spirituel.

Par exemple Ezechiel 18,2-4 :
2 Pourquoi dites-vous ce proverbe dans le pays d’Israël : Les pères ont mangé des raisins verts, et les dents des enfants en ont été agacées ?
3 Je suis vivant ! dit le Seigneur, l’Eternel, vous n’aurez plus lieu de dire ce proverbe en Israël.
4 Voici, toutes les âmes sont à moi ; l’âme du fils comme l’âme du père, l’une et l’autre sont à moi ; l’âme qui pèche, c’est celle qui mourra.

s’oppose à Exode 20,5 et à Deutéronome 5,9, autrement dit à un article du décalogue :
Tu ne te prosterneras point devant elles (les idoles), et tu ne les serviras point ; car moi, l’Eternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux, qui punis l’iniquité des pères sur les enfants jusqu’à la troisième et la quatrième génération de ceux qui me haïssent.

Et ceux qui lui ont tendu le piège ne l’insultent pas, ils ne sont pas à ce moment en rivalité avec le Christ mais perplexes devant son enseignement. Et ils continuent de l’interroger. Et c’est là qu’il se redresse et leur répond : « que celui qui n’a jamais péché lui jette la première pierre ». Puis, pour ne pas les provoquer, il s’agenouille à nouveau, baisse les yeux et continue d’écrire sur le sable des lois peut-être révolues.

La réponse du Christ renvoie ses interlocuteurs à leur propre conscience. Ils savent tous qu’ils sont pécheurs et le seul qui ne l’est pas, le Christ, est devant eux à genou. Il écrit sur le sol et ne jette pas cette première pierre.

La première pierre est la plus difficile à jeter, celle qui demande la certitude absolue. Les autres suivent par mimétisme. Et tous ceux qui sont présents voient que celui qui a la certitude absolue de la vérité en Dieu le Père ne jette pas la première pierre. Les plus vieux et les plus sages comprennent les premiers et s’en vont et peu à peu les autres les imitent. Le piège a échoué, ceux qui l’ont tendu ont été mis face à leurs propres contradictions de manière non violente et ils n’ont pas été humiliés mais grandis en acceptant leur défaite devant le Christ ou encore la défaite de leurs mauvaises pensées devant Dieu.
Votre lecture est très intéressante. Ce passage fourmille de symboles fondamentaux. Quels sont-ils ? La pierre, la terre.

La scène se déroule au Temple. Les docteurs de la Loi invoquent la Loi de Moïse, qui stipule que la femme adultère sera lapidée.

La pierre renvoie aux tables de la Loi. Elle évoque aussi la pierre rejetée par les bâtisseurs qui n'est autre que le Christ lui-même, et qui devait être la pierre d'angle du Temple. La pierre rejetée du Temple, c'est le Christ crucifié hors de la ville.

Ezechiel dit : je changerai votre cœur de pierre en un cœur de chair. Et nous savons que la terre renvoie à l'homme, qui a été créé par Dieu avec de la terre, et doit un jour redevenir poussière. La terre symbolise la chair de l'homme. La femme représente toute l'humanité.

Enfin, le texte mystérieux écrit par le Christ, renvoie directement à la Parole de Dieu, et aux Livres qui ne seront ouverts qu'à la fin des Temps, lors du Jugement. Et nous sommes bel et bien en présence, ici, d'un Jugement prononcé par le Christ.

Le Christ écrit donc sur la terre, c'est à dire dans le cœur de chair de l'homme, sa Loi véritable, cachée, mystérieuse, qui délivre son Jugement qui n'est pas la condamnation de la chair, et qui est pure Miséricorde accordée au pécheur. Cela se passe hors du Temple, hors de la ville, hors du monde des hommes qui condamnent avec des lois de pierre, et rejettent le Christ. Cela se passe dans l'intimité entre la créature et son créateur, c'est à dire dans le secret de la prière. La manne cachée et le caillou blanc où est inscrit un nom que seul son destinataire connaît, dans l'Apocalypse, est peut-être une autre évocation de ce cœur de chair donné par Dieu à celui qui en fait la demande, dans la prière et à l'abri du regard des hommes.

bigbig
Barbarus
Barbarus

Re: Pourquoi Jésus écrivit-il sur la poussière ?

Message non lupar bigbig » dim. 12 août 2018, 17:08

Au piège qui lui est tendu Jésus répond que celui qui ne mérite pas la mort jette la première pierre :

"Car quiconque observe toute la loi, mais pèche contre un seul commandement, devient coupable de tous. 11"

antoine75
Barbarus
Barbarus

Re: Pourquoi Jésus écrivit-il sur la poussière ?

Message non lupar antoine75 » dim. 12 août 2018, 20:09


Ceux qui réagissent comme ça ont vraiment quelque chose à se reprocher vis à vis de la loi humaine. Ce n'est pas mon cas. Cela voudrait-il dire que je suis sans péché ?
A part le Christ, qui est Dieu et homme, qui peut se dire sans péché ?
Je suis hors sujet mais nous avons toujours des imperfections vis à vis de Dieu, manque de charité, manque de pardon, mauvaises actions, etc ... nous serons jamais aussi parfait que Dieu et nous avons besoin du prochain, nous sommes pécheurs. Même s'il faut tendre vers ce but. Par contre, on peut se reconnaitre pécheur sans commettre des infractions à la loi humaine. Et il faut aussi craindre la loi humaine quand elle est contre Dieu et la vie ...

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 10122
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: Pourquoi Jésus écrivit-il sur la poussière ?

Message non lupar Fée Violine » mar. 14 août 2018, 21:14

Dans notre texte grec de Jean 8, 6 et 8, 8 nous lisons : katô kupsas, et katakupsas. Nous pouvons donc légitimement nous demander si nous n'avions pas le verbe hébreu qadad dans le document hébreu primitif, et si en cette occurrence le Seigneur ne s'est pas mis à genoux pour écrire par terre.
Le problème, c'est que nous n'avons que le texte grec.

D'après le dictionnaire Bailly, le verbe kupto signifie :
*se baisser en avant (katô kupto = se pencher en bas)
*baisser la tête ou les yeux (par pudeur, honte, ou une personne pensive...)
*kupsas esthiei = il mange la tête sur son assiette, c'est-à-dire avidement
*être incliné vers la terre (les animaux, par opposition aux hommes).

Bref, je ne vois aucun genou là-dedans. Au contraire c'est très logique : il est assis pour enseigner, et il se penche un peu jusqu'à ce que ses doigts atteignent le sol. Il est peut-être assis sur un coussin ou quelque chose qui le surélève un peu. Ou bien, il est assis dans un coin propre et il doit se pencher pour atteindre la zone poussiéreuse.
Quant à Tresmontant, je l'aime beaucoup mais ses traductions sont souvent très fantaisistes, ce n'est pas nouveau.

Carhaix
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 569
Inscription : mer. 21 mars 2018, 1:33
Conviction : Catholique

Re: Pourquoi Jésus écrivit-il sur la poussière ?

Message non lupar Carhaix » mer. 15 août 2018, 8:51

Dans notre texte grec de Jean 8, 6 et 8, 8 nous lisons : katô kupsas, et katakupsas. Nous pouvons donc légitimement nous demander si nous n'avions pas le verbe hébreu qadad dans le document hébreu primitif, et si en cette occurrence le Seigneur ne s'est pas mis à genoux pour écrire par terre.
Le problème, c'est que nous n'avons que le texte grec.

D'après le dictionnaire Bailly, le verbe kupto signifie :
*se baisser en avant (katô kupto = se pencher en bas)
*baisser la tête ou les yeux (par pudeur, honte, ou une personne pensive...)
*kupsas esthiei = il mange la tête sur son assiette, c'est-à-dire avidement
*être incliné vers la terre (les animaux, par opposition aux hommes).

Bref, je ne vois aucun genou là-dedans. Au contraire c'est très logique : il est assis pour enseigner, et il se penche un peu jusqu'à ce que ses doigts atteignent le sol. Il est peut-être assis sur un coussin ou quelque chose qui le surélève un peu. Ou bien, il est assis dans un coin propre et il doit se pencher pour atteindre la zone poussiéreuse.
Quant à Tresmontant, je l'aime beaucoup mais ses traductions sont souvent très fantaisistes, ce n'est pas nouveau.
Les seuls auteurs valables sont les pères et docteurs de l'Église, saint Augustin, saint Ambroise, saint Thomas d'Aquin, saint Jean de la Croix, sainte Thérèse d'Avila, etc.
Et généralement tous les écrits anciens, d'avant l'époque moderniste.

Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Pourquoi Jésus écrivit-il sur la poussière ?

Message non lupar Carolus » jeu. 16 août 2018, 0:26

fée violine :

D'après le dictionnaire Bailly, le verbe kupto signifie :
*se baisser en avant (katô kupto = se pencher en bas)

Bref, je ne vois aucun genou là-dedans.
Vous avez raison, chère fée violine. Il n'y a " aucun genou là-dedans. " :)
fée violine :

Le problème, c'est que nous n'avons que le texte grec.
Nous avons également le texte latin.
Jn 8, 6 Jesus autem inclinans se deorsum, digito scribebat in terra (Mais Jésus, s'étant baissé [en bas], écrivait sur la terre avec le doigt.)

Jn 8, 8 Et iterum se inclinans, scribebat in terra. (Et s'étant baissé de nouveau, il écrivait sur la terre.)
Comparons également :
Mc 1, 7 Il vient après moi, celui qui est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de délier, en me baissant [kupsas], les cordons de sa chaussure.
Encore une fois, il n'y a " aucun genou là-dedans. " :)

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8280
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Pourquoi Jésus écrivit-il sur la poussière ?

Message non lupar Cinci » jeu. 16 août 2018, 13:16

D'après Alcuin, dans la Catena aurea, le fait de s'asseoir (et en effet, le texte ne dit pas qu'il s'agenouille, mais seulement qu'il se baisse), ou de se baisser, est un signe d'humilité, rappelant que Dieu s'est abaissé devant les hommes en s'incarnant sur la terre, et c'est l'une des réponses réservée aux docteurs de la Loi, qui a ici tout son sens, puisque le centre de la question disputée est le péché et la Loi.
Je n'ai pas vu le commentaire d'Alcuin.

Mais "Dieu s'abaisse devant les hommes en s'incarnant sur la terre" livré en guise de réponse intelligible et recevable et comme ce que Jésus aurait dû vouloir "balancer" aux docteurs de la Loi de Moïse de l'époque ? Non, je ne le croirais pas. La notion de kénose divine n'aurait tout simplement voulu rien dire à l'époque.


Non

Une constante des Évangiles reste l'autorité avec laquelle s'exprimait Jésus, et de quelle façon la foule s'en trouvait surprise, étonnée, déstabilisée.

Il y a tout simplement que Jésus peut enchérir du côté de la sainteté ("Que celui qui est sans péché ...") et alors même qu'il connait également la ruse et la mauvaise conscience de ses ennemis. Car ces derniers sont bien plus intéressés à lui porter un "sale coup" qu'à se préoccuper réellement de théologie ou d'un quelconque point litigieux ancien de la doctrine à solutionner.

L'autorité se dégageant de la personnalité de Jésus vient éteindre le feu du côté des enragés,. Ces derniers déjà engagés à vouloir le perdre. Mais, percés à jour dans leur vilaine entreprise, la laideur du plan ressort face à la sainteté réelle du personnage qui se trouve face à eux. Et c'est cela qui ôte l'envie de poursuivre la manoeuvre criminelle devant témoins, au moins provisoirement.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8280
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Pourquoi Jésus écrivit-il sur la poussière ?

Message non lupar Cinci » jeu. 16 août 2018, 13:52

Quant à ce que Jésus écrit ... Il est impossible de savoir au juste quelle aurait pu être l'idée du rédacteur de l'épisode. A quoi le texte devrait-il se référer avec cette mention d'un Jésus qui écrit "quelque chose" face à des accusateurs ? Difficile de l'affirmer en prétendant ne pas pouvoir faire d'erreur.

Dans l'expectative, il me plaît d'imaginer que Jésus aurait pu reprendre la fameuse phrase du chapitre 5 du livre de Daniel. Dans le récit du livre de Daniel, c'est comme une main mystérieuse qui apparaît pour tracer une inscription menaçante sur le mur du palais à Babylone, signifiant que les jours du règne des usurpateurs sont comptés. Ces derniers qui mangent et qui boivent dans la vaisselle d'or du Temple de Jérusalem ont été pesés et il se trouve qu'ils ne font pas le poids. Leur royaume leur sera ôté et donné à d'autres.

Le livre de Daniel était très important pour Jésus car c'est le livre qui annonçait la venue du Fils de l'homme. Il serait bien dans la manière de Jésus de marier à la fois la miséricorde pour les pécheurs et un caractère de menace pour les fiers qui s'aveuglent et oublient leur propre nature humaine fragile, plus "malsaine" que sainte.

Carhaix
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 569
Inscription : mer. 21 mars 2018, 1:33
Conviction : Catholique

Re: Pourquoi Jésus écrivit-il sur la poussière ?

Message non lupar Carhaix » jeu. 16 août 2018, 22:45

D'après Alcuin, dans la Catena aurea, le fait de s'asseoir (et en effet, le texte ne dit pas qu'il s'agenouille, mais seulement qu'il se baisse), ou de se baisser, est un signe d'humilité, rappelant que Dieu s'est abaissé devant les hommes en s'incarnant sur la terre, et c'est l'une des réponses réservée aux docteurs de la Loi, qui a ici tout son sens, puisque le centre de la question disputée est le péché et la Loi.
Je n'ai pas vu le commentaire d'Alcuin.

Mais "Dieu s'abaisse devant les hommes en s'incarnant sur la terre" livré en guise de réponse intelligible et recevable et comme ce que Jésus aurait dû vouloir "balancer" aux docteurs de la Loi de Moïse de l'époque ? Non, je ne le croirais pas. La notion de kénose divine n'aurait tout simplement voulu rien dire à l'époque.


Non

Une constante des Évangiles reste l'autorité avec laquelle s'exprimait Jésus, et de quelle façon la foule s'en trouvait surprise, étonnée, déstabilisée.

Il y a tout simplement que Jésus peut enchérir du côté de la sainteté ("Que celui qui est sans péché ...") et alors même qu'il connait également la ruse et la mauvaise conscience de ses ennemis. Car ces derniers sont bien plus intéressés à lui porter un "sale coup" qu'à se préoccuper réellement de théologie ou d'un quelconque point litigieux ancien de la doctrine à solutionner.

L'autorité se dégageant de la personnalité de Jésus vient éteindre le feu du côté des enragés,. Ces derniers déjà engagés à vouloir le perdre. Mais, percés à jour dans leur vilaine entreprise, la laideur du plan ressort face à la sainteté réelle du personnage qui se trouve face à eux. Et c'est cela qui ôte l'envie de poursuivre la manoeuvre criminelle devant témoins, au moins provisoirement.
Vous savez bien qu'il y a plusieurs degrés d'interprétation de l'Écriture. Vous décrivez le sens littéral. Mais le spectateur de la scène, ce n'est pas seulement le docteur de la Loi, mais c'est tout lecteur et auditeur de l'Évangile. Donc ce que fait Jésus est à la fois en direction des docteurs de la Loi (qui au demeurant ont des yeux et ne voient pas, des oreilles et n'entendent pas, et ne comprennent pas nécessairement la vraie portée de l'action du Christ) et en direction du lecteur de l'Évangile (vous et moi).

Vous trouverez facilement ce que dit Alcuin tel que c'est retranscrit dans la Catena aurea de saint Thomas d'Aquin (on peut la consulter en ligne). C'est le sens allégorique. Et en développant cette idée, on peut établir un parallèle avec la Table de Moïse. Dans l'Ancien Testament, Dieu ne s'abaisse pas, il reste en haut, Moïse doit monter sur la montagne pour aller à sa rencontre, et recevoir la Loi, gravée par Dieu dans la pierre. Ici, Dieu vient à la rencontre des hommes, c'est lui qui vient à eux, en s'incarnant dans la chair, sur la terre. Et il vient transmettre une nouvelle Loi, qui n'est plus une loi de pierre mais une loi de chair, qui est la Miséricorde.

La scène se passe dans la cour du Temple. Les docteurs de la Loi sont les représentants de la Loi de Moïse, gravée dans la pierre. Dans l'Écriture, la terre représente à la fois l'homme et la chair. La loi de Moïse condamne l'humanité pécheresse. Les docteurs exigent du Christ une réponse. Va-t-il condamner la femme adultère que la Loi de Moïse condamne. À qui s'adressent-ils ? Au Christ, qui est Dieu, et qui est lui-même l'auteur de la Loi. Que répond-il ? Il s'abaisse sur la terre : c'est à dire, la réponse de Dieu est qu'il s'incarne sur la terre, dans la chair. Et il écrit sur la terre. Qu'écrit-il ? La nouvelle Loi. La Loi de l'Évangile, de la Miséricorde de Dieu. Puis prenant la parole, il dit : "je ne te condamne pas". Cela veut dire que la Loi véritable de Dieu ne condamne pas l'homme, car Dieu est amour et miséricorde.

Il me semble que le raisonnement se tient parfaitement. C'est le sens allégorique de ce passage de l'Évangile.

Carhaix
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 569
Inscription : mer. 21 mars 2018, 1:33
Conviction : Catholique

Re: Pourquoi Jésus écrivit-il sur la poussière ?

Message non lupar Carhaix » jeu. 16 août 2018, 22:50

Quant à ce que Jésus écrit ... Il est impossible de savoir au juste quelle aurait pu être l'idée du rédacteur de l'épisode. A quoi le texte devrait-il se référer avec cette mention d'un Jésus qui écrit "quelque chose" face à des accusateurs ? Difficile de l'affirmer en prétendant ne pas pouvoir faire d'erreur.

Dans l'expectative, il me plaît d'imaginer que Jésus aurait pu reprendre la fameuse phrase du chapitre 5 du livre de Daniel. Dans le récit du livre de Daniel, c'est comme une main mystérieuse qui apparaît pour tracer une inscription menaçante sur le mur du palais à Babylone, signifiant que les jours du règne des usurpateurs sont comptés. Ces derniers qui mangent et qui boivent dans la vaisselle d'or du Temple de Jérusalem ont été pesés et il se trouve qu'ils ne font pas le poids. Leur royaume leur sera ôté et donné à d'autres.

Le livre de Daniel était très important pour Jésus car c'est le livre qui annonçait la venue du Fils de l'homme. Il serait bien dans la manière de Jésus de marier à la fois la miséricorde pour les pécheurs et un caractère de menace pour les fiers qui s'aveuglent et oublient leur propre nature humaine fragile, plus "malsaine" que sainte.
Ce que vous dites est très intéressant, et me semble correspondre au sens eschatologique, c'est à dire dans la perspective des fins dernières. C'est le pendant terrible à l'annonce de la Miséricorde de Dieu. Cette scène annonce peut-être ce que sera le Jugement dernier. Les accusateurs, qui se croient saints, et les pécheurs qui s'attendent à être condamnés, tous comparaissant ensemble devant le juge, qui est le Christ. Mais le Christ demande : qui est sans péché ? Et les accusateurs confondus se retirent : ils se croyaient saints, mais leur péché est dévoilé devant Dieu. Et ils se séparent de Dieu, ils quittent les lieux. Seule demeure à la fin l'âme à qui Dieu a fait miséricorde : elle demeure en présence de Dieu. Les brebis ont été séparées des boucs qui les persécutaient. Les boucs ont été éloignés de Dieu, alors que les brebis sont demeurées en Dieu.

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 4659
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: Pourquoi Jésus écrivit-il sur la poussière ?

Message non lupar gerardh » ven. 17 août 2018, 10:18

_________

Bonjour,

Dans le livre du prophète Daniel, nous voyons le doigt de Dieu écrire sur un mur pour condamner le roi : méné, méné, upharsim (approximatif), l'interprétation étant : tu as été pesé à la balance du sanctuaire et tu as été trouvé manquant de poids.

Les deux scènes sont peut-être à rapprocher.


______________

Carhaix
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 569
Inscription : mer. 21 mars 2018, 1:33
Conviction : Catholique

Re: Pourquoi Jésus écrivit-il sur la poussière ?

Message non lupar Carhaix » ven. 17 août 2018, 11:51

Tout comme la même main du Christ Pantocrator bénit et condamne, les doigts levés s'adressant aux élus, les doigts retranchés s'adressant aux damnés.


Revenir vers « Écriture Sainte »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit