Le psaume 50

« Alors il leur ouvrit l'esprit à l'intelligence des Écritures. » (Lc 24.45)
Règles du forum
Forum d'échanges sur la Sainte Bible.
Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8119
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Le psaume 50

Message non lupar Cinci » lun. 19 mars 2018, 14:16

Bonjour,

Sur le psaume 50 qui donne la tonalité liturgique à la semaine du dimanche 18 au samedi 24 mars 2018 ...

Thème :
supplication d'un pécheur qui demande son pardon

Confession des péchés :
Je le reconnais,
j'ai fait le mal.
le mal en moi est trop profond,
vient de trop loin !

Demande de pardon :
purifie-moi,
lave-moi,
rends-moi les chants,
la danse,
enlève tous mes péchés,
recrée moi

Promesse d'action de grâce :
Je serai apôtre,`
je t'acclamerai,
je te louerai,
je changerai de vie,
je t'offrirai un sacrifice
d'action de grâce.

Première lecture avec Israël :

Ce péché du roi David (2 Samuel 11,12) qui fit tuer Urie pour prendre sa femme Bethsabée, ainsi que le repentir admirable de David, sont restés comme symbole du mal et du pardon. Mais en arrière-plan de ce psaume, il y a aussi la tragique destruction de Jérusalem qui inaugura la déportation à Babylone : le retentissement du péché est collectif ... et la conversion a aussi un retentissement collectif ("... relève les murs de Jérusalem").

Le cri de repentir qui s'exprime ici est d'une pureté admirable : ce pécheur n'est malheureux que de son péché ... et ce péché n'est que l'offense de Dieu. Rien de morbide, au fond, car Israël a une conception très positive du péché. Le pécheur n'est pas laissé seul à son remords, il est "devant quelqu'un" qui l'aime. Tout part de l'amour. Vingt verbes à l'Impératif s'adressent à Dieu ... et chacun de ces verbes indique que Dieu va agir sur le pénitent pour effacer, laver, absoudre, purifier, rendre la joie, renouveler, etc.

Deuxième lecture avec Jésus :
Lorsque Jésus voulut faire comprendre la merveille du pardon de Dieu, il inventa la parabole du Père de l'enfant prodigue, et, spontanément, il utilisa des expressions de ce psaume 50 : "J'ai péché contre le ciel et contre toi " ... ET, comme le psalmiste, il a exprimé le pardon par des "chants de fête et des danses" ...

En instituant le baptême pour la rémission des péchés, Jésus reprenait le grand symbole de la purification :"Lave-moi, que je sois blanc plus que la neige".

Quand Jésus pardonna à Marie-Madeleine, la pécheresse, il en fit aussitôt une apôtre , comme il est dit en ce psaume : "J'enseignerai tes chemins aux pécheurs." C'est elle, l'ancienne prostituée, qui fut la première témoin de la résurrection et envoyée en mission aux frères (Jean 20,17) Et quand l'Esprit Saint a recrée les disciples par son souffle de pentecôte, nous les voyons aussi "délier leur langue, et chanter les louanges de Dieu". Enfin, Jésus a approuvé le scribe qui, à la suite de ce psaume, affirmait "qu'aimer Dieu et le prochain vaut mieux que tous les sacrifices". (Marc 12,33)

Troisième lecture avec notre temps :

Les racines profondes du mal. La psychologie moderne a mis en évidence combien l'homme pouvait être marqué par des déterminismes venant de conditionnements corporels, d'influences sociales, d'habitudes inscrites dans les réflexes profonds. Le psalmiste, déjà, se sentait écrasé par le poids des déterminismes : très conscient du mal qu'il avait fait, il se sentait incapable d'effectuer le redressement pourtant désiré, c'est pourquoi il demandait l'intervention de Dieu. La racine du péché, il la trouvait dans sa condition humaine, avant même toute culpabilité personnelle : "Je suis né dans la faute, j'étais pécheur dès le sein de ma mère."

Pourtant, ce n'est pas un fatalisme. "Oui, je connais mon péché ... ce qui est mal, je l'ai fait ..." C'est un homme responsable, qui ne cherche aucunement à se justifier. Il n'y a pas pire ennemi de la dignité humaine qu'une certaine attitude d'auto-justification. C'est souvent une démission. Donne-nous, Seigneur, de voir clair en nous ! Aide-nous à prendre conscience du mal que nous faisons : nos agressivités inconscientes, nos réflexes dominateurs inavoués, nos égoïsmes tranquilles et camouflés, nos lâchetés cachées.

On édulcore la réalité quand on en reste au simple niveau de la "transgression" d'une loi ou de la faute subjective. David, lui, savait qu'en portant la main sur Urie, en séduisant sa femme ... ce n'était pas seulement des "erreurs", des "bavures", suscitant remords ou honte. C'était Dieu qu'il avait atteint : "contre Toi, et toi seul, j'ai péché." Le péché s'évalue par rapport au Dieu transcendant; le mal essentiel doit se peser en référence à une infidélité à un amour. Je bafoue l'amour de Celui qui m'aime.

Le pardon, lui aussi, est donc une question d'amour. "Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour, selon ta tendresse, efface mon péché." André Frossard écrit à ce propos : "Notre religion, notre Dieu, c'est celui des recommencements radieux : pouvoir nous est donné de renaître." Et le psalmiste a tout un vocabulaire abondant pour dire ce renouveau. Il va jusqu'à parler de "création nouvelle". Le pardon n'est pas seulement un oubli du passé, un lessivage même puissant, c'est un être neuf qui en sort. Mystère émouvant, mille fois répété par la Bible. Rien de morbide ou obsessionnel dans le péché selon Dieu. Il aboutit, de fait, à une joie indicible, et à l'action de grâce.

Tiré de :
Noël Quesson, 50 psaumes pour tous les jours, Droguet & Ardant, pp. 120-127

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8119
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Le psaume 50

Message non lupar Cinci » lun. 19 mars 2018, 14:38

En introduction du livre, l'auteur faisait remarquer :
"Le recueil des psaumes a toujours été, et demeure, le livre privilégié de la prière de l'Église. Nul livre n'a été plus traduit, cité, commenté. La plupart de nos chants en latin de nos messes de jadis (Introïts, Graduels, Alléluias, Offertoires, Communions) étaient des antiennes tirées des psaumes. Le psautier a toujours été la base de l'Office monastique, et du Bréviaire des prêtres.

Le livre des cantiques que Jésus chantait

Avec le recueil des psaumes, nous possédons le recueil des chants que Jésus chantait dans la synagogue de Nazareth. Nous savons, très exactement, les mots qu'il récitait ou chantait quand il montait en pèlerinage à Jérusalem ... Nous savons quels psaumes il a chanté le jeudi saint au soir, juste avant son agonie et sa mort ...

De son temps, il n'y avait pas d'Inflation, pas de mode passagère. De sa naissance à sa mort, un enfant juif, tous les sabbats, entendait les mêmes textes qu'il devait mémoriser facilement. Nous devinons par ces remarques combien les psaumes pouvaient structurer toute la pensée et la prière de Jésus. Nous en avons une preuve explicite dans ce passage rapporté par saint Luc (Lc 24, 44-46) : "Au soir de Pâque, Jésus apparaissant à ses apôtres, leur dit :

"Telles sont bien les paroles que je vous ai dites quand j'étais encore avec vous. Il faut que j'accomplisse tout ce qui est écrit de moi dans la loi de Moïse, les prophètes, et les psaumes." Alors, il leur ouvrit l'esprit pour comprendre les écritures. Et il leur dit : "Ainsi était-il écrit que le Christ souffrirait et ressusciterait d'entre les morts le troisième jour."

p. 2

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8119
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Le psaume 50

Message non lupar Cinci » lun. 19 mars 2018, 15:07

Noël Quesson ajoutait plus loin et dans la foulée du psaume 50 :

Le péché est une réalité éminement personnelle. Pourtant, la Bible ne cesse pas de nous redire qu'il a aussi des retentissements bien au-delà de celui qui le commet : c'est ce que la sociologie moderne appelle la responsabilité collective. Sans aller jusqu'à affirmer, avec un titre célèbre de film que "nous sommes tous des assassins", il nous faut bien reconnaître que nous baignons tous dans un milieu qui nous influence, et que nous contribuons, pour notre part, à rendre la vie difficile aux autres. Chacun de nos péchés "pèse" sur nos frères. Chacune de nos prises de conscience, chacun de nos efforts de conversion contribue à améliorer le climat dans lequel ils vivent. Déjà le pécheur qui s'exprime dans le psaume 50 avait la conviction que son péché et son repentir "intéressaient" les autres. En se convertissant, il s'engage à aider ses frères : "Aux pécheurs, j'enseignerai tes chemins, et vers Toi reviendront les égarés."

Et il est profondément vrai l'adage qui affirme : "Toute âme qui s'élève, élève le monde." Réciter le miserere, demander pardon de nos fautes, ce ne peut donc pas être seulement un acte individuel, c'est aussi s'engager dans "l'histoire du salut" avec Jésus-Christ sauveur. Nous n'avons pas "qu'une âme qu'il faut sauver", comme le chantait le cantique. Et Péguy disait : "Il ne faut pas arriver au ciel tout seul !"

Souvent la Bible nous affirme que Dieu ne s'Intéresse pas d'abord aux cérémonies, aux rites ... mais à notre vie quotidienne. "Si j'offre un sacrifice, tu n'en veux pas, tu n'accepte pas d'holocauste. Le sacrifice qui plaît à Dieu, c'est un esprit brisé." Finalement, ce n'est pas surtout Dieu qui est gagnant quand nous savons reconnaître notre mal : le péché est une sorte d'auto-destruction de l'homme, c'est un principe de mort. Ce qui intéresse Dieu, dit le psaume, c'est que l'homme ne se détruise plus, c'est qu'il ait un coeur nouveau, une vie nouvelle. Alors, quand la vie de cet homme est redevenue belle, il peut être heureux et chanter son action de grâce : "Alors, tu accepteras de justes sacrifices, oblations et holocaustes; alors on offrira des taureaux sur ton autel."

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8119
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Le psaume 50

Message non lupar Cinci » lun. 19 mars 2018, 15:17

Je finis ici avec une petite confidence juste pour les intimes de la Cité catholique :

Vous lirez le psaume 139 si vous le voulez :

http://jesusmarie.free.fr/bible_crampon ... 1_150.html

Le texte du psaume 139 est parfaitement complémentaire du psaume 50.

;)


Revenir vers « Écriture Sainte »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité